Only a game

Only a game

Par NeodeosX Blog créé le 28/01/11 Mis à jour le 02/01/16 à 15h44

L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant qui vivait en lui et qui lui manquera beaucoup.
Pablo Neruda

Ajouter aux favoris

Édito

Hello, amis gamers et amies gameuses !

Passionné de jeux vidéo depuis mon enfance, j'ai réalisé mes études à l'Ecole Nationale du Jeu Vidéo à Angoulême. Après autant de temps passé à vivre ma passion solitairement, j'ai décidé de la partager avec ce blog.

Avis argumentés sur divers jeux, focus sur certains aspects marquants de certains jeux (musique, gameplay, etc), analyses plus ou moins poussées d'oeuvre vidéoludiques étant chères à mes yeux, etc... Voici le programme de mon blog, que j'essaierai d'alimenter régulièrement.

En espérant qu'il sache vous intéresser !

Archives

Catégories

Signaler
Avis (Jeu vidéo)

 

 

HEART OF DARKNESS

Amazing Studio 

PS1/PC (1998)

Aventure/Plate-forme/Réflexion

1 Joueur

 

Développé par les français de (feu) Amazing Studio, et seule production de ce dernier, Heart Of Darkness aura marqué plus d'un joueur à sa sortie de part son ambiance hors du commun. Game designé par le grand Eric Chahi, à qui l'on doit également l'un des jeux 2D précurseurs du genre Aventure, j'ai nommé le cultissime Another World, HOD est considéré comme l'une des perles de ce même genre si peu représenté de nos jours. Dôté d'une animation fabuleuse, d'une réalisation graphique superbe, d'un level design inspiré, et de la première bande musicale entièrement orchestrale en date dans l'histoire du jeu vidéo, il a su laisser une empreinte indélébile comme seuls les plus grands jeux sont en mesure de le faire, et reste encore aujourd'hui un véritable grand moment vidéoludique, à vivre et revivre sans modération.

 La trame narrative est simple, mais efficace, et met en scène des personnages attachants et un univers pour le moins intriguant. Vous incarnez Andy, probablement la dizaine, voire douzaine, qui comme la plupart des garçons de son âge, aimerait pouvoir passer ses après-midis à gambader dehors plutôt que d'assister aux cours d'un maître d'école quelque peu aigri. C'est donc après que la sonnerie de l'école ait retenti, qu'Andy et son chien Whisky se rendent au parc afin d'assister à un évènement fascinant : une éclipse solaire. Tout se déroule pour le mieux jusqu'au moment où Whisky se fait mystérieusement happer par les ténèbres tout droit surgi de l'éclipse. La séparation est insoutenable pour Andy. Revenu en courant à sa maison, il grimpe dans sa cabane, s'équipe d'un casque-passoire ainsi que d'un fusil rafistolé et prépare son voyage vers l'inconnu. Commence alors une aventure, une vraie, de celles qui portent un grand A majuscule et captivent de bout en bout.

Dès les premières minutes de jeu, une fois la très jolie cinématique d'introduction passée (assez épatante pour un jeu de 1998), le premier sentiment qui m'est venu est un sentiment de fraîcheur. Un véritable charme se dégage instantanément de HOD, que seuls les jeux de l'époque, et particulièrement ceux réalisés en 2D, savaient transmettre. On a ici droit à un mélange subtil entre 2D et 3D. Les personnages sont des sprites 2D, tous superbement animés, tandis que les décors alternent habilement entre 2D et 3D. L'intégralité du jeu se déroule en scrolling (défilement de l'écran de gauche à droite, et haut en bas, et vice et versa), bénéficiant d'un level design très soigné, et toujours intéressant à parcourir. Comme je l'ai mentionné auparavant, la réalisation graphique est d'une immense beauté, même encore aujourd'hui, grâce à des tableaux 2D dignes de véritables artworks. Par-dessus tout cela vient s'ajouter la très jolie bande musicale, composée et dirigée par Bruce Broughton (à l'origine de la bande musicale de plusieurs dessin-animés Disney, et de la série Tv Jeremiah). Cet ensemble fait de HOD une expérience véritablement marquante. Si je devais désigner ce jeu en un seul mot, ce serait "attachant".

Le gameplay, principalement axé sur la plateforme et le shoot, reprend les principes fondamentaux des shooters 2D et se laisse appréhender de manière relativement aisée. Si les actions ne répondent pas toujours aussi rapidement que l'on aimerait, le jeu demeure toutefois accessible et rarement les défauts de jouabilité viennent-ils entâcher la prise en main. Je tiens néanmoins à préciser que la difficulté du jeu est parfois assez élevée, surtout vers la fin, et que donc certain(e)s joueurs/euses seront susceptibles de se frustrer; rien de comparable, cela dit, au challenge imposé dans un Metal Slug.

L'expérience procurée par HOD s'apparente à un mauvais rêve. Les morts d'Andy ne sont jamais douces, mais souvent brutales voire parfois "gores", et les moindres instants de réconfort trouvent immédiatement un contre poids dans le chaos et la violence. Et c'est bien là que réside l'intelligence du game design d'Eric Chahi et de ses compères : un cauchemard est une expérience désagréable, dans laquelle les tentatives de fuite sont immédiatement réprimées par une surenchère dans la violence et le malaise. Le sujet est d'autant plus touchant que le point de vue par lequel est perçu cette expérience est celui d'un enfant, et donc la plupart de ses angoisses y sont exprimées de manière explicite : la mort, la perte de l'être cher, la peur de l'inconnu, et fondamentalement, la peur du noir, des ténèbres. HOD s'impose donc dans le fond comme une métaphore du cauchemard infantile, et défie le joueur en lui donnant pour challenge d'extraire Andy de cette expérience terrifiante. Un réel retour à l'enfance, en quelque sorte. Le jeu n'est pas pour autant dépourvu d'humour et de burlesque, loin de là. Disons que l'ensemble est contrasté, toujours mitigé, parfois comique, parfois cynique.

 En résumé, il s'agit à mon sens d'une petite perle du genre Aventure, et qui malgré son âge, demeure toujours autant d'actualité. Ce qui d'un côté est assez alarmant quand on voit que dans le fond, la production actuelle appartenant au même genre ne cherche pas tellement à bouleverser ses habitudes de game design.

 Pour finir sur cet article, je vous propose d'aller visionner la cinématique d'introduction de HOD, une séquence gameplay, afin de mieux vous faire une idée du jeu, ne serait-ce que visuellement, et enfin, un article sur l'oeuvre complète d'Eric Chahi, comprenant une interview fort instructive.
A noter que ce grand monsieur travaille actuellement d'arrache-pied sur un projet destiné au PS Store et au XBox Live Arcade, nommé From Dust, au sujet duquel vous pouvez retrouver une interview vidéo à cette adresse.

Enjoy !

Voir aussi

Jeux : 
Heart of Darkness
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Ludojak
Signaler
Ludojak
Une critique très juste et très bien écrite d'un chef d'œuvre.
J'aime ton style et pour le coup, je suis d'accord avec toi, HOD possède un charme difficilement retrouvable aujourd'hui. C'est une métaphore de l'enfance et de ses cauchemars très inspirée, dont l'histoire réussit à tenir en haleine sans se faire omniprésente. (elle s'exprime la plupart du temps par le biais du gameplay, à l'arrivée dans un nouveau tableau, l'inverse d'un FFXIII, par exemple)
Ton article rend justice à un jeu qui, il me semble, n'a pas connu un énorme succès. (?)