Le Blog de Raoul, le chien cinéphile

Par raoulcinephile Blog créé le 22/03/11 Mis à jour le 25/09/11 à 09h56

Je m'appelle Raoul et je suis un bouledogue français. Je suis également cinéphile. Du coup, comme je bouffe de la pellicule, voici mes critiques et mes extraits vidéos.

Ajouter aux favoris
Signaler
Critiques

Faire un film en huis-clos, on connait. Douze hommes en colère de Sidney Lumet, avec l'excellent Henry Fonda, demeure un bel exemple d'un tel exercice, malgré un message politiquement très correct et un déroulement très hollywoodien du débat. Buried, de Rodrigo Cortès, c'est un peu la même chose mais en pire. Un huis-clos ultra claustro dans lequel on ne retrouve qu'un personnage à l'écran et un périmètre d'action résumé à l'espace d'une tombe.  

buried1.jpg 

Dans le film, on ne verra pas grand-chose de plus   

Des incohérences

Le problème d'un tel film, jouant sur l'exercice de style forcément, c'est d'une part de maintenir une certaine tension de A à Z. Pas simple de proposer une narration prenante et rythmée quand les péripéties doivent nécessairement éclore dans un espace clos. D'autre part, il s'agit d'éviter les incohérences puisqu'un film en huis-clos propose bien souvent une temporalité en prise directe. En bref, le temps à l'écran se veut le plus réel possible. Pas d'ellipses, ou le moins possibles, rien que du direct en somme.

Si Buried réussit plutôt bien à maintenir le spectateur en haleine, une prouesse, on ne peut pas en dire autant du volet « incohérences ». Rodrigo Cortès oublie à plusieurs reprises de pratiquer quelques relectures salutaires. Exemples.

Notre camionneur, Paul Steven Conroy, se retrouve donc, dès le début du film, enterré vivant dans un cercueil. Un portable à disposition, un briquet également, notre homme esseulé va se battre pendant une heure et demie pour sortir de là. Problème, quasiment pendant la moitié du temps notre brave américain s'éclaire au zippo. Plus tard, il trouvera une lampe torche voire une lampe à fluide. Pourtant, à aucun moment notre homme ne souffre de la raréfaction de l'air. Pas très crédible tout ça, vu l'espace et le dioxyde de carbone cramé par le super briquet.

 

bouledogue-sable.jpg 

La suite, version bouledogue  

Passons sur cette pourtant grosse incohérence, il faut dire qu'avec un traitement réaliste le long métrage devient un vulgaire court, attardons-nous sur d'autres petites incohérences. A un moment donné, notre camionneur découvre qu'un serpent s'est infiltré dans son cercueil. Horreur. Quelle réaction avoir lorsqu'un reptile se ballade à vos pieds alors que vous n'avez même pas d'espace pour vous retourner complètement ? On pourrait se dire qu'un bon coup de pied, un piétinement agressif, viendra rompre le crâne de la sale bête. Paul Steven Conroy lui il brûle un peu d'alcool, j'oubliais mais il a également dans sa pioche une fiole de whisky. Ce qui a la fâcheuse conséquence de foutre le feu dans un espace ultra réduit (ultra claustro quoi). Pourquoi Paul ? Pourquoi ?

J'allais me lancer dans la dernière incohérence frappante du film mais cela m'obligerait à vous gâcher la fin. Je m'abstiens donc.

Conclusion Ouaf

 

 

nars-choisi-comme-mascotte-marcel-bouledogue--L-VJVJfL.jpg

Film sympa selon l'avis de mon pote basque

Alors ce film, il est bon ? J'ai vu de plutôt bonnes critiques, acteur habité, tout ça. Honnêtement, Buried est un sympathique thriller sous-terrain, ultra claustro rappelez-vous. Le problème, ce sont ces quelques incohérences qui ruinent les bonnes choses que met en place le film. Reste alors une narration fluide et sans vrai temps mort, un jeu sur les lumières intelligent (et pas évident vu la superficie de l'action), un acteur globalement crédible, mais quelques coups de théâtre parfois discutables et une émotion pas forcément au rendez-vous malgré une volonté du réalisateur de créer de l'empathie pour notre camionneur.

L'article d'origine : http://raoulcinephile.over-blog.com/article-buried-le-huis-clos-ultra-claustro-69954437.html

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

raoulcinephile
Signaler
raoulcinephile
Je vous rejoins globalement dans vos critiques. En fait, je garde surtout le jeu sur les lumières, probablement LA réussite du film. Je me demandais, comment rendre la chose attractive, "lumineuse", alors que le type est enterré. Le réalisateur s'en sort plutôt bien, y a un peu un côté catalogue, du bleu/du blanc/le briquet, etc..., mais ça tient la route. Par contre, j'ai pas ressenti de longueurs pour ma part, alors que je suis sensible à cette question niveau cinéma. Enfin, un film "mineur" de toute façon (ahah, le jeu de mot).

Par contre, j'ai détesté Rubber. Le côté décalé mais "artiste" (cette façon de ne pas faire du "bis" alors que le film le permet allégrement, tout ça parce qu'on veut faire, sous la déconnade, un film "intelligent"...beurk). Mais bon, là n'est pas le sujet...pour le moment.
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
Hihi 12 hommes en colère :) Mais Buried tient clairement pas la comparaison. J'me suis bien ennuyé pendant ce film, surtout que je l'ai vu juste après Rubber (le ciné passait les deux à la suite). Autant Rubber je l'avais trouvé trop court, autant Buried j'étais impatient qu'il finisse. J'pense qu'après kill bill et l'épisode des experts y'a plus grand chose à dire sur le sujet pour en faire un film entier. Et c'est surement pour ça que personne a fait ça avant, mais bon forcément comme il y a prise de risque les critiques sont un peu meilleurs, peu importe la qualité du film.
Puis entre les passages et twist débiles (le serpent et la fin ouais, entre autres) et ces dézoom de camera...Franchement le coup de la caméra qui "s'éloigne" (en fait c'est comme si les cotés s'allongeaient mais le gars devient pas forcément plus petit) pour l'effet désespoir, ça passe une fois, mais toutes les 10 minutes ça devient relou >_<
Tony12V
Signaler
Tony12V
Je l'ai vu, aussitôt oublié. Pas besoin d'épiloguer là-dessus, c'est de la merde.

"Phone Game" de Schumacher, n'est pas vraiment un huit clos à proprement parler même s'il s'en rapproche clairement, mais au moins l'histoire te tiens en haleine jusqu'au bout, pas comme dans Buried ou en gros il ne se passe rien du tout (en même temps dans une boîte sous terre ça va pas être la fiesta non plus), un peu comme Paranormal Activity !

Édito

Pendant que mes maîtres travaillent, moi je me regarde des films bien tranquille sur le lit. Cool la vie de chien.

Archives

Catégories