Premium
Olive Roi du Bocal

Olive Roi du Bocal

Par oliveroidubocal Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 03/02/17 à 10h20

J'ai pas la prétention de t'apprendre des trucs, de te faire réfléchir ou de t'imposer un rictus, mais je vais quand même essayer. De toute façon, je suis tellement cool que tu pourras pas t'empêcher de venir et de revenir. Tu vois, tu viens déjà de lire ce texte avec un plaisir non dissimulé :)

Ajouter aux favoris

Catégorie : Le journal du Hardware

Signaler
Le journal du Hardware (Jeu vidéo)

Alors que Fanatec vient de sortir une nouvelle gamme, la CSL Elite, on vient à se demander si une petite surprise n'est pas sur le point d'arriver. En effet, alors que le pédalier ClubSport V3 ne propose pas d'option d'inversion (comme le T3PA Pro par exemple), une version inversée serait d'ores et déjà en préparation.

C'est au détour d'un carton d'emballage que la question se pose. Les photos ci-dessous, absolument certifiées puisque prises par moi même (:D) présentent un surcarton (donc le carton qui protège le carton du produit pour le transport) avec un nom de modèle qui n'a jamais été vu auparavant (et qui n'est toujours pas listé sur le site de Fanatec).

Le nom apparaissant est "ClubSport Pedals V3 inverted", soit la référence actuellement disponible suivie de la mention "inverted".

Alors évidemment, rien ne dit s'il s'agit d'une erreur, d'un modèle abandonné ou prochainement prévu. Mais la possibilité de voir un nouveau pédalier inversé chez Fanatec est une bonne chose, le modèle d'origine n'étant, par sa conception, pas facile du tout à placer en mode GT. En tout cas, d'après le nom, on imagine une version complète avec son module d'inversion, ce qui n'exclut pas non plus la possibilité d'une option permettant d'inverser les ClubSport Pedals v3 actuels.

 

Olive Roi du Bocal

Vos commentaires sont les bienvenus! Et si vous n'êtes pas inscrit sur Gameblog, vous pouvez me laisser vos messages sur Facebook ou sur Twitter... ou simplement vous inscrire ici, ça ne prend qu'une minute!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

  
Signaler
Le journal du Hardware (Jeu vidéo)

MAJ: Ajout des tests du TMX, G920, Fanatec Handbrake, Fanatec Shifter SQ, etc...

Voici une page pour accéder facilement à tous les tests de volants et d'accessoires de volants. Cette page est régulièrement mise à jour. Vous y trouverez les liens vers les tests classés par plateforme. Playstation 4, Xbox One, PC et Playstation 3. Et en fin de page, tous les accessoires testés. Vos remarques et débats sont les bienvenus dans les commentaires de cet article (ou de l'article correspondant au test). Vous n'êtes pas d'accord? Faites le savoir! Je n'ai pas encore essayé un matériel? Réclamez son test! Sinon, j'essaie de répondre rapidement à toutes vos questions, alors n'hésitez pas. ;)

Et pour accéder au test, cliquez sur l'image correspondante ! :)

Les volants compatibles PS4:

Les volants compatibles PS4 sont généralement compatibles avec la PS3 et parfois même avec Windows. On y retrouve les gammes de Thrustmaster, Logitech et Fanatec. Chez Thrustmaster, les T300RS, T500RS et T150 Force Feeback jouent la carte de la modularité quand le T80 se veut un modèle très grand public. Chez Logitech, c'est le G29, successeur du légendaire G27 qui représente la marque. Chez Fanatec, la nouvelle Clubsport Base V2 se place en haut de gamme avec une compatibilité multimachines.

Et si vous préférez un comparatif rapide, plateforme par plateforme, voici de quoi vous aider:

Les volants compatibles Xbox One:

Sur Xbox One, le choix est quasiment aussi large que sur PS4, avec en général une compatibilité Windows. On y retrouve les gammes de Thrustmaster, Logitech et Fanatec. Chez Thrustmaster, le TX représente le haut de gamme, le Ferrari 458 Spider l'entrée de gamme et le TMX Force Feeback à peine annoncé vient se placer entre les deux. Chez Logitech, c'est le G920, successeur du légendaire G27 qui représente la marque. Chez Fanatec, la nouvelle Clubsport Base V2 se place en haut de gamme avec une compatibilité multimachines.

Les volants compatibles PC Windows:

La quasi totalité des modèles du marché sont compatibles Windows. C'est pourquoi on retrouve presque tous les modèles prévus pour la PS4 et la Xbox One, plus les anciens modèles PC / PS3.

Les volants compatibles PS3:

La PS3 bénéficie de tous les volants de la PS4, plus quelques grandes références plus anciennes. On a donc les gammes de Thrustmaster, de Fanatec et de Logitech, prévues tant pour la PS4 que pour la PS3. La console est donc compatible avec les anciens G25, G27, Driving Force, Clubsport... dont la plupart ne sont malheureusement pas testés ici. :( Mais croyez moi, la gamme actuelle a peu à envier à l'ancienne.

 

Les accessoires:

Il y a de très nombreux accessoires pour les volants. Je commence à peine à les tester, mais attendez vous petit à petit à un raz de marée. C'est mon objectif principal aujourd'hui.

Et prochainement les tests suivants:

 Un problème, une suggestion, une question ? Passez par les commentaires ou contactez moi sur  Facebook ou sur Twitter... 

Olive Roi du Bocal

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Le journal du Hardware (Jeu vidéo)

C'est le truc auquel je ne m'attendais pas du tout en arrivant sur une aire d'autoroute, en l'occurence celle d'Agen-Porte-D'Aquitaine, à mi chemin entre Toulouse et Bordeaux. En ce jour de départs en vacances pour bon nombre d'automobilistes, je suis tombé nez à nez avec un joli simulateur de conduite de deux roues, entre autres animations, sous un stand de la Prévention Routière.

 

J'étais persuadé qu'il n'existait pas vraiment de simulateur et je me suis donc renseigné auprès des responsables du stand, lesquels étaient encore en train de s'installer. L'objet est donc produit par Honda, le fabricant de motos, et comprend la partie hardware et software. Il s'agit d'un ensemble développé pour l'apprentissage des risques qu'encourent les motards et les motocyclistes dans différents milieux: autoroutes, villes, campagnes, etc...

 

En clair, vous choisissez votre véhicule (mobilette, scooter, moto de petite cylindrée ou grosse monture de vrai biker), la gestion des vitesses (auto ou manuel) et votre environnement. Le parcours que vous devez effectuer est truffé d'embûches, entre les voitures qui déboitent sans faire attention à vous, les piétons qui traversent sans regarder, les camions qui coupent votre trajectoire ou toutes les matières glissantes que la route peut accueillir. Tout ça étant réuni dans un espace de temps beaucoup plus restreint que dans la réalité. En clair, un évènement de ce type (ou une combinaison d'évènements) arrivent toutes les 30 secondes. De quoi mettre un peu la pression et sensibiliser les motards, tout en s'amusant.

 

Bon, il faut quand même signaler que l'ensemble n'était pas très réaliste. Déjà parce que niveau sensations, on a vu mieux. La faute à un ensemble totalement statique et ne donnant aucune information quand à l'équilibre de la moto. Ensuite, le logiciel dédié date un peu... voire beaucoup. Un joli bon en arrière de deux générations au niveau du visuel, le tout sur un écran 17 pouces manquant clairement de luminosité (fallait voir aussi la patate du soleil ce jour là).

 

Reste que l'intention est bonne et que le message passe bien. Le conducteur de deux roues est constamment en danger, tant par les risques qu'il prend que par le comportement des autres conducteurs autour de lui...sachant qu'en plus il est plutôt mal protégé en cas de contact. Je vous renvoie d'ailleurs vers ce document qu'on m'a remis en fin de parcours et qui rappelle les règles de base en termes d'équipement.

Evidemment, j'ai fortement pensé à l'impact que pourrait avoir ce genre de simulateur sur un jeu comme Valentino Rossi The Game que j'ai testé récemment. Sans conviction, tant que le mouvement du corps et les vibrations ne seront pas au rendez vous. 

++

Olive Roi du Bocal

Vos commentaires sont les bienvenus! Et si vous n'êtes pas inscrit sur Gameblog, vous pouvez me laisser vos messages sur Facebook ou sur Twitter... ou simplement vous inscrire ici, ça ne prend qu'une minute!

Voir aussi

Jeux : 
Valentino Rossi : The Game
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Le journal du Hardware (Jeu vidéo)

Avec le message régulier envoyé à Thrustmaster et Logitech, quant à l'absence de frein à main dans leur gamme, je ne pouvais pas passer à côté du modèle de Fanatec. Non parce qu'utiliser "Rond" ou la pédale d'embrayage pour partir en drift, ça va deux minutes. T'as compris?

Le Handbrake de Fanatec est donc, comme son nom anglais l'indique, un frein à main. Dédié à la gamme ClubSport du fabricant, il coûte la bagatelle de 130¤, port non compris, et se place peinard comme unique périphérique de ce type utilisable à la fois sur sur PC et consoles. Une position confortable qui nous éclaire sur le marché de niche qu'il représente. 

Emballage et contenu

C'est classique chez Fanatec qui fait toujours preuve de beaucoup de soin pour emballer ses produits. Le HandBrake profite donc d'un carton sobre, très rigide, entièrement rempli de mousse de protection. L'idéal pour ranger la bête ou la transporter. En plus du frein à main, on trouve un guide de montage (sans un mot en Français ) et deux câbles. Le premier permet de relier le frein à main à un pédalier ClubSport Pedals V2, directement sur la carte , le second en RJ11 est prévu pour une connexion au V3 ou à l'adaptateur USB (non fourni malheureusement et coûtant tout de même 25¤). Et c'est tout pour le contenu.

Design et fabrication 

C'est avec confiance que l'on manipule l'ensemble. Totalement en métal, à l'exception de la poignée en mousse (véridique) et de son embout plastique, l'objet est constitué d'une base quasi-parallélépipédique en finition granit et d'un bras profilé en aluminium brillant. De nombreuses vis apparentes permettent de retirer le capot de la base pour la fixer. En clair, l'aspect brut fait partie du charme de cet ensemble, même si un peu plus de travail sur l'esthétique aurait été apprécié, surtout à ce prix.

Le frein à main peut être installé en position horizontale (par défaut) ou verticale par rapport à sa base. Cette dernière offre deux modes de fixation:

  • Par dessous avec 3 embases en M6
  • Par un des cotés du capot avec 4 trous par côté pour placer des vis adaptées à votre matériau

Ainsi, même si votre stand n'est pas prévu pour accueillir un frein à main, il est facile de se créer un support dédié. Notez tout de même que la force nécessaire pour actionner le ressort du levier est assez élevée et qu'il faut donc absolument que l'ensemble soit stable et suffisamment résistant.

 Le système doit être parfaitement fixé, quelle que soit sa position.

Le levier ne nécessite aucune alimentation séparée. La base est équipée d'une embase mini-jack pour accueillir le câble de branchement, vers l'arrière de la base quand vous l'installez comme dans une voiture de tourisme. Les câbles ont une longueur d'environ 1 mètre, ce qui ne me semble pas suffisant dans le cas où vous auriez quelques détours à faire avant d'arriver au pédalier ou à votre machine. Il est cependant assez facile de les rallonger avec un câble mini-jack mâle/femelle classique, vendu séparément évidemment

La fiche Mini-jack, est bien placée, mais le câble fourni est trop court.

Fonctionnalités

Difficile de faire plus simple. Le CS Handbrake est un frein à main analogique, ce qui se traduit par un axe en terme de contrôleur. Il n'existe d'ailleurs aucune possibilité de convertir ce signal en contact sec sans passer par une bidouille de niveau élevé (consistant à placer un bouton sous l'axe du levier, avec un contrôleur USB pour traduire son action). Il faut donc que le jeu visé soit prévu pour ce type de message et accepte qu'on utilise un axe pour la fonction frein à main... ce qui n'est malheureusement pas systématique.

 A l'intérieur, un simple mécanisme sur ressort avec un potentiomètre

 Compatibilité PS3 :

Sorti après quasiment tous les jeux de course de la PS3, le Handbrake n'est malheureusement compatible avec aucun de ceux testés, de Gran Turismo 6 à Dirt 3, et que l'on se connecte en USB ou à un volant Fanatec compatible. Même WRC 5, pourtant sorti en 2015, ne reconnait pas le périphérique.

Compatibilité PS4:

Connecté au pédalier (v3), laquelle est elle même connectée à la CS Base v2, le HandBrake est reconnu par plusieurs jeux, parmi lesquels on retrouve Project Cars, WRC 5, Dirt Rally. Au rang des absents, on peut citer DriveClub, Sebastien Loeb Rally Evo et F1 2015.

Compatibilité Xbox 360

Connecté à un pédalier Fanatec V2 et à une base compatible Xbox 360, le Handbrake peut théoriquement être reconnu par n'importe quel jeu, ce que je n'ai pu vérifier. Vos retours sont les bienvenus en commentaires.

Compatibilité Xbox One:

Aie, ça se gâte un peu. Si Project Cars offre les mêmes résultats que sur PS4, avec une bonne compatibilité et un périphérique immédiatement reconnu, la série Forza (Horizon comme Motorsport) fait carrément l'impasse. D'après Fanatec, Forza Horizon 3 devrait être compatible, lui.

Sur terre, Dirt Rally s'accommode tout à fait du frein à main quand WRC 5 ne le reconnaît pas. Et malheureusement, Sebastien Loeb Rally Evo non plus.

Notez que sur Xbox One, il faut absolument connecter son frein à main au pédalier V2/V3 de la marque, lequel doit aussi être connecté à une base compatible. Aucun support USB direct n'étant assuré par la console à ce jour.

 Compatibilité PC:

La plateforme reine pour ce genre d'accessoires ne déroge pas à la règle. Une fois le driver installé (le même que celui d'un volant Fanatec si vous vous branchez à une base ou celui commun au levier de vitesses de la marque le cas échéant), il suffit d'affecter la fonction de frein à main à l'axe proposé par le périphérique.

 Le driver ne propose aucun réglage, tout juste une visualisation de l'effet

Enfin, il suffit... c'est plus facile à dire qu'à faire. Pour qu'un jeu soit compatible, il faut qu'il gère le frein à main à valeurs variables, ce qui n'est pas forcément commun. Bon, pas de soucis pour la plupart des simulations. Assetto Corsa, Project Cars, Dirt Rally, WRC 5, répondent présent. Pour d'autres, c'est plus difficile. Ainsi, les jeux plus anciens testés ont nécessité que le pédalier (sur lequel le Handbrake est connecté) soit branché en USB et non à la base. Dans d'autres cas (les F1 notamment), ça ne fonctionne pas du tout.

Reste que les utilisateurs de volant d'autres marques devront jongler encore plus que les autres, surtout à la sortie de nouveaux titres. Car si la gestion du frein à main semble être une règle désormais, celle du multi-périphérique (permettant de brancher deux appareils avec deux drivers indépendants pour un même joueur) est loin d'être acquise.

En clair, on n'est pas face à un périphérique universel. Il faut donc compter sur une compatibilité partielle par rapport au très large catalogue de la plateforme. Néanmoins, je m'attendais clairement à pire. L'essentiel est bien là avec une compatibilité assurée sur les plus grands titres de simulation de course, particulièrement si vous jouez déjà avec du matérel Fanatec.

Sensations et Utilisation :

Après avoir apprécié le TH8A en mode "frein à main improvisé", j'attendais beaucoup du Fanatec Handbrake, ne serait-ce qu'en termes de sensations. Et il faut avouer que ça le fait, mais grave. L'effet est tout à fait réussi et parfaitement efficace. La force nécessaire pour activer le frein est raisonnablement élevée, juste ce qu'il faut pour s'y croire. La prise en main est excellente et la possibilité de doser son freinage est un plus non négligeable qui demande certes un peu de pratique, mais apporte aussi beaucoup en termes de perfomance une fois maîtrisé.

Pour chipoter, on peut quand même trouver quelques défauts comme la course du levier, un peu longue quand le jeu n'offre aucun réglage de calibration. De même, l'absence de vibration pour signaler le blocage des roues implique qu'il faut se fier à ses oreilles plus qu'à son feeling, ce qui est un peu dommage. Aussi, un mode On/Off avec seuil réglable aurait permis d'avoir une plus large compatibilité, quitte à sacrifier la précision de l'objet.

Néanmoins, malgré ces défauts, j'avoue que je ne peux plus me séparer de l'objet. Si les compétitions de drift ou les épingles à cheveux en Rallye vous ont toujours posé problème, la faute à une interface mal pensée quand on est au volant, le Handbrake est clairement la solution la plus agréable et la plus réaliste.

Verdict

Le Handbrake de Fanatec est à la hauteur de la réputation de la marque. De bonnes sensations, une fabrication et des matériaux de qualité, ainsi qu'une adéquation totale avec les autres produits de la marque. S'il permet de se la donner facilement sur PC, le faible marché qu'il représente le limite à ne fonctionner qu'avec un faible panel de titres sur console (et surtout sur Xbox One), la faute principalement à l'absence de mode ON/OFF qui aurait grandement facilité son intégration ou simplement au bon vouloir des créateurs de jeux. Mais ne boudons pas notre plaisir, les puristes équipés d'un cockpit trouveront ici un accessoire indispensable pour le drift et le rallye, offrant un niveau de précision suffisant pour apporter son lot de sensations et un véritable gain de performance, sans se prendre la tête à bricoler un contrôleur fait maison.

Les points forts:

  • De bonnes sensations, proches du véritable frein  main
  • Un véritable frein analogique
  • Une belle qualité de fabrication
  • Facilement modifiable et orientable
  • Compatible PS4, Xbox One et PC
  • Utilisable avec des volants d'autres marques
  • Bonne liste de jeux compatibles sur PC

 

Les points faibles:

  • Pas de support autre que les vis
  • Absence de mode ON/OFF
  • Câble fourni trop court
  • Faible compatibilité Xbox One
  • Pas de manuel en Français

 

Test réalisé par Olive Roi du Bocal

Note: J'essaie d'améliorer mes tests en fonctions de vos remarques. S'il vous manque des détails, des comparatifs, des tests avec un jeu particulier, signalez le moi en commentaire que je puisse y répondre. Je reste aussi super ouvert à toutes critiques ou conseils constructifs!

Vos commentaires sont les bienvenus! Et si vous n'êtes pas inscrit sur Gameblog, vous pouvez me laisser vos messages sur Facebook ou sur Twitter... ou simplement vous inscrire ici, ça ne prend qu'une minute!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

  
Signaler
Le journal du Hardware (Jeu vidéo)

Logitech a dominé le monde des volants de course pendant plus d'une génération. Des Driving Force au G25, puis au G27, ces modèles ont montré une voie aussi technologique que commerciale, avec une qualité générale et un rapport qualité prix toujours au top. Puis est venu l'abandon des consoles et une période creuse qui a vu la concurrence prendre place sur le marché. Un an plus tard, nouvelle volte face, avec un modèle pour chaque machine du moment. Mais avec une stratégie aussi peu claire, peut on espérer un retour dans le coeur des joueurs?

Le G920 est un volant à retour de force dédié aux machines Microsoft, à savoir le PC sous Windows et la Xbox One. Très proche du G29 (qui lui est compatible PS3 / PS4 / PC), il en partage une bonne partie du design et des caractéristiques. Sorti à 399¤, il se place en face du TX de Thrustmaster, avec un véritable pédalier métal, issu de l'ancienne génération et reconnu pour ses qualités. Quant au levier de vitesses, il passe en option à 59¤, de quoi faire râler les habitués de la marque qui, en plus de voir leurs anciens modèles inutilisables sur consoles de nouvelle génération, doivent en plus supporter une hausse générale des tarifs chez Logitech.

On déballe

Le volant débarque dans un joli carton couleur, doublé et parfaitement réutilisable pour le rangement et le transport. Ceux qui avaient en souvenir celui du G25/27 pourront se rassurer: l'absence de levier permet de ranger son volant beaucoup plus facilement. A l'intérieur, on trouve donc le volant et sa base (les deux sont indissociables), le pédalier 3 pédales, l'alimentation et une courte notice de montage. Malheureusement, chez Logitech, la tendance semble être à la réduction d'informations papier car il faut aller chercher du côté du support en ligne pour obtenir un minimum d'informations. Heureusement, avec le temps, Logitech a développé ses FAQ et donne désormais toutes les informations nécessaires au montage, au branchement et à l'utilisation de son volant... et le tout en français.

Design et Fabrication

Oh qu'il est beau. Un point sur lequel le G920 est inattaquable: sa finition. Que l'on parle du volant ou du pédalier, le niveau de fabrication est exceptionnel, choix des matériaux inclus. Si la base est évidemment carénée en plastique, les matières nobles prédominent tout autour. Ainsi, le volant est gainé de cuir avec de belles coutures apparentes (auxquelles il faut d'ailleurs un peu s'habituer). Finement texturé sur les côtés, avec des trous réguliers pour l'aération, il se montre plus lisse en haut et en bas de la roue. Cette dernière, avec un diamètre de 27,7 cm au plus large, n'est pas tout à fait ronde. En plus de deux ergots au niveau des pouces on peut voir une concavité d'1 cm sur sa partie basse, comme dans une Ferrari moderne mais en plus marqué. Une bague métallique, un peu trop discrète, indique aussi la partie haute de la roue.

Le G920 conserve l'armature métallique centrale de ses ancêtres, en y ajoutant une peinture noire légère, et offre une ergonomie totalement repensée avec une batterie de commandes adaptées à la Xbox One. Ainsi, la croix directionnelle et les boutons A, B, X, Y sont placés sur une pièce plastique parfaitement immobile, juste au dessus de l'axe horizontal. La croix est souple et légèrement floue (mais rien de gênant, au contraire) quand les boutons offrent une action plutôt douce, tout le contraire des touches View, Menu, LSB et RSB, beaucoup plus sèches. Reste le bouton Xbox, accompagné d'une LED témoin, placé sous l'énorme pièce de serrage centrale avec le logo moderne de la série Gaming du fabricant. On remarque tout de même que le G920 n'offre pas autant de fonctions que son homolgue PS3/PS4/PC, le G29. La faute principalement à une Xbox One qui reste limitée en possibilités pour les volants et qui impacte donc aussi les joueurs PC. Ainsi, exit la roulette de sélection et les touches + et -, adieu l'indicateur de régime moteur à LEDs, plus la perte des clics de sticks, remplacés ici par les Home et View. 

Les palettes rotatives sont entièrement métalliques, en aluminium pour être précis. Larges et bien placées, leur action est un peu plus longue et lente que chez Thrustmaster, mais demande moins de pression. Rien de rebutant, tout étant une question d'habitude. L'essentiel est bien là avec un clic net et assez sonore.

La connectique du G920 se trouve sous sa base, comme pour les G25/27/29. Un plus pour les utilisateurs de cockpits maison souhaitant faire disparaître toute trace de câble en passant par dessous, mais pas forcément un avantage pour ceux qui doivent régulièrement désinstaller et réinstaller leur volant. En effet, il faut faire bien attention à chaque opération à ce que les câbles soient bien dans leur guide à l'avant, histoire de ne pas les pincer au serrage. On peut aussi reprocher à Logitech d'avoir encore fait le choix d'une alimentation déportée, même si le boitier externe reste relativement compact. De même, la connexion USB se fait par un câble non-amovible ce qui, en cas de détérioration, reste difficile à réparer (comme chez Thrustmaster d'ailleurs). Par contre, bon point pour la connectique du pédalier (ou du levier optionnel) qui reste en DB9, donc à toute épreuve. Surtout que le système de passage de câbles empêche toute action de force sur les prises et permet d'en ajuster la longueur.

Le serrage reste identique à la génération précédente, avec deux pattes montées sur vis et vissage par le haut, sans outil. Ce n'est rien d'autre que le meilleur système actuellement en place, à la fois rapide, discret et à l'épreuve d'un maximum de surfaces (bon, comme d'hab, sur du verre, ça peut se décaler lors des grands mouvements en force). Evidemment, une fixation par vis sur support est toujours possible grâce à 2 embases en M6 (dont le placement est compatible avec la plupart des supports du marché), sachant qu'il est tout à fait possible d'y ajouter le serrage intégré, pour plus de stabilité.

Passage de câble et serrage restent identiques aux G25 et G27

Côté pédalier, on retrouve exactement celui qui avait fait la gloire du G25, à quelques micro-détails près. Le chassis est donc métallique, de même que les pédales et leur bras. Le carénage, en plastique dur, est texturé pour assurer une bonne stabilité des pieds. En dessous, on a droit au système de griffe qui améliore grandement la resistance sur tapis ou moquette. Le câble de connexion à la base reste à l'arrière, ce qui est clairement un problème. En effet, dans le cas où l'on voudrait "bloquer" le pédalier par une cale, celle ci se retrouverait derrière le pédalier... or la sortie de câble y est. De plus, le carénage du pédalier est légèrement arrondi à cet endroit, ce qui facilite encore moins le montage. Le T3PA de Thrustmaster a bien analysé et corrigé ces deux défauts et il serait bien que Logitech s'y mette aussi. Sinon, les 3 pédales offrent bien 3 résistances différentes, mais sans réglage fin possible (n'en demandons pas trop quand même, je rappelle qu'il s'agit là d'un modèle inclus dans le pack de base!). Soyons clair, l'accélérateur est léger et rapide. Il manque un tout petit peu de retour sous les pieds et de réactivité (on chipote franchement, mais c'est un fait). Le frein offre bien deux phases, comme dans les vraies voitures, bien qu'il reste un peu imprécis. L'embrayage est encore plus léger que l'accélérateur et remplit parfaitement son rôle. Chacun des repose-pieds peut être décalé grâce à un jeu de vis, mais l'orientation des pédales n'en change malheureusement pas l'angle. Les moddeurs seront néanmoins contents d'apprendre que ce pédalier peut être mis en position GT (donc pédales fixées par le haut) comme son prédécesseur. Cette modification n'est pas prévue officiellement par le constructeur mais les tutoriels des pédaliers des G25 et G27 sont tout à fait applicables ici.

Un beau pédalier inclus dans le pack avec à droite la griffe pour moquette

Quant au levier de vitesses, il est vendu séparément et fera donc l'objet d'un test séparé. De quoi alimenter le bad buzz pour les habitués de la marque puisqu'en fin de vie, le G27 se trouvait facilement à moins de 200¤, avec son levier.

Fonctionnalités:

Avant tout, il est important de rappeler qu'un volant tel que le G920 est équipé d'un firmware modifiable et qu'il est donc conseillé de le mettre à jour dès la réception. Ce faisant, vous éviterez les défauts de jeunesse de votre accessoire et assurerez un comportement optimal. La mise à jour se fait exclusivement sur PC. Il n'existe pas de système d'update depuis la Xbox One, ni depuis un autre OS que Windows. Cette mise à jour du firmware est incluse dans le driver PC du volant, commun à tous les produits Logitech récents, à savoir l'Assistant pour Jeux Vidéo de Logitech.

Allons y pour les schémas habituels, en version Xbox One et PC, histoire d'avoir une vue détaillée des fonctions par plateforme.

 Cliquez sur les images pour les voir en grand

Limitations de la Xbox One oblige, les touches LSB et RSB ne sont pas reconnues sur cette plateforme. On se retrouve donc avec les 4 boutons classiques et les palettes comme seuls touches d'action. Evidemment, il n'en est rien sur PC où l'ensemble des touches sont reconnues et fonctionnelles. Il n'y a aucun système de remapping ni calibration et le passage d'une plateforme à l'autre se fait naturellement, sans manipulation. La rotation du volant est de 900° et ne peut être modifiée depuis le volant. La motorisation est basée sur un moteur standard (entendez par là qu'il ne s'agit pas d'un moteur brushless, sans balais, et je vous renvois à wikipédia pour comprendre la différence) avec un entraînement par engrenage hélicoïdal, ce qui implique des réactions plus vives et marquées que la concurrence.

Pour finir, l'absence d'Auto-clutch comme sur les volants Thrustmaster, ce qui se justifie par la présence de la pédale d'embrayage sur le pédalier. En clair, si vous voulez les points de bonus pour cette fonction dans Forza, il faudra réellement l'utiliser.

 Compatibilité PS3 :

Malheureusement, la PS3 ne reconnait pas le volant, ni dans ses menus, ni dans aucun de ses jeux.

Compatibilité PS4:

Malheureusement, la PS4 ne reconnait pas le volant, ni dans ses menus, ni dans aucun de ses jeux.

Compatibilité Xbox 360

Malheureusement, la XBOX 360 ne reconnait pas le volant, ni dans ses menus, ni dans aucun de ses jeux.

Compatibilité Xbox One:

Officiellement supporté par la Xbox One, le G920 fonctionne comme une manette, dans les menus de la console ou de n'importe quel jeu. Il est aussi exploitable dans tous les jeux de course supportant un volant puisque la console utilise un driver générique.

Testé dans Forza 5 et 6, le volant est immédiatement utilisable et toutes ses fonctions sont bien reconnues (à l'exception des touches LSB et RSB comme expliqué plus haut). Le niveau des forces est correct mais parfois déséquilibré avec des vibrations régulièrement trop présentes par rapport au retour de force. Il est malheureusement impossible de régler ces détails depuis la console ou depuis le jeu.

Dans Project Cars, les réglages internes au jeu permettent d'affiner les réactions, ce qui donne de bien meilleurs résultats. Par défaut, le niveau des différentes forces est un peu élevé mais peu être ajusté à souhait.

Tous les jeux testés sur la console ont répondu positivement au volant, avec plus ou moins de succès quant aux sensations (ce qui est normal et habituel). Ainsi, Forza Horizon 2, F1 2015, WRC 5, Dirt Rally ou Sebastien Loeb Rally Evo sont tous parfaitement jouables avec un G920 (à jour, j'entends). On regrette simplement l'absence de réglage de la rotation, contrairement à ce que proposent Thrustmaster ou Fanatec, ce qui aurait permis d'améliorer largement l'expérience dans certains cas.

 Compatibilité PC:

La compatibilité PC se fait grâce à l'assistant pour jeux vidéo de Logitech, que vous avez déjà probablement installé si vous possédez ne serait-ce qu'un périphérique récent de la marque. S'il est à jour, il devrait vous proposer immédiatement une version plus récente du firmware de votre volant. 

Le pilote propose la panoplie habituelle de fonctions, avec création et importation de profils par jeu, calibration du volant et de chaque pédale. Dommage tout de même que ces profils ne puissent être intégrés directement dans la mémoire du volant, avec possibilité d'utilisation sur Xbox One. Néanmoins, difficile de prendre le G920 en défaut sur PC puisqu'il est compatible avec la quasi totalité des jeux du genre. Ainsi, Project Cars, Assetto Corsa, F1 2015, Dirt Rally, Dirt 3, WRC5 et Sebastien Loeb Rally Evo se sont montrés parfaitement jouables, pour peu qu'on leur créé un profil adapté.

Néanmoins, il faut noter que plusieurs options manquent comme le réglage indépendant des différentes forces (vibration, retour au centre, traction) ou la plage de réaction des pédales. De même, celles présentes auraient mérité une meilleure traduction, voire un minimum d'explication quant à leur impact sur la conduite. On ne boude cependant pas son plaisir, l'interface du logiciel étant agréable et facile à utiliser.

Sensations et Utilisation :

Dès les premiers virages, on reconnait les sensations d'un G27. C'est certes un peu plus précis, mais entre les mains comme sous les pieds, on obtient les mêmes qualités et les mêmes défauts. Si le volant est vif et réactif, avec une belle puissance à nous offrir, il est aussi régulièrement trop brusque, éxagérant certains effets à l'extrême et en occultant d'autres. Ainsi, une voiture qui dérape légèrement en courbe se traduit par des à-coups rapides, plus ou moins violents, très peu réalistes, alors qu'un choc contre un adversaire ou un drift se résume régulièrement par une absence de force provenant du volant. On retrouve ces phénomènes quelle que soit la plateforme et quel que soit le jeu, avec plus ou moins d'amplitude. Pourtant, difficile d'incriminer le choix de motorisation, le T500RS proposant grosso modo les mêmes technologies avec des résultats bien meilleurs. 

De même, on remarque rapidement qu'un angle mort central vient empêcher toute précision en ligne droite, surtout que le retour de force s'active et se désactive à chaque fois que l'on atteint la limite de cet angle. Si ce comportement peut sembler naturel au volant d'une GT équipée d'une conduite assistée, il ôte tout réalisme en Rallye ou en petite monoplace, quand la direction est gérée en direct et sans volonté de donner du confort au pilote. Malheureusement, même les réglages offerts par un Project Cars ne peuvent venir à bout de cette zone floue et c'est bien dommage car tous les autres indicateurs sont au vert: le confort est indéniable, la puissance de la motorisation est largement suffisante et le pédalier s'approche sans problème de modèles vendus séparément à au moins 100¤ chez le concurrent.

Ainsi, si le G920 souffre de la comparaison avec le TX de Thrustmaster ou le CS Base v2 de Fanatec, il s'avère aussi être un bon partenaire de course, ses défauts n'étant pas rédhibitoires et ne demandant qu'un peu d'habitude et d'anticipation. Par rapport à un TMX, il offre un joli gain de puissance et surtout un confort largement supérieur. En gros, il devrait vous faire les bras sans que ça ne soit vraiment désagréable.

Verdict

Logitech ne prend pas la tête de la course sur Xbox One/PC, mais reste une option sérieuse et cohérente. Avec une belle qualité de fabrication et des matériaux nobles, ainsi qu'un pédalier en phase avec son volant, le G920 est un ensemble satisfaisant pour son prix. Reste qu'il se retrouve aujourd'hui pris en tenaille par la gamme Thrustmaster avec d'un côté un TX, certes plus cher avec le pédalier 3 pédales mais aussi meilleur en termes de sensations, et de l'autre un TMX, plus abordable et moins beau, mais ne manquant pas de qualités. Une position inconfortable que quelques défauts de conception et de communication amplifient largement. On regrette particulièrement la sensation de centre mou et les réactions parfois brutales, ainsi que l'impossibilité de régler l'angle de braquage depuis le volant. Et il faut avouer que l'absence de levier de vitesses dans le bundle, avec une augmentation du prix en prime, a un peu de mal à passer. En clair, le résultat n'est pas mauvais, loin de là, mais on s'attendait à mieux de la part du fabricant.  

  Les points forts:

  • Une belle qualité de fabrication
  • Un combo volant/pédalier bien équilibré
  • Le toucher des boutons et de la croix
  • Un volant puissant et réactif
  • Le système de fixation et le passage de câbles, toujours aussi efficace

 

Les points faibles:

  • Quelques réactions aberrantes
  • La sensation de centre mort
  • Pas de réglage de la sensibilité depuis le volant
  • Manque certaines fonctions du G29

 

Test réalisé par Olive Roi du Bocal

Note: J'essaie d'améliorer mes tests en fonctions de vos remarques. S'il vous manque des détails, des comparatifs, des tests avec un jeu particulier, signalez le moi en commentaire que je puisse y répondre. Je reste aussi super ouvert à toutes critiques ou conseils constructifs!

Vos commentaires sont les bienvenus! Et si vous n'êtes pas inscrit sur Gameblog, vous pouvez me laisser vos messages sur Facebook ou sur Twitter... ou simplement vous inscrire ici, ça ne prend qu'une minute!

Retrouvez tous mes tests de volants en une seule page :

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

  
Signaler
Le journal du Hardware (Jeu vidéo)

Bon, je vous la fais rapide parce que le communiqué de presse est trop long à décortiquer! Tritton annonce 2 gammes de casques pour la fin de l'année. Oubliez la muti-compatibilité du Katana HD, là on parle de casques dédiés répartis sur deux séries, les ARK 100 et les ARK 300.

Les premiers sont filaires et se déclinent en version PS4 ou PC ou Xbox One (3 modèles séparés donc). Les ARK 300 sont sans fil, avec technologie 7.1 virtuel et il vous faudra choisir entre une version PS4/PC et XboxOne/PC. Ces derniers auront droit à une base proche de celle du Katana HD, récupérant le signal HDMI (et jusqu'en 4K) pour traiter le signal en surround, mais servant aussi de base de charge pour le casque.

Parmi les fonctions que met en avant la marque, on trouve aussi:

  • Une histoire d'Audionomics, pas très claire, censée régler à la fois le confort du casque et la qualié audio
  • Une gestion en deux voies du signal, avec un HP pour les basses/medium et un (ou deux pour la série 300) pour les aigus.
  • De la lumière colorée (youpi) qui change de couleur en fonction des mouvements, avec un accéléromètre donc.

Et tout ce beau monde devrait être disponible pour les fêtes de fin d'année, histoire d'avoir une chance de se retrouver sur votre liste du Père Noël. En attendant, le prix de ces casques n'a pas été révélé et j'espère sincèrement pouvoir en réaliser un test complet avant que les cadeaux ne se trouvent sous le sapin.

Olive

Vos commentaires sont les bienvenus! Et si vous n'êtes pas inscrit sur Gameblog, vous pouvez me laisser vos messages sur Facebook ou sur Twitter... ou simplement vous inscrire ici, ça ne prend qu'une minute!

Voir aussi

Plateformes : 
PC, Xbox One, PS4
Sociétés : 
Mad Catz, Tritton
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

  
Signaler
Le journal du Hardware (Jeu vidéo)

Fanatec, c'est ce fabricant à part qui propose du matériel compatible avec toutes les plateformes modernes, à un prix élevé, pour un niveau de qualité hors du commun. Alors évidemment, lorsqu'ils nous vendent un levier de vitesses à 260¤, on s'attend à avoir le top du top. Et c'est ce que je vérifie pour vous dans ce test.

A l'instar du TH8A de Thrustmaster, le ClubSport Shifter SQ est un modèle de levier de vitesses fonctionnant soit en boîte H, soit en séquentiel. Compatible avec tous les volants et bases Fanatec (équipés d'un port pour levier), il peut aussi se connecter en USB avec un adaptateur optionnel, histoire d'être utilisé indépendamment. Avec un tel prix de vente, il se destine aux joueurs assez passionnés pour investir dans du matériel cher, avec une attente évidente de qualité de fabrication comme de niveau de performances.

Emballage et contenu

Comme tous les produits Fanatec, le Clubsport Shifter SQ est livré dans un carton de suremballage, dans lequel on retrouve un carton coloré. A l'intérieur de ce dernier, la protection du matériel est totale. Une mousse dense est découpée pour accueillir l'ensemble des éléments et accessoires fournis, à savoir la base du levier avec le pommeau boule monté par défaut, un pommeau allongé supplémentaire pour le mode séquentiel, un câble RJ12/RJ12 pour les bases de volant Fanatec modernes, un câble RJ12/MiniDIN-6broches, et 6 écrous cage pour le montage par les côtés. Aucune notice ne vient supporter le joueur dans son installation. Celle ci se retrouve néanmoins sur le site du fabricant, au côté des drivers et des plans de perçage pour les possesseurs de cockpit maison. Par contre, comme d'habitude avec Fanatec, les documents disponibles sont en Allemand ou en Anglais. Pas de version Française.

Un emballage à la fois pratique et protecteur

Aussi, on est étonné de ne voir aucun système d'accroche inclus, celui prévu pour le CS Shifter SQ étant disponible en option pour 40¤ sur le site de Fanatec. Cet élément est pourtant quasi obligatoire pour qui veut adapter son levier à un cockpit n'ayant pas de support prévu (à moins d'être prêt à percer votre support). Heureusement, ce "Table Clamp" est parmi les plus efficaces et versatiles qui soit. Il peut s'installer dans à peu près toutes les positions, avec un serrage très efficace et un passage de câble idéalement placé. Tout au plus peut on lui reprocher sa taille et particulièrement sa hauteur, légèrement inutile.

Difficile de prendre ce système de fixation en défaut

Autre absence remarquable, l'adaptateur USB qu'il faudra acquérir après avoir déboursé 25¤ supplémentaires (et plus avec les frais de port si vous l'avez oublié à la commande initiale). C'est pourtant un élément obligatoire si vous ne jouez pas sur un volant Fanatec car lui seul permet de brancher son levier indépendamment, sans passer par un autre élément Fanatec.

Design et fabrication 

Le ClubSport Shifter SQ est grand, lourd et respire sincèrement la qualité, à un niveau incomparable avec la concurrence. Le bloc qui renferme la mécanique du levier est entièrement composé de métal, sur ses 6 faces. Contrairement au TH8A, la surface de déplacement du levier est courte et serrée, la moitiée de la longueur du levier étant à l'intérieur du boîtier. En résulte un rendu beaucoup plus proche de la réalité et une action beaucoup plus rapide.

Le boitier est massif est lourd, mais aussi magnifiquement bien fabriqué

On salue la présence des deux types de pommeaux, sachant en plus que la tige en M12 est standard et peux donc accueillir la plupart des modèles du marché. Si la boule ronde s'adapte parfaitement à une utilisation en boite H, celle plus allongée et lourde sera utilisée pour le mode séquentiel. Le passage d'un type à l'autre se fait en moins d'une minute, ce qui est idéal en cas de changement de voiture en jeu. Surtout que le levier possède deux boutons à tirette pour basculer du mode H au mode séquentiel. Là encore, c'est beaucoup plus pratique qu'avec le TH8A puisqu'il suffit d'une seconde pour changer de mode. Il faut simplement penser, lors de l'installation, à ne pas obstruer ces manettes, car elles sont toutes les deux nécessaires à ce changement.

 

 Le passage du mode H au mode séquentiel est un jeu d'enfant

La connexion du ClubSport Shifter SQ se fait à l'avant, via une embase RJ12 classique. Bien que ce type de connecteur soit un peu fragile, il est tout à fait facile à remplacer. Sous la base, on retrouve 4 emplacements M6 pour la fixation par le bas, ainsi que les 4 vis à retirer pour placer les écrous cage (pour la fixation latérale ou de face).

 Le ClubSport Shifter SQ peut être fixé par chacune de ses faces

Notez qu'il est aussi possible de régler avec précision la résistance du levier avec une clé Allen (5mm) sur la face gauche du boitier. Par contre, par d'orientation du levier à la volée, comme le propose le TH8A. 

Fonctionnalités

Une fois connecté au volant (ou à l'adaptateur USB optionnel), le levier doit absolument être calibré. Cette opération se fait soit directement depuis votre volant, soit depuis le driver PC. Elle permet de s'assurer du bon fonctionnement des 8 rapports disponibles.

Le mode boite H a un fonctionnement des plus intelligents. En effet, les rapports de 1 à 6 sont accessibles directement. La septième vitesse nécessite d'appuyer sur le levier et de pousser vers la droite. De même que la marche arrière, qui est accessible avec cette manipulation vers la gauche. Ainsi, la confusion entre les vitesses que l'on retrouve avec le TH8A n'est pas présente ici. Sachant que les voitures à 7 rapports sont plutôt rares, cette manipulation (qui fait tout de même perdre un peu de temps) permet d'optimiser l'utilisation des 6 premiers rapports.

Pour finir, le mode séquentiel est basique, même si la sérigraphie reste celle de la boite H. Malheureusement, la plupart des jeux ne gèrent pas le double bouton par fonction, et ce mode est donc réservé à ceux qui acceptent de sacrifier les palettes du volant puisqu'il est impossible, comme chez Thrustmaster, de lier ces actions.

 Compatibilité PS3 :

Connecté à une ClubSport Base (v2) à jour, le shifter fonctionne comme celui du G25 (en fait c'est la base Fanatec qui se fait passer pour ce volant). On a donc des résultats similaires avec la plupart des jeux qui reconnaissent bien les différentes fonctions, en H comme en séquentiel. Attention tout de même, sur cette plateforme, le passage d'un jeu à l'autre peut nécessiter de redémarrer le volant (ce que je vous conseille de faire systématiquement car la boîte H peut ne pas être reconnue, particulièrement avec GT6).

En boîte H, la 7 ème vitesse est inexistante, puisqu'elle n'est physiquement pas présente sur le levier du G25. En séquentiel, les rapport + et - correspondent aux touches R1 et L1 (soit les mêmes que les palettes. Il est donc possible de passer de l'un à l'autre à la volée, mais impossible d'attribuer une fonction supplémentaire au shifter.

Lorsqu'il n'est pas connecté à un volant Fanatec, le ClubSport Shifter SQ n'est pas compatible avec la PS3 qui ne le reconnaît pas.

Compatibilité PS4:

Connecté à une base Fanatec compatible:

Testé d'abord sur Project Cars, en mode H et après une petite calibration, tout s'est parfaitement bien passé. Les 7 vitesses sont accessibles sans aucun problème et l'on peut toujours utiliser les palettes. Avec le mode séquentiel, tout fonctionne sans problème, mais il faut choisir entre palettes et levier, les deux ayant les mêmes fonctions. Il est néanmoins possible d'utiliser les palettes pour les vitesses et le levier pour... le frein à main par exemple.

Dirt Rally est le meilleur exemple qui soit sur ce support. On peut activer indépendamment les palettes ou le levier de vitesses, à l'intérieur du profil. On peut même utiliser les deux, ou du moins laisser le choix au jeu en fonction du véhicule. Ainsi, en séquentiel, le levier fonctionne parfaitement. De même en boîte H où les 7 rapports sont reconnus.

Dans F1 2015, Sebastien Loeb rally Evo, même résultats avec plus ou moins de réglages disponibles. WRC 5 reconnaît bien le levier, en H comme en Séquentiel, mais seule l'utilisation séquentielle est applicable au jeu. En clair, le Shifter est bien compatible avec toutes les simulations de la console. Seuls DriveClub et The Crew semblent exclus.

Connecté en direct avec l'adaptateur USB:

Si vous utilisez une autre marque de volant, les choses vont se compliquer grandement puisqu'aucun jeu n'a accepté le levier en simultané de mon T300RS, ni même de mon Clubsport Base V2 avec shifter en USB. Pourtant, WRC 5 annonce bien sa compatibilité avec le périphérique en direct... ce qui ne se vérifie pas dans les faits.

Compatibilité Xbox 360

Malheureusement, la XBOX 360 ne reconnait pas le levier de vitesses en USB. Je n'ai plus de volant Fanatec compatible avec la console et vos retours sont donc les bienvenus.

Compatibilité Xbox One:

Sur Xbox One, le ClubSport Shifter n'est compatible que connecté à un volant Fanatec compatible. Il fonctionne alors avec la plupart des jeux de course de la console, du moins en séquentiel. En boîte H, Project Cars, Forza 5 et 6, Forza Horizon 2, et Dirt Rally ont bien réagi. WRC et F1 2015 ont bien reconnu le levier, mais ne permettent pas l'utilisation de boite en H.

 Compatibilité PC:

Nous voici sur la "reine des consoles" en termes d'accessoires de course. C'est en tout cas sur PC Windows que le shifter s'exprime le plus facilement. Le driver de Fanatec permet de gérer simultanément les volants et leurs accessoires, avec presque rien en réglages pour le levier. Mais le calibrage est là et c'est l'essentiel.

 

Si les vitesses sont gérées par un capteur progressif, elles sont converties en données de contact vers l'ordinateur. On a donc bien une série de boutons correspondant à chaque rapport.

Connecté à une base Fanatec compatible:

Dans ce cas, la compatibilité est maximale. Pour peu que le jeu gère une boîte H et que votre volant soit reconnu, aucun problème pour utiliser le levier, quel que soit son mode. En général, la boite séquentielle se substitue aux palettes et il est rare de trouver un jeu permettant de cumuler les deux contrôles pour une même action. Ce n'est pas le cas avec la boite H qui s'additionne généralement à l'utilisation des palettes. 

Connecté en direct avec l'adaptateur USB:

Si la liste des jeux compatibles est plus limitée, on y trouve néanmoins les meilleurs jeux du moment. Ainsi, Project Cars, Assetto Corsa, iRacing, Dirt Rally et WRC5 ont répondu présent. Idem avec Mame qui permet de mapper chaque vitesse à son homolgue virtuel.

Sensations et Utilisation :

Nous voilà, installé au volant d'une grosse voiture, la main sur le levier de vitesses, prêt à en découdre avec une boîte H. Si vous lisez mes tests régulièrement, vous savez probablement que je ne suis pas fan du système de boîte déportée, tout en reconnaissant l'apport de sensations évident qu'il offre. Et après une première réconciliation, avec l'aide du TH8A, voilà que le ClubSport Shifter SQ enfonce le clou. Je m'explique. Déjà, la fixation du boîtier est à toute épreuve (pour peu que votre cockpit le supporte), que l'on utilise le "Clamp" optionnel ou que l'on se fixe directement au support. Dans les deux cas, ça ne bouge pas, que les gestes soient précis ou brusques.

En boîte H, les rapports sont presque naturels. Presque, parce qu'il faut des heures de jeu avant d'être aussi efficace au levier qu'avec les palettes, la faute à des passages de rapport manquant un peu de souplesse. On est ici dans un ressenti bien différent de ce que propose le TH8A de Thrustmaster. Le ClubSport Shifter est plus rapide, plus facilement réglable, mais ne pardonne pas les erreurs de mouvement. Il faut donc être précis pour décrocher une vitesse, comme pour en enclencher une autre.

A ça s'ajoute la gestion des 8 rapports (7 + Marche arrière). Puisque la 7 ème vitesse demande à ce qu'on appuie sur le levier, elle porte avec elle une qualité et un défaut. La qualité, c'est qu'on ne confond plus la 5 ème vitesse et la 7 ème, comme ça peut être le cas avec le TH8A. Le défaut, c'est qu'enclencher la 7 ème dans un temps raisonnable demande un skill certain, pas si facile à acquérir. C'est pourtant cette version qui me semble la plus efficace, la 7 ème étant un rapport réservé à un certain type de voitures... lesquelles se gêrent normalement aux palettes (surtout que c'est un choix imposé par certains jeux). Au final, on s'en sert donc assez peu.

En boîte séquentielle, avec le pommeau dédié, c'est un régal. On peut à peine reprocher que l'enclenchement soit physiquement un peu loin, mais c'est une habitude qu'on prend rapidement et honnêtement, ça participe grandement à l'immersion. Surtout que le réglage de tension, assez facile à utiliser, permet d'adoucir cette sensation. Autre petit point de détail, il y a une très légère différence de tension entre les rapports + et -. Une différence qui s'amplifie quand on augmente la résistance du levier mais qui reste à peine perceptible (et totalement invisible quand on est dans la course).

Verdict

Difficile de prendre le Shifter SQ en défaut. Il est certes volumineux et lourd, pas forcément adapté à tous les supports (surtout livré sans système de montage universel), et plutôt cher, mais il offre un niveau de prestations très élevé, pour un confort de jeu indéniable. Le passage d'un mode à l'autre, à la volée, est un avantage certain par rapport à la concurrence, particulièrement dans les jeux qui imposent le séquentiel pour les véhicules modernes. Les joueurs consoles apprécieront son haut niveau de compatibilité, pour peu qu'il soit connecté à un volant Fanatec. Ceux qui pratiquent la course virtuelle sur PC auront en plus le choix des armes, grâce à un adaptateur USB ouvrant la voie des autres marques de volants, sans difficulté.

    Les points forts:

  • De très bonnes sensations
  • Une qualité de fabrication très élevée
  • Les modes H et séquentiel à la volée
  • La compatibilité consoles avec un volant Fanatec
  • Utilisable avec des volants d'autres marques sur PC
  • Grosse liste de jeux compatibles
  • Le pommeau "séquentiel" fourni
  • Le réglage de tension facile d'accès

 

Les points faibles:

  • Boîte H qui demande de l'entraînement
  • La 7 ème vitesse difficile d'accès
  • La taille et le poids
  • Connexion USB et support universel vendus séparément
  • Notice papier absente et informations en ligne en Anglais

 

Test réalisé par Olive Roi du Bocal

Note: J'essaie d'améliorer mes tests en fonctions de vos remarques. S'il vous manque des détails, des comparatifs, des tests avec un jeu particulier, signalez le moi en commentaire que je puisse y répondre. Je reste aussi super ouvert à toutes critiques ou conseils constructifs!

Vos commentaires sont les bienvenus! Et si vous n'êtes pas inscrit sur Gameblog, vous pouvez me laisser vos messages sur Facebook ou sur Twitter... ou simplement vous inscrire ici, ça ne prend qu'une minute!

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

  
Signaler
Le journal du Hardware (Jeu vidéo)

La présentation de Gran Turismo Sport à Londres n'avait pas révélé toutes ses surprises. En effet, Thrustmaster a discrètement présenté un nouveau modèle, à la conception vraiment différente de ce qui se fait habituellement.

Ce modèle, visible sur le Showfloor dans une vitrine fermée, n'a pas encore été essayé par la presse. Difficile donc de dire si sa conception et même son design sont définitifs, mais les indices qu'il nous offre sont des plus intéressants, à commencer par son design général.

L'axe du moteur semble être bien plus long que sur les modèles actuels, avec une base qui paraît bien plus volumineuse. On peut y voir les connecteurs actuels de la gamme Thrustmaster avec celui des pédaliers et celui du levier de vitesses côté droite. A gauche, le port USB (donc avec un câble amovible) et un port qui semblerait présager d'une alimentation externe. Quant à cette énorme pièce centrale, difficile de dire si elle possède une utilité propre ou s'il s'agit simplement d'un élément de design. En tout cas, il semblerait que l'on soit en présence d'un modèle à entrainement direct (avec moteurs brushless?).

La roue de volant se montre encore plus intéressante, avec sa finition métal et cuir. Déjà, au centre, un immense logo GT montre que le volant devrait être officiellement celui qui accompagne la sortie de GT Sport. 4 molettes, couleur métal, entourent l'axe de rotation. Tous les boutons de la manettes PS4 sont présents, y compris les sticks analogiques (juste sous les molettes du haut), une première pour un volant. Restent les palettes, qui semblent plus petites que sur les modèles actuels et devraient suivre la rotation de la roue.

Je vous propose de regarder la vidéo de la team Veni Vidi Vici si vous voulez vous faire une meilleure idée des dimensions de la bestiole.

Et voici quelques mots de Kazunori Yamauchi, récupérés par GTPlanet:

“I always felt with other wheels that something was wrong – that something was off. When we actually used the torque meter to measure the torque on those other steering wheels, there were some that had a high peak but would then drop off – they would only give the torque in spikes. So we went and redesigned it so that the torque delivery is linear.

Even when you play with the wheel for hours at a time, the torque delivery will remain stable.”

Ce qui se traduit par:

"J'ai toujours trouvé qu'il y avait quelque chose de "faux" avec les autres volants., ue quelque chose n'était pas juste. Quand nous mesurions le couple des autres volants à retour de force, nous avions parfois des pics élevés puis des chutes rapides - ils ne donnaient du couple que par accoups. Alors nous avons tout re-designé pour que le couple soit plus linéaire."

Quant au prix, aucune annonce officielle pour le moment, mais aucun doute là dessus, nous devrions en savoir plus très prochainement. A votre avis, combien faudra-t-il débourser pour un tel modèle? Et est-ce que son design et ses fonctions vous intéresse?

Olive Roi du Bocal

Note: Images issues de Caradisiac et Teamvvv

Vos commentaires sont les bienvenus! Et si vous n'êtes pas inscrit sur Gameblog, vous pouvez me laisser vos messages sur Facebook ou sur Twitter... ou simplement vous inscrire ici, ça ne prend qu'une minute! 

 

Voir aussi

Jeux : 
Gran Turismo 7, Gran Turismo Sport, TMX Force Feedback
Plateformes : 
PS4
Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Le journal du Hardware (Jeu vidéo)

La guerre du côté des casques gamers fait rage avec un développement massif des modèles en surround virtuel, une technologie software censée offrir un gain d'immersion et de performance. Mais si le marketing ne s'est pas trompé sur la force de vente de l'argument, qu'en est-il en réalité? Et bien aujourd'hui, c'est le Katana HD 7.1 qui met à l'épreuve sa propre innovation et la promesse d'une compatibilité extra-large. Reste à voir ensemble s'il est vraiment le parfait partenaire des gamers.

Le Katana HD de Tritton est un micro-casque sans fil, présentant une compatibilité avec de nombreuses plateformes, à commencer par le PC, la Xbox One, la PS4, la PS3, mais aussi les lecteurs Bluray classiques, les tablettes et les smartphones. Sa force, utiliser le signal HDMI pour récupérer l'audio multicanal de n'importe quel source. Sur le papier, c'est donc la promesse d'un casque quasi-universel, orienté certes pour les gamers, mais qui se verrait bien nous offrir une belle expérience cinéma ou musique. Evidemment, un tel niveau de fonctions se paye et son prix de lancement de 200¤ le place parmi les modèles les plus chers du marché console.

Fabrication et fonctionnalités

On commence avec un unboxing classique, que je vous propose en vidéo comme à l'écrit. (J'y dis deux trois petites bêtises que je corrige dans le texte.)

La boîte est belle. Difficile de le dire autrement. Son suremballage présente toutes les fonctionnalités du produit quand un des côtés, en plastique transparent, laisse entrevoir le casque et le design extérieur de ses oreillettes. A l'intérieur, on trouve le casque, son micro amovible, un boîtier pour gérer l'émission/réception des données, un câble HDMI, un câble USB/MicroUSB de charge, un autre identique pour l'alimention du boîtier et un dernier MiniJack/MiniJack 3,5 4 points pour l'entrée analogique. La notice incluse, en papier glacé cartonné, offre son lot de schémas pour faciliter la compréhension des différentes méthodes de branchement, plateforme par plateforme. Du très beau travail, qu'on retrouve aussi du côté du support online du site officiel, avec une explication complète tant des connexions hardware que des réglages à faire pour chaque plateforme. Et le tout disponible en Français s'il vous plaît.

 

Jolie boîte et notice complète

Le casque est construit autour d'un arceau simple, sans suspension. Un choix qui impacte légèrement le confort et surtout la tenue du casque qui, avec certains mouvements de tête, peut avoir tendance à bouger un peu d'avant en arrière. Un réglage coulissant de chaque côté permet de l'adapter à sa taille, avec une amplitude vraiment large, convenant donc à tous les types de têtes, même celles d'enfants. Sous ce réglage, un axe de rotation horizontal optimise le positionnement sur les oreilles et permet même de poser le casque à plat quand on ne l'utilise pas, alors qu'un axe vertical au niveau des oreillettes offre quelques degrés supplémentaires d'ajustement. 3 mousses en simili-cuir assurent le confort sur le haut de tête et sur les oreilles. Plutôt épaisses et souples, elles devraient assurer de longues heures de jeu sans gêne. 

L'extérieur du casque offre une finition plastique brillante pour les armatures et un peu plus mate pour les oreillettes. Le modèle, la marque et son logo apparaissent plusieurs fois en orange avec un effet de texture très léger. Si la qualité globale est tout à fait satisfaisante, on remarque un défaut de conception et de fabrication au niveau de la jonction entre les parties intérieure et extérieure de l'arceau principal. En effet, celles ci n'ont pas la même courbe de torsion et se séparent lorsqu'on écarte, même légèrement, les deux oreillettes, laissant un espace béant un peu disgracieux.

A gauche une vue d'ensemble, à droite le défaut de torsion

Le micro vient se positionner sur le côté gauche sur une prise mini-jack équipée de deux clips. Son bras en caoutchouc armé permet un positionnement rapide mais un peu imprécis, la faute à un léger retour obligatoire après chaque action. A l'arrière du pivot de fixation, on trouve une deuxième prise mini-jack permettant de récupérer le signal du micro en analogique lorsque la connexion USB du boîtier ne le permet pas (comme sur Xbox One par exemple). Par contre, pas question d'utiliser cette prise pour utiliser le casque en filaire... Et aucune autre d'ailleurs, ce sur quoi je reviendrai un peu plus bas. Sur la tête du micro, une LED indique l'activation ou non du microphone, ce qui permet de savoir d'un simple coup d'oeil si vous émettez ou non. Un réglage supplémentaire permettant de faire varier le volume du micro se situe à l'arrière gauche, avec émission d'un signal sonore lorsque le niveau maximum est atteint.

Le casque utilise deux haut-parleurs de 50 mm et les alimente en une seule voix, avec un seul canal d'ampli par côté. On est donc bien en présence d'un Surround Virtuel qui "jouera" avec les fréquences plutôt qu'avec une vraie spacialisation multisource de l'espace sonore. La gestion du volume est assurée par une molette identique à celle du microphone, mais située à l'arrière droit du casque. Là aussi, un son est émis par le casque lorsque les 85dB réglementaires sont atteints. Il est néanmoins possible de pousser un peu au delà de cette limite. Un réglage d'égalisation est aussi disponible via un bouton poussoir situé à l'avant droit du casque, alors que l'activation du surround se cache à l'intérieur/gauche de l'arceau, en opposition au bouton de mise en marche.

Cliquez sur les images pour en voir les détails

Côté caractéristiques techniques, le casque affiche un poids de 365 grammes sur la balance, ce qui est plutôt léger pour un modèle de jeu sans fil sachant que la batterie de 950mAh, placée à l'opposé du micro, ne vient pas du tout déséquilibrer le casque une fois sur la tête. Cette dernière se charge en USB, via une prise dissimulée sous un cache en caoutchouc et offre une durée d'écoute officielle de 15 heures, qui se révèle être plus proche des 10 heures à plein volume.

Enfin, pour la gestion du son, on a affaire à un boitier de 9 cm de côté et 2 cm de haut. Sur le dessus, un bouton poussoir pour l'allumage et l'appairage prend quasiment toute la surface supérieure, ce qui le rend particulièrement facile d'acccès. A l'arrière, on retrouve les entrées et sorties HDMI, la prise micro USB pour l'alimentation et le retour du micro, ainsi qu'une entrée ligne en mini-jack 3 points. Un code couleur signalé sur chaque prise spécifique au boitier permet d'éviter de se tromper de branchement, sachant que les câbles dédiés possèdent le même marquage coloré. Notez bien qu'en plus de la prise HDMI, l'utilisation de l'alimentation via USB est obligatoire, quand bien même vous n'utiliseriez pas le retour micro qu'elle permet.

Le boitier est compact et discret.

Compatibilités et utilisation

Utilisé comme un simple casque d'écoute, le Katana HD offre une compatibilité totale avec toute plateforme proposant une sortie HDMI, en stéréo, comme en multicanal (2.1, 5.1 et 7.1). Néanmoins, le signal vidéo le traversant ne doit pas avoir une résolution supérieure à 1080p (compatible avec le 1080p 3D, mais pas avec la 4K par exemple). La configuration est alors identique à celle d'un amplificateur audio/video multicanal, la base du Katana HD s'occupant alors automatiquement de l'adaptation du signal audio en fonction de la source.

Sur ordinateur Windows ou Mac, l'expérience sans fil est totale et à double sens. Le boitier est utilisé d'une part pour le traitement du son sortant via une sortie HDMI, et d'autre part pour le signal du micro vers l'ordinateur avec le câble USB. Si aucun driver spécifique n'est nécessaire, il faudra prendre le temps sur les deux plateforme de bien régler l'entrée audio et la sortie vidéo (avec copie d'écran si vous jouez sur celui de votre portable). Si votre ordinateur n'est pas équipé d'un port HDMI, le Katana HD ne sera pas utilisable.

Sur PC Windows ou Mac, la configuration est simple et sans driver 

Sur PS4 et PS3, le résultat est identique, avec les réglages spécifiques de ces machines. On a donc bien le casque qui se connecte sans le moindre câble au boitier, lequel gère le signal audio/vidéo sortant et le signal audio du micro vers la console.

Sur Xbox One, si la gestion du HDMI ne pose pas de problème particulier, le micro ne peut pas profiter du port USB du boîtier. Il faut donc se connecter en filaire depuis le casque vers la manette. Evidemment, seules les manettes Xbox One de dernière génération (équipées de l'entrée mini jack) et celles avec l'adaptateur de micro peuvent être utilisées. Sur Xbox 360, seules les fonctions d'écoute sont disponibles, comme pour un lecteur de média classique, mais avec une restriction au mode stéréo.

Pour les smartphones et tablettes, le Katana HD ne fonctionne pas vraiment comme on s'y attendrait. En effet, il est impossible de connecter le smartphone directement au casque, que ce soit en filaire ou en sans-fil. En clair, ni connexion bluetooth, ni mini-jack entre les deux appareils. La seule utilisation possible reste de brancher son appareil au boîtier en analogique pour la diffusion audio dans le casque, puis de relier son casque au smartphone pour la gestion du micro. Disons que ça fonctionne, mais que c'est tout sauf pratique, surtout qu'il faut quand même brancher son boîtier sur secteur, ou sur un port USB actif.

Pas sûr qu'ils aient compris le concept d'appareil mobile chez Tritton

Reste à bien comprendre qu'utiliser le Katana HD au quotidien, avec moultes plateformes, n'est pas forcément une sinécure. Sachant qu'il se branche en HDMI et en USB, il faudra donc régulièrement débrancher d'un côté pour rebrancher de l'autre. Seule exception, si vous possédez un ampli audio/vidéo où tous vos appareils sont connectés. Dans ce cas, seul le câble USB ira se balader d'une machine à l'autre. Mais comprenez bien qu'il n'est nullement possible d'utiliser le casque en filaire classique puisqu'aucune entrée minijack (ou autre) ne le permet.

Résultats sonores

Comme dit précédemment, le Katana HD n'est pas un véritable casque 7.1 dans le sens où il n'utilise pas 8 sources audio pour vous offrir un rendu surround. La gestion de cet espace sonore est assurée par un couple processeur/algorythme, le DTS Headphone-X, qui va faire varier certaines fréquences à coup de filtres sonores et de variation de phases. En résulte l'impression d'être effectivement dans un environnement sonore en trois dimensions, mais sans commune mesure avec un véritable rendu 7.1. On peut mettre en avant deux défauts majeurs à cette technologie, du moins au niveau où elle est actuellement. D'abord, la confusion entre les sons qui viennent de devant et ceux qui viennent du dessus quand les sons venant de l'arrière donnent régulièrement l'impression de venir d'en bas. Ensuite, si un test audio rend plutôt bien de cet effet "3D", avec des sons bien séparés et envoyés un par un, le résultat est beaucoup moins probant dans l'action d'un jeu, les modifications de fréquences multiples et simultanées brouillant l'homogénéité du signal de départ. En clair, la technologie du 7.1 virtuel a encore bien des progrès à faire et le fameux "Vous entendrez vos adversaires avant tout le monde et connaîtrez leur emplacement exact" martelé par le marketing ne fonctionne pas.

Quant à la qualité audio du casque lui même, elle varie en fonction de votre activité. En écoute de musique pure, oubliez. Le casque met en avant les mediums et les basses, les aigus ne servant principalement qu'avec le surround activé. C'est inexplicable, mais en stéréo forcée, le casque sonne moyennement bien, pas très équilibré en tout cas. Pire, la désactivation du surround enlève la partie haute du spectre pour donner une sonorité nasillarde à toutes les voix. Pour les films et le jeu, c'est autre chose. Les voix sont bien rendues, les graves vibrent sans difficulté et la dynamique est excellente. Vous entendrez donc avec précision les sons les plus faibles, sans que les explosions ne manquent d'énergie ou de clarté. Et comme les hautes fréquences sont finement reproduites, sans agressivité, le casque reste très agréable sur la durée. 

Le microphone intégré fait partie des meilleurs du marché. La voix est claire, précise et sans défaut majeur. Le souffle est quasi absent en filaire, et à peine perceptible en sans-fil. On peut donc aisément imaginer l'utiliser pour du commentaire de streaming. Seul petit défaut, dû à sa caractéristique omnidirectionnelle et à sa précision, il a tendance à capter tout les petits bruits ambiants dont les frappes sur le clavier ou sur les touches de la manette. Rien de bien grave néanmoins si vous êtes en jeu, la différence entre le son de la voix et celui de ces parasites étant bien assez importante pour que l'intelligibilité soit au top.

Verdict

Le Katana HD est un excellent casque de gamer offrant une bonne qualité sonore, tant à l'écoute qu'au micro. Il n'est cependant pas parfait et souffre de quelques défauts pour qui s'imagine avoir trouvé le modèle universel. Si sa compatibilité multiplateforme est réelle, elle impose des changements de câblages assez lourds, avec l'impossibilité de l'utiliser comme un casque filaire classique. Quant au surround virtuel, il ressemble plus à un argument marketing qu'à une vraie fonction utile, tant son effet n'est pas au niveau de ce qu'on imagine. Cependant, les joueurs consoles et PC trouveront là un modèle sans équivalent, permettant de profiter du sans-fil sur toutes les plateformes modernes et dans de bonnes conditions. Et c'est probablement cette exclusivité qui peut justifier d'un prix aussi élevé.

Les points forts:

  • Compatibilité Windows, Mac, PS3, PS4 et Xbox One au top
  • La qualité sonore et particulièrement celle du micro
  • L'accès aux réglages directement depuis le casque
  • Tous les câbles inclus, même l'HDMI

 

Les points faibles:

  • L'efficacité du surround (comme pour tous les casques 7.1 virtuel actuels)
  • La gestion des fréquences en stéréo classique
  • La compatibilité smartphone et tablette mal pensée
  • Pas de mode filaire classique ni de bluetooth universel

 

Test réalisé par Olive Roi du Bocal

Note: J'essaie d'améliorer mes tests en fonctions de vos remarques. S'il vous manque des détails, des comparatifs, des tests avec un jeu particulier, signalez le moi en commentaire que je puisse y répondre. Je reste aussi super ouvert à toutes critiques ou conseils constructifs!

Vos commentaires sont les bienvenus! Et si vous n'êtes pas inscrit sur Gameblog, vous pouvez me laisser vos messages sur Facebook ou sur Twitter... ou simplement vous inscrire ici, ça ne prend qu'une minute! 

Voir aussi

Plateformes : 
PlayStation 3, PC, Mac, iPhone, iPod Touch, Android, Xbox One, PS4
Ajouter à mes favoris Commenter (30)

Signaler
Le journal du Hardware (Jeu vidéo)

Juste avant le test complet, voici la vidéo de l'unboxing du dernier casque de Tritton, le Katana HD 7.1, un modèle sans fil, compatible multiplateformes, dont le PC, la PS4, la Xbox One... Si vous voulez tout savoir sur le contenu de la boite, c'est par ici que ça se passe ;)

https://youtu.be/RBv-flJzfmY

Note: Dans l'unboxing, j'annonce que le chat n'est pas dispo sur PS3 ... et je me trompe ;)

J'espère que vous avez apprécié. A bientôt pour le test complet ici même !

++

Olive.

Retrouvez tous mes tests de volants en une seule page :

 

Voir aussi

Plateformes : 
PlayStation 3, PC, Mac, iPhone, iPod Touch, Android, Wii U, Xbox One, PS4
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Édito

 

 

 

 

  

 

Archives

Favoris