Premium
Pix'n Love - le blog

Pix'n Love - le blog

Par Pixnlove Blog créé le 20/01/10 Mis à jour le 26/06/15 à 12h49

L'actu des Editions Pix'n Love et autres joyeusetés rétro...
http://www.editionspixnlove.com/

Ajouter aux favoris
Signaler
Communauté Pix'n Love

L'une des remarques qui m'a le plus surpris lorsque nous avons sorti notre biographie dédiée à Michel Ancel, provenait de certains journalistes de la presse spé JV. "Michel Ancel ? Il a quand même un peu la grosse tête !"

J'étais d'autant plus déconcerté qu'il avait tout de suite été très partant pour notre projet d'ouvrage retraçant sa carrière. Alors, effectivement, si une personne est ok pour parler de sa vie pendant des heures, on peut éventuellement concevoir qu'elle ait une grosse tête... Mais ce n'était pas vraiment dans cette optique que la remarque avait été formulée. On y relatait bien son côté pas facile lorsqu'il s'agit de travailler avec lui. Michel Ancel ? Un despote ? Pourquoi pas, après tout ! Il faut bien faire preuve d'une exigence sans faille si l'on veut être certain de sortir de bons jeux, non ? Je peux tout à fait admettre que d'autres stars du jeu vidéo sont de véritables tyrans dès qu'on se retrouve sous leurs ordres. D'ailleurs, c'est souvent la marque des managers qui fournissent du résultat.

Et puis, je me disais que cela ne pouvait être que des "on dit" de la part de nos confrères. Alors, j'ai posé la question de but en blanc au staff Ubisoft, en charge de la communication. "La grosse tête ? Certainement pas !" m'ont-ils tout de suite affirmé. Bon, ok, ça peut paraître bien "corporate" comme réponse. Alors j'ai creusé un peu... Et il s'est avéré qu'en réalité, Michel Ancel déteste donner des interviewes ! Il paraît même qu'il a décliné des propositions tandis qu'il était invité dans des émissions tv de grosses audiences. En fait, c'est pas qu'il déteste ça, c'est juste qu'il y est toujours très mal à l'aise. "Il préfère encourager la petite presse underground, les petits... un peu comme vous, quoi !" Ok ! Je l'avais gagnée, cette remarque avec mes questions ! Et puis, je suis tombé sur cette vidéo, du site Paduction.com... La preuve par l'image, à tous ceux qui pensent que Michel Ancel a la grosse tête et que c'est un mec bien tendu !

D'ailleurs, scoop : on y apprend que Rayman n'est pas totalement dépourvu de membres... Excellent week-end à tous !

Seb

Ajouter à mes favoris Commenter (21)

Signaler
Communication

Dans notre métier, l'édition, (j'adore commencer comme ça, excessivement classe), l'un des points les plus délicats reste le choix d'une couverture. C'est souvent une décision à double tranchants. De toute façon, il faut partir du postulat qu'on ne pourra satisfaire tout le monde. Il y aura toujours des mécontents qui trouveront le choix trop fade, trop convenu, trop ceci et trop cela. C'est normal. Les goûts, les couleurs... Donc, quatre options s'offrent à nous :

1/ Essayer de satisfaire le plus grand nombre. Pas évident. Et pourtant, c'est ce qu'un commercial voudra avant tout : "Ne pense pas forcément le gamer, cette petite niche si difficile à satisfaire ! Pense FNAC ! Pense Maison de la Presse ! Il faut que tout le monde s'arrête devant cette couverture en sachant, immédiatement, de quoi traitera le bouquin ! Il faut qu'elle soit le plus explicite possible ! Le futur lecteur ne doit pas réfléchir pendant une minute sur le contenu du livre ! Il faut qu'elle soit attrayante, aussi ! Il faut que le futur acheteur la remarque de loin, ton bouquin, noyé dans les 15.000 autres titres proposés par le point de vente ! Si possible, mets-y du cul !!!"

2/ Privilégier avant tout la cible. Et là, le commercial peut s'insurger : "Heu ? T'es fou ? Tu veux le vendre ton bouquin ou quoi ? On s'en fout de ta niche ! Elle est toute petite à côté de ce que représente l'humanité ! Et puis, elles sont où les fesses ?"

3/ Se faire plaisir à soi-même. Là, encore, le commercial sera pas chaud bouillant... "Tu peux me licencier, stôplé ? Comme ça, je pourrai toucher les ASSEDIC, prendre quelques mois et postuler chez un éditeur qui connaît son boulot et qui mets du sein en cover !"

4/ Se payer une tranche d'audace... Et là, le commercial, bah, y dit plus rien. Il est bien ennuyé, car il sait pas quoi rétorquer... Il hésite, il est dans le doute ! Et puis, il entrevoit un argumentaire possible... "T'as vu (il s'adresse au client), là, z'ont osé ! Cette audace ! Pour le coup/coût, on voit bien qu'il se démarque du lot, cet éditeur !"

La couverture d'IG n°12, c'est une couverture de l'audace. On a pu leur reprocher d'opter récemment pour des covers avec de gros guns, et des mecs un peu tendus. Avec ce choix, pour leur douzième numéro, ils auront su démontrer qu'ils sont ouverts et capables de surprendre... Bien joué ! À noter que nous aurons notre stock le mercredi 19/01, qu'on le mettra direct en vente, qu'on vous l'envoie direct aussi pour que vous le receviez le jour de sa sortie, le 21/01 !

Séb, commercial.

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Signaler
Communauté Pix'n Love

Y'a des jours comme ça où on a un gros coup de bol. Y'a des jours où on se regarde dans les yeux et on se dit qu'on a quand même une chance incroyable de faire ce qu'on fait. Y'a des jours où, vraiment, on est plus que ravis de bosser avec les gens avec lesquels on bosse !

Et c'était le cas hier, vers 15h00. Le hasard a fait qu'on est passé faire un coucou à nos amis de Gameblog et quelle ne fut pas notre surprise d'y retrouver nos amis (et, rappelons-le, rédacteurs) AHL et Cyril. Tous deux s'apprêtaient à enregistrer une session de Versus. Trop contents d'assister à la chose, avec l'accord des intéressés, nous nous sommes discrètement installés sur les canapés, à l'insu du staff et des deux énervés. TigerSuplex et Poufy checkent sons et images. JulienC s'affaire, tout content, avec ses cartons jaune et rouge... Mais déjà, avant même que l'équipe soit prête, nos deux amis commencent à se mettre dessus avec toute l'amitié qu'on leur connaît. Toutefois, on imagine sans mal que ce versus va faire mal. Les deux copains campent inébranlablement sur leur position. Ca y est, tout le monde est prêt, c'est parti, on tourne !

Extraordinaire énergie ! AHL et Cyril ont été totalement ravis par le débat ! Nous étions tous euphoriques ! Une telle générosité d'argumentation... ça fait plaisir. Maintenant, nous sommes - concédons-le - bien heureux de ne pas avoir été à leur place ! Cette question aux relents nietzchiens quant à la mort du jeu vidéo est tellement insoluble qu'il nous aurait été pénible de trancher. Pas nos deux amis, qui, avec une fougue de vrais gamins, ont bondi sur leur canapé à chaque coup d'estoc de l'adversaire ! Extraordinaire moment. JulienC jubile : "C'est sans doute le meilleur Versus jamais enregistré !" Tout le monde semble d'accord avec lui.

Par contre, nous trouvions que certains commentaires, déjà visibles à la suite de l'article, manquent tout de même de respect. On nous invite à un excellent débat ! Pourquoi directement procéder par l'insulte ? Ne pourrions-nous simplement pas être au-dessus de ça, et profiter de l'initiative de Gameblog et de nos amis pour tenter de réfléchir ? C'est tout à fait normal qu'il y ait des énervés, des avis passionnés, des altercations... Mais de grâce, franchement, les insultes... Le manque de respect... Nous ne croyons pas que ce sont les valeurs véhiculées par ce site que nous soutenons à 100%. Voudriez-vous qu'on finisse par limiter nos commentaires sur d'obscurs forums ? Nous nous adressons évidemment à ceux qui, peut-être particulièrement nerveux suite à l'argumentation, ont oublié pourquoi ils s'étaient inscrits sur Gameblog. A bon entendeur.

Il n'en reste pas moins que oui, c'est sans doute le meilleur Versus, et qu'on a été les spectateurs privilégiés de cette émission qu'on adore. Merci AHL ! Merci Cyril ! On vous aime !!!

Séb

Ajouter à mes favoris Commenter (25)

Signaler
Communauté Pix'n Love

On vous l'a dit, notamment en multipliant les louanges sur nos femmes et Luc, notre petit frère de génie. Mais quand on monte une petite entreprise, c'est souvent toute une partie de la famille qui est concernée. Et il en est une que nous ne vous avions pas présentée : ma petite soeur Laetitia. Quel est son rôle dans Pix'n Love ? Pour beaucoup, il est totalement anodin. Mais pour certains d'entre vous, il a son importance. Surtout pour ceux qui ont acheté Pix'n Love n°2 lors de sa sortie sur notre boutique en ligne.

Ma petite soeur, Laetitia, c'est elle qui fait les petits marque-pages métalliques que nous envoyons avec chaque nouvelle fournée de Pix'n Love. C'est sa petite société, reculée tout au fond de l'Allemagne, quelque part au pied des Alpes tiroliennes, là où domine fièrement Neuschwanstein, le château de Louis II de Bavière qui aura servi à Walt Disney pour sa bâtisse de la Belle au Bois Dormant.

Pourquoi j'ai choisi de parler de ma petite soeur aujourd'hui ? Parce que pendant les fêtes de Noël, elle m'a avoué un truc qui m'a sidéré. Une petite anecdote qui m'a chaviré le coeur. Lors de la sortie de Pix'n Love n°13, nous étions totalement débordés. Et, pour être honnête, nous avions envoyé très tardivement les éléments de couverture de Pix'n Love n°12 à Laetitia pour qu'elle lance la production du marque-page. Très tardivement ? Trop, en fait. Pour ne pas nous mettre dans l'embarras, elle a parcouru une partie de la Bavière pour chercher elle-même les petits autocollants qui sont appliqués sur le métal. Une fois rentrée à la maison, elle a passé toute sa nuit à coller elle-même chacun des petits visuels sur le trombonne métallique... Tous, un par un... toute la nuit, afin que cela parte à la première heure au courrier et que nous puissions envoyer notre Pix'n Love n°13 dans les temps, sans avoir à attendre la livraison de sa petite entreprise.

Une petite histoire, sur laquelle elle a tenu le silence. Ce n'est pas son genre de jouer les héroïnes. Et là, elle m'a fait parvenir une photo de mon petit neveu en m'expliquant le pourquoi du comment. Quand on vous dit que les Éditions Pix'n Love, c'est une histoire de famille, c'est vraiment pas exagéré !

Séb

Ajouter à mes favoris Commenter (20)

Signaler
Evènement

On retrouve le Doc' sur un coin de table de bistrot pour lui poser quelques questions sur le festival Emergences, qui a lieu du 18 au 23 janvier prochain au Lux de Valence dans la Drôme.


Mais alors, dis-moi Alexis, qu'est-ce que c'est que cette histoire d'Emergences à Valence ?

C'est une manifestation autour du jeu vidéo qui est organisée par le Lux, la scène nationale de Valence. Pendant une semaine, ce lieu culturel accueille différents événements qui tournent autour du jeu vidéo : exposition, projections, débats, spectacles et même un game contest ! L'exposition, les Parisiens la connaissent peut-être, c'est Arcade ! Jeu vidéo ou Pop art ? que Nicolas Rosette avait présenté au théâtre de l'Agora d'Evry à l'automne dernier. Nicolas a sélectionné différents jeux vidéo qui partagent la même esthétique « dépouillée » et proposent un gameplay orienté arcade comme Space Giraffe, REZ ou Geometry Wars. Il a fait spécialement fabriquer des bornes de jeu pour permettre aux visiteurs de jouer dans des conditions d'immersion exceptionnelles. Et, pour les avoir essayées, je peux te dire que ça vaut le déplacement !

Et le game contest ?

Le game contest est organisé par Brice Roy de One Life Remains. Il a lieu à la cartoucherie de Valence. Pendant 48h, tout un chacun avec un peu de compétences informatiques ou des idées de jeux vidéo, peut venir participer à ce marathon créatif. L'épreuve commence à 14h le mercredi 19 janvier, le sujet du game contest est alors rendu public, les équipes se forment selon les affinités ou les besoins, et chaque équipe doit rendre son jeu fini, le vendredi à 14h. L'ambiance de ce genre d'événement est très conviviale et les résultats sont généralement surprenants. Toutes les infos pour s'inscrire sont là : http://oneliferemains.com/blog/2010/12/rent-a-french-best-friend-and-come-to-the-arcade-game-contest/

Mais alors, ton rôle dans cette affaire ?

La direction du Lux m'a confié la programmation de films autour de la thématique qui m'est chère, les relations entre cinéma et jeu vidéo. On a donc cherché les copies de plusieurs films, que j'évoque dans Des pixels à Hollywood, qui commentent le monde des jeux vidéo ou adaptent des franchises bien connues des joueurs. Et figure-toi que cela n'a pas été une mince affaire de trouver des copies 35 mm de films datant seulement des années 1990. Et je ne te parle même pas des années 1980 : les distributeurs français n'ont plus aucune trace de films comme War Games ou The Last Starfighter, pourtant des succès en salle relatifs à l'époque. On a donc rassemblé une dizaine de films qui sont des adaptations (Final Fantasy, de Hironobu Sakaguchi, Lara Croft - Tomb Raider, de Simon West, Silent Hill, de Christophe Gans), des évocations de l'industrie et du monde du jeu (Nirvana, de Gabriele Salvatores et Avalon, de Mamoru Oshii), des films qui sont influencés par l'esthétique du jeu vidéo (Speed Racer, des Frères Wachowski ou Casino Royale, de Martin Campbell) et on a même été aidé par l'actualité des sorties cinématographiques puisque le Lux reprendra deux films sortis en 2010, mais qui ont été peu diffusés, Summer Wars, de Mamoru Hosoda et Scott Pilgrim, de Edgar Wright.

Par ailleurs, le Lux accueillera le psychanalyste Serge Tisseron qui parlera de « Jeu vidéo et apprentissage » le mercredi 19 au matin. Et pour ma part, je donnerais une conférence le jeudi soir sur les échanges entre cinéma et jeu vidéo à partir du corps dynamique, celui des avatars vidéoludiques comme celui des cascadeurs et des acteurs du cinéma contemporain. Ce sera dans l'esprit de ce qu'on avait fait à Eyrolles en avril dernier.

Mais, tu as encore des choses à raconter sur les relations entre cinéma et jeu vidéo après avoir écrit 450 pages sur le sujet ?

Oh, tu sais, l'avantage d'un tel sujet, c'est qu'il est inépuisable et se renouvelle sans cesse. D'ailleurs, les fidèles de Pix'n Love devraient réentendre parler cette année des relations entre ces deux domaines majeurs de l'imaginaire contemporain !

Doc' et Séb

Ajouter à mes favoris Commenter (17)

Signaler
3615 My Life

Je viens de recevoir à l'instant un mail de mon ami Régis, que beaucoup d'entre vous connaissent, car c'est le tenancier d'une boutique hautement respectable, Retrogame Shop, à Paris. Il me faisait remarquer la chose suivante : en tant que lecteur assidu de ce blog, il s'étonnait que nous n'ayons pas encore souhaité la bonne année à tous nos lecteurs ! C'est terriblement vrai ! Nous sommes le 4 janvier, et le blog est resté totalement inactif depuis la fin de l'année 2010 ! Vite, vite, rattrapons le coup !

EXCELLENTE ANNÉE 2011 À TOUS ! Joie, santé, prospérité, projets, amour, et surtout, pleins de bons jeux et pleins de bons livres... Et croyez-nous, cette année, on vous prévoit du très très lourd ! D'ailleurs, il ne serait pas surprenant que durant le mois de janvier, de bien belles annonces soient faites !

Je profite de ce post pour vous narrer une petite anecdote. D'habitude, à Noël, les cadeaux que je reçois du Père Noël n'ont plus rien à voir avec les jeux vidéo. Ce dernier s'imagine que, puisque je travaille dans le milieu, je suis blindé de service presse, et que, par conséquent, afin d'éviter les doublons, mieux vaut m'offrir tout sauf du jeu vidéo. Pourtant, cette année, j'ai été couvert de cadeaux Wii ! Fait d'autant plus étrange, que le Père Noël ne pouvait imaginer que c'est la console qui tourne le moins à la maison.

En fait, ce n'est pas tout à fait vrai... Depuis que nous avons édité l'excellente (mode :gonflédorgueil:) biographie de Gunpei Yokoi et que nous avons explicité la désormais fameuse Pensée Latérale des Technologies Désuettes, je n'ai cessé de raconter à mes proches - qui sont totalement étrangers au domaine vidéoludique - combien Nintendo devait à cet homme incroyable, et combien des consoles comme la Wii et la DS s'inscrivaient parfaitement dans ce schéma théorique. Peut-être ai-je laissé sous-entendre que j'étais devenu totalement fan de Nintendo... Et du coup, sous le sapin, j'ai pu trouver une nouvelle Wiimote, et quelques jeux que je ne possédais pas... J'avoue très humblement, peut-être aurais-je préféré y trouver le nouveau Call Of, ou Red Dead - que j'ai malheureusement loupé...

Et pourtant, quelle excellente chose : j'étais en Allemagne, entouré de non gamers (ce qui est parfois reposant !). Tous ou presque possédaient une Wii. Et, la barrière de la langue disparaît lorsqu'on enfourne un Mario Party ou un Just Dance... Plus qu'une seule culture : celle du fun immédiat... Donc, merci Père Noël, pour ces cadeaux absolument inattendus !

Re Excellente Année 2011 à tous ! Nous sommes super impatients de la passer en votre compagnie !

Séb

Ajouter à mes favoris Commenter (26)

Signaler
Evènement

Nous vous en parlions en début de mois. Avec une classe de licence de l'Université Paris Ouest (Nanterre), nous vous proposons de participer à une grande étude sur les joueurs et le jeu vidéo. Dans le cadre de leur cursus, cette vingtaine d'étudiants doit se familiariser avec certains outils et calculs statistiques. Et comme, lorsqu'on veut apprendre, il n'y a rien de tel que le champ empirique, nous avons été sollicités pour leur prêter main forte dans ce vaste projet, en mettant à leur disposition (avec notre participation) certaines de vos adresses.

8 groupes auront été composés, chacun ayant à sa charge un domaine d'étude : la pratique du jeu vidéo, le rétrogaming, les héros du jeu vidéo, ... 8 questionnaires ont donc été élaborés, s'articulant autour de ces vastes questions : pour la plupart, il suffit de cliquer sur un bouton. Pour d'autres, ce sont des "champs ouverts", et donc, vous pouvez y écrire ce que vous souhaitez. Afin de leur faciliter la tâche, pensez à des réponses succintes, précises... Ne vous attendez pas à des questions du genre : "Etes-vous plutôt pro NeoGeo ou pro PCEngine..." Ca n'est pas l'optique. Peut-être que, si l'opération est un succès, nous la reconduirons l'an prochain en approfondissant davantage certains domaines de recherche.

Ces étudiants ont réalisé un très bon travail de recherche. Pour la plupart, le jeu vidéo se résume à une activité parmi tant d'autres. Eplucher toutes vos réponses leur demandera un certain temps... Aussi, si vous pouviez répondre le plus vite possible, nous vous serions particulièrement reconnaissants : ils doivent, pour des raisons évidentes de notations, rendre leur travail vers le 20 janvier...

En outre, dernière petite recommandation : ne répondez pas à même le mail. Pour d'obscures raisons, la moitié du questionnaire n'y figure pas. Cliquez sur le lien qui figure en début de mail et vous vous retrouverez directement sur une page google dédiée au questionnaire. Voilà. Ah ! encore une chose ! Nous ne pouvons envoyer tous les questionnaires aujourd'hui, mais seulement deux par jour. Donc ne vous étonnez pas si vous n'avez rien reçu aujourd'hui. Théoriquement, les derniers partiront vendredi.

Merci à tous !

Seb

Ajouter à mes favoris Commenter (18)

Signaler
Coups de coeur / gueule

C'est ce que nous vous souhaitons de tout coeur à tous ! Un très joyeux Noël, en dépit d'une actualité toujours plus morose, des prévisions toujours plus sombres, de rétrospectives toujours plus nostalgiques... C'est le seul moment où on peut vraiment faire le break. Et si l'on en vient à déplorer le manque de sous, profitons-en pour se réjouir de certains plaisirs très simples...

Depuis tout petit, nous rêvons, en banlieue parisienne, d'un Noël tout blanc, un vrai Noël avec de la neige, un jour qui donne l'envie irresistible de rester en famille, au chaud, à siroter un bon café, un bon thé, un bon cacao (etc.). J'ai des souvenirs de Noël très intenses, de petits cadeaux sous le sapin, le matin, de dessins-animés, et surtout, du sempiternel Peau d'Âne, avec Catherine Deneuve, diffusé tous les ans, peu avant (ou après) le Roi et l'Oiseau... La robe de chambre pleine de peluches, les pantoufles bien chaudes, et le pyjama toute la journée ! C'était ça Noël ! Les Big-jim, les petits jeux électroniques (en ignorant tout à fait la chance de posséder alors un authentique Game & Watch), les Schtroumpfs made in Germany de chez Schleich, ...

Mais dehors, c'était toujours cette foutue pluie. Là, on a plus de trente ans, et dehors, y'a de la neige... Du moins, de là où je vous écris. Je suis comme un gamin. Alors, bien sûr, il y a l'aspect négatif : les routes impraticables, les poids-lourds enchaînant les multiples interdictions de circuler, les retards de livraisons de palettes de jouets, ou des enveloppes contenant des Pix'n Love. Partout, l'économie de la logistique est au ralenti... Va-t-on une fois de plus critiquer le service de la Poste ? Pas cette fois ! J'ai vu il y a peu, mon facteur, avec son petit beret, et sa bicyclette sortie d'un autre temps, embourbé dans la neige avec de petites chaussures de ville et une pauvre parka... De sa sacoche ruisselante, il a sorti une à une les lettres, sans se plaindre, sans savoir que je l'observais depuis ma fenêtre, dissimulé lâchement derrière mon rideau... au lieu de sortir et de lui souhaiter bon courage !

Aujourd'hui, on vous souhaite à tous un très très joyeux Noël, et surtout à tous ces employés de la Poste, qu'on n'a pas entendu pendant ces intemperries, et qui pourtant, ont été en première ligne à souffrir du froid et de la neige ! Et puis tant pis, si les paquets sont pas arrivés à l'heure, ils arriveront bien le lendemain ou le surlendemain ! Faut aussi le dire, de temps en temps, "Vive les facteurs" et promis, la prochaine fois, je sors de chez moi, et j'irai lui souhaiter "Bon courage !" en lui apportant une petite tasse de café !

Séb, empli du sentiment de Noël...

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
Communication

Pix'n Love #15 sous le sapin de Noël ? Qui l'eu cru ?! Trois longues semaines d'impression (et de dépression à la rédac !), intempéries intempestives, livreur qui ne livre pas... Il nous en aura fait voir des vertes et des mures, le coquinou. Remarquez, avec le Duke en couverture, c'est prendre le bâton pour se faire battre. Mais il est là. Bel et bien là, lui... Avec sa myriade de reviews, de petites joyeusetés pixellisées et ses nombreuses interviews. Allez, au hasard, deux/trois noms : Marc Cerny, Eric Zmiro, Steve Woita, Hiroki Kikuta, Louis-Marie Rocques, Scott Miller, Richard Gray, Jon St John, Ken Silverman... Vous ne voyez pas ? Et si on vous dit Marble Madness, Les Aventures de Moktar, Kid Chameleon, Secret of Mana, l'Aigle d'Or et Duke Nukem 3D ? Et qu'on en rajoute une dernière couche avec deux nouveaux jeux disponibles dès à présent pour les membres du club Pix'n Love (No More Heroes 2 et Boom Blox Smash Party) ! Dites, vous promettez de nous pardonner pour ce vilain retard ?

 

Pour le reste du sommaire et les infos détaillées, c'est ici !

 

Bon vent d'hiver et noyeux Joël !

 

Marc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouveaux cadeaux club ! Quantités limitées !

 

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (53)

Signaler
Coups de coeur / gueule

Inutile de vous faire un long speach sur le king  David Lynch. Que vous soyez friands de longs-métrages ou cinéphile du dimanche, vous avez forcément entendu parler de ce cinéaste halluciné. Avec ses univers sombres, torturés, irréels et souvent critiques vis à vis de la condition humaine, cet américain grisonnant jouit d'un style reconnaissable entre tous. Elephant Man (1980), Blue Velvet (1986), Mulholland Drive (2001), c'est lui ! Twin Peaks (1992), Lost Highway (1997), Dune (1984), c'est encore lui ! Un C.V. en or qui lui vaudra la reconnaissance du public et de la profession (palme d'or du festival de Cannes, prix de la meilleure mise en scène, président du Jury, Légion d' Honneur...). 


Mais Lynch est aussi et surtout un artiste accompli : peinture, sculpture, photographie... Il ne manquait plus que la musique à ce touche à tout boulimique. Non pas qu'il ne s'y soit jamais essayé.  Mais à 64 ans, il était temps d'enclencher la vitesse supérieure. Le résultat ? Deux singles electro - I know et Good Day Today - finalisés avec l'aide de son ami et compositeur fétiche Angelo Badalamenti, auteur des B.O. de Twin Peaks et Blue Velvet.

A cet instant, une question vous taraude l'esprit : pourquoi, diable, nous causer de ce bon monsieur ? Tout simplement parce qu'à cette occasion, Lynch a lancé un concours de clips. Et que parmi les nombreux participants se trouve une personne qui nous est chère : Sébastien - aka Gioacchino Petronicce -

Bon, OK, inutile de vous cacher que nous avons, Luc et moi, un étroit lien de parenté avec ce jeune étudiant en audiovisuel. Mais au-delà de ces considérations purement affectueuses, il est de notre devoir de révéler au grand jour son incroyable talent ! Parce que nous, l'univers de Seb, on en est complètement dingues ! Outre l'enjeu (David Lynch est le seul et unique juré, avec vous !), on se prosterne devant la performance : 4 minutes de clip réalisées en 10 petits jours. Le temps d'écrire le scénario (bien chiadé !), de trouver le matos, de réaliser un casting, les innombrables prises de vues, le montage... 200 heures de boulot au bas mot ! Des siestes nocturnes de 2 heures, des hectolitres de café ingurgités et un bon gros paquets de mégos dans le cendrier. Seb en a chié, c'est clair, mais il l'a fait ! Et nous, on en est plus que fiers !

Donc voilà. Si vous avez 5 petites minutes à tuer, que vous êtes curieux de nature et que vous souhaitez soutenir l'initiative, vous savez ce qu'il vous reste à faire : un petit vote solidaire ! sur le site GENERO.TV. N'hésitez pas non plus à diffuser l'info sur vos facebook, blogs et twitters...

La vidéo est disponible ici, sur GENERO.TV. Et surtout, n'oubliez pas de voter sur le site en question ! Plus de votes = plus de visibilité : http://genero.tv/watch-video/17378/  

D'avance merci !

Marc

 

A 25 ans, Seb poursuit ses études d'audiovisuel sur Toulouse. Photographie, réalisation, musique... 3 ans à peine qu'il s'est lancé dans l'aventure et ça promet déjà...

 

Quelques photos tirées du clip "I Know" (musique de David Lynch, clip de Gioacchino Petronicce)

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Édito

Les Editions Pix'n Love vous proposent, pour la première fois en France, de nombreux ouvrages uniquement dédiés aux jeux vidéo ainsi qu'à leur histoire.

 

  

LE SITE !

SUIVEZ-NOUS :)

 

 

Archives

Favoris