Le Blog de Platon21

Par Platon21 Blog créé le 16/06/12 Mis à jour le 15/01/18 à 10h56

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Quand vous poussiez les portes d’un bar dans les années 1980, un nuage de fumée vous enveloppait (sur la plupart des bornes, un cendrier trônait d’office à côté des boutons). Les Tching ! Bong ! Tilt ! des flippers et les gloutonneries habituelles de Pac-Man résonnaient avec délices dans les oreilles. Mais ce qui faisait rêver les adolescents de l’époque, c’était les Taikan (machines à sensations). Grimper sur une moto, une Ferrari, un hélicoptère, un avion de chasse ou une navette extraterrestre : les Taikan avaient pour mission d’exhausser les fantasmes les plus fous.

https://www.homeleisuredirect.com/Assets/HLD/User/13350-Sega%20Logo.jpg

Bouge de là !

Pour comprendre l’originalité des Taikan, retournons un instant en arrière : en raison d’une industrialisation galopante, les jeux commençaient à devenir interchangeables grâce à la norme de connecteurs JAMMA, qui permettait d'échanger les cartes de jeu sans avoir à jeter la borne d’origine, ce qui réduisait les coûts pour tout le monde. La majorité des éditeurs se contentaient de faire des jeux avec une borne simple, une carte avec connecteurs JAMMA, un écran standard, un monnayeur et un joystick et des boutons solides.

Le connecteur JAMMA centralise tous les câblages du jeu : contrôle, alimentation, vidéo et son

Après avoir côtoyé les sommets, puis sévèrement chuté aux États-Unis, SEGA se cherchait un second souffle au Japon. L’entreprise n’était pas encore le géant de l’arcade que l’on connait, et en tant qu’outsider, elle pouvait se permettre d’accorder à des petits génies comme Yu Suzuki le soin de réaliser des prototypes et tracer de nouvelles voies pour le jeu vidéo.