Comics Ovore!!!
Signaler
Pulse your Comics

Suite à la première version minimaliste de la semaine dernière, aujourd'hui je vous propose plus des "Origines" mais simplement des personnages! Bon visionnage!

Marvel

 

DC Comics

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Ma Review, pas la tienne! (BD-Manga-Comics)

Après ma review sur le tome 3 qui portait intégralement sur la Santa Muerte, figure emblématique de la religion chrétienne et des croyances (surtout) d'Amérique du Sud, cette année les différents artistes du Label 619 d'Ankama reviennent avec ce quatrième tome toujours aussi violent et c'est pour cela que le Pulp Comics est si bon ! Des lectures complétement décomplexées de toute, avec une liberté d'expressions totale sur tous les plans, je vous rappelle que l'histoire que j'avais préféré sur le tome était le «Rape and Revenge » de Maudoux.

Ce tome 4, n'a pas forcement de thème particulier comme on a pu le voir précédemment, ou sinon c'est que je l'ai loupé, on savoure simplement les trois histoires proposé sans se prendre plus la tête que cela et parfois cela fait du bien !

Un Pulp Comics pas comme les autres, mais avant d'acheter ce qu'il faut savoir :

Scénario : Run / Eldiablo

Dessin : Run / Singelin / Nicolab

 Editeur : Ankama

Collection : Label 619

Sortie : 2013

Au sommaire de ce DoggyBags 4:


Un naufrage qui tourne rapidement au drame

<!--[iUne redite du mythe de la « Dame Blanche »

<!--[iLa mort de « Ben Laden »

Trois histoires violentes en un pulp comics

Sachez que tout ne plaira peut être pas forcement dans Doggybags à l'instar clairement des précédents, on alterne sans arrêt entre horreur et hyper violence assumée d'ailleurs, d'ailleurs à mon gout c'est le point le plus positif des Doggybags , ce côté on assume et puis bas, qui vivra verra !

La première histoire est sur le plan scénaristique attendu du début à la fin, aucune surprise sur cette histoire malgré un dessin de Nicolab digne des plus belle éditions du label 619, je pense qu'il y avait du potentiel sur ce genre d'histoire mais tout est long à démarrer pour arriver à des rebondissement trop connu et prévisible sans arrêt, si ElDiablo réussi très bien son Monkey Buziness (que l'on aime ou pas), dans le récit horreur/violent comme le veut Doggybags, cela ne passe pas.

Le deuxième tome s'inspire d'un mythe fantomatique, la « Dame Blanche » mais en lui apportant ce plus propre à Doggybags, l'horreur à l'état pur, et lui apporte un fin très gênante qui plus est, on est dans une histoire très bonne je trouve avec une certaine part d'angoisse, un rebondissement inattendue en approchant de la fin, peut être un trop générique par rapport à l'abondance de films d'horreur que l'on peut connaitre et je pense que ce renouveler dans ce genre est pas simple surtout en peu de pages dans un comics et Run arrive à nous a accrocher tout du moins et j'ai vraiment apprécié. Je passerais simplement sur les dessins, ne critiquant en rien, puisque ce n'est juste pas mon genre. Je regretterais peut être une fin un peu faite sur un claquement de doigt, enfin j'ai eu cette impression.

Ps : Pour les habitués du Label 619, vous y trouverez un petit clin d'oeil à une autre OEuvre, m'ais j'en ai certainement déjà trop dit !

On finit par la dernière histoire qui est un peu la cerise sur le gâteau soyons franc deux secondes, qui conclut avec une fin connu de par nos médias mais tellement, tellement, tellement, je ne sais pas, j'en perds mes mots. Ou comment faire tourner une opération militaire en une putain de film d'horreur et RUN y arrive parfaitement avec cette fin, je ne peux en dire plus mais j'ai simplement adoré de plus le dessin de Singelin apporte un véritable trait de caractère à cette histoire, il n'y a pas de doute, c'est ce qu'il y a de meilleur dans ce tome.

Du Pulp Comics comme on l'aime ?

Le Label 619 en est le Roi actuellement et Doggybags en est son prince, gouverné par des mains de maitre que son RUN, Maudoux, Singelin, ... Encore une fois et comme toujours on ne mettra clairement pas Doggybags 4 être les mains de n'importe quel lecteurs mais moi je continue d'adoré et cette fois ci, on un bon niveau tout le long pour finir sur une petite perle. Généralement je trouve le rythme un peu décousu sur chaque tome avec une histoire toujours plus intense, sur celui-ci tout monte crescendo et ça pourrait en devenir jouissif si le prochain tome accentuait un peu plus encore dans ce sens. Au final c'est une très bonne lecture.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Pulse your Comics

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Pulse your Comics

Première étape des versions minimaliste, pour cette semaine, on va s'interesser seulement aux origines de certains perso! Bon Visionnage! 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
$ Plaisirs Comics $ (BD-Manga-Comics)

Je m'excuse du retard si certains attendais de voir ce que pouvait contenir ces cartons intriguant même si des indices avait été laissé par "méguarde".

Un Nöel en plein été #1: (visible ci joint)

Comprenait tout les Marvel Now de Juillet et Aout, avec quelques morceaux don je suis plutôt content, premièrement la couverture collector du #1 Iron Man ou Nova est mis en avant. Puis les premier numéro d'Avengers et X-Men déssiné incroyablement par J.Scott Campbell formant une fresque! On enchaine avec l'Avengers Universe de Daniel Acuña. 


(Pour info, ces collectors sont édité à 1300ex)

Mais ce colis comportait également les deux premiers tomes de Jupiter's Legacy, la nouvelle série de Millar (sans oublié un grand nom l'épaulant sur le plan visuel, hein Franky! Non pas "Vincent" mais bien Frank Quietly), L'Aphrodite IX du Free Comics Book Day et les deux morceaux de Wonder Woman: l'Odyssey qu'il me manquait (#606 et #608).


Je continue avec des artbooks plus magnifique les uns que les autres et voici enfin l'hommage à mon ami: Thomthom_Pilgrim


Avant de passer au deuxième colis je rajoute une partie acheter recemment histoire de complèter l'univers de "Fables" avec les "Jack of Fables"


Un Nöel en plein été #2: (visible ci joint)

 Voici la deuxième partie qui en avait intriguer certain, certainnement vu la taille du colis, je ne vais donc pas vous faire plus attendre. Je vous rappel juste la taille du Colis:


 Un petit point avant tout:

  • La "Storm" spéciale SDCC est limitée à 300ex
  • Le 'Câble" est limité à 3160ex
  • Aspen est limitée à 600ex



(N°219/300)




(N°440/3160) Taille de la boîte trop importante pour être mise ci dessus



(N° 159/600)

 

J'espère que l'attente n'a pas été vaine!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Je fais suite à mon avis sur "Wanted" que OUI, je n'ai pas aimé, mais aujourd'hui je renviens pou vous présenté encore du Millar et cette fois ci, quelque chose de très bien qui amène deplus à une super fin comme on le verra plus en dessous. Un Millar avec un fond et une forme, un véritable ensemble qui rend ce comics à la limite du meilleurs de ce que j'ai pu lire du brtanniique roux, en fait non, c'est la meilleur chose à l'heure actuelle. J'ai commencé à acheter les Jupiter's Legacy mais j'attends d'avior la mini-série complète pour tout lire (6 numeros en bimestriel).

 J'admet avoir très légerement commencé le premier numero et ca va je pense être très bon par la suite, mais Wait & See!

Avant de lire 1985, ce qu'il faut savoir:

Scénario: Mark Millar

Dessin: Tommy Lee Edward

Editeur: Marvel

Collection: 100% Marvel

1985: Le jeune Toby Goodman mène une vie ordinaire, embellie par les bandes dessinées Marvel. Puis un jour, il découvre une vieille maison habitée par les criminels qui sèment la terreur dans l'univers Marvel ! Toby aimerait comprendre comment ils sont passés du rêve à la réalité. Mais avant tout, il doit repousser leurs attaques!

 

Un rêve de gosse!

1985 est vraiment un rêve de gosse entre guillemets, soyons franc qui n'a jamais rêver étant petit de vivre avec ses super-héros, et je crois que ce genre de rêve est intemporel ant que les comics (super-héros) existeront et en lisant 1985, on ressent clairement que Mark Millar a lui aussi rêver de cela un jour car son recit transpire le fanboyisme de Marvel à plein nez. Un récit qui dégoulline tellement d'amour pour la "Maison des idées" que la lecture est un virage à 360 dans votre enfance.

C'est selon moi, ce que j'ai pu lire de meilleur dans les comics de Millar, car il arrive vraiment a créer un univers dans une base déjà existante depuis des lustres et je pense que l'exercice n'est pas simple, mais le tour est réussi avec brillot et c'est ou l'on voit à quel point ce mec peut écrire des choses très forte.

D'une histoire, on passe à un visuel tout aussi prenant, les traits de T.L.Edward sont vraiment là et apporte un plus véritable à l'hsitoire, de plus ses dessins complète clairement l'oeuvre de Millar sur ce point, et qu' lon aime ou pas le britannique roux, on ne peux lui enlever le fait qu'il sache toujours choisir un dessinateur qui mettra en avant son récit.

Pour moi, 1985 est un comics à ne pas louper si l'on est fan de Marvel et encore moins si vous aimez Mark Millar!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)


Signaler
Ma Review, pas la tienne! (BD-Manga-Comics)

 Je fais suite au premier tome de Fable sur lequelle j'avais écrit pour ammener directement au tome deux et sachez que cette série prend de l'ampleur dans mon coeur, l'histoire avance petit à petit et prend encore une fois immédiatement. Cette suite va nous montrer les rivalité au sein de la communauté des fable.

Avant d'entrer dans Fableville, ce qu'il faut savoir:

Scénario: Bill Wilingham

Dessins: Mark Buckingham

Editeur: Urban Comics

Collection: Vertigo classiques

Sortie: 2012

Fable tome 2: Tous les Fables n'ont pas la chance d'avoir l'apparence humaine d'un Prince Charmant. Ogres, dragons, tigres et panthères du Bengal, trinités d'ours et de petits cochons,... Tous ont été placés dans une ferme, quelque part au fond du New Jersey. Mais s'ils sont doués de parole, ces Fables de « seconde zone » sont également dotés d'un sacré caractère. Aussi, depuis quelques temps, la révolte couve... Une situation qui pourrait bien profiter à la malicieuse Boucle d'Or.

Des Fables, plus de Fables:

Quand on rentre dans l'univers de "Fable" comme je vous l'ai présenté dans le tome 1, on ne lache plus fable et tant pis pour le reste! Fable c'est toujours aussi bien écrit et Willingham nous ballade comme il veut dans son récit, entre enquêtes policière, surnaturel, rapports fraternel, amour,... et j'en passe oui, fable c'est complet au possible et si le premier tome était avant tout basé sur une enquête au coeur des Fables, ce deuxième tome se base plus sur les rapports fraternel (pense à Blanche-Neige et Rose Rouge), mais aussi les divergences au sein d'une comunauté impliquant des opinions evidement différentes en les fables dit "humains" vivant au milieu de nous et "les animaux", vivant à la ferme. Ces divergences ammèneront à des trahisons, des meurtres et ...

C'est qui est toujours agréable, c'est de lire une histoire complète qui en même temps gère les interractions avec le volume précédent. Comme je le disais lors du premier volume, c'est surement ce uqi fait la force de ce comics accessible à tout monde grâce par ce biais mais en même temps l'univers est vraiment complet du fait que tout se lie et c'est là précisement que Willhingham est impréssionnant selon moi.

Buckingham VS Medina L & Hamilton C

Si lors du premier tome, à l'ouverture le visuel m'avait dérangé, d'ailleurs vite éffacé par une histoire plus que prenante, sur ce deuxième tome, j'avais l'impression d'être à la maison et de lire (voir) un truc au départ classique contrairement à ce que j'avais l'habitude de voir sur du Hellblazer mais il n'en ai rien.

La différence sur le plan visuel se fait lors de l'enchainement entre le tome 1 & le tome 2, mais le trait de Buckingham est bien plus appréciable dans l'univers que veut nous faire transparraitre Willingham.

Donc?

Un excellent deuxième tome qui donne vite envie de lire la suite encore une fois!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
COTV (Comics Ovore TV) (Cinéma)

 

Dans un premier temps, une petite Synopsis:

[Allocine] "Wolverine, le personnage le plus emblématique de l'univers des X-Men, est entraîné dans une aventure ultime au coeur du Japon contemporain. Plongé dans un monde qu'il ne connaît pas, il doit faire face au seul ennemi de son envergure, dans une bataille à la vie à la mort. Vulnérable pour la première fois et poussé au bout de ses limites physiques et émotionnelles, Wolverine affrontera non seulement l'acier mortel du samouraï mais aussi les questions liées à sa propre immortalité." [Allocine]

Wolverine en quelques griffres

Après un premier épisode marquant (et ce dans le mauvais sens du terme) The Wolverine nous revient pour, non pas une suite, mais un nouvel épisode se voulant plus psychologique et intimiste. Un speech assez intéressant en somme... mais assez mal utilisé. Premièrement, le film nous emmène certes au Japon, mais dans un Japon totalement cliché (comprendre donc une version Occidentalisée fidèle aux préjugés régnant chez nous).

Il y a donc des Yakuza (la mafia du pays (au cas où nous ne le savions pas, ceci est précisé dans le film), des ninjas (plus visible tu meurs), des clans de samouraï ancestraux ayant du pouvoir (comme d'habitude en somme) et des salles d'arcades (pour les plus connaisseurs d'entre vous il s'agit d'une salle Pachinko) et enfin, la chose la plus belle : Un Love Hotel (pour les couples qui veulent aller faire du sport de chambre dans un lieu adéquat, voir un lieu fantasque)

Ces aspects de la cultures nippone sont assez connus et de fait nous rentrons dans une spirale de clichés de la société Japonaise.

Wolverine en quelques poils

Niveau personnages, nous retrouvons la aussi des clichés assez marqués, (des Japonais suivant un code d'honneur sans faille, une puissante famille déchirée, une enfant adoptée) bref, du classique. Mais chacun arrivent quand même à apporter une part d'humanité et de sentiment à notre Wolverine. Pour ce qui est du méchant, Silver Samurai, il est devenue robotique, sûrement un clin d'oeil aux films et mangas de méca. 

Pour ce qui est du dit scénario, je vous conseille de revoir "X-MEN : L'affrontement final", car ça se passe après (temporellement parlant). Oui, notre cher Wolvy est bien allé au Japon que ce soit dans le Comics ou l'Animé, cet arc existe réellement (d'ailleurs, c'est là-bas, si mes souvenirs sont bons, qu'il a son fils). Bref, un arc peu connu du personnage mais qui le plonge dans une remise en question assez sympathique.

Snikt!!!

Bref, le scénario est classique, du psychologique à trois sous, des scènes d'actions superbes (notamment celle du train *w*) et une mise en scène assez jolie. Les références : elles se comptent par dizaines, il y en a pour de grands films d'actions et westerns, pour le cinéma Asiatique en général, des jeux et des mangas. Assez sympathique donc.

C'est mieux que le premier, mais il manque toujours quelque chose. Cependant, il y a d'énormes longueurs et le film peu paraître long, très long à certains moment. C'est loin d'être le Blockbuster à voir (cette palme revient à Pacific Rim) mais il s'en sort bien pour ce qui est du divertissement

Puis allez-y au moins pour la scène d'après générique, qui franchement promet et envoie du lourd :)

Cette avis vous a été proposé par Seth

(vu aussi en collaboration sur Man of Steel)

Ajouter à mes favoris Commenter (1)


Comics Ovore!!!

Par okami73 Blog créé le 09/11/11 Mis à jour le 08/05/15 à 12h18

Après une expérience enrichissante auprès du site de jeux amateur Gravitorbox (pas désagréable mais archaïque), puis devenu rédacteur chez WiiPlayXboxNow (dispo ici: http://wiiplayxboxnow.com/) pour la rubrique comics, je me retrouve seul ici afin de vous faire partager ma passion pour les comics.

Ajouter aux favoris

Édito

Pour nous suivre, on a: 

Facebook

 

Twitter

 

 

Sites Partenaires 

 

 

La Chaines Comics Ovore 

 

La boutique de Comics Ovore

Archives

Favoris