Le Blog de nimmegil

Par Nimmegil Blog créé le 20/02/13 Mis à jour le 20/08/13 à 10h00

Un peu de tout, du souvenir, des réflexions, des éditos, pas toujours bien structuré mais toujours réalisé avec passion :)

Ajouter aux favoris
Signaler

On a l'habitude d'entendre des remix de nos themes de jeu-vidéo favoris c'est devenus un classique sur youtube...Des covers metal, des compositions intimiste au piano (voir ici egalement), des ballades buccolique au son des violons et plus recement un barbu dont le seul instrument est sa voix. Il existe également d'autres genre de remix moins courant et peut-etre moins populaire. Il y a quelque mois en cherchant des versions instrumentales de Tal-Tal mountains (le theme de la montagne de Link's Awakening sur Game Boy) je suis tombé sur des remix d'un genre que je ne connaissais pas, le remix au marimba !

Un marimba c'est ça:

Comme je ne suis pas musiciens je prefere vous renvoyer sur wikipedia pour en apprendre plus sur cet instrument.

 

Constatant le relatif anonymat des remix aux marimba, j'ai eu envie a mon niveau de mettre en lumiere quelques-une de ces adaptations ici. Malheureusement la plupart des chaines contenant ces remix affichent des mois voir des années d'inactivité...

 

Chaine de MartOzz (des remix tout en puissance):

1) Tal-Tal Mountain (Link's awakening)           2) Dark World (Zelda III)           3) Ballad of the Goddess (Skyward Sword)

Chaine de jcp1363 (Remix zen, idéal avant de dormir):

1) Title (Ocarina of Time)                                          2) Zelda Lulluby (Ocarina of Time/Zelda 3)

                    

 

Enfin en écho au titre de ce post voici un remix de BranBranRey de principaux theme d'Ocarina of Time

(8 min 47)

 

J'ai un peu honte de ne pas proposer de Main theme mais celui de MartOzz est ici.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler

 

 

Final Fantasy : The 4 Heroes of Light est un spin-off de la célèbre saga de RPG sorti sur DS en octobre 2010 chez nous (octobre 2009 au Japon). Cet opus se démarque de la série canonique par sa volonté de revenir aux bases du jeu de rôle traditionnel tel qu'il a été jusqu'à l'avènement de la Playstation 2. Mais loin de la pseudo-nostalgie Matrix Software exploite pleinement les capacités de la Nintendo DS proposant un RPG techniquement aux goûts du jour. Ce n'est donc pas un jeu rétro à proprement parler, mais plutôt une oeuvre qui va puiser dans l'héritage du RPG Japonais pour nous offrir une nouvelle expérience. Malheureusement ce jeu est sorti intégralement en Anglais chez nous* (à l'ancienne diront certains...) ce qui fait qu'il est relativement peu connus du grand public, et c'est dommage parce que ce titre possède une véritable identité, à la fois visuelle avec un rendu cel-shading qui lui est propre et avec une bande-son de qualité. C'est sur cette dernière que je vais m'attarder quelque minute pour le reste je vous invite chaleureusement à lire le test de TigerSuplex.

 

La bande-son est composé par Naoshi Mizuta (que je ne connaissait pas avant ce jeu) à qui l'on doit les OST de Final Fantasy XI (et de ses extensions) et qui a collaboré sur de nombreuses bande originales comme Street Fighter Alpha 1 & 2, Resident Evil 2 et plus récemment FF XIII-2 et Lightning Returns. Cette OST est un peu particulière les compositions de Mizuta on toutes été adaptés pour coller le plus possible aux rendus sonore de l'époque. Le résultat de cette adaptation donne quelque chose à mi-chemin entre de la NES et de la Super Nintendo. Un son vraiment unique en sont genre.

 

 

 

L'ecran titre

D'inspiration Dragon Quest j'aime beaucoup vers 1.30 la manière dont laquelle ce dernier s'émancipe de son aîné comme pour rappeler que les RPG de cette époque ce n'était pas que de l'épique mais un savoureux mélange de chevalerie et de poésie.

 

 

  Horn, the home of the wind

 Ce RPG a la particularité d'avoir une gestion jour et nuit (quand je vous disais qu'on était pas dans le pseudo-rétro) Mizuta a pris cela en compte, chaque village dispose d'une variation de son thème selon qu'on y entre le jour ou la nuit. Ci-dessous le theme du premier village du jeu et sa variation nocturne.                           

Jour                                                                                                  Nuit

  

                                     

 

 

Cave of Wraith

 Comme tout bon RPG qui se respecte il y a pas mal de grotte et de donjons à traverser au cours de l'aventure, ce titre ne déroge pas à la règle. Final Fantasy IV a son Into the Darkness, le V son Fate in Haze, les quatre héros de lumières ont leur Cave of Wraith:

(Petite melodie sympatique a 0.57)

 

 

Themes de "vehicules"

Point d'Airship ou de bateau ici, pour les guerriers de lumière c'est une baleine et un dragon qui feront office de véhicule pour voyager sur la map, je trouve ces thèmes particulièrement réussis. J'aimerai vraiment trouver des versions instrumentale.

 

                             

 

Pour finir voici mon theme favori de toute l'OST: Heavenly Superbia  il me rappelle dans l'esprit Days of Sadness de Dragon Quest VII je vous laisse apprecier:

(Ce theme possede une variation de nuit que j'apprecie beaucoup moins)

   

 

L'integralité de l'OST (41 pistes) est disponible ci-dessous, je vous la recommande vraiment, n'ecoutant que ma sensibilité j'ai éludé pas mal de theme important (les combats et la world map par exemple)

 

 

Personnellement cette bande-son à été très bonne surprise, parce que je ne m'attendais pas à des thèmes aussi marquant. Il y a quelques mélodies (celles que j'ai partagé ici mais pas que) qui tiennent la comparaison avec ce qui s'est fait à l'époque mais aussi avec ce qui se fait aujourd'hui. Cela montre que ce n'est pas parce que tu réunis le plus grand orchestre de l'univers que tu fera forcement l'OST du siècle, si tu n'a pas de bonne mélodie ce n'est pas 100 000 musiciens qui en feront quelque chose d'exceptionnel.

 

C'est vraiment le RPG que j'ai le plus apprecié ses derniers temps, j'aurais aimé voir dans ce Final Fantasy un reboot de la serie ou le depart d'une nouvelle serie plus proche de l'esprit originel de la saga. Square-Enix est encore capable de faire rever lorsque celui-ci accepte son heritage, quelque part subsiste une petite flamme...

 

 

 

Je laisse Gandalf et Pippin pour la conclusion:

- Y'a t'il de l'espoir Gandalf ? Pour Square et Enix ?

- Il n'y a guére d'espoir...un espoir de fou...

(sait-on jamais le Gollum de Square et Enix sera peut-etre le salut de ses derniers)

 

 

*Google est aujourd'hui votre ami !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler

L'emulation, voilà un element de l'univers du jeu vidéo plus que sujet à controverse, pour sa legalité douteuse tout d'abord mais aussi pour son infidélité notoire au support d'origine, pourtant c'est grace à l'emulation qu'aujourd'hui les plus grands classique des années 80-90 sont disponibles au plus grand nombre, sorte de musée du jeu vidéo consultable en permanence. J'ai decidé par mon experience de joueur passionné de rendre hommage au procédé qui plus que la gratuité m'a surtout apporté un veritable ouverture dans le monde du Jeu vidéo avec un grand « J ».

[Le but ici n'est pas d'expliquer comment sa marche ni même ou trouver ses classique, ici on parle de l'apport du procédé, de sa maniere d'avoir transformé et diversifier mes habitudes de jeu]

 

 

 

Pour comprendre l'hommage que j'ai envie de rendre au concept il me semble interessant de dresser un portrait du joueur que j'etais à l'epoque de sa decouverte. On est debut 2004, je suis un joueur Nintendo depuis ma premiere minute de jeu sur un Game Boy Pocket & Super Mario Land en 1998, j'ai eu une Nintendo 64 qui m'a vendu du rêve et que je regrette d'avoir donnée, une playstation que j'accuse de n'etre rien d'autre qu'une machine a FIFA & PES que l'ignorance de sa ludotheque me fait diaboliser, j'ai une Gamecube qui a du mal à me faire oublier la Nintendo 64 avec ses jeux certes geniaux mais pas exactement comme je les voulais et enfin je possede depuis 3ans une Super Nintendo dont je me sers de temps en temps pour une session Super Mario All-Star ou Sim City (les seuls jeux qui j'avais a l'epoque avec Tintin au Tibet où j'en ai eu marre de mourir au premier niveau). J'exclue ici les consoles portable mais en gros sa donne Game Boy Pocket, puis Color (puis Pokemon) puis Game Boy Advance, le parcours classique.

 

Qui n'a pas decouvert Chrono Trigger en Emulation avant de craquer pour sa version DS ^^

La decouverte de la ludotheque Super Nintendo est le debut d'une veritable histoire d'amour

 

Une super Nintendo j'en avais une mais malheureusement seulement avec trois jeux, quand on habite en ville trouver des jeux SNES est aisé mais dans une petite ville de six milles habitants qui ne possede pas de magasins consacré au jeux vidéo et sans ordi c'est en 2004 presque impossible . Dés lors même si je prenais un plaisir monstre sur mon All-star ou Sim City sa se limitait la. L'emulation est ce qui m'a fait decouvrir la ludotheque Super Nintendo, c'est sur un PC que j'ai fait mes premieres armes sur Mario World, Mr Nutz, Secret of Mana et surtout Yoshi Island (seul jeu de plate-forme où j'ai persevéré jusqu'au boss final avec un clavier), tout ces jeux cultes, ces classiques du jeu vidéo je suis passé completement à coté arrivé trop tard et sans la possibilité de m'informer.

 

C'est aussi sur Emulateur que j'ai eu la revelation sur un genre entier: Le RPG ! Genre trop rarement accessible au gamer français avant la sortie de Final Fantasy VII. L'emulation m'a fait comprendre la particularité de ce genre de jeu et le pourquoi on s'en souvient aujourd'hui, sur Emulateur j'ai touché pour la premiere fois Final Fantasy, Dragon Quest & les Tales of. La puissance des OST, la profondeur des univers, une veritable premiere pour moi, qui ne jurait que par le mythe d'Ocarina of Time.

 

Ah ! Les airships de Final Fantasy IV, les Robots Magitek du VI, l'intro chanté de Tales of Phantasia, Les musiques de Secret of Mana...j'ai encore en mêmoire la sensation que j'ai eu a l'epoque quand pour la premiere fois j'ai lancé ces simple fichier SMC...

 

C'est sur Yoshi Island plus que tout autre jeux que j'ai compris le potentiel de la Super Nintendo, potentiel que je ne situerai ni dans l'immersion, ni dans la technique mais dans l'emmerveillement, en quelque sprite bien coloré avec un bonne petit musique qui essaye tant bien que mal de restituer des instruments de musique la Super Nintendo est capable de t'embarquer dans de fantastique oddyssée qui plus que voyager te fait ressentir des emotions et pour une 16Bits j'ai trouvé ça remarquable (surtout comparé à la traversée du desert que m'a fais vivre la PS1).

L'intro magique de Final Fantasy VI

L'intro magique de Final Fantasy VI !

 

 

La Megadrive & la Playstation premiere du nom reabilitées !

 

En bon joueur Nintendo je n'ai eu que peu de contact avec la Megadrive, on m'a l'a preté (Megadrive 2+MegaCD) dans le courant de l'année 2003 et j'ai à l'epoque pas regretté de la rendre, du fait des jeux preté avec, la console est rapidement devenus une « Sonic »Drive, seule serie de jeux (les 3 hedgehogs) que j'estimais pas mal sans atteindre le ressenti que me procurait mon Mario All-star. Le MegaCD c'est simple j'ai rien compris, je jouais un jeux de pompier dont je ne comprenais pas le but (un jeu ou je peux rien faire ?), avec le recul je n'ai juste pas compris le concept de film interactif, ce n'etait pas (encore aujourd'hui) dans mes habitudes ni même un centre d'interet, je suis donc passé à coté du concept (par ignorance). Quant à la Playstation quand on ne se tient pas informé cette console est un vrai pile-ou-face, soit tu kiffe parce que tu a des tueries, soit tu n'a que des jeux moyens ou des bouses et t'es foutu. Certain bon jeu avec le recul ont juste eu le defaut de passer apres Mario 64 et sa liberté de gameplay (Crash Bandicoot 1, Tomb Raider 1), du coup je me suis vite retrouvé à passer tout mon temps sur FIFA 2000 puis 2001, ISS pro et des CD de démo montrant tout plein de jeu sympa mais que je ne pouvais me procurer faute de savoir ou et comment. Quand j'ai eu mon propre PC & accès à internet chez moi fin 2006 j'ai enfin pus me renseigner un peu, et ce fut une 2eme vie pour les ludotheques de ces machines. J'ai lus les avis, su les jeux a essayer sur Megadrive & Playstation, et rien que me souvenir des mes sessions de jeu sur Streets of Rage en multi, sur Kid Chameleon, sur Rocket Knight Adventure ou Sonic CD, la megadrive a retrouvé grâce à mes yeux, ce n'etait certes pas la SNES mais un machine proposant d'autre jeu et rien que pour ses exclus elle vaut le coup. Idem sur la playstation, Crash Bandicoot 3, Final Fantasy IX, Tales of Destiny, Spyro le dragon...beaucoup de tuerie qui me devenait immediatement accessible pour me mettre la claque qui à l'epoque m'a manqué pour apprecier la machine, oui la playstation c'est cool ! Et finalement tres complementaire avec une Nintendo 64 !

Voici pourquoi, comment et grace la gratuité du procédé je me suis à la fois cultivé mais aussi ouvert à la concurrence de Nintendo, car si il faut faire des choix quand on à pas les moyens. Si l'aspect financier saute seul reste les jeux, la machine ne compte plus, sa fait relativiser et perdre de vue la prestence de la marque du constructeur, on retombe dans du jeu vidéo pur, sans la derive marketing.

 

                                Aller d'accord on fait la paix !

 

 

La Fin d'une vision du progres technologique a tout prix

 

Sa c'est l'avantage de pouvoir toucher à tout, à force de jouer à de la 8, 16, 32 & 64bits et d'y prendre du plaisir, la notion de graphisme perd son importance, c'est pas la beauté de graphismes dernier cri qui compte mais un attachement à la patte artistique, puis parfois l'austerité sa a son charme (Super Meat Boy), avec l'emulation je me suis completement detaché de cette vision progresiste, surtout grace au Jrpg SNES que qui m'ont fait beaucoup plus kiffé a l'epoque que la plupart des jeux 3D gamecube que je possedais.

 

Mais au-dela de la notion de graphisme ce tout d'autre aspect comme la profondeur de l'univers dans lequel ou joue ou sa possibilité de l'explorer, je vais faire un parallele, je ne parle que pour moi. Final Fantasy X et Dragon Quest VIII sont deux jeux magnifique graphiquement, mais remis en perspective, Final Fantasy X me propose une exploration de l'univers (world map, liberté et facilité d'exploration des zones deja exploré de la map) inferieur a ce que peut me proposer Final Fantasy premier du nom en 1988 alors que si Dragon Quest a cet aspect la tres poussé, ses mechanisme (combats, interaction) datent de 1987. Je ne traite pas ses deux jeux de mauvais, simplement je tente de les remettre en perspective, et je ne dis pas s'etait mieux avant parce que Final Fantasy possede un systeme de combat tres poussé et ouvert par rapport au neuf autres episodes sortis avant, et Dragon Quest VIII est pour la premiere fois sortie de son austerité graphique pour nous offrir une des plus belle robe (avec le VI sur SNES) qu'un jeu de cette serie nous à offert.

 

L'emulation en m'apportant les connaissances, m'a fait comprendre que la profondeur d'un jeu peut prendre beaucoup d'aspect different et que le si le graphisme est comme la premiere impression qu'on a d'un jeu il faut savoir combattre les prejugés facile pour aller à l'essence même d'un jeu, ce que ma SNES à commencé a m'expliquer avec Sim City mes Emulateurs me l'ont confirmé.

 

Bien exploité une 8bits sa peut devenir sympa ^^

 

Repercutions sur mes habitudes d'achat

 

Du software...

 

oui la il est facile de se dire il a tout gratuit l'espece de pirate il achete plus rien, eh bien c'est pas le cas du tout :)

 

Deja, il s'est passé un laps de temps entre 2004 où j'ai decouvert l'emulation et octobre 2006 quand j'ai enfin eu mon propre PC, et j'ai pas demenagé chez mon pote parce qu'il avait un ordi (Un bon vieux Windows 98 auquel je veux rendre hommage, ce dernier par ses plantades à repetition s'est elevé au rend d'immortel que je n'oublierai jamais, je dirai même que son belle ecran bleu fatal exception est une vraie madeleine de proust), les hazards de la vie m'on mené à Marseille pendant quelque mois, et premier reflexe: Faire les boutiques ! Et le plein de jeux SNES. Tel un convaincu par la super nintendo mon peu de pouvoir d'achat d'ado de 14ans je l'ai mis dedans, je savais ce que je voulais, et voilà comment je me suis retrouvé en possession deux jeux Super Nintendo supplementaire: Super Mario World (la base quoi ^^) & Secret of Evermore neuf, sous blister avec le guide (pour 10€ grace à un joli geste commercial de la part du vendeur qui savait même à l'epoque qu'il perdait pas mal d'argent dans la transaction), tient d'ailleur le secret of evermore c'est typiquement le jeux qui j'ai pas aimé au debut avant de me rendre compte qu'au-dela de l'univers tres film Etasunien des années 80 il y avais aussi le gameplay de Secret of Mana, element non-negligeable. Pour l'anectdote au niveau des achats jeux vidéo qui m'ont marqué celui de Yoshi Island est tres important car il est la victoire de la passion sur la raison, ou a l'epoque pour ce jeu datant de 9ans et en retard de deux generation de console, je n'ai pas hesité à sacrifier trois jeux de gameboy advance pour reunir la somme necessaire a l'achat de la cartouche SNES, aujourd'hui je ne regrette rien même pragmatiquement la cote me donne raison ces trois jeux de GBA ne me permettrait même pas de me racheter la coque plastique d'une cartouche SNES, alors qu'à l'epoque j'ai même pus m'acheter le Mystic Quest de la gameboy en plus. Je finirai seulement par evoquer l'achat pour 20€ d'un Secret of Mana en boite (sans notice) avec le guide officiel en fin 2004. A l'epoque je ne savais pas que j'etais en train de me constituer un « tresor de guerre » aujourd'hui encore j'ai un certain malaise entre la vision du collectionneur qui voit la valeur de ses jeux et le joueur qui trouve les prix parfois scandaleux, pour reprendre ce que dit un testeur SNES plutot connus, mettre 40€ dans un bon jeux old-school c'est pas scandaleux mais voir les prix parfois monter a 80-100 voir 150€ pour un jeu c'est juste du foutage de gueule (dont je comprend quand même la loi de l'offre et de la demande...). Aujourd'hui quand je vais dans une boutique il est vrai que j'ai tendance à me diriger vers les jeux retro, parce qu'ils sont en generale moins cher et pas moins bon que des jeux plus recent, et si malgré le fait que l'emulation existe j'achete encore des jeux sur console c'est par habitude, j'aime le jeux console, je n'ai pas grandi avec un PC, les consoles ont donc crystallisé mes habitudes de jeux c'est pour sa que je trouverai sa toujours plus confortable d'allumer ma console et jouer tranquille que de devoir regler des emulateurs.

 

...Au hardware.

 

Oui je peux l'affirmer l'emulation a guidé mes choix en terme d'achat hardware egalement, tout simplement sans connaître l'emulation l'univers du PC ne m'interessait pas, j'ai grandi sans et je n'ai pas vu la plus-value que sa pouvait m'apporter, pour s'informer il y avait les bouquins, pour jouer les consoles, pour les films le magnetoscope et le DVD.Etc Puis est arrivé l'emulation, ce concept trop genial qui ouvraient tout le catalogue du jeu vidéo de la NES a la N64 (console dont je me souvenais des saveurs inégalés dans mon experience de joueur que bien sur je me suis reprocuré depuis), il ne m'en a pas fallu beaucoup plus pour en vouloir un. Niveau console n'etant pas tres Sony, c'est Nintendo qui a été le meilleur promotteur de la PSP, grave à l'emulation, avoir la NES et la SNES et la PS1 dans sa poche etait trop tentant pour passer a coté j'ai donc craqué pour la derniere de Sony, mais si l'emulation est un argument il a été une porte d'entrée vers un ludotheque qui rarement m'a touché mais qui fut interessante, je note mes nombreuse heures de jeux sur Dracula X chronicles, Tales of Eternia et Loco Roco. Cette console la PSP a été un vrai compagnon lors de mon années d'etudiant. Dernierement c'est la Wii qui je me suis pris pour rattraper le temps sur Mario Galaxy, pour enfin rentabiliser ce Rayman Origins acheté sans la console pour des raisons que je tairais ici, mais en bonus sa ramenait l'emulation dans mon salon. Indirectement je peux aussi citer la PS2 en 2007, si j'ai pris cette console c'est pour les Final fantasy & Dragon quest VIII argument determinant depuis que j'ai decouvert ces deux series sur...Emulateur ! L'emulation m'a donné des bases, la PS2 m'a permis de les consolider, parce qu'evidament je ne me suis pas arreté  la, Prince of Persia recemment, Devil May Cry, Dragon ball budokai 3, Fifa, Shadow of the Colossus, Ico,etc

 

L'emulation peut-etre aussi une formidable fenetres promotionnelle grace a sa gratuité, une sorte d'invitation à en voir plus.

Pour le fun

 

                                                               Pour le Fun :)

 

 

 

En conclusion

 

L'émulation à changé ma vie de joueur, sans elle j'en serais pas la aujourd'hui, quand je l'ai decouvert en 2004 l'interet que je portais sur le media declinait suite aux deceptions successive, c'est en me rendant le tresor de guerre des machines retro completement accessible que le procédé a reussi à me montrer qu'une bonne partie du champ des possibles de la planete jeux vidéo me restait inconnus et loin d'en rester à mon clavier cela s'est repercuté directement sur mes habitudes de consomation et mes choix de jeux à acheter. Fort à parier avec le recul que l'émulation m'a fait tester autant de jeux qu'en acheter plein pot et ce n'est pas Nintendo qui va s'en pleindre, quand grace à l'accessiblité anterieur à sa ludotheque SNES j'ai foncé sur des titres comme Final Fantasy IV advance ou Tales of Phantasia sur GBA, ni même Sony à qui j'ai pris une PS2, une PSP et quelque jeux, et bien sur encore moins les magasins de retrogaming de ma ville. L'émulation a aussi remit de la perspective dans ma vision, on est plus aux dernieres sortie mais dans un champ des possible de presque trente ans d'histoire, cela a bien sur fort devellopé mon esprit critique sur le média et son environement. Mes attentes se sont egalement deplacé et le graphisme ne reprensente plus qu'une partie de mes attentes et non plus un element essentiel d'une oeuvre vidéoludique, enfin je ne l'ai pas develloppé ici mais c'est sur Emulateur que j'ai decouvert les OST de jeu vidéo, j'aurai de l'anecdote la-dessus mais je pense en faire un article un jour. En bref la gratuité s'est transformé en cash sonnant et trébuchant à mon echelle pour tout les acteurs de la distribution du jeu vidéo tout en m'elevant à la raison et a la connaissance approfondie du media Jeu vidéo, une relation de gagnant-gagnant en somme.

L'emulation un bien, un mal, des pour, des contre, une question de point de vue qui semble suffisament complexe pour ne pas etre reduite à des questions de legalité.

                                                                                             ça c'est a moi :)

 

 

 

Voici mon premier article, que je sais fort perfectible et un peu liste de course, je corrigerai les fautes au fur et a mesure c'est mon gros defaut quand j'ecris, j'espere que ceux qui auront eu le courage d'arriver jusque qu'ici sauront se montrer comprehensif, s'ameliorer prend du temps et je ne perd pas espoir ^^

Pour ceux qui pensent que j'encourage au piratage, tant pis. L'Emulation n'est plus un element marginale de l'univers du jeu vidéo il est completement integré aux habitudes de bon nombre d'entre nous et ne jamais en parler pour des question de legalité douteuse c'est comme créer des tabous qui n'ont pas lieu d'etre surtout quand on vois les milliers de personnes qui avidement attendent leur Tool-Assisted Speedrun hebdomadaire de Realmyop & CoeurdeVandale.

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Archives

Favoris