Le Blog de Poufy
Signaler

Pour ce nouveau billet j'ai décidé de vous faire partager quelque chose d'important à mes yeux ainsi qu'a tous ceux qui défendent le jeu vidéo en général. Vous tous donc ?!

Le potentiel réel du virtuel dans la vraie vie, intéressant non ? Personnellement, si je devais retenir une seule expérience de se que m'a apporté le jeu vidéo dans mon organisme et qui m'a le plus marqué, ce sont les heures d'entrainements sur les jeux de courses automobiles, vous savez, ces simulations qui nous entrainent à peaufiner les trajectoires afin d'améliorer le chrono à l'infini...

Bref, après avoir passé de longues heures sur les premiers Gran Turismo ainsi que sur F355 Challenge, et une fois arrivée à l'age de pouvoir conduire un kart sur circuit réel, mes réflexes étaient déjà bel et bien présent au premier coup de volant ! Une fois la mémorisation du circuit en tête et quelques scéances de 10 minutes plus tard (pas plus sinon mes petits bras me disent STOP). Je n'étais déjà plus très loin du record de la piste ! Bon évidemment, il faut dire aussi que mes 50 kilos m'aident vachement à aller plus vite, mais quand même c'était bien réel.

Après ce racontage de vie, venons-en à l'expérience vidéo-ludique effetuée sur les séniors, et qui a lieu actuellement au centre Emotion (CNRS) du CHU la Pitié-Salpêtrière à Paris :

Arcticle paru dans le Sciences et Avenir de février 2010

___________________

Aujourd'hui, Monsieur C, 73 ans, visite un château. Il traverse une galerie, s'arrête devant de hautes fenêtres, tourne à gauche, s'engage dans des escaliers puis s'accorde une pause dans un petit salon. Pendant tout le parcours, il gambade, lestement, sur des jambes de 20 ans. Oubliée la peur de tomber, l'angoisse de rater une marche. Equipé de son casque de réalité virtuelle, le senior voyage. Et ce, sans quitter la petite salle de « réalité virtuelle » située dans un couloir saumon du centre Emotion (CNRS) du CHU la Pitié-Salpêtrière (Paris) où il a été adressé par son médecin traitant. Ici, le professeur Roland Jouvent, psychiatre et directeur du centre, reçoit et traite, parmi d'autres, des patients âgés victimes d'un stress intense : celui de chuter. « Ca a l'air anecdotique mais ça ne l'est pas du tout, remarque-t-il. La peur de tomber est le point de départ d'un cercle vicieux qui aboutit au déclin général. » Selon le médecin, la mauvaise pente commence avec le vieillissement des organes sensoriels. L'individu âgé voit et entend moins bien dans un corps moins alerte. Ce qui s'accompagne d'un vieillissement cognitif. Le sujet se sert moins de son cerveau, se fatigue plus vite, se concentre moins bien, les tâches courantes demandent plus d'efforts. Dans ce triste tableau, se déplacer dans un univers aussi complexe que la ville fait peur. Traverser la rue, ne serait-ce que pour aller chercher du pain, peut devenir extrêmement angoissant. « Le stress immobilise la personne qui petit à petit se retire dans sa tanière. La peur de tomber est un prétexte au retrait social, poursuit Roland Jouvent. Or, à cet âge, le «chez soi» est dangereux. Plus on sisole, plus on réduit ses connexions cérébrales et plus on accélère le vieillissement. » Voilà pourquoi, au centre Emotion, on tente de renouer avec la confiance en soi. « On plonge le patient dans un univers virtuel dans lequel il peut se déplacer en sécurité. Au départ il est assis, puis on laide à se lever et à avancer. » Dans la salle, le patient fait ses premiers pas en cliquant sur une souris, hésite, s'oriente en tournant la tête. Odile Komano, assistante en recherche clinique, garde toujours un contact avec lui, rassurante. « Nous faisons des séances de dix minutes, une fois par semaine environ. Les progrès sont assez rapides. » Face à son angoisse, le sujet apprend à gérer ses émotions.
Et ça marche... Presque trop bien ! « Nous avons observé que les patients reprennent trop confiance en eux, explique Roland Jouvent. Ils n'ont plus conscience de leur corps et se mettent à cavaler, au risque, pour le coup, de vraiment tomber. Il faut donc associer un autre exercice. » Monsieur C, ragaillardi, est conduit dans une autre salle du centre Emotion où une classique console de jeux vidéo l'attend. Là, debout face à une webcam, le sujet se voit apparaître sur grand écran, inclus dans un jeu. Aujourd'hui, Monsieur C. doit briser des planches virtuelles du tranchant de la main, en donnant des coups à droite, à gauche, en haut, en bas... « Le but est que le sujet se voit et retrouve son corps tel qu'il est vraiment, pour retrouver ses vrais repères », explique Odile Komano. Une centaine de patients ont déjà profité de ce traitement depuis trois ans.

Sciences et Avenir de février 2010

________________

Que la reconnaissance du jeu vidéal continue !

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

Warzlouf
Signaler
Warzlouf
Intéressant. Après les bienfaits des jeux vidéo sur les autistes et leur rapport au réel, de la Wii qui fait faire de l'exercice aux Seniors et met de l'ambiance dans les maisons de retraite...

Avec le médiatisation positive de Heavy Rain, je me prends à rêver que dire "je joue aux jeu vidéo" ne soit un jour plus perçu comme "je suis un débile immature et potentiellement dangereux".
Laalu
Signaler
Laalu
Billet très interessant :) !

Peut-être que ce genre de pratique thérapeutique servira à dédramatiser la vision qu'ont les médias sur le jeu-vidéo, la télévision surtout (qui a dit TF1 ?)....
Redwark
Signaler
Redwark
C'est vraiment super intéressant de voir que la technologie est aujourd'hui prête pour mener avec succès ces initiatives. Tout reste à faire maintenant pour développer et rendre accessible ces nouvelles thérapies au plus grand nombre !
phazer
Signaler
phazer
Il va y avoir une ruée sur les consoles pour la fête des grand mères et les pots de départ à la retraite ..

Le Blog de Poufy

Par Poufy Blog créé le 14/12/09 Mis à jour le 20/10/17 à 18h12

Ajouter aux favoris

Édito

Responsable vidéo de Gameblog depuis 2009

Archives

Favoris