Dans l'oeil du Cyclone

Dans l'oeil du Cyclone

Par Sharn Blog créé le 02/07/12 Mis à jour le 23/11/13 à 11h29

Souviens-toi de Delilah.

Ajouter aux favoris
Signaler
Epic Win

Pas de mouvement de lutte cette fois-ci mais surement l'un des mouvements les surprenants et acrobatiques que j'ai pu voir en MMA. Fallait quand même oser faire ce mouvement et en plus toucher. Un grand athlète qu'Anthony Pettis qui pour le coup porte très bien son surnom.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Ce qui est écrit



J'ai d'immenses difficultés à écrire sur la Horde, à la présenter tout en lui donnant toute l'intensité qu'elle réclame. Et pourtant je vais en parler, mais comprenez que parler de la Horde c'est décrire avec des mots la force d'une explosion, avec beaucoup de talent on peut faire sentir ce qu'on a vécu mais dans bien des cas les mots ne seront pas assez forts ou justes pour exprimer tout le ressenti d'alors.

La Horde c'est ce groupe d'élite envoyé en Extrême-Amont voilà vingt-sept ans. Presque trente ans qu'elle contre, qu'elle remonde à pied une lande lavée à grands vents. Pourquoi remontez en Extrême-Amont ? Parce que l'Hordre et toute la bande du contre veulent savoir qu'elle est l'origine du vent, de ce vent qui ne cesse jamais de souffler vers l'Extrême-Aval, vers Aberlaas. Huit siècles que la question se pose et déjà trente-trois Hordes ont échoué. La 34ème est la meilleure de toute, elle trace direct selon la hargne de la lignée Golgoth. C'est le neuvième qui est à la tête de la Horde. Golgoth est plus qu'un homme, c'est le contre fait homme. Casque enfoncé jusqu'aux sourcils il tracte sa Horde. Le Fer en étai derrière lui, puis le Pack qui doit rien lâcher enfin les Crocs qui trimbalent tout le matériel. La Horde est plus que tous les individus qui la composent. Sans sa Horde derrière lui Golgoth aurait bien du mal à remonder, il pourrait le faire on n'en doute pas mais à quelle vitesse et quels risques ? Non il a besoin de la Horde comme la Horde a besoin de lui. Croc, artisan du bois, feuleuse, artisan du métal, braconnier du ciel, sourcière, soigneuse, aéromaitre, ailiers, oiselier-chasseur, éclaireur, fleuron, pilier, géomaitre, combattant-protecteur, scribe, prince et troubadour ils sont avec lui pour contrer jusqu'en Amont. Ils ont tous et toutes leur idée sur ce qu'est l'Extrême-Amont, ils la partagent comme ils partagent chaque moment de contre. Ils sont noués aux tripes pour cet unique voyage face aux dangers qui ne sont pas tous faits de vent.

Voilà le point de départ de la Horde ce groupe gigantesque de liens et de confiance. C'est le fond de la Horde du Contrevent, la forme est là, aussi. Tour à tour altière, vernaculaire, prosaïque voire vulgaire la langue, le mot, le vent fait son donne tout son impact à cette vie donnée pour le contre, le voyage, la Horde. La Horde ce sont des personnages plus vivants, plus éblouissants que la réalité. On s'attache à eux, on les voit vivre, pleurer, aimer, manger, jouer, chanter, conter. Et tout du long on se met à remonder avec eux pour savoir ce qui se cache là-bas au bout du monde.


Que Vent vous garde.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Pavanes

Alors non, je ne signale pas que je m'en vais. Pour deux raisons : je ne pars pas et je ne me vois pas comme quelqu'un de très bon. Faut quand même être honnête avec soi-même quand on écrit des choses de qualité très moyenne. Bref venons-en au fait.

Quand vous passez une semaine sans avoir accès à Gameblog la première chose qui vous fait plaisir en y retournant c'est de lire d'excellents articles de blog. Oui je ne viens plus sur Gameblog pour lire l'actualité ou les tests/critiques je trouve ça ailleurs et en mieux. Par contre des articles de blog aussi fournis et bien fichus j'en trouve rarement ailleurs ou ce n'est pas aussi bien mis en avant, mais c'est vrai que je triche en restant uniquement sur l'onglet Communauté. Bien sur tous les articles de blog ne sont pas des exemples d'oeuvres géniales et inoubliables (suffit de visiter mon blog) mais on trouve ici ou là de vraies petites perles ou de grosses montagnes d'or. Je vous vois déjà en train de vous dire « on est au courant, tu ne nous apprends rien ». Oui évidemment que je n'apprends rien à personne surtout pas à plus anciens que moi, n'étant qu'un petit nouveau qui ne passe et participe régulièrement que depuis l'été 2012. Alors il est vrai que depuis cet été 2012 on a perdu quelques piliers ou autres grands contributeurs mais rien qui ne m'a vraiment chamboulé le coeur. « Mais c'est qu'il aurait des émotions le bourrin qui nous parle de sport de combat » ben oui je sais ça peut étonner certains mais je suis un grand sensible. Si bien que pour éviter de se mettre à sangloter un peu trop souvent, on se blinde, on se dit « soit un homme, encaisse, montre tes tripes » et si on pleure ce n'est que seul face à un livre qui nous bouleverse.

Or hier soir, après donc cette semaine sans articles de qualité à se mettre sous les yeux (je remercie mon IUT qui bloque tous les sites commençant par Game) on retrouve le petit monde de Gameblog. Et un contributeur que j'aime particulièrement à savoir Snake_in_a_box. Pourquoi j'aime tant Snake (le gamebloger par le personnage suivez un peu) ? Simplement pour la qualité de son travail qui me semble titanesque. Même ces articles sur les Gothic Lolita qui semblent léger et du bon remplissage sont tous précédés d'un texte court mais de grande qualité, quelque chose qui va forcément vous parlez si ce n'est l'humour au moins la véracité de la chose. On ne doit pas oublier ces articles sur les armes emblématiques du jeux vidéo. Une série d'article que je ne trouve plus, que j'aurais du enregistrer pour pouvoir les relire, les apprécier à nouveau. Je te déteste Snake pour ça, tu es auteur et tu as donc tous les droits sur ton oeuvre mais ça me brise le coeur de plus pouvoir lire tout ça, c'était non pas du pur génie mais un travail méthodique, précis et prenant. Je n'oublie pas les articles sur le Mechadesign qui étaient là aussi de très haut vol et qui transpirait la passion que tu avais pour cette matière.

Vous savez dans la vie (la virtuelle ou la réelle peu importe) on se donne des modèles dans telle ou telle composante de la vie. Je veux être aussi fort que Hulk, aussi joyeux que Luffy, aussi bon écrivain qu'Alain Damasio, avoir autant de hargne que Golgoth neuvième du nom, restez aussi probe qu'Eddard Stark. On se donne des exemples à suivre, fictionnel ou réel. On voit leur qualité et on se dit « si seulement je pouvais avoir un peu de ce qu'il a » pour moi Snake_in_a_box c'était mon modèle à atteindre en terme de travail et d'écriture d'articles de blog. Ça fera peut-être rire certains de porter si haut un bloger mais savoir qu'il n'écrira plus c'est comme tuer un modèle, tuer l'inspiration qu'on avait, le but qu'on s'était fixé. Alors oui j'en fais des montagnes mais il fallait que ça sorte un petit peu tant le choc de cette nouvelle m'a ému et décranté. Je me sens non pas abandonné mais triste de ne plus profiter de son écriture. Ça me manque déjà beaucoup.



Petit aparté pour signaler que The Best is Yet Come je l'ai longtemps compris, à cause d'un niveau déplorable en anglais, comme Le meilleur est déjà parti. J'espère que le sens véritable se réalisera.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler

Pour ceux qui ont été en état cryogénique avancé ces deux dernières années Game of Thrones c'est la série fantasy-médiévale ayant eu la plus grosse audience sur Internet. Adaptée d'une excellente saga de George R.R Martin (il a la marque du R.R) qui compte actuellement cinq tomes, sous la dénomination du Trône de Fer, la série nous transporte dans un univers à forte tendance réaliste où les grands nobles de Westeros (l'Etat-Continent sur lequel se déroule une grande partie de l'action) se disputent le dit Trône de Fer. Pas de magie ou d'élu visant à rétablir l'ordre et la Justice. Ici chacun bosse pour soi ou pour des valeurs qu'il défend. C'est un univers dur où la trahison, le sexe et la mort sont communs.

Gros succès d'estime chez les spectateurs la série a été la plus téléchargée en 2012. Il n'en fallait pas plus pour que Canal+ achète les droits (déjà acquis par Orange TV mais avec très peu de pub) et la diffuse en prime-time à partir du 10 janvier 2013 soi un peu plus de deux ans de retard mais passons.

Jusque là on peut comprendre la première partie du titre de cet article. Pourquoi parler de victoire de La Garde de Nuit? Est-ce que je serais assez bête pour vous gachez la suite de la saga? Absolument pas. Cette victoire (le mot est peut-être un peu fort) vient juste démontrer que le travail collaboratif et associatif peut être de qualité.

Mais de quoi il cause le monsieur? Pour faire simple La Garde de Nuit est un site qui en plus d'un forum pour parler des livres ou de la série a mis en place un Wikipedia extrêmement complet (le plus complet en langue française et à égalité avec le Wikipedia américain voire très légèrement supérieur) sur l'univers. Et ne croyait pas que ça soit un simple copié-collé du Wikipedia américain, le Wikipedia français est un travail de longue haleine sourcé et recherché sur l'ensemble de l'univers de George R.R Martin. Qu'on ne s'y trompe pas c'est pour cela que Canal+ a choisi différents articles pour les bonus de son site pour présenter Westeros et le Royaume des Sept Couronnes. C'est donc une victoire des petites mains si j'ose dire.

Game of Thrones is coming mes chers. ;)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Illusion du mouvement

Avec les vacances j'avais prévu de me faire deux semaines avec des films que j'ai apprécié très fortement. Contrat à moitié rempli, je n'ai pas vu l'ensemble des films que j'avais prévu. Non mais faut comprendre les soirées à jouer au rami (un jeu de carte) en famille ça prend du temps surtout quand on se couche tôt. C'est encore une fois très court donc vous êtes prévenu. Je me fais (un peu) chier à écrire uniquement pour les livres.


Limitless

Un écrivain raté rencontre par hasard son ex-beau-frère qui lui donne gracieusement de la drogue. La qualité particulière de cette drogue est qu'elle rend incroyablement intelligent et avec une mémoire à toute épreuve. Film à la réalisation solide et sans fausse note d'acteur ça se laisse regarder pour des scènes d'actions bien fichues (sans des milliers d'explosions notez bien) et un propos qui même s'il reste simple ne nous prend pas pour un demeuré. Un film d'action de qualité sans être beauf et bourrin franchement ça se refuse pas.

Snatch

Pour comprendre l'histoire regardé le film. Dans l'idée c'est comme si je devais vous résumez l'histoire de Pulp Fiction. Snatch c'est comme Pulp Fiction en plus linéaire. Grosse performance d'acteur de Brad Pitt en gitan dégueulasse à l'accent incompréhensible, le reste du casting tient la barre très haut avec des gueules connues et qui font très bien le job. Ça sent un peu la pisse et la sueur mais c'est du tout bon.


Princesse Mononoké

Sûrement l'un de mes films d'animation préféré même du studio Ghibli (dont les autres productions ne m'ont pas autant foutu sur le cul). C'est beau, c'est sombre et en même temps le film tient un propos tellement juste et vrai que ça en devient confondant. Le doublage français est extrêmement bien fichu, les personnages sont vrais, vivants et le film arrive à nous faire aimer et détester les deux camps antagonistes sans que l'un et l'autre passe pour les gentils ou les méchants. Princesse Mononoké c'est pour moi, avec mes faibles connaissances, le pinacle du studio Ghibli.


Inception

Acclamé par les spectateurs c'est la valeur sure Nolan qui le réalise. Un film très très solide à qui on a reproché son coté trop froid et carré alors qu'il parle des rêves. Personnellement, ça m'a pas dérangé. L'ensemble niveau histoire tient la route avec des acteurs qui font très bien le boulot (Cotillard, DiCaprio et Page) et une réalisation qui ne souffre d'aucun défaut. C'est pas foufou mais c'est du très solide comme toujours avec Nolan. Un excellent film d'action qui arrive à mettre de l'humain dedans sans qu'on trouve ça hors-sujet (Expendables je pense à toi). Ce n'est pas le film du siècle (Old Boy le casse en deux sans effort) mais ça serait dommage de passer à coté.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Epic Win

Bienvenue dans cette troisième édition de l'Epic Win. Ici on montre du beau geste, improbable et fou. Certains pourront me rétorquer que mince la lutte ça commence à bien faire. Et je répondrais: la lutte t'en vois souvent à la télé ou sur internet? Non, donc apprécie un minimum et fais pas chier. J'oblige personne à regarder une vidéo d'une minute. Donc enjoy.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Je sais les titres de ces articles deviennent de plus en plus long mais aussi de plus en plus bizarre. Bref, numéro 4, je pète des genoux en cas d'insulte pour le reste vous n'êtes pas obligé de rester.


Un Prophète

Film sur le milieu carcéral français où j'ai souvent eu l'impression d'être presque en face d'un documentaire dans le sens où tout ce qu'on voit fait extrêmement vrai. La violence de la prison, la drogue qu'on y consomme, les gangs à l'intérieur. Un Prophète c'est l'histoire d'un petit délinquant de droit commun (enfin 6 ans de taule il doit avoir fait quelque chose d'assez grave). Qui va être forcer de participer à un système criminel plus grand de type corse (oui ceux qui plastiquent des villa avec un grand courage). Des acteurs qui jouent juste, qui font vrai. Les mecs sont pas uniquement des connards ou des monstres en puissance. Ils sont humains comme vous et moi (surtout vous). Le film essaye de nous montrer les liens qui se créent en prison et de l'engrenage dans lequel on peut tomber en restant dans ce milieu vicié. Ce film parle aussi de changement de génération dans les mafia, les gangs. Le pouvoir qui s'en va pour aller à d'autres. Ne chercher pas un mentor pour le petit nouveau : il s'est fait tout seul et c'est grâce à la prison.


38 témoins

C'était chiant, c'était gris et ça parler de l'effet témoin ou syndrome Kitty Genovese au Havre, purée pourquoi il fallait nous faire voir le Havre comme une ville grise, pluvieuse et triste?. 30 minutes et basta j'ai pas pu aller plus loin. La dernière fois c'était pour un film américain évangéliste sur le football US complètement pourri et ben cette fois c'est un film français qui a tout ce qu'on aime dans le film français : déprimant, qui parle de rien, qui offre aucune réflexion (ouh c'est pas bien de laisser des gens se faire tuer, sans rire et les petits africains/asiatiques/SDF qui crèvent la dalle on s'en fout aussi donc bon) bref qui vaut pas grand chose. Les acteurs sont pas mauvais mais alors pour le reste c'est le néant absolu. Faut que j'essaye de finir de regarder L'esquive d'ailleurs. J'en reparlerais peut-être. Pour 38 témoins ne le louaient pas, ne l'achetaient, ne le télécharger pas illégalement (il vous fera perdre votre temps de toute façon).


La Traversée du Temps

Merci, mille fois merci de me laisser voir ce genre de film d'animation. Je ne sais pas qui l'a réalisé mais c'était vraiment, vraiment un grand moment. Pourtant ça démarre de façon assez classique mais le déroulement et les péripéties de l'héroïne sont extrêmement bien fichues. Et puis ce dessin, cette animation, ce doublage (j'ai rarement autant aimé un doublage japonais) et surtout cette lumière. Une grande et belle lumière d'été. Il s'y passe des moments parfois durs mais tout est lumineux, chaleureux. Je ne sais pas comment vous le vendre mieux mais regardez ce film. Achetez-le, volez-le si vous n'avez pas d'argent mais regardez-le. Ça vous retournera pas le cerveau mais ça vous fera du bien. C'est un grand bol d'air frais.


Le Stratège

Film avec Brad Pitt (qui porte le film à 70% facilement). Pas de fausses notes sur l'interprétation mais alors pour l'histoire c'est pas des plus folichons. Si comme moi vous ne regardez pas le base-ball aux États-Unis (la deuxième nation du monde dans ce sport la première étant le Japon) certains passages vont être tout bonnement incompréhensible ou obscur. Ça joue bien, l'histoire fait le boulot mais ça n'ira pas plus loin. En film sportif, L'enfer du Dimanche garde la main dans mon petit coeur de timide.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Illusion du mouvement

Et nous voici de retour pour des avis toujours court et pas construit. Note : pas de débat politique, non parce que je vois venir le coup. Sinon les sanctions sont les mêmes que pour des insultes ou je changerais pour un mélange tête + piques + créneaux.


Valse avec Bachir

Film d'animation documentaire israëlo-franco-allemande déjà ça vous pose un peu le machin. Un style graphique qui m'a fait penser à du cell-shading bien connu par nous autres joueurs. L'histoire est relativement simple et raconte la quête de Ari Folman pour retrouver ses souvenirs perdus de la guerre du Liban. Non Ari n'est pas complètement amnésique c'est seulement cette période de sa vie qui lui manque. Syndrome post-traumatique ? Souvenirs refoulés ? Le film va se poser la question tout du long alors qu'Ari se plonge de nouveaux dans la guerre qu'il a vécu à 19 ans. Pour tout vous dire, le film m'a fait penser à un film américain sur la guerre du Vietnam. Musique rock suivie de morceaux orchestral avec son lot guerrier. Ce très bon film parle de ce qu'a été (et est encore) le conflit pour la Palestine. Conflit absurde d'un peuple qui a été opprimé et qui en opprime un autre. C'est à voir pour comprendre qu'Israël n'est pas un bloc monolithique et une force armée qui ne craint rien. Ces soldats sont humains et subissent la mort de la même façon que les autres avec bien sur ces temps d'attente et de lâcheté.


Arrietty, le petit monde des chapardeurs

Depuis mon visionnage de Princesse Mononoke, il y a longtemps, le studio Ghibli ne pas tant enthousiasmé que ça. Arrietty ne m'a pas foutu une baffe mais reste un très bon film d'animation. Justement l'animation comme toujours est irréprochable de finesse, de beauté et de couleur. Histoire simple qui frôle juste le merveilleux pour nous apporter une fable candide mais pas sotte sur le rôle de l'humanité par rapport à son environnement. Je sais, je ne vous vends pas beaucoup ce film en le décrivant ainsi mais c'est à voir.


Collatéral

Film d'action avec Tom Cruise et Jamie Foxx. Tom Cruise dans le rôle d'un assassin commandité par un cartel de la drogue pour tuer des témoins. Histoire simple où Jamie Foxx dans le rôle du Taxi de Tom Cruise est à sa juste place c'est-à-dire en complice forcé. Les situations différentes en font un bon divertissement à la réalisation solide qui vous donnera votre lot de sang, d'humour et de moment de tension. Très bon Tom Cruise dans son rôle d'assassin froid et désabusé et Jamie Foxx juste et touchant dans son rôle de taxi positif qui sent la moutarde lui monter au nez.

District 9

Grosse baffe en perspective. Le film démarre comme un documentaire où des aliens ont laissé leur vaisseau flotté au dessus de Johannesburg en Afrique du Sud et dont les humains vont découvrir qu'il contient un bon nombre (un bon million) d'aliens sous-alimenté. Dans notre grande humanité, on les recueille et on les loge sur Terre. Les années passent et le camp des aliens devient au fil du temps un bidonville avec son lot de meurtre, de prostitution et de trafic d'armes avec une population qui approche les 2 millions de mollusques. La MNU (le pendant privé de l'ONU dirons-nous) pense à les déplacer dans un camp. Et c'est là qu'on va passer dans un film de science-fiction un peu plus classique avec de l'action et un brin d'horreur. C'est à voir pour sa réalisation, ses effets spéciaux et sa critique des Nations Unies, de la xénophobie et des media. Je vous le recommande.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Illusion du mouvement

Une semaine qui se déroule sous le signe du gâchis. Gâchis du scénario. Non les scénario des films que j'ai vu ne sont pas nuls c'est juste que je vais spoiler comme on dit en bon franglais dégueulasse qu'on sait même pas pourquoi on l'a gardé. Du coup vous êtes prévenus donc pas besoin de gueuler tout ça sinon c'est le même châtiment qu'énoncé dans la SCS #1.

The Chaser

C'est bon j'ai un top 3 des films coréens à voir. Old Boy, Memories of Murderer et The Chaser. Trois excellents films qui ont plusieurs communs ensemble. D'abord il y a un mec qui s'appelle Park sur chaque tournage. Vous demandez pas pourquoi, en Corée du Sud c'est comme ça. Ensuite le scénario est un thriller, il y a du suspense et une envie de connaître la suite. Les personnages sont pas lisses ni totalement blancs, je sais vous voilà bien avancé (donc en B voire en A). Et ces trois films comportent des courses-poursuites à pied. Oui à pied. Bien plus jouissif qu'une course-poursuite en voiture.
L'histoire de The Chaser est simple. Monsieur X (oui je me souviens plus de son prénom) est un ancien flic devenu maquereau et dont deux filles se sont faites la malle. En cette période de crise et de chômage ça tombe mal pour son petit commerce. N'ayant plus de jeune femme a proposé à ses clients il est obligé de demander à une de ses fille malade (un bon rhume) d'aller faire une passe. Manque de bol c'est le mec avec qui les 2 autres filles se sont évaporées (enfin évaporées vous avez vite compris). S'ensuit une scène de torture/mise à mort assez sanglante et une arrestation rapide du meurtrier. Et c'est là l'idée génial du film c'est qu'on s'arrête pas là. Ce meurtrier est dérangé certes mais il a encore des droits, on doit trouver des preuves, on doit l'inculper en plein milieu d'une autre affaire plus politique. On est en présence d'un film qui montre ce qu'est un meurtre pour la police coréenne, avec son lot d'incompétent, de preuves plus ou moins fabriqués et d'aveux obtenus dans la douleur. The Chaser c'est une course contre la montre mais une course qui vous prend aux tripes ou chaque personnage fait vrai et le dénouement est doux-amère.

 

De bon matin

Un film français. Ça commence mal et ça fini mal. Paul a passé la cinquantaine et travaille dans une très grosse banque. Paul part de bon matin à son travail et bute son supérieur et son assistant avant de se donner la mort. Le film nous fait voir la vie de Paul avant la balle dans le cervelet et on se trouve toujours entre deux voies : Paul qui a un sentiment de persécution paranoïaque et Paul qui est vraiment persécuté par son chef direct. Tout n'est pas simple, tout n'est pas facile et tout fini mal. Film déconseillé aux dépressifs parce qu'il raconte l'histoire d'un dépressif ou en tout cas de quelqu'un de malade mentalement (il a pas détruit FF XIII au marteau ou une boite de Majora's Mask notez bien) qui ne peut plus supporter une pression toujours plus grande dans son travail. Un travail ce n'est pas juste ce qui permet de bouffer pour certains. C'est toute leur vie et la vie de Paul est brisée par des décisions de gestion du personnel (management en bon anglais). La vie de Paul est foutue, ses ambitions, ses espoirs et ses rêves sont morts depuis longtemps mais il va quand même emporté deux salauds avec lui. Au revoir Paul.

 

I love you Phillip Morris

Une comédie. Ça donne enfin un peu le sourire. Un film avec Jim Carrey qui n'en fait pas des caisses comme très souvent (Fou d'Irène je pense à toi). L'histoire vraie de Stevens Russel enfant adopté devenu policier s'étant marié et ayant une petite fille jusqu'au jour d'un accident en voiture qui lui fait prendre conscience qu'il doit assumer son coté pédale. En plus de tout ça ce cher Stevens va devenir escroc vous comprenez ça coûte cher d'être PD comme un phoque. Après quelques séjours en prison Stevens rencontre Phillip Morris et bam et c'est le coup de foudre.
Un assez bon film où les situations qu'a vécu Stevens sont vraiment stupéfiantes et son amour pour Phillip est total. Une comédie avec un peu de romantisme avec des gay c'est pas commun mais ça touche juste. Quelques blagues pas finaudes mais en général c'est plutôt bien vu et les deux acteurs principaux jouent assez bien des homosexuels maniérés. Il ne restera pas dans les annales, enfin pas dans les miennes.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Ce qui est écrit

 

Qui est Chien du Heaume ? Son nom et par extension son identité c'est la recherche de Chien du Heaume. Pas de grande menace contre laquelle on combat pour le bien commun, pas d'intrigues politiques visant la domination du royaume, simplement une femme avec sa quête personnelle. Oui Chien du Heaume est une femme, une mercenaire dure comme on se doit de l'être dans cette période du Haut Moyen-Âge. Les temps sont durs pour ceux qui vivent par le fer ou la terre, les combats pour des bouts de pays sont partout et laissent leur trace dans la chair de ceux qui croisent Chien du Heaume.

Chien comme on l'appelle souvent n'est pas belle. Elle le sait et tout le monde le lui dit. On est pas là pour se jeter des galanteries. Chien est une femme mure avec ses 30 ans, sa vie est pleine comme son caractère. Elle dit ce qu'elle pense et fait ce que lui dicte sa conscience. Tous ces actes ne sont pas reluisants mais elle n'est plus mauvaise qu'un autre, en tout cas meilleure que beaucoup. La quête de Chien est le point de départ du récit mais tout ne repose pas là-dessus. Chien veut connaître son nom mais ce n'est pas une course contre la montre, son temps n'est pas compté et celui qu'elle passe dans le Castel de Broe tenu par le chevalier Bruec lui suffit. N'imaginer pas un beau château de conte de fée ni un grandiose chevalier à l'armure de plate. Le Castel et son propriétaire n'ont pas été bâtis pour l'agrément et le commerce mais pour la guerre. Bruec a combattu fer au poing et à trouver refuge avec son ost dans ce Castel de Broe. Il y fait bon vivre quand au-dehors souffle la bise mortelle de l'hiver.

Chien du Heaume c'est avant tout un beau récit à l'écriture soignée et incisive, aux personnages rudes mais attachants. Sous leur dehors de rustre et d'illettré se cache des êtres aux sentiments divers et aux réflexions intelligentes. Ils ne sont pas tenus à un seul caractère, un seul trait, ils sont multiples, vrais. Ils ont une consistance, une présence et on se plaît à les aimer ou à les haïr pour certains. Sans trop en dévoilé Chien du Heaume parle aussi de religion, non pas de la croyance mais de ce qu'elle impose aux autres. Ce que les prêtres font aux mentalités en les tordant dans le mauvais sens, en rendant les femmes dépendantes des hommes, en nous signifiant que le corps est impur qu'on doit le cacher et que les appétits d'en bas sont sales. Le texte est souvent rude, très beau mais peu joyeux. On a des moments plus heureux ou riants que d'autres mais ils sont vites rattrapés par des événement plus tristes. Le Haut Moyen-Âge ne connaît pas la magie, en tout cas pas celle de la fantasy classique à la Donjon et Dragons, c'est une magie des éléments, des chants et des instants passés. J'en dis peut-être trop sur ce récit qui m'a marqué dans le bon sens.

On pourrait peut-être classer Chien du Heaume dans le genre fantasy mais le faire reviendrait à admettre que ce genre n'offre que peu d'oeuvres de qualités plus de hachis que de réussite. Chien du Heaume est une réussite.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Je ne sais pas de quoi ça parle et je ne sais toujours pas de quoi ça parlera.

Archives

Favoris