Un Monde en Images
Signaler
Matériel (High Tech)
Dials Panel

Panneau de contrôle de la salle des machines du porte-avion U.S.S. Hornet

1/60s, ƒ/1.4, ISO 320
Leica M9, Leica Summilux-M 50mm ƒ/1.4 ASPH

Storytelling

Explications sur l'atterrissage sur un porte-avion

1/1500s, ƒ/2.4, ISO 160
Leica M9, Leica Summilux-M 50mm ƒ/1.4 ASPH

Holding History

Photo d'une photo d'atterrissage

1/350s, ƒ/2.8, ISO 160
Leica M9, Leica Summilux-M 50mm ƒ/1.4 ASPH

To the Rescue

Détail d'un hélicoptère de sauvetage en haute-mer

1/60s, ƒ/2.4, ISO 400
Leica M9, Leica Summilux-M 50mm ƒ/1.4 ASPH

Alexandre

Mon frère

1/2000s, ƒ/2.0, ISO 160
Leica M9, Leica Summilux-M 50mm ƒ/1.4 ASPH

Watch Your Step

Détail du « hangar deck »

1/1000s, ƒ/2.4, ISO 160
Leica M9, Leica Summilux-M 50mm ƒ/1.4 ASPH

J'ai commencé la photographie il y a quelques années pour faire partager mon amour des paysages américains. Les lecteurs de ce blog l'auront d'ailleurs sans aucun doute constaté. Ce premier contact avec la photo m'a permis d'apprendre beaucoup de choses et de cultiver le désir de découvrir d'autres styles et particulièrement un dont j'aimerais parler aujourd'hui. J'ai en effet eu la chance inouïe d'acquérir il y a environ 18 mois un Leica M9, un « rangefinder » numérique qui a récemment bouleversé mon petit monde photo.

Le M9 fait partie du « système M » de Leica, introduit dans les années 50. Le premier appareil de cette série, le M3, date de 1954 et ses objectifs sont encore aujourd'hui compatibles avec le M9. Bien que le M9 soit un appareil moderne, comprenant un capteur Kodak CCD « full-frame » de 18 Mpixels, il emprunte de nombreux éléments à ses illustres ancêtres, tant par son apparence que par sa conception. Un rangefinder est très surprenant si vous avez comme quoi toujours utilisé des appareils de type « point and shoot » (comme l'excellent Canon S95) ou des (D)SLR (par exemple le Nikon D700 ou le Canon 5D Mk II). Les derniers modèles (M9 en numérique, M7 en film) sont en effet incapables, de par leur conception et philosophie même, d'offrir un système d'auto-focus. La mise au point se fait manuellement, à l'aide d'un ingénieux système de mécanique de parallaxe. Je ne vais pas rentrer dans les détails et je vous invite donc à consulter Wikipedia sur le sujet. Ce système de mise au point empêche également une composition « through the lens » (TTL). Quelle que soit la focale utilisée le viseur ne change pas et l'appareil affiche simplement des lignes brillantes pour estimer le résultat final. Enfin, les rangefinders, une fois encore en raison de leur système de mise au point, n'offrent que des objectifs à focale fixe (il y a quelques rares et coûteuses exceptions).

Je peux aisément imaginer votre réaction au paragraphe précédent. Qui donc voudrait bien, aujourd'hui, s'encombrer d'un appareil aussi difficile à utiliser ? Rassurez-vous, les rangefinders ont également des avantages. Je vais commencer par les avantages techniques. Grâce à l'absence de mise au point automatique, les objectifs de rangefinder sont petits, légers et offrent une qualité d'image exceptionnelle. Mon Leica Summicron-M 35mm ƒ/2 ASPH mesure une fraction de la taille et la moitié du poids de mon Canon 17-40mm ƒ/4 L. Dénués de mécaniques ou électronique compliquée, ces objectifs peuvent survivre pendant des décennies sans perte de qualité. Un objectif bien entretenu de 1954 fonctionne à merveille sur un M9 ! Leur taille permet de concevoir des optiques de grande qualité et d'obtenir de grandes ouvertures facilement (Leica propose un 50mm ƒ/0.95).

Un rangefinder offre un autre avantage important, une grande liberté. Le M9 ne possède que deux modes de prise de vue : priorité à l'ouverture ou exposition manuelle. La mise au point et le choix de l'ouverture se font manuellement sur l'objectif. Vous pouvez changer la sensibilité ISO et choisir entre RAW/JPG et couleur/N&B. Et c'est tout. L'absence de fonctionnalités avancées, compliquées ou inutiles vous permettent de vous concentrer sur l'essentiel, le cadrage et l'ouverture.

Je possède deux autres appareils modernes qui disposent de nombreuses fonctions, un Fuji X100 et un Canon 5D Mk II. Ces deux appareils sont à mon sens de superbes outils et je les utilise très souvent, bien plus souvent que le M9. Je les trouve en revanche ennuyeux. J'ai presque l'impression d'utiliser un ordinateur lorsque que je manipule ces appareils. La photo et mon sujet ne sont plus les uniques composantes de l'équation; je dois tenir compte de la complexité de mes outils. Je sais également que Fuji, Canon et bien d'autres ont annoncé ou vont annoncer des appareils similaires, trop similaires. Je ne suis plus aussi enthousiaste à l'idée des produits à venir que je ne l'étais pas le passé. Le M9, simple et discret, m'a redonné goût à la photo naturelle, la photo de tous les jours.

Les photos ci-dessus font partie d'une série prises à bord du U.S.S. Hornet, un porte-avion américain datant de la seconde guerre mondiale. J'ai encore quelques clichés de cette série à mettre en ligne mais je voulais les partager avec vous pour vous montrer à quoi ressemblent des photos prises avec un Leica M9. Ces images ont été prises en RAW et développées dans Lightroom 3. Les modifications effectuées en post sont minimes. Les superbes contraste et rendu des couleurs ainsi que le piqué extraordinaire sont possibles grâce à l'objectif que j'utilisais, un Leica Summilux-M 50mm ƒ/1.4 ASPH. Cet objectif est tout simplement fantastique, sans aucun doute le meilleur que j'ai utilisé. Le bokeh est magnifique et après avoir pris quelques photos avec je comprends enfin le « creamy Leica look » dont Steve Huff parle souvent.

Je publierai sans doute bientôt d'autres photos prises avec cet objectif. Je pense que le M9 et ce 50mm vont maintenant rarement me quitter.

Matériel utilisé :

  • Leica M9
  • Leica Summilux-M 50mm ƒ/1.4 ASPH
  • Le porte-avion U.S.S. Hornet

N'hésitez pas à me poser vos questions dans les commentaires !

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

Noiraude
Signaler
Noiraude
Heureux de ton retour, mec. Je vais voir cette histoire de M9 d'un peu plus près ^^
miouteam
Signaler
miouteam
ouai c'est difficile au viseur, mais par l'écran ya plus de probleme
RomainGuy
Signaler
RomainGuy
@miouteam Une particularité du M9 que je ne saurais pas expliquer. La mise au point a f/1.4 sur un rangefinder ne pose pas de problème, surtout avec un grossisseur x1.25 pour le viseur. Je trouve mon Canon 1.4 bien plus difficile a mettre au point sur let 5D.
miouteam
Signaler
miouteam
pourquoi les iso sont a 160, 320, et pas aux iso "normaux" comme 100, 200, 400, ça ajoute quoi de pedre ou de gagner 20 iso ?
en tout cas le f1.4 ç'est chiant a faire la mise au point, j'ai un samyang 34mm 1.4 et c'est un peu la roulette russe XD ha ? flou, on recommeeeEeEence
Eldreen
Signaler
Eldreen
Le jaune est magnifique !
RomainGuy
Signaler
RomainGuy
@RetroBob, c'est ainsi que l'on apprend ! L'ISO est la sensibilité : plus elle est élevée, moins l'appareil a besoin de lumière. Cela permet d'éliminer le flou du au bougé quand il y a peu de lumière (en intérieur par exemple, ou le soir). Une haute sensibilité va en revanche augmenter le « bruit » (une sorte de grain aléatoire qui peut devenir gênant lorsque trop visible ou coloré, le bruit chromatique).
RetroBob
Signaler
RetroBob
Tout cela m’intéresse mais j'avoue que j'en suis encore à me demander sur mon numérique à quoi correspond les différents ISO.

Un Monde en Images

Par Blog créé le 26/02/11 Mis à jour le 11/04/14 à 07h27

Ajouter aux favoris

Édito

Un Monde en Images est ma façon de vous faire partager ma passion pour la photographie. Je vous invite à découvrir avec moi des lieus étonnants, des paysages magnifiques et des moments de la vie de tous les jours. J'en profiterai également pour partager avec vous mes techniques et astuces.

Vous pouvez retrouver toutes mes photos sur les sites suivants :

curious-creature

Flickr
500px
Twitter

Je travaille chez Google depuis 2007, où j'ai passé 7 ans dans l'équipe Android. Je fais aujourd'hui partie d'un autre projet qui n'a pas été annoncé.

Archives

Favoris