Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Samizo Kouhei Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris
Signaler
Ciné

Après un film calamiteux de Tim Burton en 2001, la licence "La Planète des Singes" a droit à son reboot avec ce film.

J'avoue mal connaître la licence, n'ayant lu le roman qu'une fois il y a une quinzaine d'années et ayant vu (ou plutôt subi) le film de 2001. Les 2 bande-annonces vues avant des séances m'ayant intrigué, j'ai décidé de sauter le pas et aller voir le film.

Il est ici question d'un scientifique qui expérimente un remède contre la maladie d'Alzheimer (qui touche son père) sur des chimpanzés, avec des effets inattendus puisque leurs facultés intellectuelles sont décuplées ... Mais quelle place pour des grands singes à l'intelligence humaine ?

Le film est vraiment très bon, avec une histoire à l'issue prévisible mais bien menée, évitant les facilités attendues et le manichéisme. Les personnages humains s'effacent devant le vrai héros du film, le chimpanzé César, dont le parcours initiatique est exempt des facilités attendues : pas de basculement caricatural du côté obscur suite à des expériences malheureuses ou de catalogue des expériences "humaines" (pas d'histoire d'amour pour César par exemple) mais les revendications légimitimes d'un être hors normes. Saluons la technique bluffante qui donne vie à ces singes, puisqu'on a vraiment l'impression d'être devant des singes aux réactions humaines (sans décalage ridicule) plutôt qu'à des hommes jouant avec des costumes de singes.

Après des débuts assez lents, le film prend son rythme de croisière et acquiert toute son ampleur quand

César se dresse (littéralement) contre son tortionnaire et prononce son premier mot. Dès lors, on sait que les humains vont passer un sale quart d'heure : leurs armes ne peuvent pas grand chose contre une cinquantaine de singes aussi (voire plus) intelligents qu'eux et bien plus fort physiquement (rappelons qu'un chimpanzé adulte a assez de force pour arracher sans effort le bras d'un homme).

Le film a également le mérite d'expliquer comment on en est arrivé à la scène finale cauchemardesque du premier film (reprise dans le film de 2001) : La Statue de la Liberté ensevelie sous des tonnes de sable et la Terre aux mains des singes. Les hommes ont été décimés par le virus créé par le laboratoire dans le film pour décupler l'intelligence des singes et pas massacrés par les singes. Cela permet d'expliquer comment plus de 6 milliards d'hommes ont pu être vaincus par des singes certes plus fort et intelligents mais beaucoup moins nombreux. 

Un excellent film qui change donc des blockbusters à l'histoire prévisible et aux effets spéciaux "poudre aux yeux".

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris