Le Blog de Polochon

Par Polochon Blog créé le 11/01/13 Mis à jour le 15/04/17 à 19h56

Un grand barda 'portnawak.

Cette expression ne veut rien dire? Parfait, elle est donc à l'image de ce que sera ce blog et son organisation.

Ajouter aux favoris
Signaler

Tout le monde semble être passé à côté, sans doute parce qu'elle a été montrée pendant la séance de questions-réponses après la conférence de Sony, mais un plutôt bon trailer de Beyond a été montré à la Gamescom hier soir. Selon moi, c'est le plus clair/explicatif à ce jour, mais ça veut aussi dire que c'est sans doute le plus susceptibler de vous SPOILER: si vous voulez garder la primeur de l'histoire pour le moment où vous lancerez le jeu, je ne vous conseillerais pas de regarder cette vidéo. Pour ma part en tout cas, elle m'a permis de "faire le lien" entre plusieurs choses peu claires depuis le début de la promotion sur ce jeu... ou "croire faire le lien", puisque David Cage aime bien brouiller les pistes ces derniers temps.

Dans tous les cas, la vidéo est ici.
(avec interviews d'Ellen Page ET Willem Defoe, dont on voit le personnage, et bien plus que "trois secondes au passage".)

[Oui, je sais, je n'intègre pas directement la vidéo, c'est mal, mais Gametrailers ou Gameblog m'empêche de mettre la vidéo dans ce post, donc on se contentera d'un lien! Apparemment si j'avais un compte Twitter ou Facebook je pourrais télécharger la vidéo, et la mettre sur Youtube ou Dailymotion histoire de faciliter le partage peut-être, mais il se trouve que je boycotte les deux services, de une, et que je ne m'intéresse quand même pas assez à Beyond pour pousser le bouchon jusque là, de deux. Donc hein bon voilà, un lien et roule poupoule.]

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Ce jeu m'a toujours inspiré une certaine curiosité, parce qu'en bonne nostalgique, de manière générale, j'imagine mal Square (devenu Square Enix) faire UNE BOUSE INTERSIDERALE, ou au moins "ça se voit" quand ils ont mis moins d'efforts dans un jeu. Particulièrement dans les graphismes pas tout à fait finis. Par exemple, vous prenez The Bouncer, "ça se voit" qu'il y a un truc qui cloche, ça se répète trop, ça n'est pas assez finalisé... enfin plein de petits indices qui font penser que ça risque clocher quelque part. A savoir:

(= 1ère image "visiblement en jeu" générée par Google Image. C'est un jeu PS2 sorti en 2000, certes, m'enfin même en 2000 si je voyais ce genre de visuel j'avais tendance à être très méfiante...)

Alors que The Last Remnant, c'est plutôt:

(=  1ère image "visiblement en jeu" générée par Google Image. C'est sorti en 2008 sur xBox360 et en 2009 sur PC, c'est sûr, mais là quand même on "sent" plus de sérieux et d'implication dans le travail!)

Pourtant, ce jeu est régulièrement décrié... qu'en est-il donc réellement? Histoire de me faire ma propre opinion, je l'ai récemment acheté pour des clopinettes (par exemple on le trouve à 7€ en ce moment sur Priceminister)... et depuis, j'ai perdu toute vie sociale. J'évite surtout d'y jouer dès le matin ou début d'après-midi le dimanche, sinon dans les 20h45 le téléphone sonne: [voix de ma mère] "Ben alors, tu ne m'appelles pas?" / [moi] "Hein? Mais il est... ah oui, je commençais à avoir faim en effet..." Après le repas c'est plus sûr, l'appel du sommeil est plus sûr que l'appel de l'estomac chez moi...

Après, c'est sûr, le jeu est difficile. Enfin, si on veut qu'il soit difficile, il l'est: vous pouvez faire l'essentiel des combats histoire de ne pas vous faire défoncer, mais très vite on vous donnera la possibilité de "zapper" les adversaires. En dehors de ça, c'est un vrai jeu à l'ancienne, à savoir un jeu qui se joue AVEC UN PAPIER ET UN CRAYON à côté! J'ai lu qu'il est inutile de chercher à améliorer ses personnages parce que les adversaires s'adaptent à leur niveau, mais ça n'est que partiellement vrai: ils s'adaptent jusqu'à une certaine hauteur, dans l'ensemble si je retourne dans une zone déjà traversée il y a un moment les adversaires se feront exploser très facilement. Dans le même temps, quel que soit le niveau des personnages, il y a régulièrement des adversaires contre lesquels il faut construire une tactique si on ne veut pas se faire exploser en deux tours: il faut avoir compris comment fonctionne le système de combat. Pourquoi et comment tout ça n'est que très peu lié au hasard, contrairement à ce que j'ai pu lire à peu près partout: le sort lancé pourra être différent d'un tour à l'autre mais de toute manière vos persos ne lanceront jamais un sort contre lequel le type en face est immunisé, par exemple. Si une action ne vous est pas proposée en combat, c'est que vous n'avez pas pris le temps d'acheter les plantes, outils ou matériaux nécessaires avant d'entrer dans la zone. Etc.: -tout- dépend vraiment complètement du joueur, il faut "juste" prendre le temps de bien construire ses personnages, dans tous les sens du terme.

Au final, on critique Square parce qu'ils ne développent plus que des "jeux hamburgers" (= tout prémâché, on pose le cerveau à côté, on appuie sur une touche pour combattre, et on avance), mais quand on voit l'accueil reçu par The Last Remnant, comment peut-on critiquer ce qui pourrait se qualifier de "choix éditorial"? -Là- c'était un jeu réfléchi, que les plus pressés pouvaient finir rapidement pendant que les plus perfectionnistes pouvaient se perdre dans toutes les zones et les possibilités de ce jeu, sans perso féminin fan-servicien (*sic*), un jeu qui obligeait le joueur à réfléchir à ce qu'il faisait avant d'avancer, etc. Résultat? Il s'est fait descendre précisément pour ces raisons... Mention spéciale à Gamekult au passage, qui s'illustre à nouveau avec un test complètement à côté de la plaque qui montre qu'ils sont passés à côté de 70% (minimum, vraiment) des mécaniques, donc de l'intérêt du jeu: j'admirerais presque cette régularité dans la pertinence de leurs tests. Vous me direz, Gameblog ne s'est pas mouillé puisqu'il n'y a pas de test par la rédaction.

Après, on peut reprocher au jeu d'être trop superficiel si on ne prend pas le temps de faire un minimum de quêtes annexes, histoire de s'immerger dans l'ambiance du pays du jeu ("les petites histoires qui font la grande histoire", c'est tellement japonais...) Il y a aussi ces personnages tellement japonais et justement les occidentaux "voient" et comprennent mal toutes ces mimiques tout aussi naturelles pour un japonais qu'un haussement d'épaule pour un français: si ici tout le monde sait immédiatement ce que ça veut dire, un américain ou un russe se demanderont pourquoi nous faisons le même geste dans des circonstances complètement différentes. Mais là encore, pourquoi demander à Square Enix de "faire du japonais", alors qu'on leur lance des tomates quand ils le font? Ah, ils doivent se limiter à ce que les occidentaux perçoivent comme "japonais", et ce qu'ils savent "sous-titrer" du petit peu de culture japonaise qui transpire en surface, pour qui s'intéresse aux jeux mais pas vraiment au pays ou sa culture... mouais, c'est un peu réducteur, quand même.
(+, quand même: apparemment, la version xBox n'était vraiment pas au point techniquement, et l'année supplémentaire pour développer le jeu sur PC n'a pas été de trop. Mais justement! C'est un très bon jeu sur PC!)

Enfin, voilà, ce billet a ses passages un peu acides mais là je l'ai mauvaise de voir qu'un jeu que j'apprécie autant a pu être aussi décrié juste parce que beaucoup de ceux qui y ont joué sont juste passés complètement à côté... à la rigueur dans AC3 je comprends ce qui peut déplaire, mais pour The Last Remnant, vraiment, quand je lis des critiques qui ont pu être écrites... j'ai très souvent envie de crier un énorme "MAIS C'EST FAUX!!!" presque à chaque argument! Evidemment le jeu pourrait régulièrement rappeler "et surtout, n'oublie pas de vérifier...", mais après on se plaint de l'abus de tutoriel (omniprésents) dans les jeux actuels? Est-ce donc si grave qu'un jeu suppose que vous êtes un minimum intelligent, que vous pouvez et allez comprendre que "A mène à C... avec B entre les deux... en agissant sur B, je pourrai donc influer sur C?" Ma foi, il faut croire que oui...

Sur ce, je vais dormir... sinon je ne sais pas à quelle heure finirait ma partie!

Citation d'un grand philosophe du siècle dernier pour finir: "C'est trop injuste" (Caliméro).

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Signaler

Le rapport entre la chaleur et Castlevania? Simple: du mal à s'endormir + personne ne semble avoir posté de réaction suite à la "soirée Premium" de vendredi soir, du moins pas sous l'angle Castlevania. Et c'est bien dommage, parce qu'elle fut bien agréable, donc je m'y colle.
(Oui, je sais, ce compte n'est pas "Premium": je ne vois aucun intérêt à avoir un bandeau violet sous mon pseudo, voire ça me saoule = j'ai un compte secondaire qui me sert juste à payer le Premium et à participer à des concours à l'occasion. D'où "un pseudo non Premium" vous cause d'une "soirée Premium".)

Le Premium est une espèce ponctuelle: 14 des 16 personnes prévues sont bien à l'heure. Car oui, entre les rattrapés, les "au cas où le type ne rappelle pas" et ceux qui avaient le téléphone à portée de main quand les résultats ont été communiqués, nous sommes 16 au lieu des "10 gagnants" annoncés. Au moins, la chaleur humaine est assurée pour la soirée! Surtout dans une salle avec un écran géant + une dizaine d'écrans + une onzaine de PS3 branchées; faire tourner des démos ne devait pas mobiliser beaucoup de leurs capacités, mais ça fait quand même de la chaleur ces bêbêtes.

Pierre Loyal, ou "Pierre, Le Monsieur Loyal De La Soirée" commence par nous faire faire le tour des nouveaux locaux de Konami France, et je dois avouer que pour quelqu'un qui a un peu travaillé dans l'immobilier comme moi... mais c'trop beau ces peintures sur les murs et aux plafonds! Pourquoi ne pas les avoir restaurées elles aussi, et pas simplement repeint les murs et stucs?! Hein? Quoi? Ca aurait coûté 10 fois plus cher, et encore, en le faisant faire par des roumains sous-payés? Mais... mais... mais quelle drôle d'idée voyons! En tout cas ça leur offre trois salles superbes, dont la salle de réunion aménagée pour nos bos yeux en ce vendredi soir. Menu Geek compris, à base de chips et boissons chimiques en tout genres... cet amour pour le bien-être de son corps, c'est tellement geekien! "Pierre Loyal" nous sort quelques objets de collection cachés dans les locaux aussi, tant qu'à faire, c'est aussi mignon pour ça, "les réunions de passionés".
(Tant que je suis dans le tour des locaux, je dois avouer une petite déception au niveau des toilettes: dans une pièce noire design-like comme ça, dans des locaux refaits à neuf, chez les représentants d'une entreprise japonaise, je me serais attendue à une cuvette japonaise quoi, le truc qui est passé de mode même au Japon mais qui fait tellement triper les "gaijin"! Eh ben non, une bête cuvette bien classique... déception. 'Sont nazes en fait leurs locaux, voilà.)

Pour les jeux, comme de juste, nous avons eu droit aux démos présentées à l'E3 de PES et Castlevania - Lords Of Shadow 2. Je ne vous cache pas que je suis venue pour Castlevania, comme la plupart des gens ce soir: de mémoire sur la onzaine d'écrans mis à notre disposition ce soir, je crois que PES tournait sur trois machines... ou deux? Je crois que c'était trois, la grande majorité était pour Castlevania en tout cas. J'ai regardé des gens jouer à PES de temps en temps, ça a confirmé (une fois de plus) mon manque d'enthousiasme pour les jeux de foot, m'enfin tant que chacun trouve de quoi se faire plaisir c'pas bien grave.

Pour Castlevania, j'avais déjà vu la démo tourner à Japan Expo, pendant la présentation qui avait été faite. Simplement, là-bas, j'avais trouvé que les couleurs tournaient beaucoup autour de déclinaisons de rouge, de noir et d'orange. Pas que ce soit laid, c'était cohérent avec le style graphique après tout, mais c'était vraiment... marqué. Là, j'ai pu apprécier une palette de couleurs quand même plus large et ça n'est pas plus mal, en fait. Quelques défauts d'affichage à l'occasion mais on peut parier que c'est avant tout dû au côté démo de la chose (des grains noirs "façon barbe mal finie" même sur la tête du perso, ça fait tâche). La démo n'est pas bien difficile à finir, mais il faut reconnaître que ça sera avant tout le tutoriel du jeu: à la fin de la soirée, j'ai remarqué que l'on pouvait changer le niveau de difficulté, et déjà en 3/4 (il était en 2/4 par défaut) les ennemis devenaient plus résistants. Sinon c'est beau, ça répond bien, on massacre tout en faisant un peu de plateforme et des passages un peu plus "je passe par où pour atteindre tel endroit, dites...", 'fin du Castlevania quoi. D'ailleurs j'ai bien aimé l'enchainement possible des armes, je ne sais pas si on sera toujours limité à ces trois types dans le jeu (même si ça m'étonnerait, Castlevania oblige), mais pouvoir alterner fouet (/"arme de base", plutôt à distance) + gants enflammés (/font très mal mais corps à corps uniquement) + épée (/fait peu de dégâts mais redonne de la vie au fur et à mesure que l'on trucide du vilain), ça rendait les combats vraiment très dynamiques. Surtout le coup de récupérer de la vie tout en trucidant, puis gants parce qu'à un moment 'faut en finir, puis fouet parce qu'il y en a loin là-bas... non, vraiment, très dynamique!

Voilà, je ne peux pas vraiment comparer avec le 1 parce que j'y ai joué quelques minutes au plus [au 1] [moi y'en a pas avoir de PS3, eh si eh si], mais en tant que personne qui suit les différentes itérations de la saga depuis la NES, je dirais que c'est bien parti pour être un bon épisode, du moins du genre de ceux qui me plaisent!

La soirée s'est terminée avec un concours autour de Metal Gear Rising, avec deux statuettes et un Metal Gear (1) version PC -jamais ouvert- pour les gagnants... où nous avons été allégrement massacrés par [oublié le pseudo]: Il s'agissait de commencer le premier niveau, s'arrêter juste avant le boss final, et le premier participant nous met un score de 9 500 et des brouettes dans les dents. Bon, c'est le premier, je ne sais pas comment c'est compté vu que je n'ai jamais touché à ce jeu... le deuxième et le troisième auront dans les 6000 et des poussières, pour vous donner une idée: un bon gros massacre des familles! Moi? Oh, j'ai dû faire dans les 2500 à ma première tentative, 3500 à la deuxième, ce qui doit me placer dans le trio de fin, grosso modo. Ceci-dit, je n'arrive toujours pas à comprendre comment j'ai pu me faire tuer aussi tôt au deuxième essai (perdu à un endroit que j'avais passé fingerz in ze noze la première fois), alors que j'étais bien mieux partie et que je commençais à maîtriser les techniques du jeu... c'est la manette en fait, voilà, de toute manière c'est toujours la faute de la manette.

Voilà, remerciement final à Konami France et Gameblog pour avoir organisé cette soirée, c'est quand vous voulez pour une prochaine les cocos!
(+ Une pensée émue pour le chien de l'ami-pas-collègue de Pierre Loyal, qui doit bien souffrir par les chaleurs actuelles...)

Sur ce la pièce s'est rafraîchie: je peux aller dormir. *poum oreiller*

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Ayant du mal à ne plus être d'humeur massacrante et comme je n'avais rien de particulier à faire cet après-midi, j'ai décidé de me laisser aller à un défouloir très féminin: LES MAGASIIIiiIIiiiiiIIINNNNS!!!!!!!

Pour la partie jeux vidéo, je suis repartie avec ça:

Les rares fois où je trouvais le Viewtiful (oublions que je n'ai pas le 1) j'oubliais de l'acheter, le Vagrant Story et le Beyond... étaient pour une fois à des prix raisonnable, et ça fait des mois (/années) que j'ai perdu mon Tetris. Il est sans doute quelque part dans la cave de ma mère, mais si vous saviez combien il y a de cartons dédiés au jeu vidéo là-dedans... espérons juste que cette cave ne soit jamais inondée!

+ Deux jupes, un haut (jaune pétant, c'est bien pour réhausser les teints naturellement cadavériques... genre le mien) et une veste assortie à une des deux jupes mais qui peut aussi se porter tous les jours, à part. Mais bon, ça, je doute que ça vous passionne.

+ Une ceinture que ma mère avait commandé dans un magasin, pour elle donc elle me remboursera, mais c'pas grave, ça fait toujours un magasin + une dépense en plus.

Voilà, ça n'est pas raisonnable du tout vu tout l'argent qui y est passé, mais au moins je serai sans doute moins "sur les nerfs" ce soir. Et ça, c'est important.


Ah! Et!
Pour la partie "jeux vidéo", aucun des deux magasins que j'ai visités n'avait de manette PS2, or il m'en faudrait une pour mercredi soir! Personne n'aurait une manette en rab' dans un coin qui prend inutilement la poussière, par hasard?

*défaisons tout ça et passons nos nerfs.*

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler

-Ceci est complètement hors-sujet par rapport au thème du site, excuses tout ça, j'ai juste besoin de pousser un énorme:

GRAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHH!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

-

Cette année, je passais le concours d'orthophonie dans diverses villes, dont Lille (pas pu tenter Paris pour cause de timing en résumé, alors que je vis à Paris, mais passons). J'étais admissible à l'oral mais recallée après le dit oral: j'attendais fébrilement mon rang de classement, pour savoir si je pouvais espérer faire partie des "repêchés grâce aux abandons". Car il y a toujours des gens qui préfèrent finalement aller dans telle ville, avaient tenté au cas où mais préfèrent telle formation dans laquelle ils ont été pris, etc.: ça libère généralement quelques dizaines de places chaque année. Surtout à Lille où il y a 120 pris + 80 sur liste d'attente + le reste a priori c'est walou-walou.

Et ce matin, frustration, déception, je-ne-sais-quoi énorme: je suis 49ème. Après l'écrit, évidemment. Normalement, donc, j'aurais dû être prise fingers in the nose. Mais voilà, pendant mon oral, on m'a demandé d'aller voir la directrice: l'orthophoniste avec qui je passais avait passé le week-end précédent dans un centre pour handicapés lourds, et avait peur que je ne sache pas gérer mon émotivité dans des cas similaires. La directrice pourrait donc me donner quelques trucs, exercices de respiration ou autres pour apprendre à gérer ça. Mais la directrice n'a pas paru déceler quoi que ce soit: elle ne m'a donné aucun exercice particulier à faire... aurais-je dû lui en demander "parce que l'autre madame a dit que..."? J'ai respecté son opinion à elle, pas seulement parce qu'elle m'arrangeait mais parce que je ne remets jamais en cause l'opinion d'un professionnel: si elle me dit que ça ira, je n'insiste pas.

Ceci-dit, il faut admettre que j'ai ce que j'appelle "une anémie chronique": à chaque fois qu'on me fait des analyses de sang, on me détecte une mini-anémie (= je suis très proche de la limite, voire pile à la limite) et hopla petites pillules roses. Donc, oui, je tremble facilement. Je tremble même pratiquement systématiquement un peu, c'est juste que parfois c'est plus marqué. Particulièrement quand je suis convoquée à 11h15, ne prévois pas de déjeuner sur place, mais passe finalement à 12h45... sachant que je commence à trembler comme une feuille si je n'ai pas encore mangé à 12h30, il est évident que ça tremble beaucoup à 45. Et alors quoi? Je vais devoir changer ma physiologie pour pouvoir être orthophoniste? Ce métier est interdit à ceux qui font facilement de l'anémie (et de l'hypoglycémie)?

Là, présentement, j'hésite entre soulagement (parce que j'ai mon classement, quand même), tristesse, déception, abattement... ce genre de choses. Est-ce que je retente l'année prochaine? Si c'est pour avoir ce genre de résultat... Enfin, voilà, c'est rageant.

Ah, aussi, l'orthophoniste n'a pas évoqué que je devrais en parler avec la directrice (de la section orthophonie de l'université de Lille, oublié de préciser), mais elle me reprochait d'intellectualiser les choses. A savoir que quand je suis consciente d'une faiblesse chez moi, je l'analyse et j'essaie de prendre des mesures contre. Généralement ça marche, mais surtout je fais ça seule, en analysant seule. Et ça, la madame, ça ne lui plaisait pas...........
*énorme soupir*

Enfin, j'essaie quand même de me renseigner, au cas où j'aie franchement raté un exercice, qui justifierait que j'aie été recallée. Perdre 70 rangs (et un peu plus, si on compte ceux qui ne se présentent simplement pas à l'oral) pour ça me ferait mal, mais quand même moins que: "nous avons peur que vous ne sachiez pas suffisamment gérer votre émotivité pour exercer le métier d'orthophoniste."

*Heureusement que je déteste l'alcool tiens, sinon je me mettrais dans un sale état, présentement.*

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Signaler

[Parce que le Survival n'est pas un genre limité au jeu vidéo.]
-Feinte de sioux histoire de faire genre on reste dans le thème général du site.

Depuis à peu près toujours, j'ai la mauvaise habitude de régulièrement me vautrer lamentablement par terre. Le problème est peut-être lié à des chevilles un peu faibles (pieds plats + petits = la cheville turbine, trop par rapport à ce qu'elle est censée faire "normalement"), du moins c'est l'explication que je donne naïvement puisque je n'en ai jamais parlé avec un médecin. Ca s'était un peu calmé pendant quelques années, mais depuis cinq ans, allez savoir pourquoi, ça commence à revenir, avec une chute par an en moyenne (ce qui était ma moyenne quand j'étais petite aussi). Avec deux merveilleuses chutes depuis le début 2013, elle est bien partie cette année!

Fin 2009 par exemple, je me suis lamentablement vautrée par terre, la chute elle-même a été assez lente mais je n'ai pas réussi à me réceptionner correctement (en tout cas je l'ai vécue comme lente mais sans réussir à vraiment y réagir... sensation très étrange). J'arrivais juste à me dire: "les yeux! les yeux! il ne faut pas avoir des éclats de verre (de lunettes) dans les yeux!", résultat je suis arrivée par terre sous un angle assez space, où le nez a bien mangé:

13

(Et encore, là c'est le lendemain: ça avait déjà pas mal dégonflé.)

Rien de cassé, juste impressionant... et énormémet de sang. Apparemment, j'étais tellement pâle sur le moment qu'une de mes collègues de l'époque, arrivée quelques minutes après, a décrit mon teint comme "bleu pâle, translucide... un peu comme un fantôme?", soit a priori le teint que j'ai quand je pars de chez moi sans avoir pris le temps de bien me réveiller et que je terrifie des gens sur mon chemin (si si). Quand les pompiers sont arrivés, ils n'ont pas voulu me croire quand je leur ai dit que je pouvais marcher, aux urgences l'infirmière était persuadée qu'il me faudrait un fauteuil roulant... et le médecin a été très étonné de voir qu'il suffisait de nettoyer tout ça et mettre quelques pansements. 'Faut dire, ça saignait abondamment.

A priori, quelqu'un qui se mange par terre comme ça, saigne autant que ça, pile devant un lycée en plus à l'heure de la pause de 10h, avec tous les fumeurs du lycée sur le trottoir opposé et pile en face de la chute, des gens qui passent régulièrement puisque rue menant au centre ville... on pourrait penser que quelques uns s'arrêteraient en chemin? Eh ben non, pas un, j'en ai vu défiler un bon nombre avant que quelqu'un se précipite vers moi, voyant que je tenais encore à peine debout et pissais le sang (pas d'autre mot à ce moment-là). Je précise pour les racistes que ceux qui faisaient semblant de ne rien voir étaient tous blancs et que celui qui a pris le temps de s'occuper de moi était un noir, le premier noir à passer par là. J'aime rappeler ce genre d'anecdotes quand un raciste vient me saouler... Les lycéens en face pareil, ça ne  leur faisait ni chaud ni froid, à la rigueur un moment après que le type ait commencé à m'aider une responsable du lycée est venue voir si elle pouvait faire quelque chose, je l'avais vue du coin de l'oeil avant, mais elle n'osait pas trop venir; c'est vrai quoi, c'est contagieux le sang qui coule autant...

Quelques mauvaises chutes entre-temps, mais rien d'aussi affreux, et à la rigueur quand personne ne passe dans le coin je ne peux pas reprocher aux fantômes de ne pas s'arrêter pour voir pourquoi je mets un peu de temps à me relever.

En janvier cette année, mauvaise chute à nouveau, pile devant un type qui remontait la rue, je mets quelques minutes à pouvoir me relever (tête qui tourne tout ça), il me contourne, hésite un peu mais continue sa route... c'est vrai quoi, 'faudrait pas qu'il soit en retard à son retour chez lui, puisqu'il devait être dans les 19h-19h30!

En mai, chute magistrale dans les escalators du RER à Châtelet (un peu longs, pour les non parisiens): en résumé, je parcours les 2/3 de l'escalator tête la première, façon plongeon à la piscine. Une vraie figure artistique. Avec à la main gauche une cage contenant mon chat [adorable chat, forcément], je pense que c'est grâce à ça que je n'ai rien eu au visage cette fois-ci: j'avais le visage vers le haut jusqu'au dernier moment, essayant de faire en sorte qu'au moins lui n'ait pas trop de problème... je ne vous cache pas qu'il a fait quelques tonneaux avant d'arriver en bas de l'escalator, mais pratiquement aucun rebond sur les bords tranchants (potentiellement même pour la cage): au final j'ai bien visé. Une fois arrivée en bas, j'ai été très surprise de voir un petit groupe se former -immédiatement- autour de moi, avec des gens qui me proposaient de l'eau, m'ont passé des pansements, "mais asseyez-vous mademoiselle", etc. etc. Alors que je n'avais que des cicatrices et bleux aux jambes, un peu grosses parfois mais rien de très affreux. Bon, il est vrai que j'ai un peu dû les terrifier avec un teint très pâle puisqu'ils étaient tous persuadés que j'avais un traumatisme crânien et que vu mon état mental sur le moment j'étais à peu près persuadée d'avoir un teint livide/"bleu pâle translucide"... mais après autant d'années où personne n'en a jamais rien eu à faire de mes chutes parisiennes, que le "résultat" soit très usuel ou important, ça surprend!

 

Conclusion: à Paris, vautrez-vous dans le métro/RER, pas dans la rue, on vous secourra avec beaucoup plus d'empressement! Pour ne pas dire "on vous secourra", tout court!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler

Il y a quelques jours, je me promène chez Gibert (Joseph), sur le boulevard Saint Michel à Paris, quand soudain!, mes yeux bloquent sur:
[Note: excuses par avance pour la qualité des images dans cet article, mais tout à été fait à l'appareil photo même pas reflex, parce que j'avais la flemme de sortir le reflex et vous comprendrez vite pourquoi je ne veux pas abîmer mes albums en faisant des scans.]

Mais c'est...
Mais c'est...
MAIS C'EST CHLOROPHYLLE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Ca ne vous dit peut-être rien, puisque ce personnage est tombé dans l'oubli général, mais pour vous donner une idée ça doit faire 20 ans que j'attends que ses aventures soient à nouveau publiées en album (ou même publiées tout court). J'avais découvert ça par hasard dans une librairie de La Rochelle, peu avant un déménagement: j'avais remis les achats à plus tard, pensant que je trouverai bien là où on allait emménager, un peu plus tard peut-être... rêve, cocotte: 20 ans de disette chlorophyllienne, l'éditeur ne le publiait plus (déjà à l'époque ça avait été une tentative éphémère de remise sur le marché). Depuis 2007 il était question d'une publication "intégrale", et la voilà enfin, après 5 ans de retard: il ne faut jamais désespérer dans la vie.

Chlorophylle est un personnage créé par Raymond Macherot pour le journal de Tintin, ses premières aventures sont publiées en 1954. Oui, c'est vieux, mais il n'empêche que c'est bon.

Après tout, comment voulez-vous résister à des bouilles pareilles:

Alors en plus quand le dessinateur n'hésite pas à faire dans l'humour débile...:

...potentiellement dans la mauvaise foi la plus absolue (mais c'est pour ça que c'est drôle):

(Remarquez que le Journal de Tintin à l'époque n'hésitait pas à utiliser des formes du type "quelque retard", au passage.)

...voire dans le tragique, quand on y réfléchit, mais c'est tellement bien fait que l'on sourit quand même:

Pour ma part, impossible de résister: même si je sais que je préfère les premières aventures de Chlorophylle, et que Gibert n'avait que ce "volume 2" en rayon, je le prends, quite à ce que ce soit juste "pour soutenir". Je retourne dans ce même magasin avant-hier, et bam la vie est belle: deux exemplaires du volume 1... JE VAIS ENFIN POUVOIR RELIRE CHLOROPHYLLE CONTRE LES RATS NOIRS!!!!!

Pour la petite histoire, Macherot a aussi créé le personnage de Sibylline, qui a bénéficié d'une publication sous le même format il y a quelques mois. Pour ma part j'aime moins, il y a moins d'humour et c'est plus mignonnet, mais ça a son charme aussi... disons que c'est autre chose (et que pour être honnête je n'ai eu le temps de finir qu'une seule histoire, alors que chaque volume en compile au moins 7). Chlorophylle est plus la version pour adolescents/adultes, avec de l'humour franchement noir parfois, des morts et même de l'anthropophagie de ci de là (on apprend dans l'introduction du premier volume de l'Intégrale de Chlorophylle que Macherot a vu une fois des rats se manger entre eux dans son enfance: cette image et ces bruits l'ont énormément marqué, ça se voit parfois dans son travail, à l'occasion). D'un autre côté, c'est tellement bien fait que je pense que même un enfant (pas trop jeune, mais à partir de 7 - 8 ans disons) peut lire ces aventures.

Cette Intégrale est publiée par les éditions du Lombard, les deux premiers volumes (pour Chlorophylle) sont sortis un peu avant Noël, le troisième (et dernier) est prévu pour avril. La couverture est un peu décevante dans le sens où c'est du papier mat, qui risque s'abîmer rapidement si on ne met pas rapidement ça sous plastique: je vais vite palier à ce problème. Sinon c'est du carton très rigide: c'est fait pour tenir. A l'intérieur, le papier semble de bonne qualité ainsi que l'impression, un peu déçue peut-être par les couleurs souvent sombres mais il faut admettre que beaucoup de choses se passent la nuit. Il paraît qu'ils ont pris un retard monstre (au moins 4 ans) parce qu'ils retravaillaient les couleurs et l'encrage, et il faut reconnaître qu'en dehors de ce côté un peu sombre c'est vraiment de bonne qualité. De mémoire Gibert vend ça 25,50€, et vous en avez vraiment pour votre argent (mon chat réquisitionnant présentement mes genoux je ne peux pas vérifier le nombre exact d'albums repris, mais au moins 7 par "Intégrale" + une introduction assez longue (et différente dans chaque "Intégrale") avec reproduction de quelques planches de Tintin, dessins de travail, quelques points biographiques très sommaires mais c'est déjà ça, etc.): l'achat est -plus- que recommandé.
[Note: en dehors de la couverture du volume 2, au tout début, toutes les images de cet article viennent du volume 1.]

Pour finir, les pages 2 et 3 de Chlorophylle et les rats noirs... j'aurais pu en prendre d'autres, mais rien que ces deux-là résument bien pourquoi j'adore cette BD (et attendais avec impatience que ça soit republié un jour! ô oui!)

 

[Note finale: Wikipedia nous informe que les lérots, race à laquelle appartient Chlorophylle, sont classés comme une espèce en voie de disparition! Alors soutenez les lérots: achetez les albums de Chlorophylle!
...comment ça ça n'a rien à voir?!] 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Édito

Les messages type "c'était mieux avant, pourquoi Gameblog ne devient pas Le Monde du jeu vidéo!" me tapant allégrement sur les nerfs depuis quelques temps, j'ai décidé d'ouvrir un blog 'portnawak. Histoire que les gens comprennent bien pourquoi ils n'aiment pas la "nouvelle" tournure de Gameblog, sa communauté, tout quoi. Vous êtes donc prévenus, ça va partir en vrille, sur tout et n'importe quoi... et rarement du jeu vidéo, en fait. Ca va peut-être(/sûrement!) vous saouler, mais au moins vous saurez pourquoi vous vous plaignez!

-La rédaction du présent blog décline toute responsabilité en cas d'abandon soudain du présent blog, ça fait partie des travers de sa direction. D'un autre côté, ça vous fera des vacances, priez donc pour que son emploi du temps devienne rapidement trop chargé!-

Archives