Premium
La tentative de Blog de P.H.

La tentative de Blog de P.H.

Par Pyramid Head Blog créé le 09/12/09 Mis à jour le 07/12/12 à 18h57

Ajouter aux favoris

Catégorie : Musique mon amour.

Signaler
Musique mon amour.

Archive Host avait viré tous mes morceaux, j'ai remonté ceux du 2ème blind test.

Et maintenant le 2ème round, avec 16 morceaux bien mystérieux :

1/

Actraiser.

2/

Batman

3/

Castlevania

4/

Demon's Soul

5/

Enslaved

6/ 

Forgotten Siren

7/ 

Manhunt

8/

Max Payne 2

9/ 

Megaman 9

10/

Silent Hill

11/

Odin Sphere

12/

R-Type

13/

Tenchu

14/

Vagrant Story

15/

Uncharted : Drake's Fortune

16/

Xenogears.

 

Ferio, Upselo et Anthony proposent aussi des blinds tests très sympa, pensez à y faire un tour.

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Signaler
Musique mon amour.

Nous sommes au mois de décembre, le mois des Blind tests. Si si.

Voici donc un beau Blind test, il y a du très récent (beaucoup) du très vieux (moins) et sur des supports variés. Certaines sont très faciles et d'autres ultra hardcore. Petits et grands y trouveront donc leurs comptes, c'est aussi ça la magie de Noël.

Vos réponses (le nom du jeu) sont à envoyer par mp, je donnerais les réponses d'ici quelques jours.

Et si vous aimer les blind tests ET les cadeaux passez sur le blog d'upselo (c'est lui qui m'a motivé à faire celui-ci) :

http://www.gameblog.fr/blogs/upselo/p_18243_concours-blind-test

Que le meilleur gagne !

1)

 

2)

 

3)

 

4)

 

5)

 

6)

 

7)

 

8)

9)

10)

11)

12)

13)

14)

15)

16)

17)

18)

19)

20)

 

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler
Musique mon amour.

 

Castlevania. Nes.

Je devais avoir 8 ans quand j'entendis pour la première fois les notes de Vampire Killer, chez un copain qui avait la chance de posséder la Nes. Je ne me doutais pas à l'époque que ce morceau deviendrait culte et qu'il serait reprit de nombreuses fois dans la série, mais il me marquait déjà l'esprit par son thème héroique et sa rythmique entrainante.

 

Dans le même genre Wicked Child, la musique du stage 3 ( que je ne me souvient pas avoir passé) posait les bases de ce qui faisait une bonne musique de Castlevania, tous les éléments y étaient.

 

Castlevania 2 :Belmont's Revenge. GameBoy.

 Quelques années plus tard, je m'achète la gameboy avec Tetris et Castlevania 2 : Belmont's Revenge suite à la lecture du test qui me faisait baver dans le 1er numéro de... Joypad ! (Si vous avez le nom du testeur...) Là aussi des musiques qui restent en tête immédiatement, et qu'on ne peut s'empécher de siffler. Enorme suprise à l'époque lorsque je vois surgir du sol le chateau de Dracula après avoir vaincu les quatres premiers mondes. Le combat final contre Dracula m'aura rendu fou, il était devenu mon pire ennemi et je me souvient encore du sentiment incroyable qui m'envahit lorsque je lui donnais le coup de grâce, sous ma couette. Depuis chaque rencontre avec le maitre des lieux, me renvoi à ce combat, quelque soit l'épisode, rajoutant à l'aura du personnage.

 

 

 

Petit point culture : J'apprenais bien plus tard que ce morceau était en fait une reprise de Debussy.

Super Castlevania IV. Super Nintendo.

Super Castlevania 4 fait parti de mes jeux cultes depuis des années maintenant, et c'est en grande partie grâce à sa musique. Le choix des instruments digitalisés a été fait avec énormément de talent, ce qui rend ses sonorités assez unique encore aujourd'hui, donnant à l'ensemble des compos une ambiance plus sombre et torturé que la plupart des autres épisodes. Certains thèmes m'ont marqué l'esprit à tout jamais. Il y avait d'ailleurs un soundtest et j'avais tout enregistré sur une cassette, je crois bien que c'était courant chez beaucoup d'entre nous ce procédé.Petit florilège de mes morceaux favoris :

 

Le fameux thème : Vampire Killer. L'hymne de Castlevania.

Castlevania : Symphony of the Night. PlayStation.

Et pour finir : Castlevania : Symphony of the night. A l'époque je me souviens avoir été soufflé par la musique du premier stage, qui reprend la recette miracle du thème Castlevaniesque réussi. Cela couplé au hall d'entrée désormais culte du château de Dracula, j'étais aux anges. Et je ne me doutais pas que tout son potentiel ludique allait me péter à la gueule. Sa bande sonore vaut beaucoup pour la variété des genres musicaux visités et leur qualité. 

 

Voilà pour ce rapide tour d'horizon. Et quand j'y repense, pour moi un bon Castlevania se doit d'abord d'avoir une grande bande sonore, et coup de bol, les épisodes les plus célèbres sont bel et bien ceux possédant ce supplément d'âme dans leur OST. Autant dire l'épisode à venir : Lords of shadow je l'attends de pied ferme...

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Musique mon amour.

 

 

Petite trouvaille du soir que je voulais faire partager, Gojira au Festival Les vieilles charrues : Le concert complet. J'espère que vous l'aimez serré votre café.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Musique mon amour.

 

Parfois, quand deux choses sans aucun rapport se rencontrent cela donne un résultat surprenant, trippant. C'est ici les cas avec du Metal et les sonorités 8 bits de notre enfance. 

 

Une petite selection perso :

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Musique mon amour.

 

C'est marrant, c'est en flanant il y a quelques jours sur le topic de Alan Wake que je découvrais au hasard d'un clic ce groupe qui m'a immédiatement tapé dans l'oreille pour ne plus me lâcher, je parle ici de The Black Angels.

Bien qu'étant né au tout début des années 80 j'ai principalement grandi avec du son de la décennie précédente dans les oreilles : The Doors, Led Zeppelin, Janis Joplin et j'en passe, ce son rond, chaud, sincère et immédiat, sans fioritures (encore Merci papa.) The Black Angels s'inspire de tout cela, je ne pouvais donc que tomber amoureux. Il en ressort des ambiances sombres, enfumées et délicieusement psychées. Je ne m'étendrais pas trop, jetez une oreille à ça, c'est du caviar :

 

Et puis un hasard en entrainant un autre, c'est en faisant une recherche sur les gars (et la fille) du dessus je tombe sur un groupe aux influences proches, Black Mountain qu'ils s'appellent ( des canadiens, donc c'est bien.) Je vous laisse juste cette piste de 8 minutes, un bon gros rodéo émotionnel des familles, qui arrive en quelques écoutes à me tirer les larmes (les deux voix plus le clavier à 7:00 est imparable). Encore une belle claque, quelle semaine !

 

Hop je valide mon panier, mes grosses enceintes sont impatientes. 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Musique mon amour.

 

Samedi 23 janvier 2010, la douce Zaza, l'improbable Moussif, l'ésotérique Tsufeng, le sautillant Klums et moi-même nous mettons en route pour la Maroquinerie, il me tarde de découvrir sur scène ce groupe de sludge Metal (il parait) découvert depuis peu grâce à l'homme singe (encore lui).

A l'entrée nous passons devant le stand de goodies dédié au groupe, sous nos yeux encore vifs s'amoncellent de bien belles lithographies (faites par le chanteur himself, plutôt doué l'animal), de zolis T-shirts, et les inévitables albums du groupe, je finirais d'ailleurs par acheter un t-shirt, émoustillé par la fantastique heure de concert que viens de me prendre en pleine face, mais ne brûlons pas les étapes. 

Petite salle, de la bière, des copains, tout cela s'annonce décidemment très bien. Bon il fallait une première partie un peu mollassone pour que le contraste soit encore plus flagrant, en même temps un groupe Suisse...

Mais arrive alors le quatuor sur scène dont nous raterons les tout premiers instants pour cause de pause clope, pas grave, nous bousculons du chevelu comme des gros lourds pour retrouver une place correcte, Moussif et Klums partent dans l'oeil du cyclone, je ne les reverrais qu'une grosse heure plus tard, totalement trempés, vidés, heureux.

Rah mais je rebrûle les étapes ! Grrrr !

Donc. Très vite la salle s'échauffe, le groupe est très à l'aise et semble décidé à se donner à 300%, titre après titre la folie s'empare des murs et nous sentons tous que ce qui se passe est grand. Baroness propose un Metal franc, généreux, entrainant et incroyablement fun. Le public chante, et ne se contente plus de secouer la tête en rythme, le batteur est totalement déchainé, les musiciens jubilent, et pour couronner le tout, un son PAR-FAIT (même pas besoin de mes boules quiès fétiches), les basses nous déchaussent les dents, les coups de grosse caisse nous compriment les poumons, nous faisons tous 25 étages de haut et lançons des lasers avec nos yeux. Le panard.

Fin du concert, le leader nous remercie très chaleureusement, nous sentons qu'eux aussi ont passé un très, très bon moment. Le quator souriants viendront serrer des mains, puis la salle se vide, et nous disparaitrons dans la nuit parisienne, la tête encore pleine des échos de ce très grand groupe. Un gros, gros coup de coeur.

Et bientôt Kylesa, dans la même salle... :)

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Musique mon amour.

 

White Chalk... En voilà  un album surprenant, à total contre-courant de ce que cette grande dame du Rock alternatif produisait jusqu'ici. Laissons de côté les classiques guitares propres au rock et faisons place aux piano, cithares et harpe, ainsi qu' à un chant habité et troublant.

Pas facile de décrire le voyage que propose cet album. White Chalk, c'est un songe légèrement fiévreux, insaisissable et inquiétant comme un cauchemard de votre enfance, mais qui sait aussi se faire cotonneux, doux et fragile, rassurant.

C'est un album très sensoriel, on sentirais presque l'odeur du vieux bois mêlé à la poussière d'un grenier très ancien, empli de vieux jouets abandonnés. J'ai souvent pensé à Ico à son écoute tant les ambiances sont proches, on y retrouve la même magie tourmentée et délicate. Cet album à vraiment une place dans mon coeur tant il fait remonter la nostalgie de mes premiers jours, quelque chose d'assez fort et viscéral mais que j'ai beaucoup de mal à exprimer. Mais j'arrête là mes divagations, amoureux de ce genre d'atmosphères onirique, jetez-y une oreille, et pour se faire voici une petite sélection de mon cru :


 

 

 

Et parce que je sais que vous aimez bien les bonus voici un live où dans son style plus habituel elle parvient toute seule avec sa guitare à littéralement me scotcher la tronche :

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Musique mon amour.

Bon après le petit article sur Sol Seppy pondu fin décembre, je vous propose un changement radical d'ambiance. Mettons de côté la douceur et l'amertume, descendons plusieurs milliers de kilomètres sous terre, place à la pierre brute, à la lave en fusion et aux légendaires titans, aujourd'hui place à MASTODON. Oui, le tout en grosses lettres.

Mais d'abord un petit interlude : J'écoute finalement assez peu de groupes différents dans le genre bien particulier qu'est le Metal, un chant trop haut perché, des ambiances un peu trop épiques/dégoulinantes sont très vite rédhibitoires chez moi, un équilibre difficile à trouver, du coup peu d'élus arrivent à toucher mon côté obscur. Mastodon est de ceux là,  et leur album Blood Mountain reste à ce jour mon favoris.

Cet album est l'alliance de tout ce qui me fait vibrer dans le Metal, un gros son lourd, diablement sexy et old school qui vous ramenera par la peau du cul dans les années 70 (le début des années 70), un groove à vous faire péter les cervicales, des solos et des montées d'une beauté brute qui vous transpercerons le cerveau de ses éclats de cristal, et des passages de pure adrénaline déchainant vos sens.  Ecouter les 12 pistes de Blood Mountain c'est être téléporté à poil au milieu d'une bataille enragée et hallucinée entre des divinités antédiluviennes. Brutal, implacable, franc et direct, mais flamboyant, parfois emprunt de la beauté noire des mythes grecs,  Blood Mountain se vit comme un bon coup de poing dans la gueule.

Je vous laisse avec l'une de ces douze pistes, ici en live : Crystal Skull. Bon uppercut !

 

 

Et en bonus un lien vers Mastodon, le jeu vidéo (parce qu'on est sur Gameblog tout de même), hop :

http://www.warnerreprise.com/mastodongame/

Oui c'est injouable, mais c'est drôle.

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Musique mon amour.

Solseppytitre

Je vous présente Sophie Michalitsianos alias Sol Seppy. Bonjour Madame.

Allons droit au but,  The bells of 1 2 (son seul et unique album solo) est une véritable petite pépite de sensibilité. Cela fait près de trois ans que je l'écoute régulièrement et chaque fois il fait mouche, son rayonnement bienfaisant reste intact.

Intimistes, mélancoliques et éthérées, parfois tintées de la nostalgie de l'enfance ou plus enlevées avec quelques ballades aux rythmes électros simples et efficaces, ses douzes pistes sont autant de petites flèches qui vous iront droit au coeur . Ajoutez à cela la voix de la belle, à l'accent British si charmant, tantôt amère, tantôt malicieuse ou sensuelle et l'on obtient un véritable sirop pour les oreilles. On notera également un talent d'écriture pour des mélodies simples sans êtres naïves, toujours accrocheuses et quelques envolées magnifiques jouant purement avec vos émotions.

Il est temps de vous laisser avec trois morceaux de l'album, voici donc le très planant  Wonderland suivi du plus rythmé Slo Fuzz, puis le sublime Enter one pour terminer :

MUSIQUE !

 

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Archives

Favoris