Le Blog de Nintenboy

Le Blog de Nintenboy

Par Nintenboy Blog créé le 01/09/11 Mis à jour le 21/09/15 à 12h16

Tout sur la NX !

Ajouter aux favoris
Signaler
actualité Nintendo (Jeu vidéo)

Le site Industrygamers entame de la plus polémique des manières son tour de table des studios de développement impliqués dans le boum des social games et jeux sur formats mobiles. Les journalistes ont approché les deux dirigeants de Fun Games afin de recueillir leur opinion sur l'impact de cette tendance venant à l'encontre du modèle industriel sur lequel repose historiquement le cycle des consoles de jeux vidéo.

Et le responsable John Welch n'y va pas de main morte pour décrire la véritable révolution de palais que les nouveaux usages imposent à tout un chacun. Il s'attaque à un symbole pour éclairer son opinion : << Le monde de Miyamoto qui consiste à être très tôt sensibilisé aux spécificités d'une console, aider au processus de production, imaginer la manette et réaliser des choses ridicules que personnes d'autres n'étaient en mesure de se représenter, ce temps là est révolu. >> Il veut croire qu'avec l'explosion d'Internet et ses corolaires le free to play avec l'avènement du contenu roi réalisé par des anonymes, qu'une rupture est en train de se produire.

Un nouveau paradigme émerge et échappe au domaine réservé des acteurs traditionnels de la réalisation d'un jeu : << Dorénavant, le développement d'un titre est entre les mains de centaines de milliers d'équipes à travers le monde qui ne demandent la permission à personne. Ils créent [...] c'est dans ce monde que nous évoluons, dans la catégorie des jeux sur mobiles et social games, j'espère qu'il façonnera rapidement celui du téléviseur. >> J. Welch a à l'esprit le phénomène envahissant Minecraft sur Internet et Angry Birds sur la scène Flash qui ont bousculé bien des certitudes sur la radicalité semi-autonome de son mode de production et de croissance.

Une telle expérience console a bien été tentée avec le jeu Little Big Planet sur PlayStation 3. Sony avait fait de son titre le chantre du contenu roi dans lequel les joueurs avaient toute la latitude pour laisser libre cour à leur soif d'imagination. Mais le géant japonais s'était laissé déborder par l'énergie créative sans bornes des concepteurs en herbe qui ont fait fi des lois de propriétés intellectuelles, amalgamant des univers appartenant à la concurrence. LBP a mis en lumière les limites de la production collaborative dont les ressorts liberticides sous-jacents menacent l'intégrité de l'univers ainsi réalisé. Si bien que le numéro deux mondial de l'électronique grand public a changé son fusil d'épaule pour accompagner ce nouvel élan économique. Le PlayStation Suite et le Sony Online Entertainment entrent dans cet ordre d'idée.

Le constructeur japonais mise sur l'interaction entre tous ses écrans (Bravia, Vaio, Xperia, PlayStation) avec ceux de la concurrence (PlayStation Certified) , à l'aide d'une interface et de services en ligne unifiés. Une révolution pour un groupe dont le modèle de développement repose depuis toujours sur la création de produits électroniques évolués : << ne cherchez plus rien qui soit propre à Sony, soulignait dernièrement David Mignot de la branche Mobile. La bataille du hardware est morte ! >> L'innovation matérielle n'est plus essentielle pour le fabricant seul compte ses usages qui n'obéissent par nature à aucune marque propre. Le label PlayStation est né. L'investissement sur des plates-formes dîtes sociales type Facebook est même envisageable pour le président de Sony Worldwide Studios Yoshida Shuhei : << c'est tout à fait possible, nous avons bien réalisé une page Facebook promotionnelle illustrée par le jeu InFamous 2. Nous sommes donc en pleine expérimentation [..] dans un contexte où les individus sont continuellement connectés et socialement engagés, la pénétration de nos IP est tout à fait vraisemblable. >> Les propos du pdg de SWS font échos à ceux de Jack Buser responsable des plates-formes Home et PSN : << grâce au PlayStation Suite et au PSN, nous sommes à présent capables de proposer des expériences sur formats indifférenciés. >>

Tous les regards se tournent à présent vers Nintendo dont la tour d'ivoire est régulièrement assiégée par les tenants d'une plus grande ouverture au monde très flexible de la technologie. Taxée de société conservatrice qui ne prend jamais le train en marche des différentes évolutions techniques qui bouleversent continuellement l'industrie du jeu vidéo, le leader des consoles fait une nouvelle fois l'objet de vives critiques sur son prétendu retard face à Sony qui pour la première fois étend ses services à des produits concurrents des siens (smartphone sous Android et bientôt tablette).

Le président du roi de l'édition est à ce sujet catégorique : << nous n'avons nullement l'intention de distribuer nos créations sur l'ensemble des plate-formes mobiles [...] Nintendo est une société qui essaie de maintenir une certaine valeur ajoutée à ses jeux. >> Le matériel propriétaire est donc indissociable de la spécificité des jeux Nintendo << je ne veux pas du tout m'engager dans une autre direction >> insiste Iwata.

Manifestement en désaccord total avec le haut dirigeant de Nintendo, les responsables de Fun Games pensent que les constructeurs << détruiront de la valeur si ils campent sur leur position [...] d'autres compétiteurs embrasseront cette ultime évolution à leur place au risque d'effacer d'un trait >> le modèle vieillissant des fabricants traditionnels.

Et ce d'autant que le marché se rétrécira : << Microsoft et Sony se partageront les miettes d'un gâteau amené à drastiquement diminuer de taille. >> Nintendo appelée à disparaître ?

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Commentaires

ManoloWest
Signaler
ManoloWest
Toute cette mode des jeux tactiles et sur réseaux sociaux n'est qu'un miroir aux alouettes, tout du moins ça ne va pas "tuer" le JV tel qu'il existe, il faudrait quand même qu'ils se rendent compte que ce business existe depuis presque 30 ans avec Nintendo et c'est pas quelques piafs et 3 cochons qui vont à eux seuls démolir ce marché.
Nintendo est en très bonne santé et leurs jeux se vendent, leurs consoles aussi. L'image de marque est ancré chez les gens Nintendo=Qualité&bons jeux, image plutôt méritée et qui se base sur du concrèt, ça se vend et même plutôt cher par rapport aux produits distribués, d'ailleurs le prix participe à cette image qualitative alors que le "Snack-Gaming" sur mobile/tactile/web 2.0 est au JV ce qu'une barre de Kitkat est à la gastronomie. (même pas du Macdo).
C'est juste une diversification de l'offre et non une concurrence, mais il n'y a pas de quoi en attendre monts et merveilles et les investisseurs vont vite devenir prudents, ça reste globalement du gadget, les joueurs qui en consomment le reconnaissent eux-mêmes.
BaronNoir
Signaler
BaronNoir
Cet article me fait penser que cette chouette ruée vers l'or qu'est l'explosion des jeux sur smartphone et autres supports a priori peu adaptés aux jeux classiques pourrait bien se faire avec quelques remous au passage et quelques disparitions de développeurs comme Zynga ou Rovvio qui un jour, auraient les yeux plus gros que le ventre.
LvsAs
Signaler
LvsAs
Quant on voi que sony s'oriente de plus en plus vers le free to play au point de casser les limitation du psn c'est une belle preuve d'evolution perso je vois ca d'un bon oeil il ne restent pas dans la stagnation c'est une bonne chose http://www.dust514-f...ments-dans.html
Lunic
Signaler
Lunic
Personnellement je n'ai jamais été aussi polyvalent qu'aujourd'hui.
Je joue tous les soirs à Minecraft, après une session de mon nouveau joujou, j'ai nommé ME3.
Et les après midi je suis plutôt porté Zelda Skyward Sword (que je n'ai honteusement toujours pas terminé faute de temps) et franchement, je m'en porte très bien.

Je vois pas pourquoi je devrai me, et être, catalogué à jouer à une seule sorte de jeu alors que je peux avoir tant d'expériences différentes. Ou alors je suis un anarchiste, j'sais pas, à voir.
P_Less
Signaler
P_Less
5 mois*
P_Less
Signaler
P_Less
Je suis resté plusieurs mois sans ps3, je jouais quotidiennement sur mon smart (chrono trigger, avatar, angry birds, asphalt...) et quand j'ai acheté à nouveau une PS3, j'ai laché mon tel, ça fait 5 moins maintenant
Nintenboy
Signaler
Nintenboy
Wiilink, loin de partager la thèse des deux dirigeants de Fun Games, j'ai juste voulu exposer leur point de vue et les confronter à d'autres vérités. Le plan dépouillé donne ceci :

- Fun Games est une société aux avant-postes des changements de paradigme qui toucheront les constructeurs "traditionnels"
- Par provocation, il s'attaque à un monument du jeu vidéo pour appuyer leur opinion
- Les constructeurs ne sont pas aussi autistes qu'aiment à les décrire les deux dirigeants de Fun Games (contre exemple de Sony et Nintendo)
- Ils pensent en définitive que le maigre gâteau sera partagé entre Sony et Microsoft, Nintendo choisira la voie de l'édition.

Pour moi, ils se trompent lourdement, ce n'est qu'une manifestation de la cupidité de ce type de société dont le business model repose sur la délitescence du jeu vidéo. On a besoin de grands leaders personnifiant leur création pas de jeux sans visage.
Olff
Signaler
Olff
Oui, il y'a de grosses évolutions sur le marché du JV, dans son modèle économique, comme dans ses modèles de conception.
Mais Nintendo l'avait vu venir, et son choix d'évoluer hors jeu, sur son propre terrain, faisant fit des tendances technologiques, le met aujourd'hui dans une position "confortable". Celle du doyen.

Taxer Nintendo de conservatisme est juste, et c'est là sa force première, des licences historiques, et un public historique. Le N n'est pas prêt de disparaitre, parce que son plombier, son elfe, sa boule rose, savent être intemporelles, classique et innovants.
Sony, Microsoft, ne sont pas dans la même position, suffit de regarder leurs charts, où l'on comprend que c'est les tiers qui font vivre majoritairement les supports. Ceux là même qui peuvent à tout moment bifurquer sur d'autres supports, d'autres distributions. Mario, Pikachu, Link, eux, ne peuvent pas migrer.

Je m'inquiete quand même pr Sony, qui après avoir perdu sa notoriété de produit hi-tech, récupéré par Cupertino depuis, ne sait plus de quels pieds danser. Leur stratégie me parait pas en soutient de la Vita et ps3-4. Aller au casse pipe sur le marché sur-dominer par l'AppStore, Steam & co, àa me semble dangereux.
wiilink
Signaler
wiilink
Je n'ai qu'une question: Pourquoi on veut depuis des années que Nintendo meurt alors qu'ils sont leader du marché du jeu vidéo? Sous pretexte qu'il refuse de faire des jeux sur mobile? Cet argument me parait très faible. Et il ne faut pas oublier que c'est nintendo qui a ramener le casual sur console, donc j'ai vraiment du mal avec la derniere phrase qui consiste à dire que microsoft et sony vont se partager les miettes. On parle de quoi exactement dans cet article?
onix4man
Signaler
onix4man
Oui, et je ne vois pas en quoi l'un empêche l'autre d'exister de surcroit. Et dans cette optique, il me semble à moi aussi que Nintendo fait le bon en se dissociant matériellement de ce qui est justement faisable partout ailleurs
Octokom
Signaler
Octokom
Cet article prouve que Nintendo est dans le bon !
sorento
Signaler
sorento
Je suis d'accord avec toi sukhoid, je me fait minecraft tout les soir sur un serveur avec des amis et je joue sur mon telephone et pourtant je joue aussi sur 3ds, wii, ps3 et sur pc, je pense que c'est parfaitement compatible.

Je pense que je n'ai jamaisautant apprécié les jeux/support classiques que maintenant...mais dit Le Gamer aux Mains Carrees

Plus il y a de monde, moins il y a de place, c'est le risque qu'entraine le choix d'apple a un moment ou un autre.

C'est faux de dire qu'il faut l'autorisation de miyamoto chez nintendo, il y a pas mal de jeux qui passent sans lui...il le dit lui même qu'il faire des jeux sans lui d'ou le fait qu'il s'est retiré du haut niveau , chose vu a tord comme son dépard a un moment.

Il faut une forme de modération et l'article l'explique avec le cas little big planet ou on ne compte plus les niveau "mario", on ne peut laisser le jeu vidéo se diriger dans la liberté absolue. On a vu le bordel qu'il y a eut en 1983 on tout le monde faisait n'importe quoi.

Il faut donc un raleur qui fasse un peu le tri et en somme l'article qui dit le modèle miyamoto n'est plus, l'a défendu!!!
Sukhoi47
Signaler
Sukhoi47
J'ai l'impression que dans la tête des developpeurs il y a ceux qui jouent à Angry Bird, ceux qui jouent à Minecraft et ceux qui jouent sur console. En s'imaginant que le mec qui joue à Angry Bird ou celui qui joue à Minecraft rejette le modele des consoles classique !!

Alors que c'est faux, ça peut etre la meme personne qui joue à tout ça !!
Angry Bird a du succes parce que c'est un bon jeu flash et que ces genre de jeux marche sur smartphones car il permettent de passer le temps quand on s'ennuie ou qu'on attend pendant des plombes. Perso j'y joue quand j'attends que ma voiture sorte d'une visite au garage ou quand je suis d'alerte au boulot pas ailleurs, pas à la place de Zelda !
Et pour Minecraft, c'est pas parce que je m'eclate dessus que j'ai coupé les ponts avec Nintendo pour autant !!


J'ai l'impression qu'on nous prend pour des binaires des fois !
Conker
Signaler
Conker
Nintendo cherche surtout à différencier son hardware pour pouvoir proposer des choses uniques. Et je ne comprends pas en quoi ce modèle serait périmé.
Nintenboy
Signaler
Nintenboy
Les mains carrées mais la tête sur les épaules ^^. Je crois que Nintendo a choisi la meilleur des options. Pour éviter de surnager dans un monde interconnecté et noyé dans une masse de produits plus ou moins ressemblant, "attachons-nous à produire des hardware qui mettent nos concepts en valeur". Voilà, in fine, leur message.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
J'aime.
L'article, pas les perspectives.

On va se retrouver (se retrouve déjà) avec un marché sur-saturé de productions, noyées dans la masse, comme c'est déjà le cas au niveau des bouquins, des films, des séries, and co.
Finalement, à peine joué, à peine oublié (ou peu s'en faut) : impossible, sans ça, de tenir le rythme.

Comme quoi chaque médaille a vraiment son revers.
On n'a jamais été aussi créatif, sans doute. Et ça n s'est jamais aussi peu vu.

Édito

 Numéro épuisé




Archives

Favoris