Opium Testing : Le BLOG

Par Opium Testing Blog créé le 11/02/16 Mis à jour le 18/12/16 à 02h02

Bienvenue sur le blog de la chaîne Youtube : Opium Testing !!!
Chaque semaine je propose sur ma chaîne des vidéos sur le jeu vidéo, des chroniques, des découvertes, des Top 10 ou du rétrogaming, il y en a pour tous les goûts, pour tous les amoureux du jeu !
https://www.youtube.com/user/opiumtesting

Ajouter aux favoris
Signaler
Opium Découverte (Jeu vidéo)

BOMBSHELL

Découverte | Test | Gameplay

Bonjour mes frères et mes soeurs,

Je viens à vous aujourd'hui parce que j'ai pêché, oh oui j'ai pêché, et je viens me faire pardonner, j'ai eu la faiblesse de croire que je pouvais me prémunir de toute hype autour d'un jeu, et pourtant... et pourtant, un jeu m'intéressait en ce début d'année, moi qui critiquais l'autre jour les jeux trop hypés et qui sont pourris en fait, c'est exactement de ça qu'on va parler aujourd'hui, avec Bombshell.

J'en avais parlé deux fois dans des Opium Actu, les images m'avaient vraiment donné envie d'y jouer, moi qui adore les hack and slash, les action-rpg. J'ai apprécié Diablo, j'ai énormément adoré Torchlight sur lequel je passe encore aujourd'hui des heures à jouer, Victor Vran, sorti il n'y a pas longtemps, m'avait bien plu aussi, un peu moins pour les aventures de Van Helsing, et là, ce mois-ci sortait Bombshell. Est ce que c'est le personnage féminin qui m'a hypnotisé, je ne sais pas, mais Bombshell m'a vraiment déçu, heureusement que je ne l'ai pas payé et je fais cette vidéo justement pour vous prévenir, mais revenons au tout début.

 

Bombshell est donc un action rpg, enfin presque un action rpg, mais on va y revenir, développé par Interceptor Entertainment. Petite histoire de développement, cette société a été créé en 2010 pour reprendre la licence Duke Nukem, dont Duke Nukem Reloaded. Alors qu'Interceptor développait tranquillement Duke Nukem Mass Destruction, l'éditeur Gearbox Software porta plainte, j'ai pas trop saisi pourquoi, mais Interceptor devait arrêter son jeu, si bien que le nom du jeu se transforma en Bombshell et mettra en scéne non pas Duke Nukem mais une femme qui devait déjà avoir un rôle dans le futur, nommé Shelly Harrison. 

Annoncé pour l'automne 2015, Bombshell est finalement sorti ce 29 janvier et il a fait l'effet d'une bombe vidéoludique, mais pas dans le bon sens du terme, y'a qu'à voir, 42 sur 100 sur Metacritic, et je suis assez d'accord avec cette note médiocre. 

 

UN BACKGROUND INTERESSANT, MALHEUREUSEMENT...

L'histoire tourne donc autour de Shelly Harrison, que l'on surnomme Bombshell, attention les enfants, n'allez pas taper bombshell dans google images, vous risqueriez de tomber sur des bombes féminines aux atouts mammaires qui font briller les yeux. Bref, Bombshell est un agent militaire qui a perdu son équipe et accesoirement son bras lors d'une mission, l'armée lui donne une seconde chance en lui greffant un bras bionique capable de contenir une arme. Le but dans Bombshell sera de sauver le président des Etats-Unis d'une invasion alienne, dirigé par un homme à l'allure bien dégueulasse, dont les puristes reconnaîtront la voix de Jon St John, la voix originale de Duke Nukem. ah oui, le jeu est en anglais par contre, ou sinon, on a en danois ou en coréén, c'est n'importe quoi.

Parlons un peu du personnage Shelly Harrison. Comme dit, ce devait être Duke Nukem, donc on va retrouver cet esprit badass dans le personnage, le jeu recevra d'ailleurs une récompense pour ça, le personnage de jeu vidéo le plus badass de l'année, et c'est bien la seule récompense qu'ils obtiendront. On a donc Bombshell, dont le caradesign est, il faut bien le dire, très réussi, une charmante brune non siliconée avec ses petites tâches de rousseur et son air de méchante, jamais contente, mais bonjour la dentition, elle a les dents complétement déchaussées, elle doit pas se laver les dents très souvent, je veux bien qu'on ne lui fasse pas une dentition ultra bright, mais il aurait pu lui faire des dents un peu moins crados, on dirait qu'elle fume 3 paquets de clope par jour, une ancienne toxico reconvertie en agent fédéral, bref, passons...

 

On a du mal aussi à voir, à comprendre sa personnalité, elle a un certain charisme, mais ce coté badass, très vulgaire, on l'a sent sans aucune émotion dans les premières cinématiques du jeu, mais parfois on voit certaines émotions sur son visage qui laissent entrevoir une humanité qu'on ne s'attendait pas à voir, c'est assez confus et très bizarre, mais bon, on va dire que la petiote est charmante et comme dirait l'autre, qui à suivre un cul toute la journée, autant que ce soit celui d'une femme.

 

UN ACTION-RPG ou UN TOP-DOWN SHOOTER ?

En effet, bombshell se présente comme un action rpg en vue de dessus isométrique, mais je vous arrête tout de suite, alors que Diablo avait inventé le pointer et cliquer, les fameux diablo like, on pointe l'ennemi et on frappe, ou on pointe sur la carte pour faire avancer le perso, ici, ce ne sera pas ça du tout, il s'agit avant tout d'un shooter, donc on dirige le perso avec la croix directionnel ou les touches ZQSD, et pour ma part je n'aime pas trop ce type de mouvement, ça marche tellement bien dans Diablo, Torchlight, pourquoi changer en un style shooter, comprend pas. Enfin si, je comprend, car dans Bombshell, on peut aussi sauter, et là, on se trouve devant l'un des défauts du jeu, sa maniabilité et son manque de précision déconcertante. En vue de dessus on voit mal les reliefs des obstacles, quand on doit sauter au dessus de corniches, on voit mal comment réussir du premier coup, les ennemis, des espèces d'aliens vikings zombies ou je sais pas quoi, eux aussi volent et sautent, du coup, on comprend mal ce qui se passe à l'écran, c'est assez imprécis pour les shooter, pour se planquer derrière un mur, pour tourner autour d'eux. Autant dans Torchlight, c'était parfois très confus à l'écran avec des lumières dans tous les sens, on a du mal à lire le combat, mais là, dans Bombshell c'est encore pire, puisqu'il n'y a pas autant d'effets de lumière, mais les combats sont toujours très imprécis.

Alors peut être que le jeu a été conçu pour jouer au pad et non au clavier, avec les 2 sticks analogiques, la maniabilité est sans doute meilleure, c'est pour ça que le jeu devrait être porté sur PS4 et Xbox One ce printemps mais alors là, mauvaise stratégie de sortir d'abord le jeu sur PC, qui se fait démolir par la critique, ça promet le même genre de critiques quand il sortira sur console, ou bien Interceptor aurait pu bosser sur sa version PC, 3 mois de plus, ça n'aurait pas été du luxe, ça n'aurait certes pas enlever les fondammentaux du jeu, mais ça aurait pu améliorer le jeu sur quelques points.

 

Pour les cartes, elles sont assez immenses, mais putain qu'elles sont vides, d'autant plus qu'elles sont très peu variées et se regroupent en deux thèmes principaux, la glace et le feu, puis ça change ensuite entre le feu et la glace, enfin surtout le feu, en fait, sur les deux premières heures de jeu, les décors sont quasi les mêmes, on est sur des plateformes circulaires ou pas, au dessus de la lave et on peut tomber de la corniche en plus. Et oui, les cartes sont vides, on parcourt des dizaines de mètres sans voir un seul ennemi et puis ensuite 5 aliens nous tombent dessus d'on ne sait ou. En haut à droite de l'interface, on peut lire nos objectifs principaux et secondaires, mais sur la carte, aucun point ou icone n'indique la direction, on doit chercher la sortie dans une immensité de vide, c'est pas génial.

 

UN GAMEPLAY QUI CONVAINC PAS

Mais parlons un peu du gameplay, est ce que c'est un hack and slash ou est ce que c'est un shooter en vue de dessus, je croyais que c'était un action-rpg, mais en fait pas du tout. Bombshell a donc son bras bionique qui lui permet d'avoir plusieurs armes, un minigun, appellé ici maxigun, un lance roquette ou encore un lance flamme, à travers les niveaux, on trouve aussi des bombes que l'on peut jeter sur les ennemis dans une imprécision dont on est encore une fois habitué. On trouve aussi des munitions un peu partout, ce qui fait que rarement on sera en manque de munition, c'est pas un survival horror non plus.

Si ça avait été un action rpg, on aurait eu plus d'armes, mais ce ne sera pas le cas, on aurait aussi eu du loot à gogo quand on tue les ennemis, ce ne sera pas le cas, tout ce qu'on trouve ce sont de petits billes fluo, des ky, retranscrit en dollars sur l'interface, la monnaie du jeu, qui va nous permettre, chose incroyable d'acheter des améliorations pour nos armes et nos armures. voilà, point barre, on récupére de l'argent et on achéte des upgrade. Déjà que le jeu est ennuyeux mais alors là, ça vient conforter cet ennui, pas de loot, pas d'objet rare à dénicher, à chercher patiemment, suffit de payer.

Les élèments de rpg sont quand même présent, dans une interface qui s'affiche en zoomant sur notre bras bionique à la manière d'un pip boy dans fallout et là, petite stupeur. Alors que le jeu a été réalisé à l'aide de l'Unreal Engine 3, on peut pas dire que ce soit moche, les effets de lumière, la brillance de certains objets sont magnifiques, enfin moi je les ai pas trop vu, car à cause de mon PC pourri, j'ai dû baisser les graphismes à son plus bas. Et oui, donc des graphismes colorés et assez beaux et quand on active son interface du bras, on se retrouve avec des graphismes pixellisés digne de la Master System, c'est très ringard. Ah ok, ça y est, j'ai compris, le bras interface s'appelle amiga, ça doit être pour ça que les graphismes sont pixellisés comme dans les années 80, mouais bof...

 

LES FEATURES MANQUENT CRUELLEMENT D'ATTRAIT

En passant les niveaux, on obtient des points pour upgrader nos skills, les dommages, la santé etc... etc..., dans une interface sans aucun charisme, et au fur et à mesure, on se rend compte aussi que ces upgrade n'ont pas vraiment d'effet probant. On monte les niveaux de nos armes en même temps que les ennemis deviennent de plus en plus fort, c'est un peu le cas dans tous les action rpg, mais là, je sais pas, ça manque de vie, de but, ça donne pas envie d'upgrader en fait, il manque vraiment un truc, gérer son matériel, son loot, revendre ses objets, explorer les recoins pour avoir le loot que l'on cherche, dans Bombshell, tout ceci n'existe pas ou c'est très mal conçu, on s'ennuie ferme.

Alors je pensais que ma machine n'arrivait pas suivre le jeu, des bugs graphiques sont apparus à certains moment, ou le jeu a planté, je me suis dit, c'est bon, c'est ma machine qui déconne, bah en fait, j'ai lu des critiques sur internet que le jeu était bel et bien truffé de bugs et de glitches alors qu'Interceptor avait justement repoussé la sortie du jeu pour corriger tout ça, et bien pas assez apparemment. Les glitches se ressentent vraiment dans la maniabilité, on reste coincé à un endroit, on n'arrive pas à sauter sur un objet, on passe à travers des décors, les ennemis arrivent à nous tirer dessus à travers des piliers, c'est vraiment navrant, je m'attendais pas à ça franchement. 

J'ai pas parlé de la caméra, mais c'est assez bizarre, car les sprites ne sont pas énormes à l'écran et pourtant on lit mal l'action, on se fait tirer dessus par des ennemis qui ne sont pas à l'écran et nous même, on tire sur des ennemis qui ne sont pas à l'écran, on ne voit pas l'action à 10 mètres et il n'y a pas de zoom élargissant, juste un zoom grandissant pour voir Shelly de plus près, bon, la demoiselle est agréable à regarder avec son petit décolleté et sa belle chevelure brune, mais quand même, aucun intérêt à zoomer en avant.

 

BOMBSHELL EST-IL DECEVANT ?

Bombshell n'a pas non plus été annoncé comme le jeu de l'année qui révolutionnera l'action rpg, s'il s'agit bien d'un action rpg, car ça ressemble plus à un top-down shooter, mais quand même, Bombshell m'a déçu tout simplement et apparemment je ne suis pas le seul, 42 sur 100 comme je l'ai dit sur Metacritic, seul le site IGN, dans un élan de bonté donnera la note de 69%, ça sent la publicité déguisée quand même pour donner une note aussi haute.

 

Qu'est ce que je pourrais dire d'autres de négatif sur ce jeu, le scénario peut être, le jeu est truffé de cinématiques, qui ne sont pas moches mais pas exceptionnelles, le scénario se suit mais sans plus, l'humour est par ailleurs très lourdingue, Shelly sort des vannes bien nazes du genre "Combien d'aliens il faut pour visser une ampoule ?" "aucun, ils sont tous morts". ou encore, après avoir tuer un boss, elle dit "Oui professeur, mon chien a mangé mes devoirs, alors j'ai tué le chien", putain, mais quel chien, quel devoir, quel vélo, c'est hors contexte, c'est zéro, Shelly Harrison devient une caricature, un stéréotype de film d'action.

Je m'attendais à un action rpg dynamique et entraînant, rempli d'action comme le laisser penser les trailers, qu'il allait y avoir du loot, que j'allais faire progresser mon personnage dans un univers de science fiction, ça changait des médiéval fantastique, malheureusement Bombshell se plante sur tous ces aspects.

Si le jeu avait été en pointer et cliquer, peut être qu'il m'aurait plus accrocher, mais ce ne fut pas le cas. Si vous êtes amateur d'action rpg, vous pouvez regarder du coté de Diablo, de Torchlight ou encore de Victor Vran, mais un conseil, ne lorgner pas trop du coté de Bombshell, vous risqueriez d'être déçu.

Voir aussi

Sociétés : 
Interceptor Entertainment
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Ce blog a pour vocation de reprendre les vidéos que je propose sur ma chaîne Youtube, dans une version texte. Si vous voulez voir la vidéo, il suffit de vous rendre directement sur ma chaîne : https://www.youtube.com/channel/UCtSL7Kr0QP65uoHpSzQBr_A

Archives