Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 16/09/19 à 10h21

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris

Signaler
Photo

Hello tous,

Ce matin, Canon diffuse une première vidéo de présentation de son nouvel appareil amateur, le 650D. Au menu, un capteur 18 millions de pixels pour un boitier qui semble fort n'être qu'une évolution du précédent, le 600D. Une nouveauté tout de même, et pas des moindres pour ceux qui veulent un appareil tout-en-un: le 650D est le premier modèle de la marque à embarquer un autofocus vidéo : une fonction évidemment très attendue, et que l'on peut imaginer appelée à être intégrée d'office dans les prochains modèles experts et pro de la marque. D'uacuns diront qu'un appareil photo est fait pour photographier, mais la présence de fonctionnalités vidéo avancées est un confort que l'on ne peut qu'apprécier.

Ci-dessous, la vidéo promotionnelle de l'appareil. De quoi apprécier un appareil généraliste visiblement bien pensé pour le grand public avec ses fonctions tactiles et ses modes créatifs de traitement d'images...

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Actualités

Rebonjour à tous,

Si vous avez lu mon post précédent, vous savez déjà que les cas d'agressions avec actes de cannibalisme à Miami sont très probablement le fait de personnes sous l'emprise du stupéfiant "Septième Ciel", une nouvelle molécule dérivée de l'ecstasy qui donne des sueurs froides aux autorités américaines.

Mais pas que, à en juger par la vidéo ci-dessous : inévitablement, quelques petits malins se sont amusés à jouer aux zombies dans les rues de la cité de Floride, et ont fait peur aux passants. Or, outre le caractère méchamment drôle de la vidéo -je dois avouer que j'ai ri-, impossible de passer à côté de la terreur que cette farce de mauvais goût parvient à provoquer. Ce sont véritablement des mouvements de panique qui saisissent les gens, à tel point que des groupes entiers peuvent fuir devant un seul plaisantin.

Il y a sans doute quelque chose à déduire de cette vidéo : si d'autres victimes sont à déplorer dans cette affaire, on peut craindre que celles-ci ne bénéficient d'aucune aide en cas d'agression, ou alors que la réponse soit ultra-violente. La raison n'a en effet plus droit de cité lorsque les populations sont victimes d'une forme d'hystérie collective. Les réalisateurs de ces images précisent d'ailleurs, sur leur site, avoir failli être blessés par balle lors de l'enregistrement de ces séquences. C'est dire le point où on en est arrivé, quand bien même l'ineptie de cette farce est indéniable...

Ajouter à mes favoris Commenter (25)

Signaler
Actualités

Hello tous,

Quand la réalité dépassé la fiction... Vous avez certainement eu vent, ces derniers jours, de l'histoire de ce type, à Miami, qui s'est attaqué à un autre homme pour finalement lui dévorer le visage avant d'être abattu par la police. On parlait jusqu'ici d'une crise de psychose aigüe, sans doute accentuée par la prise d'une drogue appelée "Septième ciel", de type ecstasy.

Il semble cependant que cette drogue de synthèse soit plus directement responsable des faits de cannibalisme: un SDF de 21 ans ayant consommé le même produit a été interpellé par la police de Miami après avoir pénétré dans un restaurant et proféré des insultes. Une fois dans le véhicule de la police, il a menacé de "manger" l'officier, et a tenté de s'exécuter une fois arrivé au poste. Les test sanguins ont confirmé que le jeune homme était drogué au "Septième ciel". Signe que la molécule utilisée dans ce stupéfiant a de fortes chances d'être impliquée dans ces comportements extrêmes.

L'existence de ce produit, évidemment, inquiète beaucoup les autorités. Pour les psychologues, ce nouveau stupéfiant aurait en effet la capacité de supprimer toutes les barrières rationnelles de son consommateur, ce qui expliquerait les faits de cannibalisme par une perte totale de repères -et sans doute d'humanité. Oui, on se croirait dans le scénario d'un film de série B ou d'un mauvais jeu vidéo...

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Japon

Hello tous,

 

Aujourd'hui, une très jolie vidéo sur laquelle je suis tombé par hasard ce matin, et qui donne en deux minutes une bonne idée de l'âme de la capitale nippone, Tokyo. Chapeau à son auteur, Romain Alary.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux vidéo

 

Alors que le salon E3 ouvrira ses portes d'ici quelques heures, Nintendo a introduit l'événement vers minuit en proposant une pré-conférence ayant la lourde tâche de présenter les grandes lignes du hardware appelé à remplacer la Wii, énorme succès commercial pour la firme, mais déception indéniable pour nombre de joueurs en raison d'une orientation casual trop appuyée.

La présentation de la Wii U, de fait, avait pour priorité de placer cette console sous un nouveau jour. Et c'est Satoru Iwata qui s'est chargé d'en présenter les grandes lignes. Déception à la clé : le gamepad déjà entraperçu ces derniers mois et l'orientation visiblement très casual gaming induite par l'accessoire reste de toute évidence au coeur du concept préparé par Nintendo -au point que le pad, incroyable, fera télécommande pour votre télévision... Tactile, il permet également, sait-on désormais, de rester connecté en non-stop avec ses amis (le Mii Wara Wara, ou Miiverse, notamment, permettra de retrouver ses proches au lancement de la console), de leur envoyer des messages texte, mais aussi de communiquer en voix et image. L'objet a avant tout une vocation sociale, explique Iwata, et celle-ci fonctionnera sur une couche software cross plate-formes: il sera donc possible de joindre ses proches via téléphone mobile, sur PC... Oui, le Xbox Live l'a déjà inventé. Twitter aussi, les sms et votre smartphone également. Sans compter le PC. Qui a dit que Nintendo avait un méchant retard à rattraper ?

Le Wii U gamepad permettra aussi, certes, de créer de nouvelles interactions entre l'écran principal du salon et celui du pad. Sans doute l'aspect le plus intéressant de cette conférence: Mais les exemples du lancer de shuriken, du drive de golf utilisant l'écran de la manette ou du « catch ing» d'une balle au baseball en plaçant le pad face à l'écran principal ont déjà été largement présentés par le passé. Il n'en reste pas moins qu'ils confirment le bien que l'on pouvait penser de cette possibilité.

Satoru Iwata a fait d'autres annonces. Il sera par exemple possible de surfer sur le web depuis le gamepad, et d'afficher ce contenu sur l'écran principal du salon. Il a également confirmé qu'il serait possible de continuer une partie sur le pad même lorsque la TV est éteinte. Par ailleurs, une autre manette a fait son apparition dans le concept : classique, elle pourra remplacer la wiimote - compatible avec la Wii U, ce qui semble indiquer la possibilité de jouer de manière traditionnelle. Enfin, quelques images du nouveau Mario ont été présentées. En 2D, il semble plutôt joli et fluide.

 

A l'arrivée ? Malgré quelques concessions faites aux joueurs traditionnels (le pad classique, notamment) Nintendo semble tout de même, à la lumière de cette pré-conférence, s'éloigner de plus en plus radicalement du public gamers pour concevoir un hardware plus proche du loisir de salon que du jeu vidéo au sens strict du terme. La manne du public « casual », qui a fait le succès de la Wii, a sans doute fait évoluer la stratégie de la firme nippone vers un concept hybride visant à ouvrir les loisirs numériques à un public toujours plus large, au risque d'éloigner définitivement la firme de son coeur de cible originel. De quoi susciter d'ailleurs des commentaires plus qu'acerbes des joueurs, dès hier soir, à l'issue de la conférence. On sera plus prudent, et l'on attendra la présentation des jeux prévus sur le support pour confirmer, ou infirmer, l'orientation prise par Nintendo. Plus que jamais, c'est la ludothèque qui donnera sa couleur définitive à la petite nouvelle du marché des jeux vidéo, et des annonces ont été promises sur ce point pour la conférence officielle de mardi. Wait and see...

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler

Hello tous,

Allez, inutile de nier. Vous avez tous connu, dans votre vie, les joies d'un petit conflit de voisinage. Que vous soyez à l'origine de la pomme de discorde, que vous ayez, au contraire, réagi un peu vivement à une provocation plus ou moins consciente de votre voisin de palier... On a tous été, un jour ou l'autre, destinataire ou émissaire d'un courrier plus ou moins acide, où sont déversées au fil des lignes quelques amabilités rappelant, plus ou moins poétiquement,  les vertus d'un sommeil non perturbé, du respect des parties communes de la copropriété.

Mais saviez-vous que cette prose souvent imaginative et colorée est aujourd'hui soigneusement archivée? Ces pépites de colère froide, de rancoeur amère et désabusée, d'humoir noir ou second degré font désormais l'objet d'un blog -http://chersvoisins.tumblr.com/#- qui s'amuse à les collectionner. Riches lectures, vous vous en doutez... On y découvre, au fil des missives, ce côté mesquin, petit, égoïste que nous cachons tous dans un recoin obscur de notre personnalité. Et dont, finalement, il est très agréable et salutaire de se moquer. Comme moi, j'imagine que vous vous reconnaîtrez dans l'un ou l'autre des quelques clichés qui suivent, au détour d'une ligne vous découvrirez un trait de caractère qui est le vôtre. Vous vous direz peut-être même : "Tiens, ça, j'aurais pu l'écrire". Et vous ferez ce qui s'impose : vous ne l'écrirez pas. Parce que vous vous rappellerez le jour venu que le voisin, parfois, c'est nous...

 

... Et si vous doutez que des voisins compréhensifs et aimables puissent exister, sachez qu'il y en a au moins un exemplaire, et le site en donne la preuve:

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler
Humeur photo

Hello tous,

Ce soir, un cliché piqué à Hub09, et qui montre qu'on peut encore, en photo, trouver de nouvelles manières de traiter un sujet revu et rabaché. Sans doute la plus incroyable photo d'oiseau que j'ai jamais vue...

http://www.facebook.com/hub09

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Cinéma

Voilà, c'est fini. Des mois que j'attendais ça. Quand Ridley Scott a annoncé son intention de donner une préquelle à l'un de ses films fétiches, Alien, tous les amateurs du genre ont bruissé des plus fols espoirs. Enfin, se disait-on, on allait tout savoir du space jockey, de l'origine des créatures, de la fameuse planète LV4-26. Et au passage, on se disait aussi qu'on allait de nouveau méchamment pétocher dans notre salle de ciné. Et c'était pas trop, parce qu'il y a longtemps que la peut n'y a plus guère droit de cité.

Oui, je faisais partie de ces croyants-là. De ceux qui voulaient croire que Sir Ridley ne pouvait pas se louper avec un tel matériau de départ. Tout était là pour que Prometheus soit un nouveau mythe de cinéma. Et même les bandes-annonces ont entretenu savamment ce rêve. Imaginez donc dans quel état d'esprit je me suis enfoncé dans mon fauteuil, en ce début d'après-midi. Quand les lumières se sont éteintes. Quand les origines de l'homme, en une monumentale introduction je dois bien le reconnaître, m'ont été dévoilées. Et quand le titre du film s'est inscrit à l'écran, en ces mêmes lettres qui me terrifiaient , étant enfant. J'en frissonne encore, alors que je suis devenu grand.

Ouch.

Plus dure sera la chute, dit le proverbe. il convient parfaitement pour décrire ce que je ressens à présent. Prometheus est un mensonge de deux heures, une succession de prises de vue "clipesques" mises bout à bout en dépit du bon sens et de l'idée qu'un film, c'est avant tout une histoire à raconter. J'en suis déboussolé : qu'a donc voulu faire ici le géniteur d'Alien ? Scénario indigent, absence totale de rythme, tension inexistante, dialogues téléphonés, galerie de personnages totalement artificielle, lieux communs de la science-fiction et glorification -une fois de plus- de l'héroïsme sacrificiel à l'américaine...

[A PARTIR D'ICI, LA CRITIQUE INTEGRE DES SPOILERS]

L'affaire démarre pourtant plutôt bien, je l'ai dit plus haut, avec la création de l'humanité via l'ADN alien, déposé de manière séminale sur notre planète. Quelques instants plus tard, nous faisons un saut dans le temps pour découvrir que Prometheus n'est autre que le vaisseau qui part à la recherche de nos origines. Deux archéologues ont identifié une séquence graphique commune à l'expression culturelle et artistique de plusieurs civilisations séparées dans le temps, mais aussi géographiquement distinctes. Cette séquence renvoie à un point précis de l'univers, et l'homme de l'interpréter comme une invitation à rencontrer ses géniteurs.

L'on se doute bien que cette "invitation" n'en est pas une, et très vite l'équipe de 17 personnes présente dans le vaisseau en fait l'amère expérience. Mais de quelle manière. Les deux premières victimes, qui jouent (!) avec l'entité extraterrestre rencontrée avant d'être attaquées, sont risibles. Elles décrédibilisent le film à cet instant précis, lui qui jusqu'alors parvenait à donner le change. Le top départ, presque, du grand cirque Barnum. Le scénario, qui s'était evertué à établir les fils d'une intrigue plutôt bien vue, se perd dans les méandres de rapports humains aussi envahissants à l'écran que mal filmés - les soaps TV ne sont pas loin. Les scènes s'enchaînent sans plus aucune logique, les rebondissements sont, au choix, cousus de fil blanc ou complètement aberrants. Des exemples ? David, l'homme artificiel de la Weyland Corp., se pique d'infecter un membre de l'équipe "pour voir ce que ça fait", puis s'amuse, sans le moindre contrôle du reste de l'équipage, à poursuivre ses petites expériences sur l'héroïne -qui ne lui en voudra même pas! Papa Weyland qui fait son come back totalement stérile aux deux tiers du film -je me demande encore à quoi cela pouvait bien servir. La divine Charlize Theron, elle, ne parvient pas même un instant à trouver sa place dans l'intrigue, figurante de luxe dont la fin vaudra bien que l'on pouffe quelques instants. D'une connerie écrasante...

Il y a pire. La musique du film donne une tonalité très particulière à l'oeuvre, comme si elle renvoyait à un espoir, un acte de foi constant de l'homme en faveur de son créateur. Malgré les indices de plus en plus évidents montrant que ce géniteur avait l'intention d'en finir avec son oeuvre, malgré la découverte du caractère tristement humain de celui-ci -quelle drôle de point commun, que celui de s'amuser à créer des armes de destruction massive-, elle se perd en une orchestration symphonique doucereuse, désamorçant le peu de suspense qui pouvait encore subsister à l'écran. Ah, et j'allais oublier les trompettes version Sonnerie aux morts lorsque le fier équipage décide de donner sa vie pour empêcher le vaisseau ennemi de s'envoler et s'en aller détruire une foi pour toutes l'humanité. Soyons francs : on aurait vu plus adéquat qu'une référence à Independance Day dans un tel métrage.

[FIN DES SPOILERS]

Prometheus est un échec, de grande envergure. De tous les enjeux qu'il pose en sa phase d'exposition, il ne résoud que l'essentiel. Oui, nous saurons qui sont ces ingénieurs, ces extraterrestres entraperçus dans le premier Alien. Oui, nous aurons notre explication -sur le fil- concernant la naissance du fameux xénomorphe qui a fait notre bonheur dans les années 1980. Mais non, les grandes questions posées en guise d'introduction ne trouveront aucune issue satisfaisante, ou même originale. En lieu et place, une philosophie de bazar, enrobée dans la mièvrerie d'un personnage principal -Noomi Rapace, hélas pour elle- qui en viendra à s'en remettre au sens du vent.

Aux antipodes d'Alien, Prometheus remise le concept du huis-clos alors que son intrigue se déroule, paradoxalement, dans une succession de galeries étouffantes. Il en perd toute capacité à susciter la peur, et au passage à intéresser autrement que pour sa beauté plastique indéniable. Vraiment trop peu face aux attentes que le film avait suscitées...

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler
Actualités

Hello tous,

Aujourd'hui, une petite vidéo qui nous fait le point sur les dernières prétendues apparitions d'UFO à travers le monde. Certaines images sont impressionnantes. Suffisant pour instiller le doute?

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67
 

Archives

Favoris