Le Blog de nineufo

Par nineufo Blog créé le 15/01/14 Mis à jour le 21/01/15 à 19h48

Sur ce blog vous trouverez des critiques de jeux, des articles mais aussi mon avis sûr divers sujet comme du cinéma ou de la BD.

Ajouter aux favoris
Signaler
Articles (Jeu vidéo)

 

La difficulté : une notion en voie de disparition

Le jeu vidéo est un média en croissance constante, il essaye de s’adapter au plus grand nombre et c’est pour cela que la difficulté tend à disparaître. Car, si pour un joueur ancien il peut paraître normal de passer plusieurs heures pour réussir à finir un niveau, il en va autrement dans les jeux plus récents. Ainsi, la difficulté et l’investissement nécessaire pour réussir à surmonter un obstacle pourront rebuter le joueur lambda.

On peut notamment le constater avec les jeux présenté à L’E3 cette année, la grande majorité des jeux ne semblent pas contenir de challenge élevé, à première vu tout du moins.

 

Cet article est déjà commencer mais il me faut tout de même définir le sens que je porte à cette difficulté.

La difficulté d’un jeu est généralement composée de la puissance du joueur en fonction de la puissance ou force (intensité) de l’obstacle à franchir. La puissance du personnage est quant à elle définit par deux variables :

- La puissance pure de ce personnage, c’est caractéristiques dans un RPG par exemple, sa distance de saut et sa vitesse dans un jeu de plateforme ou sa puissance de feu et sa précision dans un jeu de tir.

- Les  capacités du joueur à exploiter le personnage, faire preuve d’un bon timing ou bien exploiter ses pouvoirs.

L’immense majorité des jeux propose un challenge qui augmentera au cours de la progression, que ce soit des plateformes plus difficiles à atteindre ou des ennemis plus puissants. Dans ces conditions le joueur est obligé de progresser dans au moins une des composantes de son niveau de jeu, que ce soit sa capacité à jouer ou tout simplement faire monter son personnage de niveau.

Le rapport entre le challenge proposé et la puissance du joueur doit en permanence atteindre un certain équilibre, car si la difficulté est trop élevée le joueur va être frustré par son expérience de jeu et il risque d’arrêter tout simplement de jouer. Et dans le cas où le challenge n’est pas suffisant le joueur va ici courir le risque de s’ennuyer et d’ici aussi arrêter de jouer.

On constate que dans un grand nombre de jeux modernes grand public, on a un ajout de plus en plus fréquent de couche de RPG dans des jeux qui semble de prime à bord assez éloigné de ces mécaniques. On peut citer une série comme Assassin’s Creed qui à partir du second volet à rajouter un aspect évolution du personnage plus poussé avec l’achat de nouvelles armes, amélioration d’armure, etc. Alors que dans le premier épisode, une progression du personnage était présente mais directement intégrée au scénario avec la récupération de notre équipement auprès de notre mentor.

C’est dans ce type de production AAA que l’on retrouve majoritairement cette progression du personnage qui n’était auparavant présente que dans les purs RPG, la principale raison étant donc de permettre une progression de la difficulté du jeu et du personnage de manière similaire afin que le joueur ait l’illusion de progresser alors que seul son personnage progresse réellement. Le joueur n’a ainsi plus besoin de progresser lui-même. Ce phénomène est principalement dû à un élargissement du public, un joueur lambda n’aura pas la patience de s’investir dans un jeu afin de progresser dans l’exécution des mouvements. Les jeux AAA ne brillant en général pas par leur durée de vie,  il est ainsi assez difficile de gagner en « skill » dans une aventure aux actions variées durant moins d’une vingtaine d’heures. Progresser de manière physique et mentale dans la pratique d’un jeu et de n’importe quelle activité en général demande de la pratique sur un point précis durant de nombreuses heures afin de renforcer les réflexes. Ce qui est donc impossible dans un jeu destiné à un large public qui se doit de proposer de la variété afin de ne pas lasser et qui ne doit pas obliger le joueur à passer par de longues phases rébarbatives d’apprentissage.

On peut voir que dès la génération PS3-XBOX360, une grande partie des jeux ont délaissé une approche nécessitant une progression directe du joueur. Il existe tout de même de nombreux titres qui ne cèdent pas à cette pratique, mais il s’agit souvent de jeu de niche et il peut arriver qu’ils soient en partie décrier, comme un Donkey kong country returns qui proposait une courbe de progression réellement travaillée avec un challenge permanent pour le joueur, qui le force à progresser en permanence. Le jeu n’a pas vraiment de pic de difficulté, mais il demande un minimum de rigueur qui sera nécessaire tout au long du jeu. Ce nouveau Donkey Kong a été bien accueilli à sa sortie, mais de nombreuses personnes le trouvaient trop dur sous certains aspects.

On peut également constater que la tendance n’a pas l’air de se réduire au vu des annonces de cet E3 et on peut peut-être déjà ce dire que les jeux nécessitant un investissement important du joueur sont morts, au moins pour le grand public. Mais il faut tout de même relativiser, en effet, un jeu ne nécessite pas forcément de la difficulté pour être intéressant ou même fun à jouer. La difficulté abordée ici concerne uniquement les jeux basant leurs mécaniques sur leur Gameplay ou sur un système de jeu complexe, elle diffère également sur les jeux compétitifs où la difficulté n’est pas directement géré par le dévellopeur. Un jeu basé sur sa narration n’a nullement besoin de courbe de difficulté, car ce n’est pas elle qui tient le joueur en haleine. Et les jeux difficiles ne sont pas totalement morts, il suffit d’aller chercher du côté des indépendants ou même chez quelques jeux de niches comme un Dark souls par exemple. Mais pour une majorité de joueurs, cette difficulté restera absente ce qui n’empêche pas la plupart d’entre eux de ne pas finir leurs jeux.

Ajouter à mes favoris Commenter (29)

Commentaires

ellord
Signaler
ellord
Candy crush est un jeu puzzle ayant pour theme la nourriture, c'est pas littérallement manger en jeu video. et puis non, il y a pas vraiment besoin d'investissement pour ce genre de jeu et un jeu dont le facteur chance est trop grande n'est pas compétitif, il n'y a rien de compliqué. (certains propose de prévoir et calculer ses probabilités pour un résultat qui arrivera vers ce que tu as prévu car il y aura assez d'échantillons, d'autre c'est carrément de la chance). Je décompose l'investissement en deux partie, la partie comphréension (la partie la moins amusante si on a pas de base équivalent venant d'un autre jeu) et la skill. J'aime biens qu'il mettent des niveau de difficulté facile/moyen/difficile, mais parfois cette partie est baclé où il ne font que augmenter la vie et la puissance de frappe de l'adversaire au lieu de son IA ou la modification des contraintes ou encore d'autre dont le jeu est plus facile à la fin qu'au début à cause du progrès du personnage trop grande par rapport à la difficulté des niveaux.
nineufo
Signaler
nineufo
Enfin Candy Crush reste assez différent dans le sens où le jeu est plus que simple avec un investissement minime pour chaque partie mais énorme sur la totalité. Ça reste un jeu avant tout basé sur le hasard et la chance et où on paye pour progresser dans les niveaux sans jouer. ^^
smboy
Signaler
smboy
J' ai pris Fifa en exemple, mais on peut aussi parler de Candy Crush, l' investissement demandé est franchement conséquent. Pourtant c' est grand public. Ca répond aussi à ta question sur la bouffe? ^^
ellord
Signaler
ellord
C'est pour ça que je préfère les tas de jeux indé sur PC ou les jeux compétitif multijoueur.

Oui smboy, n'importe quel sport demande de l'invesstissement pour y être bon....attend c'est une simulation de sport où tu fait semblant de jouer? As tu un aussi un jeu où on mange pour de faux?
smboy
Signaler
smboy
Grand public et jeux difficiles n' ont jamais fait bons ménages.
Mais certains jeux grand public nécessite quand même un investissement certains (Fifa par exemple).

Mais qu' on se le dise: comme toutes les "niches", la difficulté a de beaux jours devant elle, n' en doutez pas...
nineufo
Signaler
nineufo
Ce qui me dérange sans les AAA, ce n'est pas vraiment que la difficulté est absente, c'est un petit peu différent de ça. Ce serait plutôt que l'implication du joueur est moindre qu'auparavant. Les jeux possèdent toujours une progression de la difficulté avec des ennemis plus coriaces, car cela permet de donner un sentiment de puissance au joueur, il a l'impression de progresser. Le problème c'est que d'en beaucoup de cas le jeu utilise des artifices pour que l'augmentation de la difficulté dans la progression du jeu soit contrebalancer par une progression du personnage, avec l'ajout d'une surcouche de RPG par exemple. Les ennemis seront peut être deux fois plus résistant mais notre personnage infligera deux fois plus de dommages et au final les skills du joueur n'évoluent pas parce que le personnage le fait déjà tout seul. Ainsi, l'expérience de jeu ce retrouve assez similaire d'un joueur à l'autre puisque l'incidence de notre niveau de jeu sur notre progression n'est plus nécessaire et tout le monde va galérer un peu à passer certain passages, sinon le joueur peut se lasser d'un jeu trop monotone, sans progression. Un jeu comme Skyrim par exemple va bien illustrer la progression des ennemis parallèle à celle du personnage, vu que le monde augmente de niveau en même temps que nous, les combats ne varie que peu. On a toujours l'impression de progresser en montant de niveau et en augmentant son équipement mais un combat contre un bandit au niveau 5 ou 50 ne différera pas beaucoup dans le déroulement.

Après on peut aussi choisir de ne pas augmenter sont personnages effectivement, je pense par exemple au personne finissant les Zelda sans ramasser un seul quart de coeur.
Ironbobbi
Signaler
Ironbobbi
Moi quand un jeu devient trop dur, c'est surtout la pile à côté que je vois montée :P
loulou206
Signaler
loulou206
C'est pas plus mal, perso quand un jeux commence à me poser problème je le met de coté car je sens la colère et la frustration monté lol, le jeux vidéos est un loisir pour se détendre, si on doit piquer des crises de nerfs à chaque fois que l'on joue...
DjayAime
Signaler
DjayAime
Article interressante, je n'avais jamais pousser la réflexion à ce sujet, alors que, d'instinct,je n'utilise jamais les points à dépenser dans de nouvelles skills dans un tomb raider, ou alors j'attends que le titre en question deviennent difficile. Il y'a des règles à s'imposer finalement pour profiter d'un jeu. C'est ce qui est nouveau, non ?
Ironbobbi
Signaler
Ironbobbi
Tu ne parlerais pas de DEathtrap Dungeon par hasard ? Un action/plateforme avec 40 milliard de pièges ? Tiré du livre dont vous etes le héros : Le Labirynthe de la Mort ?
Je crois... Bon peu importe en fait.
Car comme je disais plus haut, je ne suis qu'en partie d'accord avec ce débat de la difficulté, autant au début de la gen 360/PS3 c'était justifier de parler de jeu assisté, et à la difficulté réduite : Avec Prince of Persia, Assassin's Creed, Enslaved nottament... Mais les choses ce sont rééquilibrés, il me semble.

Et comme tu dis, nos capacité aujourd'hui, avec l'expérience acquise manette en main, c'est largement amélioré.
Loin de moi l'idée de faire un concours de bistoukette pour savoir si tu es nul ou, si c'est moi.
Perso je fait Halo en Légendaire tout le temps, des le premier run... Et je meurt des centaines de fois !
Je préfère mais je suis pas un robot ^^ t'inquiète :)

Pour les succés je ne suis pas d'accord 80% des succés sont des objectifs complétement débile et idiot. (j'ai pas dit 100% ;) )
H0shiz0ra
Signaler
H0shiz0ra
@Ironbobbi, tu as des jeux qui sont équilibrés parmi les Triple A (à moins qu'ils n'en ont que l'air oO), dans la difficulté.

Les jeux plus faciles qu'avant, mais quand, avant ? Et sous quelle condition ? Personnellement, le fameux Super Mario 2 (Lost level) qui serait super dur, tu le retrouves dans des jeux Die & Retry d'aujourd'hui. Ou je pense à un jeu sur Playstation dont je ne sais plus le nom : ça se passe dans un chateau/donjon, au début du jeu tu choisis entre un guerrière et une guerrière (ou une archère ?), et actuellement je le retrouve dans Dark Soul. Mais sinon, je n'ai pas vu la courbe de difficulté chuter. Les jeux n'étaient pas faciles à l'époque car j'étais encore un gosse. Aujourd'hui, je pense que l'âge et l'expérience font que j'analyse plus facilement ou plus logique le danger ou le puzzle qu'il y a dix ou quinze ans.

Bien sûr que c'est plus simple car le jeu vidéo parle à de plus en plus de gens. Et qu'il ne faut pas rebuter une franchise au seul fait qu'on doit satisfaire une grosse difficulté. Et entre nous, même aujourd'hui, je meurs encore dans certains titres... Pour pas dire dans TOUS les jeux. A moins que je sois nul, je dirais que si tu ne meurs pas dans les jeux que tu découvres (ou que tu continues de jouer), t'es meilleur que moi, et bravo. Car je pense pas être mauvais. Alors souvent parce que je suis pas concentré pour les jeux d'action ou les RPG, et que finalement, il y a bien de la difficulté, puisque je me fais tuer. Et j'abuse des couvertures, pourtant !

Mais j'ai beau réfléchir, tous les jeux en trois dimensions, je n'en vois pas des tas qui avaient une vraie difficulté.

Deus Ex : Human Revolution, Max Payne 3, Far Cry 3, les Mass Effect, Skyrim, Fallout : New Vegas, Alpha Protocol, Conviction, Blacklist... . Bah je meurs, y a des passages qui sont moins "faciles", et des passages où je m'en sors victorieux, avec une jauge de vie réduite.

Ah, et bien entendu, les jeux aujourd'hui touchent un plus grand public, mias ça n'empêche pas les défis, entre les Succès et les Trophées, même si certains sont douteux dans la difficulté, d'autres demandent de la persévérance pour donner la preuve que t'as fini le jeu à 100%.
Ironbobbi
Signaler
Ironbobbi
Nineufo : Sur ce point aussi, comme je te disait je partageais ton avis dans l'ensemble. Et c'est vrai que si on avait un peu plus de choix dans les rayons des magasins ce ne serait pas un mal.
Par contre, vue le rythme de l'industrie...Les jeux difficiles sont un freins...

Spike : Tu as essayé Uncharted en ultra dur ? Une horreur ! Aaaah si tu veux bien mettre en avant tout les défaut de gameplay et de jouabilité de ce jeux, tu fais 2 heures en mode difficile. Et c'est là que tu te rend compte qu'un triple A n'est pas calibré pour être difficile.
LA seul série AAA calibré pour, et qui se sublime en Mode de difficulté maximale, c'est les Halo. Elle prend sa source à une époque, ou le FPS ce voulait encore de proposer un gameplay d'avantage sur le skill, que sur les gadjets.
Mais y a toujours matière à débat.
Spike Saeba
Signaler
Spike Saeba
Faux débat pour moi. Au même titre que le blockbuster cinéma se contente d'un scénario lisse et sans bavure, le AAA jeux vidéo essaye de ne pas rebuter le joueur occasionnel. En plus je ne suis pas sûr que je triperai un jeu style uncharted si c'était trop dur. C'est le genre de jeu ou j'ai envie d'avoir du fun mais pas me prendre le chou. A côté de ça il y'a beaucoup de jeux avec un challenge suffisant. Il suffit de voir les dark souls ou FTL par exemple.
nineufo
Signaler
nineufo
@ Ironbobbi : Je suis totalement d'accord avec toi et c'est pas forcément un mal que la narration soit plus mise en avant qu'auparavant et c'est vrai que les jeux qui marquent sont en majorité des jeux narratif. Je trouve juste dommage que de nos jours une majorité de jeux se concentre quasi-uniquement là-dessus ce qui ne fais pas tout. Et à part quelques exemples comme Dark souls justement, assez peu de jeux réussisse à connaitre un vrai succès (commercial pas d'estime) en ayant une difficulté intéressante. Après il est clair que c'est une évolution logique du marché et qu'il n'y a que peu de chances que cela change, mais bon c'est pas vraiment un mal d'avoir une diversité de la sorte et ça permet de varier les expériences.
Ironbobbi
Signaler
Ironbobbi
nineufo : Je comprend bien, mais les jeux que tu cites n'ont pas de fin qui mérite sérieusement à être vue.
Je me met à la place de tout c'est scénaristes, qui participes au développement du jeux, quelle frustration de savoir que seulement une poignée de joueur connaîtrons la fin de toutes les heures de travailles qu'ils auront effectuer.
Sur 8 et 16 bits pour prendre la grande époques des jeux "difficile" ils avaient des scénarios rikiki, et en génarale des fins qui n'étaient guère plus qu'un screen avec du texte...
Tu comprend ce que je veux dire ?
Pourquoi a t on autant de suite aujourd'hui, parce que les univers, les histoire créées tiennent en haleine, la quasi majorité des joueurs qui ont pris le jeu. Si les jeux étaient trop durs, il n'y aurait aucun buzz et on se retrouver avec des ta de joueurs dans la situation de ceux qui attendent la suite de Shenmue 2.
Alors avoir le choix de difficulté aujourd'hui permet, de contenter un maximum de personne.
Meme si je suis d'accord que sur ces jeux, meme en difficulté maximum ont se retrouve globalement avec des jeux plus simple... Mais qui , je répète ne vise pas la meme expérience avec l’apparition des bon scénario.
Tiens, regarde, à l'époque, les RPG c'était pas dur dans l'absolu, il suffisait de farmer pour passer le boss un peu retord... donc des jeux sans difficulté notable, pourquoi ? Pour que le joueur puisse suivre l'histoire.
;)
nineufo
Signaler
nineufo
C'est qu'un avis personnel concernant Dark souls, mais il fait quand même figure d'exception sur le marché. C'est vraiment cool d'avoir ce genre de jeu qui marche, ça peut dépendre aussi du contexte culturelle, si on regarde Monster Hunter c'est pareil, on a un succès monstre (au Japon tout du moins), pour un jeu qui demande un gros investissement pour progresser.
mercobenz13
Signaler
mercobenz13
Le premier dark souls c'est presque 3 millions d'exemplaires (soit pas loin d'un bioshock infinite, deus ex human revolution, ou qu'un killzone par exemple...), le 2 approche les 1,5 millions après 3 mois de commercialisation sur console et 2 sur pc, donc si ça c'est un jeu de niche...
Glados
Signaler
Glados
pffffff mais il éxiste encore ce débat O_O ? mais mince laissez les gens apprécier les jeux dans le mode qu ils veulent. Y as beaucoup de salary man / wife qui on pas envie de perdre du temps en die and retry avec leurs temps libre plus faible que certains...
Yoann Shepard
Signaler
Yoann Shepard
Hé ouais. Les jeux sont plus beau mais plus facile. Plus facile et donc plus accessible. Et donc ca attire du monde. Plaire à tout le monde, c'est plaire à n'importe qui comme j'ai à dire. Il faut bien vendre et mettre à manger dans son assiette ...
nineufo
Signaler
nineufo
@ Ironbobbi : C'est vrai que l'ajout des niveaux de difficultés sont quand même un aspect vraiment positif, mais ce que je reprocherais aux jeux modernes ce serait surtout une sorte "d’aplanissement" du niveau global des jeux. C'est à dire que peut importe les compétences du joueur, on arrive au même résultat final. Si on prend les Mario kart par exemple, la différence entre un bon joueur et un mauvais joueur sur Super Mario kart et bien plus élevé que la même différence sur Mario kart 7 ou 8. Pareil pour les FPS, mettez un adepte de Unreal tournament 2004 contre un nouveau joueur, il n'y a même pas de match alors que sur un Call of duty on arrivera jamais à ce niveau de supériorité entre un joueur entrainer et un débutant.

@ Zu-luh : J'avoue avoir tendance à considérer Dark souls comme un jeu de niche, les RPG avec des systèmes de combat et de progression complexe s'adresse en général à un public restreint (d'autant plus pour les titres Japonais). Quand au Rogue-like, cela reste majoritairement des jeux indépendants, et finalement assez peu distribué. Je pense à The binding of Isaac, Faster Than Light ou Rogue-legacy. Après, j'avoue que même si j'aime bien le genre je ne me suis pas extrêmement renseigné sur ce sujet.
zankioh59
Signaler
zankioh59
Il faut peut aussi ajouter le fait que les jeux d'aujourd'hui on une meilleure maniabilité. Rapellez vous certain jeux ps1 oú on avait l'impression de contrôlé des enclumes etc.
Zu-Luh
Signaler
Zu-Luh
Mouais.
Dark souls n'est pas du tout un jeu de niche (demon souls à la limite on pouvait dire ça).
Ensuite, il y a une réelle recrudescence des jeux difficiles. C'est carrément la mode, y'a jamais eu autant de rogue like et compagnie sur absolument tous les supports.
L'erreur est de penser que les jeux mainstream sont représentatifs de la globalité du sujet.
Ironbobbi
Signaler
Ironbobbi
Mmmmh je suis en partie d'accord avec ce que tu dis. Et je soutiens la cause.
Mais...aujourd'hui on nous propose dans une grande majorité le choix de difficulté, chose qui n'existait pas avant, ou alors sous l'insuportable forme : Easy joues 3 lvl et recommence... Mais les niveaux n'tait pas plus facile.
Il faut tout de même constater aussi, qu'aujourd'hui il y en à pour tout les niveaux, et heureusement, parce que comme dit par johan26 y en à qui galèrent en Facile.
Mais bon nous ne sommes pas tous égaux manette en main.
Alors dans un sens c'est plus facile, mais c'est aussi plus garnit en feature. Et puis aujourd'hui on a des tuto pour quasi tous les jeux, qui permettent de savoir tout faire avant la "grande aventure"... Avant ça ne vous est jamais arrivé de découvrir une manip' 50h plus tard, qui vous aurait pourtant bien aider auparavant ?
Tout ca compte, tout ca joue...
johan26
Signaler
johan26

Regardez les gens jouer sur twitch ,pas les Pr0G4m3rs ou les passionnés qui jouent depuis Pong, les joueurs moyens.

Aujourd'hui même avec les jeux actuels ils galèrent .

Economivideoludicus
Signaler
Economivideoludicus
Je pense exactement pareil, moi même j'ai toujours été attiré davantage par l'univers, le contexte historique très poussé sur certains points, bien que l'Histoire a tendance à être un peu romancée (il y a de nombreuses versions, mais il semblerait que la prise de la Bastille ne soit pas un acte d'une pureté absolue...), que le gameplay qui tourne en rond. De toutes façons, Ubisoft convainc à chaque fois qu'ils sortent un nouveau A.C., le public en redemande et il n'y a, de ce fait, aucune raison qu'ils opèrent un changement radical de développement.
Mais ils ont eu des retours et A.C. 4 a suscité un engouement moins fort que A.C. 3, "la critique" a même pointé du doigt les combats sans challenge et l'I.A. assez envisageable. C'est peut-être pour ça qu'ils parlent de changement, notamment en ce qui concerne les combats, car décimer à soi tout seul un régiment ça finit par être un peu gros, surtout pour les événements révolutionnaires de Paris.
Enfin, je pense que la série A.C. était avant observée avec bienveillance, comme un jeu sortant de la norme, qu'il fallait encourager, etc. Alors que maintenant, on assiste plutôt au déploiement de force d'une grosse licence désormais bien ancrée dans le paysage vidéo-ludique, qui oublie de plus en plus les joueurs exigeants. Personnellement, je pense que pour véritablement devenir une grande série, A.C. devrait proposer un opus bien plus tactique et hardcore, parce que pour l'instant on est loin de Dishonored, sur un autre registre.

Édito

Je suis un joueur de 18 ans, grand passioné de jeux vidéo bien sûr, mais également de cinéma, de bande-dessiné et de plein d'autres trucs qui touche à la culture geek en général.

Actuellement en première année d'IUT informatique, je compte m'orienté ensuite dans le domaine du Game design.

J'éspère que vous aimerez les articles que je posterai ici le plus souvent possible.

Archives

Favoris