Édito

Bonjour à tous, bienvenue sur mon troisième blog, celui-ci parlant de jeux vidéo (sans blague, t'es sur gameblog, et tu parles de jeux vidéo... So original...).

Comme indiqué dans la description, au programme, il y aura des tests, des coups de gueule, des coups de coeur, des divagations, et un peu de tout et n'importe quoi qui touche de près ou de loin à ma passion.

J'espère que j'arriverai à vous faire comprendre mes opinions parfois un peu en décalage avec le monde, pouvant paraître de temps en temps complètement axé fan-boy d'une marque (mon naturel compréhensif m'oblige à prendre la défense de tous les studios, sauf les plus indéfendables... N'est-ce pas, EA ? :p ).

Pour information, ce seront surtout des jeux sur console Sony (PSP, PS2, PS3, peut-être PS Vita), à la limite Nintendo (mais ce serait plus du SNES, un peu de NES et peut-être de la Wii [U]), et enfin PC (inconditionnel de Steam, avec un intérêt grandissant pour Desura et surtout les studios indies).

Le ton est donné, comme dirait le plombier : LET'S GO !

Archives

Favoris

Renkineko : Chroniques d'un passionné

Par Renkineko Blog créé le 29/06/12 Mis à jour le 27/04/13 à 18h18

Joueur invétéré depuis ses 5 ans, grammar nazi depuis ses 18, écrivain en herbe depuis ses 21, il n'en fallait pas plus pour vouloir faire un blog sur les jeux vidéos. Au programme : tests, coups de gueule, coups de coeur, et divagations.

Ajouter aux favoris
Signaler
Coups de coeur

Ah, les musiques MIDI. C'est quand même toute une génération qui a appris à aimer les jeux vidéo sous ces notes très chip, mais absolument pas cheap. Le problème avec les ordinateurs récents, c'est qu'il faut être un ingénieur son confirmé pour avoir des MIDI de jeux vidéo conformes à vos souvenirs. En gros, selon la "bibliothèque" que vous avez (le SoundFont), certains sons du MIDI seront modifiés. Ainsi, il y a de cela quelques minutes, je ne pouvais juste plus écouter mes "OST" de Secret of Mana, les sons MIDI faisant juste n'importe quoi.

Il se trouve qu'au fil de mes recherches, je suis tombé sur l'ost "complète" mais sous forme de SPC (sur ce site). En effet, je n'avais qu'une dizaine de chansons sur la cinquantaine disponible. Problème : comment lire le SPC ? C'est presque du fichier brut de ce que j'ai compris. Il faut savoir que je n'utilise absolument plus WinAmp, depuis au moins... Allez, au bas mot, 5 ans. J'utilise un lecteur portable très puissant et super léger, XMPlay (encore une trouvaille du singe d'ailleurs). Il y a un plugin disponible tant pour WinAmp que pour XMPlay, qui s'appelle SNESamp, ou Samp pour les intimes, qui permet de lire ces foutus fichiers SPC.

Incapable que je suis de configurer Samp sur XMPlay, je m'avoue vaincu et télécharge WinAmp. Et grâce à la technique expliquée plus bas que j'ai découvert sur ce site (marrant, on dirait mon vieux tuto sur SysReset et les fserv, genre le truc écrit en comic sans ms, avec une mise en page douteuse et fait un peu à la rache mais qui dépanne bien) et ce site (le même mais en anglais et un peu mieux présenté ^^), je viens de me rendre compte de tout le potentiel, de toute la puissance que peut parfois me cacher des logiciels aussi anodins que WinAmp :)

En somme, depuis WinAmp (ainsi que XMPlay et sans doute bien d'autres lecteurs, mais XMPlay m'a fait faux bond au moment d'enregistrer des fichiers en mp3, ce qui n'a pas fait avancer le schmilblik ^^), on peut ne pas demander à ce que l'output (la sortie audio) se fasse sur les hauts-parleurs, mais dans des fichiers. Quel intérêt, me demanderez-vous pour ceux qui n'ont pas encore compris. C'est un peu comme enregistrer un flux si vous préférez, ainsi un fichier que vous ne pouvez lire QU'avec WinAmp pourra être enregistré dans un format un peu plus universel (en l'occurence WAV mais on peut en choisir d'autres apparemment). Vous venez donc de faire la première étape, transformer le SPC en WAV. Cela vous a pris entre 2 et 5 mn selon le temps total que vous convertissez (avec les OST de Zelda 3, cela m'a pris EN TOUT, donc faire cette manip ainsi que celle du WAV -> MP3, à peu près cinq minutes, pour 51mn de musique... Donc, faire un ratio de 1mn de conversion SPC -> MP3 me paraît jouable :) ).

Pour enregistrer sur le disque dur au lieu d'écouter via la sortie audio normale, il suffit d'aller dans les préférences (CTRL P), d'aller sur Plugins -> Output (ou Sortie si on l'a en français ^^), et de choisir out_disk.dll (donc écriture sur disque, ou disk writer), et de faire lecture après avoir configuré le dossier où l'on veut que la sortie se fasse (plus quelques conventions de nommage optionnelles).

Maintenant il suffit d'utiliser un autre logiciel de conversion bien connu, j'ai nommé CDex (d'autres iront bien sûr, mais je parle de lui car j'ai déjà la version portable (comment ça accro à la légèreté des programmes ? Non non pas du tout ^^), ce qui fait un utilitaire en moins à installer ou à télécharger).

Ainsi, en très peu de temps, je viens de chopper et convertir les OST de Secret of Mana, Zelda 3, Illusion of Time (ou Gaïa, comme vous préférez), Yoshi's Island... En environ une trentaine de minutes car je suis maniaque sur l'organisation des dossiers...

Et honnêtement, revivre ces musiques en bonne qualité (celle du jeu ingame en fait), sans être dépendant du chip configuré par le PC, ça me change juste la vie. J'espère que ces astuces vous seront utiles. Moi j'vais prendre mon pied sur le reste des OST.

 

Et le mieux mais ça j'en mettrai pas ma main à couper, c'est qu'il y a de fortes chances pour que les musiques soient comme les jeux eux-même : en abandonware, donc assez libre (genre vous devriez pouvoir les télécharger légalement que ça m'étonnerait pas). Au pire, comme le SPC serait un rip du ROM, ne tentez l'expérience qu'avec les jeux que vous possédez physiquement, histoire de rester légal.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Divagations

Aujourd'hui un article un peu spécial, car il ne touche que de loin le jeu vidéo. En fait, récemment, j'ai enfin terminé et torché en long en large et en travers Deus Ex HR. C'est un jeu qui m'a beaucoup fait réfléchir, mais je me disais que tout cela restait du domaine du cyberpunk, de la science-fiction, et d'un futur un peu trop éloigné pour que je m'inquiète sur les dérives que pourrait entraîner les "augmentations", ces prothèses robotiques, sur l'humanité.

Il y a de cela quelques jours, je suis tombé sur cette vidéo, extrêmement intéressante, lors de mes pérégrinnations sur la toile. Il s'agit d'un conférencier apparemment assez connu, qui nous met en garde contre deux grands bouleversements. Voici la vidéo. Si vous ne vous intéressez pas à l'économie américaine, zappez directement vers la 7ème minute.

Pour ceux qui n'ont pas la foi de la regarder en entier, je vais essayer de vous la résumer. Il explique que derrière la crise économique actuelle, il y a aussi une autre "crise" qui va dans très peu nous toucher de plein fouet, qui sera l'ultime reboot de l'humanité. Cette vague technologique consiste à fusionner notre capacité à créer des cellules, à créer des tissus organiques, et à créer des robots. D'ici quelques années, "It's the end of the world as we know it", pour ceux qui aiment le visiteur du futur.

En somme, aux vues des progrès que nous avons fait actuellement, nous allons rendre la vue aux non-voyants, nous allons rendre l'ouïe aux mal-entendants, etc. Mais en fait, ces personnes qui, à la base, sont nées avec un handicap, vont devenir non plus des personnes comme les autres, mais des sur-hommes. Les prothèses seront capable d'entendre et d'analyser les ultra-sons, de faire du macro-focus, de zoomer. Imaginez un peu, vous devez vous faire opérer, une opération très difficile, très précise, et le chirurgien aura des prothèses implantées dans les yeux lui permettant de zoomer selon ses besoins, etc.

On remarque que lors des évolutions de notre espèce, il y avait plusieurs "espèces d'hommes" qui co-existaient sur la même ère, et c'est normal. Dans la vidéo il montre un graphique temporel, et il y a cinq de nos évolutions qui se chevauchent et se mélangent. Le fait de maîtriser ainsi notre évolution, à l'aide des machines, va faire qu'une nouvelle espèce va émerger. Et ce n'est pas dans mille ans, ce n'est pas dans cinq siècles, mais selon ce conférencier, nous allons le voir arriver, et nos petits-enfants vivront cette émergence de plein fouet. Nous deviendrons non plus des Homo Sapiens Sapiens, mais des Homo Evolutis (je pense que ce nom est donné par Juan Enriquez et n'a rien d'officiel ^^). Sa définition est la suivante :

C'est un hominidé qui prend le contrôle direct et délibéré de l'évolution de son espèce et d'autres espèces.

Ainsi donc, Deus Ex Human Revolution n'est peut-être pas si éloigné de la réalité. Sauf peut-être sur Final Fantasy XXVII. Je ne pense pas qu'il sortira en 2027 :)

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Tests

Bon, j'avoue, je fais du raccourci facile. Alors, qu'est-ce que c'est que ça, Offspring Fling! (il faut pas oublier le "!", c'est dans le titre...) ? C'est un jeu indépendant que j'ai choppé sur Steam pendant les soldes, recommandé par le singe, et c'est une histoire qui doit tenir sur environ... Allez... Deux lignes ? Donc, JINGLE STORY !

Histoire

Vous êtes une maman euuuh... Lapin/Mélofée/Bomberman.. On pourrait donc dire que c'est une Bombermélapin... Le Lapin, c'est celui de Secret of Mana. Mais si vous savez, le premier ennemi là qu'on croise... Tenez, vous l'avez ici ->


Et figurez-vous que be vous devez sauver vos petits qui se sont perdus/ont été enlevé (c'est pas bien clair, mais comme après un certain temps y a des ennemis... Et même un boss tout à la fin, on peut supposer qu'il y a eu enlèvement). Voilà. Vous avez 100 niveaux pour faire ça. Si vous vous demandez pourquoi j'ai dit Bomberman, c'est que vous et vos petits vous explosez dès que vous mourez, et j'ai pas trouvé de parallèle avec un héros de jeu vidéo. Si vous pouviez m'en indiquer un, je remplace, mais du coup mon Bombermélapin sera tout cassé.

Gameplay

Bon, on est sur du jeu de plateforme et puzzle tout basique. Droite, on va à droite, gauche, on va à gauche, on peut sauter, ramasser ses petits, et les lancer, et c'est tout. Quatre boutons, digne de la NES. Donc vous vous perdrez pas niveau contrôle. Il faut savoir que porter vos petits par contre influe sur vos capacités physiques... Vous sauterez moins haut et donc moins loin, et vous vous déplacerez plus lentement, si vous avez toute une clique de petit gamin piaillant au dessus de votre tête. Dans le même esprit, vous ne pourrez pas passer dans un "tunnel" si vous avez trop de gamin (ils s'empilent au dessus de vous), ce qui fait qu'il faudra parfois les lancer. Toucher un ennemi, toucher de l'eau, ou laisser votre enfant mourir de la même manière que vous pourriez, et c'est game over.

Il y a trois objectifs par niveau : finir le niveau (fleur bleue), finir le niveau sous un temps imparti (fleur dorée), et battre/égaliser le temps du dev (fleur arc-en-ciel que tu vas en chier ta mère généralement pour réussir fucking holy bordel de merde). Si généralement les fleurs dorées sont récupérables assez facilement avec du skill (bien que certaines sont pour moi une énigme sur la façon dont on doit les récupérer Oo), les fleurs arc-en-ciel c'est juste une horreur.

En soit, le jeu n'est pas bien compliqué. Mais il a vraiment, VRAIMENT une maniabilité à la con... La moitié du temps, lorsqu'on veut ramasser le gamin, on est genre 3 pixels trop à droite et du coup la mère comprend pas. Alors j'ai rien contre ce genre de problème, mais là on est chronométré, et c'est le genre de chrono qui te laisse vraiment, mais VRAIMENT pas le choix sur le côté "perfect" du niveau...

A noter qu'il y a un système de ghost pour votre meilleur temps, cela est classique, mais vous pouvez aussi télécharger des replays (suffit de faire une recherche google sur le nom du niveau + nom du jeu et généralement on tombe sur la bdd avec les meilleurs temps et replay). Le côté sympa du jeu, c'est qu'une fois la fleur dorée obtenue, vous avez le ghost du dev qui apparaît pour essayer de faire comme lui. Bon courage.

Bande-son

Bon, alors c'est un peu le souci ça la bande-son. Les musiques sont sympathiques, elles ont été faites par Alec Holowka (qui a fait Aquaria déjà et qui est habitué à bosser avec l'auteur de ce jeu, Kyle Pulver). Elles font penser à un mix entre Kirby, Kingdom Hearts (dans les endroits joyeux genre ville de traverse tout ça), et quelques vieux hits SNES... Mais elles vont entrer dans la tête, s'immiscer, tourner en boucle, car les musiques ne changent pas à chaque niveau, c'est genre toute une série de niveau a la même musique, et ça peut rendre fou. En plus ça reste des musiques pleines de bonbons et de candeur, de quoi vous faire devenir un bisounoursychopathe (oui je suis dans le mot-valise/haplologie aujourd'hui). Un exemple ici.

Graphismes

Aïe, ici ça va piquer les yeux... Comme vous avez pu le constater, les graphismes c'est du effet vieillot. En fait le jeu à la base se lance non pas en plein écran mais en fenêtré, et vous comprenez vite pourquoi... Sur un 23 pouces ça fait mal aux yeux rien que de le mettre en double grandeur. J'ai même pas essayé le full screen... Alors bon ça a son charme, mais... Quand même, avoir une possibilité de régler la résolution du jeu et non pas la taille de la fenêtre n'aurait pas été du luxe... Sinon c'est très coloré, il y a un système de pluie/orage aléatoire

Conclusion

Bon, ce jeu n'est absolument pas parfait. En fait, la mauvaise maniabilité font que la moitié du temps, voir parfois sur 90% du temps, on recommence le niveau juste parce que la touche "bas" qui est utilisée pour ramasser les lapereaux n'a pas été prise en compte, pourquoi ça mystère et boule de gomme. Apparemment il y a un léger cooldown entre chaque prise possible. Le jeu peut aussi parfois ramer si trop d'évènements se déroulent sur la map (trop d'ennemis + pluie = mauvais framerate généralement). C'est assez frustrant. Chaque niveau devient une affaire personnelle si on l'a foiré pour de la merde. Un jeu à ne pas mettre entre toutes les mains, mais qui vous occuperez toujours un certain temps. Les puzzles ne sont par contre VRAIMENT PAS compliqués, donc faire le jeu sans le côté chrono, c'est à la portée de beaucoup de monde et cela plaira peut-être aux plus petits pour commencer par un jeu pas trop complexe :)

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Astusoluces

Ce petit document, que je me suis fait il y a quelques temps déjà, vous permettra d'avoir un support, une aide de jeu qui vous permettra d'essayer d'avoir assez facilement "La mort, c'est surfait", trophée réputé difficile du jeu.

Notez qu'ici, je ne parle aucunement de récupérer les oeufs caché ni rien hein, il s'agit uniquement de pouvoir tracer directement jusqu'à la fin du jeu avec des aides pour se souvenir de comment on passe certains passages. Je n'aide pas non plus sur les énigmes, je pars du principe que vous l'avez déjà fait... Il est en style télégraphique, pour éviter d'avoir trop à réfléchir sur "où on en est dans le texte". Comme je disais, c'est juste une aide de jeu, pas une soluce :)

A la base, cette aide était faite uniquement pour moi, donc excusez le langage un peu familier, si vous voulez que je le reprenne dites-le, ce sera avec plaisir (et pour ceux qui aime je pourrais toujours laisser les deux versions :) ). C'est parti !

 

On commence en allant vers la droite. Trou à sauter. Juste après, un chariot à tirer. Attention à la corde : haute, ne pas se laisser tomber. Descendre sur la plateforme, puis sauter à droite. Après le bateau, premiers piège à ours. Tirer le premier, sauter par dessus chacun, continuer. Il y a ensuite un truc pendu à une corde, avec un piège à ours un peu plus loin en contre bas. Le ramener sous le truc pendu, puis monter à la corde.

Un peu plus loin, un tronc d'arbre est sur une pente. Sauter dessus, puis immédiatement rebrousser chemin pour éviter le rocher qui tombe. Trou suivant sans danger. Une caisse qu'on ramène sous la corde depuis l'eau, puis on sautille de branche en branche, jusqu'à faire tomber un tronc dans l'eau en contrebas. On le pousse, assez pour pouvoir atteindre l'autre rive sans problème.

Faire taper deux fois les papattes de l'araignée. Récupérer le fucking piège à ours, en FAISANT GAFFE de bien sauter par-dessus. Au pire, attendre d'être plus proche de l'araignée, le dénivelé sera plus avantageux. Faire gaffe après avoir détruit la seconde patte : la troisième fait de suite une estoc.

Aucun danger jusqu'à la mise en soie. Bien faire gaffe aux trous, il y en a un après la glissade. Se tenir prêt ! Sauter un peu après mi hauteur... Et pas au dernier moment. Pousser le rocher. Dès qu'il atteint son "point de chute", reculer à toute berzingue. Une fois le "pont" traversé, rester sur le rocher faisant traverser la grotte. La position sur le rocher n'influe pas sur sa rapidité !

Après la plateforme qui s'écroule avec la poupée pendue, attention à la corde : un piège à ours va en tomber. Revenir en arrière dès qu'on a sauté. En bourrinant le saut arrière, aucun risque, même si ça paraît mettre du temps pour resauter en arrière.

Les troncs : faire attention à celui qui doit tomber, revenir en arrière dès qu'on a cassé la cale. On peut aller sur le tronc soutenant la cale sans sauter, pour pouvoir se préparer. Le tronc suivant tombe, sauter à mi parcours à peu près. Juste après celui sur lequel on atterrit, arrive la boule piquante. Sauter par dessus ! Calculer le saut à peu près au moment où il va détruire le tronc qui gène. Une glissade dangereuse juste après, ne pas oublier de sauter (elle est lente).

Aucun danger sur la fausse araignée. Attention après le trou plein d'eau, il y a le piège du pneu en flamme : revenir en arrière dès qu'on entend le roulement du pneu. Les autres obstacles, si on fonce après que le pneu ait disparu, ne devraient pas poser problème.

Attention aux pièges à ours croisés. D'abord celui qui tombe vers la droite, puis celui qui tombe vers la gauche. Après avoir passé ça, on tombe sur un rondin à faire flotter. Ne pas oublier de sauter (l'araignée s'approche assez vite) : il y a un p'tit "icerberg" au milieu de l'eau, qui permet d'accélérer le mouvement. Tronc à bascule : attendre que l'araignée approche assez pour lever le tronc du bon côté. Il faut sauter à l'apogée du tronc, et rester appuyé sur le saut tout le long pour prendre vraiment le plus d'ampleur possible. Pousser le second tronc et casser la cale du rocher. Aller se réfugier sous la corniche, et une fois l'araignée écrasée : continuer en sifflotant, car RAS jusqu'à la glissade.

S'approcher de l'araignée jusqu'à ce qu'elle arme sa patte. S'éloigner, et lui arracher, puis la faire rouler jusqu'à la fosse. Puzzle suivant : RAS, on grimpe l'échelle, on casse la corde en sautant à pieds-joints sur la caisse, et on l'amène à la plateforme suivante. La première fosse à eau est sans danger. La seconde il faut aller de cadavre en cadavre, puis tirer le dernier pour le pousser dans la fosse piégée. On continue jusqu'au piège suivant.

Premier piège : il faut sauter sur le bouton du milieu. Second piège : il faut sauter PAR DESSUS le bouton du milieu. Puis on passe par dessus la fosse. Dès que les ennemis ont tiré une première salve de fléchettes, rebrousser chemin (en faisant attention donc, l'ordre c'est : fosse, par dessus bouton, sur bouton).

Ecran suivant : Mettre le chariot sous les rouages, faire descendre la corde, descendre, grimper sur le chariot, reprendre la corde et la faire descendre, chopper la corde suivante, attendre que les deux portes soient à même hauteur, puis les passer.

Puzzle suivant : prendre garde à l'eau à la fin de la pente, sauter par dessus la caisse et la traîner sous les bouffe-larves. Sur l'écran suivant, attirer le crapeau dans la roue et actionner le levier. Ensuite, aller tirer le tronc d'arbre au centre du lac et tirer la corde pour remplir le bassin. Traverser, puis sauter sur les... algues ? qui dépassent.

Pousser la caisse jusqu'à sous la trappe. Puis pousser le levier après avoir ouvert la trappe (on peut aussi ouvrir la trappe après avoir poussé le levier, on a largement le temps), récupérer la caisse suivante et la tirer légèrement pour pouvoir grimper sur la corniche. Ensuite, tirer la trape, pousser le ballon sous la cagette, puis remonter rapidement et se placer sur la cagette pré-nommée.

Puzzle suivant : Actionner le levier du bas deux fois, grimper sur la plateforme centrale et continuer. Attendre que le vers penche à droite, tirer la caisse, se prendre le parasite, aller à la lumière grâce à la caisse, casser le tuyau, aller vite à la lumière, revenir en arrière, revenir encore à la première lumière, grimper les deux échelles, attendre que le tuyau soit à notre hauteur, puis se faire bouffer le vers.

Grimper l'échelle, sauter le grand fossé, puis descendre le toit. Grimper par la gouttière, attendre que la lettre H s'éteigne, puis se laisser tomber du O. Eteindre l'électricité, traverser l'enseigne, puis aller sur le dome vitré. Tirer le chariot-échelle, et se laisser tomber du haut. Se laisser descendre par le tuyau, et faire s'écrouler l'échaffaudage à gauche. Aller récupérer le parasite, faire le trajet en sautant comme il faut. ACTIONNER l'interrupteur, et ralentir au maximum. Sauter par dessus la scie (passage pouvant être tendu).

Retourner par dessus les tuyaux en faisant tanguer le premier et en tirant au max le second (aucun risque de tomber). Retourner à l'ascenseur, récupérer la caisse, la faire monter, placer l'ascenseur sur la balance, faire descendre la caisse et l'amener à côté du levier à tirer. Repousser le levier et monter vite sur la corde. Actionner le premier bouton, attendre 2s et actionner le second. Récupérer la première caisse qui tombe et la placer sous la seconde avant qu'elle ne tombe (passage pouvant être tendu). Grimper sur la corniche.

Grimper l'échelle et approcher doucement le moustique géant. Continuer et grimper l'échelle. Coller la caisse contre la porte qui s'ouvre, et grimper à nouveau l'échelle. Activer la sortie de pneu, aller de l'autre côté de la première plateforme (il faut tirer la première et pousser la seconde). Retourner au bouton poussoir où le pneu est tombé. L'activer, faire descendre la caisse, et activer le levier à droite.

Passer l'énorme rouage, prendre les deux caisses avec, mettre l'une sur l'interrupteur, l'autre sur la plateforme qui se lève. Ensuite, grimper à la corde, se balancer, activer la poulie, et récupérer la corde quand elle se balance. Activer les rouages, attendre que la porte s'ouvre, et la passer.

Désactiver l'aimant, faire monter la caisse au max, activer l'aimant, activer l'interrupteur, passer la porte. tirer la caisse près du levier, activer le levier. Prendre la chaîne, la monter un peu pour pas mourir, aller sur la caisse et bien timer le saut pour aller sur la chaîne après la scie.

Se laisser tomber, activer le levier, pousser la caisse au bord du gouffre, passer la porte qui se referme juste après et continuer dans le noir. Premier rouage, RAS, puis on récupère un parasite. Prendre le rouage, sauter, lumière, retour sur le rouage, et sautiller sur le tapis roulant. Passer la première presse. La seconde presse doit être passée après s'être accroché sur le bord (sinon pas le temps de se hisser et de passer). Se débarrasser du parasite, prendre l'échelle après le rouage, actionner le levier une première fois, puis une seconde en timant pour pouvoir atteindre l'échelle pendant son arrêt.

Une fois en haut, placer le chariot sous le levier, pousser l'échelle, et activer le levier quand l'échelle est au centre venant vers notre direction. Activer le levier, et grimper sur la plateforme avec la scie. Attendre une seconde que le chariot avance assez, et sauter par dessus la scie (chien fidèle). Faire reculer le chariot pour qu'il active le bouton avec un peu de retard (utiliser l'inertie vers le haut). Activer le levier, et rester en hauteur pour sauter sur l'échelle. Faire attention aux plateformes électriques et sauter sur la plateforme en face. Faire tomber la caisse, et continuer en restant dessus.

Passer le laser vertical sans sauter, et avant que les mitraillettes se mettent en marche, rebrousser chemin jusqu'à la mitraillette horizontale. Détruire la mitraillette horizontale grâce à la verticale puis continuer. Pousser une des caisses en haut de la pente à droite de l'interrupteur, remonter sur la pente de gauche, pousser la caisse une fois la gravitation revenue et la mettre sous l'échelle. Faire le tour et faire descendre l'échelle au niveau du bouton, refaire le cirque avec la caisse et le bouton, aller récupérer la caisse qui vole près de la première échelle, puis rebelotte après l'avoir placé au niveau de la sortie.

La salle suivante : monter par l'ascenseur, puis sur le toit de l'ascenseur, se faire voir par le laser, mettre la caisse tombée sur le toit de l'ascenseur pour se protéger, aller récupérer la caisse tout à gauche en jouant avec l'interrupteur et l'élan de la caisse, l'amener le plus proche possible de l'ascenseur. Aller tout à droite avec la première caisse, activer l'anti-gravitation, aller récupérer la seconde caisse, et se faire un escalier avec la plateforme mouvante.

Activer l'aimant, puis l'anti gravitation moins d'une seconde, le temps que la première caisse se colle au plafond mais pas la seconde. Continuer, activer l'anti gravitation. Quand le chariot arrive à l'écran, revenir sur le plancher et agripper la corde. Descendre avant de se faire embrocher. Sauter et activer le bouton. Remonter avant que la scie ne s'approche trop, attendre que l'enseigne soit allumée depuis une seconde pour sauter et ne pas oublier d'activer le bouton. Faire une pause dans le creux. Sauter tout à droite, puis reprendre par l'enseigne, cette fois-ci sans pause, encore une fois sauter environ une seconde après qu'elle se soit allumée (passage pouvant être tendu). Prendre la corde et se laisser tomber à droite.

Sauter et après avoir activé l'anti gravité, pousser la caisse au maximum. Nécessite un ou deux voyages, entre lesquels il faut rappuyer sur le bouton. Le passage suivant permet d'activer l'anti-gravité régulière. Se fier au compteur sonore pour savoir quand sauter. Désactiver l'aimant environ au milieu du compte à rebours, et sauter pour être sûr d'esquiver la mitraillette. Rester collé à droite, passer la caisse, ne pas se laisser tomber en contre-bas.

Utiliser la corniche pour se suspendre, et se laisser tomber encore une à deux secondes avant la fin du compte à rebours. Si trop tôt, possible de sauter pour limiter au max les dégâts. Passer par le trou, ne pas trop avancer à cause de la scie. Sauter environ une seconde avant que le compte à rebours change, puis sauter vers le haut à mi compteur environ pour le dernier piège. N'activer l'interrupteur qu'à la descente. Il faut avoir assez d'élan pour esquiver la scie après l'avoir activé (passage pouvant être tendu, si une mort ici, tracer et sauter directement, le timing sera parfait on s'arrêtera à quelques cm des scies normalement (en tout cas sur la version PC)).

Voir aussi

Jeux : 
Limbo
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

     
Signaler
Tests

NieR, c'est un jeu qui commence à dater (il date de 2010), mais je crois qu'il est, sans conteste, dans le top 3 de mes jeux favoris... De tous les temps. Oui. De TOUS LES TEMPS, toute génération confondue. Une histoire adulte, que Cavia (ou Square-Enix, je ne sais pas si c'est l'éditeur ou le développeur qui est à l'origine de cette décision) a eu le bon goût de spliter en deux versions différentes, pour satisfaire les différences culturelles entre l'orient et l'occident. Des graphismes étrangement envoûtants. Un univers presque aussi onirique que Shadow of the Colossus. Des musiques tout simplement irremplaçables, qui restent gravées au fer rouge dans votre esprit, des personnages ayant des personnalités bien marquées... Mais pourquoi un tel jeu n'est-il pas plus connu ?

Pour découvrir ce qu'il s'est passé, il faut essayer de se remettre dans le contexte à l'époque de la sortie. La presse internet et écrite se voit envoyé un paquetage de Square-Enix, indiquant qu'on peut tester le jeu, mais que les SEULES IMAGES que l'on peut utiliser, ce sont les images fournies par Square-Enix. What ? Hé oui, du coup ça a refroidit pas mal de testeurs et de magazines. Mais ça n'enlève juste rien à la beauté de l'oeuvre. Faisons un petit tour d'horizon, si vous le voulez bien.

Histoire

Notez que je parlerai de la version occidentale, version qui est sortie donc aux USA, en Europe, et au Japon sur Xbox 360 (oui, la version "orientale" a été sortie en fait uniquement sur PS3 au Japon, mais bon...). Pour la différence, la version occidentale (Gestalt), l'histoire se base sur un père qui veut sauver sa fille (on a donc un héros très marqué, vieux mais bien conservé) et à l'inverse dans Replicant (version orientale donc), le héros est un jeune voulant sauver sa soeur (sans doute cadette), nous avons donc un post-adolescent beau gosse... Donc, je parlerai de la version Gestalt.

La première scène se situe dans un New York (ou autre grande ville du monde) ensevelie sous des tonnes de neige. Votre fille, malade, est très affaiblie, et vous devez essayer de la protéger d'un étrange phénomène, des ombres qui déboulent après que vous ayez récupéré une sorte de grimoire parlant. Puis BOUM, ellipse de 1300 ans, il s'est rien passé, on n'a rien vu. Le monde est juste détruit. Un sentiment de Final Fantasy X commence à émerger : la nature a reprit ses droits, les gens vivent dans des villages (il n'y a plus d'énormes villes apparemment), et on y mène des vies très simples. Un véritable retour en arrière en quelque sorte.

Vous reprenez le contrôle du même personnage (étrangement, mais il y a une explication à cela, qui sera dévoilée uniquement à la fin du jeu, donc je ne vous expliquerai rien car ce serait un véritable crime) que lors du prologue qui sert de tutorial. Votre fille est toujours malade, elle a attrapée la peste runique, une maladie létale et réputée incurable qui transforme ceux qui la contracte en ombres (les mêmes que celles qui vous ont attaqué au début du jeu), mais en tant que père, vous allez tout faire pour protéger votre fille. Il y a une dimension sentimentale énorme dans ce jeu, véritablement. Cela constitue la première moitié du jeu. La seconde moitié consistera à retrouver votre fille, je ne vous dis pas pourquoi, ni comment elle a disparu, tout cela fait parti de la beauté de ce jeu.

Gameplay

C'est un A-RPG basique : Carré et Triangle permettant d'attaquer, Croix de sauter. Au début du jeu vous n'avez accés qu'à une catégorie d'armes, les épées à une main, mais dès la seconde moitié du jeu vous pouvez récupérer deux autres types : épées à deux mains (très lentes, beaucoup de dégâts mais bon...) et armes d'hast (les lances, rapides, pouvant rusher, mais plutôt faibles niveau dégâts).

A cela s'ajoute une notion de Danmaku concernant les boss (pour rappel, un Danmaku est un jeu dans lequel les ennemis tirent des salves de projectiles, créant des formes géométriques selon un pattern bien défini), des phases en 2D (en particulier dans les maisons mais parfois aussi dans les donjons pour faire une vue à la Zelda), de l'aventure textuelle (je ne sais pas si vous vous rendez compte, le risque pris à ce moment-là...), un très léger côté FPS pour balancer les magies...

En plus de cela, il y a aussi bien des activités annexes : culture, pêche, quêtes... De plus, la culture se fait en temps réel (donc en rapport avec l'horloge de la console et non pas le temps du jeu), et on peut faire des croisements de fleurs (en alternant les diverses plantes sur la même rangée...). Le jeu est ponctué d'énigmes intéressantes.

Personnages


Le héros principal, qu'on va donc appeler NieR, je vous en ai déjà parlé. Lors de ses péregrinnations, il va rencontrer Kainé, et Emil. Ces deux personnages, non jouables mais qui vous accompagnent uniquement, ont des personnalités très marquées. Kainé jure vraiment comme un charretier, et c'est assez rare dans un jeu en général, et surtout nippon, pour être souligné. Elle est vulgaire, il n'y a pas d'autres mots, mais c'est une vulgarité jouissive. Elle est très courte vêtue, et le moindre aléa va l'énerver et sera un prétexte pour une prolifération d'insultes.

Emil est un enfant aveugle, naturellement il est beaucoup plus qu'un "simple enfant". Son manoir se joue à la manière d'un Resident Evil, avec des couloirs anguleux, des caméras fixes... Marrant. Bref, il est d'un genre chouinardo-courageux, entendre par là qu'il va geindre (mais je ne suis pas sûr qu'il pleure souvent en fait, à part lors du bouleversement qui fait qu'il rejoindra l'équipe mais là c'est un peu beaucoup normal, à sa place y en a pas beaucoup qui garderaient leur sang froid), mais vite être remonté grâce aux bonnes paroles.

Avec ces deux personnages, vous avez aussi une aide précieuse en Grimoire Weiss, un livre vous permettant de faire de la magie (mais qui fait surtout de l'ironie). Les joutes verbales entre Kainé et Weiss sont un plaisir lors de vos promenades, faisant que parfois, on s'arrête au milieu d'une plaine, juste pour les entendre se disputer. Ce sont des disputes presque adultes (mais puériles) dans leur tournure. C'est en ça que ce jeu est bien : il est adulte. Il vise ce public, il réagit en fonction de ce public, et ce n'est pas un étrange mélange où on veut faire du contenu pour adulte avec une histoire pour ados ou autre.

Bande-son

Une merveille. Chaque chanson reste dans la tête, chaque endroit a sa musique, il y a des ballades, des morceaux juste épique (en particulier contre les boss), et des morceaux un peu plus rock, mais ce sont les trois principaux sons. La musique du shadowlord, que l'on entend dès le début du jeu en version "remixé", alors que Weiss se fait profondément défoncer verbalement par Kainé, est une chanson dont les choeurs resteront dans votre esprit un long moment. Je crois que c'est un des rares jeux où je peux écouter toute l'ost avec plaisir... On notera que la langue utilisée généralement est une langue inventée, mélange entre du latin (et ses déclinaisons contemporaines), du japonais et je crois du chinois ou du coréen, encore que je ne suis pas sûr pour cette dernière inclinaison. Il est aussi possible qu'il y ait des mots d'anglais (un peu difficile à dire). La chanson Grandma est un véritable chef-d'oeuvre, et je crois qu'elle est entièrement en français, même si les paroles ne veulent pas dire grand chose, l'émotion est là (à plus forte raison PENDANT le jeu :) ). Clairement des OST qui méritent d'être d'abord écoutées dans leur contexte pour bien saisir toute la quintessence des musiques.

Graphismes

C'est là le point qui est souvent reproché au jeu. Et Square-Enix savait que cela allait être leur grand souci, eux si à cheval sur des beaux graphismes pour les FF... D'où ce choix un peu débile de n'autoriser que les screens qu'ils avaient envoyé eux. Et le jeu ne rend pas hommage à la PS3, c'est vrai. Je dirai qu'il a des graphismes de fin PS2, début PS3. Lorsqu'on approche trop la caméra, les personnages deviennent flou, on a presque l'impression de voir les textures, certains pixels, parfois c'est juste frustrant. Mais vous savez, à l'époque de la SNES, les graphismes n'étaient pas ce qui faisait un bon jeu. Quand on a été habitué, comme moi, à jouer sur un Mario qui contenait même pas 100 pixels, avec un nombre de couleurs risibles, ce jeu ne choque pas. Il est juste moins bon "en comparaison", mais si l'on fait abstraction de cet effet "actuel", le jeu est juste magnifique. Il a une patte graphique bien à lui, comme je l'indiquais dans l'intro, comparable à ICO ou Shadow of the Colossus... C'est l'affaire d'une petite heure pour s'habituer aux graphismes un peu "vieillots".

Fins alternatives

 Ce jeu comporte en tout 4 fins, nommées A, B, C et D. La fin A est la première fin (normal), la fin B est récupérée lorsqu'on fait un "new game+", sachant que le new game+ n'en est pas vraiment un. Le jeu est divisé en deux grosse parties, la première où l'on cherche un remède pour Yonah (la fille du héros que j'ai oublié de nommer ^^') et la seconde, cinq ans plus tard, où l'on cherche Yonah elle-même. Le new game+ se lance au début de cette seconde partie, ne donnant du coup accès à rien du début du jeu (si vous avez oublié une quête au début du jeu, vous l'avez dans l'os, et je suis désespérément bloqué à 99% des quêtes ^^). Ce new game+ est EXTRÊMEMENT IMPORTANT ! Il FAUT le faire. Sans ça, vous n'avez pas joué à NieR.

Le new game+ rajoute en fait quelques scènes, et ces quelques scènes changent complètement, fondamentalement, la perception que l'on a du jeu. Je n'insisterai jamais assez sur ce que vous loupez si vous ne faites pas au moins jusqu'à la fin B le jeu. Pour atteindre la fin C et D, il s'agit de la même rengaine mais là aucun ajout, vous pouvez juste rusher jusqu'à la fin de la seconde partie. Il vous sera donné le choix, lorsque vous finissez la troisième fois le jeu donc, de dire ce que va faire le héros. Selon votre choix, vous débloqué la fin C ou la fin D. Sachant que lorsque vous choisissez la fin D, toutes vos sauvegardes de NieR sont supprimées, purement et simplement (le jeu vous prévient ceci dit, donc vous pouvez toujours annuler, faire un backup sur clé usb, mais du coup si vous n'êtes prévenu qu'au dernier moment, vous aurez rerefait le dernier donjon pour rien :) ). Cette suppression, originale, est expliquée dans l'histoire et a un sens. Par contre, ne vous attendez pas à un happy end. C'est une histoire mature, pour des adultes : vous savez que rien ne se termine bien dans la vie (à commencer par la vie elle-même qui se termine un jour ou l'autre, et ça c'est pas bien :) ).

Durée de vie et succès/trophées

Alors vous pouvez le rusher en 10h, c'est un des trophées d'ailleurs. Le premier segment du jeu se fait en quatre, cinq heures et le second en deux à quatre heures (à plus forte raison si vous avez déjà fait toutes les fins, vous savez exactement quoi faire quand). Si vous faites toutes les quêtes secondaires, vous pouvez monter facile à une trentaine d'heures. Si vous essayez de faire toutes les armes à fond (et donc en fait les succès, car ce seront clairement les trophées de la forge les plus difficiles), comptez facilement une bonne cinquantaine d'heures, une centaine si vous n'avez pas de chance, mais par contre ce ne seront pas des heures intéressantes car c'est du farm pur et dur (et parfois sur de l'ennemi qui n'existe qu'en trois exemplaires dans le jeu, et donc qu'il faut d'abord sortir pour revenir ensuite dans la zone pour les faire repoper, sachant qu'ils sont - bien évidemment - au milieu de la zone...).

Conclusion

Je sais que je ne suis pas forcément super explicite sur les raisons pour lesquels ce jeu doit être dans votre ludothèque, mais ne vous révéler ne serait-ce qu'un seul petit bout d'intrigue (déjà que je vous ai indiqué que vous devez chercher Yonah dans la seconde partie du jeu c'est trop), ce serait un crime. Ce jeu restera gravé en vous, et vous ne le regretterez pas. Laissez-vous juste le temps de vous habituer aux graphismes, et vous verrez, tout ira bien par la suite. C'est un jeu qui mérite d'avoir plus de succès que ce qu'il a connu.

Voir aussi

Jeux : 
NieR
Plateformes : 
Xbox 360, PlayStation 3
Sociétés : 
Square Enix, Cavia
Ajouter à mes favoris Commenter (29)

Signaler
Divagations

Pourquoi cette réflexion ? Car ils ont su trouver la façon de plaire aux joueurs. Il faut savoir que j'ai connu VALVe uniquement grâce à Portal, auquel j'ai joué chez un ami ayant la XBOX 360. Conquis, j'ai acheté le second volet sur PS3, inconscient du potentiel PC à l'époque. De plus, après plusieurs mésaventures et cartes graphiques ou alim grillées à cause de certains jeux, j'étais très réticent à jouer sur PC. J'ai donc joué à Portal 2. En ligne aussi. Et donc j'ai créé un compte Steam. Cela n'engageait à rien, n'est-ce pas ?

Puis en 2011, le couperet tombe : offre exceptionnelle, le premier Portal est gratuit jusqu'au 20 septembre 2011. WHAT ? Cracher sur le premier jeu gratuit, ce serait une honte. Je fonce, j'installe Steam, et je prends Portal. Et c'est le début de la descente aux Enfers. Un enfer doux, électronique, asocial, un enfer dont tout bon gamer rêve, mais que tout porte-feuille craint.

Pour la nouvelle année 2012, Skyrim et Deus Ex Human Revolution sont à -66%. Comment ne pas en profiter... Portal 2 les DLC sortent, et un ami m'indique que les versions PS3 possèdent une clé d'activation Steam, inutile de le racheter. VALVe a très bien compris que pour satisfaire un joueur, il ne faut pas lui vendre qu'un jeu sur une plateforme, mais vendre un jeu multi-plateforme.

En faisant cette simple offre gratuite d'un vieux jeu qui à la base n'était prévu que pour être un délire dans Half Life 2, ils se sont assurés un nouveau client, et toutes leurs promotions excessives font que ma liste de jeu augmente, encore et encore, là où je n'aurais jamais dépensé un sou à l'époque pour des jeux PC.

Et le plus drôle, c'est que désormais je vais plus facilement aller sur Steam que sur ma PS3. Elle est en train de redevenir la petite chose servant uniquement de lecteur Blu-Ray Deluxe, comme à ses débuts. Certes, certains jeux resteront pour moi inconcevables sur PC (j'ai commencé Assassin's Creed sur PS3, je terminerai la trilogie dessus), mais quand je vois la différence de calcul, de graphisme entre un PC (même pas une bête de course hein, j'ai un PC qui vaut pas grand chose, pour ceux que ça intéresse j'ai une MSI R6950 Twin Frozr III Power Edition/OC, avec un Intel i5 K655... Bref, une config qui se fait presque vieille mine de rien) et une console, je suis vraiment halluciné. Pour comparaison, Skyrim sur mon PC, les temps de chargements inter-zone durent à peine 5s. Sur console (j'ai vu sur Xbox 360), ça dure 30 à 60s. C'est dingue. Et je parle pas des graphismes.

Bref, tout ça pour dire que Steam, et VALVe, je vous dis GG. Vous avez bien fait votre boulot, vous m'avez ferré, et j'aime bien votre politique même si apparemment vous n'avez pas toujours été très blanc dans ces histoires (la sortie d'Origin d'EA a fait remonter de vieilles histoires sur vous, mais je n'en tiendrai pas rigueur).

Voir aussi

Sociétés : 
VALVe Software
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

     
Signaler
Tests

PEGI 7, que y a marqué sur la boîte. De la détente à l'état brut, que je me dis... Quel esprit malade irait demander à des enfants de jouer à ce jeu !? Mais d'abord, petit topo sur ce qu'est Sly. Notez que je ne parlerai pas des Tortues Ninja NES dans ce test, ce n'était là qu'à titre indicatif sur le "pain in the ass" de certains passages.

 

Il s'agit d'une série de jeux de plateforme / infiltration. Vous incarnez Sly Cooper, un raton-laveur issu d'une longue lignée de voleurs. Mais votre honneur est toujours intact car votre famille n'a dérobé qu'aux malfrats... Donc vous êtes pas vraiment méchant :)

 

Histoire

 

Premier épisode : Vous apprenez que la famille Cooper tiens un Codex (le Volus Ratonus), avec toutes les techniques inventées par chaque ancêtre, et que ce dernier a été dérobé pendant la jeunesse de Sly par une organisation nommée les Cinq Maléfiques (qui en ont profité pour tuer le papa Cooper devant les yeux de son fils). Avec pour seule arme votre serpe familiale et vos deux amis, Bentley (une tortue très intelligente) et Murray (un hippopotame rose un peu soupe-au-lait, le Obélix de la bande ^^), vous allez rechercher chaque page déchiré du Codex, et vous venger. Le chef, Clockwerk, est un peu le Nemesis de votre famille, qui vous poursuit parmi les siècles, mû juste par la haine. Il s'agit d'un hibou qui a remplacé son corps au fur et à mesure par des pièces mécaniques, lui donnant l'immortalité.

 

Second épisode : Les morceaux de Clockwerk ont été volé par le gang de Klaww, et il suffirait de rassembler chaque morceau pour que Clockwerk revive. Impossible de laisser passer ça, donc vous partez à la recherche de ces morceaux, et vous défaites du coup le gang de Klaww un à un. 

 

Troisième épisode : L'ex-compagnon de papa Cooper indique à Sly qu'il existe un caveau familial. Seulement, le Dr. M. a décidé de s'attaquer au caveau (réputé imprenable ^^), il a donc construit une forteresse de guedin sur l'île où se trouve le caveau Cooper, et le but de l'aventure sera de réunir une équipe de choc (enfin, c'est un énorme flashback, du coup l'aventure vous indique comment vous avez réuni une équipe de choc plutôt ^^) pour partir à l'assaut de cette île, et vous devrez finir par explorer le caveau, digne d'un mélange de Prince of Persia pour les pièges avec un Assassin's Creed chez Aladdin pour le décor et le contexte (il y a des montagnes d'or, on dirait la Caverne aux Merveilles ^^)

 

Jouabilité

 

Premier épisode : Un putain de cassage de cul et de couilles. Sly meurt au moindre coup, le seul moyen de ne pas mourir est de récupérer 100 pièces d'or pour obtenir un porte-bonheur (ou trouver un porte-bonheur, ça marche aussi...). Au fil du jeu, on obtient des pages qui permettent par exemple de ne pas mourir/perdre un porte-bonheur quand on tombe dans le vide, ou quand on tombe dans l'eau. La caméra ne pouvant pas être réglée verticalement, les phases de grimpettes où on se fait repérer par un foutu ennemi sont particulièrement frustrantes, car les ennemis eux ne font pas de cadeaux : ils ont des flingues, des mitraillettes, et nous on n'a qu'une serpe... Qu'on tient par le milieu du manche, histoire de faire une portée bien pourrie. Ajoutez à cela les techniques qui sont des fausses amies (ralentissez le temps, vous serez ralenti aussi : je ne vois pas l'intérêt, pareil pour augmenter la vitesse du temps, au final vous n'utilisez qu'une seule technique, la première obtenue). La difficulté est folle, d'ailleurs je n'ai pas réussi à le finir à 100%, les modes chrono étant réellement infernaux. Tout se joue au centième de seconde près. Ils en sont à un point où, dans les astuces, ils demandent d'y aller (sur certains) avec 99 pièces, car on perd ses porte-bonheurs lorsqu'on prend un chrono, et que certains passages ne sont faisables qu'en perdant un porte-bonheur. Vous voyez la blague ? Une horreur. Un nombre de crises de nerfs hallucinant. Les boss sont relativement variés (un truc rythmique, le boss de fin c'est du shoot, etc...). Mais encore une fois : système de visée à la con, c'est le genre de jeu où quand vous inversez l'axe X ou Y, vous n'allez pas dans la bonne direction, et quand vous mettez ces axes en "normal", vous n'allez quand même pas dans la bonne direction. Heureusement, les trophées ne demandent pas de finir les modes chrono, d'où l'explication d'un 100% et d'un platine facilement obtenable dès qu'on se met en quête d'ouvrir tous les coffres-forts ^^

 

Second épisode : Un léger mieux, on a une barre de vie. C'est priceless, sérieusement. Les techniques sont légèrement mieux gérées : là où dans le premier opus, on ne pouvait avoir qu'une seule technique, attribuée à Triangle, et où l'on switchait dans un ordre établit en faisant défiler avec R1 ou L1, ici on acquiert la possibilité d'attribuer une technique à L1, L2 et R2. R1 est utilisé pour sprinter, là aussi c'était quelque chose qui manquait cruellement dans le premier opus (même si la technique "Roulade" permettait d'aller un peu plus vite, du moment qu'on ne montait pas). Nouveauté intéressante, on peut incarner Bentley ou Murray. Bentley est vraiment horrible d'un point de vue purement combat, mais il a des phases de piratage informatique où il a un petit vaisseau/aéroglisseur et il doit se balader pour accéder à des boutons tout ça, c'est assez marrant sauf quand on est vraiment complètement dépassé par la vitesse des ennemis (et le système de visée est merdique, les munitions sont tellement fines qu'on a du mal à voir où il faut viser, d'autant qu'on tire avec le joystick droit, donc chaque dizième de degré peut compter sur un ennemi éloigné qui nous canarde). Murray est reposant : il permet de tuer en deux coups généralement chaque garde, c'est un peu le tank quoi. De plus, les pièces d'or permettent désormais (comme les porte-bonheurs n'ont plus lieu d'exister) d'acheter les techniques qui se débloquent à chaque chapitre. De là en découle la possibilité de faire les poches et de vendre des butins, quelques améliorations sympathiques. Le système de visée en mode FPS est toujours aussi pourri. En gros, clairement le moins compliqué des trois épisodes.

 

Troisième épisode : Alors là, ils ont pris tous les avantages du 2, et ils ont rajouté la difficulté du 1. On a toujours une barre de vie, mais la difficulté est incroyable pour un PEGI 7. De plus, une fois un chapitre terminé, on peut refaire chaque mission, et des défis spéciaux se débloquent, généralement refaire une mission en mode chrono, ou avec moitié moins de vie, etc. Généralement, on n'y coupe pas, on a droit à "vaincre le boss avant la fin du chrono", et même si ce ne sont pas les plus complexes, le stress est bien présent. Le gameplay par contre est vraiment beaucoup plus étendu, on peut incarner beaucoup de nouveaux personnages (dont je tairais les noms pour éviter les spoils), chacun ayant ses forces et ses faiblesses... Murray et Bentley ont été grave améliorés, ils peuvent faire les poches eux aussi désormais, et ça aussi c'est vraiment cool. Certains boss sont juste un putain de pieu dans le cul : en particulier le Dr M. en mode sous marin, de quoi se défoncer les poignets (car il n'est pas difficile, c'est juste qu'il faut bourriner Carré ou Cercle en mode "Turbo G-Force de FF VIII", tout en visant au bon endroit (généralement le centre de l'écran, mais parfois faut bouger, et encore une fois : vue FPS avec la visée merdique) et en bourrinant AUSSI R1 pour tirer. Je sais pas si c'est que je me fais vieux ou quoi, mais déjà coordonner tout ces boutons, j'avais du mal, mais en plus le faire super rapidement, une horreur. Ou alors j'ai pas compris le pattern de ce boss. Possible aussi. Il y a des références sympathiques (un concours d'insulte qui rappelle Monkey Island dans le cinquième segment, les phases en avions me faisaient penser à Crash Bandicoot 3...). En tout cas, les défis sont une horreur pour certains, d'autres sont vraiment bien marrants (j'ai particulièrement apprécié la bataille navale et les chasses aux trésors ^^). Ici par contre, pour les trophées, obligation de finir le jeu à 100%. A noter un mode 2J anecdotique que je n'ai pas testé, qui semble être un jeu du gendarme et du voleur.

 

Durée de vie

 

Chaque jeu dure entre 10 et 20h pour être bien torché. C'est simple, généralement je mettais environ 2h-3h par segment de jeu. Dans le premier, il y en a 5, dans le second 8, et dans le troisième 6. Donc on peut estimer respectivement 15h, 20h et 24h (car les épisodes sont un peu plus longs et les missions plus complexes dans le troisième opus, donc je tablerai plutôt sur du 3h30-4h par épisode). Acceptable, d'autant qu'une fois fini, on est juste heureux de l'avoir fait...

 

Doublage et bande-son

 

Alors au niveau doublage, ça pèche énormément... La voix de Bentley (désolé au doubleur) est juste insupportable, Murray a une voix qui correspond (un peu trop) au personnage, à savoir un peu abrutie... A part Carmelita et Sly qui sont tous les deux assez bien doublés (à mon goût), si y a moyen de mettre les voix en vo, je pense que ce sera mieux (j'ai cru entendre dans Thieves of Time la vo de Bentley, carrément plus supportable malgré le même côté lancinant, plaintif...). Niveau musique, elles ne m'ont pas vraiment marqué, ce qui est un gage quelque part de qualité mais aussi un échec. Je me souviens juste du bruit des pas de Sly (qui sont doublé pour faire très cartoon).

 

Conclusion

 

Sly Raccoon, c'est le genre de jeu qui paye pas de mine, avec des histoires très basiques qu'on sent venir à 3Km, et c'est aussi le genre de jeu pas super beau graphiquement (mais bon c'est de la ps2, ça passe quand même ^^). Mais leur difficulté fait qu'on a tendance à s'y accrocher, et sortir à chaque mort "je réussirai, c'est une question d'honneur"... En gros : je conseille, mais prévoir environ... Une bonne dizaine de crise de nerfs, ptet une vingtaine si vous savez pas vous contrôler (sur toute la trilogie j'entends, et par crise de nerfs j'entends passages vraiment relous ^^). A noter que j'ai eu des bugs un peu merdique sur le troisième opus, mais je ne sais pas si ça vient de ma ps3 ou du jeu (genre une zone qui n'a pas été chargé à fond niveau event, donc bloqué même une fois la zone complètement cleared, ce genre de trucs...). Puis bon, ça rajoute toujours 3 platines (relativement) faciles :) Avec la sortie de Thieves in Time sous peu, il serait dommage de ne pas faire la trilogie avant.

Voir aussi

Jeux : 
The Sly Trilogy
Plateformes : 
PlayStation 3
Sociétés : 
Sanzaru Games
Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Coups de gueule

MISE A JOUR

Je mets à jour le dernier échange de mail qui est pour le coup beaucoup plus sympathique. Cela date du 20/07 mais je n'ai pas eu le temps de mettre à jour le blog entre temps :) J'ai essayé de leur faire suivre les diverses remarques que j'ai pu voir en commentaire. Après, ce sera à eux de les appliquer ou pas :)

Bonjour,

Je vous passerai les difficultés d'être une petite structure sans grands moyens et pour coup débordé par le nombre de requête.

Nous n'avons pas d'excuses à vous donner sur notre retard. Vous avez payé vous êtes en droit de réclamer. Nous sommes juste débordés.

Merci de nous avoir fait confiance et de nous avoir compris.

Sincèrement,

Ma réponse, où justement j'essaye de vous défendre cher gameblogueurs :p Attention, pavé.

Bonjour,

J'ai bien reçu mon colis hier matin. Les livres sont en parfait état, je n'ai rien à redire à part pour le retard. Donc je vais vite fait revenir dessus, étant donné que vous êtes une petite entreprise, je sais que vous êtes encore capable d'écouter les clients.

Déjà, je tiens à vous rassurer sur un point : vous avez une communauté très forte sur Internet, qui vous défend becs et ongles dès que l'on vous critique. De plus, le fait que vous ayez répondu et que vous m'ayez donné une explication me redonne un peu plus confiance en vous.

Je vous prie de m'excuser de m'être emporté, mais le fait que vous ayez géré une commande postérieure à la mienne m'a fait voir rouge. Maintenant que je suis plus calme, je suis plus enclin au dialogue.

Je suis tout à fait conscient qu'un retour de convention est difficile. J'ai officié à moindre niveau dans l'organisation d'un évènement de ce genre (Japan Sun sur Fabrègues à côté de Montpellier) pour l'édition 2009, et déjà pour un petit salon sans prétention c'est une sacrée lutte. Donc je conçois que vous ayez eu des retards, mais c'est l'organisation qui me fait tiquer : comment avez-vous pu en arriver à ne pas traiter les commandes dans leur ordre d'arrivée ? Je n'ai aucune leçon à vous donner bien sûr, et ce n'est pas dans cet esprit que je vous écris, soyez-en assuré. Je pars du principe que c'est en communiquant avec ses clients qu'on s'améliore, donc dans ce mail mon but sera d'essayer de mettre le doigt sur des problèmes spécifiques afin d'envisager leur amélioration plus efficacement.

J'aurais donc une seule remarque à faire, venant plutôt des réactions sur les réseaux sociaux et des lecteurs de mon blog : vous indiquez comme méthode de livraison colissimo, or il se trouve que vous utilisez le transporteur TNT. Je ne sais pas si c'est moi qui ait eu une énorme chance, ou si ce sont mes collègues qui n'en ont pas eu, mais apparemment ce transporteur n'est pas forcément des plus fiables et appréciés du public. De ce que j'ai cru en comprendre, ils ont tendance à ne pas chercher plus loin lorsqu'il y a un digicode, ou encore ne laissent juste pas d'avis de passage. Je suppose que ces soucis doivent dépendre de l'agence, et bien sûr ils sont totalement indépendants de votre volonté, moi par exemple le livreur m'a appelé 30mn avant de passer pour me demander si j'étais chez moi, j'ai eu donc le temps de prévenir ma compagne pour qu'elle réceptionne le colis à ma place. Mais par contre, peut-être serait-il plus judicieux de bien préciser sur le site et les commandes, par le fait, que c'est ce transporteur que vous utilisez et non pas le service colissimo.

Les personnes qui ont eu des problèmes avec TNT seraient sans doute beaucoup plus frileuses à commander sur votre site s'il n'y a que ce choix, et au lieu de faire une "mauvaise surprise" à l'acheteur, peut-être vaut-il mieux jouer la carte de l'honnêteté, au risque de se retrouver avec des acheteurs qui iront plutôt chercher ces bouquins soit en convention, soit en librairie (je comprends bien que ce genre de cas ne doit pas forcément vous arranger, vu qu'il y a des coûts en plus dans le cas d'une librairie). Donc c'est une petite remarque pour peut-être améliorer l'impression d'un premier acheteur.

La seconde remarque que je pourrais à la limite faire, c'est concernant le délai de réponse par mail. Peut-être, lorsqu'on vous envoie un mail, devriez-vous essayer de mettre une réponse automatique permettant d'indiquer le délai de réponse dans ce genre de période un peu chaotique. Je prends l'exemple de la boutique ubiworkshop (ubisoft montréal) qui, en période de Noël, avait une réponse automatique indiquant que les délais de traitement du mail étaient entre 1 et 2 semaines à cause du rush de Noël justement. Cela permet d'apporter une précision supplémentaire au client, à plus forte raison lorsqu'il ne connaît pas du tout l'entreprise chez qui il a commandé. Cela m'aurait permis de patienter beaucoup plus facilement entre les délais de réponse, et de me sentir moins ignoré. Après, je me serai sans doute énervé malgré tout à cause de l'histoire de l'ordre des commandes non respecté, mais cela aurait fait un point en moins sur lequel je pouvais critiquer :) Ce genre de message automatique peut facilement être mis en place sur n'importe quel client de messagerie, cette facilité rendant son absence encore plus frustrante (je parle en tant qu'informaticien, car même si je comprends que tout le monde n'est pas forcément féru d'informatique, je me dis qu'un service client d'un site faisant de l'e-commerce devrait au moins connaître ce genre de fonctionnalités).

Une dernière minuscule remarque, on a pointé le fait que vous répondez toujours au téléphone, je dois avouer que je n'ai même pas cherché à voir si l'on pouvait vous contacter par ce moyen. Alors je me doute que c'est délicat, mais peut-être communiquer un peu plus aussi avec le numéro de téléphone en cas de problème. Par exemple, mettre ce numéro "service client" en signature automatique de vos mails, histoire qu'on ait commencé (comme moi) par vous contacter par mail grâce au lien dans la confirmation de commande, et ensuite seulement vous appeler. Cela permettrait peut-être de filtrer, je ne sais pas. Mais savoir qu'on a une autre solution que celle d'attendre, impuissant, une réponse de votre part (dans le cas où il n'y a pas eu prévention des délais de traitement naturellement) peut aussi clairement faire pencher la balance en votre faveur.

En tout cas, vous m'avez redonné envie de commander chez vous justement parce que je vous sens un peu plus à l'écoute. J'espère que les prochaines fois se passeront mieux. Ne vous sentez pas obligé par contre de répondre à ce mail-ci, comme je vous ai dit je cherche juste à vous faire part du ressenti que j'ai pu récupérer à droite à gauche, après bien sûr vous en faites ce que vous voulez ;)

Cordialement,
[Renkineko].

ARTICLE ORIGINAL

Bon, alors là je suis vraiment, mais VRAIMENT pas content.

Mercredi 4 juillet. Je me tâte à me prendre RPG Collection spécial FF VII, finalement un article sur un site de jeux vidéo (impossible de me rappeler où) me décide à me le prendre. Dans la foulée, je commande Zelda - Chronique d'une Saga Légendaire -. Tout ça est édité chez Pix'N Love, société dont je n'ai jamais vraiment entendu du mal et plutôt même du bien dans mon entourage. Donc je prends le matin de ce mercredi ces deux livres, et je paye les frais de ports assez hallucinants de 8€.

Japan Expo arrive, je n'y suis pas, mais sachant qu'ils y sont je reste patient. J'attends. Le lundi, toujours pas de nouvelles de ma commande, je leur envoie un mail que voici (sur celui-ci et les suivants, j'ai remplacé ma vraie signature par mon pseudo sur gameblog, même si mon nom n'est un secret pour personne c'est une précaution que j'aime prendre :) ) :

Bonjour,

J'ai réalisé cette commande mercredi et je n'ai toujours pas de nouvelles sur l'expédition. Etant donné que c'est la première fois que je commande sur votre site, je ne connais pas exactement votre mode de fonctionnement : envoyez-vous un mail avec le numéro de suivi Colissimo ? Quels sont les délais d'expédition des commandes environ ? Etant donné que les deux livres commandés étaient en disponibilité immédiate, je pensais que tout serait envoyé dans un délai très court (un ou deux jours), mais étant resté au même stade de commande "Validée", je m'inquiète.

Merci d'avance pour votre réponse, vous trouverez le mail de confirmation avec toutes les informations nécessaires plus bas.

Cordialement,
[Renkineko].

Réponse le lendemain aux alentours de 20h :

Bonjour

Toutes nos équipes étaient à la Japan Expo la semaine dernière.
De ce fait nous avons pris un peu de retard dans nos expéditions.
Votre colis partira cette semaine.

Avec toutes nos excuses.

Sincèrment.

Bon, pour l'instant, je m'énerve pas, je reste compréhensif car je sais que ça ne doit pas être super facile à gérer un évènement comme Japan Expo. Mais il se passe un autre évènement qui sera décisif sur la suite de mon opinion pour cette boîte : Monkey King, ami avec lequel je communique tous les jours par mail, m'indique qu'il a lui-même commandé cet ouvrage, ainsi qu'un autre bouquin (Nolife Story), le jour où je reçois ce mail (donc le mardi 10 juillet).

Donc encore une fois : je m'énerve pas, je reste zen calme et réfléchi, et j'attends en laissant le bénéfice du doute. Après tout, "votre colis partira cette semaine", ça peut AUSSI vouloir dire samedi au soir. Donc j'attends. Le 16, donc lundi, je commence à m'impatienter, donc je renvoie un courrier, car entre temps j'ai été débité moi, et j'attends toujours un signe de vie de leur part ! Ah ça pour débiter pendant Japan Expo, là y a pas de souci (où ça de la mauvaise foi car c'est un traitement automatique ? ^^).

Bonjour,

Cela fait dix jours que le paiement a été débité de mon compte. Japan Expo est passé depuis une semaine. Je commence à trouver le temps long, surtout pour 8.20€ de frais de ports. A ce prix (dont on n'a pas le choix), on peut au moins estimer que la livraison se fera en deux ou trois jours. De plus, vous n'avez pas vraiment répondu à mes questions sur mon autre e-mail : Envoyez-vous un numéro de suivi Colissimo ou faut-il aller le chercher de nous-même sur votre site ? En temps normal, hors "convention exceptionnelle" comme Japan Expo, combien de temps mettez-vous pour envoyer les commandes ?

Merci de me tenir au courant au plus vite. Si vous ne pouvez pas honorer la commande d'ici mercredi, merci de m'en informer, il se pourrait que j'annule l'achat, j'y réfléchis encore.

Cordialement,
[Renkineko].

On le sent que je commence à m'impatienter ? Mais là, et c'est juste trop marrant, le singe (oui, Monkey King est un singe, c'est dingue, en plus il sait jouer aux jeux vidéo, mais il triche car il utilise deux manettes pour lui tout seul : une avec ses pieds, une avec ses mains... Et il peut même déplacer une souris avec sa queue. Mais je m'égare) lui reçoit un mail mardi pour lui indiquer que le colis a bien été envoyé... Et il l'a reçu ce matin, mercredi 18 juillet. Donc là j'ai tendance à m'énerver un peu et à renvoyer un mail à Pix'N Love, aujourd'hui, pour leur rappeler un peu que j'existe.

Bonjour,

Je vous écris car de toute évidence, vous avez décidé de me prendre pour un boulet. Je vous ai envoyé un mail récemment sur la commande n°XXXXX dont je n'avais pas de nouvelles alors que cela fait, aujourd'hui, 12 jours que j'ai été DÉBITÉ (le 6 juillet 2012, nous sommes le 18).

Manque de chance, je suis en contact avec un ami qui a commandé à peu près la même chose que moi (à savoir l'exemplaire de RPG Collection sur FF VII, référence 124100301 et un autre livre), excepté qu'il l'a commandé bien après moi car la Japan Expo était passée : il a commandé le 10 juillet et moi le 4 juillet. Une semaine d'écart. Et le plus marrant, c'est qu'il a reçu son colis ce matin. CE MATIN. Si le problème vient du second ouvrage que j'ai dans la commande, à savoir Zelda - Chronique d'une Saga Légendaire - (référence CONSZE), merci de me l'indiquer mais je tiens à vous dire que je trouverai de toute manière cette affirmation suspecte, mes deux livres étant toujours en disponibilité immédiate sur le site.

Dans tous les cas, je trouve totalement inadmissible que vous n'ayez pas répondu à mon dernier message, que votre première réponse fut traitée à la légère sans apporter d'explications réelles à mes questions, et je suis par dessus tout excédé par les retards d'envoi alors que l'on m'avait promis que la commande serait envoyée la semaine dernière ! Nous sommes à la mi-semaine, et toujours aucune nouvelle.

Vous sembliez de bonne réputation d'après les rumeurs que j'avais entendu parmi mes amis, mais je constate qu'il s'agit d'avoir de la chance. Merci d'envoyer ma commande aujourd'hui, ou alors veuillez me rembourser sans délai et annulez la commande. Inutile de dire que dans ce dernier cas, j'attends tout de même une réponse, et étant d'un naturel optimiste, j'espère aussi avoir des excuses.

Bien que très énervé, je vous salue.
[Renkineko].

Et pour l'instant, j'attends toujours le mail d'excuse, mais j'ai BIZARREMENT reçu vers 15h un mail pour me dire que mon colis a bien été pris en charge (le mail est envoyé par le transporteur, pas par Pix'N Love. Faut pas déconner). En tout cas, Pix'N Love, c'est fini pour moi, ils sont catalogués en tant que débiles inorganisés. Car il existe du débile organisé, qui t'envoie juste pas les bonnes choses à plusieurs reprises. Mais une entreprise d'édition qui n'est pas foutu d'envoyer des exemplaires de livre (alors que bon, c'est un peu leur activité principale hein, faut bien les écouler les bouquins), c'est quand même assez violent dans l'échelle de l'incompétence.

Page tournée, reprenons le fil normal du blog. Dans deux jours, le dernier article importé de mon facebook (de mes fameux imports ayant fait polémique pour cause de flood lors de mon inscription :) ), et ensuite que du neuf.

Ajouter à mes favoris Commenter (20)

     
Signaler
Divagations

NdA : ceci est un article initialement publié sur mon facebook, mais comptant me débarasser du réseau bleu incessamment sous peu, je les sauvegarde (et ça fait une première base d'articles à publier :) ). Initialement paru le 5 septembre 2011. Pour remettre le contexte, la bêta d'Assassin's Creed : Revelations vient de se terminer, j'en faisais parti, et du coup j'essaye de commenter de façon un peu RP mon expérience de jeu... Du coup, j'ai remplacé les notions de facebook par les notions de gameblog :p

Bonjour,

Je communique au travers de ce compte afin de faire un compte-rendu de la situation. J'espère que mes coéquipiers d'Abstergo Industries pourront trouver ce message avant que le possesseur de ce compte ne s'aperçoive de l'usurpation. Je me nomme Renkineko Kaneryu, je suis un des membres de l'équipe chargée de tester le Nouvel Appareil de Projection Holographique Temporelle Automatique de Lignée à Immiscion Naturellement Ethérée. Ou de l'Animus, c'est toujours plus classe que Naphtaline, même si ce dernier nom permet d'un peu plus penser à nos ancêtres...

J'ai reçu un courrier récemment, modeste employé d'Abstergo Industries que j'étais, pour me dire que j'avais été choisi parmi un panel représentatif afin de tester les capacités de l'appareil. Je nage désormais en plein flou, et j'ai besoin de la compétence de mes supérieurs. Je suis prisonnier de l'appareil, et tout le monde connaît ses effets ravageurs sur le long terme. Peut-être aurais-je dû être plus méfiant venant d'une Bêta. J'ai réussi à pirater l'Animus pour atteindre ce profil gameblog, et il faut absolument que mon supérieur me repère dans la masse de données constituant Internet.

Voici mes avertissements. La bêta se déroulait normalement. J'ai appris à maîtriser ma projection, mon ancêtre, un noble templier répondant au nom de Vali cel Tradat. Ancien assassin, il a compris que l'intérêt du monde se trouvait dans l'ordre saint. J'y découvre aussi ma mission : détruire d'autres templiers. Bien sûr, il s'agit d'un jeu, un programme de simulation, nous renaissons. Seulement voilà, neuf d'entre nous ont été bloqué à l'intérieur de ce jeu. Nos corps ne nous répondent plus, nous sommes désormais prisonniers de l'Animus.

Devant l'impossibilité de nous déconnecter, nous avons été obligé de nous soumettre à la drogue constante que représente cet appareil, et nos ordres se sont transformés petit à petit en désir, puis en besoin. Nous devons tuer, et nous ressentons la douleur. Chaque mort nous rapproche un peu plus du néant, nos esprits malades n'arrivent plus à sortir de cet état de fait : nous DEVONS nous entretuer.

Pourtant, le début de la bêta se passait bien. Nous avons appris à nous connaître. Nous rigolions des bugs de la machine : je me suis ainsi retrouvé dans l'incapacité de bouger durant toute une manche (et ce plusieurs fois) suite à une bombe de proximité, se déclenchant au passage d'un de nos poursuivants ou d'une de nos cibles. Dans le même ordre d'idée, j'ai fait l'expérience incroyable de rester en suspension dans les airs, incapable de redescendre, restant au même niveau que la plateforme dont je venais de tomber pendant une dizaine de secondes...

Seulement, le programme semble vouloir se réparer seul. La mort nous attend. Au fur et à mesure que nous tuons, nous devenons plus forts. Nos emblèmes évoluent, notre force avec. Nos capacités deviennent de plus en plus poussées, la majeure partie d'entre nous arrivent désormais à fabriquer du poison et des fumigènes. Certains essayent aussi de pirater l'Animus, utilisant le peu de conscience qui leur reste... Mais au lieu d'utiliser leurs connaissances pour arrêter le programme, ils l'utilisent pour tuer leurs semblables et leurs ennemis. Le barbarisme est à son paroxisme.

Nous... Je... Les templiers sont... Je ne comprends plus... Aidez-moi... Vidic ! Répondez... Quelqu'un, pitié... JE NE VEUX PAS RESTER AINSI ! Ils approchent, je le sens... Tuer ! Je dois les tuer. Hélas, le programme semble favoriser les attaques plus ou moins frontales : le poison est beaucoup plus difficile à placer que dans l'ancien logiciel d'entraînement. Il n'y a plus de supérieur, c'est le chaos, un sous-fifre peut devenir l'instant d'après le chef de meute... Ils arrivent ! Mon seul réconfort dans cette guerre psychologique, c'est que mes morts peuvent être honorables, et mes agresseurs ne s'en sortent jamais la tête haute.

Bloqué ! Je suis dans une zone minuscule, et mes poursuivants aussi. Plus de boussole, nous devons nous débrouiller pour trouver une cible au milieu de clones, et aucune indication si ce ne sont les battements de coeur de nos cibles, et les murmures de nos poursuivants... Un mode frustrant, fatiguant, où courir ne sert à rien, car les poursuites sont impossibles. Il est aussi devenu bien plus difficile d'assassiner incognito, il faut se fondre dans la masse avant de sortir son arme, sinon la discrétion seule est de mise, et encore : à condition de ne pas se sentir trop téméraire pour accéder à notre victime !

Bien des défis nous attendent : une notion de corruption, des reliques, des coffres, tout cela où nous devrons faire une trêve de quelques minutes, avant de nous poignarder dans le dos car nous aurons été attribués au hasard dans une autre équipe. Je n'attends plus qu'une chose : cumuler assez de crédits Abstergo pour m'acheter ce manuel qui me fait défaut, duquel je pourrais apprendre à pirater l'animus.

Vite, je dois m'enfuir, je viens d'entendre quelqu'un ! Où est-il ? Non, trop tard, il vient de sauter du toit, l'épée fondant sur moi...

[L'auteur a été déconnecté par timeout]

Voir aussi

Jeux : 
Assassin's Creed : Revelations
Plateformes : 
PlayStation 3
Sociétés : 
Ubisoft Montréal
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

     
Signaler
Tests

NdA : ceci est un article initialement publié sur mon facebook, mais comptant me débarasser du réseau bleu incessamment sous peu, je les sauvegarde (et ça fait une première base d'articles à publier :) ). Initialement paru le 10 avril 2011. Légèrement modifié pour le remettre au goût du jour...

Aujourd'hui, je vais vous écrire une 'tite review sur un jeu qui sera torché à 100% d'ici la semaine prochaine (étant donné qu'il ne me reste "plus qu'à" monter les trois persos lvl 99... Easy, sont déjà 80 x) ). Mais, une fois n'est pas coutume, et car ça mérite le détour, je vais d'abord vous raconter la galère extrême à laquelle j'ai eu droit avant de me le procurer.

Un jour, en ce mois de février de l'an de grâce deux-mille-onze, je reçois une newsletter de la part de micromania. Chose qui ne me sert qu'à vérifier les sorties jeux vidéo de la semaine sur ps3 à vrai dire. Je m'en vais gaiement regarder du coup les sorties, et que vois-je !? Un seul jeu, de type A-RPG, nommé Trinity : Souls of Zill O'll (pour m'épargner une perte de temps énorme, je l'appelerai dorénavant Trinity ^^). Intrigué, je zyeute à droite à gauche sur le net à quoi ressemble la bête, et elle a l'air sympatoche. Ni une ni deux, j'en fais ma prochaine acquisition.

Je vais donc joyeusement, le samedi suivant (la sortie était prévue pour le 10 et j'y suis allé genre le 19...) à Game (rue de la loge). Horreur, ils ne l'ont pas, et quand je leur donne le titre ils me regardent avec des yeux ronds énormes genre O.O

Je ne me démonte pas pour autant et je vais à Game polygone (oui, autant que la carte fidélité serve). Ils ne l'ont pas non plus. J'hésite, mais je me dis que si Micromania en parle dans sa newsletter, ils doivent en avoir en stock. Grave erreur. Je me pointe donc dans le Micromania le plus proche et là ils me disent "olaaaaaa c'est le genre de jeu pas assez de comm' dessus... Vous l'aurez jamais à moins de le commander spécifiquement !". Je leur dis d'aller se faire voir, et je teste la solution de la dernière chance : Ultima. Là encore, un échec cuisant (malgré un faux espoir, il se trouve que j'arrivais juste trop tard : ils avaient vendu le dernier la veille).

Défait, je rentre chez moi tout chafouinou (oui, le héros est triste, apitoyez-vous sur mon sort olilulz). Je me décide à le prendre sur le net. Amazon : uniquement en VA. J'étais persuadé qu'il était en VF. Je le prends sur Ebay finalement, et je l'attends avec impatience. Entre temps, un pote (Hyoga, si tu passes par là, big up) me propose de le réserver sur le Game polygone (ils en ont eu un finalement !). Sauf que le Game annonce cash qu'il est en VA, donc je refuse. Puis j'apprends que mon colis est perdu et que le vendeur ne peut même pas m'en renvoyer car ils n'en ont plus en stock. Je suis remboursé dans la même journée, et le soir même je suis au Game polygone en chouinant "steuplé steuplé di'moi'pa'k'tu l'a d'ja vendu steupléééééééééé f'patapuuuuuuuuute !" -> un nouveau fail, encore une fois vendu la veille. D'autant que le vendeur Ebay me confirme que finalement il s'est trompé dans la description et qu'il est bien en version anglaise... Il n'a pas été traduit.

Les cinématiques effet "parchemin" (et trois méchants récurrents)Bref, du coup je l'ai commandé sur play-asia et tout le monde est heureux, mais le tout m'aura pris 3 semaines. Ce fut une lutte acharné, mais je peux enfin lancer la bête. Première réaction que j'avais déjà eu face à la démo jouable : "ouah, les cinématiques sont sympa mais chelou mais sympa". Ouais, ils ont mis un pseudo-effet de papyrus/parchemin en arrière-plan des cinématiques, ce qui fait qu'on sait pas trop si le héros est stylisé ou juste pixellisé en fait.

Bref, premiers instants de jeux, c'est beau, c'est jouissif, ça répond bien, et le grand méchant est un méchant comme on les aime (il ne parle pas, il agit). Du coup, il y a peut-être un intérêt à ce que je vous indique le synopsis.

Vous incarnez Areus, demi-elfe de votre état, détesté à cause de votre race par les humains ET les elfes. Vous êtes le fils du Prince de Lumière Lugh, lui-même fils de l'Empereur de Dyneskal (AKA genre la méga puissance qui contrôle presque tout le continent) Balor. Un nom qui transpire l'awesomesauce impériale, hein ? Sauf que Balor a un chancelier, comme tout bon chef d'Etat qui se respecte, et que ce con de Zofor (le chancelier, pourquoi ils ont toujours un nom avec un f au milieu et un r à la fin ? Zofor, Jafar...) a eu une jolie prophétie sympatique à votre égard (votre = Areus hein, suivez bon sang !). Il a prédit que l'Empereur serait tué par son petit-fils. Sans se faire prier, l'empereur assassine sa fille enceinte, et apprend que son petit coquin de fils a eu un enfant pas très très légal avec une elfe ! Grosse attaque. Mort du Prince qui a osé prendre les armes contre son père. Je vous fais la scène pour vous indiquer la force de Balor (et je vous rajoute la vidéo aussi tiens pour la peine, par contre elle est en jap') :

* Champ de bataille, le Prince a genre 4 carreaux d'arbalète planté dans le dos, il sauve in extremis sa p'tite famille des armes d'un vilain soldat, et là l'empereur arrive alors que Lugh est face contre terre, à bout de force. Le papa prend la parole :*

- Farewell, son...

* Papynet plante son épée lentement et inexorablement dans son fils, fin de la cinématique*

LA ON A DU MECHANT QUI DEBOITE ! :) Bref, inutile de dire que le but du jeu c'est de vous venger. Areus est donc devenu un combattant d'une arène très renommée, et avec son pote Dorado (qui me fait beaucoup penser à Wakka de FFX) ils sont la fierté de leur maître. Bon, je vais pas vous raconter tout le jeu, ce serait trop long, d'autant qu'on va VRAIMENT de rebondissements en rebondissements. Pour vous donner une idée, le premier chapitre correspond à la première idée qu'on se fait de ce qu'on va devoir faire sur TOUT le jeu. En comptant un peu de quête secondaire pour la forme, on arrive à un premier chapitre qui dure 30h... Soit deux fois plus de temps que pas mal de jeux récents dans leur totalité ^^"

La durée de vie est assez énorme, surtout si on veut débloquer toutes les entrées du journal de bord. Les quêtes secondaires y sont répertoriées (il faut savoir que c'est un jeu qui se fait entièrement en terme de quêtes, et elles sont en trois catégories : rouges - en rapport avec l'histoire ; vert clair - en rapport avec le background du monde ; vert foncé - Karamazoff, aucun lien, fils unique ; donc on va dire que rouge c'est les quêtes primaires ou histoire, vert clair les quêtes secondaires, et vert foncé les quêtes tertiaires...) et permettent de mieux comprendre le monde dans lequel on évolue.

Le système de combat est très basique : rond j'attaque, carré j'attaque, triangle j'attaque, et croix je saute. Basique, mais efficace ! On peut switcher avec deux sets d'attaques qu'on a prédéfini (et qu'on peut changer à volonté même durant les combats). Les skills s'achètent et sont upgradables sur deux niveaux (on les récupère niveau 1 et ils vont jusqu'au niveau 3 donc) avec des SP qui sont communs à l'équipe. Autant dire qu'on a pas intérêt à se chier sur les skills qu'on monte au début du jeu ^^'

Les skills interragissent avec l'environnement en général (si tu lances une boule de feu dans du gaz, ça va exploser, sur du bois ça va crâmer, si tu fais un sort de glace sur de l'eau, ça va geler et les ennemis avec...). On peut enchaîner les skills et on peut même enchaîner les skills ENTRE les persos (pas au début certes, mais quand on débloque le truc ça devient vraiment jouissif)... Faut le vivre, mais ça permet de faire des combos super long si on sait bien se démerder. Accessoirement on a aussi deux attaques ultimes : une première avec une jauge qui se remplit au fur n'à mesure des coups qu'on donne, et une seconde qui permet de finir un gros ennemi avec une attaque un peu stylisée...

Le reste du jeu (les villes) se fait en aventure textuelle : on a un "menu" avec une liste d'endroit où on peut aller, (genre "guilde des aventuriers", "échoppe", "taverne"...) et selon où l'on va on peut intéragir avec des gens, toujours de façon textuel (genre dans la taverne, on pourra parler avec "aventuriers", "hommes curieux", "pochtron et patron", etc). C'est assez déroutant, mais ça fait gagner un certain temps.

Niveau quêtes secondaires, le jeu est bien fourni (je n'ai pas de quoi les compter mais à vue de pif doit y en avoir une bonne soixantaine facile), les quêtes tertiaires ne comptent pas car constamment en renouvellement et en random (chose que je n'ai pas compris au début du jeu, ce qui m'a fait perdre un peu de temps car j'essayais de toutes les faire xD).

Niveau bestiaire, on pourrait s'attendre à une certaine redondance : les ennemis sont par "pack" (t'as le squelette, le chevalier squelette, le soldat squelette, l'archer squelette... Pareil pour les gobelins : normal, archer, combattant, seigneur...), mais leurs niveaux s'adaptent au niveau de la quête en cours, ce qui fait qu'ils sont parfois tendu à combattre alors que dans une autre quête on est entré comme dans du beurre. De plus, il y a certains monstres "élite" qui permettent de foutre en l'air toutes les stratégies habituelles car leurs points faibles ne sont pas les mêmes que leurs homologues habituels.

En parlant de point faible, parlons d'éléments. Le héros manipule le feu, la glace et l'ombre. Dagda (le bourrin/comique de l'histoire) manipule la foudre, le feu et le sacré. Et enfin Selene (la touche féminine du jeu qui permet de cheater comme pas permis grâce à ses skills de mouvements de ouf ^^) gère la glace, la foudre (très légère dose) et la lune. Et c'est là le problème : là où Areus et Dagda vont avoir deux skills de leur dernier élément (considérés comme éléments de oufzor hein, bien que les skills de Dagda soient pas vraiment intéressants mais ça osef c'est selon notre style de jeu) Selene va se taper qu'un seul skill de lune, qui plus est ce skill pompera de la vie sur les équipiers. Déjà qu'à la base elle est pas très puissante... Si en plus vous nous foutez des handicaps comme ça ! Du coup parfois, sur un monstre élite, on se retrouve à attendre trente ans que sa vie descende car il a comme seule faiblesse la lune ! =_=

Mais parlons de cheat ! Il se trouve que dans ce jeu, il y a un avantage énorme, je ne sais pas s'il était prévu par les programmeurs, mais on peut avancer vraiment très vite grâce à ça : Selene possède la faculté d'esquiver au milieu d'un saut, en plus d'avoir le double saut (contrairement aux autres qui ne peuvent sauter qu'une fois). Ce qui est intéressant, c'est qu'on peut enchaîner trois skills dans le jeu, et que cette chaîne est réinitialisée à chaque esquive (pour Selene j'entends). Un de ses skill est un coup de pied en l'air. On peut donc se retrouver à faire le schéma suivant :

Double saut -> skill cheat -> autre skill -> skill cheat -> esquive (une seule fois) -> skill cheat -> autre skill -> skill cheat -> esquive (etc... Remplacez skill cheat par coup de pied qui fait monter ou coup tourbillon qui fait avancer :D )

Nous faisant atteindre des sommets pas vraiment prévus par le jeu. Dans le même genre, un autre skill (un coup qui tournicote et avance en même temps) permet de lui faire avancer un peu plus du double de ce que serait ses saut de base. En remplaçant les coups de pieds par ce skill, on peut du coup traverser des gouffres gigantesques et donc couper grave les maps ! :) C'est le genre de p'tit truc que j'affectionne dans les jeux ^^

Niveau petit à côté, il y a l'arène (permet de récupérer parfois de bons objets rapidement), un casino (blackjack et "coffre magique" où il faut arrêter un curseur dans une zone précise pour doubler ou tripler sa mise au risque de tout perdre, sachant que le curseur a un temps de latence et que certaines zones divisent la mise...), et un labyrinthe qui reprend une grande partie des maps du jeu avec des monstres plus ou moins puissants dedans (tous les donjons ont 5 zones, sauf un qui en a 10, et ce labyrinthe qui en a ... 50 avec un boss élite (oui oui, un boss, pas un monstre) à la fin de chaque "partie", entendez "donjon", donc toutes les cinq maps quoi). Notons un effort dans quelques donjons pour rendre le tout un peu moins monotone (des pseudos énigmes quoi... genre faut appuyer sur un bouton pour emprunter un couloir alors que ça rend l'autre impraticable, ou activer telle sphère pour faire tourner la pièce et dégager la sortie...)

Bref. Parlons musique maintenant : les musiques ne cassent pas trois pattes à un canard, même si quelques unes sortent du lot. Il y a une trentaine de chansons à l'ost, écoutable dans la galerie du jeu. Le genre d'ost qu'on va download, mais pas acheter.

Bon, j'ai parlé scénar, gameplay, son, graphisme (rien à redire à part que c'est choli si ce n'est l'impression chelou lorsqu'on zyeute les cinématiques en parchemins ^^). Je crois bien que j'ai tout dit... Dans tous les cas, si vous n'êtes pas rebutés par l'anglais (il reste très accessible, à la manière d'un Disgaea de l'ancienne époque) et qu'un jour vous croisez cette perle en magasin, prenez-le, car il vaut largement son prix.

Voir aussi

Jeux : 
Trinity : Souls of Zill'Oll
Plateformes : 
PlayStation 3
Sociétés : 
Omega Force, Tecmo Koei Holdings
Ajouter à mes favoris Commenter (0)