Rêves électriques

Rêves électriques

Par Noiraude Blog créé le 17/09/10 Mis à jour le 04/09/17 à 00h15

30 ans de passion pour les jeux vidéo, le Japon et le cinéma, ça laisse forcément des traces. Vous voulez en savoir plus?

Ajouter aux favoris
Signaler
Humeur

Hello tous,

Pourtant, je m'étais juré que cette fois, on ne m'y prendrait pas. De mon point de vue, pas question d'écrire une ligne sur GTA V, je refusais d'entrer dans la spirale infernale de la surenchère médiatique, de me laisser berner une fois encore par le plan comm' savammment orchestré par Rockstar. Un ressenti purement personnel, certes, et un sentiment de rejet plus que jamais douloureusement ressenti face à la déferlante de brèves, d'articles et de dossiers consacrés partout au sujet. Une impression de profonde injustice, aussi. Parce que GTA V, une fois dépouillé de ses atours les plus clinquants, apparaît là où il a réellement sa place : dans le vaste paysage des jeux bien finis, certes, mais dont les qualités objectives ne permettent pas de prétendre à la légende. Que l'on cesse de se voiler la face : le mythe n'est pas à la hauteur de la réalité. L'open world suppose trop de compromis pour être techniquement et narrativement viable en l'état actuel des choses. C'était le cas pour GTA IV et Red Dead Redemption, c'est aussi le cas pour les Saint's Row et les Assassin's Creed. Pas de raison qu'il en aille différemment pour cette franchise qui plus est engluée dans ses habitudes.

Pourtant, en ce jour de sortie de la "bête", je m'en suis allé chercher mon exemplaire, en bon petit soldat. J'ai longtemps hésité, puis le souci de l'honnêteté intellectuelle m'a poussé, une fois de plus, à me faire mon idée de la chose. Et je dois bien dire que, pour une fois, j'ai failli être bluffé. Scène d'introduction mémorable, braquage à la mise en scène remarquablement timée, aux enjeux narratifs et émotionnels parfaitement maîtrisés. Les premières minutes de ce GTA V m'ont ouvert les yeux sur un monde que je n'avais jusqu'alors jamais soupçonné, concernant la franchise. Pendant un instant, j'ai douté.

Sans transition,  mon cher Léon

Puis est venu ce moment où l'on se frotte à la réalité du soft. Surgit, d'abord, un personnage confronté à un psychologue, en pleine crise de confiance. On ne le voit que furtivement. Puis un autre, black et pétri de cette culture gangsta que nous sert au quotidien la télévision américaine, sert de personnage principal pour débuter l'aventure. Intrigué, je me laisse guider. Je "récupère" quelques bagnoles auprès de propriétaires qui ont négligé de rembourser leur crédit. Je découvre que mon univers, c'est celui de la débrouille, du système D. Mais au fond, je suis un bon gars, je le sens. Puis je participe à l'éradication d'un gang pour une bête histoire de moto non remboursée. Puis j'enchaîne, forcément sous la coupe de mon comparse black qui rêve de deal, de putes et de fric facile, par un enlèvement.

Bonjour la transition. En quelques minutes de jeu je viens de passer du mec qui essaye de s'en sortir à celui qui n'a pas froid aux yeux. Psychologiquement parlant, c'est limite. Scénaristiquement, c'est au minimum tiré par les cheveux. Mais bon. Quelques instants plus tard, après avoir aidé le chien de mon pote à faire ses besoins et appris que si je veux en faire un compagnon utile (comprendre : pas totalement obsédé par les femelles des environs), il faudra que je m'occupe de lui sur mon smartphone - si c'est cela, le transmédia, je n'en veux pas -, je m'en vais braquer une caisse dans la rue. Je jette la pauvre nana au volant par terre, puis je m'emploie consciencieusement à la renverser. Marche arrière, marche avant, histoire d'être sûr. La double peine, comme qui dirait. Rien que du classique pour GTA.

Quitte à faire dans l'excès, je roule sur le trottoir, histoire d'être sûr de faire un maximum de dégâts dans les rangs de la population civile. Pas de problème, cela ne gêne personne, pas même les flics dont le comportement frise l'apathie en ces premières heures de jeu. Ma bagnole, elle, a tout l'air d'un tank. Difficilement manoeuvrable, affichée selon un angle de vue qui limite considérablement ma capacité à anticiper le moindre virage. Soit, j'ai la possibilité de modifier l'angle de la caméra dans les options. Mais je suis perplexe : n'eût-il pas mieux valu proposer une visualisation viable dès le départ ? Et que dire de cette logorrhée verbale qu'il m'incombe de suivre tandis que je pilote, tandis que je chasse l'une ou l'autre cible ? Difficile de suivre une conversation textuelle - les sous-titres - et de rouler à pleine vitesse lorsque l'on ne maîtrise pas totalement la langue de Shakespeare à l'oral.

Une fois à pied, les choses semblent s'arranger quelque peu. Jusqu'à ce que je sois invité à sortir mon gun. Là, d'office, je tombe des nues en découvrant  le système de visée automatique proposé par le titre. Pan, pan, pan, les adversaires tombent comme des mouches, selon un gameplay qui n'a plus rien d'une invitation à faire parler son skill. Plus grave encore, les rares velléités de prise de contrôle total de cette visée dont je fais preuve sont annihilées par un viseur quasiment invisible. Un ridicule point blanc, tutti riquiqui, au centre de l'écran. Je mets au défi de l'utiliser correctement tous les joueurs qui vont vers leurs quarante ans.

Place au die and retry. Système basique de couverture, je me fais tirer dessus et envoyer ad patres. Le jeu me ramène quelques secondes en arrière, je suis invité à retenter ma chance au début de la fusillade. Viser en automatique, tirer, s'abriter. Viser en automatique, tirer, s'abriter. Classicisme décevant, forcément. Alors, aigri par la chose, je cours, je tire à tout va, jouant de cette gachette L2 qui me permet de cibler qui je veux en une fraction de seconde. Non, décidément, je n'y trouve pas mon compte. Une croix de visée, une souris et un PC, tant qu'à faire, m'auraient davantage convaincu de l'intérêt de la chose.

Chez les strip-teaseuses

Un peu dépité, je m'en vais me consoler dans un bar coquin de la cité. Ici encore, c'est la fête aux clichés. Mais ces messieurs de Rockstar sont du genre sage, même quand il s'agit de s'encanailler. Les demoiselles, sauf exception, portent des sous-tifs qui feraient se gausser ma prude moitié, et quand bien même elles n'en portent pas, ce n'est pas un bout de téton qui va sentir le souffre, eu égard au monde qui nous entoure. Besoin de grandir, me dis-je, tandis que les demoiselles se déhanchent langoureusement lorsque je paye pour une petite séance privée. Le gameplay? Je pose mes mains sur leur joli popotin lorsque le vigile est occupé ailleurs, et je leur dis des choses cochonnes - mais pas trop - histoire de les exciter. Chouette, mais M6 fait mieux le dimanche soir, comme qui dirait.

Mais c'est que GTA V fonctionne sur sa réputation historique de bad boy des jeux vidéo. C'est elle qui lui a ramené un public aussi conséquent. Or, le succès amène aussi les concessions. Pas question de choquer, encore moins de montrer des choses qui pourraient valoir des restrictions sévères ou même entraîner des interdictions dans certains pays. Autrefois, Rockstar ne se préoccupait guère de ce genre de détails. Ce n'est plus le cas, et précisément à cause de cet argument massue que la firme balance à qui veut l'entendre : un budget de 250 millions de dollars. Pour faire simple : il suppose qu'il puisse être remboursé. A la clé, un syndrôme de blockbuster décérébré.

Tiens ? Pendant que je réfléchis à tout ça, j'ai chauffé la demoiselle. Elle me propose de la ramener chez elle. Ici encore, GTA V s'offre une ellipse digne de lui ouvrir les portes du Grand Séminaire. Non, chatouiller la surface des choses passe encore, mais pas la moindre représentation de la réalité des comportements sociaux, moraux et sexuels en vigueur dans notre société - ce qui pourtant rendrait les choses nettement plus intéressantes. Symptôme mass-média à la clé, ici encore : autant la violence est communément admise - quoiqu'on en dise, et bien que l'on s'en offusque même de temps à autre - et donc mise en scène dans l'outrance, autant la représentation du reste - a fortiori le "monstre" qui sommeille dans l'inconscient de l'Amérique - est davantage risquée... et Rockstar semble moins que jamais prêt à s'aventurer sur un tel terrain. C'est le lot de tous les produits qui construisent leur réputation sur leur capacité  à choquer : à force d'être attendus, adulés, ils finissent par être absorbés dans les courants dominants qui sous-tendent l'éthique de notre société. Réfléchissez-y un instant : quel média a réellement opposé un quelconque argument moral autre que purement rhétorique à GTA V, cette année ?

Il est libre, Max ?

Je me dis alors qu'il reste au moins la liberté. Celle de circuler, celle de choisir qui je tue, qui je laisse vivre, comment j'organise mon temps et ce que j'ai envie de visiter. Je décide, revigoré, de me promener à travers la ville au moyen d'une caisse que je viens de braquer, et je prends mon pied à circuler au pied des buildings, à admirer la très séduisante modélisation de ce Los Angeles rêvé qui a servi d'inspiration à l'éuqipe de développement. Et soudain, un point bleu sur mon radar. Deux braqueurs sortent d'une supérette, en tabassant au passage le pauvre vieux qui tenait la caisse. J'ouvre la portière, je m'approche d'eux. Ils me demandent de l'aide pour s'enfuir, alors que les sirènes commencent à hurler, au loin. Pas fou, je me rappelle que j'aspire à une vie normale, c'est ce que le début de cette aventure a tenté de m'enseigner. Je sors mon gun, j'essaye de buter les deux indélicats,  ou au moins de les forcer à se mettre à terre. Rien n'y fait, le jeu veut que je les sauve des griffes de la police. Lorsque je retourne dans ma voiture, ils me suivent, et c'est bientôt la course-poursuite, selon une succession d'événements prédécidés, à laquelle je ne pouvais guère échapper. Liberté, mon cul. Je suis un gangsta, doublé d'un sale type sans aucune humanité. Mon destin est tout tracé, puisque le jeu vient de le scripter. 

Réaction épidermique. J'arrête GTA V, le blu-ray retourne dans son boitier. Demain, j'irai sans doute me faire rembourser. En espérant ne pas devoir braquer mon revendeur pour y arriver...

NOTE : Au cas où vous ne l'auriez pas compris en lisant ce texte, cette chronique reflète une vision totalement subjective, un ressenti construit sur les premières heures passées en compagnie de GTA V. Il en ressort un profond sentiment de frustration, l'impression que le gameplay et la cohérence de l'expérience n'ont clairement pas fait partie des priorités de l'équipe de développement, pas plus que le level design. En revanche, certaines scènes cinématiques et la construction du scénario laissaient entrevoir un potentiel certain, ce qui fait que je ne suis pas encore totalement certain, en réalité, de vouloir rendre les armes si facilement. Néanmoins, Dieu que ce jeu est agaçant...

Ajouter à mes favoris Commenter (188)

Commentaires

Joniwan
Signaler
Joniwan
J'ai lu, et je ne suis pas d'accord. Le jeu ne t'a jamais promis de liberté totale, et tu savait ce que tu allais avoir en ayant joué aux anciens. Ici, c'est juste "mieux".

Je vois juste ici un discours blasé.
Blasé, je l'ai été, par TLAD et BOGT alors que j'avais adoré les 6 épisodes précédents.
Je trouve personnellement ce 5eme épisode tout simplement excellent, avec les défauts inérants à la franchise que l'on connait depuis 15 ans.

Aussi, je pense aussi que tu lance la polémique pour être à contre courant et faire des vues ! Et ça marche ! Tant mieux pour toi ^^
Woltan
Signaler
Woltan
tout n'est pas faux dans cet article
Solitario
Signaler
Solitario
GTA V, c'est un peu la synthèse de tout ce qui s'est fait de mieux dans le jeu d'action au cours de ces 10 dernières années...la qualité de l'écriture et du level design en plus. ^^ Même traitement pour The Last of US, qui avait aussi ses tares de finition mais bon sang, quelle maîtrise !
Le-Hobbit-Ninja
Signaler
Le-Hobbit-Ninja
@ Gat69: En même temps, faire une critique d'un jeu non-terminé, je suis pas fan perso. Après c'est sûr, chacun son avis, que Noiraude aime ou non GTA V, je m'en fous royalement dans le fond.^^

C'est bien vrai ! Termines le jeu et on reparlera, pour ma part une fois le jeu fini, je ferais un Pavé critique mais pas avant, surtout que pour l'instant j'adore littéralement.
Ityfalik
Signaler
Ityfalik
Moi ce qui me fait doucement rigoler c'est ta position vis à vis des danseuses. On parle d'une expérience de jeu assez vertigineuse et tu t'arrêtes sur un bout de tissu en trop... Enfin voilà quoi. No more.
KARA
Signaler
KARA
Perso, le jeu open world VRAIMENT borline reste jusqu'à present POSTAL 2. Crade, trash, humour noir, etc... la oui, on est dans du très irrévérencieux.

Concernant Saints row the third par exemple, on peut se ballader des heures et des heures sans jamais accepter les missions qu'on nous propose. Autre exemple , au tout début du jeu, je me fais courser par les flics et j'arrive dans un port et je trouve complètement par hasard un helico caché. Normalement mon premier helico je dois l'avoir bien plus tard dans le jeu. Pas de soucis, je l'ai trouvé je l'ai gardé et me suis ballade avec sans soucis...
zegoldn
Signaler
zegoldn
et pis skyrim peux se finir moins d'une heure:
Sukhoi47
Signaler
Sukhoi47
azogh92
azogh92
22/09/2013, 00:25
Tout ça pour dire,

Pour un jeu qui se targue être le plus cher de l histoire et donner des «leçon d open world», je trouve que le contenu est leger, pour le solo. 50h c est light, les jeux Bethesda coûtent pas ce tarif à développer et propose une 100aine d heures.



Open-World n'est pas un genre. Skyrim et GTA ne joue pas dans la meme court.
Skyrim est un RPG, GTA n'en ai pas un.
BREDOSTYLE
Signaler
BREDOSTYLE
Ce GTA a quand même l'étoffe d'un grand jeu , les seuls petites choses qui m'agace c'est que l'on ne peut pas prendre son arme dans le strip tease ou le coiffeur pour braquer la caisse ou alors tuer le vigile enfin bon malgré quelque petit défaut pour tous amateur de GTA c'est vraiment le meilleur.
Sukhoi47
Signaler
Sukhoi47
La sensation de fausse liberté, je m'en rappel aussi dans GTA IV.
Le jeu te dit "Pique UNE camionette", or en meme temps le jeu t'impose une camionette de l'autre coté de la rue.

Alors bien entendu il faut parfois suivre les "choix" du jeu pour ne pas etre en conflit avec le scenario. Mais si à la limite ils auraient ecrit "Prend CETTE camionette", il aurait pas eu de conflit entre ce que te dit le jeu et ce que te permet le jeu.
azogh92
Signaler
azogh92
Tout ça pour dire,

Pour un jeu qui se targue être le plus cher de l histoire et donner des «leçon d open world», je trouve que le contenu est leger, pour le solo. 50h c est light, les jeux Bethesda coûtent pas ce tarif à développer et propose une 100aine d heures.

Le soucis pour moi reste que le multi est pas encore accessible et je pense que le contenu et la « liberté» qui manque se trouveront dans fra online.
fenryo
Signaler
fenryo
Tu es dur Noireaude,
je veux dire ça reste un boulot d'humains on en demande peut-être trop aux jeux vidéos, c'est pas sensé être une expérience transcendantale de type éveil boudhiste et extase khunda lini.

Je trouve que c'est dur, tu as dit subjectif je sais mais c'est trop dur comme vue du jeu.
akira94
Signaler
akira94
Une chose vraiment agaçante c est la taille des sous titres trop petit.Dommage qu' il son pas pris la taille et la couleurs des sous titres utilisés pour les spots de pub.
kiluuna
Signaler
kiluuna
Pour en faire une critique ou un test de façon "professionnel" oui j'estime qu'il faut finir le jeu, mais dans le cadre d'un simple d'avis de joueur, non ce n'est pas nécessaire à mon sens.
zegoldn
Signaler
zegoldn
biensur que c'est un avis parce que contraire a beaucoup apparemment j'ai des gout, et tout ceux qui ont des gout connaissent leur propre gout!
oui pour savoir si un jeu est vraiment bon il faut y jouer c'est clair mais y'a un paquet de jeux ou t'a nul besion d'y jouer pour savoir que tu va pas aimer... genre je suis sur que toi aussi t'as des jeu ou t'as déjà ton avis defini dessus avant d'y avoir jouer ( genre allé je parierai sur cityille, ou nintendog avoue tu va dire que t'aime pas pourtant tu l'as pas "fini" voir même pas jouer)
et ouais je me suis contenté d'un j'aime pas parce que je sais que mon avis sera considérer comme de la merde parce que je vait pas jouer a "cet étron", vu qu'on considère déjà comme de la merde l'avis de quelqu'un qui a fait l'effort d'y jouer 5h (de trop) mais je pourrait sans problème avoir une critique argumenté du pourquoi j'aime pas GTA V. (et y'a 95% de chance que tout ce que je dirait dessus se relèverai exact si je me forcer a y jouer pour vérifier si on avis été fondé ou pas)

a peine effleurer 5h de jeu?
mais qu'est-ce que tu veux d’apprendre en 100h de jeu que tu ne sais pas déjà au bout de 5h?
vous avez de sérieux problème si au bout de 5h de jeux vous ne savait toujours pas si vous adhérer au jeu au pas,
au bout de 5h tu sais tout ce qu'il a savoir si tu va accrocher ou pas au "monde du jeu" ( un jeu qui au bout de 5h ne t'as toujours rien offre de plaisant ça ne peut être qu'un mauvais jeu) au bout de 5h tu sais tout ce qu'il a a savoir sur les mécanisme de jeu (bon allé quelque "pouvoir" encore a débloquer mais tout le corps du gameplay y est déjà si 5h ne te suffisent pas pour évaluer un gameplay 50h n'y changera rien! si tu trouve la conduite mauvaise au bout de 5h elle ne va pas devenir bonne comme par magie juste parce que tu t'es fait chier a le finir, dans l'autre sens ça marche aussi si au bout de 5 heure tu trouve la conduite excellent elle ne va pas devenir merdique une fois le jeu fini. Te faut quand même pas 20h juste pour prendre en main un jeu j’espère.

tu va me dire que même les jeux que tu trouve a chier tu va les finir, même si il est inintéressant avec un gameplay exécrable?
donc quoi tu ne donne ton avis que des jeu que tu a aimer alors (a moins que tu n'aime tout les jeux du monde ce qui serait incroyable)
bon allé tu doit être un gars bien , tu ne diras jamais du mal d'un jeu, c'est tout a ton honneur.

si au bout de 5h tu n'aime pas le jeu au bout de 50h tu ne l'aimera pas plus, y'a même des chance que ta critique soit encore plus acerbe parce que tu t'es forcer trop longtemps a subir un truc déplaisant!

qui a besoin de finir un jeu pour le trouver ennuyant et au gameplay insipide? sérieusement? personne!
pour cela 5h de jeux c'est bien plus qu'il n'en faux (et a la rigueur si au bout de 20h tu commence a le trouver moins ennuyant ça ne rajoutera rien aux qualité du jeu, si un jeu met plus de 1h pour "démarrer" (allé je veux bien pousser jusqu'a 2h si c'est un RPG) alors ceux qui l'ont fait devrait revoir leur copie oet n'ont rien compris a qu'es-ce qu'un jeu, un jeu se doit d’être prenant dès les premières minutes!
moi en cout cas ça me parait inconcevable de se forcer a finir un jeu qu'on trouve mauvais et qu'on ne tire aucun plaisir a y jouer et je voit pas pourquoi on ne pourrait pas alors faire sa critique du jeu.
Joyfab
Signaler
Joyfab
Et tu peut parler au gens dans la rue quand tu appuis sur la flèche de droite
papi nameo!!
Signaler
papi nameo!!
:worship:
Solitario
Signaler
Solitario
Ce que Noiraude oublie un peu rapidement sans doute, c'est qu'au-delà du concept d'open-world, Grand Theft Auto est avant-tout un jeu d'action, qui encourage par sa nature les assassinats, vols de voitures, braquages et autres crimes plus graves. Bref, qui incite à la violence (virtuelle). ^^

Si à tous les coups on nous met dans la peau de criminels caractérisés, c'est pas pour faire des sentiments. Encore moins du social, évidemment. ;-)

Pour moi, l'intérêt de la série reste d'étendre sa réputation et son influence en honorant diverses missions ou en exécutant des contrats dangereux et de façon plus ou moins musclée de toute façon, mais à sa sauce, avec les nombreuses manières de faire que l'on met entre nos mains, exactement à l'image d'un Hitman par exemple, où un gage chasse l'autre. Parce qu'on n'est pas dans une simulation de vie... :o)

Maintenant, si Rockstar nous offre de faire du tennis ou d'aller rendre visite aux prostiputes, c'est pour amener le joueur à se changer les idées et à se dépayser entre deux missions principales, sans plus d'approfondissement que ça, de la manière la plus légère et superficielle qui soit.
La plus ludique, quoi !

C'est aussi une façon de pousser le public à expérimenter diverses choses sans queue ni tête (gameplay émergent) lorsqu'il vagabonde dans la ville sans se soucier de l'histoire.
Finalement l'ambition principale de cette série n'est autre que de proposer une grosse boîte à jouets, avec les limites que cela suppose, car GTA a ses codes, et sa recette.

C'est une formule commerciale qui est toujours restée la même, avec grosso-modo un quart de gunfights et de bastons, un quart de courses-poursuites, un quart d'infiltration et un quart de ''what the fuck''. Et c'est pour ça qu'on l'aime, cette recette bien équilibrée. ;-)
Parce qu'on évolue dans un cadre relativement crédible où on nous encourage à faire ce qui nous est formellement interdit dans la réalité, en toute illégalité (et désinhibition), et avec les outils qui émaillaient nos fantasmes de gosses dans Auto-Moto ou dans Scarface, par exemple.


Plus que la volonté de choquer pour faire le buzz, c'est de là que vient la nature polémique de la franchise phare de Rockstar !

Au-delà du caractère violent, subversif ou transgressif de la série, les faits-divers qui s'y rapportent on ne les compte plus, trop de joueurs de GTA ont fini par se prendre au jeu jusque dans le monde réel, en tirant du haut d'un pont sur Monsieur-et-Madame-Tout-le-monde-au-volant-de-leur-Twingo.

C'est donc d'abord pour cela que GTA a toujours suscité la controverse, pour sa mauvaise influence présumée sur les esprits les plus jeunes et/ou sensibles, qui en ferait (selon un certain nombre de médias en tout cas) une fabrique à tueurs en puissance...

L'un dans l'autre, GTA est un jeu vidéo, et il revient à chacun de faire la démarche de prendre le recul nécessaire pour ne pas aborder les phases de jeu volontairement fantaisistes et déconnectées de la réalité avec la même attente en matière de souci du détail et de réalisme que ce qui peut être appliqué aux séquences narratives qui mettent en scène l'histoire.

Je suppose que chacun de nous est capable de faire la transition et la nuance entre cinématiques et in-game avec suffisamment d'aisance pour se distancier des incohérences qui se font souvent jour entre ce qu'on nous raconte dans le cadre de la trame et ce qu'on nous propose de faire effectivement pad en main.

Je sais pas si tout est très clair dans ce que je raconte mais ce qui est sûr, c'est que GTA est une oeuvre - violente - au réalisme - stylisé - et qu'il convient de prendre comme du pur divertissement décérébré et résolument grand public dans ses composantes ludiques. On ne change pas une recette qui rapporte, et si celle-ci est tellement lucrative, c'est bien parce que derrière ses airs très sérieux, GTA offre une démesure délicieusement dégressive.

papi nameo!!
Signaler
papi nameo!!

d'ailleurs au passage j'ai pas jouer au jeu et j'y jouerai probablement jamais et je peut déjà donner mon avis: j'aime pas!


En voilà un avis avisé!

Mais pour revenir à ce que tu dis je pense qu'au contraire quand on décide de faire la critique d'un jeu il faut l'avoir un minimum rôdé. Sinon tu te contentes d'un j'aime pas et t'as pas besoin d'en faire un article. Pourquoi vouloir faire la critique détaillée d'un jeu qu'on a à peine effleuré? Le clic? La polémique? L'envie d'aller à contre-courant?

Perso j'ai jamais pû me résoudre à rédiger la critique d'un jeu sans l'avoir terminé ou au moins en grande partie. Même si ça reste subjectif je sais que je parle un minimum en connaissance de cause. Je reproche la même chose à la plupart des testeurs d'aujourd'hui même si eux ne le font pas vraiment par choix.
papi nameo!!
Signaler
papi nameo!!
Ah ouais et les missions subsidiaires avec le vieux facho et son apprenti latino patriote qui parle Anglais comme une vache Corse et qui arrêtent les clandos de Blaine County, j'ai explosé de rire plusieurs fois aussi xD Et puis Trevor...! ><
zegoldn
Signaler
zegoldn
je comprend pas tout ces accusé comme quoi on pourrait pas avoir un avis sur un jeu qu'on a pas terminer

désolé les gars mais pour terminer un jeu y'a un condition sine-qua-non ( a moins de faire parti de ces mec qui ne joue que pour les trophé et que alors peut importe le plaisir de jeu) il faut avoir aimé le jeu.
tu va pas terminer un jeu si tu trouve le jeu mauvais ou ennuyant.

et désolé mais 5h c'est plus qu'il ne faut pour savoir si on accroche ou pas a un jeu, pourquoi s'infliger 30h de torture si ca te fait déjà chier au bout de 2h?
c'est stupide!

donc quoi les seul qui pourrait donner leurs avis sur un jeux serait uniquement ceux qui ont adorer le jeu c'est ça?


d'ailleurs au passage j'ai pas jouer au jeu et j'y jouerai probablement jamais et je peut déjà donner mon avis: j'aime pas!
papi nameo!!
Signaler
papi nameo!!
Le genre de trucs qui me font triper sur GTA, je passe 5 minutes sur beleeter juste pour délirer et voilà sur quoi je tombe:


@Clay PG Jackson

Je suis un ancien gangster mais je suis quelqu'un de sensible. J'écris des poèmes, je met des robes, je vais voir des ballets et je pleure comme un artiste #restersoi-même


@BoissoneCola

Le bonheur c'est de tomber sur une vieille amie, de partager un eCola et de reprendre là où vous en étiez restés, de vous disputer en parlant de politique avant de la prendre dans les toilettes #bonheur


@deeptammiboo

pkoi c si conpliké lamour?


@BoissonÉnergisanteJunk

Les enfants aussi ont besoin d'énergie. Ne passes pas pour un looser avec ta brique de jus de fruit. Tu as l'âge de prendre tes propres décisions. Intègres-toi. Frimes. Vis ta vie à cent à l'heure.


@LucyEscoto

Est-ce qu'on peut se faire un frottis vaginal soi-même?


@okukakikek

j'm pas ceux quivme font des compliments en privé pq personne peut voir ce kil disent


@sickggphil

sa ou ça, c koi la règle? Je sais jamais


@YuriBooya

Avale, pétasse. Y a des gamins qui crèvent de faim en Afrique.


@GavinZielke

À chaque fois que ma fille hurle "papa", j'ai des flashbacks inavouables de mon année en Thaïlande.


@allisonprimmer

@malcolmfleet C'est fini entre nous. C'est pas toi, c'est moi. Je suis attirée par les connards



Et ça c'est juste les 3 dernières pages, le jeu est bourré jusqu'à la moëlle de conneries comme ça et de détails que peu de personnes vont se faire chier à aller voir, mais en tout cas ça me fait bien marrer :D Pareil avec les sites Lifeinvader (FB), Fruit (Apple), Taco bomb, ou même les sites boursiers, mais c'est une goutte d'eau dans l'océan. Et putain Impotent Rage!!! :D :D :D Je suis peut-être attardé ou je ne sais quoi mais pour moi c'est un émerveillement de chaque instant de voir jusqu'où ils ont poussé la satyre ;D
Gohan
Signaler
Gohan

C'est un Mc Do du jeu vidéo, pas un étoilé.


C'est exactement le point de vue que j'ai sur cette série. Sans vraiment pouvoir l'expliquer, ce sont toujours des jeux que j'attends avec gourmandise. Mais qui au final me laisse un goût amer.

GTA 3 reste le seul que j'ai terminé, à ce jour, du fait de la liberté qu'il offrait pour l'époque. Et même si je prends toujours du plaisir à découvrir le monde façonné par rockstar. Au bout d'une dizaine d'heures, je me lasse et j'arrête. Je n'ai jamais ressentie d'attache envers les personnage, et trouvé d'intérêt dans les scénaris. Quelque chose qui me donne envie de continuer.

j'ai le même ressentie sur la série assassin's creed. À laquelle je ferai les mêmes reproches. Une fois passé l'émerveillement de la découverte d'un monde ouvert, beau et crédible! Vient un terrible sentiment de lassitude qui me fait arrêter.

Je n'ai pas encore joué à GTA 5. Et j'espérais qu'ils corrigent celà. Visiblement, d'après ton article, ce n'est pas encore le cas. J'attendrai sûrement encore quelque temps avant de m'y mettre.

Après, je fais ces reproches à GTA. D'autres par exemple, reproche un manque de renouvellement de la série Zelda. De mon point de vue, à raison!
Et même si je me rends compte que d'un épisode à l'autre les mécanismes restent les mêmes. C'est "ma came" et j'y prends toujours du plaisir! Il en est donc certainement de même pour les adorateurs de GTA.
Noiraude
Signaler
Noiraude
Spece de biatche Seb! Je t'attends :lol:
ipiip
Signaler
ipiip
On a deja été libre de ses choix dans la série GTA ?
Jamais, mais c'est pas le concept du jeu ? une caricature ou les protagonistes sont volontairement des imbéciles ?

Bon article qui resume bien mon avis sur la saga, et pourquoi je ne l'apprécie pas. Après je peux comprendre qu'on aime, hein... chacun ses gouts !

Édito

Ceci n'est pas un blog.

Ceci n'est pas une pipe.

Ceci est une fenêtre sur un pré où je pais en paix.

Les vidéos de Noirdenoir sur Dailymotion  

Suivez-moi sur Twitter @Noirdenoir67

Ou sur la communauté Facebook Rêves électriques (toute jeune !)
https://www.facebook.com/noiraude67/

Le site pour les amis de l'illustre Seb le Caribou: http://seblecaribou.wordpress.com/about/

 Et si vous avez envie d'une petite partie de Mario Kart 8 avec moi : Noiraude67
 

Archives

Favoris