Prof.Coren

Prof.Coren

Par Prof.Coren Blog créé le 14/08/12 Mis à jour le 03/06/13 à 22h23

Au programme: mes avis sur des jeux, des films, des livres ou encore de la musique. On s'en fout? Pas grave.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Mes tests J.V.

Signaler
Mes tests J.V.

Voici un nouveau test, encore trop long et trop brouillon. Mes prochains seront plus courts et plus subjectifs pour une meilleure lecture et un gain de temps. J'éspère que vous apprecierez!

 

Pandora's Tower, voilà ce qu'on m'en disait: "des boss de ouf!", "des donjons mieux que Zelda!". Parallèlement, les pubs mettaient l'accent sur la relation entre le héros et sa dulcinée. J'ai douté, mais j'ai acheté. J'ai joué, et je n'aurais pas dû douter. La phase "donjon" et la phase "relation" se complètent merveilleusement, elles sont tellement poussées et bien foutues dans leur genre, que le mélange passe très bien.

 

Pour l'histoire, on va faire vite: vous incarnez Aeron, soldat blessé et en fuite recueilli par Elena, jeune femme dont on ne sait pas grand-chose. Une histoire d'amour est née. Quelques temps après cette rencontre, pendant une grande fête dans la ville du coin, se passe une attaque, et on ne sait pas trop comment, Elena chope une malédiction. A ce moment-là apparait Mavda, étrange personne issue d'un peuple ancien, et qui trimballe un vieux dans son sac à dos. Elle se propose de vous prendre en charge pour sauver Elena, et vous emmène à l'Observatoire pour se cacher de l'armée et en plus, c'est juste à côté d'un endroit qui a un rapport avec la malédiction d'Elena. Par la suite, et c'est là que le jeu commence, vous devrez arpenter les 13 tours pour rapporter 13 Chaires de Maitre (les boss) à Elena. Pendant votre périple, vous en apprendrez plus sur la malédiction, les tours, la géopolitique, bref tout un background très développé et intéressant. Malheureusement, toutes ces infos ne sont justement que des infos, et n'influent en rien sur le déroulement du jeu. Si au début on les lira toutes, après on se contentera de celles qui nous intéresse parce qu'avoir un background aussi profond et ne pas pouvoir en profiter, c'est frustrant.

Un petit point général sur le système de jeu: la malédiction d'Elena fait qu'elle se transforme peu à peu en monstre, et cela se traduit par une jauge qui descendra lentement lorsque vous êtes aux tours. C'est en lui rapportant de la chair de monstre que vous ferez remonter cette jauge. Du coup les donjons se font en plusieurs fois, mais là où je trouve le système de temps est super limitant dans Pikmin, ici ça passe bien. On va maintenant détailler le gameplay des deux phases distinctement.

 

A l'Observatoire, on tient le crachoir.

En ce bel endroit, quelques activités vous seront proposées: acheter, vendre, stocker, crafter, réparer et améliorer vos objets auprès de Mavda.  Mais le plus important est bien entendue la relation entre les deux jeunes tourtereaux. Pendant que vous combattez pour elle, Elena mène sa petite vie à l'Observatoire, et elle fera différentes activités selon l'heure qu'il est (dans le jeu hein, il y a une horloge interne). A vous de lui parler et lui offrir des cadeaux à ses gouts : tout cela fera monter votre Jauge d'Affection. Cela peut paraitre anodin, mais cette jauge déterminera votre fin du jeu, parmi 6 différentes et toutes très bien faites. Les scénettes de leur vie de tous les jours sont nombreuses et variées, pas une fois j'ai eu l'impression de tourner en rond avec elle. Au fil du temps, votre relation s'améliorera ou se dégradera, selon votre comportement, et cette partie du jeu n'est vraiment pas à négliger : c'est un très bon point.

      

 

Dans les tours, on se tire la bourre.

Après le romantisme, passons à la castagne ! Seul dans les tours, Aeron aura fort à faire pour survivre : le temps et les soins sont limités, mais le bougre sait se battre : il maitrise 3 armes, pour le corps à corps (avec système de combo), et une chaine offerte par Mavda, au centre du gameplay. Je vais pas tout détailler mais voilà en gros ce qu'elle permet de faire : frapper, ligoter, lancer, faire tournoyer, lier et déchiqueter les monstres, ainsi que grappin. Le gameplay en combat est très riche, et vous aurez mille façons de défaire vos ennemis, et tout ça avec une utilisation de la Wiimote exemplaire. C'est clairement un des gros points forts du titre. Pour les tours en elles-mêmes, elles sont plutôt grandes et labyrinthique. La carte étant pas terrible, il est vivement conseillé de faire chaque tour en une session de jeu, au risque de ne plus vous y retrouvé (mention spéciale aux deux dernières tours, éloges de la complexité). Malgré cela, le game-design (mélangeant action, énigmes et plate-forme) est quasi parfait  et de grande ampleur : niveau donjon, ce jeu met une claque à Skyward Sword. Et pas que les donjons : les boss sont du même acabit. Souvent grands et impressionnants, ils possèdent tous un point faible bien caché que vous devrez atteindre avec votre chaine. Chaque manière de les battre est intelligente, et leur coté Colosse rend les combats mémorables, surtout que le temps est limité. Certains resteront dans ma mémoire bien longtemps, tout comme le jeu en général en fait.  

 

Enfin, nous allons parler de la réalisation et de l'ambiance. Pandora's Tower, c'est un style gothique avec une ambiance de dingue. La solitude et le désespoir seront toujours présents à vos côtés, franchement on a connu plus gai. Emotionnellement, tout sonne juste, malgré la crainte de la niaiserie japonaise type dès qu'on voit les personnages. L'histoire est traitée de façon mature, sombre, et tout prête à nous faire vivre une aventure dont on ne sait pas comment en sortir vivant. Toutes les fins sont marquantes, je les ai toutes vus sauf la première, la seule heureuse à ce que l'on dit. Les musiques orchestrales, excellentes, accentuent encore plus ce sentiment, mais on regrette leur répétitivité : une pour les tours, une pour les boss, une pour les combats, deux pour l'observatoire et basta. Dommage. Et pour finir, les graphismes. Techniquement, c'est vraiment pas top, et on ressent un effet de flou dans les donjons, néanmoins ça reste correct (à noter la présence de quelques cinématiques en CGI fort bien faites). Par contre artistiquement, ça défonce. Le monster-design est spécial mais bien en accord avec l'esprit du jeu, moi j'ai bien aimé. Les tours sont classiques, mais donnent une impression d'immensité démente. Enfin, les boss sont magnifiques, dérangeants mais ont une classe énorme. Décidément, ils font un sans-faute. Vous pouvez mater mieux cela dans le mini-artbook sympa compris dans l'édition spéciale.   

 

Pandora's Tower est un jeu génial, immense, profond. Son gameplay et son level-design n'ont que peu d'égaux, ce qui en fait un must-have incontestable. Il y a encore une tonne de chose dont je n'ai pas parlé, ou pas assez longuement. Mais n'hésitez pas : jetez-vous sur le jeu et vous comprendrez alors toutes ses subtilités.

 

Points positifs:

-Game design génial.

-Gameplay varié et archicomplet.

-Plutôt long.

-Background très travaillé...

 

Points négatifs:

-...mais peu exploité.

-Musiques belles mais toujours les mêmes

-Un peu de japoniaiserie (mais pas trop)


Note du jeu: 17/20

Mon ressenti: 5/5

 

Voir aussi

Jeux : 
Pandora's Tower
Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Mes tests J.V.

Je vous ai concocter un premier test, un peu trop long je pense. Au passage, j'ai terminé Resident Evil 4, une tuerie!

Sin and Punishment c'est du shoot'em up 2D, et ce n'est pas un genre que j'affectionne particulièrement. J'ai vite fait joué à Geometry Wars, mais pas plus. Mais la série m'attirait quand même: l'univers avait l'air sympa, et puis c'est une licence Nintendo, il fallait que je test. 

 

 Une fois la galette insérée, seul le mode solo (mode histoire) est débloqué. Vous devez choisir votre personnage entre Kachi, jeune fille amnésique et Isa, un garçon rebelle (enfin moi je dis garçon parce que c'est marqué dans la notice, mais j'ai des doutes...). En jeu, la différence entre les deux est petite, mais j'y reviendrai plus tard. Il reste plus qu'à choisir le niveau de difficulté entre Facile, Normal et Difficile. Le mode histoire est composé de 8 niveaux assez longs. Il y a un nombre très important de boss mais ils sont suffisamment variés pour qu'on ne ressente pas de répétitivité. En effet il y a ici et là des phases de jeux originales (combat à l'épée ou à main nue, phases dans le noir...), et ça c'est une bonne surprise. En revanche l'histoire est affreusement pourrie (quoique  le background décrit dans la notice à l'air sympa), même si il est clair qu'on ne joue pas à un shoot'em up pour ça. Elle nous permet néanmoins de voyager, ce qui implique des décors changeants à chaque niveau: du volcan au désert, en passant par les fonds marins, jusqu'au magnifique niveau final dans l'espace. Il est à noter qu'il y a des checkpoints à l'intérieur des niveaux, de telle sorte que l'on peut stopper sa partie à peu près n'importe quand. Un bon point pour l'accessibilité. Enfin, quand un niveau est fini, on peut le refaire à l'infini dans le mode Choix de stage, pour scorer, avec le niveau de difficulté dans lequel on l'a fini en mode Solo. Ces deux modes de jeu sont jouables à deux en coop, mais le J2 ne peut que viser, sa aurait été trop bordelique avec deux personnages à l'écran.

 

 

Pour ce qui est de la maniabilité, c'est plutôt simple: on bouge notre perso avec le stick du Nunchuck et on vise avec le pointeur de la Wiimote, ce qui demande une double attention à l'écran. Sa peut devenir très chand quand il y a une multitude de tirs ou d'ennemis, car quand on se concentre sur l'esquive, on a du mal à viser. C'est pour cela qu'un système de verrouillage de cible est présent. Il suffit d'appuyer sur le bouton A quand l'ennemie est en visée, et il sera verrouillé jusqu'à sa destruction ou si vous arrêtez de tirer. Le système est utile mais pas au point d'être cheaté, c'est une réussite. A noter que Kachi à un verrouillage automatique (qui s'active quand on tire près d'un ennemi) en plus du manuel. Pour le reste, avec le bouton B on tire en restant appuyé ou on fait une attaque au corps à corps avec une courte pression (utile aussi pour renvoyer des projectiles aux adversaires). Avec Z on effectue une esquive, qui nous rend intouchable pendant un très court laps de temps. On peut en choisir la direction avec le stick, cependant ces esquives se révèlent imprécises, quoique obligatoire dans beaucoup de phases de jeu. Enfin, nos deux persos possèdent chacun un tir chargé différent, utilisable en restant appuyé sur A. Isa envoi un tir explosant au contact, touchant tout ce qu'il se trouve aux alentours. Kachi quant à elle envoi jusqu'à huit tirs puissants, répartis comme vous le souhaitez entre les ennemis. Une fois le pouvoir utilisé, vous devrez attendre quelques secondes avant de pouvoir recommencer.

Autre point, très important pour un shoot'em up, c'est le système de scorage. Ici, on gagne des points en infligeant des dégâts, et ces points sont multipliés par un multiplicateur, qui augmente quand vous détruisez des ennemis et diminue quand vous vous faites toucher. Ajoutez à cela la collecte de pièces et de médailles qui apparaissent après avoir fait certaines actions, et des bonus accordés en fin de niveau selon votre performance, et vous obtenez un système complet et sympathique. Vos scores peuvent être mis en ligne, afin d'être intégrés à un classement mondial.

 

Graphiquement, Sin and Punishment s'en tire plutôt bien. Même si sa pique méchamment les yeux lors des cinématiques (les animations des persos, on se croirait sur N64), ingame c'est techniquement propre. Souvent, ça va vite mais le jeu reste fluide. Les tirs bénéficient d'effets qui rendent bien, et artistiquement parlant, certains passages sont fabuleux, comme le combat contre le boss du stage 4, dans la nuit. Je ne suis pas très fan du chara et du monster design, mais les artoworks présents sur la jaquette et la notice sont très beaux, et c'est assez bien retranscrit en jeu.

Pour ce qui est des musiques, c'est plutôt mitigé. Elles se font discrètes et peu vous resteront en tête: la qualité n'est pas toujours au rendez-vous est c'est bien dommage.

 

Finalement, Sin and punishment est un bon jeu. Même si la réalisation n'est pas parfaite, il devrait contenter tous les amateurs de shoot sur Wii. Personnellement, je me suis bien amusé, même si le genre reste trop rébarbatif pour moi. Cependant, je serais pas contre Kachi jouable dans le prochain Super Smash Bros, tiens!

 

Points positifs:

-Gameplay restreint, mais efficace.

-Boss variés.

-Accessible en mode facile.

-Beau, dynamique et fluide.

Points négatifs:

-Difficulté hasardeuse.

-Mode coop au rabais.

-Scénario qui aurait mieux fait de ne pas exister.

-Système d'esquive pas fameux.

 

Note du jeu: 15/20

Mon ressenti: 3/5

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Le prof que je suis apprend. Le prof que je suis découvre. Je pense que chacun d'entre nous peut etre prof, en donnant son avis et en disant ce qu'il pense. C'est pour cela qu'ici je parle de ce que je vois, de ce que j'entands, de ce que je vis. Pour mieux (me) connaitre, et pour vous permettre d'en apprendre d'aventage.

 Mes jeux cultes:

 

Archives