The Neves Times

The Neves Times

Par Neves Blog créé le 29/03/14 Mis à jour le 10/12/17 à 08h59

Reporter vidéo-ludique.

Hebdomadaire dominical.

Tirage en couleur.

Ajouter aux favoris
Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

Nous y voilà.

J'avais initialement prévu de t'étaler la publication de l'interview de ce patient (dis comme ça, on se croirait à l'Asile d'Arkham - et ce n'est que partiellement faux) sur toute l'année 2018 avant de me raviser. Le patient s'inquiétant manifestement sérieusement pour la santé mentale de Fache, je décida (ou plutôt nous décidames) de réduire le nombre d'articles afin de condenser l'interview sur le mois de fête qu'il doit être : Décembre. Comment finir l'année autrement que par un feu d'artifice, une coupe de champagne et un bon rail de coke ? Vous l'avez compris, impossible. Trois ans donc après la première partie de son spectable avec feu Gandalfleblanc, l'homme-mystère revient pour nous accorder sa dernière grande fantaisie avant de raccrocher la manette. L'occasion de revenir sur son parcours, ses financements politiques occultes ainsi que sa propension à la digression. J'ai pris la liberté de laisser les pavés tels quels car je ne saurais avoir l'outrecuidance de dénaturer la vision primaire de l'auteur. Notez que le sieur nous a fait grâce de l'écriture inclusive. On a échappé au pire murmure Fache au loin. Vous imaginez un tel lyrisme accouplé à la dernière tendance dans les milieux mondains ? Personne n'en serait ressorti vivant. Moi, y compris.



 

TRAME

 

 I                           Cloud                           6/12

 

 II                         Squall                        13/12

 

 III                        Djidane                     20/12

 

 IV                      Tidus                          25/12

 

 V                        Vaan                           27/12

 

 VI                       Noctis                       31/12

 

Copyright Zigendfunk & L.G.A.M.C.

 

 I      Strife

 

Pourquoi le GamerAuxMainsCarrés ?

Parce que je suis un gros mauvais, ce n'est un secret pour personne. J'ai commencé à jouer sur des manettes à deux boutons, je me suis laborieusement adapté quand on est passé à six parce que j'étais encore jeune, mais après, il y a eu la 3D, les sticks analogique, les zooms, les locks, les bullets time et là ça a commencé à me gaver, je me suis vite retrouvé dépassé par cette avalanche de features annexes. J'avais déjà du mal à lâcher l'accélérateur à Mario Kart, ou à parer dans les jeux de combats, alors j'étais loin d'être prêt pour du Deus Ex... Quand j'ai débarqué sur Gameblog, je venais tout juste de me remettre au jeu vidéo après une pause de, allez, disons, une petite dizaine d'année : je venais de me reprendre une DS pour occuper mes trajets domicile-boulot, je n'avais pas pratiqué depuis un moment, je n'avais donc qu'une vague idée de la façon dont le média avait évolué dans l'intervalle. J'ignorais tout du milieu des gamers, de ses codes, ses fiertés, ses colères, ses dérives, ses angoisses existentielles et son fanboyisme pas toujours bien placé. Je venais juste de découvrir le blog d'un pote à moi, qui traitait l'actu sous une forme parodique à base de patates, et ça m'avait donné envie de faire pareil, mais dans mon style à moi. Pas pour la gloire, pas pour la fortune, pas pour les femmes, seulement pour le fun. Pas « en mon nom propre » non plus, d'ailleurs, parce que je n'avais rien de spécialement intéressant à dire sur le sujet, mais pour donner vie à un personnage, le croquer en quelques traits (moches – les mains carrées valant également dans le domaine du dessin et de tout ce qui demande un peu de précision, vu que comme pas mal de monde, je « souffre » de tremblements essentiels), lui inventer un caractère, des délires, des obsessions. Une catharsis, en somme. C'était le c½ur du projet : il fallait qu'il m'amuse moi, avant toute chose. Sinon à quoi bon ? Quand je me suis inscrit sur Gameblog, je n'avais aucune idée d'où je mettais les pieds : pour moi, il s'agissait juste d'un blogger-bis « spécial jeux vidéo ». Je pensais y faire ma petite tambouille dans mon coin pour faire sourire mes potes et peut-être, avec de la chance, quelques anonymes de passage. Il m'a bien fallu trois semaines pour découvrir l'onglet « communauté », les statuts, les forums et tout le tremblement, c'est dire si j'avançais à l'aveuglette. Même dans le domaine du blogging, j'avais les mains carrées.

Des débuts balbutiants mais une réussite totale ? Comment l'expliquer ? Dynamique de groupe ? Tu éclaboussais de ton talent le reste de la commu' ?

On va dire ça, mais en essayant de ne pas s'étouffer en prononçant les virgules (ici, insérer un Lol ou un truc dans le genre, je ne gère pas les effets sonores, à la régie de jouer). En ce qui me concerne, j'ai du mal à considérer ce blog comme une « réussite » au sens fort du terme, ça me paraît quand même exagéré. J'en suis globalement satisfait, c'est certain, il n'y a pas un article que j'aie envie de renier (y compris au niveau des plus polémiques), j'ai même plaisir à me relire les rares fois où l'envie m'en prend, mais pour que le terme « réussite » me paraisse mérité, il aurait fallu que je ne dévie pas de ma ligne éditoriale. Hélas, entre les textes à rallonge et les dessins pour illustrer (massacrés par l'encrage puis par le scannage, ce qui n'a rien d'encourageant), l'entreprise est vite devenue trop chronophage, trop exigeante. Les idées étaient là, bien sûr, mais je n'avais pas les moyens concrets de les matérialiser, il a donc fallu que je revoie mon ambition (pourtant très limitée) à la baisse. Ceci posé, si on se fie aux chiffres (mais peut-on s'y fier ? Je crois que tout blogger inscrit sur ce site a un jour nourri des doutes - légitimes - quant à la fiabilité du compteur de vues), on peut l'envisager comme un « succès », ce qui n'est déjà pas si mal. Quand vous commencez à taper votre pseudo dans Google et que celui-ci le termine à votre place, la première fois, ça vous fait un drôle d'effet - à vrai dire, je n'ai jamais vraiment réalisé. Les chiffres sont trop abstraits, on perd vite le sens des réalités. Ado, quand je bricolais mes fanzines, j'en vendais 150 (avec la complicité d'Animeland et de Player One – lequel qualifiait d'ailleurs mon humour de « pas toujours très fin », un bel exemple de lucidité critique !), j'étais le roi du monde. Aujourd'hui, je regarde les stats de mon blog, je lis beaucoup de zéros mais ça n'imprime pas. Je sais que j'ai été lu, que je le suis toujours un peu, mais je n'arrive pas à réaliser. Dans ma tête, je suis toujours resté en petit comité, entouré de mes cyber-potes (et de quelques haters), sans que ça aille chercher beaucoup plus loin que ça... ce qui était bien au-delà des mes espérances premières. Alors s'il faut expliquer ce succès, je ne pense pas être le mieux placé pour analyser... ne l'ayant pas prévu ni jamais trop compris, je ne saurais trop dire. J'espère juste que l'originalité (relative) de l'entreprise, la perspective (relativement) décalée et mon rédactionnel (à peu près) soigné ont pesé dans la balance. Qu'on ne m'a pas suivi uniquement pour les clashs en commentaires (rires). Le fait d'être lu non pas par les piliers de la communauté (qui m'ont toujours poliment ignoré, ou pas loin), mais par les inscrits de la deuxième vague a très certainement amené des lecteurs vers moi, de même que mes quelques passages en Home. Une chose est sûre, en tout cas : je n'éclaboussais personne, pour reprendre ta formule. Des talents, à l'époque, il y en avait plein la communauté, je n'étais qu'un blogger parmi tant d'autres. Peut-être pas le moins bon, mais sans doute pas le meilleur non plus. J'avais juste mon registre à moi, et je faisais mon truc à ma sauce, sans me préoccuper de m'adapter à mes lecteurs, à les séduire, à les fidéliser ou à les brosser dans le sens du poil. Je n'ai jamais rien calculé. J'aurais pu, bien sûr, si je l'avais souhaité, mais je suis trop orgueilleux pour ça.

"Des talents, il y en avait plein" => qui ? Et où sont-ils passés ? Pourquoi ne sont-ils plus là ?

Difficile de tous les citer, j'aurais trop peur d'en oublier, mais là, comme ça, à brûle pourpoint, il y a un paquet de pseudos qui me viennent à l'esprit. Entre ceux qui ont traversé l'espace communautaire comme des météores, ceux qui s'y sont installés et qui y ont pris leurs aises, ceux qui n'ont pas osé sauter le pas en dépit de leur potentiel et qui se sont contenté de quelques fulgurances en commentaire, mine de rien, ça en fait, du monde : des lettrés, des dessineux, des analystes, des parodistes, des spécialisés, des multicasquettes, de tous les styles et de tous les niveaux (les plus doués n'étant hélas que rarement les plus populaires). Et puis si je me lance, il faudrait aussi que j'évoque les "personnalités" qui ont longtemps fait office de piliers de la communauté, et qui ont ½uvré (consciemment ou non) à en consolider les fondations (qu'ils aient ou non un talent particulier, d'ailleurs - encore que la capacité à fédérer un large public puisse être considéré, dans une moindre mesure, comme un talent à part entière). Tous ces points de vue, tempéraments, univers différents, qu'ils aient été antithétiques ou complémentaires, ont contribué à créer un espace d'échanges vivant, stimulant, une forme de synergie qui a elle-même permis d'attirer de nouveaux profils, de nouveaux contributeurs, un nouveau lectorat. A l'opposé, les défections (volontaires ou forcées) qui ont suivi certaines polémiques internes ont défait ce bel édifice, une pierre après l'autre, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus grand chose. Il faut dire que les décisions éditoriales discutables du site, avec tout ce que ça suppose de critiques et de discrédit, avaient de quoi lasser même le plus patient d'entre nous, à force. Lasser, agacer, indigner, foutre en rogne, selon les caractères et selon l’ancienneté. Difficile de s'investir dans un espace de communication qui ne se respecte pas : on a beau établir une distinction nette entre la section "site" et la section "communauté", vient toujours un moment où cette démarcation ne suffit plus, où on ne parvient plus à fermer les yeux, où on ne veut plus être associé, même de loin, à cette débâcle journalistique, où on ne veut plus contribuer ne serait-ce que d'un clic à son succès (surtout lorsqu'on assiste, impuissant, à l'éviction définitive de telle ou telle forte tête - non sans raisons, certes, mais sans dialogue non plus, ni remise de peine "pour participation active" -, et lorsqu’on se dit qu'on est peut-être le prochain). Rien d'étonnant à ce que tant de membres aient cédé à leurs envies d'aller voir ailleurs, quitte à y créer leurs propres sites communautaires indépendants, leurs propres utopies. Sans compter qu'on est tous, chacun notre tour, voués à être rattrapés par la vie et par ses obligations. A moins d'en faire notre gagne-pain, la parenthèse "blogging", on peut y consacrer cinq ans. Dix, peut-être, pour les plus motivés. Blogger de manière régulière, si on fait ça sérieusement, ça demande du temps, de l'énergie, de l'investissement personnel : or plus les années passent, plus ces ressources sont consacrées à des activités plus terre-à-terre. Les courses, le ménage, la vie de couple, aller chercher les croquettes du chaton... Et voilà comment un blogger s'en va, puis deux, puis trois, puis un jour on se retrouve seul, ou pas loin, et on plie à son tour bagages, parce qu'on ne se sent plus à sa place, parce que "ce n'est plus la communauté qu'on a connue". Ça ne date pas d'hier, ça toujours fonctionné par cycles. Un groupe social remplace l'autre, une nouvelle communauté reprend le flambeau où la précédente l'a laissé. C'est sans doute là que celle de Gameblog a loupé le coche, car je n'ai pas le sentiment qu'elle a su rebondir. Si on excepte les quelques anciens qui persistent (souvent trop parcimonieusement), et de trop rares nouveaux qui jouent le jeu, chacun semble faire sa tambouille dans son coin, sans trop s'intéresser à celle des autres ni faire preuve de trop d'originalité non plus. "Allez viens voir ma chaîne envoie les clics je me filme en train de jouer à des jeux vidéo t'as vu ?". C'est une évolution dans l'ère du temps, j'imagine. Le fond ne peut se critiquer qu'à l'aune de ses propres critères, que je ne maîtrise pas. Le manque d’interactions, par contre, est d'autant plus blâmable qu'on parle ici de jeux vidéo. Un comble. Plus trivialement, c'est sur Facebook que les anciens de la "deuxième génération Gameblog" se sont retrouvés après la débâcle, sans concertation ni préméditation, en fonction des affinités, des emplois du temps, des impératifs personnels ; et ils s'y amusent autant qu'ils ont pu le faire en statuts ici, mais en abordant des sujets plus variés - et sans limite de caractères, ni synchros twitter, ni crainte de spammer ou de s'attirer les foudres de la censure (à part Aegirsson, qui se fait régulièrement dénoncer à la plateforme pour ses photos de nymphettes en petites tenues. Comme quoi certaines choses ne changent pas - rires).

Quand je lis ta prose aussi verbale qu’impeccablement structurée dans la pensée et dans les idées, me vient ostensiblement à te poser une question, une seule :

Fabrice Luchini, c'est ton père ?

Arrêteeeeeuh, tu vas me faire rougir et après, je vais ressembler à Hellboy (encore plus que d'habitude, je veux dire). Il n'y a pas de comparaison possible : Luchini a une culture encyclopédique dont je suis loin de disposer, et un talent comique (mais pas que) inégalable. Je pourrais l'écouter divaguer en roue libre pendant des heures, et je ne suis pas le seul, j'en suis convaincu. Serait-il né un peu plus tard qu'il aurait fait un super Youtubeur, d'ailleurs (ça, c'est ce qui s'appelle « vendre du rêve »).

Côté "points de comparaison", nous avons tous les deux un profil "littéraire", un côté "clown triste limite dépressif", une fâcheuse tendance à digresser et la même volonté de ne pas se prendre au sérieux, mais ça s'arrête là. Hélas pour moi, il me manque l'essentiel...

Il te "manque l'essentiel" ... ??? Sa reconnaissance de paternité ?

Sa culture, évidemment. Mais c'est un choix personnel que j'assume. Dès l'adolescence, je m'en suis méfié. J'ai vu de quelle façon elle pouvait transformer les gens. Les fausses certitudes qu'elle pouvait leur donner. La façon dont elle les enjoignait à se croire meilleurs que les autres. Je ne voulais pas tomber dans ce piège-là. Si j'avais connu Luchini à l'époque, j'aurais su que ça n'avait rien d'une fatalité, qu'on pouvait être cultivé sans pour autant chopper le melon. Et sans doute que j'aurais pris un autre chemin, sur ce plan-là.

Concernant la longueur des réponses ...

Nouvelle règle, tu dois limiter tes réponses à 141 caractères (tu ne peux pas dire qu'on est moins bien loti que Twitter)

Pourquoi tu crois que je n'ai pas de compte Twitter ?

Bon, ok, ceci dit, j'ai bien reçu le message, je vais essayer de m'y tenir et de faire plus court, mais ce n’est vraiment pas ga [LIMITE DE CARACTERES ATTEINTE] [BONJOUR, DAVE].

Mon prof de SVT de Seconde (2006-2007) détestait Luchini.

(juste pour info :D)

Un tas de gens haïssent Luchini, tu les comprends ?

Alors figure-toi que j'ai découvert ça il y a un mois à peine, en partageant une vidéo d'interview sur Facebook, et je ne m'en suis pas encore remis.

Jusqu'ici, j'étais fermement convaincu qu'il faisait l'unanimité (je t'ai déjà parlé de ma grande naïveté, ou pas ?).

"Comment ?", ai-je alors envie de m'écrier ! "Comment peut-on manquer de goût à ce point-là, qui se situe au-delà de l'humainement quantifiable ? !".

On le trouve, paraît-il, prétentieux et pédant (et ma foi, j'imagine que ces deux termes m'ont également qualifié plus souvent qu'à leur tour, dans la bouche de mes détracteurs) (et plus particulièrement dans la bouche de PYT, qui reste ma détractrice préférée - et la plus virulente !). Mais je trouve ces qualificatifs inappropriés (dans les deux cas). Certes, Luchini est précieux (dans les deux sens), c'est indéniable. Mais il n'est pas prétentieux, au contraire. Non content d'avoir un talent dingue, ce mec a une intelligence, une finesse d'esprit et une culture générale qui en font peut-être le tout dernier "honnête homme" au monde, et ce n'est pas un titre que l'on décerne à la légère au XXIème siècle. Pourtant, il sait s'amuser de tout, plaisanter d'un rien et surtout, surtout, rire de lui-même. Les individus prétentieux, les vrais, sont aussi prompts à rire des autres qu'à s'indigner lorsqu'on se rit d'eux en retour. Elle est là, la grande différence. Luchini respecte les arts dont il porte haut la bannière. Contrairement à trop de cuistres sur les internets (mais pas que), il ne se sert pas d'eux pour se faire mousser, il n'en a pas besoin. Sa personnalité seule suffirait à le faire sortir du lot. Raison pour laquelle il peut se permettre de parler Proust, Nietzche, masturbation et "Hélène et les Garçons" dans une même interview, sans en rougir ni s'excuser de ces superpositions contre-nature.

Alors bien sûr que Luchini s'exprime dans un langage soutenu, qui renvoie monsieur-tout-le-monde a son usage souvent approximatif, pour ne pas dire fautif (paresseux, la plupart du temps), de la langue française... mais enfin, est-ce à lui de s'excuser de s'exprimer convenablement auprès des gens qui n'en font pas l'effort ?

On en revient ici à l'un des débats de forums les plus brûlants de ces dernières années, qui fait couler beaucoup d'encre, de sang et de larmes : peut-on prétendre penser convenablement si l'on ne peut écrire convenablement ? Chacun son point de vue sur la question, je ne vais pas te faire la thèse, l'antithèse et la synthèse, je me contenterais de ma conclusion. A savoir : un "non" catégorique (si on excepte les exceptions - ceux dont le français n'est pas la langue maternelle, les Indiens d'Amérique - spéciale dédicace à qui de droit - et E.T.) ("je veux téléphoner à la maison", PUTAIN, C'EST QUAND MÊME PAS SI COMPLIQUE, ESPÈCE DE LIMACE A LA CON !). Parce que le mot permet la pensée (on ne peut développer une pensée complexe sans mots pour différencier les choses), et que le "langue" permet de structurer les "raisonnements" (la langue étant une structure mentale simple, et le raisonnement une structure complexe, en ce sens qu'elle englobe la langue). En d'autres termes, la langue est un outil. Si tu ne maîtrises pas l'outil, comment peux-tu te prétendre en capacité de construire une maison ? C'est exactement ce que font les petits rhéteurs de forums, à tartiner sans fin leurs opinions dont tout le monde se fout (légitimement), sans avancer l'ombre d'un argument ni savoir coller une virgule au bon endroit. Ils n'ont ni plans, ni règles, ni ciment, ni niveaux, ils empilent les briques à l'instinct. Du coup, les murs ne sont pas droit, il n'y a pas de fondations, les tuiles du toit ne sont pas fixées, mais-c'est-pas-grave. "L'essentiel (paraît-il), c'est de se faire comprendre". Ben voyons. Ils sont beaux, les échanges, à confronter les opinions les plus vagues et les plus arbitraires dans un flou artistique langagier confinant au chaos le plus total.

Et non, je t'arrête tout de suite car je te vois venir, mon discours n'est pas élitiste. A mon (humble, lol) avis, quand une civilisation en arrive à considérer que faire l'effort de s'exprimer convenablement, c'est une lubie de connard élitiste, et qu'on peut s'en passer, c'est qu'on est quand même mal barré. Sans compter qu'à mon sens, ne pas soigner sa prise de parole, à l'écrit comme à l'oral, c'est manquer ouvertement de respect envers son interlocuteur. On peut se planter, ça arrive à tout le monde. Je suis certains que mes réponses sont pleines de fautes. Mais il n'empêche qu'essayer d'en réduire le nombre, d'être vigilant, précis, de mon point de vue, c'est un strict minimum auquel on ne devrait pas déroger.

Bref, j'en reviens à la prétention supposée de Luchini et à la perplexité qu'elle m'inspire (oui, on est bien loin des 150 caractères, mais il ne fallait pas me lancer sur le sujet, aussi !). Parce que bon, qu'on puisse le trouver prétentieux, ça, je peux comprendre. Si on s'arrête aux apparences, c'est en effet l'impression qu'il peut donner. Là où je ne comprends plus, par contre, c'est que les individus qui vont critiquer seront également ceux qui vont plébisciter un Usul, un Mathieu Sommet, un Danicaligula, un Licarion (oui, j'ai découvert la sphère youtubeuse "grâce" au clash Raptor Dissident d'il y a deux mois. Jusqu'ici, je crachais sur les "vidéastes" du net sans rien savoir d'eux, de manière arbitraire et injuste. Ce clash m'a prouvé qu'au-delà de ma mauvaise foi, j'avais bien raison) ou une Tatiana Ventôse, qui a pourtant cartonné avec sa vidéo sur les élections de Trump (et qui, pour le coup, s'exprime très mal, avec une suffisance glaçante, pour aligner des banalités). Alors bon, je ne devrais pas mettre Usul dans le même sac que les autres zigotos, parce qu'il a plus de fond et de mesure, ses développements peuvent être intéressants, mais enfin niveau torsions des neurones, ça ne va quand même pas chercher bien loin non plus. Et je ne crois pas qu’il n’ait jamais prétendu le contraire, d'ailleurs. Ça aussi, ça m'inquiète parce que tous ces mecs lambda, qui proposent une réflexion d'un niveau tout ce qu'il y a de plus commun (dans le meilleur des cas), sont suivis massivement par des milliers de fans qui boivent leurs paroles comme s'ils venaient de ressusciter après trois jours tout raide dans une caverne.

Ce qui me ramène à Luchini, parce que je ne digresse jamais gratuitement (je suis trop pingre pour ça). Dans un monde où la quintessence de l'intellectualisme éclairé est représentée, semble-t-il, par la clique susmentionnée, il n'y a finalement rien d'étonnant à ce que Luchini puisse être aussi décrié (quand les gens savent de qui il s'agit, encore !). Il n'y a vraiment qu'un idéaliste comme moi pour m'en étonner.

Cette parenthèse fermée, Luchini, c'est quand même le sosie français d'Eric Idle et rien que pour ça, il devrait avoir des temples à sa gloire.

Y a un lien entre français et indiens d'Amérique ?

L'appropriation culturelle ?

TRIGGERED !

(Non mais c'est du langage de Social Justice Warriors, si tu es sain d'esprit, tu ne peux pas comprendre).

Bon, il ne fallait pas relever ce point de détail, mon pauvre Neves, tu risques de faire exploser les scores de ta section « commentaires ». Il s'agissait d'un petit clin d'½il personnel un peu puéril, une private joke en référence à une loooooongue et mémorable joute verbale qui m'avait jadis opposé ici à l'un de mes innombrables détracteurs (Pokemon go, c'est pour les faibles). Pour la petite histoire, ce dernier me reprochait mon élitisme, précisément, en affirmant que si l'on suivait ma logique, un Indien d'Amérique ne devrait pas avoir le droit d'exprimer ses réflexions puisqu'il ne maîtrise pas le français et donc ne peut pas construire sa pensée. Ce à quoi il a ajouté que c'était super condescendant de ma part (ça ne mange pas de pain). Je n'ai jamais voulu lui répondre pour ne pas lui faire de la peine mais comme il y a prescription, le truc, c'est que le français n'est pas du tout la langue maternelle des Indiens d'Amérique en question, ni la langue dans laquelle ils s'expriment. Du coup, son objection ne tient pas. Je suis sûr que les Indiens d'Amériques maîtrisent leur langue mieux que nombre d'entre nous ne maîtrisent le français. En conséquence de quoi peuvent-ils raisonner aussi brillamment que nous (je ne sais pas si c'est un compliment par contre) et structurer leurs raisonnements. C'est juste qu'ils le font dans leur langue à eux.

Le "langue" ? Que viens faire Jack Langue au milieu de cette interview !?

Au risque de radoter (un peu plus, un peu moins, tu me diras), les parents qui font leur boulot apprennent à leurs enfants à tourner sept fois leur langue dans leur bouche avant de s'exprimer. Et ben Jack Langue, c'est un peu pareil, sauf que lui, il tourne la sienne dans la bouche des autres. Tu saisis la nuance ou je t'envoie un lien vidéo aussi ?

"la langue étant une structure mentale simple, et le raisonnement une structure complexe, en ce sens qu'elle englobe la langue" => je crois que c'était le script originel d'Inception. Tu m'étonnes qu'ils aient divergé dans tous les sens par la suite (# et à la fin, y a Marion Cotillard qui meurt).

Eh ben je vais sans doute te surprendre mais ça tombe bien, j'adore ce film (dat twist, pas vrai ? !). Pour moi, il représente l'exemple parfait du blockbuster réussi, et ils ne sont pas nombreux à pouvoir porter fièrement l'étiquette (ils sont même de moins en moins, hélas). Certes, il ne songe qu'à divertir (ce n'est pas sale) mais sans pour autant prendre les spectateurs pour des ânes. Il donne dans l'entertainement, l'action, la frénésie, mais il ne se résume pas à ça, preuve qu'on peut tout à fait concilier scénario et grand spectacle, l'un n'exclue pas l'autre (et vice versa). On est loin des sous-produits insipides qui inondent le marché Hollywoodien depuis cinq ou six ans et qui trustent les devantures de nos Multiplex, dopés aux CGI et à la 3D putassière (ça ne va d'ailleurs pas en s’arrangeant - ce qui, accessoirement, me permet de faire de grosses économies niveau tickets de cinéma. A dix balles la séance, et quarante balle les 100 g de pop-corn, c'est toujours ça de pris, ça me fait plus d'argent à mettre dans les DLC de Final Fantasy XV).

Par rapport à Inception : t’as pas aimé GI Joe ?

Curieusement, je ne l'ai pas vu. Il faut croire que je ne voulais pas que ça gâche mes souvenirs du dessin animé. Souvenirs très mauvais, ceci étant, mais j'ai peur qu'il soit pire encore. Seule la présence de Christopher Eccleston, mon sosie non-officiel, pourrait me pousser à le visionner.

Tu parlais de "Clown triste limite dépressif" => Liehd dans un jeu d'horreur voire même un film d'horreur, c'est possible ?

Dans un film, sûrement pas. Je suis une grosse flippette (ou, disons, une flippette "un peu enveloppée". J'essaie de perdre un peu mais c'est galère). Autant j'apprécie l'inquiétante étrangeté des bons films fantastiques, autant le ce côté "exutoire" des films d'horreur m'a toujours mis (très) mal à l'aise. Ce qui m'a longtemps dissuadé de m'essayer aux survival horror, d'ailleurs - si attiré que j'aie été par leurs pitchs intrigants (Silent Hill en tête). Or il se trouve qu'a contrario, j'ai eu le coup de foudre pour ce genre si particulier, auquel je me suis mis sur le tard mais qui ne m'effraie pas plus que ça (les trois premiers Project Zero exceptés). Une constante cependant : sur le plan vidéoludique comme sur le plan cinématographique, je préfère la finesse et la suggestion au gros gore qui tâche.

Du coup, dans quel jeu, ce cher Liehd aurait-il voulu tenir un rôle ? Bioshock, Until Dawn ?

Si je dois choisir entre les deux, je réponds Bioshock sans hésiter, pour son ambiance, sa beauté plastique d'un autre temps, et surtout sa ville chimérique, si fascinante qu'elle en devient un personnage à part entière. Mais comme je ne suis pas très doué de mes mains, je préfèrerai qu'on m'attribue le premier rôle dans un walking simulator, genre Ethan Carter ou Everybody's Gone to The Rapture. Parce que marcher en monologuant sans fin dans ma tête sur la vacuité de la condition humaine, ça, je sais faire. Ou bien coupons la poire en deux et optons pour un Silent Hill. Le 2, le 4, ou le Shadow of Memories...

Ah oui donc le narrateur qui parle tout le temps dans TheStanleyParable ...
... c'est toi !?

Ça pourrait tout à fait. Je suis aussi chiant que ça en rando. Je parle tout le temps. Comme Prompto ™. D'ailleurs, maintenant qu'on en parle... il a un petit côté Luchini, le narrateur de Stanley Parable, non ?

Je ne sais pas, je n’ai pas joué au jeu !

Fais comme moi, tu t'en fous : critique quand même. C'est holistique.

Et quel rôle tiendrais-tu dans ces expériences horrifiques ?

Le personnage principal, par contre. Parce que généralement, pour les autres, ça ne se passe pas super bien...

Et quelles sont tes références en matière de survival-horror ?

Alors j'ai étudié deux ans à la fac de Racoon City, et j'ai beaucoup appris des travaux pratiques sur le terrain (notamment que la douleur, eh ben ça fait super mal. Eh ouais, les gens. Leçon de vie, les gens. Pigeonne-moi ça, Francis), mais j'ai vite réalisé que j'avais été mal orienté et que je n'étais pas fait pour ramper dans les bayous avec le couteau entre les dents. C'est salissant et ça fait mal à la langue. Je me suis donc réorienté de justesse et j'ai intégré sur dossier l'université de psychologie Alchemilla, à Silent Hill. Lors de l'entretien de présentation, j'ai fait forte impression : ils m'ont tout de suite réservé une cellule capitonnée avec du jus d'orange tous les jours à quatre heures.

D'un point de vue plus terre-à-terre, mes références n'ont rien de très originales, je les ai déjà tous citées, je pense :

A tout saigneur, tout honneur (blague usée jusqu'à la corde) : Vampire Hunter D sur PS1, parce que c'est mon premier, celui qui m'a ouvert la voie - et parce qu'on n'oublie jamais ses premières fois. Étant une grosse flippette quand il s'agit de films d'horreur (la tripaille, ça n'est pas trop mon kif, je préfère le poisson), je n'avais jusqu'alors jamais osé sauter le pas, bien que l'envie ait été forte à cause des foutus pitchs de Silent Hill, qui savent titiller l'imagination.  Seulement voilà, avec Vampire Hunter D, pas d'excuse : Yoshitaka Amano ayant signé le design du bonhomme, je n'avais pas le choix, j'ai lâché les euros (ou les francs, sans doute, à l'époque). Non content de proposer une alternative sympathique à Symphony of the Night (parce que j'adore les Castlevania, aussi, j'ai tous les vices), il m'a permis de faire face à mes peurs au sens propre, et de réaliser qu'une manette à la main, j'adorais ça, à partir du moment où le scénario tenait la route et où le jeu faisait preuve d'une certaine finesse dans son approche de la terreur (raison pour laquelle je n'ai jamais trop accroché aux Resident Evil - même si j'ai apprécié le Revelations sur 3DS, qui relève plus du blockbuster d'action que du survival horror). Après ça, j'ai enchaîné directement avec le très bon Alone in the Dark : the New Nightmare, toujours sur PS1, qui proposait une synthèse intéressante de tout ce qui s'était fait jusque-là dans le genre (et lorgnait du côté de Lovecraft, ce qui ne gâchait rien), et là, c'était terminé, j'avais le doigt dans l'engrenage, le bras entier n'a pas tardé à suivre.

Pas de surprise en ce qui concerne mes préférés : les Silent Hill pour l'ambiance, la musique et l'intrigue (notamment le 2 et le Shattered Memories), les Project Zero parce que ce sont les seuls à vraiment réussir à me faire flipper, et Forbidden Siren 2 pour sa narration éclatée (j'ai également beaucoup aimé le film live, malgré la tiépitude tragique des maquillages). J'ai également une petite tendresse pour Galerians sur PS1, malgré son gameplay raide comme un otaku devant un fan-art hentai, pour son côté Akira mâtiné de Dark City (l'un des tous meilleurs films de tous les temps), et ses designs signés Sho_u Tajima (MPD Psycho).

Mon grand regret reste de ne pas pouvoir me frotter à Silent Hill Downpour, si moyen qu'il puisse être - et de n'avoir jamais pu me frotter à PT non plus (heureusement, je peux me frotter à PYT, c'est une consolation - et non des moindres, même si des fois, ça fait tout aussi peur... sinon plus !).

Silent Hill Downpour, qu’est ce qui t’en empêche, pourquoi ne pas participer au Noël de GB en ce sens ?

J'ai déjà participé deux fois au Noël de Gameblog. La première fois, tout s'est bien passé, j'ai reçu des gants de Gamer (je ne savais même pas que ça existait), PYT me les a volé, tout était normal. La seconde fois, par contre, ça a mal tourné, j'ai ouvert le paquet le soir de Noël, il y avait un exemplaire de Final Fantasy VI sur PSOne, je me suis dit "ha cool, je ne l'avais pas en version euro", puis j'ai remarqué qu'il était dédicacé par Sakaguchi. Là, j'ai blêmi, j'ai reposé le paquet et je me suis dit "plus jamais ça !". Les gens sont fous. Et Kaminos, tout particulièrement.

BONUS GRATUIT SPECIAL FETES :http://lesemainierde...ne.blogspot.fr/

Pour en revenir à ton idôle, Luchini ne s'est-il pas trompé d'époque ? De siècle ? Ou même de patrie ? Y a plus de cour en France depuis quand ? 1848 ?

Je ne sais pas s'il a trop bien eu le choix, en fait, tout Luchini qu'il soit - et ça, c'est scandaleux, nous sommes d'accord, l'univers est un cuistre. Mais je crois qu'au contraire, il est né pile au bon moment, avec son pain et ses croissants (comme l'ami Ricoré, mais c'est une autre histoire que nous vous raconterons une autre fois). Aurait-il vu le jour une décennie plus tard (ou plus tôt) que ça n'aurait pas été la même chanson : l'establishment théâtral aurait été trop guindé, ou trop libre, pour qu'il puisse s'y épanouir pleinement (c'est-à-dire : pour qu'il puisse le prendre au sérieux sans se prendre lui-même au sérieux).

En ce sens, Luchini est un pur produit de son temps, cet âge d'or intellectuel où l'on pouvait simultanément brûler ses idoles et leur rendre hommage (voire leur rendre hommage en les brûlant, et vice versa) (je parle au sens figuré, hein, ici. Fan de Christophe Maé, ne va surtout pas... euuuh... non, en fait, vas-y, j'ai rien dit, pardon). Hélas, son temps a passé (c'est un truc que ce salopiaud a tendance à faire plus vite qu'on ne le pense), mais même si je ne peux pas parler à sa place, je pense qu'il a pu en profiter dans les grandes largeurs.

Y a-t-il encore une place pour Luchini à l'époque d'internet, twitter, et facebook et instagram aussi et des selfies ?

Il y a TOUJOURS une place pour Luchini, quelles que soient le lieu ou la date (à part peut-être Pluton en trois mille cent vingt douze, mais rien n'est moins sûr). Ce sont internet, twitter, facebook, instagram et les selfies, qui n'ont pas leur place à l'époque de Luchini, nuance !

Plus sérieusement (encore que...), cette vidéo répondra à ta question mieux que je ne saurais le faire moi-même (et de manière plus drôle, ce qui ne gâche rien) :

https://youtu.be/cMq...BQNCiDaJo_C299d

(Bon, je te laisse voir si tu trouves l'intégralité de ce face-à-face au sommet, Youtube est contrariant, il ne propose que des extraits – heureusement édifiants).

Il n'y est pas question de Luchini à proprement parler, mais je pense que tout un chacun ici saura établir le parallèle qui s'impose. A part deux ou trois perdus dans le fond, qui  se demandent ce que peuvent bien être tous ces petits caractères bizarres sur l'écran entre deux photos rigolol.

Le progrès tue-t-il les intellectuels puisqu'il fait place à tout le monde sans filtre ?

Indubitablement. C'en est même dramatique. En exposant trop les artistes, il les humanise, pour le meilleur et pour le pire. Il les rapproche de leur public (là encore, pour le meilleur et pour le pire), mais en contrepartie, il leur enlève cette aura mystérieuse dont jouissent encore nos "Classiques". Sans doute est-ce d'ailleurs la raison pour laquelle les dieux ne s'incarnent pas et se contentent de balancer des éclairs à distance. Ils y perdraient de leur superbe. Quand je repense aux Confessions, je tremble en imaginant ce qu'aurait été le compte Facebook de Rousseau et quelles réactions houleuses il aurait entraîné. Parce que bon, ceux qui balancent "attention whore" à tout bout de champ ne les ont sans doute pas lues, ces Confessions, sans quoi ils ne seraient pas aussi prompts à dégainer les Mèmes.

D'un autre côté, les financements participatifs démocratisent la création en donnant au public l'opportunité de choisir les artistes qu'il souhaite encourager, ce qui est une excellente chose en soi, puisqu'il devient ainsi acteur du processus éditorial, il ne se contente plus de le subir.  Hélas, comme en alchimie, il y a un échange équivalent en forme de gros bonhomme chauve qui mange les gens : seuls les projets les plus accessibles et les plus "populaires" (ou populistes) obtiennent des crédits conséquents, ce qui tend à niveler le champ artistique par le bas. Des ½uvres plus exigeantes et plus austères sont condamnées à un oubli prématuré, là où une salade de patate ou une web-série en carton peuvent générer des profits vertigineux.

Ainsi se retrouve-t-on dans une configuration schizophrène, où le champ de la création se divise en deux extrêmes : d'un côté, l'auteur-copain qu'on suit sur les réseaux sociaux et qui nous apporte ce qu'on attend de lui. De l'autre, l'auteur-monolithe inaccessible, consacré par ses pairs et les rédacteurs de Télérama. Les premiers à pâtir de cette dichotomie sont les artistes de l'"entre-deux", qui ne veulent pas jouer le jeu des réseaux sociaux, ou faire le tour des réceptions parisiennes pour y cirer les pompes des influenceurs à la mode. Manque de bol pour moi, ce sont également ceux que je trouve les plus intéressants. On en revient à Lucchini : sérieux sans se prendre au sérieux, la posture idéale.

T’es pour ou contre les mèmes ?

J'aime bien les mèmes quand ce ne sont pas toujours les mêmes.

Note l’exquise sonorité de cette phrase qui, à nouveau, justifie complètement cette interview (hashtag clin d'oeil - hashtag wink-wink - hashtag "well that escalated quickly").

Blague à part, je n'ai pas à être "pour" ou "contre", c'est une forme d'humour comme une autre et il lui arrive de faire mouche, tout comme il lui arrive d'être paresseuse, lourdingue et franchement ras-les-pâquerettes.  Sans surprise : elle n'est pas drôle ou consternante par nature, tout dépend de la façon dont elle est utilisée. Certains l'emploieront avec talent, et d'autres (plus nombreux, forcément) en dépit du bon sens. Trop souvent, l'internaute a tendance à croire qu'il suffit d'y avoir recours pour être "trolol", que celui qui n'a pas d'humour (ou un humour de merde - j'avais écrit "déplorable", initialement, mais il paraît que je suis trop snob alors voilà) sera transfiguré en les utilisant, faisant d'eux les Kev Adams du XXIème siècle. Alors que pas du tout, évidemment (enfin si, d'une certaine manière, puisque Kev Adams a un humour déplo... de merde). Les mèmes ne rendent pas drôles les gens qui ne le sont pas ; et inversement : quand les mèmes sont drôles, c'est parce que ceux qui les postent le sont également. Il n'y a pas de mystère.

Bon, tu l'auras compris (de même que les habitués de la section Gameblag, les pauvres), je ne suis pas du genre à m'esclaffer sitôt qu'on colle un autocollant 9Gag en bas d'une photo random. Quand je tombe sur celui-ci, automatiquement, j'ai l'impression d'entendre une version visuelle des rires préenregistrés des sitcom US - et comme je ne me suis toujours pas remis de Notre Belle Famille (et que je ne suis pas très doué en synesthésie - comme le disait Jean de La Fontaine : "synesthésie, c'est donc ton frère..."), ça a tendance à m’escagasser prodigieusement.

Et puisqu'on parle d'escagaceries, deux choses me gênent néanmoins au sujet des mèmes :

- par nature, il s'agit d'un humour "de suiveurs", et je n'aime pas les suiveurs (une population trop représentée sur internet).

- ces mêmes suiveurs ont tendance à l'envisager comme la quintessence de l'humour, son stade ultime, le fleuron de la "culture internet" alors que ça existe depuis des siècles sous l’appellation "running gag". C'est juste qu'internet permet au "gag" de courir plus vite et plus loin, mais ça ne révolutionne rien.

"Si tu ne maîtrises pas l'outil, comment peux-tu te prétendre en capacité de construire une maison ?" => C'est vrai ça, comment ils ont fait pour construire la maison en pains d'épice ? Avec la langue pardi !

Ha non, pardon de te corriger mais tu confonds tout. Ça, c'est pour la démonter.

"J'ai une cloison à faire tomber, Bibiche. Va chercher le couteau et le sirop d'érable. Et fais des provisions de Digédril, je ne suis plus là pour personne".

fin de la première partie.

2014-2017 Time Neves, c'est dans la boite Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (28)

Commentaires

Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa

Bah, délirer avec les gens qui sont encore ici ? On rigole bien, et plus on est de fous, plus on rit !

Non bah je dis pas, perso c'pour ça que je suis toujours là (et que je moque directement des gens ici quand il faut :D). Mais les gens qui sont parti ont fait le choix de rester en contact ailleurs, sans passer par GB, et j'pense juste que le départ de julienC ou le retour de rahan changera pas grand chose à ça.

KanyeEast
Signaler
KanyeEast
Il y a une dynamique, comme je n'avais pas vu depuis un bail. Certes, elle est molle, mais on peut congratuler Neves qui avait annoncé y'a environ un an qu'il voulait "make GB great again". On y est pas encore. On en est loin même. Et ce ne sera jamais pareil.
Mais il ne faut pas s'attacher à ce qu'on a vécu par le passé, et prendre ce que l'on a aujourd'hui. Même noyés dans le flot des mendiants de vues sur YT, y'a quand même des choses qui ressortent. Et positives de surcroît.
Rien que cette discussion en commentaires, c'est un truc inimaginable en 2016.
J'suis un rêveur après, mais je pense qu'on a moyen de faire un truc sympa, en cohabitant avec des choses qui nous plaisent moins.

@liehd : merci mec ;)
Pour Crito, je ne me sentais pas visé spécialement, mais j'ai culpabilisé quand je l'ai vu. Ça fait du bien de le dire, de l'écrire, mais il faut agir en conséquence maintenant !

@Ariakkan : Crito et Krystal sont venus pour présenter une campagne de financement d'un bouquin, le leur. Grosso merdo, nous, les anciens, avons fait de la merde, et la campagne a fail. Nous n'avons pas su donner le coup de main qu'il fallait. Et c'est puant.
A.Z.N.Humboldt
Signaler
A.Z.N.Humboldt

Ils disent tous ça.

Et ça finit irrémédiablement en 150 pages Word taille 4.

Crois-moi qu'avec l'efficacité du sérum de vérité que je vous injecte, vous chantez à tue-tête comme de gentils petits fantassins :D

 

Va-y mollo sur la dose, je suis un pingouin de 40cm. J'ai pas envie de me réveiller façon Very Bad Trip le lendemain.

Donald87
Signaler
Donald87
Liehd, tu as beau dire, on bat bel et bien le nombre de caractères ... ;)
Ariakkan
Signaler
Ariakkan

 

A un moment, sans même parler blogging, on à des outils qui sont super puissants pour nous permettre de partager notre passion (ou d'autres trucs). Et ça devrait même évoluer dans le futur. 

 

T'as du biscuit ?

Joniwan
Signaler
Joniwan

Alors d'abord, une précision sur cette histoire de mains carrées : je suis en train de finir Bloodborne (enfin je pense. J'ai bientôt battu le Père Gascoigne) et j'adore. Voilà. C'est dit.

@Joniwan :


"La communauté déchire", j'aimerais bien y croire encore mais quand je vois comme ça bave sur Twitter, entre autres choses, j'ai mal à mes œillères.

Et là, tu m'excuseras, je t'adore mon Joni, je t'adore vraiment et je suis de ceux qui se réjouissent que tu aies pu intégrer la rédac', mais je vais me lancer dans un semi-hors sujet casseur d'ambiance dont j'ai le secret. Bon, je me suis fait une raison, je sais qu'à un moment ou à un autre, avec cette interview, ça risque de partir en sucette en commentaire, c'est pas de gaieté de cœur mais comme on dit : chat ébouillanté craint l'eau tiède. Donc je vais en profiter pour en rajouter une couche parce qu'il faut que ça sorte, mais il ne faut pas le prendre pour toi, surtout. Tu es juste celui qui me donne l'opportunité d'aborder le sujet.

Or en matière d'« actes » qui en disent long, s'il y a bien un « fail » qui, à mes yeux, symbolise ce qu'est (ou ce qu'est devenue) la communauté GB, c'est le projet Ulule de Crito.

 

Moi j'y crois, mais parce que je vis dans les rêves.
La partie sur Crito (et Krystal), moi je me sens visé, et que je me suis senti mal quand je lui ai demandé quand finissait la cagnotte, et qu'on avait passé la deadline. 

 

Déjà + 1 Kanye. moi aussi je me sens un poil visé et gêné, puisque je fais partie du lot qui va boire des coups xD

Donc je me sens un peu obligé de me justifier. Si je n'ai pour ma part pas participé, et sans vouloir faire pleurer dans les chaumières, c'est pour principalement trois raisons : 

1 - je suis fauché depuis ma rupture l'an dernier. Je m'en remets pas financièrement. Genre, sur mon navigateur internet, ya une page ouverte depuis plus d'un an, c'est la boutique de T-Shirts de BBALI. Je n'ai toujours pas trouvé les 30€ nécessaires pour l'acheter, à cause de mon train de vie princier que je continue de mener. Alors que lui il à trouvé le temps de venir me pécho des jeux pour me renflouer un peu (J'en profite pour dire que les ventes me filent un sérieux coup de main et que j'ai comblé la moitié de mon découvert en deux mois. Mais je reviendrais la dessus plus tard dans ce message)

2 - Je suis dans le zef, j'ai une turbo flemme intergalactique, et je ne pense à rien si ce n'est pas noté dans mon petit carnet de TO DO LIST. Si t'es pas dedans, t'es mort :/

3 - Je sais plus, j'ai oublié xD Mais c'était super intéressant, si je m'en souvient j'éditerais ^^

 

Bref. Tout ça pour dire que ce n'est pas par indifférence. D'autant plus que j'avais bien suivi à l'époque les premières pré-publications de la ligue des loosers du Prez' et que j'avais bien aimé. Et encore plus les aventures du ragondin (j'y avait même un rôle important ^^).

 

La faute à pas de chance peut être ? Mais il n'empêche que maintenant que tu en parles je me dit que j'aurais pu donner un peu plus de moi même, c'est sur.

 

D'autant plus que ça peut fonctionner, petit contre exemple perso. Quand je viens demander de l'aide avec mes jeux à fourguer pour me faire un peu de thune, ça marche ! J'ai eu pleins d'achats, si ce n'est pas pour dire une majorité, qui n'ont pas été motivés chez les gens non pas par le désir de vouloir posséder l'objet, mais bel et bien pour me filer un coup de main. j'en profite pour vous remercier encore une fois d'ailleurs.

 

Donc oui, j'avoue, c'est juste triste en fait :/ mais je ne désespère pas de voir notre communauté repartir de plus belle ! Un prochain événement devrait y contribuer, je l'espère. je n'en dit pas plus mais le suspense ne sera plus très long.

 

puis je reviens sur les anciens et la durée de vie : On est périmés ! xD je ne me rappelle plus le mot que tu utilise, mais oui, quand je poste, c'est dorénavant un peu comme un robot c'est vrai. Mon blog aurait du mourir il y a environ 3 ans, j'avais fait le tour de la question. Puis je me suis finalement mis à écrire des tests pendant toute une année, ce qui m'a permis de m’entraîner et d'être prêt pour le moment ou l'annonce de recrutement est passée sur le site. Au bon endroit, au bon moment, avec les bonnes qualif's. Du coup ça me prend beaucoup de temps et mon blog vivote. Mais il est toujours là ^^ Comme le tien en fait :)

 

 

Fin bref, les gens qui avaient un problème avec le site ont pas de raison de revenir.

 

Bah, délirer avec les gens qui sont encore ici ? On rigole bien, et plus on est de fous, plus on rit !

Maintenant si c'est vrai que comme le dit Lihed, certains sont faux-cul et parlent dans le dos sur twitter & cie... C'est pas cool. 

Même si j'ai eu 2-3 soucis avec une poignée "d'anciens", qui m'avaient pris de haut, mais je n'ai jamais été confronté à ça personnellement. ou alors j'ai pas vu, ou alors je suis irréprochable (j'en doute xD)

A un moment, sans même parler blogging, on à des outils qui sont super puissants pour nous permettre de partager notre passion (ou d'autres trucs). Et ça devrait même évoluer dans le futur. 

Et avec la dynamique actuelle ou l'on est plusieurs à représenter pour notre paroisse, je reste assez confiant dans l'avenir :) On aura du youtubeur, c'est sur, mais aussi et pourquoi pas quelques belles plumes ou des originaux ?

Les choses évoluent et se détendent, je le ressent comme ça. Les krytlawards sont de retour après tout ! Snake à bien résumé la chose dans son post, et j’adhère pas mal, pour l'instant ce n’est qu'un frisson, mais c'est celui du renouveau :)

Et je crois avoir fait le tour de ma pensée :)

Neves
Signaler
Neves
Ils disent tous ça.

Et ça finit irrémédiablement en 150 pages Word taille 4.

Crois-moi qu'avec l'efficacité du sérum de vérité que je vous injecte, vous chantez à tue-tête comme de gentils petits fantassins :D
A.Z.N.Humboldt
Signaler
A.Z.N.Humboldt
Elle risque d'être courte mon interview, j'ai pas grand chose à raconter.
Neves
Signaler
Neves
AZF => Quand tu dis que tu ne dévoileras pas ici, tu veux bien dire que tu attends sagement qu'on en cause lors de ton interview, c'est ça ?

En ce qui concerne le phénomène paranormal qui vient de se produire dans la section commentaire d'un de mes posts de blog => si un jour, on m'avait dit qu'un commentaire de Liehd pouvait être à lui seul plus long que sa propre interview, je ne l'aurais pas cru.

Contraint aujourd'hui de faire mon méa culpa.

Cet homme repousse toutes les limites imaginables comme Bolt, Armstrong ou encore Napoléon ont pu le faire en leur temps.
A.Z.N.Humboldt
Signaler
A.Z.N.Humboldt

Alfred Zigenfruke Neville Hulboldt, c'est ça ?
 

 

Presque, pour le Z, t'as bon. Ce sont les initiales des trois principaux pseudos que j'ai utilisé au court de ma vie sur le net. Que je ne dévoilerait pas ici (même si certains doivent se douter de la signification du A.).


Pour ce qui est de cette histoire avec Crito, non, franchement, je t'assure, je ne visais personne en particulier (en plus, ça me ferait mal de pointer du doigt des gens que j'apprécie), j'avais juste besoin d'exprimer un ressenti personnel et de le mettre en perspective avec ce qui me pèse dans la Commu' et ce que j'en regrette.
 

 

Il s'est passé quoi avec Crito ?

Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
@Kanye :

Oui mais toi, c'est normal que tu y croies, tu es encore jeune, tu es un héros de shonen, tout est encore possible, un jour, il est même possible que tu deviennes Roi des Pirates. Alors que pour les vieux cons aigris comme nous, qu'est-ce qu'il reste ? On a même perdu Johnny, dis donc...

Pour ce qui est de cette histoire avec Crito, non, franchement, je t'assure, je ne visais personne en particulier (en plus, ça me ferait mal de pointer du doigt des gens que j'apprécie), j'avais juste besoin d'exprimer un ressenti personnel et de le mettre en perspective avec ce qui me pèse dans la Commu' et ce que j'en regrette.

Moi-même, j'aurais pu et dû faire plus, personne n'est irréprochable et certainement pas moi. D'ailleurs mon don n'a rien changé non plus et sans doute que c'était joué d'avance, mais j'aurais aimé que Crito rencontre davantage de considération, ne serait-ce qu'à travers des mots. Parce que je sais ce que c'est que de se poser aux yeux du monde avec un projet qui nous tient à coeur, et je sais bien ce qu'on espère dans ces cas-là. Pas forcément des louanges, pas forcément dix gillions d'euros, mais un peu d'intérêt, simplement ça. Un retour, n'importe lequel. Parce que c'est soi, qu'on expose, sans armure.

Après, évidemment que personne ne pensait à mal, que les gens ont posté en toute amitié malgré tout, j'imagine bien qu'ils ne se rendaient pas compte, qu'ils n'avaient que de bonnes intentions. Mais ça ne suffit pas. Je sais également que sur internet, le temps file, on se dit "faut que je pense à faire ça" et en moins de temps qu'il n'en faut pour le penser, la deadline est passée, ça nous arrive à tous. C'est dommage mais c'est comme ça. Si on en tire des leçons, c'est déjà beaucoup et ce n'est pas vain.

On s'est tous plantés, sur ce coup, d'une manière ou d'une autre, chacun à notre manière.
Je constate avec satisfaction qu'au moins, je ne suis pas tout seul à culpabiliser.

En tout cas, ta réponse est belle, pleine de maturité et m'a touché, vraiment.
Comme quoi la commu' est peut-être bien meilleure que je ne l'imagine, dans le fond ?
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
"Leur principal grief contre le site à disparu, non ?"
lul. Y'a ptet julienC (ou ashe ??) en moins, mais chaque aspect technique du site s'est empiré bien plus au niveau de la communauté, et ça a bien plus d'impact que ce que julienC aurait pu faire.
La ligne éditoriale du site (ou son absence) a pas vraiment changé, les blog mis en avant sont toujours ceux qui peuvent principalement engendrer du clic (et de manière générale, faire un blog sur GB c'est engendrer des vues, donc qqn qui refuse de soutenir GB va aller voir ailleurs, c'est ce qui c'est passé pour beaucoup), et quand on critique les news incomplètes on se fait tjs menacer de ban de temps en temps. Fin bref, les gens qui avaient un problème avec le site ont pas de raison de revenir.

"Puté, qu'est-ce que j'ai raté ? On ne peut pas s'énerver contre les YTers qui racontent du caca ?"
nan ça c'est neves qui refuse de comprendre quand je disais qu'il y avait pas que du norman et cyprien sur youtube :D (et surtout quand je disais que certaines chaines youtube sont bien plus douées pour parler de jeux que les professionnels des sites d'info)
KanyeEast
Signaler
KanyeEast
Moi j'y crois, mais parce que je vis dans les rêves.
La partie sur Crito (et Krystal), moi je me sens visé, et que je me suis senti mal quand je lui ai demandé quand finissait la cagnotte, et qu'on avait passé la deadline. Même avec mon don, on aurait été loin du compte, mais c'est loin d'être une justification... Nous sommes capables outre de faire ces dons, de transmettre l'info, de voir si l'on peut filer un coup de main quel qu'il soit avec les compétences que nous avons, et rien ou trop peu n'a été fait.
C'est beau de vouloir remettre une pièce dans la machine communauté comme je le veux, mais si je suis incapable derrière d'agir en adéquation, j'vaux pas grand chose comme être humain.
Je trouverai bien un moyen de me rattraper, le mal est quand même fait.
Mais comme il paraît que l'on apprend de ses erreurs (une étrange rumeur), je vais m'améliorer. La preuve : je vais même envoyer dans les temps le colis de Noël de mon filleul. Sauf si je me casse les jambes et les bras. Ou si je meurs.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees

Alors d'abord, une précision sur cette histoire de mains carrées : je suis en train de finir Bloodborne (enfin je pense. J'ai bientôt battu le Père Gascoigne) et j'adore. Voilà. C'est dit.




@Fache : je disais ça de façon préventive, surtout. :lol: Je risque de te faire grincer des dents quand j'aborderai la question des Social Justice Warriors, car nous ne mettons pas la même chose derrière cette appellation et vu comme je suis « calé » en internet (les guillemets, c'est important), il y a de grande chance que ce soit moi qui mélange tout et que je méérite bien d'être repris ! :D

Pour le strip, j'avais évidemment refarfouillé le site de Zig a sa recherche mais le coquin n'avait pas republié tout ce qui était directement lié à GB (et peut-on l'en blâmer ? ;) ).



@Ariakkan : toi aussi, tout à coup, tu as entendu résonner le générique de la 4ème Dimension en arrière-plan ?



@Zig : depuis tout ce temps, tu n'as pas encore compris que tu m'intimidais ? :lol: J'ai été tenté, bien sûr, mais je ne voulais pas te faire perdre ton temps avec une demande aussi triviale (et un chouia narcissique !).

Merci à toi d'avoir accédé à la requête de Neves, du coup, je ne referai pas deux fois la même erreur. :)




@Joniwan :

Haaaa, enfin quelqu'un qui aimait les patates aussi. Je lui en veux d'avoir tout supprimé, j'aurais aimé relire ça de temps en temps !

Un gros +1 pour ton retour sur Lucchini. Tu es un vrai, alors tu sais.

En ce qui concerne le retour des anciens... C'est une bonne question, et je crois même que Neves en a posé l'équivalent dans le suite de l'interview (c'est dire ! :) ).

Pour simplifier mon point de vue, je pense que tout le monde a un peu tourné la page depuis, qu'on a tous avancé dans la vie de notre côté (ce qui implique : moins de temps pour bloguer) et que ce qu'on trouve dans la partie blog les rares fois où on y jette un oeil ne donne pas envie de relancer la machine.

On rechignera à passer des heures sur un article si c'est pour le retrouver noyé au milieu des vidéos de let's play copié-collé, le voir chassé du fil d'actu en quelques heures, récolter 5 ou 6 likes à tout casser et ne pas faire la Home alors que le dernier compte-rendu des épisodes de Dragon Ball Super s'y retrouvera systématiquement (ambassadeur de nombreux contenus indigents qui font régulièrement la Une – et non, Donald, je ne parle pas de toi ! ;) ).
Ce n'est pas très motivant. Même si le blogger lambda n'écrit pas pour la gloire (j'espère !), il écrit pour être lu, un minimum, et si possible interagir avec son prochain.

Je ne prêche pas ici pour ma paroisse, attention : je me suis mis suffisamment de gens à dos ici pour mériter l’indifférence polie qui accueille mes quelques posts, j'en ai pris mon parti (merci à ceux qui s'accrochent malgré tout !), tant pis pour mon dossier FF XV, ou mon dossier Ys, ou mon dossier animation japonaise, ou mon retour sur le concert Silent Hill, c'est bien fait pour ma mouille, on récolte ce qu'on sème, mais enfin, quand à côté de ça, on voit ce qui finit en Home, la plupart du temps, et qu'il a fallu pleurer pendant des semaines pour qu'Atred ou le dossier Persona de Snake s'y fasse une place timide (ne parlons pas des Krystawards ou des derniers posts de Migaru...), peut-on vraiment blâmer les gens de ne pas vouloir faire l'effort ? On est un peu tous des ânes, ici. Le bâton, on l'a bien vu en notre temps. La carotte, par contre, elle a foutu le camp avec les likes.

Pour qu'un renouveau soit possible, à mon sens, il faudrait que tous les anciens (ou, en tout cas, un nombre conséquent) reviennent en même temps et se remettent à poster de manière régulière (et à interagir, encore, c'est fondamental !), histoire de recréer une synergie, de relancer la machine, sans quoi toute tentative dans ce sens ne pourrait que se solder par un échec, par le renoncement et par la lassitude de celui qui essaie de s'y remettre. Et est-ce possible, seulement ? Je n'en suis pas convaincu, d'autant que là encore, si la seule perspective qu'on puisse avoir, c'est de se lire entre nous, on n'a pas besoin de Gameblog pour ça, autant s'envoyer des mails ou en discutailler au téléphone. ça nous dispensera d'avoir à utiliser le subjonctif imparfait. :D

Perso, après le dossier FFXV, j'aurais voulu écrire un texte analytique sur la place du vide dans le jeu vidéo. Après celui sur Ys, j'aurais volontiers embrayé sur .Hack//. Mais bon, sachant l'énergie qu'il me faudrait employer pour aller au bout, et conscient que je serais lu par trois personnes (peut-être rien que par politesse), je finis systématiquement par jeter l'éponge.

Et puis bon, de mon côté, si j'ai mis de la distance, c'est plus à cause de la communauté que de la rédac', on le sait, je l'ai suffisamment fait savoir, et de manière plutôt explicite.

"La communauté déchire", j'aimerais bien y croire encore mais quand je vois comme ça bave sur Twitter, entre autres choses, j'ai mal à mes œillères.

Et là, tu m'excuseras, je t'adore mon Joni, je t'adore vraiment et je suis de ceux qui se réjouissent que tu aies pu intégrer la rédac', mais je vais me lancer dans un semi-hors sujet casseur d'ambiance dont j'ai le secret. Bon, je me suis fait une raison, je sais qu'à un moment ou à un autre, avec cette interview, ça risque de partir en sucette en commentaire, c'est pas de gaieté de cœur mais comme on dit : chat ébouillanté craint l'eau tiède. Donc je vais en profiter pour en rajouter une couche parce qu'il faut que ça sorte, mais il ne faut pas le prendre pour toi, surtout. Tu es juste celui qui me donne l'opportunité d'aborder le sujet.

En ce qui me concerne (et tant pis pour les chevilles, je ne suis plus à ça près), je ne suis pas dans le paraître, je n'emploie pas toute mon énergie sur le net à paraître ce que je ne suis pas, à répéter aux gens que je suis quelqu'un de bien, de cool, de drôle, ou à chercher à les en persuader par des moyens détournés. Je l'ai toujours dit : pour moi, ce sont les actes, pas les mots, qui parlent (spécial dédicace à ceux qui jouent les grands sages sur la place publique et dégoisent en mp - ou, donc, sur Twitter, puisque c'est le lieu idéal pour ça, le temple de la lâcheté 2.0 et de la consanguinité intellectuelle).

Or en matière d'« actes » qui en disent long, s'il y a bien un « fail » qui, à mes yeux, symbolise ce qu'est (ou ce qu'est devenue) la communauté GB, c'est le projet Ulule de Crito.

Le mec prend son temps pour rédiger un looooong article dans lequel il présente son projet perso, il rouvre son blog pour ça et il obtient quoi en retour ? Pas un seul commentaire au sujet du projet en question, pas un seul avis, pas une seule question, pas un encouragement ou un bravo. L'indifférence totale. Tu imagines le truc ? Tu reviens avec un truc personnel dans lequel tu t'es investi, tu y mets tout ton cœur, tu te donnes à fond et en face, que font tes « amis » ? Rien. Ils évacuent le truc d'un revers de la main et préfèrent se filer rencard pour boire une mousse ensemble, que tu sois là où pas, c'est pas bien grave, sans visiblement que cette cuistrerie ne choque personne. Je ne vise personne ici, c'est plus l'expression d'une incompréhension de ma part, d'une déception, et d'un peu de colère, c'est vrai, qu'il fallait que j'exprime un jour. Parce que bon, ouais, retrouver des potes pour boire un verre, c'est cool, mais enfin quand ils se donnent à fond dans quelque chose, la moindre des corrections, c'est de s'y intéresser, quoi. Ou alors on n'a pas la même définition de l'amitié. On me dira sans doute que le soutien que Crito était venu chercher, il l'a obtenu par mp, qu'une fois de plus je juge sans savoir, qu'il y a une vie hors de l'espace numérique mais enfin je n'en ai pas beaucoup vu relayer l'info et essayer de mobiliser du monde. Ou, plus objectivement : je n'en ai pas vu beaucoup investir non plus, même quelques menus euros, pour le résultat que l'on sait.

Or pour moi, dans ses grandes lignes, c'est ça, la Commu' GB. Pour boire des coups ensemble, on est toujours partant et c'est très sympa, c'est sûr, je le dis sans arrière-pensée. Mais dès qu'on doit passer le stade du superficiel, il n'y a plus personne (à quelques exceptions près, heureusement). On se fiche pas mal de qui fait quoi, on ne supporte pas les avis divergents, on ne se supporte qu'aussi longtemps qu'on se brosse mutuellement dans le sens du poil ou qu'on reste à la surface des choses. Ça ne cadre pas avec ma définition des rapports humains, on l'aura compris. Je suis un connard immature et méprisant, j'assume, mais quand je lis Crito qui demande pardon à ceux qui l'ont suivi sur ce projet et qui leur présente ses excuses pour leur avoir fait perdre leur temps, moi, ça me fout les boules (pour ne pas dire que ça me fend le cœur). Parce qu'il y a bien des excuses qui doivent être présentées et pas dans ce sens-là. On m'a accusé (à raison) d'avoir insulté un tel ou autretel ici et je l'admets, je l'ai fait en mon âme et conscience. Mais comme je le disais déjà à l'époque, des façons d'insulter une personne, il en existe beaucoup. Dire à quelqu'un « non, je n'ai pas dit que tu étais idiot, j'ai dit que tes propos étaient idiots, ce n'est pas la même chose », non seulement c'est le traiter ouvertement d'idiot, mais c'est également le prendre pour un con. Lâcher un commentaire sur un post blog en affirmant « je te donne mon avis, mais sache que je n'ai pas lu ton article », c'est insultant. S'incruster dans les coms d'un post personnel où il est question d'un projet créatif, pour y parler de tout sauf ça, c'est super insultant. J'assume aussi mon côté donneur de leçons imbuvable mais merde à la fin. Moi, au moins, les insultes, je les ai balancées en face, je ne les ai pas trempées dans du miel pour tenter d'en sortir grand prince, je n'ai pas soutenu Crito pour gratter ses likes ou son amitié, et je n'écris pas ces lignes non plus pour lui lécher l'arrière-train, parce que j'espère bien qu'il n'en aura jamais connaissance. Je n'essaie pas de me faire plus beau ou plus vertueux que je ne suis. Je suis imbuvable, prétentieux et pédant. Mais je ne triche pas. Et quand nous nous retrouvons IRL, avec les potes d'ici, on peut parler de tout, y compris de religion, ou de politique, et ne pas être d'accord, et s'enflammer, et se fâcher, même, notre lien en ressort grandi et ça finit toujours en rigolade. Parce que c'est vrai. Or c'est justement ce « vrai » qui me manque ici, par contraste, et qui fait que bouderies ou pas, je ne pourrais plus m'investir comme avant (et là, tout le monde soupire de soulagement).

Pour autant, qu'on ne se méprenne pas : j'apprécie vraiment les efforts que vous faites, toi, Neves, Atred, Kanye, Nate, Donald, Dranzer et d'autres pour faire vivre la communauté envers et contre tout, vraiment, ce n'est d'ailleurs que pour ça que je me connecte encore, mais en ce qui me concerne, des choses ont émergé dans la commu' il y a quelques années et depuis, je ne peux plus la voir avec l'oeil innocent de nos belles années. Crois bien que j'en suis le premier affligé.
 


@Kanye :


Comme je le disais à Joni, à mon avis, c'est peine perdue. En ce qui concerne la plupart d'entre nous (moi excepté, sans doute ! :lol: ), ce n'est pas tant une fracture qu'un éloignement naturel dû au temps qui passe et aux priorités qui évoluent, je pense. Je le vois bien quand on se retrouve IRL, on n'évoque plus du tout Gameblog, et c'est à peine si on parle de jeux vidéo. Le site nous a permis de nous rencontrer et ce furent de très belles années dont on regrette l'insouciance, mais sans trop le vouloir ni nous en rendre compte, on est passés à autre chose. Ce qui ne m'empêche pas d'apprécier quand je passe, je le répète, les tentatives des uns et des autres pour faire vivre la section Communauté, je trouve ça admirable, à son échelle, mais en ce qui me concerne, on l'aura compris, je n'y crois plus assez pour replonger – et je crois que nous sommes nombreux dans ce cas-là.

KanyeEast
Signaler
KanyeEast
Puté, qu'est-ce que j'ai raté ? On ne peut pas s'énerver contre les YTers qui racontent du caca ?
Monde de merde.
Neves
Signaler
Neves
Alfred Zigenfruke Neville Hulboldt, c'est ça ?

Oh la doucement KanyeEast, tu va sur des terrains glissants, je sais pas dans quelle partie ce sera mais le cas de la Non Valeur Ajoutée (donc les fonctionnaires), c'est un sujet aussi tabou par ici que Jérusalem chez d'autres. :/

Et alors je te raconte pas ce que va te faire Fache si tu t'en prends aux sacro-saints Youtubers :genre:
KanyeEast
Signaler
KanyeEast
Joni dit un truc juste : le truc qui nous rendait le plus fou sur GB a disparu (du moins ce qui soulevait les moqueries en IRL). Ramenez-les, si la fracture n'est pas trop grande.
Ras le boule des vidéos YT (désolé pour vous les vidéastes, mais vous êtes trop nombreux, et n'apportez pas de valeur ajoutée).
A.Z.N.Humboldt
Signaler
A.Z.N.Humboldt

@Neves :

Marrant de redécouvrir tout ça après tout ce temps. Je me souvenais que c'était long, mais pas autant que ça !
Et grâce à toi, j'ai pu récupérer la BD de Zig, merci infiniment. Quand il a supprimé son blog, j'ai amèrement regretté de ne pas l'avoir sauvegardée, et je l'ai longtemps cherchée online en vain.

 

 

Suffisait de demander en fait. C'est ce qu'à fait Neves, par l’intermédiaire de Bbali, et peut être d'autre, m'enfin, je suis pas Luke Skywalker, je me suis pas terré dans le trou du cul de l'univers en séparant en plusieurs partie la carte menant à mon antre, je suis pas dur à trouver. Celle là, ainsi que tout ce qui est un peu trop private joke gamebloguienne (les kaminosses par ex), je ne les ai jamais republié, souvent trop cryptique.

 

Je ne jette jamais rien, faut juste parfois le retrouver, parce que je range très très mal. Bon, là, c'était dans un dossier à ton nom dans le bon dossier de strip, et sur le DD du PC de boulot en plus, ça a pas été trop dur. C'est pas comme si c'était sur un de mes DD ou clé usb d'archivage, que je range à des endroits spécifique une fois plein pour pas les perdre, mais que le temps me fait quand même oublié ou ils sont.

Ariakkan
Signaler
Ariakkan
"Allez viens voir ma chaîne envoie les clics je me filme en train de jouer à des jeux vidéo t'as vu ?". C'est une évolution dans l'ère du temps, j'imagine.

 

 

Ayant complètement déserté le site pendant presque 3 ans, c'est vraiment le truc qui m'a le plus sauté aux yeux quand je suis revenu lurker au printemps dernier. Genre : "ah tiens il y a encore pas mal de publications de blog" *clic dessus* "oh une vidéo youtube" *clic sur une autre publication* "merde, encore une vidéo", *clic sur encore une autre publication dont le titre semble indiquer du contenu intéressant* "@&#$! de vidéo youtube de @&#$!", etc.

Joniwan
Signaler
Joniwan
1 Ce faux suspense dans le titre xD
2 Je savais pas que MR papate était ton pote. J'aimais bien son blog:/
3 Cette seconde génération FB, pourquoi ne pas la faire revenir ici ? Leur principal grief contre le site à disparu, non ?
4 J'ai toujours détesté Luchini. Je le trouvais hautin, jusqu'à ce que je voie dans Jean-Philippe (même combat avec Johnny, RIP). Là, j'ai changé d'avis.
Neves
Signaler
Neves
Tu peux remercier Bbali :D (Et Zig lui-même en fait :D), c'est à la source (et comme je ne savais plus si c'était l'un ou l'autre) que je suis allez chercher Kézach :genre:

Sinon, je n'aurais qu'une question : qui s'est octroyé (c'est qu'on finit par bien parler la France suite à tout ce temps passé au contact de Liehd XD) le visionnage de la compil' de Luchini ici présente ?
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
"Quand il a supprimé son blog, j'ai amèrement regretté de ne pas l'avoir sauvegardée, et je l'ai longtemps cherchée online en vain. "
c'pas parfait et un peu long à charger mais https://web.archive....ogs/zigenfruke/


sinon j'ai pas corrigé grand chose non ? au moins avec toi je peux m'attendre à des réponses :D
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
@Bbali (si ton écran accepte un jour de se rallumer) :

Détrompe-toi, il a de grandes qualités, Galerians. Certes, pas le gameplay, qui est d'une lourdeur proportionnelle à sa difficulté... par contre, le scénario, l'ambiance et les artworks préparatoires méritent amplement le détour. L'intention était plutôt bonne, également, mais peut-être trop ambitieuse pour la PS1.


@Donald :

Fly, You Fool !


@Neves :

Marrant de redécouvrir tout ça après tout ce temps. Je me souvenais que c'était long, mais pas autant que ça !
Et grâce à toi, j'ai pu récupérer la BD de Zig, merci infiniment. Quand il a supprimé son blog, j'ai amèrement regretté de ne pas l'avoir sauvegardée, et je l'ai longtemps cherchée online en vain.

@Fache :

Non mais je suis un vieux qui parle d'internet, donc forcément, attends-toi à des approximations et à des raccourcis, du genre "c'était mieux avant". Il faut juste m'imaginer barbu, au milieu des moutons, en train de faire des moulinets avec ma canne.

J'ai bien peur que tu n'aies pas fini de souffrir et/ou de me corriger, mon pauvre.
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
Arrêtez, en vrai c'est surement une des itw les plus courtes là, vu le découpage
Bbali
Signaler
Bbali
Tiens, je ne connaissais pas Galerians. Ça n'a pas l'air très grave :D
Sinon j'ai commencé à lire, mais passé le 7935e paragraphe mon écran s'est éteint et ma molette a commencé à fondre.

Édito

 

Ne vous demandez pas ce que vous pouvez faire pour Neves.

 

Faites-le.

 

Neves F. Kennedy, 1964.

 

--------------------------------------------------

 

'Bienvenue au Neves Club.'

 

La première règle du Neves Club est 'il est interdit de parler du Neves Club'.

 

La seconde règle du Neves Club est 'IL EST INTERDIT DE PARLER DU NEVES CLUB'.

 

Troisième règle du Neves Club : ' lorsqu'un joueur WiiU l'intègre, il doit jurer sur la Dualshock de ne jamais prononcer les termes suivants dans l'enceinte du Club : "fun, gameplay, level-design, game design, multi-local" '

 

Quatrième règle : 'le joueur Sony et affiliés est exempté de combattre'

 

Cinquième règle : 'le joueur Xbox est un mythe qui n'existe pas'

 

Sixième règle : 'seulement deux joueurs par combat messieurs'

 

Septième règle : 'deux joueurs WiiU minimum par combat'

 

Huitième règle : 'quand le joueur WiiU crie stop, ou n'en peut plus, le combat continue jusqu'à ce que j'en décide autrement'

 

Neuvième et dernière règle : 'si c'est son premier jour, le joueur WiiU doit combattre'

 

Tyler Neves, 1997.

 

--------------------------------------------------

 

Il y a bien longtemps, dans un galaxie lointaine, très lointaine ...

 

 

C'était une époque de guerre civile, à bord du vaisseau opérant à partir d'une PlayStation inconnue, les Rebelles  ont emporté leur première victoire sur l'abominable Empire Nintendo.

 

Au cours de la bataille, les Rebelles ont réussis à dérober les plans secrets d'une machine infernale : le CD-Rom, une technologie spectrale dôtée d'un armement tridimensionnel assez puissant pour ébranler la stabilité bidimensionnelle du cosmos vidéoludique.

 

Poursuivi par les sbires sinistres de l'Empire, le Prince Kutaragi regagne sa base aux commandes de son vaisseau spatial, porteur des plans volés à l'ennemi qui pourrait boulverser le cours de l'histoire et restaurer l'espoir dans la galaxie ...

 

Neves Lucas, 1977.

 

--------------------------------------------------

 

"That's one small step for Sony ...

 

... but one giant leap for videogame industry"

 

Neil Neves, 1993.

 

( 'landing' his hands on the yet  UNCHARTED Playstation Dualshock soil)

 

--------------------------------------------------

 

- J'aurais pu vous offrir une babouche.

 

[4 seconds ... 3 ... 2 ... 1 ]

 

- Une babouche ne suffit pas.

 

Le mime Neves, 1998.

 

--------------------------------------------------

 

Yes, Week-End.

 

Neves Obama, le Vendredi.

 

--------------------------------------------------

 

My people ... Sons & Daughters of Sony. This much I vow. The history of these days will be written in the Saturn blood, by crashing the N64 of my ennemi, by seizing the CD technology they thought to turn against us. We will be fighting for our very existence. But if are those who denies us peace, refuses our rightfull place in the gaming universe, then we will unleash such a terrible console that the generations yet unborn (Gamecube, Wii, WiiU, WiiThem, etc.) will cry out in anguish.

 

Discours de galvanisation des troupes, Sony Headquarters, Neves Visari, 2 Décembre 1994.

 

--------------------------------------------------

 

The Wii may shatter our PS3 body. But they cannot break our spirit. Even tough the Miiverse advance on our Playstation Home to seize by force what they cannot claim by right. They cannot imagine what awaits them. WE WILL PLAYSTATION ALL-STARS BATTLE ROYALE (SMASH, in english) THE INVADERS FROM OUR SKIES. [...] While they sweep over our lands like the sand of winter, never again we will bow before them, never again endure their awful casual games, never again endure their Mario Kart tyranny. We will strike without warning and without mercy, fighting as one hand, one heart, one soul. We will shatter their dreams of hegemonia and haunt their nightmares of failure. Drenching our ancestor's grave with their blood. And as our last breath tears as their lungs, as we rise again form the ruins of our Playstation 3. They will know Gamers belongs to SONY.

PLAYSTATION 4.

 

Discours de présentation de la PS4 à la presse, Scolar Neves, 19 Février 2013.

 

--------------------------------------------------

 

 Never compromise.

[Tearing apart the contract between the two of them.]

Neves "Rorshach" Yamauchi, 1990.

 

--------------------------------------------------

 

Cette communauté mérite une qualité supérieure de contributeur.

 

Et je compte bien la lui donner.



The Neveser.

 

--------------------------------------------------

 

Je suis devenu un criminel pour éviter de devenir une victime.

 

 

Le joueur WiiU.

 

--------------------------------------------------

 

Dans l'Espace, personne ne vous entendra crier.

Renault, division acoustique.

 

--------------------------------------------------

 

Les hommes naissent libres et égaux en droit.

Il ne fait nul part ici, mention du sort de la femme.

Neves Bonaparte, 1803.

 

--------------------------------------------------

 

Nul n'est pro-fête en son pays.

 

Pourtant j'en vois plein des français à Saint-Tropez.

 

L'auteur de la citation n'a pas souhaité dévoilé son identité.

 

--------------------------------------------------

 

Un homme avertit en vaut deux.

 

Une femme ? Quatorze.

 

Comprenne qui pourra.


L'auteur de la citation n'assume pas ses propos et n'a par conséquent pas souhaité faire figurer son nom dans le registre.

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est de gagner.

 

Et surement pas de participer.

 

Absurde.

 

Neves de Coubertin, 1896.

 

--------------------------------------------------

 

- Vous aimez invoquer la Sureté Nationale afin d'allègrement violer la constitution et restreindre les libertés individuelles si durement acquises par ce pays.

- Vous n'êtes qu'une emmerdeuse Karen.

Karen Hayes puis Tom Lennox, 24 - saison 10.

 

--------------------------------------------------

 

Ce blog ne se prévaut pas d'être le meilleur d'entre tous.


Il l'est.


Et c'est bien là l'essentiel.

 

Neves Bygmelon

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est d'imposer son avis.


Et non de le donner.


Absurde ça aussi.


Putain, les gens comprennent vraiment rien.


Neves Underwood.

 

--------------------------------------------------

 

Un taxi vide s’est arrêté au 10 Downing Street.

 

Clement Attlee en est sorti.

 

Winston Churchill.

 

--------------------------------------------------

 

Un vrai joueur se réclamant être un sympathisant de la cause ne dit pas "allo" en décrochant le combiné.

 

Il dit Killzone.

 

Neves RyuzAKi47.

 

--------------------------------------------------

 

A compter de ce jour, vous ne m'appellerez plus Neves.

 

Mais le Grand Neves.

 

Napoléon Neves, 1822.

 

--------------------------------------------------

 

Les grands esprits discutent des idées.

 

Les moyens esprits discutent des évènements.

 

Les petits esprits discutent des gens.

 

Ils m'arrivent de discuter de moi auprès des autres.

 

Neves Roosevelt.

 

--------------------------------------------------

 

Un jour, je rentre dans un taxi et j'entends un mec me dire :

"Vous allez où ?"

Comme on se connaissait pas, je lui ai répondu :

"Qu'est ce que ça peut te foutre ?"

Les gens d'aujourd'hui, aucune manière ...

 

--------------------------------------------------

 

- Qui est le premier homme à avoir marché sur la Lune les enfants ?

 

- Neil Armstrong Mr le Professeur.

 

- Faux. Tintin.

Archives

Favoris