Premium
Chroniques de l'abîme

Chroniques de l'abîme

Par Samizo Kouhei Blog créé le 31/12/09 Mis à jour le 14/08/13 à 10h35

Mon blog sur lequel je parlerai de mes coups de coeur (et de gueule) en matière de jeux vidéos, BD, cinéma, musique, lecture.

Ajouter aux favoris
Signaler
Ciné

Je pense qu'il est inutile de présenter Harry Potter. La saga de 7 romans a fait de son auteur, J.K. Rowling, la femme la plus riche du Royaume-Uni et de son héros un des personnages fictifs les plus connus. Au cinéma, la licence est devenue la plus rentable jamais réalisée, au succès jamais démenti au cours des 8 films sortis durant la décennie. En dépit des pressions initiales, les films sont restés fidèles au roman, avec un cachet très anglais, là où les intentions initiales étaient d'américaniser le cadre. Mais à partir du 3ème tome, la complexification de l'intrigue et l'explosion du nombre de pages a contraint les scénaristes à faire des choix pas toujours judicieux et qui se sont payés plus tard : personnages oubliés, allusions et évènements a priori anecdotiques. A mon sens, les gens qui n'auraient jamais lu les livres ont dû avoir quelque mal à bien comprendre ce qui se passe à partir du 4ème film. D'ailleurs, une fois n'est pas coutume, je ferais pas mal de spoilers (du film mais aussi des livres) car je pense que certaines clés de compréhension issues des romans sont nécessaires.

Le choix de découper le tome final, les Reliques de la Mort, en 2 films (le premier sorti fin novembre 2010) semblait un choix judicieux pour bien décompresser l'action. Au final, il n'en est rien et il y a comme un goût amer devant le gâchis opéré.

Les Reliques de la Mort (partie 1) était un bon film, rendant bien l'ambiance sombre et morne de la première partie du roman, où Harry, Hermione et Ron sont engagés dans une quête désespérée pour retrouver les Horcruxes, traqués à travers toute l'Angleterre par les partisans de Voldemort et faisant face à des tensions internes. Le film comptait son nombre de sacrifices héroïques, notamment à la toute fin, et contrairement à ce qui s'était passé à la fin du Prince de Sang Mêlé (où on avait même pas droit aux funérailles de Dumbledore, insulte suprême !), cette mort n'avait pas été bâclée. Bien sûr, on pouvait critiquer certains oublis, tout en espérant qu'ils seraient réparés dans ce 2ème film, mais en pure perte !

Je parle notamment du passé trouble de Dumbledore, qui dans sa jeunesse, avait des idées assez extrêmes et était de mèche avec Grinwald, un sorcier très peu recommandable (dont il était amoureux). Ce n'est que lorsque Grinwald essaye de tuer son frère et que sa soeur (à peine vue dans le film) meurt durant leur affrontement qu'il ouvre enfin les yeux. Par la suite, il s'amende mais n'hésite pas à avoir son agenda secret et à tirer des ficelles dans l'ombre, à la déception d'Harry.

Dans le film, cela arrive comme un cheveu sur la soupe, lors d'une scène de la Pensine assez mal fichue (en dépit du très bon jeu des acteurs).

La deuxième partie se concentre sur le retour d'Harry et ses amis dans un Poudlard sous la coupe de Rogue et des partisans de Voldemort. Dans le roman, il y a énormément d'action, mais avec des évènements qui s'enchaînent très rapidement, si bien que certains éléments pourtant forts ne reçoivent pas toute l'attention qu'ils mériteraient :

les morts de plusieurs amis d'Harry qui se passent hors-champ, les renforts inattendus des centaures de la Forêt, des elfes emmenés par Kreatur et le ralliement des Serpentard sous l'égide de Slughorn, les professeurs qui retardent Voldemort.

Seule chose positive :

Rogue qui meurt en 2 lignes dans le livre a droit à une scène de mort bien plus émouvante. Dommage que le passage de la Pensine effleure à peine la complexité du personnage. Rogue était devenu un Mangemort par dépit amoureux et par frustration, et n'avait rejoint Dumbledore que lorsqu'il a compris que son maître voulait tuer Lilly Potter, son seul amour (non partagé) Par la suite, il a eu pour Harry une affection mêlée de haine. Au final, on peut dire que Rogue est une personne qui a fait de mauvaises choses pour le bien. Le film est beaucoup moins subtil sur ce point.

Avec un film uniquement consacré à la bataille de Poudlard, on pouvait s'attendre à quelque chose d'épique. La bande-annonce faisait penser à une bataille du Gouffre de Helm toutes proportions gardées. Ca commence extrêmement bien, avec des professeurs qui se révèlent être des sorciers redoutables (Mc Gonagall qui dévoile des pouvoirs insoupçonnés pour mettre en fuite Rogue) et tout semble réuni pour une bataille homérique, mais malheureusement, la majeure partie se passe hors champ et contre toute attente, elle tourne court : alors que Voldemort était largement dominant (n'ayant face à lui qu'une poignée d'adultes et une centaine d'adolescents, puisque le film a oublié tous les renforts de Poudlard évoqués dans le livre), il décide d'une trêve, comme si un type qui tue ses propres hommes par contrariété respectait le droit de ses adversaires à honorer leurs morts ! N'importe quoi ! Du coup, la bataille épique se déroule au milieu du film et  le film semble se contrefoutre de la mort d'alliés d'Harry, qu'on voit sur leur lit de mort quelques secondes et passez muscade ! De fait, la dernière mêlée tient plus d'un chahut au réfectoire que de la scène pleine de morceaux de bravoure du roman :

- Madame Weasley folle de rage qui tue Bellatrix Lestrange. Dans le film, un crêpage de chignons réglé en 2 coups de baguette magique. Après coup, elle sourit, comme si elle ne se souvenait plus qu'un de ses fils est mort.

- Dans le roman, on apprend que la prophétie sur Harry aurait pu s'appliquer à Neville, Voldemort le sait et essaye (en vain) de le rallier à lui. C'est pour ça qu'il peut tirer l'épée de Gryffondor du Choixpeau et décapiter Nagini. Dans le film, les Mangemorts se payent sa tête et son acquisition de l'épée semble être une facilité scénaristique pour sauver les miches d'Hermione et Ron plus qu'un signe du destin.

De toute manière, il est clair que l'accent est clairement mis sur l'affrontement entre Harry et Voldemort. Tous les autres personnages sont relégués au rôle de figurants, même le baiser tant attendu (pas par moi mais bon ...) entre Ron et Hermione (je crois que ce n'est pas la peine de le mettre en spoiler) est mis en scène de manière très maladroite. Neville est presque aussi tocard que dans les premiers livres et films (par la suite, il devient bien plus redoutable), Luna est dans son monde (mais a de très bonnes idées) et Ginny fait 2 ou 3 apparitions (au grand dam sans doute de ce cher Kolia).

Cependant, même ce duel tant attendu est bâclé et incompréhensible, à mon avis, pour ceux qui n'ont pas lu le livre :

Dans le livre, Harry se résigne à mourir, mais découvre que l'amour de sa mère lui offre une protection contre Voldemort, qui ne comprend pas la force des sentiments. Voldemort était déjà vaincu du départ, mais il ne le savait pas encore.

Dans le film, Harry qui survit on ne sait comment à l'attaque de Voldemort (il semble se débarasser de la pierre de résurrection), parle à Dumbledore dans une gare toute blanche, croisant Meat Boy au passage, et ressurgit frais comme un gardon pour mettre la pâtée à son ennemi.

La fin est complètement bâclée : les méchants sont vaincus, hourra cornes au cul, vive le Père Ubu ! Et je ne préfère même pas parler de la séquence finale dans le futur déjà bien naze dans le roman, elle atteint tous les sommets du ridicule dans le film :

sous prétexte que ça se passe 19 ans après, ils n'ont rien trouvé de mieux que de déguiser les acteurs avec des maquillages hideux et des fringues de pépé-mémé. Sachez-le, à 36 ans, vous êtes des vieux kroumirs !

Alors vous allez peut-être trouver ma critique excessive, voire trollesque, d'autant qu'objectivement le film en tant que tel est réussi et offre son lot de scènes d'anthologie, certains acteurs font très bien leur boulot (les acteurs du trio principal se sont pas mal améliorés, notamment Emma "Jeu de sourcils" Watson) et d'ailleurs les critiques spécialisées sont plutôt enthousiastes, mais pour moi c'est une adaptation très décevante du matériau d'origine. Moi qui pensais sortir du cinéma aussi ému qu'à la fin de la trilogie du Seigneur des Anneaux, j'en suis plutôt sorti avec une seule idée en tête : relire les bouquins.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Ma foie non! Elle aurait été positive que j'en aurais pensé autant de bien tu sais, étant donné qu'elle est bien écrite de mon très humble point de vue. :D
Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
Pas trop décousue ni délirante ?
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Je suis d'accord sur pas mal de point, à part sur la scène de la gare qui est en fait tirée telle quel du roman (et par conséquent bonne ou non en fonction de si on l'a apprécié dans le livre) et sur le fait que le film est de qualité, j'ai aussi un gros doute. Je ne me permettrais pas de dire autre chose que "je suis dégouté" parce que je suis un peu trop fan de HP pour émettre un jugement pleinement objectif. Mais je trouve franchement que le film a de grosses lacunes. Heureusement que certains acteurs sont toujours aussi bons (je pense à Alan Rickman, quel génie ce mec!).

En tout cas une bien bonne critique.

Édito

Mon opinion sur l'actualité vidéoludique, mes impressions sur les derniers jeux auxquels j'ai joués, mes coups de coeur ou coups de gueule en matière de BD, cinéma, musique et dernières lectures.

PSN : samizo_kouhei

3DS : 2921 9505 3989 

Archives

Favoris