Premium
Olive Roi du Bocal

Olive Roi du Bocal

Par oliveroidubocal Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 18/12/18 à 17h05

J'ai pas la prétention de t'apprendre des trucs, de te faire réfléchir ou de t'imposer un rictus, mais je vais quand même essayer. De toute façon, je suis tellement cool que tu pourras pas t'empêcher de venir et de revenir. Tu vois, tu viens déjà de lire ce texte avec un plaisir non dissimulé :)

Ajouter aux favoris

Catégorie : Histoires parallèles du Jeu Vidéo

Signaler
Histoires parallèles du Jeu Vidéo (Jeu vidéo)

Salut les loulous, comme le titre vous l'annonce, je prends le large après cet article. Une décision difficile à prendre, mais qui a ses raisons. Aussi, je vous dois quelques explications et surtout de grands mercis.

D'ailleurs, on va commencer par ça ! Merci donc à la communauté pour son accueil il y a 3 ans et demi. Tout à commencé avec un petit article sur lequel j'ai pris tellement de plaisir que je m'y suis mis ... jusqu'à créer 232 posts... Et il faut être clair, ma seule motivation, au delà de ma propre expression ... ce fut vos visites, vos likes, vos commentaires. Ca peut paraître naze, je le comprends, mais c'est la vérité. Non pas que j'aie cédé aux sirènes du clic ou du repost à outrance, mais je mettais la barre assez haute pour espérer ne pas avoir de vague de commentaires négatifs ou pire, d'ignorance complète de votre part. Donc franchement, merci pour vos likes, vos critiques, vos lectures ... ils ont été vraiment utiles à ma progression et à ma constance. Je vais pas citer ceux avec qui j'ai particulièrement eu des liens ou ceux que j'admire en tant que rédacteurs, humoristes et autres qualités humaines... ils se reconnaitront tous seuls. Ce que je sais c'est qu'au final, sans vous avoir rencontrés, je me suis pris d'affection pour vous et pour votre groupe... votre communauté à laquelle j'ai finalement participé. Et c'était bien cool !

Mais voilà, aujourd'hui je dois arrêter ce blog. Pas l'éteindre hein, juste arrêter de l'alimenter. Et comme j'en vois déjà derrière qui s'imaginent des trucs, je vais clarifier chaque point façon SAV avec les questions que j'imagine que certains se posent.

C'est quoi la raison qui te fait partir?

Voilà 1 an que je fais des articles pour Gameblog, la rédac... des articles payés comme des tests ou des news... Il se trouve que ça a permis à Jeuxvideo.com de m'apercevoir. Ils m'ont contacté, proposé de travailler avec eux, ce que j'ai fait depuis 6 mois en parrallèle de ce blog et des articles officiels. Gameblog comme JV étaient au courant que je continuais mes activités des deux côtés, mais JV m'a mis un ultimatum à la fin de l'année 2016 me demandant de choisir : ici ou là bas. Et je choisis là bas. Donc j'accepte d'arrêter d'écrire ici, que ce soit pour la rédac ou pour mon blog.

Y a embrouille avec Gameblog?

Non, pas du tout. Déjà, je remercie tant la communauté que la rédaction pour les années passées et je vous quitte (je crois) en bons termes. J'ai prévenu JC et Julo la semaine dernière de ce départ et si on a l'occasion de se recroiser, ce sera surement pour partager un verre ! J'ajoute que l'expérience de rédacteur était vraiment enrichissante. Pas forcément parfaite, faute de temps essentiellement, mais vraiment utile pour moi. Et j'ai énormément apprécié la liberté TOTALE que j'ai eue tant pour les critiques que pour la notation. Pensez ce que vous voulez, mais que ce soit pour le hardware ou pour les jeux de course, on ne m'a JAMAIS fait la moindre demande de modification hors des corrections orthographiques ou des titres de texte. Au moins c'est dit. Et j'oublie pas que ce sont eux qui m'ont mis le pied à l'étrier, que ce soit par les mises en avant ou par leur proposition de passer du côté de la rédac !!! <3

Mais pourquoi tu choisis JV alors ?

Déjà, je dois dire que le choix fut difficile et long à déterminer. Je sais que je perds la communauté, la qualité des commentateurs (si si, vous êtes largement les meilleurs, ni blasés ni bas du front !) et la proximité des différents acteurs, qu'ils soient pro ou amateurs. Mais voilà, là bas il y a un projet hardware qui me botte, qui me permet de gagner plus d'argent (bien que je n'ai pas à me plaindre de ce que paye Gameblog à la page !!! Ce sont de loin les meilleurs !) et qui me donne accès à beaucoup de matos à tester. Il y a aussi une ligne éditoriale plus stricte, avec des critiques de mes textes intéressantes et je veux pousser ça au maximum !

Mais cette exclusivité est obligatoire?

Oui, malheureusement. Et en même temps, j'avoue que je préfère. Je dois me recentrer sur un seul projet là où aujourd'hui j'en ai 3... et ce n'est pas viable avec le boulot et la vie de famille que j'ai désormais. J'avoue que si on m'avait donné le choix, j'aurais laissé ça tel quel avec quelques articles de temps en temps... mais non ... c'est mieux ainsi !

Mais alors, la communauté est vraiment morte ?

Vous êtes des gros nazes si vous pensez ça ! La communauté c'est vous, et vous n'avez rien à envier aux autres. Faites le test, sérieux, allez visiter les autres forums, les autres zones de blogs ou de commentaires. C'est ici que c'est le mieux et oui, il y a un vivier de nouveaux très intéressants et d'anciens qui perdurent, mais c'est à vous de les accueillir et de faire vivre cette commu face à tout ce qu'elle subit. Et démerdez vous pour qu'à mon retour dans 10 ans elle soit encore plus active !  Ah et au fait, il faudra peut être que l'un de vous reprenne le rôle du médiateur... et c'est pas compliqué ni très chronophage.... A voir avec la rédac ! ;)

Et comment on garde le contact avec toi ?

Alors facile :

par email : mon pseudo suivi de @gmail.com

facebook ou twitter, cherchez oliveroidubocal

Et sur JV, pour le moment j'ai le pseudo Gourdiflot mais j'espère rapidement redevenir Oliveroidubocal.

Sinon, j'habite le sud ouest et je suis toujours open pour une petite partie entre amis ! 

Et c'est tout, là tu te casses maintenant ?

Ben je vais déjà continuer de vous lire et je pourrais laisser un com par ci par là, mais oui ... foncièrement je m'en vais, maintenant. Mes valises sont prêtes. Des bisous.

Ajouter à mes favoris Commenter (32)

  
Signaler

Cette nuit a eu lieu un rendez vous, donné par Sega sur Twitch, pour une annonce autour des 25 ans de Sonic. L'occasion d'en apprendre un peu plus sur le projet en cours et, si certains ont été déçus, d'autres comme moi se disent qu'on tient le bon bout. Voici donc le trailer dans son intégralité, avec au programmme près de 2 minutes de nostalgie et d'espoir.

On y voit donc l'annonce d'un nouveau Sonic en 2D pour début 2017, avec des graphismes dignes de ceux de la Megadrive, comme un hommage aux origines du hérisson. Evidemment, impossible de contenter tout le monde, entre ceux qui auraient préféré un épisode en 3D à la Sonic Adventure, ceux qui voudraient un nouveau Sonic Colors et ceux qui, comme moi, attendent un nouvel épisode 2D rétro, histoire d'effacer la semi-raté de Sonic 4. Bref, vous comprendrez que je suis ravi.

Et pour les autres, une deuxième annonce a été faite par la Sonic Team avec un trailer un peu plus énigmatique, dans la lignée de celui de Sonic Generation. Le projet, sobrement nommé Project Sonic 2017, est prévu pour la fin de l'année prochaine.

Bref, tout ça arrive bientôt et il me tarde d'en juger la véritable qualité manette en main, sur Xbox One et PS4.

Olive.

Voir aussi

Jeux : 
Sonic : The Hedgehog, Sonic Mania
Plateformes : 
Xbox One, PS4
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Le phénomène Pokemon Go arrive "enfin" en France (même si nous sommes nombreux à y jouer depuis plusieurs jours). Être obligé de sortir de chez soi et de marcher pour espérer capturer ces monstres de poches est assez typique de ce genre d'expériences que Nintendo aime mettre sur le marché. Mais ne peut-on pas imaginer ce concept pour d'autres franchises? Bien sûr que si! Voici donc ma première petite liste d'idées quant aux jeux qui mériteraient un développement "GO".

Uncharted Go

Dans Uncharted Go, vous partez à l'aventure à pied, à la recherche d'indices pour retrouver le trésor de Francis Drake de la semaine. Ces derniers apparaissent en réalité augmentée dans cette nature qui vous entoure, soit-elle urbaine ou campagnarde. Au programme, des informations sur les monuments rencontrés, des anecdotes historiques sur les personnages emblématiques de votre région et des indices virtuellement cachés dans chaque petit recoin du paysage, le tout agrémenté de la voix de Laurent Deutsch pour ceux qui jouent au casque.

Une histoire passionnante pleine de rebondissements

Mais attention, d'autres joueurs autour de vous partagent le même but et le même trésor. Il faudra donc éviter de vous montrer avec votre smartphone, histoire de ne pas vous faire doubler, voire attaqué. En effet, dès qu'un concurrent vous aura repéré, il pourra vous tirer dessus et vous lui répondre. Les Gunfight seront légion et vous n'aurez une chance de vous en sortir qu'en vous protégeant derrière des caisses en bois virtuelles mais destructibles, pour un maximum d'adrénaline.

Quand le danger se fait trop présent, mettez vous à couvert !

Avec Uncharted GO, à vous les joies de l'infiltration dans le monde réel, des énigmes tactiles et de la chasse au trésor connectée, le tout ponctué de "No No No No No" quand le gyroscope de votre smartphone détecte une chute ou un accident de la circulation.

Un jeu sponsorisé par le Ministère de la Culture et L’Agence de la Biomédecine pour le Don d'Organe.

 

Gran Turismo GO

On prend le principe de Pokemon Go et on l'inverse totalement. Ici, c'est à vous de trouver des voitures dans le monde réel et de les photographier avec votre smartphone. Elles seront alors scannées puis disponibles en virtuel dans votre garage, prête à courir. De quoi motiver les joueurs à visiter le 16ème arrondissement de Paris ou les bords du lac de Genève, trop souvent délaissés par les classes populaires.

Polyphony promet de retarder le jeu pour implémenter une toute nouvelle fonction censée propulser le buzz sur des années: le CarMixing. Ainsi, en prenant deux voitures distinctes en photo, vous pourrez en composer une nouvelle, pour une infinité de combinaisons possibles.

 Oui, bon, des fois, ça marche moyen ...

Sinon, à tout ça devrait s'ajouter:

  • La création de circuits en marchant avec son téléphone
  • L'ajout automatique de dégats lorsque la voiture photographiée a un accident réel
  • Une gestion avancée des courses en mode B-SPEC
  • Des intérieurs premium avec compatibilité VR
  • ...

Bref, vous êtes pas prêt d'y jouer. Mais la FIA fait éternellement confiance à Polyphony.

Assassin's Creed GO

Assassin's Creed Go, c'est le summum de la réalité augmentée. Vous qui avez toujours rêvé de grimper au sommet de la Cathédrale de Reims, de la Tour Eiffel ou du mont Saint Michel, vous allez être servi. En effet, l'interface de votre smartphone vous propose d'ajouter des objectifs virtuels en haut de chaque bâtiment imposant de votre entourage. A vous d'aller les décrocher pour de vrai. Sensations garanties puisque grâce à l'altimètre, aucun moyen de tricher.

Tout ça pour une plume ... franchement

Evidemment, que serait un Assassin's Creed sans ses assassins? Et bien je vous le donne en mille, dans AC GO, c'est vous la cible. Dès que vous commencez à grimper, vos concurrents sont informés de votre présence et de votre objectif. A eux la lourde tâche de vous empêcher de l'atteindre. Et là, tous les coups sont permis: jets de pierres, attaques de drones, dénonciation aux autorités. De quoi pimenter vos parties multijoueurs. En clair, ennemis pour la vie, jusqu'à ce que la mort vous sépare.

Ah, et vous n'oublierez pas de vérifier qu'il y a bien une charette remplie de paille à l'attérissage... c'est qu'on voudrait pas que vous vous blessiez quand même !

 

Grand Theft Auto GO

Jouant à fond la carte de la polémique, GTA GO repousse les limites de la réalité et fait de vous un vrai gangster. Grâce à la réalité augmentée, recevez de véritables appels de la mafia, participez à de vrais braquages et grimpez un à un les barreaux de l'échelle avec le soutien de votre conseiller personnel. Il vous indiquera les meilleurs spots pour tirer une bagnole de luxe, avec des tutos vidéo pour parfaire vos techniques.

La première fois, c'est impressionnant... mais en fait c'est super facile !

La carte interactive, plus efficace que jamais, affiche les meilleurs spots de ta propre ville: prostituées, gangs adverses, traficants d'armes, banques, boites de nuit, rien ne te manquera pour devenir rapidement le caïd de ta région.

Ah ben voilà une carte qui donne envie de sortir !

Gros plus du mode multijoueur, les fusillades en bandes pourront être jouées avec des personnes n'ayant même pas l'application dans leur smartphone, les différentes missions te permettant d'intéragir avec tous les gangsters de ton entourage. Des centaines d'heures en perspective avec un succès garanti, que ce soit dans le canapé de ta future villa ou dans le véritable pénitencier régional du coin. Et surtout n'oublie pas, tout ça reste un jeu !

 

Fin de la première partie.

J'espère que comme moi vous commencez à entrevoir le potentiel de la réalité augmentée. Vivement que ces concepts prennent vie. A très bientôt et bonne chasse à tous !

Et vous, quels concepts de licences imaginez vous? Faites vous plaisir en commentaires :D

Olive Roi du Bocal 

Ajouter à mes favoris Commenter (17)

Signaler

Je ne sais pas si vous avez suivi cette aventure, mais une équipe d'indépendants (et de passionnés, assurément) avaient décidé de se lancer dans le remake HD du premier Metal Gear Solid sur PS1 à coup d'Unreal Engine 4. Un sujet très largement traité par Gameblog d'ailleurs.

Et bien malheureusement, cette histoire prend fin, comme on pouvait s'en douter. C'est sur leur page facebook que la team Shadow Moses annonce l'arrêt du projet, pour des raisons indépendantes de leur volonté.

Alors oui, on peut s'imaginer qu'ils ont reçu un joli petit courrier recommandé de la part de Konami, leur expliquant qu'ils utilisaient des personnages ne leur appartenant pas, nuisant de ce fait à leur image et risquant à la fois des poursuites et des pénalités. Oui on peut aussi s'imaginer que Konami continue de tout faire pour se mettre les fans de la série à dos. Mais oui, on peut aussi se dire que franchement, tout ça était couru d'avance et qu'il est extrêmement rare que ce genre de choses finissent bien.

Olive Roi du Bocal

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler

C'est aujourd'hui, Lundi 25 Janvier, que sort le nouveau tome de Games History consacré aux jeux de plates-formes. Au programme, une rétrospective des jeux du genre, parmi les plus marquant et les plus représentatifs de leur époque.

Avec Yace aux commandes, cet ouvrage compte de belles plumes parmi ses rédacteurs: Alban Suarez, Vincent Zimmermann, Toma Uberwenig, Benedicte Coudière, Dr Lakav, Gaetan Gobin, Nicolas Loubère, Samir Benlazar, Thibault Ribba, Charlotte Binet et Pierre Lagardère. Chacun offre d'ailleurs une touche très personnelle de sa vision de la plateforme et chaque page ouvre d'ailleurs un peu le coeur d'un gamer.

Plutôt orienté sur la plate-forme 2D, ce Games History retrace son évolution de la préhistoire jusqu'aux consoles de 6 ème génération, en passant par quelques références arcade ou sur ordinateur. Tous les jeux ne sont pas développés, ni même cités évidemment, mais l'essentiel est là avec à chaque fois un descriptif complet.

Plus de 300 pages, une belle couverture cartonnée avec dorures et un très joli papier, ce tome est vraiment un bel objet dont toute l'équipe peut être fière. Pour avoir participé au Tome 3 (sur les jeux de course, vous vous en doutez), je sais à quel point ce genre de réalisation est une aventure, et on peut dire qu'avec ce livre, ils tiennent probablement le meilleur de la série. Félicitations.

Pour plus d'informations, je vous renvoie vers le site officiel du nouvel éditeur.

Bonne lecture.

Olive Roi du Bocal

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Histoires parallèles du Jeu Vidéo (Jeu vidéo)

Et bien nous y voilà ! Mes 10 dernières baffes du jeu vidéo. Les 10 dernières d'un point de vue chronologique.... Et si vous cherchez les 10 premières, elles sont là ! Et à la fin de cet article, les résultats du petit concours organisé pour les 500 000 vues de ce blog. Et surtout, commentez histoire que je sache quels sont les jeux qui vous ont marqué le plus.

On reprends ce top 20 où on l'avait laissé, en plein milieu de l'ère Playstation !

10. L'oddysee d'Abe

Tiens, un vieux pote ! La première fois que j'ai touché à Abe, c'était à une soirée avec un ami. On a joué au mode multijoueurs où l'on doit avancer chacun notre tour. Le coup de coeur immédiat parce que Abe mélange habilement la plateforme, le puzzle et la stratégie en temps réel. Et parce qu'avec son mode multi, on a passé une super soirée. Et ça, ça marque.

En plus, ce qui est bien avec Abe, c'est qu'il est porteur d'un message quant à l'esclavagisme et l'asservissement des populations. Un message simple, proche de "Soleil Vert" par moments, et qui marque les consciences. On est loin des jeux où il faut simplement sauter pour survivre à des hordes de méchants. De la même veine qu'un Flash Back, l'odyssée d'Abe donne de la substance à la plateforme. Rien d'incroyable, juste qu'il ne prend pas les joueurs pour des écervelés.

N'empêche, Abe est donc ma première claque portant sur le fond d'un jeu vidéo. En plus d'être un grand jeu de plateforme et de puzzle, il montre qu'on peut jouer pour d'autres choses que le skill, sans pour autant offrir un gameplay insipide. A essayer absolument si vous ne connaissez pas... surtout qu'une réédition HD est sortie il y a peu.

9. Chu Chu Rocket

Ca me fait toujours quelque chose de parler de ChuChu Rocket. Ce jeu était livré avec la Dreamcast, un peu à la manière de Tetris avec la Gameboy. Graphismes mignons mais sommaires (on est très loin des capacités de la console) et gameplay simple au possible. Mais alors quel jeu !!! Pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit d'un puzzle game où l'on doit guider des souris vers des fusées avant que des chats ne les mangent. Les souris foncent toujours tout droit, courant plus vite que les chats, et ne tournent que si elles rencontrent un mur ou une des flèches que vous avez placée sur leur chemin. Je vous ai fait une vidéo d'exemple depuis l'iphone pour ceux qui ne connaissent absolument pas.

 

Un jeu doté d'une mécanique de malade qui prend son envol dès les premiers tableaux. Les puzzles de plus en plus démoniaques trouvent de moins en moins de solutions possibles et poussent à faire des essais parfois complètement farfelus, mais qui fonctionnent et paraissent finalement évidents. Un délice pour qui aime se torturer la tête sans stress, juste pour la beauté de la réflexion. Surtout que le level design frôle parfois le génie et contient des clins d'oeils à l'univers de Sega.

Bref, un jeu magique, une claque monumentale qui remet l'importance des graphismes bien loin derrière l'intelligence du jeu. Aujourd'hui disponible sur Dreamcast, Android, GameBoy Advance et iphone. A tester absolument. 

8. Virtua Tennis

Ma rencontre avec Virtua Tennis s'est faite en salle d'arcade. Et même si je le trouvais plutôt joli, je n'avais pas été particulièrement attiré. Du coup, j'ai un peu trainé à me l'acheter sur Dreamcast alors même qu'à l'époque je pratiquais le tennis. Mais quand il a enfin le seuil de la maison, j'ai découvert son premier pouvoir: un gameplay hyper addictif et vraiment accessible à tous. Du coup, tout le monde s'y est mis autour de moi et les parties à 2, 3 ou 4 se sont multipliées comme jamais. On se croyait vraiment à Roland Garros, mais avec Cedric Pioline.

Mais s'il y a une claque que Virtua Tennis m'a mise, c'est bien celle du rendu, entre graphismes, animations et réalisme des situations. Autant le dire de suite, c'était juste du jamais vu, et de très loin. A tel point que certains entraient dans la pièce en me demandant quel match je regardais. Et je trouvais ça extraordinaire, me remémorant mes premières expériences de jeu vidéo ou tout était moche et pixélisé. Avec Virtua Tennis, j'ai enfin vu des joueurs de tennis adultes se prendre au jeu, s'y croire et apprécier mon passe temps à sa juste valeur. Juste parce que pour une fois, il était suffisamment proche de la réalité et parfaitement jouissif en tant que jeu vidéo.

7. Gran Turismo 3

En voilà un qui m'a scotché à bien des égards. J'ai fait l'acquisition de Gran Turismo 3 en même temps que mon premier volant à retour de force. La double claque, avec deux grosses baffes simultanées. La première, et c'est une évidence, vint de la qualité même du jeu. Avant Gran Turismo 3, j'en était resté à 24h du Mans ou F355 sur Dreamcast. Des jeux bons, mais pas exceptionnels à mes yeux. Avec Gran Turismo, un passage sous les arbres de Trial Mountain, juste après le tunnel, m'a laissé bouché bée. 

Et puis surtout, c'est avec GT3 que j'ai découvert les joies du volant à retour de forces, mes premiers modèles étant un Logitech GT Force, puis un G25. Et suite aux premiers tours de course courbé sur le canapé (et au mal de doos qui va avec), je suis vite passé au cockpit, bien installé dans un siège baquet. Et là, c'est un peu comme avec la piscine... tu découvres que t'as plein d'amis!

N'empêche qu'on a passé là de super moments, à se tirer la bourre sur un circuit pendant des heures, gratant petit à petit les quelques dixièmes de secondes qui nous rapprochaient des meilleurs. Un vrai kiff de gosse que d'avoir l'équivalent d'une borne d'arcade à la maison et surtout de profiter des jeux de caisses au maximum de leur potentiel. Bref, GT3 est le premier responsable d'une longue liste de courbatures aux bras et rien que pour ça, il mérite tout mon respect !

6. Metal Gear Solid 2

Tout commence avec mes souvenirs de Metal Gear Solid sur Playstation 1. Franchement,  j'avais trouvé le jeu génial par certains aspects, mais relou au possible par bien d'autres, à commencer par la maniabilité (cochonnerie de bouton X) et le gamedesign (mais on voit rien !!!!). Donc quand MGS2 a été annoncé, testé, encencé ... ben ça ne m'a fait ni chaud ni froid. Je ne me suis pas jeté dessus, attendant tranquillement qu'il passe en platinium, ou qu'une bonne occasion se présente à moi. Et c'est donc très tardivement, après tout le monde, que je me suis lancé dans l'aventure.

Néanmoins, j'ai apprécié ce jeu pour toutes ses qualités et quand j'en suis arrivé au moment "4ème mur", je me suis rendu compte des qualités de Kojima. Un génie, peut être pas... mais un mec intelligent et talentueux, surement. Reste que MGS2 m'a happé. Je ne saurais expliquer pourquoi, mais je suis allé chercher toutes les Dogs-tags, un par un. J'y ai passé tellement de temps, que j'ai même réalisé par moi même qu'on pouvait shooter les "!" et les "?" pour les faire disparaitre (Et ça tu le savais peut être même pas).  Bref, un des jeux que je connais par coeur et qui m'a mangé des centaines d'heures.  

5. XIII

En 2003, mon vieux G3 rend l'âme (non sans avoir été un partenaire de qualité), ce qui me pousse à me racheter une machine. Et comme mes finances ne sont pas au beau fixe, j'opte pour un PC. Et en rangeant ma boite de carte graphique, je tombe sur le DVD de XIII. Ce jeu, je ne l'aurais probablement jamais acheté, quand bien même les visuels étaient alléchants, parce que mon PC était vraiment dédié à la création musicale, mais je me suis laissé tenter. 

Et XIII fut mon premier FPS joué au clavié/souris. Oui oui, j'avais déjà quasiment zappé ce style de jeu sur console, et comme je n'avais jamais eu de PC de gamer, j'étais totalment passé à côté du genre. Hors voilà que me tombe dessus ce XIII, au scénario intéressant (tiré directement de la BD), aux armes multiples et aux graphismes vraiment attachants. Alors clairement, on peut dire que j'étais vraiment nul. Déjà, passer le premier niveau fut d'une difficulté abominable. Je n'arrivais pas à me faire au style, aux contrôles, et je n'avais aucune logique adaptée au genre. Rien que le fait de courir latéralement tout en visant un ennemi en face, et bien il m'a fallu plusieurs tableaux pour le maîtriser. La honte pour un gamer comme moi.

Bref, arrivé au bout d'un mois à la fin du jeu, je me suis dit "Chouette, voilà une série que je vais suivre de près" ... et la frustration évidemment des années plus tard en réalisant qu'elle ne viendra probablement jamais. On finit sur un cliffhanger et si on veut connaitre la suite... ben il faut lire la BD. J'ai bien essayé, mais ça ne me fait pas le même effet. Dommage. 

4. Patapon

Soyons franc. Comment voulez vous être totalement heureux dans la vie si vous n'avez pas joué à Patapon. Dans le genre perle innatendue, le voilà qui se pose tout en haut des marches. Avec ses airs de petit jeu indé, il a illuminé ma PSP comme aucun autre jeu n'a su le faire. Vous êtes un dieu et vos sujets n'attendent que les différents sons de votre tambour pour réagir: Pata, Pon, Chaka et Don. Voilà qui suffit à motiver tout un peuple à partir en guerre contre les méchants monstres de la région. Un peu absurde quand même.... non?

Non mais au delà de ça, Patapon n'est pas vraiment un jeu musical. Il faut du rythme certes, mais c'est incomparable avec un Guitar Hero ou un Bust a Groove. Ici, les frappes sur le tambour sont libres, sans piste musicale apparante, et n'ont qu'un seul intérêt, diriger vos troupes, leur donner des ordes d'attaque, de défense, de repli.... C'est donc un jeu de stratégie au tambour ! Classe comme idée, non? Surtout que Sony a très certainement passé un accord commercial avec les fabricants de casques, parce que pour vous je sais pas, mais chez moi ce fut obligatoire.

Et j'en ai passé des heures, dans le train, dans l'avion, sous la couette, avec mon casque sur les oreilles, à affronter des crabes géants, des chateaux super-forts ou des regards étranges des gens ne comprenant pas mon sens du rythme. Bref, j'espère encore aujourd'hui un quatrième épisode, pourquoi pas multijoueurs sur PS4, tant retrouver les patapons me ferait vraiment plaisir. 

3. Call Of Duty Modern Warfare

Toutes les baffes ne sont pas bonnes à prendre. Celle de Call Of Duty 4 - Modern Warfare ne fût pas des plus agréables. Faut dire, je venais d'avoir ma PS3 et les jeux n'étaient pas légion. J'ai donc craqué pour ce FPS classique qui, ma foi, était super bien noté un peu partout. La guerre, c'est pas trop mon truc, mais après avoir joué Resistance, je me disais qu'un nouveau shoot ne me ferait pas du mal.  Sauf que voilà, à un moment, cette scène est arrivée:

Et moi, ça m'a vraiment choqué. Les petites scénettes en arrière plan, le tir en pleine tête avec la vue du joueur, et ce réalisme visuel bien plus impressionnant qu'avec la génération précédente. Je me suis dit que là on jouait vraiment à la guerre et que ça ne me plaisait pas, mais alors pas du tout. Et puis j'ai appris que quelques gosses autour de moi y jouaient aussi, avec parfois la bénédiction des parents. Ca m'a juste cloué.

C'est donc là la première fois que je me suis demandé si la loi française était bien adaptée. Et évidemment, quand on cherche un peu :

Le système de classification PEGI est basé sur le volontariat. Il est étayé par la législation dans quelques pays seulement. Dans d’autres pays, toutefois, le système PEGI est généralement considéré comme étant quasiment obligatoire par presque tous les revendeurs de jeux dans le cadre de leur politique d’entreprise. Nous encourageons le public à informer systématiquement les responsables des points de vente lorsque les classifications par âge sont clairement ignorées par leur personnel.

Mouais, et comme en France il n'y a aucune législation dans ce sens, rien n'interdit aux vendeurs comme aux parents de laisser jouer un enfant. Ils ont bon dos les politiques à faire les malins à coups de belles phrases s'il n'y a rien de concret derrière. Bref, COD4MW aura au moins eu le mérite de me montrer que la polémique autour des jeux violents est entretenue autant par les créateurs de jeux que par la société. Un bien bel exemple.

2. Gran Theft Auto 4

Ah, les GTA ... ils m'accompagnent depuis le premier opus sur PS1. D'abord avec de gentils graphismes en 2D, puis en 3D un peu moches quand même, leur concept d'intégrer la pègre pour vivre une histoire forte m'a toujours plu. Et quand GTA4  a débarqué à la maison, il a juste tout chamboulé. C'est pour moi le premier grand jeu de cette génération de consoles, quand bien même il n'était pas tout à fait au niveau des autres d'un point de vue technique (ce qui s'explique vu qu'on parle d'un monde ouvert). Et c'est surtout la première fois qu'une histoire de gangsters était aussi bien dépeinte, avec une vraie justification des clichés et une profondeur des personnages inédite.

Et puis voilà, le fait que le personnage principal soit un non américain, un peu paumé, pas si talentueux que ça, et qu'il rencontre toutes sortes de personnages issus de cultures différentes, ça a énormément contribué à mon implication dans l'histoire. Une histoire qui n'est pas "incroyable" et qui ressemble finalement beaucoup aux précédents épisodes, mais elle porte tellement de messages avec elle que j'ai dévoré le jeu bien plus vite qu'à mon habitude, pour le refaire aussi tôt une deuxième fois. Quelque chose d'extrêmement rare chez moi. Et ce qui est étonnant, c'est que malgré toute la supériorité du cinquième épisode en termes de contenu, de possibilités et de liberté, je n'ai pas retrouvé cette sensation. Comme quoi, c'était bien avec Niko que j'avais rendez vous!

1. Civilisation 5

Pour finir ce top (qui est chronologique, je vous le rappelle), je fonce vers un jeu vraiment étonnant quand on connait mon parcours vidéoludique. J'ai téléchargé Civilization 5 suite à une grosse promo Steam, sans conviction autre que d'essayer un genre que je ne connaissais qu'à travers quelque Age Of Empire (Ca devait être le 2 si je ne m'abuse). Avec ma connexion pourrave, ça a mis plus d'une semaine à se télécharger mais quand j'ai appuyé pour la première fois sur "Nouvelle Partie"...

Cette image résume à elle seule ce qui s'est passé pendant les deux semaines suivantes. J'ai joué 140 heures en 15 jours... en plus de mes heures de travail. J'avais jamais vécu ça, moi qui picore en général les jeux, laissant un peu trainer, ayant du mal à m'y remettre. Là j'ai été pris dans le tourbillon, mais d'une force ! L'effet "Juste un tour de plus", parce que tu gères plein de trucs en simultané et qu' à chaque tour tu as un nombre incroyable de recherches qui se finissent, de batiments qui se construisent, d'équipes qui sont arrivées à destination. Il est donc hyper difficile de s'arrêter. SAUF QUE J'AI TROUVÉ LA SOLUTION ULTIME !

 

J'ai tenu bon, j'ai viré Civilization 5 de mon ordinateur et je lutte un peu tous les jours pour ne pas le réinstaller. Rien que d'en parler maintenant, ça fait monter en moi l'envie d'y jouer. Un truc de fou, parce que quand on analyse les mécaniques et le contenu du jeu, il n'est finalement pas si incroyable que ça. On en voit vite le bout et toutes les parties se ressemblent quand même un peu... mais c'est plus fort que moi. J'ai envie de mettre en place des projets de construction, de construire une armée de folie, de faire des alliances puis de les démonter à coups de bombes ... la nature humaine en pleine explosion. 

Conclusion

Voici donc mon Top 20 personnel. Celui des meilleurs baffes que j'ai prises avec le jeu vidéo au fil du temps:

20. Pong

19. Pole Position

18. Teenage Mutant Hero Turtle

17. Castle of Illusion

16. Street Fighter 2

15. View Point

14. Sega Rally

13. WipeOut

12. SoulBlade

11. Final Fantasy 7

10. L'odyssee d'Abe

09. Chu Chu Rocket

08. Virtua Tennis

07. Gran Turismo 3

06. Metal Gear Solid 2

05. XIII

04. Patapon

03. Call Of Duty 4 - Modern Warfare

02. Grand Theft Auto 4

01. Civilization 5

Evidemment, cette liste aurait pu être plus longue, j'ai par exemple écarté quelques jeux qui auraient mérité de se trouver parmi les meilleurs. Her Story, Final Fantasy Tactics, Portal 2, Metropolis Street Racer, Démineur ... bref, il a fallu faire des choix et je suis assez content du résultat qui résume assez bien mon parcours. Et vous? Ca donnerait quoi?

Olive Roi du Bocal.

Concours

Et bien nous y voilà. J'avais organisé un petit concours pour mes 500000 visiteurs du blog. ce concours consistait à deviner mes baffes 1 à 10. Et à ce petit jeu, c'est nikolah et Waldotarie qui me la jouent égalité. Je vais donc les départager dans les statuts et enverrai un petit casque de gamer collector (puisque je l'ai porté le temps du test) au gagnant. 

A bientôt!

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler

Ils t'ont oubliée. Un tel manque de respect. 10 ans passés que tu es arrivée en Europe et personne pour te fêter, t'honorer, te rappeler à notre bon souvenir. Ah ça, pour fêter la Snes, la Xbox360, y a du monde... mais pour une portable comme toi, personne? Parce t'en avais dans le ventre et dans la ludothèque. Et pas qu'un peu. Mais que veux tu, les légendes ne se créent pas tant sur la qualité que sur la hype. Moi, je t'ai bien connue et sous tous les angles. Tu voyais le jour un 12 Décembre 2004, dans les rayons des magasins Japonais . Un an plus tard, tu arrivais chez nous, chez moi, en grandes pompes. 10 ans déjà. Une révolution qu'ils disaient. Le succès de la Playstation dans la poche. Pour moi, tu as fait encore mieux que ça. Et tu sais quoi, on va leur montrer à ces ingrats avec un petit dossier mémorable. Une véritable déclaration d'amour juste pour toi.

C'est Ken Kutaragi qui t'a voulue. Et ça faisait un moment qu'il nous en parlait, qu'il disait se sentir prêt. Il avait tellement eu de succès avec ses premières expériences au salon, que rien ne semblait pouvoir l'arrêter. Et comme c'est un homme de vision, il a vu pour toi le plus grand des desseins, le plus glorieux des destins: affronter Nintendo sur son terrain. Parce que l'autre grand Japonais, il en a eu des portables et pas des moindres. Si la firme qui t'a créée dominait largement le salon, le marché du mobile était quasi exclusivement détenu par son concurrent et sa GameBoy. Gameboy, Gameboy Color puis Gameboy Advance, autant de succès marquants tant par leur réussite commerciale factuelle que par leur capacité à effacer tout adversaire. Il fallait que ça change ! Et c'était à toi seule de partir affronter cette horde.

Mais avant même ta naissance, tout le monde avait d'ores et déjà confiance. Ta grande soeur avait remporté le titre de "Console la plus vendue de tous les temps", alors il n'y avait aucune raison que tu te plantes. Et comme si la pression n'était pas assez grande, voilà qu'ils parlaient même de toi comme le successeur du Walkman... rien que ça. Du coup, ils ont mis le paquet sur tes caractéristiques, tes courbes, tes boutons, de quoi rendre fou n'importe quel joueur. Ils t'ont imaginée comme un objet technologique de désir à coup de WiFi, d'USB, d'infrarouge, de stockage. Ca transpirait tellement la connectivité par tous les ports qu'on aurait pris leur vision du futur pour des images de notre présent.

Plus qu'une simple Playstation portable... il fallait que tu saches tout faire. Jeu, vidéo, musique, internet. Ils ont voulu que tu sois un objet ultime, compact, puissant et sexy, tourné résolument vers le monde des adultes et des adolescents. Un étendard de l'empire Sony dans toute sa splendeur, sans compter la responsablilité du lancement de l'UMD, ce mini DVD sensé devenir le standard de la portabilité pour les formats vidéo. Un format que tu as enfanté et porté quasiment toute seule tout au long de sa vie.

Et puis ton écran. A l'époque où les LCD et Plasma commencaient à peine à devenir accessibles, tu débarquais avec un magnifique 480x272 de 4,3 pouces, le tout en 16/9. Ce qui peut paraitre ridicule aujourd'hui à l'heure des téléphones HD faisait vraiment la différence. Même l'iphone, sorti 2 ans plus tard n'offrait que 3,5 pouces et quelques pixels de plus. De quoi véritablement rivaliser avec les consoles de salon dont tu taquinais mêmes les caractéristiques du haut de tes 2,6 Gflops. Ne te manquaient que quelques boutons pour vraiment pouvoir te comparer à une PS2 portable. 

 

Et pourtant, malgré un succès incroyable, dès ta sortie, malgré un line-up impressionnant composé des meilleurs jeux portables qui soient, tout n'a pas été rose pour toi. La concurrence d'abord, a été bien plus forte que prévu, avec même des concurrents innattendus. Nintendo a sorti en urgence un nouveau modèle pour te concurrencer. Elle qui fête aussi ses 10 ans en France cette année a vécu une vie tout aussi incroyable et un succès public encore plus fulgurant. Sa cible, entre les amoureux de la marque, les enfants éternels et renouvelables, s'est retrouvée élargie grâce à un marketing tourné vers la famille, les femmes, les jeunes et moins jeunes adultes. C'est la console qui t'as fait de l'ombre là où tout le monde la voyait battue. Et puis, de l'autre côté de la planète, une frappe impredictible est arrivée ...

Moins puissant, moins adapté aux jeux classiques, mais tellement plus évident, l'iphone et les smartphones en général sont venus changer la donne comme jamais, attirant de fait un public plus large et s'immiscant dans les foyers comme un standard téléphonique évident, alors que tu passais pour un objet supplémentaire dédié au jeu. C'est donc tout le concept de portablité qui était chamboulé. Les gamers savaient, eux, que les boutons étaient essentiels pour une bonne qualité de jeu, mais entre sensations tactiles et mouvements gyroscopiques, c'est tout le grand public qui a basculé. De quoi te reléguer du rang d'objet technologique à celui de jouet. Et je dois t'avouer que j'ai moi même craqué, du bout du doigt.

Voilà, tu n'avais pas d'écran tactile ... Le super feature tendance de la génération smartphone... Pourtant tu ne t'es pas laissée abattre et tu nous as proposé de quoi se distraire tout au long de ton existence. Et des grands jeux sur PSP, il y en a eu et dès le début. Un line up de folie à ton arrivée dans les backs français. Mieux que la Playstation 1, la 2, ou que n'importe quelle autre console d'ailleurs. Et le premier qui m'a décidé, c'est Wipeout Pure. Un tel renouveau après un Wipeout Fusion décevant, voilà que toi, là petite PSP, m'offrait exactement le jeu dont j'avais envie. Et puis quels visuels, quelle qualité d'animation, avec en plus un mode multijoueurs super complet et sans fil (oui, une première dans le monde des portables à l'époque).

Toujours à ta sortie, le fabuleux Lumines, qui m'a fait ressortir mon vieux casque de studio, histoire de profiter au maximum de cette bande son extraordinaire, avec son électro s'adaptant à l'environnement de jeu. Juste un must !

Et encore et toujours dans les 3 premiers mois, Everybody's Golf, Virtua Tennis, F1 Grand Prix, SSX On Tour, Gran Theft Auto Liberty City, Out Run 2006, Tales OF Eternia. De quoi me rendre fou de joie, complètement amoureux, abruti par une telle profusion de titres agréables et variés. Toi et moi, main dans la manette, parcourant le monde et ne nous arrêtant que pour recharger un peu les batteries, soit toutes les 5-6 heures.

Et évidemment, tout n'a pas été rose entre nous. La période qui a suivi cette explosion affective a naturellement été un peu plus décevante. Beaucoup de remakes issus de la PS1 ou de la PS2, pas toujours très bien réalisés ou adaptés à ta maniabilité. Beaucoup de jeux de seconde zone aussi, ou de versions portables bien loin des niveaux obtenus sur consoles de salon. Les jeux de foot par exemple, n'ont jamais vraiment réussi à me convaincre, quand bien même tu t'obstinais à les sortir tous les ans. Que l'on se joue de PES ou FIFA, rien n'y faisait, tu n'y mettais pas beaucoup de coeur, du moins pas autant qu'au salon. Alors que dès qu'on te mettait la main au panier, tu te révélais chaude comme la braise.

Et puis un jour, tu m'a pris de court. Une petite madeleine de Proust est sortie des fagots. A mes yeux le meilleur jeu de l'ère Playstation 1 et pour nous deux le début d'une grande aventure. Final Fantasy Tactics débarquait à la maison et reléguait au placard la PS2 et même la PS3 poussiéreuse. Je n'ose même pas compter les heures passées à jouer, une première fois pour refaire l'histoire en entier, une seconde pour voir tous les petits secrets dissimulés.

Et puis les bijoux se sont enchainés. Tu m'as gâté comme jamais. A coups de Patapon, de Puzzle Quest, de LocoRoco, de Metal Gear Solid, de Monster Hunter, et de tant d'autres. Quelques déceptions aussi avec un Gran Turismo qui n'était pas à la hauteur ou un Street Fighter 5 disponible même sur iphone mais jamais évoqué pour toi. Et puis il y a eu nos petits secrets, cette partie de notre relation qui est vite devenue notre principale attraction. Je t'ai bidouillée, modifiée. Je t'ai offert de quoi émuler et en échange tu m'as émoustillé. Megadrive, Super Nintendo, Playstation 1, Neo Geo. Tous les deux on s'est débattus sur Street Fighter 2, baladés dans ViewPoint, on a sauvé Minnie des mains de la sorcière ou April des griffes de Shredder.

Et après plusieurs versions, entre nouvel écran ou abandon de fonctions, le 12 Septembre Sony nous annonce l'arrêt de ta production et bientôt l'arrêt de ton support. Plus de nouveautés, que de la routine. Une remplaçante qui ne te remplacera pas vraiment dans mon coeur. Il n'y a pas d'adieu aujourd'hui, puisque tu es toujours à mes côtés, mais nous sommes comme un vieux couple. Je connais bien ton petit jeu, tu sais bien quel joueur je suis. Il n'y a plus ou peu de surprises. Et en attendant que nos batteries se vident, nous aurons encore l'occasion de passer de bons moments ensemble.  Juste toi et moi.

Olive Roi du Bocal

Note: J'avais aussi parlé de toi ici - Le Hack de la PSP - Ca n'était pas moins rempli d'amour.

Voir aussi

Plateformes : 
PSP
Ajouter à mes favoris Commenter (25)

Signaler

C'est encore va Twitter que Shuhei Yoshida vient de valider le fait que Sony travaillerait sur une application de streaming PS4 vers le PC. De quoi augmenter la liste des produits compatibles avec le Play Remote, actuellement limité à la PSVita, PSVita TV et quelques tablettes android. Et pas de plan marketing dans cette annonce, mais une simple réponse aux nombreux internautes qui lui ont posé la question récemment.

Et si ce petit tweet semble un peu anodin, c'est sans compter sur les dernières informations autour du stream PS4-PC qui a secoué le monde des hackers. En effet, la semaine dernière et cette semaine, je vous parlais du travail de Twisted qui s'évertuait à rendre tout celà possible sans le moindre appui officiel de Sony:

Du coup, cette petite phrase de Shuhei Yoshida vient juste couper l'herbe sous le pied du développeur indépendant qui comptait bien essayer d'en vivre pendant un moment. Reste qu'en attendant une éventuelle version officielle, son application est aujourd'hui la seule disponible et capable de réaliser du stream PS4-PC.

Olive Roi du Bocal. 

Voir aussi

Plateformes : 
PC, PS4
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

  
Signaler

Voici une découverte étonnante. Alors que le vénérable Time nous sortait son Top 10 des jeux 2015, je tombais nez à nez avec Prune, un jeu indépendant sur iOS et Android. Et non content de faire partie de ce palmarès, le voilà qui prenait la première marche, juste devant MGS5, Tomb Raider ou Her Story. Incroyable pour un jeu dont je n'avais jamais entendu parler. Ni une, ni deux, j'ai pris mon iPhone en main et j'ai essayé ce petit phénomène. 3 heures plus tard, j'achevais l'expérience heureux, le coeur un peu plus doux qu'avant et l'envie de partager avec vous ce petit moment d'exception.

 

Dans son principe, Prune est un jeu simple. Comme son nom l'indique ("to prune" signifie tailler en anglais), vous allez devoir tailler et même élaguer quelques arbres pour les aider à fleurir. Mais je tiens absolument à rassurer d'avance tous les non-jardiniers en herbe qui, comme moi, ne supportent pas d'avoir les mains pleines de terre et d'attendre des plombes que ça pousse. Prune est avant tout un puzzle game mêlant réflexion et dextérité, à la manière d'un Monument Valley

En effet, votre arbre nait les pieds dans l'ombre, entouré de pièges divers, et c'est à vous de l'orienter dans sa croissance. Au fur et à mesure qu'il pousse, divers embranchements se crééent, et la plupart d'entre eux dans de mauvaises directions. Il vous incombe alors d'éliminer ces excroissances pour en récupérer l'énergie, le but étant que votre arbre trouve le chemin de la lumière nécessaire à la formation de fleurs. Et si les premiers niveaux sont plutôt simples, l'expérience se corse progressivement avec des orientation plus alembiquées, des puzzles plus complexes et un développement très intelligent des possibilités offertes par ce concept novateur.

Au delà de l'idée, fraiche et agréable à manier, on retrouve une ambiance entre Limbo et Flower. Le premier influence le design général du jeu, avec des effets d'ombres et de lumière servant le gameplay, le second est clairement source d'inspiration de l'ambiance, entre musique planante et lutte éco-logique. Reposant à souhaits, la force du titre tient à sa capacité de relaxation, tout en gardant votre esprit alerte et votre doigt affuté. La précision de la coupe permettant d'agir vite et bien. Les niveaux s'enchainent rapidement, sans stress, au rythme des différents types d'arbres que vous devrez entretenir. Certains prennent leur temps, d'autres grandissent à toute allure. Et il en va de même avec les ramifications, parfois régulières, parfois résonnantes d'une apparente anarchie.

Composé d'une cinquantaine de niveaux, à la difficulté parfois un peu mal dosée, Prune pêche peut être aussi par sa durée de vie ou par l'exploitation de son concept dans les hauts niveaux. En clair, on en redemande, et ce ne sont pas les épreuves supplémentaires trouvées en fin de parcours qui permettent de se rassasier. Pourtant, le bilan reste plus que positif et je vous conseille vivement d'essayer ce que je considère comme un bijou. Les quelques heures (2 ou 3 tout au plus) passées aux côté de ces végétaux m'ont enchanté, absorbé et détendu. Un coup de coeur, dont vous retrouverez tous les liens de téléchargement sur le site officiel du jeu: http://www.prunegame.com/

Et si avec tout ça vous n'êtes pas convaincu, voici une petite vidéo de gameplay faite maison. Vous y trouverez quelques exemples de puzzles, des plus simples aux plus tordus... même si je vous ai laissé la surprise des hauts niveaux ;)

Olive Roi du Bocal

 

Voir aussi

Jeux : 
Prune
Plateformes : 
iPhone, iPod Touch, iPad, Android, Windows Mobile
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler

Salut tous et bienvenue! Aujourd'hui ,un petit article spécial, pour la barre symbolique des 500 000 visites sur mon petit blog, un niveau juste atteint cette semaine. Ca peut paraître ridicule pour certains, pour moi c'est juste énorme et jouissif. Alors évidemment, les vues ne font pas tout... et encore moins la qualité (ni des articles, ni des commentaires). Mais il faut avouer que ça motive à avancer quand l'inspiration se fait difficile ou le temps bien rare. Et puis ça me fait surtout une occasion d'organiser un petit truc pour faire plaisir à qui passe par chez moi ! :)

D'ailleurs, ceux qui me suivent peuvent s'en rendre compte, ce blog va dans tous les sens. Des tests de volants, de matos divers, des articles assez sérieux, des montages photoshop douteux, du cosplay, des news, etc. Bref, c'est le bordel et c'est comme ça que ça me plait. Parce que oui, j'aime les jeux de bagnoles, mais aussi les jeux de stratégie, de plateforme, d'aventure, de combat, de cartes, ... J'aime aussi les films, les livres, la zic et je ne dis pas non à un petit cosplay de temps en temps. Et du coup, comme c'est ici chez moi, je peux me lâcher à volonté et partager avec vous mes idées, mes réflexions, et souvent avec des invités de marque...

Histoire de faire simple, je vais juste vous proposer deux choses:

  • Un pêle mêle d'images d'intros cliquables pour que vous puissiez retrouver mes articles préférés, soit à cause des contenus entre le texte ou les images que j'ai eu plaisir à créer, soit à cause des commentaires parfois encore meilleurs que les articles
  • Un petit concours habituel histoire de fêter ce palier dignement

Et c'est parti pour le listing des articles chers à mon coeur :

Ca représente environ un tiers des articles écrits. Je vous ai fait grâce des Gameblags et autres tentatives d'humour. Ceux qui ne sont pas listés sont souvent exclus à cause de leur image d'entête qui n'est pas au bon format ... : ) la flemme de remettre tout à la bonne taille.

Et le concours ?????? 

Et pour le concours, on va innover un petit peu. D'abord, lisez cet article (ou du moins, voyez la liste qui y est) : Mes 20 plus grosses baffes du jeu vidéo

Dans cet article, il n'y a que la moitié des "baffes" prévues. Et bien je vous propose simplement de tenter de trouver les 10 baffes les plus récentes (puisque c'est un listing chronologique) et de me mettre ça dans les commentaires. Je fais un cadeau à celui qui s'approche le plus de ma liste personnelle (qui est déjà fixée... il n'y aura donc pas de modification). Vous avez jusqu'au 15 Décembre, date à laquelle je publierai officiellement la liste et le gagnant. Quant au cadeau .... ben j'ai pas encore décidé :D Ce sera donc la surprise !!!!! 

 Et le futur de ce Blog? [ANNONCE EXCLUSIVE]

Et bien oui ... tout à une fin ... mais pas aujourd'hui. Je vais continuer à vous abreuver de ce que vous avez l'habitude de lire ici. J'espère pouvoir multiplier les tests de matos (qui seront peut être publiés directement sur Gameblog comme ceux du G29, du T300RS, ou des casques G430 et Y280, continuer à faires mes petits montages photoshop débiles ou prendre le temps d'écrire de longs articles. Bref, on reste dans la continuité.

Par contre, j'ouvre aussi un nouvel espace ailleurs: www.oliveroidubocal.com

 

C'est tout simplement un petit site en plus pour y mettre plein d'autres choses: Des recettes de Rhum et autres joyeusetés, des histoires de livres, de films, de musique, de matos de son et d'éclairage, de voyages... bref, tout ce qui compose ma vie hors du jeu vidéo... et j'y mettrai surement mes articles préférés d'ici en doublon. J'en suis encore à la phase de test, l'ayant rempli pour le moment avec des articles de ce blog, mais je vous en ferai un peu la pub quand ça aura progressé. Bref, vous êtes les bienvenus évidemment, si les sujets vous intéressent. Et ça me permettra aussi d'en tester les fonctionnalités (abonnements, commentaires, etc). 

Bisous, et rendez vous bientôt pour les 600 000 !!!!! 

Olive Roi du Bocal

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Édito

 

 

 

 

  

 

Archives

Favoris