Premium
L'Antre de Revan
Signaler
(Jeu vidéo)

 

 Test du jeu que j'ai effectué il y a maintenant 2 ans. Je me suis dit que vous le partager serait une bonne idée.

 

 Si on devait se demander un jour « j’aimerai acheter une PSVita mais avec quel jeu » , je répondrais sans hésiter : Gravity Rush. Sorti le 12/13 juin sur notre continent, voici une exclue dont on entendra parler plus qu’à l'accoutumée. Gravity Rush se démarque par son univers, son héroïne, son scénario, sa bande-son… digne des plus grands, c’est avec un immense plaisir que je vais vous faire découvrir le test d’une histoire qui restera ancrée dans vos esprits.

 

Il était une fois...

 

On touche un point culminant de Gravity Rush. Si on pouvait s’attendre à quelque chose de grandiose, il s’avère en réalité que notre expérience se retrouvera un peu amoindrie en émotion. L’histoire met en scène une jeune fille pour le moins charismatique au teint de peau mate (pour un jeu japonais, c’est assez ironique). Amnésique, elle se retrouve dans une ville au doux nom imprononçable. Elle va donc partir en quête pour retrouver sa mémoire perdue et son passé. Celle-ci lui permettra donc découvrir plusieurs quartiers de la ville, de pouvoir rendre service à la populace et surtout, de débarrasser la ville de monstres, les Nevi et d’un mal plus grand encore. Mais le point fort de Kat (après son physique aguicheur) c’est sa capacité à maitriser la gravité grâce à un chat noir qui l’accompagnera partout où elle ira, même dans les tréfonds les plus obscurs. Très peu de vidéo, mais des scènes qui rappelleront sans aucun doute les plus grands comics. A chaque conversation, une BD s’affichera et tâche à vous de tourner les pages pour poursuivre l’aventure. Je vous disais plus haut que le « grandiose » n’est pas au rendez-vous et cela est dû en partie par une évaporation de l’héroïne. Ne pensez pas tout découvrir de Kat rapidement, car nous resterons sur notre faim très longtemps avant d’en apprendre plus. De sus, on pourra évoquer quelques à quelques instants le côté répétitif des missions « annexes » que nous reprendrons plus bas. Kat se fera des amis, mais également des ennemis et la plupart d’entre eux ont un vrai aspect psychologique, ce qui rend l’aventure encore plus prenante et intéressante.

 Graphiquement parlant... 

 La pâte artistique a été travaillée, c’est indéniable. La Team Siren a trouvé un bon compromis entre le côté anime/manga/cell shading et ce n’est pas pour nous déplaire. C’est beau et prenant, l’univers entier se respecte même si les couleurs peuvent parfois être ternes. Chaque quartier connaît son propre schéma de couleur, sa propre architecture, c’est grand, profond sans oublier qu’il fallait également travailler l’aspect « à l’envers » grâce à la gravité qu’utilise Kat. On se retrouverait presque projeté dans un univers steampunk et rien n’est laissé au hasard. L’écran de la PSVita nous transmet tout cela avec la plus grande réussite grâce à son contraste et sa résolution. Les scènes BD ne sont pas en restes avec le côté interactif : on a vraiment l’impression d’avoir une BD dans les mains. Pour terminer cette partie, les Nevi ont eux aussi bénéficié d’un dur labeur à n’en point douter. Beaucoup de Nevi de classes différentes qui vous feront sûrement penser aux ONI de Tsubasa Chronicle pour certains. ( Avis aux connaisseurs)

 Munissez-vous d'un bon casque... 

 La bande-son a été faite de sorte à vous faire vivre une expérience de jeu qui ne vous laissera pas insensible. Du jazzy à la mélodie pour les scènes les plus calmes, quand vous parcourez la ville, vous êtes transporté sur un lit de passion. Vous vous surprendrez sans doute vous-même à traverser la ville sans but quelconque si ce n’est de se laisser porter au rythme de votre casque posé sur vos oreilles. Mais nous changeons très vite de style une fois les phases découvertes terminées. L’action fait place à des morceaux beaucoup plus rythmés et cela, pour augmenter l’immersion. L’ambiance des quartiers vous fera vivre cette histoire dans une histoire :) !

 La Technique...

Le point le plus important du jeu. Dans « Gravity Rush » vous entendez sûrement le mot « Gravity » et donc plus communément pour nous les Français : Gravité. Le chat de Kat lui confère la pleine gestion de la gravité alors évidemment la première chose qu’on ressent c’est la peur de la gestion d’un tel pouvoir et surtout sur une console portable naissante qu’on pourrait croire encore mal exploité. Heureusement, il n’en est rien ! Malgré une caméra trainante lors de glissade de gravité (Ruuuuush), de coup de pied gravitationnel et j’en passe et des meilleurs, la prise en main se fait assez rapidement. La détection de mouvement est aussi mise à l’honneur et même si au début vous penserez que c’est trop difficile, au contraire c’est cette fonction qui vous sauvera la vie. Il vous sera donc possible de marcher sur les murs de la même manière que le fait Spiderman sauf que là, Kat sera debout. La grande classe. A la manière d’un jeu de rôle, vous pourrez améliorer les capacités de Kat qui se séparent en plusieurs groupes :

 

- Pouvoirs innés

- Pouvoirs de combat

- Pouvoirs gravitationnels

- Attaques spéciales

 

Pour les améliorer, il vous faudra glaner des orbes violets que vous gagnerez lors de vos missions (quêtes principales), des missions annexes (consiste à remplir des défis comme des courses gravitationnelles, contre la montre, combat contre des Nevis…) ou bien tout simplement en visitant la ville dans tous ses recoins et même en dessous ! Sans améliorer Kat, impossible d’avancer dans l’aventure tant les défis sont compliqués et les ennemis robustes. Pour les combats, rien de plus simple, « carré » pour trapper ; esquive grâce à l’écran tactile ; « triangle » attaque spéciale ; « croix » pour sauter et « rond » pour créer un champ gravitationnel. Très nerveux oui oui… Il vous est en effet possible de créer un champ gravitationnel pour balancer des objets sur les ennemis ou bien tout simplement pour déplacer des objets ou personnes vivantes (oui oui…). Kat dispose d’une jauge de pouvoir gravitationnel qui se décharge à mesure que vous utilisez la gravitation. Au fur et à mesure du jeu, vous avez la possibilité d’améliorer tous ses aspects et donc de devenir la « Reine de la Gravité ».

C'est long mais si court à la fois...  

Il m’a fallu une douzaine d’heures pour finir le jeu. Il faut rajouter à cela tous les défis ainsi que la quête des trophées. Si vous prenez votre temps, à découvrir chaque recoin de la ville, à améliorer toutes les capacités de Kat pour remporter chaque défis, il faudra compter aisément une vingtaine d’heure sinon plus pour terminer le jeu à 100%. Sans compter qu’il faut retrouver les âmes errantes ce qui n’est pas une tâche facile… Pour un jeu de ce genre sur une console portable autant dire que la durée de vie est très conséquente et vu l’expérience de jeu donnée, on ne pourra que s’en ravir.

 Pour terminer...

Team Siren signe un chef-d'½uvre de marque. Un grand cru sur une console qui peine à « re »lever le bout de son nez. L’aventure se laisse vivre, mais est tellement prenante qu’on ne se rend compte des heures passées dessus. On en demande toujours plus, la seule chose qu’on garde à l’esprit avec ce jeu c’est : je veux en savoir plus. Libre à vous de vivre cette expérience qui à mon sens justifie l’achat d’une console. Gravity Rush rejoint les plus grands dans le genre. En espérant qu’une suite arrive un jour… Maintenant, j’attends Freedow Wars

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Jeu vidéo)

 

Dépité. C'est le terme. Je ne trouve pas d'autre mot plus fort pour exprimer mon ressenti face à la guerre des consoles que se livrent les soi-disant Gamer d'avant et d'aujourd'hui. Ce post est plus un coup de gueule qu'autre chose, il n'a pas vraiment non plus d'intérêt mais j'ai été affligé de voir sur plusieurs sites, l'ampleur démesuré que prend cette Guerre sans fin.

Plutôt qu'un long article illisible, lourd et déjà vu, je vais juste aborder ce sujet avec de la réthorique:

- Je ne comprends pas pourquoi vous ragez quand une console se vend mieux que celle que vous portez dans votre coeur.

- Je ne comprends pas pourquoi les PCIstes traitent les gamers console de Pigeon sous prétexte qu'ils désirent jouer à des jeux moyennant une somme moins importante qu'un bon pc pour faire tourner un jeu ne serait-ce qu'en Medium.

- Je ne comprends pas pourquoi vous crachez chacun sur les autres parce qu'il à une PS4 alors que vous jouez sur Xbox One. (Est-ce que cela vous aide à mieux dormir).

- Je ne comprends pas non plus pourquoi ni ce que ça vous apporte de dire: De toute façon, ce jeu est plus joli sur ma console. Sérieux, on s'en branle, les choix et les couleurs ne se discutent pas. Pourquoi toi tu mets des Air Max alors que moi je met des Adidas montantes ? Le conformisme n'est pas la meilleure des choses si ?. Sinon où se trouve la diversité ?

- Pourquoi vous vous sentez obligé de rabaisser les autres sous prétexte que les Final Fantasy sont maintenant Multi-plateformes et plus exclusif à Sony ? Posez-vous plutôt la question suivante: Si vous avez l'occasion de vendre un produit à 60 millions de consommateurs plutôt qu'à 30 millions, vous feriez quoi ? Et soyez honnête avec vous-même s'il vous plaît.

- Est-ce que ça vous fait bandé de voir qu'un jeu sur la console "Ennemie" est repoussée maintes fois ? Vous vous sentiriez comment si Halo avait été repoussé également ? Déçu non ? Alors mettez-vous à la place des personnes qui attendent un jeu avec impatience. Oui, vous êtes pareil :) je vous rassure.

- D'ailleurs, si les gens ont envie de dépenser 100e de plus pour pouvoir profiter d'autres choses, vous passerez une moins bonnes journée si vous ne sortez pas un: "Hey petit Pigeon". ? (Vraiment, ça me tracasse).

- Microsoft ou Sony vous paie pour faire la promotion pour eux ? Si oui, je veux bien un lien, peut être que je m'y mettrais aussi, qui sait ? Tout est bon pour se faire de l'argent non ?

- Combien de Pro Microsoft avaient la PSX, la PS2 et la PS3 ou y ont juste joué, passé de bons moments avec leurs potes ? L'inverse est également possible.

- Ça vous rapporte une quelconque satisfaction personnelle d'aller sur un forum de JV et de dire: de toute façon, c'est mieux sur PC. Honnêtement, vous pensez toucher qui ? Vous faites valoir un point de vu dont tout le monde se fou royalement. Surtout quand c'est si bien argumenté. Et quand bien même si ça l'est, ça change pas grand chose au fait que: Moi j'ai une PS4 j'en suis content, qu'est-ce que ça peut te foutre ?

 

Alors si vous aussi, ça vous révolte (ou pas), laissez un commentaire à la manière ci-dessus ! On va bienr rire :) !

Ajouter à mes favoris Commenter (80)

Signaler
[La Source] (Littérature)

Bonjour, finalement, après pas mal de temps de réflexion, je me décide enfin à poster un Roman que je viens de commencer. J'ai plusieurs fois hésité et peut être que je l'abandonnerai, rongé par cette histoire qui me tiens à coeur. Désolé pour les fautes d'orthographes, je n'ai pas pris le temps de me relire mais pour la prochaine fois, je ferai mieux. Je vous laisse donc découvrir le prologue ainsi que le 4ème de Couverture. Bien à vous.

 

4ème de Couverture

Oubliez la vie que vous aviez, oubliez les idées toutes faites mais surtout oubliez le monde tel que vous le connaissiez. Toutes les bases ont été redéfinies, plus rien ne sera comme avant. La cruauté de l'Homme a atteint un tel paroxisme que la Source décida de changer les règles.

Et les règles sont simples:  Fuis, Survis, Tue, Grandis et Meurs. Renaît.

 

Prologue

 

Mes yeux étaient clos. Je peinais à les ouvrir, je n’y arrivais même pas du tout en réalité. J’ignorai où je me trouvais ni même qui j’étais. Mon nom… Non, rien du tout. Je savais une chose. J’étais allongé. Probablement sur le sol car la surface était dure et froide, un peu comme du carrelage. Mes mains étaient posées dessus d’ailleurs. Je n’arrivais pas à les bouger, comme tout le reste de mon corps. Pendant plusieurs heures, je demeurais immobile, tentant tant bien que mal à soulever mes paupières, lourdes, comme si elles avaient été collées par je ne sais quel procédé. Après un effort surhumain, je parvenais tout de même à ouvrir les yeux mais la lumière blanche écarlate me brulait la rétine si bien que je du recommencer plusieurs fois afin de les habituer à cette clarté. J’étouffais ce qui ressemblait de loin à un rire, si on m’avait fait une blague, alors c’était réussi. J’étais allongé dans une pièce de 10 mètres carrés, pas de portes, pas de trappes et des murs d’un blanc brillant immaculé. Le plafond devait se trouver à deux mètres, peut être légèrement plus. Je m’exerçais à bouger un doigt, puis un autre jusqu’à ce que mes mains répondent parfaitement à ce que mon cerveau leur demandait. Si j’avais une montre, je pense qu’une journée se serait écoulée jusqu’à ce que je parvienne à m’asseoir et une seconde pour que je me lève. J’avoue que j’avais perdu la notion du temps. Quelle jour étions-nous ? De quelle année ?  Quel âge pouvais-je avoir ? Tout avait disparu. A chaque fois que je tentais de raviver mes souvenirs, d’accéder à la partie de mon cerveau qui me permettrait d’y voir plus clair, je me heurtais à un mur en béton armée de plusieurs centimètres d’épaisseur et une migraine s’ensuivit à chaque fois. Mais cette amnésie m’amena à me demander pourquoi. Pourquoi avais-je tout oublier. Étais-je quelqu’un de mauvais ? De trop bon ? Avais-je fait du mal à quelqu’un ou bien peut être étais-je tomber malade. Qui sait, qui pouvait savoir ? Sûrement ceux qui m’avaient enfermé dans cette pièce. Il faudrait que je leur demande si un jour je les croise, j’avoue que la réponse m’intéressait quelque peu. Mon corps n’était apparemment pas habitué à tant d’effort, je m’obligeais (contre mon grès s’entend) donc à m’asseoir contre un mur pour me reposer un peu. Combien de temps cela faisait-il que je n’avais pas manger et surtout, pourquoi étais-je nu ? Étrangement, je parvenais à garder mon calme, à être rationnel et à ne pas perdre la tête. Ce qui m’étonnait je l’avoue. Je me suis assoupi quelques minutes et quand j’ouvris une nouvelle fois les yeux, une pile de vêtement était apparut au centre de la pièce ainsi qu’un sac à dos. Une paire de chaussure qui m’allait comme un gant, à croire qu’elles avaient été faites sur mesure pour mes pieds. Autre nouvelle, une assiette m’attendait. Je n’étais qu’un homme et oui, je commençais à faire connaissance avec la faim qui me tiraillait l’estomac. Avant de me rassasier, je m’habillais. J’étais surpris de voir les vêtements qu’on m’avait donner. C’était une combinaison de sport renforcée. Noire, de plusieurs millimètres d’épaisseur. Elle me collait comme une seconde peau et s’adaptait même à mes mouvements, ma respiration, à mes parties…Enfin bon, je l’enfilais non pas sans difficulté car j’avais encore du mal à tenir physiquement. J’aurai voulu me voir dans une glace, je n’avais aucune idée de ce à quoi je ressemblais, avec ou sans la dite combinaison. Je terminais mon assiette en toute hâte puis me levais pour m’étirer. Dans mon dos, quelque chose coulissa. Une issue. J’avais du mal à comprendre ce qui se passait et c’est avec hésitation que je passais le pas de la « sortie ». Une autre pièce m’attendais de l’autre côté. Cette fois-ci je fus stupéfait. Une armurerie. Mais ce n’était pas des armes à feu. Essentiellement des armes à lames, pointes… Des arcs, épées, haches, dagues, sabres et même de marteau. Un écran s’illumina sur un des murs. Une inscription disait: « Fuis, Survis, Tue, Grandis et Meurs. Renaît ». Ces mots me disaient quelque chose mais je n’en comprenais pas le sens. Instinctivement, je m’approchais d’un arc recourbé fait en alliage. Léger et pliable, il ne prenait que très peu de place. J’accrochais le carquois dans mon dos puis j’attachais également de quoi porter deux dagues droites. Leurs lames étaient noire, d’une longueur d’approximativement 40 centimètres. Leur équilibre était parfait. Tout cela me semblait familier. Je réfléchis quelques instants pour voir si quelque chose d’autre pouvait m’être utile. Je pris donc un couteau qui me servirait sûrement pour ma survie. Ma survie. Je commençais à comprendre. Je refusais de prendre une épée. Si je devais fuir, autant être léger. L’écran grésilla quelques instants et de nouveaux mots s’affichaient:

« Dans ta tête se trouve les réponses, Bonne chance Ethan. Si tu meurs, JE meurs. Tu es la source. ». Une nouvelle porte coulissa.

Chapitre 1 - Fuis

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

L'Antre de Revan

Par Revan Blog créé le 21/02/14 Mis à jour le 18/04/14 à 15h40

Développeur Web, écrivains à mes heures perdues, artiste en mauvaise foi, et UX Designer de temps en temps.

Ajouter aux favoris

Édito

Bonjour petite communauté (à l'échelle mondiale), je me présente, David. J'ai 24 ans et j'évolue dans le monde des Internet en tant que Développeur et Web Designer. J'ai divers passions que sont l'écriture, les jeux video mais également le Web. 

Vous trouverez sur ce blog pas mal d'écrits réalisés par mes petits doigts inspirés  mais aussi et parfois des test de jeux qui me tiennent à coeur, des éditos, des coups de gueules et j'en passe.

Je suis professionnel en mauvaise foi et tout ce que je dis, je le dis sans langue de bois ni prendre de pincette. J'aime échanger (quand c'est constructif bien entendu) et partager, d'où ma présence ici.

En espérant que vous vous plairez dans mon antre ! (Fan de Revan et de Star Wars par dessus tout).

Archives

Catégories