The Neves Times

The Neves Times

Par Neves Blog créé le 29/03/14 Mis à jour le 14/04/19 à 10h58

Reporter vidéo-ludique.

Hebdomadaire dominical.

Tirage en couleur.

Ajouter aux favoris
Signaler
Je n'ai rien à vous dire (Jeu vidéo)

Faut-il jouer à un jeu en difficile pour en tirer la substantielle moelle ?

Par la présente, j’aimerais revenir sur un cas d’école qui m’est arrivé avec la God of War collection. J’ai joué à GoW pour la 1ère fois en 2015. Le titre fut une claque, de celle dont je ne soupçonnais ni l’approche, ni l’intensité. J’ai joué à GoW 2 deux en plus tard. J’ai personnellement préféré le 1er de par son histoire, la conception de ses niveaux (le monde existait avant Demon’s Souls) ainsi que son architecture entre combat, plateforme et énigme. Quant le second se recentre sur le c½ur du jeu, la cuisine. Le 2nd est très bon et paradoxalement, j’ai sans doute pris plus de plaisir dans ces combats mais au détriment de la fluidité de la progression. Explications.

J’ai commencé GoW en difficile, 3ème niveau sur 4. J’ai fini par descendre d’un cran la difficulté au quart du jeu devant la difficulté abusée de certain mini-boss, le Minautaur en particulier. J’ai donc joué dans sa majeure partie au jeu en difficulté normale ; avec un défi assez prononcé pour s’employer et se creuser la tête sur les coups/tactiques à opérer et une progression fluide sans bloquée 2 heures sur un combat contre des adversaires de bas étages. J’ai fini le jeu en une dizaine d’heure.

J’ai fini GoW 2 en 25 heures. Pour la simple et mauvaise raison que j’ai opté pour augmenter d’un cran la difficulté par rapport au précédent – ça partait d’un bon sentiment – n’ayant plus la courbe d’apprentissage de la jouabilité puisque s’agissant du 2nd épisode et connaissant les contrôles ayant fait le jeu 2 ans auparavant. Bien mal m’en a pris. Parce que ce que j’ai gagné en défi avec les prérogatives que cela impose (plus de concentration, plus de calcul de ses coups, plus de tactiques), je l’ai perdu en fluidité de progression avec énormément de combats face à plusieurs ennemis « classiques » (même pas des mini-boss) qui mettaient 1h entière à être consommé au bout de dizaines de tentatives – le paradoxe étant que j’ai naturellement pris plus de plaisir à jouer plus juste avec la sanction guettant au tournant. A bien y repenser, ça ne me pose pas vraiment problème de recommencer encore et encore des combats voire des parcours de combats pour revenir à celui qui m’a trucidé et lui faire sa fête (Susic) mais c’est qu’il y a une trame dans GoW.

Contrairement à Demon’s Souls dont la trame scénaristique est aussi légère que l’épaisseur de mon papier toilette (faudra d’ailleurs penser à y remédier), God of War a une histoire dont on finit par perdre inexorablement le fil à force de recommencer ses moults combats. Et ça, ça m’a profondément dérangé. Plus que le sentiment d’avoir une progression à travers les niveaux hachée, qui s’arrête une heure le temps d’un passage ardu pour se repoursuivre comme si de rien n’était, c’est de perdre le fil de l’histoire qui m’a gonflé. Et qui fait que je ne sais globalement plus trop ce qui se passait scénaristiquement parlant à chaque fois que je relançais le jeu pour poursuivre ma partie.

Ayant horreur de perdre le fil de l’Histoire et supportant tout juste une progression hachée, God of War Collection fait désormais cas et je ne jouerai au 3 qu’en niveau moyen pour mieux apprécier l’½uvre dans son ensemble. Peut-être devrais-je retenir le niveau difficile seulement pour une 2nde partie mais comme je ne recommence jamais mes jeux … En revanche, j’ai joué à Uncharted Drake’s Fortune en normal et fait le 2 et le 3 en difficile. Et l’expérience s’est bien passée malgré une claire montée en niveau des ennemis obligeant à jouer différemment (et à recommencer certains passages plusieurs fois). Désormais, je privilégie une augmentation de la difficulté dans les jeux de tir comme j’ai pu m’y adonner avec les suites de Resistance, Killzone, Call of Duty (mais pas Bioshock, je ne suis pas fou). Et je préfère m’abstenir sur les autres.

Ceci permettant en fonction du genre de jeu de trouver un juste équilibre entre challenge et progression fluide, condition essentielle en ce qui me concerne pour apprécier à sa juste valeur un jeu. Eprouvant toujours 2 ans après les faits un sentiment aigre-douce vis-à-vis de GoW 2 que j’aurais aimé apprécier de la même manière que le 1er. La réponse à la question ma prise de parole est donc : NON.

2014-2019 Time Neves, Quid du niveau de difficulté de cet article Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Je n'ai rien à vous dire (Jeu vidéo)


Âmes en défense.

Ça faisait longtemps.

Alerté par le 1er Nintendo Sony Direct de l’histoire de notre petite grande planète ainsi que par les récents aperçus de ces titres dans la fournaise d’un New York arpenté en métro à défaut de pouvoir s’y adonner en Limo ou tiens pourquoi pas en hélicoptère tant qu’on y est, je me suis rapidement imaginé les axes d’améliorations ubuesques qui pourrait faire de la VR le seul réel futur que mérite notre belle passion du fruit jeu vidéo. Si je m’attarde spécifiquement sur le PSVR de Sony, ce n’est pas parce que j’ai quelque chose contre l’Occulus, le Vive, l’Index, le Tong ou le Nose mais qu’avec ses 4 millions de ventes, le leader de son segment représente la particularité de se coupler avec un matériel que l’on a bien souvent déjà pour en profiter classiquement – l’investissement dans l’accessoire en devient alors un brun plus raisonné. Sa position de porte d’entrée et de locomotive pour démocratiser la VR auprès du grand public prenant tout son sens.

 

1. Sortir GTA VI sur PSVR

Cela peut sembler réducteur. Conditionner l’explosion exponentielle hypothétique d’une façon de jouer à la fortune d’un titre. Pourtant j’y crois. Pourquoi pas Call of Duty me direz-vous (ou tout autre licence brassant quelques dizaines de millions de vente chaque année). Je rétorquerai simplement que GTA V jouit déjà d’une vue FPS depuis sa sortie sur les consoles actuelles. Même si je ne doute pas du travail titanesque pour passer le tout en VR « jouable » ni du fait que le jeu n’avait pas besoin de sortir de sa vue à la 3ème personne pour y prétendre. Il n’est nullement compliqué d’imaginer l’effet que cela ferait d’arpenter les rues de Los Santos ou donc Liberty City, le casque vissé sur la tête dans l’un des univers les plus travaillés et minutieux jamais conçu. Je suis actuellement en train de poursuivre le 2nd contenu téléchargeable de mon jeu préféré GTA IV, et la perspective pour des dizaines de millions de réceptifs à la franchise de Rockstar de s’y plonger en « totale » immersion a de quoi devenir complètement maboule. Prenez-note, il va y avoir de la casse.

 

2. Toutes les exclus Sony jouables en VR

Seconde condition sinequanone à une explosion du PSVR sur la prochaine génération : développer TOUTES les prochaines propriétés intellectuelles avec le spectre de la VR au-dessus de la tête. Pour moi, il faut que les prochaines exclusivités PS5 VRStation soient totalement jouables en VR ; que celles-ci s’appellent Uncharted 5, Spider-man 2, God of War II, Horizon 2, Gran Turismo 7 ou Wild, Dreams II, Wipeout, Bloodborne 2 ou non. Sony a fait pour moi quelque chose d’impensable quand ils ont annoncé la collection WipEout Omega intégralement jouable en réalité virtuelle. Alors que personne ne croyait ça possible aussi bien ergonomiquement (c’est qu’ils vont vite ces bolides !) que financièrement. Peut-être que GT Sport va avoir une mise à jour rendant tout le jeu jouable en VR comme ça du jour au lendemain et sans même nous demander une participation forfaitaire - compréhensible au vu du boulot à abattre - de 79,99¤. La partie complètement déglinguée de mon cortex vous dirait même qu’il faudrait que toutes les prochaines exclus PS5 VRStation ne soient pas seulement VR-friendly mais complètement VR-mandatory, il faut qu’elles ne soient plus jouables sur votre écran 4K flambant neuf de la semaine dernière. Je sais, ça va faire mal de se contenter de regarder Koh Lanta sur votre dernier équipement à 250¤ le pixel. Comme ça, plus le choix, la VR gagne le game, Sony met la clé sous la porte parce que Microsoft n’aura rien imposé et on repart avec Facebook, Apple, Google et Amazon entre les jambes. Je m’égare un peu mais vous saisissez, quoi de mieux pour démocratiser la VR que son leader passe à la vitesse supérieure quitte à faire dépasser de quelques millions les budgets pour derrière vendre des casques à gogo !?

 

3. Continuez sur sa lancée en faisant la pare-belle aux projets plus ramassés

Vous voyant venir tel des chacaux sur une carcasse à peine défraichie, j’ai préféré anticiper. Non, il ne faut pas arrêter les jeux spécifiques à la VR, les très bonnes expériences comme – je vous mets celles qui moi m’intéresse à titre d’exemples – Batman Arkham VR, Until Dawn Rush of Blood, Moss, Farpoint, Astro Bot, Trust&Blood, WipeOut Omega, Resident Evil VII, Ace Combat 7. Je dirais qu’il faut tranquillement surmultiplier ces expériences ou jeux de plus courte durée parce qu’ils sont nécessaires comme peuvent l’être les jeux au format indépendant et qu’ils permettent d’alterner avec de jeux de plus grande envergure en termes de moyen – typiquement l’année 2018 des exclus PS est un très bon exemple avec du AstroBot et Mos qui viennent se greffer entre du SoTC Remake, GoW, Detroit et l’Araignée menteuse.

 

4. Converger vers des Lunettes

Personnellement, je n’en rien à battre de soi-disant passer pour un con avec un casque sur la tête tout en le remuant. Je n’ai pas de smartphone et bizarrement, ceux qui l’utilisent frénétiquement et qui n’ont même plus la tenue de s’arrêter de pianoter quand on a quelque chose à leur dire n’éprouvent pas ce sentiment. Par contre, question masse, ergonomie et sangle à la con, je pense que des lunettes fines et « fermées » (c-a-d qui empêche la lumière de passer) seront l’avenir de la VR pour une utilisation fluide, optimale et non fatigante. Pour sa démocratisation donc.

 

5. VRStation avec PSVR1 inclus d'office

Dis comme ça, ça ne parait pas viable économiquement. Mais vu toutes les remises que s’est mangé le PSVR à différents moments de l’année dernièrement avec des packs attractifs pour 250¤ incluant le casque, pléthore de (bons) jeux, la caméra et parfois même les 2 PS Move avec, pourquoi ne pas envisager la PS5 VRStation sans lecteur optique à disons 450¤ avec le casque VR inclus d’office. Le PSVR 2 étant lui bien disponible pour 400¤ avec toutes les améliorations qu’on imagine pour ceux se situant constamment à l’avant de la vague.

 

 

6. Whizz wireless

A défaut de lunettes VR sans fil, commençons d’abord par un PSVR 2 sans fils. Je pense qu’il n’y a même pas besoin d’expliquer pourquoi il faut se débarrasser de toute cette merde, au plus vite.

 

 

7. Mickey Mouse

Rien de personne à l’encontre de Nintendo Labo VR ni Google Cardboard mais la VR a besoin d’une porte d’entrée accessible pour les plus jeunes et frêles bourses afin de convertir dès le plus jeune âge les jeunes joueurs aux bienfaits de la VR. Je propose donc que l’on s’inspire du partenariat entre Malboro et LU (les mikados servent en fait à convertir les plus jeunes à la cigarette) pour réaliser non pas à un PSVR en carton (ça brule !) mais en mousse. Léger, flexible et ils pourront même faire la vaisselle juste avant Bonne nuit les petits ces sales gosses. Avec insertion de la PSVita en lieu et place de la Switch et le tour est joué. A l'instar des PS Move passés du motion gaming ringard à la VR tendance, la Morta revient à la vie. Faites vos jeux, rien ne va plus.

 

8. Sortir DREAMS

Tout est dans le titre. Mais je vais développer pour atteindre mon quota de maux. Bien que je ne crois pas au concept de DREAMS de générer des jeux grandioses, tout au plus, je crois à des «expériences », plonger dans autant de bric et de broc en VR peut à termes devenir le plus grand atout de la VR pour abreuver sans cesse de contenus indépendants à même de faire rebrancher le casque chaque soir pour une petite heure d’expérience courte enchainées à la volée. A voir par contre comment des expériences vidéoludiques créées par la communauté peuvent être compatibles en VR « d’office ». Faudra-t-il que Media Molecule repasse sur chacune des créations ou les créateurs devront-ils prendre en compte l’aspect VR pour une expérience optimale ? Et si DREAMS devenait le Minecraft de la VR ?

 

9. Adoucir la pilule - passer au suppo.

Peut-être faudrait-il que la VR passe à la moulinette de l’abonnement locatif ? Après tout les voitures sont passées par là, les humains louent leur savoir et le jeu vidéo s’y met de plus en plus avec PSNow et GamePass déjà fonctionnels. Alors oui, on va surmultiplier les abonnements mais peut-être vaut-il mieux payer 120¤ à l’année pour une offre VR avec casque offert pour un engagement de 2 ans minimum par exemple plutôt que faire payer plein pot le prochain casque PSVR 2 …

 


10. Suivre le Lapin Blanc

Proposer la Matrice accessible dès le menu du PSVR2. Avec la dame en rouge, cela va de soi.

Game off.


Vous l’aurez compris. Grâce à ces quelques idées complètement farfelues, la VR prendrait son envol pour de bon et vos dalles LED UHD plus grandes que l’envergure d’un 747 n’aurait plus qu’à être remisées au placard, vous permettant alors de consentir à la mise en place d’une cheminée dans votre salon pour vous chauffer l’hiver (à moins qu’une PS4 Pro suffise …). Naturellement je ne suis pas un génie, juste visionnaire. Fin de la récré.

Time Neves 2014-2019 Izzy Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Mystère (Jeu vidéo)


Les Gameblog Community Awards sont de retours.

Tel un twist sorti de nul part à la Kojima, tout était prévu, j'ai oeuvré dans l'ombre pour que vous votiez à votre insu. Là était là l'unique but de ces maudits Krevawards. Ce qui me fait penser qu'il faudra que je trouve autre chose pour l'année prochaine, l'effet de surprise ne fontionnant qu'une fois. Excepté ceux souffrant d'Alzeihmer ou s'appelant Jason Fly. A moins qu'il ne s'agisse de Steve Rowland. Bref, c'est ainsi qu'en collectant vos données à l'instar d'un Google, d'un Facebook ou d'un Vlad que j'ai analysé celles-ci pour détacher les prix de la communauté non pas envers les contributeurs d'une commaunité agonisante mais bien ceux qui ont fait l'actualité de l'année 2018, les jouets vidéo. Sans plus tarder les résultats, pas de mise en scène à la Olive, je n'ai aucun talent informatique. Et si ça ressemble trait pour trait à ce qu'à mis en forme Gamekult pour ses Awards, c'est parce que je n'ai aucune créativité non plus. Ah, et je vais vous demander 200¤ à la fin de la séance, parce que je viens de me rendre compte qu'avec tous les cadeaux que je me suis fait le mois dernier, je n'ai plus d'argent. Prenez ça comme un don à une ONG. Organisation Névessienne Gestapoïsée. Kanye comprendra.

 

Jeu de l'année

Red Dead Redemption 2

Rapist Games

6 votes / 25% des suffrages

 La loi du 'toujours plus' respectée.

 

Le 'Stranger Thing' Award pour cette catégorie revient à :

Operation Winback. Pedrof.

Qui est un jeu de 1999.

 

 

Surprise de l'année

Pokémon Let's Go

Game Fric

3 votes / 12,5% des suffrages

"Attrapez-les toutes ces bourses" aurait dit le président de la compagnie caritative.

 

Le vote 'Bellatrix Lestrange' :

巨影都市. Le Gamer Aux Mains Carrées

Lauréat du Trophée "Deadly Premonition 2018"

AKA

"c'est de la merde MAIS on y joue sans mal avec 2 verres dans le pif".

 

 

Déception de l'année

PlayStation Classic

Sony Impérative Entertainment

3 votes / 12,5% des suffrages

Mais quelle bande de rabats-joie ...

 

Le vote étranger :

Gal Gun 2. Joniwan

Parce que voilà précisément ce qui caractérise Joniwan ...

Placer des attentes dans des jeux ...

Que même Liehd ne connait pas.

 

 

Scandal de l'année

Video Game Awards

Le frère de Keira.

2 votes / 8,3% des suffrages

 Trop de teasing à la Microsoft en mode ça va être du jamais vu apparemment ...

Oui, ça été du "jamais vu"

 

Le vote de la Raison :

Trop de Metroïdvania en Terre Indé. Locutus

Dans les dents Fache ;)

 

 

Scandal GB de l'année

Rien

The Empty Company

8 votes / 33,3% des suffrages

En même temps, depuis que celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom a plié bagage, il reste plus que les putes et la coke payé par EA à Camille pour relever le métascore de BFV

C'est maigre

 

Le vote Mediapart :

Pas de moltonel triple épaisseur à la rédac'. <Fenril>

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur la rédac ...

 

 

Arnaque de l'année

PlayStation Classic

Sony Incapable Entertainment

10 votes / 41,7% des suffrages

(soupçons de bourrage des urnes à la chaussette pleine)

Sony voit double.

 

Le vote conspirationniste :

Stan Lee est bien vivant, je l'ai croisé hier à Nassau, il sirotait même un cocktail avec Michael Jackson tout en refaisant le monde avec John Fitzgerald Kennedy. Et même que Elvis Presley était pas très loin, en plein karaoké avec Johnny. KiFlam

Stan Lee mort, une arnaque certifiée donc.

 

 

Braquage de l'année

Fortnite

Bounce back Games

3 votes / 12,5% des suffrages

Et dire qu'on a connu l'époque où le jeu est né-mort après 5 ans de gestation ...

Epic a une chatte de ouf.

 

Le vote savoureux :

Arthur Morgan, Bill Williamson, Lenny et Karen à Valentine ! On s’est fait de ses pépètes !. <Fenril>

Excellent.

 

 

Direction Artistique de l'année

11-11 Memories Retold

Hardman Animations

2 votes / 8,3% des suffrages

J'aurais pu mettre Return of the Obra Dinn puisqu'il a autant de votes mais ça aurait trop fait plaisir aux hispters comme Fache ou Kanye.

 

Le vote osé :

Mon épouse. Donald87

Excellent. (bis)

 

 

Bande-son de l'année

Red Dead Redemption 2

Ron Perlman Games

4 votes / 16,7% des suffrages

Les 800 morceaux de SSBU n'auront pas suffit.

 

Le vote fake :

Detroit. Pikachoux_bzh

"Tu veux dire qu'en plus d'un scénariste, Cage aurait aussi embauché un compositeur ??

Mais il se rend compte qu'il perd 2 emplois en même temps !!??

Il lui en reste plus que 9."

Fache reprit par TMZ.

 

 

Turbo-baffe de l'année

Super Smash Bros. Ultimate

La Secte

5 votes / 20,8% des suffrages

Une victoire raccord avec ce qu'on y fait.

Heureusement que la catégorie ne s'appelle pas "Biffle de l'année" ...

Mais criez pas de joie trop tôt, ça peut encore changer pour l'année pro'

 

Le vote à la con :

Les Anciens Parchemins : Bordeciel. Neves

Une envie pressante de m'autociter.

La prochaine ? De m'auto-publier.

J'ai eu aussi une envie pressante d'Autolib' mais trop tard.

Et de m'auto-payer mais mon patron n'acceptera jamais.

Puisqu'il détourne l'intégralité de la recette. #Carlosceuxquivontmourrirpourtoitesalut

Mais avant ça, j'ai une envie pressante.

Toute courte.

 

Développeur de l'année

Rockstar Games

E-corp

5 votes / 20,8% des suffrages

 Cette déchéance pour mon dév' préféré putain ...

 

Le vote utile :

Squre Enix. Le Gamer Aux Mains Carrées

On se refait pas.

 

 

Constructeur de l'année

Nintendo

Skynet

7 votes / 30,4% des suffrages

Putain mais même Reggie n'y croit pas ...

 

Le vote blanc :

Squre Enix. Le Gamer Aux Mains Carrées

On se refait pas. (bis)

 

 

Editeur tiers de l'année

Square Enix

Et la lumière fut

3 votes / 12,5% des suffrages

(vote réalisé sans trucage, même que y avait des casques bleus morts pas loin)

Qui l'aurait cru ? En dehors de ce vendu de Liehd je veux dire !?

 

L'abstentation :

Square Enix, Liehd.

Les coupables sont Mangouste et Callveen.

T'appelles ça de la délation si tu veux ... En Corée, ils m'auraient déjà fait Colonel.

Incroyable mais pourtant vrai, c'est comme si Nintendo avait gagné la catégorie précé...

Oh wait.

 

 

Bide plaisant de l'année

Le votre

Eriq LaSalle

3 votes / 12,5% des suffrages

Mais ça, c'étant avant la période du 24 au 31. Vous avez probablement parlé trop vite ...

Pas très originale comme réponse mais efficace.

 

Le vote en traitre :

La France éliminé de la Coupe du Monde, Joniwan

Erdogan t'aurais déjà déchu de ta nationalité Joniwan ...

 

 

Bide déplaisant de l'année

Le votre

LaSalle Hope

2 votes / 8,3% des suffrages

Ah, on sent qu'on vient de passer 2019 hein ...

 Euh les mecs, ça vous dirait de bosser un peu vos réponses !?

 

Le vote désespérant :

Radical Heights A Cliff Bleszinsky Sad Story, Fache

Parce que y a vraiment que Fache pour en avoir quelque chose à fouttre de cette grande gueule.

 

 

Expérience viscérale de l'année

Celeste

Maths Make Games

2 votes / 8,3% des suffrages

 Quand tu tapes Celeste dans Google et que tu tombes que sur des bombasses ...

 

 Le vote wikileaks

Mettre des bans injustifiés en toute impunité. Ferio

Il semble y avoir pire que Karl Fairburne, il y a les modos de Gameblog.

 

 

Troll de l'année

PlayStation Classic

Sony ImPEACHment Entertainment

4 votes / 16,7% des suffrages

Sony qui se détache largement de ses Krevawards avec 17 votes au cumulé.

Si elle fait un four, j'arrête le jeu vidéo.

 

 Le vote rouge :

L'usine à trolls de Saint-Petersbourg. KiFlam

Excellent (bis) (sic)

 

 

Trop de temps de l'année

Red Dead Redemption 2

Desperate Housewives Games

2 votes / 8,3% des suffrages

Plus c'est long, plus c'est bon ?

 

 Le vote incendiaire :

The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Yaeck

Excellent (bis) (sic) (clette)

Fache n'arrive plus à respirer.

KanyeEast nous fait un arrêt.

Zhibou s'est déjà barré.

Vite, faites rappliquer Dopamine.

 

 

Aveu de l'année

Jouer à PUA / Hacké 4 consoles / The Quiet Man acheté / Barbie passion vaiselle acheté / Triché boss Demon's Souls / Celeste avec les soluces / Switch et One X revendu pour acheter des bons PSN et du démat pour une PS4 ressorti du placard /Avoir acheté la Switch pour Noël plus pour soi que pour les gosses / Rien / Diablo 3 acheté pour la 3ème fois / Persona 5 acheté et toujours pas fait / Cuphead abandonné au bout de 3 niveaux / Caladrius Blaze acheté / Royal Revolt 2 / Indéfférent à Death Stranding / Yakuza 6 acheté, pas joué / Beat Saber acheté / Acheter des jeux malgré un backlog / Fache a une PS4 / Pokémon GO / Pas fini Celeste et Hollow Night à 100% / Chasses aux trophées / Faire jouer les neveux séparemment au même jeu sur 2 consoles différentes (Street of Rage sur Megadrive et sur PS4) / Jouer aussi sur Smarphone (Emergency)

KanyeEast / Pedrof / Nathan Gouzien / Locutus / Neves / <Fenril> / Kiflam / Tyler Cross / Mangouste / Pikachoux_bzh / Zig / Galak67 / Liehd / Gunhed / Arukado / Zhibou / Callveen / Ferio / Fache / Donald87 / AngeP / Joniwan / Yaeck / Dopamine

1 votes / 4,2% des suffrages

Une égalité parfaite pour cette catégorie, QUI L'EUT CRU !!??

 

 Le vote Human Rights Watch :

Faire jouer les neveux séparemment au même jeu sur 2 consoles différentes (Street of Rage sur Megadrive et sur PS4) à 2 mètres de distance parce qu'ils fallaient les calmer et les séparer. Yaeck

Même en Iran, les Gardiens de la Révolution, y font pas ça.

Bon, par contre, vaut mieux ça que d'être saoudien.

Et dissident.

 

 

Attente de l'année

Kingdom Hearts III

The Trolling Company

3 votes / 12,5% des suffrages

En fait, c'est comme si vous n'appreniez jamais de vos erreurs.

Vous m'énervez.

 

Le vote récidiviscite :

Dreams. Fache

"Ah, ah ah ah ah ah oh hi hi ah ah oh hi ah, et moi qui trouvait mes blagues tellement mauvaises", Joker.

La PS3 a eu TheLastGuardian.

La PS4 a Dreams.

 

Merci à tous pour votre participation aux Krevawards 2018, je ne pensais pas que cette édition aurait pu être meilleure que la première et pourtant au vu de l'originalité de certains et de la qualité de réponses des autres, je me dois de me résoudre à le confesser, vous avez été au-delà de mes espérances. Et Dieu sait que la barre mise l'année dernière était haute. Ce qui d'ailleurs vous met une pression de dingue pour faire encore mieux l'année prochienne. Je me réjouis donc de l'activité accrue de la communauté en Décembre malgré l'arrêt scandaleux du Noël de Gameblog et m'enjoins avec ma poupée gonflable et mon chien virtuel à vous souhaiter une excellente année 1919.

2014-2019 Time Neves, Bonne santé, le reste est accessoire Réservé

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

L'heure a sonné. Celle du dernier baroud d'honneur. Celle de faire ses cartons. Et caca aussi. Au terme de cette interview, il n'y en aura pas d'autres. La fin d'une grande épopée commencée en 1986. Désolé pour les autres, mais je n'ai plus la patience, ni l'opiniatreté requise pour mener à bon escient ces véritables traveaux d'Hercules. Notez que je suis arrivé à 16. Contre douze. Pas mal. Pour finir, voici la bombe nucléaire, j'aurais aimé aller au bout de l'interview mais son Eminence (et pas Eminem, les cons) en aura décidé autrement. Ce qui n'empêche pas ma maison d'édition de s'octroyer les droits des écrits qui vont suivre et de s'en servir pour faire pleuvoir les "j'aime", la monnaie locale - faut bien manger. Bref, profitez-en bien et si des fois quelqu'un a le numéro de Snake, dites-lui qu'il me doit encore une quarantaine de réponses. Merci.



 

TRAME

 

 I                 Bonne fête du 17 Novembre, Manu !              9/12

 

 II                                On arrose la pelouse !                          17/12

 

 III                                Troisième intifada                                26/12

 

 IV                            Kept you waiting, huh ?                         02/02

 

 

 
 IV      Ouaip, je sais, je vous ai fait attendre ^^

 (enfin d'où le : "kept you waiting HUH" donc au moins je suis raccord)

 

Qu'est-ce que t'as contre Julien Chièze ? Vous avez un point commun flagrant pourtant ... Vous vous êtes brouillé au lycée, c'est ça ... !?

Alors là, je suis curieux de connaitre ce point commun. J'ai retourné la question dans tous les sens, et je ne vois pas... Après, je m'amuse juste à caricaturer, même si des fois on a du mal à faire la différence entre la caricature et l'original. Je ne pense pas ensuite être un grand nuisible sur le site, puisque je n'ai jamais reçu d'avertissement pour quelque article que ce soit.

Ceci dit, tu partages ce point commun avec pas mal de monde puisque vous portez tous 2 des nocles (au dernier pointage en tout cas).

Exact. Mais je pensais tu avais en tête quelque parallèle plus truculent. Le genre de point commun qui m'aurait fait sortir de mes gonds. En cela j'essaye de limiter au maximum l'impact des chemises dans ma garde-robe.

Pourquoi tester des tests ?

Pour cela, il me faut vous raconter une histoire.

Il y a de cela trois ans (donc en 2013), alors que nous étions encore dans les cendres fumantes de la Gameblog Summer Wars, TigerSuplex a donné à Gameblog l'un de ses pires casus belli en sortant de façon totalement anodine le test flash de Hyperdimension Neptunia V.

Il en résultera une baston mémorable avec des cris, des bans, des larmes, des menaces et du fan-service.

D'un côté, Gameblog, le généralissime TigerSuplex entouré de sa garde d'élite du Modo-ssad, dans un dernier carré que n'aurait pas renié Cambronne.
De l'autre, les Teutoniques du Pantsu avec Ichikyo, Rhazya, K3ito, Akuma2002 et bien sûr, leur invincible shogun, ryuzaki57.

Et dès la fin du test, ryuzaki passe à l'attaque !

Intrépide, pressé d'en découdre avec l'ennemi trois fois honni, il se jette dans la bataille laissant derrière lui ses troupes qui tardent à suivre la fougue de leur chef.

Surpris par cet assaut violent, le carré de la Modo plie mais ne rompt pas. Il subit les premiers coups alors que toute la troupe arrive pour pousser ryuzaki57 dans l'effort.

La Modo tient bon et empêche le percement de sa ligne de front, mais le combat s'annonce déjà long et rude. Alors que les coups redoublent en page 1 du topic, Jayetbobfr arrive par le flanc gauche et commence à porter l'effort pour stabiliser le front et soulager la Modo qui débute à peine la riposte.
Ryuzaki57 déplace alors sa ligne de front et demande à akuma2002 et Ichikyo de déborder Jayetbobfr sur leur flanc droit, ce qu'ils font immédiatement. Malheureusement en dispersant trop ses forces sur cette première contre-attaque, ryuzaki57 dégarni son axe principal et subit les premiers tirs de modération qui l'obligent à reculer.

C'est alors que se lance dans la bataille Bast6 dit "Le Fidèle". Vassal de JulienC, il lance ses piquiers aux cotés de Tiger qui renforce la défense au contact. Le carré de Tiger se retrouve ainsi renforcé par des troupes fraiches qui sauront tenir les assauts répétés. La Modo démarre sa stratégie d'attrition en effaçant les messages de ryuzaki de façon méthodique.

Au moment où la ligne de front tend à se stabiliser, les renforts arrivent. Lyhanna charge avec sa cavalerie les deux groupes, n'arrivant plus à distinguer où sont ses alliés dans la bataille. Papi Culo et Kaminos marchent au canon et donnent leur allégeance à Gameblog. Si Kaminos charge violemment, il se retire immédiatement du combat pour empêcher l'épuisement de ses forces dans cette bataille, laissant à Papi le soin de continuer la lutte aux cotés de Tiger.

Alors que ryuzaki commence à encaisser le contrecoup de sa charge trop rapide, il bénéficie du soutien inattendu de Cathédrale qui épaule son flanc droit et qui tend à redistribuer les cartes dans la mêlée. Mais à cet instant de la bataille, ryuzaki prend sur lui toutes les contre-attaques de la modo. Ses incessantes bravades ont fini par lui couté son compte, et le général doit se retirer de la bataille après une lutte très âpre qu'il n'a, au final, pas su contrôler.

Si les troupes légalistes de Gameblog reprennent l'avantage, c'est sans compter sur Rhazya, proprement héroïque dans cette bataille, qui va non seulement reprendre l'étendard mais aussi la place de son général tombé. Laissant son flanc, elle va déplacer une partie de ses troupes pour continuer la lutte au centre et ne pas laisser d'ouverture. Le front est maintenant en passe de se stabiliser, avec Rhazya capable de réinjecter de la discipline dans ses troupes.
C'est à cet instant que les mercenaires de Liehd entrent dans la bataille, juste après une intervention absolument pas pertinente des archers de sorento qui rate complètement sa cible. Se battant pour lui-même, Liehd cogne de droite et de gauche avant de se rendre compte que c'est Cathédrale qui commence à répondre à ses coups et le duel s'engage !

Sur le front principal, Papi Culo abandonne son coté sur le carré de Tiger pour retourner ses armes contre Bast6 et c'est avec ce retournement d'allégeance inattendu que démarre un nouveau duel.

Le point au milieu de la bataille : on notera le repli du général rebelle qui a dû regagner ses troupes à l'arrière pour panser ses blessures. Il laisse malgré lui la direction des opérations à Rhazya qui tient le front en étirant ses propres soldats et arrive, de façon impressionnante à tenir le choc par un habile jeu de confrontation et d'évitement en frappant les auxiliaires de Tiger plus que la modo elle-même. Les ailes sont tenues maintenant par Bast6 qui s'oppose à PapiCulo et Cathedrale qui se mesure à Liehd.

Le premier évènement marquant de cette seconde partie de la bataille est la trêve signée entre Bast6 et Papi qui s'accordent sur un statut quo. Ils se paieront des bières la prochaine fois et quittent le champ de bataille, jouant incidemment le rôle de soutiens.

Le recul de Cathédrale face à Liehd oblige ce dernier à se tourner vers Rhazya et Akuma2002 pour la suite du combat.

La bataille est âpre et malgré le soutien de Lyhanna, on note un recul significatif des deux soldats qui préfèrent se replier sur un débat interne avec Akuma2002 qui n'a strictement plus rien à voir avec le test du début. Si ryuzaki, après avoir pansé ses blessures, revient sporadiquement à la tête de la bataille, son autorité est désormais trop affaiblie pour représenter une menace. La défense de la modo étant solide, les belligérants renoncent à continuer une lutte frontale qui serait synonyme d'attrition. 

Le champ de bataille est alors progressivement déserté. La modo achève les derniers blessés tandis que TigerSuplex regarde son ½uvre.

Il laisse une vidéo de gameplay de 1h45 d'Hyperdimension Neptunia V et 6 pages de forum expurgées dont il ne reste que des cadavres de posts tronqués en guise de preuve de la folie des Hommes...

http://www.gameblog....ion-neptunia-v/

 

En bon exégète de Gameblog, il a fallu tirer les leçons de tout ça.
La Gameblog Summer Wars ou le drama de la culotte, sont autant d'évènements (ou de non-évènements d'ailleurs) qui interroge sur le site et/ou sa pertinence. Face à un tel déchainement de violence au départ plus qu'anodin (on parle du test d'un jeu mineur dans un genre mineur), on se rend compte que les tests et leurs conséquences sont de loin les évènements les plus dangereux du site.

Le test de Neptunia a démontré que n'importe quoi pouvait partir en sucette et menacer la santé mentale de n'importe qui.

J'ai donc décidé de procéder, de façon professionnelle, rigoureuse, scientifique (!) à un test de tous les tests susceptibles de dégénérer. Par une analyse des éléments du langage, j'essaye de déterminer si le test provoque ou non l'énervement  des lecteurs, si l'emphase est mesurée ou complètement WTF. De tout cela, j'arrive à déterminer un risque de shitstorm qui est noté et qui permet de prévoir si le test va partir en cacahuète et si oui, dans quelle mesure.

Les réactions des forums sont d'ailleurs faciles à anticiper à partir d'une note trop basse ou avec une demi-étoile. La personnalité du rédacteur entre aussi en ligne de compte, un test de JulienC part par exemple avec un très lourd handicap, même si on note un relâchement à ce niveau.

Pour répondre un peu plus sérieusement, c'est extrêmement drôle de voir que Gameblog est devenu tellement n'importe quoi pendant ce laps de temps, au point qu'il est devenu pertinent de se demander pourquoi et comment on a pu en arriver là.

S'amuser à historiographer Gameblog est devenu mon passe-temps sur ce site, c'est assez facile à faire, c'est dans la droite ligne de mes analyses géo-politiques et ça fait rire les copains.

Ça suffit à faire mon bonheur. :D

Quel est le prochain jeu à paraitre dont ton cabinet va réaliser le test du test ?

Allez, files-nous l'exclu...

Sans doute Final Fantasy XV. Ce n’est pas tous les jours que sort un FF canonique, surtout celui-là qui est attendu depuis 10 ans.
Quelles que puissent être les qualités du jeu, il va se faire défoncer et le test qui en sera fait ne va pas aider. J'espère être là pour empêcher une partie du massacre.

Ça fait 2 fois que tu écris "exégète", ça veut dire quoi ?

Un exégète, c'est un commentateur de textes sacrés. Il les lis et essaye de les interpréter, d'en tirer des réflexions. C'est ce que font tous les gars de Third Editions ou Pix N love, ils prennent des jeux à scénarios conséquents et les commentent dans leur acception historique, leurs références, interprètent certains flous laissés dans les jeux... Tout ça quoi.

Pourquoi le tarot ?

Je traine depuis mon plus jeune âge un gout pour les mythologies. J'ai commencé par la mythologie grecque (la plus accessible) avant de m’intéresser aux autres mythes du monde.

La lecture des différents mythes et légendes vous fait invariablement arriver aux symboles et à leur étude. C'est un sujet passionnant et complexe qui se connecte à la religion, la philosophie, la métaphysique. Quand on commence à s’intéresser à ces sujets, on dérive alors vers l'ésotérisme, sujet autrement plus complexe, car il est difficile de trouver une littérature sérieuse, c'est à dire historique. Nombreux seront les ouvrages, fumeux pour la plupart, qui vous diront comment attirer la bonne fortune ou calculer votre thème astral.
Mon intérêt pour l'ésotérisme porte sur ses origines, ses significations et sa tentative pour approcher la compréhension des absolus qui sont résolus par la religion.

En ce sens, le tarot de Marseille, est l'un des objets de l'ésotérisme le plus chargé en symboles et en significations, son origine plus ou moins perdue en renforce d'autant son mystère et son attrait.

Comme beaucoup de symboles, il est malléable et on peut lui faire raconter ce que l'on veut assez facilement, mais il l'est beaucoup moins que l'astrologie par exemple. En ce sens il dégage une certaine stabilité, voir une pertinence.
En parlant de pertinence, je ne parle pas d'une éventuelle justesse dans la divination. Une carte ne te dira pas quoi faire de ta vie en te disant que telle chose va t'arriver ou non.

C'est plus subtil: par ses symboles, ses couleurs, sa disposition, une lame de tarot va activer en chacun un mécanisme plus ou moins inconscient qui fera un écho, que ce soit sur une période de sa vie ou sur une personne précise...
Le tarot est une sorte de miroir de l'inconscient. Comme un miroir renvoi ton image pour que tu puisses voir si tu ressembles à quelque chose avant de sortir, le tarot peut te donner un reflet de tes envies, tes espoirs, tes secrets et t'aider à en prendre conscience pour changer (si c'est ce que tu souhaites bien sûr).

Outre la beauté qui figure dans cet ordre précis (22 lames, réparties en deux séries, chaque carte avec son rôle), le tarot laisse une belle liberté d'expression pour qui veut en créer un. C'est un exercice fréquent (il y a de nombreux tarots différents) et tous implique non seulement de la rigueur dans la réalisation (il faut respecter certains codes) mais aussi de la pertinence quand on choisit le sujet de telle ou telle lame.

C'est donc à la fois un intérêt sur un objet ésotérique et symbolique fort, mais aussi sur un objet graphique, que je me plais à regarder comme avec les artworks.

Continuer à analyser des tarots comme je l'ai fait avec Evangelion, est quelque chose que je souhaiterais continuer sur mon blog.

Tu dis avoir parcouru toutes les mythologies que concentrent les civilisations de cette planète ?

Un certain nombre, oui.

Quel est l'équivalent de Râ chez Nintendo ?

Je dirais Hiroshi Yamauchi. Personne ne peut se soustraire à l'influence et à la soumission du dieu soleil qui commande et se fait obéir de ses fidèles.

De Déméter chez Nintendo ?

Déméter? Sérieux où tu vas chercher ça? @[email protected]' Non parce que derrière, faut que je réponde moi... Mais allez, on va dire Miyamoto, car c'est lui qui a nourri Nintendo de ses idées et qui continu de le faire (jusqu'à sa mort visiblement)

De Junon chez Nintendo ?

Non mais Junon maintenant... Franchement trouver un équivalent à la déesse du mariage et de l'accouchement... Lol.

Et enfin, un petit dernier, l'équivalent de Kratos chez Nintendo ?

Eiji Aonuma. Faut en vouloir à la terre entière pour inventer le Temple de l'Eau de Ocarina of TIme.

Pourquoi le rugby et pas le foot ?

Le fait de n'avoir aucun club de football à proximité dans mon enfance a dû aider. En grandissant dans un milieu de rugbyman, je ne trouve aucun attrait dans le football.

Je trouve que c'est un sport très lent, long, dans lequel on trouve parfaitement normal de n'avoir aucun point marqué en 90 minutes. Ça me semble aberrant.
Si culturellement je suis le rugby (et encore d'assez loin), je m’intéresse globalement à tous les autres sports collectifs avec une préférence pour le hand-ball. Ensuite, du moment qu'il y a de l'enjeu, comme avec les JO, j'aime tous les sports.

Pourquoi le Rugby est très implanté dans le Sud ?

Tu veux dire le sud-ouest de la France ou l’hémisphère sud? Pour l'hémisphère sud, c'est parce que le sport a été importé par les anglais avec la colonisation et que ce sport "rugueux" plaisait aux locaux qui n'étaient pas avares pour filer des mandales.

Et pour le sud-ouest, je dirais que c'est juste pour les mandales. :D

Pourquoi les espagnols ne jouent pas au rugby ?

Très bonne question pour laquelle je n'ai absolument aucune réponse valide à fournir. L'Italie est venue au rugby assez tardivement, mais l'Espagne et le Portugal, c'est osef...

Pourquoi les argentins sont plus fort que nous ?

Parce que Fabien Galthier est un traitre qui a vendu son pays à la fourberie venue de la pampa.

Pourquoi les blacks ont plus de talents que les autres ?

Parce que de base, un maori, ce n’est pas taillé pareil que nous. Y'a que là-bas que tu trouves des mecs de 100 kilos faire le 100m en 10/11 secondes.
Plus sérieusement, c'est l'implantation culturelle du rugby qui fait toute la différence. Tu y joues dès ton plus jeune âge (pieds nus d'ailleurs), les All-Blacks sont des modèles pour les gamins. Ajoute à cela le fait que  tout le jeu est basé sur la course, les passes après-contact, le ballon envoyé aux ailes. Bref on est loin des stratégies de Laporte qui essayait d'aligner des trolls taillés pour percuter et fixer la défense. 

Pourquoi t'es pas sélectionné par Lièvremont ?

Parce que c'est Guy Novès le sélectionneur maintenant.

Faut lui poser la question.

Pourquoi le championnat de France domine les autres championnats alors que c'est l'inverse au football ?

Je dirais Mourad Boudjellal et Toulon. Le rugby français n'a jamais brassé autant de pognon pour acheter des joueurs. Donc entre les pré-retraités qui viennent finir leurs carrières et le pognon aligné forcément ça augmente le niveau. De façon assez artificielle cependant...

Pourquoi Johnny Wilkinson est ton joueur préféré ?

Perdu ! Ce n'est vraiment pas mon joueur préféré et d'ailleurs, je n'ai aucun joueur préféré dans aucun sport que ce soit. Même si j'aime bien voir Teddy Riner botter des culs depuis 8 championnats du monde.

Pourquoi Wilko est boudhiste ?

Ah bon ?

Pourquoi je pose toutes ces questions ?

Je n'en sais rien. T'es parti par là tout seul, Je suis loin d'être assez compétent pour répondre à toutes ces questions...

A tes risques et périls !

fin de l'interview

2014-2019 Time Neves, C'est dans la boite Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Le Nevessing reflête la communauté Gameblog.

Il peut contenir des images non adaptées ...

... à un public de merde.

 

Note de l'auteur : ce qui suit apparait dans l'ordre chronologique des évènements

(à 2-3 coupes du directeur près)

 

On commence fort dès le 1er jour

 

 

On commence fort dès le 1er jour (suite)


Et c'est reparti pour un tour ...

 

Et c'est reparti pour un tour ... (suite)

 

Et c'est reparti pour un tour ... (suite 4 étoiles)

 

Quel est le plus consternant ?

A/ Le Montage

B/ La Grammaire

C/ Que JP Foucault soit remplacé par Camille Combal

D/ La réponse D

 

L'Attaque des Clowns.


L'Attaque des Cons.

 

Donald87 qui prouve (une fois de plus) qu'il en a une plus GROSSE que les autres

 

 

Meilleure réaction à un statut EVER


 

Meilleur titre de billet de blog

(et tellement vrai)


 

FF XV Pocket Edition : l'impossible rendu possible

 

 

Si, Fache le connait


 

Gameblog qui persévère avec la coke

 

 

Les ravages de la coke sous perf' à la rédac

 

 

Le statut de l'Année

Label rose "fond d'écran à vie"

 

FAKE !

Comment un testeur peut tester un jeu où il faut 2 cerveaux !!??

 

 

Commentaire de l'année !

(dans le cadre du "vous avez joué à quoi cette semaine")

 

 

La Presse corrompue : Preuve #1

 

 

Plus de doutes permis, Sony ne donne pas seulement les notes de ses jeux mais aussi les intertitres

 

 

LeGamerAuxMainsCarrées (sous contrat avec Square Enix rappelons-le) obligé de créer un compte multi pour venir faire la promo de Ys VIII

 

 

Je ne comprends toujours pas les commentaires de Sorento en 2018

 

 

Je ne comprends toujours pas les commentaires de Sorento en 2018 (suite)

 

 

L'Arnaque !! Sorento écrit aussi sur Gamekyo ! Mais surtout, il écrit sans faute d'orthographe °_°

 

 

David Cage ne pond pas 20 000 pages de scripts sans déteindre (un peu) sur sa communauté

 

 

LeGamerAuxMainsCarrées se retourne dans sa tombe

 

Le post de l'année

(en réaction aux ventes mondiales stratosphériques de God of War)

 

 

Le post de l'année (suite)

 

 

Excellent.

 

 

Enorme

 

 

Enorme (bis)

(réaction au trailer E3 2018)

 

 

Et c'est reparti pour un tour #leretour

 

 

FAKE

 

 

Pourquoi faire un jeu sur 3 plateformes différentes ?

A quand la version Switch ?

PSVR ?

Alexa ?

(Questions sérieuses Joniwan)

 

 

Non de Zeus !

 

 

C'est bon, Liehd n'est plus officiellement le seul à s'être faché avec tout Gameblog

 

 

Le Liehdisme dans toute sa splendeur

 

 

Bah tu l'as quand même écrit

(en recherche active du smiley de l'incompréhension)

Je crois qu'on tient là la notion d'Epic Fail

 

 

Pétage de câble intégral de Camille

 

 

Mythomane du jour, bonjour.

 

 

Mythomane du jour, le retour.

(en réponse à une news sur Battefield V)

 

 

Toujours lire un post jusqu'au bout

 

 

Liehd response buffering ...

 

 

Liehd response loading ...

 

Le titre du post de blog est plus long que le post de blog lui-même

(Nan, je ne suis pas allé vérifier)

(Mais connaissant les lois probabilistes en vigueur sur Gamevlog ...)

 

Je détiens ici la preuve irréfutable que Liehd et Snake ne font qu'un.

3 min d'interval, trop beau/gros pour être vrai

 

Franck Ribéry de retour à la rédac'

Pourquoi l'avoir laissé seul dans une pièce avec un clavier ?

 

LOL du Clown triste

 

 

J'en étais sûr !

#Inception Fachewawards

 

J'ai accédé du 1er coup à la fin secrète na na na na nère !

(alors que je finis jamais mes jeux à 100%)

(et que c'est une intelligence artificielle qui fait les wombats de boss à ma place)

 

 

Albatar !!! Avec du Rick Astley en plus !!

 2014-2018 Time Neves, A l'année prochaine ! Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler

Dans un registre analogue aux très modestes mais cependant humbles Neves Megalo Awards qui retraçaient une année de jeuvidéoludie, je prends la liberté de changer les fondamentaux et vous propose en lieu et place du Game as service, le PQ as service. PQ pour Papier de Qualité. Sont cons. Dans le sens, où je retracerais moi par moi - ou plutôt mois par mois - vous êtes vraiment à ce point-là autocentré ? - les oeuvres hautement imparfaites que j'ingurgite au nom de mon addiction complètement contrôlée au jeu vidéo. J'abandonne le format test jeu par jeu pour quelque chose de plus condensé, moins long et moins usant à pondre. Politique de réduction des couts oblige. Ce sera l'occasion comme d'autres l'ont initié avant moi de re-roller une quinzaine de fois cet article pendant l'année, soit autant que le nombre de mois que fait figurer une année sextile comme 2018. Le season pass démarre à 29,99¤. Pour les 10 premiers re-roll. Au-delà, c'est $5 par tête de pipe. On n'arrête pas le progrès.

 

 

Janvier - De l'électricité dans l'air


inFamous 2 - 21 heures

Premier jeu effectué en 2018 et on commence déjà par du solide. J'avais fortement apprécié le premier comme je le mentionnais dans mon test d'alors malgré ses faiblesses évidentes en matière de technique (moteur de jeu daté plus que non optimisé car le jeu tournait bien) et de direction artistique très gris-marron. C'était surtout son scénario (ce twist de fin :love:), cette soif de puissance manette en main ainsi que cette connivence avec la culture comics au travers de ces tableaux dynamiques fortement stylisé mettant en scène les aventure de Cole aux prises avec les Premiers Fils et le Gouvernement qui m'avait tapé dans l'oeil à l'époque. Il serait aisé voire réducteur de signifier que inFamous 2, c'est le même que le 1er en mieux mais la formule bien que galvaudé n'est pas si loin de la vérité. Je ne dirais pas que j'ai préféré le second au premier. Ni l'inverse d'ailleurs. Comme souvent lorsque le 1er opus est déjà une franche réussite, j'ai du mal à m'extasier comme un fou sur une suite si proche de l'original. C'est d'ailleurs pour ça que ça me fera toujours bondir de voir ceux négligeant le 1er Uncharted au profit du 2nd.

Mais stoppons court à la digression. Ce qu'il y a de sensiblement mieux dans ce 2nd opus : le théâtre du jeu pour commencer. Non pas celui à l'angle de la 15ème et de la 7ème. Non, là je vous parle de New Marais. Découpé en 3 grandes zones. La trépidante Nouvelle-Orléans telle qu'on la connait avec son quartier français, son fort sur la baie, sa cathédrale mais aussi sa prison et son cimetière. Puis pour faire le lien avec l'ouragan Katrina, le quartier submergé sous les flots et enfin la zone industrielle. Donc, c'est plus beau aussi bien techniquement qu'artistiquement et mieux identifiable avec des monuments par ci et d'autres structures identifiables au loin par-là (la gare de triage, le port de plaisance ou la raffinerie). C'est donc un plaisir d'évoluer sur la map au moyen de divers câbles reliant les hauteurs de la ville ainsi qu'en exploitant la panoplie de nouveaux mouvements de Cole permettant au fur et à mesure de sa progression de s'élever plus rapidement pour traverser la carte de manière plus fluide.

A ce propos, les propulseurs électriques permettant de s'affranchir du matraquage du bouton "escalader" pour varapper une façade est la meilleure invention depuis le droit des enfants pour les présidentielles de 2024. Nan et puis, inFamous 2 s'améliore sur la narration et l'écriture de ses personnages secondaires. En sus des tableaux dynamiques très comics, tiennent place désormais des cinématiques (c'est nouveau et au niveau des cadrages, on sent qu'à l'instar d'Insomniac Games pour ses Resistance 2 et 3, Sucker Punch a dû voir passer 2-3 larrons de chez Naughty Dog parce qu'on sent qu'il y a une direction derrière la caméra) mettant largement mieux en scène les relations psychologiques entre les différents protagonistes, que ce soit Cole, son acolyte de toujours Zek, le grand méchant Bertrand ou encore le tandem féminin Kuo/Nix. Ce qui me permet d'embrayer sur le dernier point que je voulais soulever, à savoir la dualité proposé au joueur avec ces histoires de karma. Eh bien, je trouve ça bien plus présent et mieux foutu dans ce second opus avec des moments de décisions plus déterminants au cours de l'aventure et des missions principales comme secondaires clairement orientées en ce sens, là où je trouvais le procédé bienvenu mais plutôt gadget dans le 1er. inFamous 2 s'améliore sur beaucoup de points vis à vis de son devancier, je citerais par contre un bémol, les affrontements contre les boss, moins orientés patterns/phases, plus ciblés sac à PV/balance la sauce. Et ces musiques si jolies et pourtant si feutrées comme s'il fallait les cacher. Dommage. Ah oui, et on a fait mieux en termes de "vie" dans ce monde ouvert. Par contre, le doublage français, au top.

 

Janvier/Février - La guerre des boulons

Ratchet & Clank 2 : Going Commando - 20 heures

Je ne me suis mis à Ratchet & Clank qu'à la fin 2016 et j'avais été agréablement surpris par la proposition à la mi-chemin entre plateformer et shooter d'Insomniac Games et me voici reparti pour le second opus. Comme je le mentionnais dans un précédent billet sur mes affres vidéoludiques de 2016, Ratchet se montrait à la hauteur de sa réputation sur à peu-près tous les plans (musiques, variété des phases de jeu, plateforme, inventivité de l'arsenal et même le challenge qui se corse à la mesure que les pétoires s'émancipent de leur fonction première) sauf sur son histoire - niaise et trop enfantine - ainsi que sur son humour - niais et trop enfantin. Le 2, c'est effectivement la même recette qui fonctionnait déjà bien mais avec des ajouts pas piqué des hannetons. Ainsi que de sensibles améliorations. Alors l'histoire est toujours aussi peu emballante de mon point de vu mais pourtant j'ai bien aimé le personnage du voleur qui est en réalité Angela. J'ai bien aimé l'esprit (je n'oserai dire l'humour) de cet épisode qui prête plus à sourire que son prédécesseur. Les ajouts eux se révèlent plus marquants comme les nouvelles armes bien barrées, les phases de courses à la WipEout, de planeur (où le doigté minutieux du stick est requis), de propulseur (où la gestion du carburant comme de l'altitude est mise à contribution) ou la grande amélioration portée aux phases de combat spatial dont les repères spatiaux favorisent les sensations en vol. Un bon moment passé en résumé.

 

Février - La Mémoire, la Mort et la Vengeance

Max Payne - 12 heures

Je ne me souviens de Max Payne ... A l'époque, nous sommes en 2002 et j'y joue sur PC. Enfin, je tente d'y jouer parce que je n'irai pas bien loin, tout juste le niveau du métro. L'impression que je n'allais jamais bien loin dans aucun de mes jeux de l'époque d'ailleurs. 2018, jeu acheté sur le PS Store, téléchargé au bout d'1h40, l'appréhension monte. Est-ce que le choc visuel sera trop important ? Est-ce que la maniabilité sera trop merdique ? Est-ce que ? Alors oui au début, le retour en arrière est violent. Plus par le côté anguleux des couloirs que les décors qui sont en eux-mêmes bien garnis. Eh oui, c'était aussi ça l'époque PS2. Puis on se laisse alpaguer par le charme de l'oeuvre et bon an mal an on se retrouve à retrouver des sensations de tirs à la troisième personne qu'on avait plus aperçu depuis longtemps. Au fur et à mesure de la progression, on se fait à ce Max Payne aux animations de déplacement oblique inexistantes et on vise de mieux en mieux par force de l'habitude et via le dosage de la sensibilité des axes horizontaux et verticaux. En gros, j'ai vécu Max Payne comme une longue montée en puissance. De l'appréhension à l'exaltation.

Au début, comme tout le monde, je veux savoir pourquoi Max a été frappé du terrible drame qu'il a subit. Puis je me lasse d'une vendetta à l'encontre de la Mafia New-Yorkaise, ni très original, ni très palpitant. Je me dis, c'est donc ça "Max Payne" ? L'arrivée de Mona (ou de Lisa ?) signe le changement de direction du vent et l'entrée de l'Histoire de Max Payne dans la catégorie "intéressante" avec une machination d'intérêt supérieur. En dehors de ça, l'apprivoisement de la maniabilité du personnage se fait naturellement et se dessine alors un TPS aux mécaniques ultrasolides avec la fonctionnalité de la décennie : le bullet-time. Au début, on a l'impression d'être invincible, on l'utile tout le temps et par tous les temps, puis son utilisation se fait de plus en plus clinique, seulement dans les moments opportuns et/ou vitaux. La montée en puissance de l'arsenal corrélée à celle des ennemis ne fait que confirmer que le bullet-time est la meilleure invention de l'homme après la chaise à 4 pieds. Pourquoi ? Parce que le bullet-time, même 15 ans après, c'est toujours aussi stylé et fonctionnel, et que ce n'est pas la capacité miracle qui fait de vous l'invincible l'espace de 5 secondes. Il faut vraiment viser et ne pas se louper sous peine de morfler sévèrement.

Ce qui m'amène au second point à surligner de toute urgence : le système de couverture social qu'embarque le jeu de Remedy. Les painkillers constituent la meilleure invention de l'homme depuis le hamburger sans steak. En effet, après toutes ces années à la remontée automatique de la santé, le fait d'être si vulnérable (une seule balle à bout portant et c'est soit la mort, soit 80% de la barre de vie en moins) se marie admirablement bien avec la capacité du bullet-time et le système de visée (d'ailleurs, le réticule discret de Max Payne est là aussi un Must) plus généralement. Outre le fait que Max Payne est un jeu pré-mode du cover shooter, on ne badine pas avec les balloches dans Max Payne, on ne peut rester planquer, on bouge, on surprend en sortant des bullets time dans tous les sens si on veut mais on est actif, on ne fait pas du tir au pigeon bien planqué derrière un muret et non, il ne suffit pas de zigzaguer/détaler dans tous les coins tout en débitant tous ses chargeurs pour se sortir d'une mauvaise passe. Bref, on réfléchit. Et ça fait du bien.

Les qualités de jouabilités ne sont pas/plus à remettre en question une fois l'oeuvre digérée dans son intégralité. Il en va de même pour ses qualités narratives. Max Payne se raconte et se la raconte beaucoup. La narration tout en planches de comics à l'effet aquarelle n'y est pas pour rien. Ca ergote beaucoup dans Max Payne mais ça ergote bien. Dans ce sens où les planches sont déjà formidablement narrées par la voix suaves de Max en VO. Insufflant clairement le ton à l'oeuvre tout au long de l'aventure. Mélancolie et gravité faisant à mon grand dam bon ménage. Et en plus d'être bien narrées, elles ont le mérite de ni couper l'herbe sous le pied du joueur par la soudaineté de leur arrivée, ni durer trop longtemps (et pourtant Dieu sait que j'adore m'empiffrer de cinématiques Kojimaesque chaque soir avant de m'endormir). Last but not least, je ne peux finir sans remonter le fait que ça faisait longtemps que je n'avais pas joué à un pur TPS (sans autres mécaniques disséminées d'ici de là) et que ça fait plaisir de redécouvrir que les phases de jeu se renouvellent bien, que les lieux/décors idem ou encore que l'inventivité est de mise pour surprendre avec l'utilisation du bullet time notamment. Max Payne n'usurpe pas son aura.

 

Février/Mars - La tête sous l'eau

Bioshock 2 - 22 heures

Rapture, Rapture, Rapture ... Par où commencer ? Inconditionnel de l'oeuvre constitué par le 1er déjà. Toujours arpenté dans cette excellente VF. Au début, Bioshock 2 m'a inquiété, je le trouvais scolaire dans sa construction comme ses ajouts. L'Atlantis Express faisant écho à la navette de Dead Space entre les différents distrits, de Rapture pour l'un, de l'Ishimura pour l'autre. Le chrosome enragé qui n'est rien d'autre qu'une grosse butte épaisse dopée à l'Adam. Les Grandes Soeurs aussi, dont la dénomination en elle-même manifeste le manque d'inspiration. Et Sofia Lamb aussi, sorte d'erzats du mythique, que dis-je, mirifique Andrew Ryan. Et puis je me suis ravisé graduellement au fil de l'aventure. Parce que tout a une raison. Et que j'ai enfin pu maté proprement ces putains de Protecteurs ! Nan mais ce que j'ai bien aimé, c'est le level design plus ouvert permettant de "jouer" avec les Protecteurs, chose beaucoup moins faisable lors de l'opus fondateur. Certains pourront arguer que cela reflète la tournure multi du jeu mais je m'en tape. Tant que ça sert mes intérêts.

Je l'ai déjà dit mais la VF est énorme et l'écriture des dialogues/monologues/interventions des différents forts en gueule est toujours aussi exquise. Après Sander Cohen, Yi Suchong, Brigid Tennenbaum, Franck Fontaine et Andrew Ryan, les nouvelles "histoires" dans l'Histoire de Rapture ne déçoivent pas. Qu'il s'agisse de Grace Holloway, les frères Wales, Stanley Poole, Augustus Sinclair ou encore Gilbert Alexandre, le récit des acteurs de Rapture est captivant. Enfin les thèmes du despotisme, du collectivisme, de l'égocentrisme (et Sofia Lamb n'est pas la dernière pour ça !), de la religion voire du prophétisme sont autant de sujets philosophiques clairement passionnants à suivre dans toutes ces joutes verbales. Mention spéciale à la bataille des idées entre feu Andrew Ryan et sa dissidente/remplaçante Sofia Lamb. Bref, les environnements se renouvellent bien, l'arsenal aussi. On peut aussi jouer en même temps du plasmide et du plomb, le piratage est bien batard et les affrontements coriaces, j'ai pris plus de plaisir dans ce 2 sans doute parce qu'en niveau de difficulté moyen, le jeu abandonne assez rapidement son côté chiche en munitions/butinnage d'équipements pour laisser au joueur le soin de penser ces affrontements. Un peu plus facile mais un peu plus plaisant. Qu'est ce que j'en avais chié avec les Protecteurs dans le premier ... Enfin, l'Histoire est belle et les révélations pleines de sens ; mention spéciale au passage dans la peau d'une Petite Soeur avec ce monde féérique plaquée sur cette charpie de Rapture que j'ai trouvée d'une beautée sale.

 

Mars - "I watched stupidity of mankind through the scope of my rifle", Sniper Wolf.

Metal Great Solid - 16 heures 40

Mais quel grand jeu ! Pourtant, ça commençait mal. Joué sur une version démat' sur PS3, je me suis très vite rendu compte de 2 choses casses-couilles : pas de VO et pas d'infiltration. Pas de VO parce que c'est trop compliqué d'intégrer l'ensemble des doublages sur une version universelle du jeu - faut croire - et pas d'infiltration parce que franchement le cone de vision des soldats ennemis de Metal Gear, ça reste une vaste blague pour la licence qu'on désigne la meilleure en infiltration. Trop facile de duper 25 types à la suite. Heureusement qu'en avançant dans l'aventure, les rondes coordonnées des gardes masquent un peu cette calibration zarb'. T'es en face du mec, en plein jour mais à l'extérieur du cône, donc t'es invisible pour lui, faudra qu'on m'explique. Heureusement que le bruit de Snake est pris en compte. Aveugle ok. Aveugle et sourd ... En fait MGS, c'est énorme pour 2 raisons : sa succession de boss aussi charismatiques que psychologiquement profonds et bien évidemment son histoire/scénar'/narration usant tantôt d'un brouillard épais pour aiguiser notre curiosité et tantard de retournements complètement imprévisibles. C'est fou comme une structure narrative poussée arrive à faire oublier 20 ans d'âge et quelques millions de polygones trop apparents. Evidemment MGS j'en ai souvent entendu parler comme d'un monument du jeu vidéo, et enfin je suis à-même de comprendre la teneur de ce dithyrambe. Snake, c'est du solide.

 

Avril - Le chat et la chauve-souris.

Joker de la Fontaine.

Batman Arkham City - 23 heures 30

C'est avec pas mal d'appréhensions que j'entrais dans ce second épisode signé des studios Rocksteady. Ayant trop souvent lu que le "Protocol Ten", clé de voute de l'intrigue n'était pas si intéressant à suivre ou que tout simplement Asylum était jugé meilleur par de forts-en-gueule sur les forums ... Que dalle au final. J'ai adoré. Alors certes, le concept de ville-prison tue dans l'oeuf les véllités qu'un connard comme souhaite d'un jeu de super-héro ; à savoir une ville "normale" avec de la vie dedans. Comme un GTA, comme le prochain Spiderman à venir en fait ... Mais tout de même, cette liberté de voler sur plusieurs centaines de mettres au gré des techniques de vols et cette fluidité que confère la batte-griffe puis plus tard la possibilité d'enchainer les phases d'ascension au grappin et de vol dans la foulée, "sans transition" effectivement ! Vous le dites si bien Patrick !! Nan et puis cette fois-ci, je l'ai fait en VOst. Et même si j'adorais la voix française de Batman lors d'Asylum, le jeu d'acteur prend lui aussi son envol si vous me permettez. Pour rester dans le sonore, j'ai aussi trouvé que la musique prenait plus la mesure de l'épopée, du grand Détective là où je la trouvais trop en retrait et pas assez gandiloquente lors des premières aventures. Dôté de phases de jeu toujours aussi plaisantes, bien aidé d'ailleurs par une I.A. qui tient bien son rang, le jeu excelle dans ses affrontements cérébraux entre le Chevalier Noir et la myriade de villains que compose le titre.

J'ai adoré les phases aux prises avec Ra's al Guhl, le Joker (contrairement au 1er en fait - faut dire y a pas Harley cette fois, ça doit être pour ça), Mr Freeze (cette voix !) et surtout Catwoman !!! Moins ambiancé par le Pinguoin alors que ce personnage m'a envouté dans la saison 1 de la série Gotham. Et Double-Face n'est pas assez présent. Ah et j'allais oublié Hugo Strange, vraiment parfait en grand tenancier des ficelles du scénario. Même si à ce niveau le Joker n'est pas en reste. Comment ne pas revenir sur cette symphonie comme dirait un certain Blacklaboule que représente le système de combat, un jeu de rythme dans le jeu, un QTE-game dans le game si vous voulez, mais ce que ça rend bien à l'écran n'empêche ... Deux choses qui m'ont étonnées pour finir : cinématographiquement, cet Arkham City pose ses baloches, la mise en scène est certes classiques mais très travaillées et je n'ai pas l'impression qu'une telle implication avait été de mise lors du 1er opus (raison stratégique d'affectation des ressources pour la génèse des fondements d'une série, je suspecte). Et Catwoman. Quelle souplesse. Quelle grâce. Quel plaisir de la controller. Il faut donc que Rocksteady s'attèle sur un jeu sur Catwoman. Avec 15% de phases avec Batman. Si ça leur chante.

 

Mai - Quand tu te rends compte que le sado-masochisme est peut-être une option viable

Demon's Souls- 23 heures 30 en 2018 - 69 au total

Le jeu qui a failli m'a fait rentrer en dépression. Une dépression portée par des vents d'Est en provenance du software, du Japon pardon. Qu'est ce que j'ai ragé. Mais fort d'un plan youtubal, j'ai réussi à réaliser emprise sur le titre. C'est ça, rigolez. Et si maintenant je vous disais que la moitié des boss, je les ai buté de loin, "safe", avec ma baguette. Voilà, étranglez-vous maintenant. Ca vous apprendra à manger des cacahuètes en lisant mes conneries. Donc, en gros, Demon's Souls, c'est excellent gameplayiquement parlant, ainsi qu'au niveau de la structure des niveaux des 5 archstones. J'ai vu très tôt le phénomène arrivé en 2009 avec les tests imports des versions jap' du jeu par les rédactions locales. Mais j'ai aussi décrété très tôt que ce style de jeu n'était pas pour moi. Pas convaincu qu'un jeu entièrement basé sur ces combats pouvait me faire ressentir quoi que ce soit. Et c'est seulement avec la sortie de Bloodborne que je ravisa mon jugement. Et effectivement, ce titre est taillé pour un poltron comme moi. Chaque action/décision compte et doit se soupeser eu égard : de la distance qui vous sépare du sbire le plus lambda, de sa position de combat (bouclier levé, en pleine chorégraphie meurtrière, en train de se soigner, etc.), de la rapidité d'éxécution de votre coup "rapide" ou "puissant", de la portion d'endurance qu'il ponctionne, de votre position vis à vis de l'ennemi (derrière lui, du côté où il y a son arme et non son bouclier). Je n'aime pas crier au génie comme toutes ces fillettes qui croit voir Zac Efron de dos, mais j'ai crié au génie. Votre honneur. J'accepte donc votre chat qui ment. Les boss eux, m'ont mené la vie dure. Et comme je suis du genre peureux face à mon boss comme aux boss ou même face à Hugo (il fallait bien que quelqu'un se dévoue pour la faire), j'ai pris la liberté de regarder le Youtubeur "Lord Fergusson" pour zieuter quelques 'tipp-off' (mais arrêtez-moi, je suis en train de faire "une Fache") et me sortir de biens des pétrins. Ce que j'ai remarqué au fur et à mesure de ma progression et c'est chose logique, c'est que dès lors qu'on est blindé d'herbes médicinales à ne plus savoir qu'en faire et qu'on a une jauge d'endurance bien évoluée, on entrevoit les combats de boss complètement autrement. Là où je ne cherchais que quelques conseils pour entamer le combat en allant sur Youtube trop souvent sur les 2 premiers tiers du jeu, j'ai fini par comprendre tardivement (mais n'est ce pas la faute à la courbe de progression du jeu) que ces 2 données (les herbes et l'endurance) suffisaient à au moins analyser correctement les mouvements d'un boss - quitte à y rester à s'y reprendre à plusieurs fois, le temps d'éxécuter farpaitement son plan - situation impossible à avoir en début de jeu. Donc je vous le demande, messieurs les Inquisiteurs et ardents défendeurs de la Souls et de l'orphelin. Pourquoi des boss si impitoyables dans chaque premier niveau des 5 Archstones ? Pourquoi arriver péniblement jusque un boss et se faire latter la gueule en 10 secondes et y revenir s'en ne rien avoir appris. Vous avez 4 heures. En dehors de ça et une narration niveau -1 (c'est en dessous du niveau 0), c'est un grand jeu.

 

Mai - Dantesque

Devil Never Cry- 13 heures 30

Toujours une petite appréhension avant de commencer un jeu qui date de 2001 en 2018. HD Collection ou non. Rassuré par l'affichage en 16:9 (putain, j'ai cru à un moment que le 4:3 du début n'allait pas jarter fiça °_°), j'ai donc pu me concentrer sur le coeur du jeu. Et c'est vraiment du solide. En terrain connu pour un sale con comme moi qui s'est permi de faire la GoW collection avant le titre révolutionnaire de Capcom. Que dire qui n'a pas déjà été dit, je ne me vois pas enchainé les banalités. Pour une fois. La gestion de la caméra est paradoxalement géniale la plupart du temps (et encore heureux oserais-je dire ...) mais offre des moments ou on tape à la grosse en supposant la position de l'ennemi. Pas génial donc ... Sinon, j'ai pas compris grand-chose de l'histoire (décidément, coup sur coup après Demon's Souls ...) donc j'ai tappé "l'histoire de Devil May Cry pour les nuls" dans ma barre de recherche. Je trouve le roster d'armes et de mouvements/capacités à débloquer proprement exquis. Quel plaisir l'état de stase démoniaque avec les gants IFRIT. Ce qui me fait penser qu'on est Dimanche et que comme tous les dimanches, c'est frites ce midi ! Sinon, la difficulté fait vraiment l'intérêt du jeu avec plein d'ennemis de toute sorte et des mini-boss et boss bien casse-couilles si vous me passez l'expression. J'en ai bien chié si vous me repassez l'expression mais je leur ai bien marrave la gueule à ces batards si vous me re-repassez l'expression. C'est pas après avoir terrassé d'une seule main Demon's Souls (bon ok ...) que ces grosses bestioles vont m'arrêter dans ma quête du PGM. Mon seul gros problème avec DmC finalement, c'est qu'apparement, le second est une grosse merde. Mais bon, qu'est ce qu'on ne ferait pas pour la Science ? Hein ...

 

Juin à Septembre - C'est le Nooord !!

Les Anciens Parchemins - 233 heures

Samèrelipopette. 233 heures "d'affilé" sur un jeu. Entendez sans toucher à un autre jeu pendant ou entre-temps. Ca ne m'était jamais arrivé. Vous tenez là les ravages de ma nouvelle politique (2016) de ne me consacrer (et non sacré con, je vous vois venir) qu'à un jeu à la fois quand à l'époque, j'avais douze "en cours" de concert. Beaucoup de choses à dire sur Skyrim. Souviendez-vous. Le RPG, c'est encore un concept pour moi. FFXIII était mon premier RPG et mon premier J-RPG. Demon's Souls, mon premier A-RPG occidental fait par des japonais. Skyrim est mon premier A-RPG occidental fait par des occidentaux et mon premier RPG en monde ouvert. Dites moi que vous suivez. Première chose, j'ai longtemps repoussé ce Skyrim. J'avais très peur de 2 choses : 1. sa durée de vie (et oh lord, j'avais raison) mais surtout 2. son niveau technique (my fucking, j'avais aussi raison pour lui). J'avais acheté le jeu y a un baille Nathalie mais remisé au placard le temps de faire plein d'autres jeux plus en retard que lui. J'hésitais même à me prendre la version PS4 histoire de bénéficier d'un meilleur rendu technique. Puis sur l'autel de l'argent, je me suis dis, lance-le (non, pas par la fenêtre), tu vas pas retourner à la caisse pour un jeu que t'as déjà (acheté), question de principe. C'est alors que commença mon périple.

Premier contact. Dieu que c'est moche ! Puis quelques dizaines de minutes puis heures plus tard ... Dieu que c'est bien. L'univers est palpitant, la contrée gigantesque, c'est du tout neuf pour moi, mon dépucelage est total. Rapidement, je vois le jeu intégrer le quartet de titres mémorables de la génération aux côtés de GTA IV, MGS IV et Red Dead Redemption. Puis viennent les problèmes techniques (je joue sur PS3) au fur et à mesure que la taille de la sauvegarde augmente. Les ralentissements devienent fréquents jusque devenir ultra-pénible au bout de 150 heures de jeu et des fameux 10 Mo de sauvegardes (problème très connu à en croire la Toile mondiale). Je décide donc de connecter ma console à internet - elle, qui ne l'est jamais - et chope le patch. Problème résolu au détriment - il en va de soi, on connait Bethesda - de la distance d'affichage qui devient honteuse pour ne pas dire calamiteuse pour éviter de dire scandaleuse. Très gros point noir que le rendu graphique de ce jeu qui jouit pourtant d'une artistique léchée. Mais apparemment, avoir vendu des milliers de cargos de Retombée et Parchemins des Anciens par le passé n'a pas permi à Bethesda de doter le département technique d'un moteur de jeu et de programmeurs dimensionné à l'échelle proprement hallucinante de leur titre.

Un titre tout simplement gargentuesque. 233 heures de jeu et je ne l'ai pas fini. J'estime (et ça vaut ce que ça vaut, parce que j'ai sêché pas mal de cours d'occlumencie lors de mon bref passage à Poudlard) qu'il me reste facile 70 heures de jeu au bas mot pour boucler l'aventure. Je ne vais pas revenir en détail sur ma mutation au cours de ce jeu (j'en ai fait l'objet sur "Perdu dans la conception") mais pour synthétiser, Skyrim m'a fait prendre conscience que : traquer le moindre équipement pour le revendre et jouir plus rapidement de capacité de financement est superflux eu égard de la progression (qui donne en temps et en heures des outils plus efficaces pour générer du cash en grande quantité), les voyages rapides sont à utiliser intelligemment pour éviter de perdre du temps à trop arpenter les mêmes trajets 612 fois en moins de 15 heures, les quêtes engagent les mêmes actions. Ce dernier point m'emmerde parce que le jeu est très bon mais la boucle de gameplay est somme toute lassante au bout d'un moment (plutôt long me direz vous quand on met 233 heures pour s'en rendre compte). Et dans le même temps, je tiens à faire toutes les quêtes. Non pas pour ces conneries de 100% ou de trophées mais parce que je tiens à cet univers et que je veux en découvrir toutes les facettes qui à génocider à tout va et surtout répétitivement. Ok, allez à Faillaise depuis Vendaume pour assassiner une petite vieille devant les petits orphelins ne fait que rappeler qu'on m'a déjà demandé de dégommer quelqu'un 1543 fois précedemment mais l'enrobage Confrérie Noire "m'obligeait" à m'adonner à cette quête. Trop curieux que je suis. Puis bon, comme je l'ai toujours dit, c'est toujours une fois le forfait commis qu'on comprend qu'on s'est fait niqué. Ca ne s'anticipe pas. Professeur.

Voilà pourquoi je ne peux me contenter de la double ligne narrative principale (guerre civile et retour des Dragons), j'aurais l'impression de survoler le jeu. Puis bon, ce ne sont pas des défis ou des quêtes du 3ème degré. Pour le reste, j'adore découvrir la richesse documentaire de l'univers via les ouvrages et j'ai tué 26 dragons. Ouaip je les compte. La bande-son est très bonne et le roleplay grisant (je suis clairement du côté magie-archerie-infiltration). Je pense juste que le jeu aurait gagné à avoir moins de contenu même si pour un péquenaud qui y joue tous les 6 mois par tranche de 100 heures, ça doit être pas déconnant.

 A dans 2 mois bande de fifrelins. (bon là dernière fois que j'ai écris ça, je suis revenu 6 mois après mais bon, c'est pas moi, c'est Skyrim)

 

Octobre - Mes que un jeu vidéo

Gran Turismo 5 - 59h45 en 2016, 22h45 en 2017, 25h30 en 2018

Soit 108h au total. Même si plutôt 85 au réel car les 23h de 2017 n'ont servi qu'a "recréer ma sauvegarde" de 2016 perdue parce que j'ai fait l'erreur de désinstaller les 10Go de données pour faire de la place sur le peu d'espace que me confère le DD de 40Go de cette PS3 10 ans d'âge. Donc GT5 est mon vrai premier jeu de simulation de course auto. Etant donné que j'avais vaguement taté le 2 à l'époque vers 2001. Offert par le padre avec le volant qui va bien dans son pack. Mais bon, c'était un temps où je ne jurais que par les jeux de courses arcades, ne voyant aucun intérêt à faire des tours sur circuit (sic). Plus une huitaine d'année plus tard, lorsque je n'avais que GTAIV, Fifa 09 et MGSIV sur ma flambante PS3 (première console achetée avec mes propres sous), j'ai opté pour le pack GT5 Prologue + une manette pour 50¤. Et c'est bien là que j'ai découvert le plaisir de la rigueur et du risque sur circuit. Poncé en une quarantaine d'heure, me voilà prêt 7-8 ans après à m'attaquer l'ogre par lequel tant de sang a été versé. J'ai donc démarré GT5 en 2016.

Que dire à part qu'ayant joué directement avec la dernière MàJ (2.17) et n'ayant joué à aucun prédécesseur canonique, je n'ai pas connu ce sentiment de défiance à l'égard de la 5ème monture à sa sortie en 2010. Je juge donc le jeu sur pièce tel que je l'ai "vécu". Au niveau des circuits, rien à dire. Leur nombre et la variété de leur configuration empêche toute lassitude tellement le roulement est impressionnant. D'un point de vue véhicules, c'est léger. Trop peu de véhs premium et la myriade de véhs standards ne compensent pas le manque de vue cockpit ainsi que la dévaluation graphique des modèles de cette catégorie. Pour ce qui est des sensations, à la manette, impecable. On se bat avec les manettes pour toper les meilleurs trajectoires et on joue du kamikase lors des phases de freinage pour gratter les quelques mètres qui feront la différence au fil de l'enchainement des tours. On réaccèlere souvent plus rapidement en sortie de courbe que l'IA d'ailleurs. Etonnant. Par contre, j'ai joué en transmission auto parce que je suis un petit joueur. Je me réserve le manu que j'avais testé sur le prologue pour le 6ème opus dans 3 ans. Faut savoir raison gardée. Même dans une folie perpétuelle.

Le mode carrière est sympa même si je n'ai pas supporté l'imposition de modèles standards. Une bonne idée pour y remédier serait de ne pas avoir de modèles standards. Oups. Par contre, y a des épreuves qui m'ont rendu oufs. Et je parle même pas des permis. Eux, j'ai jeté l'éponge dès que j'ai perdu ce que j'avais fait à ce niveau lors de ma première sauvegarde de 60h. Nan, je parle de la course de pick up sur Daytona je crois (un anneau de vitesse américain pour sûr). J'ai recommencé 5-6-7-8 fois pour à chaque fois avoir le même comportement dégueulasse de l'IA qui venait pousser l'arrière train de mon F150 Raptor dans le dernier tour, résultat tête à queue et bien sûr aucune chance de l'emporter. Ca m'a bien fait rager et j'ai donc abandonné ma quête de "l'Or partout". Me contenant d'une triste 3ème place. Une autre épreuve m'a saoulé. Niguez. Une de Nascar où avec un bolide de Nascar, tu te fais systématiquement niqué à l'aspiration dans le dernier tour. Alors il doit y avoir un soupçon énorme de stratégie que je n'ai pas jugé utile de mettre en place mais ça m'a gonflé donc pas d'or non plus. Et sinon, je n'ai pas taté la 6ème catégorie du mode carrière - l'endurance - quand j'ai compris que le virtuel rejoignait le réel. 60 tours d'un anneau de vitesse. Déjà que 5 c'est long. J'aurais bien aimé avoir plus de courses de 10 tours et de pouvoir faire du 20 tours avec n'importe quel bolide.

Parce que le championnat à 5 courses de 20 tours est très alléchant. Mais devoir avoir 5 millions de crédits et attendre que la voiture imposée (Formula Gran Turismo) daigne montrer le bout de son capot ... Très peu pour moi. Pourtant, que l'expérience des courses de 10 tours avec des adversaires à la hauteur fut bonne. Avec assez de temps pour cravacher et rattrapper le premier avant la fin des 10 tours ou la pression quand on arrive premier dès le 3ème mais que le second te talonne jusqu'au bout du bout guettant la moindre de tes erreurs/pertes de temps. J'aurais bien aimé avoir ça sur 20 tours avec ma petite Peugeot 908 Le Mans achetée à la sueur du front (et du farm) 4 millions de crédits. Tant pis. Sinon, j'ai détesté les courses de rallye. J'aurais adhéré maitrisé mais j'en viens à me demander si Yamauchi lui même dompte ce qu'il a pondu. J'ai par contre adoré les courses de kart. Très fendard de ne jamais appué sur le bouton du frein. Les évènements spéciaux étaient bien cool entre le kart donc, les courses de parcours Top Gear, la virée chronométrée italienne et l'apprentissage du NurburgringNordSchleife. Qui est quand même un sacré putain de circuit. C'est plus du ski en bagnole sans la neige que de la course. Divin, ce tracé. Mention aussi pour la pluie sur ce circuit et sur Monza (me rappelle pas ailleurs) ainsi qu'à la nuit à Tokyo et en Toscane. Dommage d'avoir si peu mais à chaque fois, passez moi l'expression, ça tue la bite.

D'ailleurs, tout le monde s'est arrêté au stand sur le circuit de Monza la première fois que j'ai découvert la pluie en carrière, j'ai pas compris pourquoi. Puis quand j'ai vu les secondes qu'ils m'ont tous mis au second tour ces batards, j'ai eu comme une amère illumination. J'ai bien aimé la préparation mécanique des véhs - qu'il n'y avait pas dans le Prologue - même si je ne suis pas allé loin dans le bidouillage, augmentant les capacités du bolide en fonction du besoin. Très plaisant de ne juste changer que les pneumatiques par pallier pour voir le gain en course au fur et à mesure et se forcer à tirer le meilleur de soi-même. Les courses seules en tête et réalisable en marche arrière étant inutile au possible. Enfin, mention spéciale à la bande son dans les différents menus ainsi qu'en course. Le jeu n'activant pas du tout les mêmes playlists sitôt que le joueur passe du menu principale du mode GT au menu de sélection des épreuves de la carrière au menu de choix des bolides chez le concessionnaire au temps de chargement des courses au courses en elles-même bien entendu. Je suis d'ailleurs en ce momement même au travail en train de me farcir la pantagruelle bande son du jeu (sur le très bon site NFSsoundtrack, oui, parce qu'à la base, je me refaisais l'OST de Most Wanted 2012) pour trier les meilleurs d'entre-elles : y a du lourd, y a du nombre !

Bref, une très bonne expérience au global ce GT5, avec des temps de chargements pas franchement long grâce à l'installation et à la MàJ finale 2.17.

 

Novembre - Dé-aille-cé

Borderlands DLCs

L'île aux zombies du Dr Ned - 5h45

L'underdome de Moxxi - 1h30

L'armée secrète du Général Knoxx - 8h

Donc ... Deux faits. J'ai adoré (à ma grande surprise) Borderlands. Et je n'apprécie pas les DLCs, n'ayant fait que ceux indispensables de GTA IV. Mais après tout le tin-touin que j'ai lu sur la qualité des DLCs du 1er Borderlands, j'ai chopé la version GOTY et me voici quelques années après l'avoir dévoré. Je n'ai pas fait les 4 DLCs mais 3 d'entre eux. L'île aux zombies du Dr Ned est très classe visuellement et très sympa à faire avec comme caractérisitque principale des ennemis zombies donc résistants. Le second est une série d'arène à horde classique avec une évolution du niveau de la menace au fur et à mesure des vagues successifs. C'est pas mal prenant et difficile mais passé la 1ère arène, je ne me suis pas senti très interessé à l'idée de faire les 2 autres, pas compétitif dans l'âme. L'armée secrète du Général Knoxx m'a forcément beaucoup rappelé tout un pan de Rage sorti en 2011 avec ses routes sur d'interminables ponts chevauchant le désert et ses mécaniques rutilantes armés quand même du strict minimum pour se défendre.

J'ai beaucoup apprécié la VF de ce dernier DLC, notamment celle du Général Knoxx, juste excellent dans l'écriture et l'interprétation. Ce que j'ai bien moins aimé, c'est l'architecture de ce DLC qui nous fait faire des tonnes d'aller-retour et nous oblige à tout reprendre depuis la base arrière à chaque nouvelle session de jeu au lieu de nous faire poper directement là où on l'avait quitté à la dernière session. Tout ça bien évidemment pour augmenter artificiellement la durée de vie. Mais on l'y prends pas le Neves. 3 DLCs franchement honnêtes mais qui confirment que j'ai raison de ne pas trop m'attarder sur le post jeu et notamment ces DLCs dans la mesure où des DLCs se doivent d'être à la hauteur du jeu d'origine. J'ai trouver le jeu d'origine excellent. Je n'ai trouvé les DLCs que bons. Pourquoi revenir pour une expérience en deça de l'original ?

 

Decembre - Le meilleur jeu du monde

GTA IV TBoGT - 8h

Pour les 10 ans de mon jeu préféré - GTA IV - j'ai décidé de laver l'affront. Celui de ne pas avoir terminé le DLC n°2 du jeu, j'ai nommé The Ballad of Gay Tony. Je l'avais laissé à l'époque en 2011 à 30% de complétion en 25 heures de jeu. Des raisons extra-sportives m'ayant empêché d'aller au-delà. J'ai donc repris ma partie depuis le début sur ce DLC non sans avoir cumulé 155 heures de jeu sur l'originel et le 1er DLC The Lost and Damned. Et surpris je suis de retrouver un jeu qui a certes un peu vieilli mais pas tant que ça et je me surprends à flaner comme si je ne le connaissais pas par coeur. Je l'ai mis entre parenthèse le temps des vacances de fin d'année le temps de me profiter de mon temps libre pour faire de vrai nouveautés mais pour sûr, ce début de la nouvelle année sera sous le sigle de Liberty City afin de refermer ce chapitre de ma vie vidéoludique dignement.

 

Decembre - This is it !

Call of Duty Black Ops II - 9h

Seconde année consécutive que je me réserve un Call of (le solo uniquement) pour la fin d'année et les vacances de Nowel propice à mettre son cerveau sur ON au moins une fois dans l'année. Un Call of Duty avec les mêmes qualités et les mêmes défauts que son prédécesseur. Un moteur de jeu aux fraises techniquement, une IA qui est décomposé entre des poltrons et des kamikazes pour donner l'illusion que ça vient de partout, un déluge d'explosion et d'effets dans le ciel auquel on ne croit absolument pas puisqu'on est à des années lumière d'un Frosbite. Mais une histoire qui se laisse suivre bien qu'elle n'ait rien d'extra et une mise en perspective des faits avec la scène rejoué du côté du méchant ou l'illusion de choix lorsqu'on doit coller une balle dans le buffet ou non de notre opposant. Bref, ce n'est pas fin mais on y voit la fin sans trop de labeur ni regret du temps consenti. Vivement le Advanced Warfare qui aussi bien techniquement que dans le contenu jouit de retours autrement plus flatteur.

2014-2018 Time Neves, PQ as Service Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

L'heure a sonné. Celle du dernier baroud d'honneur. Celle de faire ses cartons. Et caca aussi. Au terme de cette interview, il n'y en aura pas d'autres. La fin d'une grande épopée commencée en 1986. Désolé pour les autres, mais je n'ai plus la patience, ni l'opiniatreté requise pour mener à bon escient ces véritables traveaux d'Hercules. Notez que je suis arrivé à 16. Contre douze. Pas mal. Pour finir, voici la bombe nucléaire, j'aurais aimé aller au bout de l'interview mais son Eminence (et pas Eminem, les cons) en aura décidé autrement. Ce qui n'empêche pas ma maison d'édition de s'octroyer les droits des écrits qui vont suivre et de s'en servir pour faire pleuvoir les "j'aime", la monnaie locale - faut bien manger. Bref, profitez-en bien et si des fois quelqu'un a le numéro de Snake, dites-lui qu'il me doit encore une quarantaine de réponses. Merci.



 

TRAME

 

 I                 Bonne fête du 17 Novembre, Manu !              9/12

 

 II                                On arrose la pelouse !                          17/12

 

 III                                Troisième intifada                                26/12

 

 IV                            Kept you waiting, huh ?                         31/12

 

 

 
 III      T'es en 3ème B ? Non, 3ème Intifada.

 

Pourquoi la dérision ?

A la base, ce n'était d'ailleurs pas du tout le cas. En 2010, par exemple mon tout premier article portait sur la façon dont je m'étais fait entuber en achetant une PSP. Par la suite, je n'avais à c½ur que de parler jeux vidéo, animation jap' et quelques autres sujets. Rien de bien rare en somme.

La dérision, c'est surtout venu à partir de 2013, quand la communauté (et le site) ont commencé à partir en sucette. Avant, j'avais déjà fait le guide TV Gameblog et deux-trois trucs je crois.

La communauté, d'avant celle d'aujourd'hui on va dire, fonctionnait en circuit très fermé. Les dynamiques de groupe étaient claires, la coutume (au sens juridique du terme) bien intégrée et au final on avait une auto-régulation assez correcte. Quand une telle régulation intervient, tu as forcément des habitudes qui se mettent en place. Il est alors assez marrant de les débusquer, de forcer le trait juste ce qu'il faut et de le tourner en dérision, dans une forme de caricature bon enfant.

Quand la Gameblog Summer Wars a débuté en 2012-2013, j'ai laissé tomber plus ou moins mon blog. Tout le monde se foutait sur la tronche, alors j'y suis allé de mon adieu (déchirant) et j'ai pris qq vacances.
Une fois la régulation du milieu terminé (entre sélection naturelle et coups de latte de la modo façon tétra-bans), j'ai repointé mon nez de façon ponctuelle, c'est-à-dire quand j'avais une idée de post qui était "écrivable" dans les 10-20 minutes qui suivent.

Après, c'est le site qui a changé de gueule. Et partant de là, ce fût un enchainement de décisions toutes plus ubuesques les unes que les autres, auxquelles s'est ajouté les sorties de la current gen et leur lots de déclarations abracadabrantesques. Tout 2013 et 2014 furent une période où j'avais en permanence des munitions pour moquer la rédaction, les gameblogueurs ou les constructeurs. Ce qui m'a le plus marqué au final, c'est de constater à quel point je n'avais pas besoin de forcer le trait pour rendre une news caricaturale. Entre Microsoft qui fait garder sa XBox One par des requins ou le shitstorm de la culotte, ça va tout seul...

Ce qui m'a poussé à continuer c'est avant tout le fun que procure l'écriture de tels articles. Rechercher les bons termes, le phrasé de mauvais journaliste, trouver l'angle d'approche... Ensuite, il y a le fait que vous, chers et estimés lecteurs, m'ayez toujours suivi dans ce genre de délire. Si je n'avais pas eu de likes et des commentaires positifs, je n'aurais pas forcément continué.

Je pose la question à à peu près tous mes interviewees donc je vais te la poser. Qu'est ce qui a motivé la rédaction à changer et surtout à sniper dans sa niche de contributeur, ça s'apparente à une forme de suicide pour moi, as-tu une analyse à formuler sur le sujet ? C'est vraiment quelque chose que j'ai du mal à saisir puisque je n'ai débarqué qu'en 2013 sur le site (en sous-marin pendant quelques mois puis officiellement le 1er Aout) ...

Même si j'ai vécu la baston de l'intérieur, il est un peu délicat pour moi de me prononcer sur le sujet et surtout de spéculer sur ce que les gens ont dans la tête.

Les mutations se sont faites avec le départ de Rahan chez Ubi et l'intronisation de JulienC à la tête de GB. On peut donc déjà s'avancer en disant que c'est avant tout un changement de philosophie. Je n'étais pas là à la naissance de GB en 2007, mais bon, dans game-blog, on peut deviner déjà que le site serait largement participatif...

Et à ce titre, le site était divisé en deux parties, la partie rédaction avec les news et la partie communautaire avec les blogs, les statuts, les tests de la commu et les articles. Bref, largement de quoi s'exprimer.
Enfin, il y avait sur la page principale du site, les 5 derniers blogs, les 5 derniers tests et les 5 derniers articles. Je te laisse imaginer la visibilité que ce système offre, surtout que la rédac n'avait rien à voir la-dedans: on faisant notre tambouille en interne, avec juste deux-trois kick pour un floodeur de passage.

La modo fonctionnait surtout pour les forums et rarement pour les blogs. Y'a bien eu que Setsuna (Kyogamer) pour se prendre la colère divine en pleine tronche à l'époque (son retour en grâce ici est toujours un miracle à mes yeux).

Avec ce système de cohabitation, je n'ai pour ainsi dire quasiment jamais eu à commenter une news du site.Je restais avec la commu' et c'est tout...
Quand on a bien compris ça, il faut se mettre à la place de celui qui doit diriger la barque. Est-il bien pertinent de laisser tout un pan du site à la merci d'un groupe de personnes qui se cachent derrière des pseudos? Ne serait-il pas possible de contrôler cette zone afin de la rendre plus à même de rapporter quelques chose au site dans sa globalité ? (à savoir de l'argent car il faut bien vivre).

Dans cette optique-là, ravager la commu comme cela a été fait se comprend. Je ne dirais pas que c'est du suicide, car le site semble pérenne et sa survie, pour ses rédacteurs, compte plus que tout, vu qu'il s'agit de leur gagne-pain.
Que sont les créations de quelques planqués derrière un avatar/pseudo quand ton salaire est en jeu?

Après, c'est là uniquement là mon avis si je me place dans l'optique de Julien-De-Chez-Chièze-en-Face.

Si tu me demandes mon avis perso, je te dirai que, plus que de savoir si c'est un suicide, c'est surtout extrêmement triste de voir la méthode employée durant cette période. KrystalWarrior par exemple, était un gêneur liquidé du site avec l'opportunité d'un parapluie bulgare.

ZigEnfruke, LE dessinateur de Gameblog (je resitue pour les nouveaux, le gars faisant 60 likes par jour quand on galère aujourd'hui pour en faire 10. Ça donne une idée du changement), s'est fait sortir comme un malpropre sur une réponse dans une news (ban+suppression du blog) alors qu'il alimentait vraiment le site qui avait tout à gagner en s’appuyant sur ce genre de contributeurs.

Ce n'est donc pas réellement le site qui court au suicide car il est toujours là, il semble faire vivre ses rédacteurs et est, malgré tout, indépendant de la communauté qu'il héberge. Si ce système de news et de pub permet à Gameblog de gagner de l'argent, grand bien lui fasse. Il démontre aussi par la même qu'une communauté stable n'est qu'un élément dispensable pour sa pérennité.

Si le glas à bien sonné pour la communauté, ce n'est pas encore le cas de GB.

Y a des bulgares en parapluie ? Des parapluies en Bulgarie ?

Le parapluie bulgare, l'une des plus formidables inventions du  XXème siècle ! Les services secrets soviétiques ont inventé ce système pour supprimer certains opposants en injectant un poison (la ricine) par le biais d'un parapluie truqué qui pique discrètement la cible (en la croisant par exemple).

Sinon, quels sont les plus grands humoristes de GB (rédaction et contributeurs compris) à tes yeux ?

En humoriste ensuite, et parmi les rédacteurs, je reviens sur Kendy, désormais très largement fâché avec JulienC d'ailleurs, mais ses articles et BD pseudo-politico-philosophique étaient bien troussés.

Au niveau des contributeurs, je retiendrais Liedh (NdlN, notez la faute de frappe sur le pseudo de Lhied volontairement laissée pour rendre à l’auteur ce qui lui appartient), qui a offert tout au long de sa prolixe carrière des articles érudits mais aussi le meilleur test de Gameblog, à savoir son test de Shadow of the Colossus ... http://www.gameblog....n-grand-zzzzzzz ... qui mélange récit de voyage parodique, bande-dessiné, critique du jeu, le tout introduit par une mise en abîme un brin moqueuse, et donc extrêmement lucide, du rapport qu'entretien ce jeu avec ses joueurs.

Un test total.

Après, si je devais choisir un seul humoriste sur Gameblog, je choisis sans hésiter Migaru.

http://www.gameblog.fr/blogs/migaru/

A mon avis, le meilleur d'entre nous. Il peut être tour à tour drôle, pertinent, érudit, lucide mais jamais orgueilleux ou pédant. Il reste un gameblogueur assez discret tout en étant capable des meilleures réussites et des articles improbables à la réalisation millimétré (allez voir son faux forum FF VII, son classement des rires de méchants, son analyse des combats aléatoires de RPG, sa visite touristique des villes de Front Mission, etc..).

C'est le blog que l'on devrait tous avoir en favori.

Péripatéticienne ! Tu m'as sacrément donné envie d'aller visiter le Migaru ! Le classement des rires de méchants. :D

Le meilleur blog de tout GB.

Pour ceux comme moi qui n'ont pas la timeline en tête, peux-tu rappeler grosso-modo les périodes d'hostilités entre le régime étatique et les rebelles confinés à la Bande des Statuts ?

Ça va être rapide:

http://www.gameblog....nflit-de-la-c-b

Il y a suffisamment pour suivre toute l'histoire. Aujourd'hui, c'est bel et bien terminé, mais il n'est pas impossible que tout cela reparte comme en 40 ...

Pourquoi Gameblog ?

Quand j'ai eu accès au net de façon pérenne (ce qui fut assez tardif), je me suis mis sur Gamekult, plus par dépit que par réelle communion avec sa  rédaction. Une fois inscrit, ils n'ont pas mis trois semaines pour me bannir pour cause de non-participation à la vie du site. (Un truc du genre).

J'ai donc lâché l'affaire et un pote m'a parlé d'un nouveau site de jeux vidéo avec des anciens de la presse papier, en parlant de Joypad, Joystick et Consoles +. Étant un ancien lecteur de Consoles +, je me suis dit que c'était le meilleur coin où me poser surtout si la communauté est jeune.

C'était en 2009, j'ai lurké comme un sagouin pendant un bon moment histoire de prendre quelques marques, quand j'ai gagné en confiance j'ai publié des articles, quelques tests (qui étaient dispo en home directement à l'époque) et j'ai sorti mon blog en 2010.

Je suis resté sur GB car la communauté était au final assez pacifique, beaucoup moins bas du front que ce qu'on pouvait lire ailleurs et niveau rédaction, j'ai compris que j'étais au bon endroit en lisant les Pitchs Anxiogènes de Kendy.

http://www.gameblog....s-du-jeu-video/

C'était exactement ce que j'avais envie de faire si j'ouvrais un blog.
Et puis le temps passe, on se fait des amis et on reste ...

Quand tu dis : "surtout, si la communauté est jeune", c'est parce que ta la haine des vieux ?

Ah ah !

Derrière la question troll, on peut aussi commenter le comportement de la C&B d'il y a quelques temps. Aux alentours de 2011-2012, la communauté a commencé à se resserrer sur elle-même et à être beaucoup moins tolérante vis-à-vis des nouveaux arrivants. Le flood du débutant (il est ému et veut aller trop vite) se terminait souvent par l'équivalent Internet du pilori.
Pas nécessairement le truc qui donne envie de persévérer.
De même, un nouveau venu qui écrivait bien avait plus de mal à se faire remarquer. Un SerialButcher, un Kaminos ou un seblecaribou, trustait rapidement le haut du panier et pouvait vite empêcher les nouveaux venus d'avoir une visibilité correcte. Et je ne parle pas de l'époque ou Poufy faisait son top, se soldant inévitablement par une victoire quotidienne de Zig, au point de devenir un même interne au site.

Vouloir faire sa place sur un site est plus difficile quand la communauté est bien établie et/ou trop nombreuse.

Je comprends ceux qui, pour le coup, ont eu la haine des vieux.

Enmême temps, c'est plutôt rare d'avoir la haine des jeunes ...
(on a tous été jeune un jour ou l'autre)

Au contraire c'est même très simple ! On a toujours été les petits merdeux d'une génération et les vieux cons de la suivante.

Pourquoi si peu de publication en 2015-2016 ?

C'est le corollaire de la question relative à la commu.

Fin 2014 jusqu'à aujourd'hui, la vieille communauté est en quasi-totalité enterrée. J'écrivais pour un public qui n'est aujourd’hui plus là. De même, avec la sortie des consoles current gen, les déclarations gratuites sont terminées avec une communication de plus en plus maitrisée par les dev. De même, Gameblog contrôle mieux son image (par rapport à une autre époque !). Alors, quand on a plus son public d'habitués et que les munitions n'arrivent pas en aussi grand nombre, on ralentit son rythme jusqu'à le stopper.

De même, beaucoup de gameblogueurs de l'époque Rahan sont devenus des amis, au moins en ligne si ce n'est IRL. Partant de là, il y a énormément d'idées qui auraient pu finir sur un blog qui se retrouvent racontées au coin d'une table de jeu de société ou devant un apéro, (ou un film de Mamoru Oshii. ;))

Pourquoi la dynamique de publication s'est perdue ? Effet boule de neige ?

Clairement oui, la Gameblog Summer Wars nous a rappelé que l'heure n'était plus aux gâteaux. L'émulation étant totalement morte (pour les raisons décrites plus haut), je n'ai actuellement plus aucune dynamique de publication. Je traine quelques articles en brouillon, mais au final, je ne publie rien ; perdu dans de sombres pensées, un verre de Brandy à la main, en lâchant dans un murmure las : "A quoi bon, Neves ... A quoi bon..."

Après ce sont des choses qui s'en vont et qui reviennent (c'est fait de tous petits rien, ces trucs-là).

Je sens du Cloclo dans ta dernière phrase.

Et pas la fée clochette !

Tu veux dire que c'est fait de tout petits riens et que ça revient, un peu comme une chanson populaire? (je ne sais même pas pourquoi je continue la vanne. @[email protected])

Le nombre de blog préféré listés sur ton blog par exemple dont la dernière date de publication est antérieure à 6 mois fait froid dans le dos. Faut-il commander les stèles  ou une fosse commune suffira ?

Si ce sont de mes blogs favoris que tu parles, alors il faut commander des stèles. Elles seront à installer sur une fosse commune, cependant.

Pourquoi t'es encore là, pourquoi tu ne t’es pas barré sur Wordpress ou en retraite comme tout le monde ?

Ah mais c'est déjà fait ! J'ai un Wordpress depuis 2012. En rade lui aussi.

Du coup, c'est pour quand le post larmoyant avec plein de pétales de roses et le big-up déchirant en guise d'Adieu ? Tu nous fais l'exclu ? Allez ...

Ah mais là aussi, c'est déjà fait! Je l'ai ressorti pour l'occasion de l'interview d'ailleurs. J'avais trafiqué un genre de BD parodique en piquant des images du Retour du Roi. Juste avant ça, j'avais fait un post Gothic Lolitas où je disais en conclusion que le blog faisait une pause à durée indéterminée. Elle a durée juste le temps que l'envie d'écrire revienne.

Y a t'il un moment où il faut dire stop, on raccroche les crampons, finit la troisième mi-temps, c'est plus de notre âge ou même pas ?

Même pas. S'il y a bien un moment où il faut raccrocher, ce n'est sûrement pas l'âge qui doit guider la décision.

Pour me l'a péter façon art et essai, je te dirais que c'est le zeitgeist qui conditionne mon actuelle absence, (si vous savez pas ce que c'est, regardez Internet). Je ne sens plus vraiment l'esprit du site, ni me reconnais dans celui-ci. Mais laissons le temps au temps, peut-être que je reviendrai ici, si le courant passe à nouveau. J'ai peut-être même deux-trois idées d'ailleurs.

Pourquoi avoir accepté cette mise à nu par ma personne ?

Honnêtement, tu me fournis un formidable alibi. Grâce à toi, je peux aborder tout un tas de sujets qui auraient dû se trouver sur mon blog, et sans me fatiguer à trouver un angle d'approche. C'est du boulot d'économisé.
Merci.

"alibi" ...

Tu veux dire que tu commets des crimes en ce moment même et que je suis la carte "vous sortez de prison" à ma propre insu ... :o

Carrément. Et je dirais même à l'insu de ton plein gré. Une interview de Neves, c'est plusieurs dizaines d'articles économisés.

Appelez-moi économie les verts.

Pourquoi MGS ?

Quand on parle MGS, on a très souvent tendance à coller immédiatement Hideo Kojima, et tout le personnage qui va avec. Mais avant Kojima, MGS évoque surtout pour moi Yoji Shinkawa, l'un des meilleurs charac-mechadesigner actuels. J'aurais d'ailleurs tendance à le comparer à une sorte d'Amano du mechadesign.

A ce titre, c'est d'abord l'univers du jeu et son design qui m'attire dans MGS. Même si je ne suis pas allergique aux délires de Kojima, ce n'est pas ce qui m'attire le plus.

Ensuite, et je ne connais pas la part de Kojima là-dedans, mais les MGS sont aussi en filigrane de bonnes analyses géopolitiques. On retient au final plus Kojima et son coté cinéma /persos WTF que ce que le jeu apporte lui-même dans ses choix de contextes historiques. Ce n'est pas souvent que l'on rencontre un jeu qui nous parle de la révolution au Nicaragua (Peace Walker), de Guantanamo (Ground Zeroes) ou de la Première Guerre d'Afghanistan (Phantom Pain). Cela fait maintenant deux décennies qu'on nous rabâche les mêmes conflits avec les mêmes méchants dans les jeux. La série MGS a le mérite de s'éloigner de cette solution de facilité en proposant des contextes historiques différents et de se permettre quelques réflexions sur ces sujets, je pense à Miller dans Ground Zeroes qui nous parle de la doctrine du combattant ennemi et des questions qui vont avec, sans jamais rentrer dans la diatribe politique mais juste assez pour inciter le curieux à se renseigner et à se forger sa propre opinion.

Et MG dans tout ça ?

Mais quel MG ? S'agit-il de MG Motor, fabricant de véhicule dont j'ignorais l'existence jusqu'à ce que j'utilise Google? Et en lequel je n'ai strictement rien à foutre? Ou MGMT, groupe qui a fait les beaux jours de l'année 2008?

Et M (le chanteur) ?

Il fait partie du groupe composé de Cali, Christophe Maé, Zaz, Saez et Yannick Noah. Je tiens à ce qu'ils soient les premiers à tester la prochaine capsule spatiale de SpaceX.

Sans bouclier thermique.

Donc tu attends le prochain projet de ce Yoji Shinkawa ?

Oui. Sans doute avec Kojima d'ailleurs. C'était sympa cette vidéo à l'E3.

MGS, c'est fini avec Konami ?

Je l'espère. Sans lui aux commandes, c'est vider MGS de sa substance. D'ailleurs on peut considérer que le lore de MGS est complet maintenant. Il est temps de laisser les exégètes sortir les bouquins et encore plus de théories fumeuses.

Pourquoi le mechadesign ? La fusion de l'humain et la machine ? La puissance, la robustesse, l'assemblage, le réalisme, la transformation ?

C'est assez difficile d’expliquer. C'est comme expliquer pourquoi on préfère une voiture à une autre. Je me souviens surtout de ma fascination devant les Bioman à l'époque du Club Dorothée et de l'assemblage du robot géant.
Au fur et à mesure que l'on apprécie le mechadesign on devient plus attentif à la pertinence, au degré de réalisme intégré dedans et à la balance subtile entre crédibilité et folie du design. 

Seule l'anime rend véritablement honneur au mechadesign ?

Non, il y a d'excellents films avec de très bons mechadesigns dedans. Robocop, Starship Troopers, Avatar, pour n'en citer que trois.
Après il n'en reste pas moins que les meilleurs mechadesigners sont, à mon sens, japonais. Il n'y a qu'à voir l'importance qu'ils ont dans les travaux occidentaux récents. Nombreux sont les concepteurs à avoir en référence des japonais. Il suffit de regarder les designs des derniers Deus Ex par exemple.

Quels sont tes méchas préférés ?

J'en aurais trop à citer, mais on va dire le Freedom Gundam de Gundam Seed, l'Ingram de Patlabor, tous les mechas de Five Star Stories, et la quasi-totalité des avions de Macross.

Tu veux toi-même avoir/devenir un/ton mécha ?

Devenir, absolument pas. Avoir le mien, ça me tenterait, en effet.

fin de la troisième partie.

2014-2018 Time Neves, C'est dans la boite Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

L'heure a sonné. Celle du dernier baroud d'honneur. Celle de faire ses cartons. Et caca aussi. Au terme de cette interview, il n'y en aura pas d'autres. La fin d'une grande épopée commencée en 1986. Désolé pour les autres, mais je n'ai plus la patience, ni l'opiniatreté requise pour mener à bon escient ces véritables traveaux d'Hercules. Notez que je suis arrivé à 16. Contre douze. Pas mal. Pour finir, voici la bombe nucléaire, j'aurais aimé aller au bout de l'interview mais son Eminence (et pas Eminem, les cons) en aura décidé autrement. Ce qui n'empêche pas ma maison d'édition de s'octroyer les droits des écrits qui vont suivre et de s'en servir pour faire pleuvoir les "j'aime", la monnaie locale - faut bien manger. Bref, profitez-en bien et si des fois quelqu'un a le numéro de Snake, dites-lui qu'il me doit encore une quarantaine de réponses. Merci.



 

TRAME

 

 I                 Bonne fête du 17 Novembre, Manu !              9/12

 

 II                                On arrose la pelouse !                          17/12

 

 III                                Troisième intifada                                23/12

 

 IV                            Kept you waiting, huh ?                         30/12

 

 

 
 II      On arrose Naplouse !

 

Qu'est-ce que le Steampunk, le dieselpunk ?

Définir le steampunk ? Bon, on va se lancer mais je risque de me fâcher avec du monde parce que j'aurais oublié telle référence, parce que je n’aurais pas placé le mot "uchronie" au bon endroit, bref...

Le steampunk, c'est un contexte spécifique des cultures de l'imaginaire qui reprend à son compte l'esthétisme d'une période allant de la Révolution Industrielle jusqu’à la Première Guerre Mondiale. Le plus souvent, on est sur une Terre alternative à la nôtre, où le XIXème siècle se serait "éternisé" car on serait toujours resté sur une technologie basée sur la vapeur et sur une société à l'inspiration de l'Angleterre Victorienne. (Mais ce n’est pas tout le temps le cas, ça donne une idée.).

Grosso merdo, le steampunk, ça montre des zeppelins, des messieurs en haut de forme, des femmes en crinoline. Dans les rues y'a Jack L'Eventreur, des becs de gaz et on se rend en ville en cab ou, pour les plus déglingos, en métro aérien à vapeur d'éther. C'est l'idée. Partant de là, tu ajoutes ce que tu veux: Frankenstein, de la magie, des explorateurs, n'importe, tant que tu mets des redingotes et des corsets à tes persos ...

Le dieselpunk, c'est exactement le même principe mais en transposant l'esthétisme dans une période allant des années folles jusqu'aux années 50.

Donc Assassin's Creed Syndicate, The Order 1886, Dishonored et Mafia 2 sont tes jeux préférés, en tout logique ... ? Plus sérieusement, ces derniers s'intègrent-ils dans les courants Steampunk ou DieselPunk ou il en faut plus que ça ?

Dishonored fait clairement parti de mes jeux préférés. Lui et The Order 1886 sont totalement des jeux steampunk.

Dans la même catégorie d'univers, tu as Arcanum, les Professeur Layton, Final Fantasy IX...

Assassin's Creed a des éléments steampunk, mais reste un jeu, comme tous les AC, qui cherche à s'intégrer dans une réalité historique, il fait "comme si" il se déroulait dans notre monde, donc à ce titre je dirais non, tout comme Mafia 2 qui n'est pas uchronique (à ma connaissance). En dieselpunk et jeu vidéo, tu auras les deux premiers Bioshock ou Fallout pour son contexte de départ.

Quid du SansPlomb98Punk ? (fallait bien la faire ...)

Si on y réfléchit, il se placerait entre le Dieselpunk (Fallout et les années 50) et le Cyberpunk (post-2000). Le SansPlomb98Punk, ça serait une uchronie dans les années 90 genre guerre froide-Reagan-pétrole-début d'Internet.

Faut y réfléchir.

Neves, tu viens d'inventer un pan totalement nouveau de l'imaginaire. Bravo.

Oh pu****, SansPlomb98Punk, je suis tellement fier de moi !! En plus, à la locution, c'est tellement limpide à dire ...

On peut aussi l’appeler le 56Kpunk ou ModemPunk (à ne pas confondre avec les ultra-centristes de François Bayrou)

Cyberpunk, c'est Deus Ex, c'est ça ?

Yep, complètement.

Existe-il d'autres punks ou on a fait le tour ?

On a fait le tour. Ou alors il s'agit de choses que j'ignore.

Ah si, un dernier, Zelda, c'est Steampunk ou Dieselpunk ?

Zelda, c'est du Grappinpunk (private joke inside)

La question qui me brule les lèvres : Boeing ou Airbus ? Soyouz ou la NASA ?

Airbus ! En tant que toulousain, le choix est vite fait. Surtout que pour une fois que l'on a quelque chose qui semble fonctionner en France, on peut se permettre d'en être fier. Ajoute à cela le fait de pouvoir regarder les avions qui sortent directement d'usine ou les A380 en pièces détachés, c'est typiquement le genre de spectacle dont je ne me lasse pas. Après, j'ai tendance à noter que les Airbus s'écrasent moins souvent que les autres pour des raisons mécaniques. Pourvu que ça dure...

Après Soyouz ou NASA, je crie au scandale (Scandale !) Le Soyouz est un vaisseau, la NASA une agence spatiale. Tu voulais sans doute me demander Roscosmos ou NASA.

Je suis magnanime et je te pardonne cette erreur, mais c'est à titre exceptionnel ...

A choisir donc, ça sera NASA, tout simplement parce que le matos russe est quand même très très moche, la navette spatiale, ça, ça avait de la gueule. Bon, sur la longueur ça n'a pas été très fiable mais j'adore aussi cette capacité géniale des américains à savoir tout dramatiser, à transformer les accidents en aventure humaine ou les vulgarisations scientifiques en récits passionnants.

Avec l'ESA à coté, on est juste chiants et ternes...

Icare ou la Machine volante ?

Dédale a eu une putain de bonne idée en concevant le premier deltaplane historiquement homologué. Son fils, lui, a été le découvreur du fait que les utilisateurs font toujours chier à se plaindre du matos sans lire le mode d'emploi et la CLUF.

Bien fait.

Au-delà des avions, c'est surtout le mechadesign que j'apprécie et que j'essaye d'analyser, alors je vais clairement du coté de la machine volante. Je lui trouve plus de gueule que l'autre emplumé.

Pourquoi les avions, ça tombe ?

A cause de cette foutue seconde loi de la thermodynamique. Je t'en foutrai, moi de l'entropie...

Après, d'un point de vue philosopho-ontologique, est-ce l'avion qui tombe ou le sol qui vient à sa rencontre ?

Mais oui !! Bonne rhétorique, qu'est-ce que foutent les montages à se dresser là aussi, si près du ciel !! J'irais en dire 2 mots au Mont Blanc à l'occasion ;)

Pas besoin, il ne réagira pas. Têtu comme une pierre, le Mont Blanc. A la rigueur, on peut essayer d'imaginer des tunnels spécial avions creusés directement dans les montagnes. Faudra juste bien viser.

Mais finalement, pour qui se prend l'homme à vouloir s'élever au-dessus des terres ?

Clairement pour ce qu'il n'est pas, c'est-à-dire un oiseau. Après, je nous trouve formidables pour tenter les coups les plus foireux  dans un déluge de darwinisme forcené. Les premières tentatives pour s'envoler sont toutes plus tragiquement drôles les unes que les autres. Je garde toujours en mémoire cet essai de parachute depuis le premier étage de la Tour Eiffel en 1912.

As-tu une licence de pilote d'aéronef ?

Absolument pas, la génétique n'a pas jugé pertinent de me fournir des yeux qui fonctionnent correctement. Foutus chromosomes.

J'ai envie de dire : "met des lentilles !! Tu l'auras ta licence ..."

Ah ben non, ça marche pas comme ça, ce serait trop simple...

T'es-tu déjà envoyé en l'air ? (Montgolfière, parapente, planeur, hélico, catapulte, etc.) ?

J'adorerais tester le trébuchet ou la fusée, mais ma condition m'oblige à rester sur du banal : tabouret, ascenseur, escalier, échelle... Mais j'ai cependant pu bénéficier de quelques tours en avion et en hélicoptère.

A quelle occasion, dans quelles circonstances si ce n'est pas indiscret as-tu pu prendre les airs en avion/hélico ? (j'imagine que tu ne t'es pas contenté de jouer à GTA ...)

De façon excessivement banale, en voyageant pour l'avion et dans le cadre d'un baptême de l'air pour l'hélico.

Es-tu un voyageur, un explorateur, un pionner ?

Pas trop, on serait dans un MMO, j’aurais à peine découvert assez de lieux pour gagner 10 XP. A cela deux responsables : ma nullité crasse en langues étrangères et mon impossibilité à avaler quoi que ce soit de bizarre...

Pour compenser, je me permets de voyager en imagination.

Quelle époque/épopée aurais-tu aimé vivre ?

Généralement, il suffit de me coller un livre/film/jeu dans les pattes pour me donner l'envie de découvrir l'époque en question. En ce moment, c'est plutôt le XV-XVIème siècle, vu je suis devant les Annales de la Compagnie Noire de Glen Cook, qui m'a ramené sur Berserk de Kentaro Miura, qui me ramène sur La Chair et le Sang de Verhoeven, qui me ramène à Dark Souls 3.

Si je n'ai rien entre les mains, alors je regrette tout le temps d'être né trop tôt.

T'aurais aimé naitre en 1900 pour suivre tout ça à l'éclosion ou les livres et les pellicules et les musées ne te laissent que peu d'amertume de ne pas avoir rencontré en personne les frères Wright ainsi que Yuri ?

Oui et non.

Vivre en 1900, ça implique certes de vivre toutes les grandes découvertes, mais aussi de voir tout se casser la gueule. Tolkien, par exemple, est un auteur qui a traversé une large partie du siècle. Dans sa biographie, on y apprend qu'il a très mal vécu, année après année, le bétonnage de la campagne anglaise de son enfance.

Ce n'est peut-être pas quelque chose que j'aurais voulu subir, et si on ajoute à cela les deux guerres mondiales à traverser... Non, autant de se contenter de connaitre la fin du XXème...

1900 et l'ascension de l'aéronautique ne te branche pas tellement, quid de 2900 alors !!??

J'adorerais voir ce que ça pourrait donner. Et au-delà de l'aéronautique, voir ce que notre civilisation a pu donner après mille ans.

Quel métier rêvais-tu de faire enfant ?

Ingénieur en aéronautique ! Piloter, non. Designer, oui. J'aurais adoré dessiner mon propre avion, mais hélas, les mathématiques ne m'aiment pas suffisamment... Heureusement que Kerbal Space Program existe...

Quelle position occupes-tu au sein de l'organigramme Airbus ? Sur quel zinc confidentiel travaillez-vous en ce moment ? (ça va, tu peux me le dire, on est qu'entre nous, toi, moi et 200 lecteurs)

On travaille sur un avion qui serait intégralement fabriqué en boites noires. Ça donnerait un avion indestructible que l'on retrouverait à coup sûr au moindre accident. On va faire un carton. Métaphoriquement parlant, bien sûr...
Après, on a reçu une commande des Emirats Arabes pour un A320 or-platine-diamants, mais l'émir trouvait que ça ne faisait pas assez riche, alors on le fabrique entièrement en cartouches de Snes. Rien qu'un siège coute 100 000 euros en Megaman X version euro sous blister.

J'ai déjà visité le site d'assemblage d'Airbus enfant, c'était pas mal, on avait même pris un modèle réduit (autant commencer petit). J'imagine que tu connais le musée et l'usine par c½ur ... ?

Même pas, c'est un peu comme les parisiens qui ne sont jamais monté sur la Tour Eiffel, tu te dis que comme tu n’habites pas loin, tu pourras y aller quand tu veux...

Plutôt AirSnake One ou Snake Airlines ?

Difficile... AirSnake One implique d'avoir un 747 pour moi tout seul. Snake Airlines, que j’ai toute une compagnie pour me rendre riche. Alors pour le minibar on va dire AirSnake One.

Ton avion préféré ever ?

Gamin, c'était le F-14 Tomcat à cause de Top Gun bien sûr, mais aussi parce que c'était un avion à géométrie variable. La grande classe.

Aujourd'hui, j'ai de l'affection pour le F-35. Cet avion est un échec total, qui a couté plus que le PIB du continent africain, qui fonctionne mal (son radar déconne en vol, il faut l'éteindre et le rallumer, son siège éjectable est interdit aux personnes trop légère, etc...), qui est incapable d'être polyvalent et qui se fait fumer en combat aérien par des avions qui ont 30 ans d'âge.
Un destin tragique pour l'un des seuls avions avec le F-22 a avoir une vraie gueule futuriste.

Et pour être chauvin, le Rafale qui reste, bien sûr, un bel avion. Et qui fonctionne en plus.

Dans quelle mesure les films de Propagande Américaine en provenance d'Hollywood participant à la mystification de leurs épopées (pas seulement spatiale d'ailleurs) altèrent ton jugement quant au fait de ne pas rallier la cause rouge pour mieux embrasser l'impérialisme américain ?

Réponse: Independance Day.

Ce n'est pas pour rien que je partage chaque année le discours de Whitmore sur mon blog.

A propos de Zinc, Chicken Run, Planes, Là-Haut ? L'animation et l'aviation est-il un mariage qui te sied ?

Complètement! Saut que c'est du côté du Japon que je vais les chercher. Les japonais sont des grands fans de modélisme et de modèles réduits, et à ce titre ils sont très forts pour les animes militaires et/ou SF impliquant des avions.

Que ce soit avec la série des Macross mais aussi, Area 88, Yukikaze, Sky Crawlers, Last Exile...

Tout est bon pour te faire acheter du plastique à monter soi-même. Après je suis plutôt fan des animes de mecha, avec Gundam en tête.

Macross, Area 88, Yukikaze, Sky Crawlers, Last Exile ... Tu peux nous en dire 2 mots sur chacun d'entre eux (ce que ça raconte et ce que tu en penses) ?

Oulà, ça va pas être évident...

Macross, c'est avant tout une licence. Le premier anime date de 1982 et raconte le contact difficile entre les terriens et des extra-terrestres belliqueux. En parallèle de ce conflit, on suit le parcours d'une chanteuse qui est lié au héros de la série et qui aura un rôle à jouer dans la fin de cette guerre. La particularité de la série est de proposer des combats aériens et spatiaux avec des avions transformables en robots, les Valkyries.

Area 88 raconte le parcours d'une troupe de mercenaires pilotes dans un pays fictif du Moyen-Orient, un bon anime avec des combats aériens crédibles. S'il a une emphase un peu forcée dans sa narration (son héros est tellement silencieux qu'il en devient poseur), ça reste un anime intéressant à voir.

C'est quoi le meilleur job dans un avion ?

Celui qui te permet de rester en vie, donc pilote de chasse.

Il est le seul à avoir un siège éjectable.

Que penses-tu du Concorde (le concept, sa carrière, son arrêt) ?

Une très belle réussite technologique qui n'avait pas mérité une carrière aussi compliquée et une fin si triste.

Il reste toujours un très bel avion à regarder et pour un avion commercial, c'est très rare.

Selon toi, pour apprécier un vol de tourisme, il vaut mieux le faire par un artéfact silencieux ou en l'air rien que le vent empêche une certaine quiétude ?

Tu me parles des montgolfières non? Ainsi que des deltaplanes et autres planeurs, j'ai bon? Très honnêtement le bruit d'un moteur peut être très rassurant, mais quel que soit le moyen utilisé, voler reste toujours une activité casse-gueule.

Tu ne t'intéresses qu'aux avions, t'en a rien à foutre des oiseaux qui se font bouffer par les réacteurs en haute altitude (les goélands, les pélicans, les mouettes, les chauves-souris ...) ?

Les oiseaux ne se font absolument pas bouffer en haute altitude par les avions. Je n’ai pas souvenir d'un vol de mouettes à 9 000 mètres d'altitude... Les oiseaux sont un réel problème à l'atterrissage et au décollage surtout. C'est pour cela qu'il y a des équipes chargées d'effrayer les oiseaux pour les éloigner des pistes. Ce n'est malheureusement pas toujours suffisant... Pauv' bêtes...

Si tu étais un homme volant, tu serais ... ?

Mort.

Après je n’ai pas d'admiration particulière pour certains pilotes, genre Roland-Garros ou Saint-Exp. Je suis toutefois toujours demandeur des biographies de pilotes fameux comme René Fonck ou Giora Epstein.

Si on revient sur quelque chose d'un peu plus censé, est-ce que dans un futur assez proche, on abandonnera la voiture pour le JetPack pour nos déplacements quotidiens comme un Twinsen dans LittleBigAdventure ?

Pour répondre sérieusement à la question, c'est un grand NON. En termes d'apprentissage de pilotage, de contrôle aérien du trafic, d'accidentogénêse, ça serait un bordel sans nom d'avoir des voitures volantes. On préfèrera rester sur les bagnoles autonomes de Google.

Est-ce que l'aviation civile (gros porteurs) te fait rêver ou elle trop terre à terre ? 787, A350, A380

Plutôt bof. Les avions ont tous la même tronche de tube avec des ailes. Ce n’est pas très sexy.

Le marché de l'aviation civile des gros va t'il s'ouvrir ou les 2 géants resteront en comité restreint pendant encore un bon bout de temps ?

Il va s'ouvrir. Avec les chinois et les russes, voire les indiens ou les brésiliens, on va nécessairement avoir de la concurrence sur ce marché. L'espionnage industriel fonctionne à plein régime et les transferts de technologies qu'on négocie (en délocalisant notamment) finiront par se retourner contre nous. Il ne nous restera plus que les allocs chômage pour pleurer.

La téléportation n'est-elle pas une menace réelle pour l'aviation ?

Nope, car elle implique de détruire le corps d'une personne pour le reconstituer plus loin. Tu veux tenter l'expérience? :D

Dans Illium de Dan Simmons, on ne parle pas de se téléporter, mais de "se faxer". L'image est parfaitement effrayante.

Faut-il souhaiter la paix dans le monde alors qu'on a encore plein de rafale en stock et qu'il faut bien les écouler pour payer son crédit ?

Souhaiter la paix dans le monde ne sert strictement à rien. On n'est pas des Miss France bordel, alors autant vendre des armes.

Faut-il fantasmer sur les hôtesses de l'air ou c'est surfait ?

C'est complètement surfait. Internet a tellement plus à offrir.

Pourquoi on ne met jamais en jeu un avion dans les jeux télévisés ?

Clairement un manque d'ambition. Je suis sûr qu'un petit Cesna au Juste Prix aurait rendu la vitrine beaucoup plus attrayante.

Comment lies-tu ça au jeu vidéo ?

Comment je lie quoi? Les avions, le steampunk ou les deux? :D.

Très mal figure-toi, je ne joue pas à des simulations aériennes genre Flight Simulator. Par contre, j'ai essoré Ace Combat 3 sur PS qui souffrait d'un scénario tronqué pour la VF, mais qui proposait un univers excellent. J'ai pris aussi l’Ace Combat Assault Horizons, mais Games for Windows m'a empêché d'y jouer (true story). Après j'essaye de m'amuser avec Kerbal Space Program, mais je manque de motivation et il y a certaines particularités du jeu qui m'empêchent de m'impliquer et qui sont rédhibitoires pour moi. J'attends de voir ce qu'apporteront les mises à jour.

En steampunk/dieselpunk, je suis un très gros fan de Valkyria Chronicles qui a une excellente DA et un gameplay génial mais qui ne trouve sa pleine mesure qu'avec le deuxième épisode sur PSP.

Au final, je ne lie pas vraiment au jeu vidéo, ces deux "centres d'intérêt" trouvent leurs exutoires dans la littérature, l'animation et la documentation technique que je peux trouver à droite à gauche.

En jeu vidéo, je reste centré sur trois séries (d'un classicisme navrant je le reconnais), à savoir MGS, Zelda et Final Fantasy, plus les Castlevania de la DS, les Phoenix Wright, et quelques jeux de stratégies.

fin de la deuxième partie.

2014-2018 Time Neves, C'est dans la boite Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)


Signaler
Intrigue (Art)

 

1/ Présente toi à l'assemblée constitutive des membres de la commu' :

Je suis l'éminence du subconscient de Liehd.

Je viens finir le travail qu'il a entamé il y a longtemps ici.

 

2/ Ton jeu de l'année ?

Bah t'es con, le Cluedo.

 

3/ Ta surprise de l'année ?

Ne pas avoir eu de surprise cette année.

 

4/ Ta déception de l'année ?

Qu'on n'ait plus aucune nouvelles de Snake_in_a_box. Bon, ceci-dit, le fait que j'ai perdu le mot de passe pour ce multi-compte explique en partie la chose.

 

5/ Le scandal de l'année ?

Scandal. La série.

 

6/ Le scandal GB de l'année ?

Bah, le Brexit. Quoi d'autre ?

Je vais plus pouvoir aller à un concert de Sting sans visa.

C'est un peu la merde quand même.

 

7/ L'arnaque de l'année ?

L'écriture inclusive qui n'a pas réussi à faire son trou.

Imaginez, tout ces millénials qui ne savent pas écrire leur nom sans faute d'orthopgraphe s'y essayer ...

 

8/ Le braquage de l'année ?

Rockstar qui réutilise des braquages dans R2D2 pour braquer le porte-monnaie alors qu'ils avaient fait exactement de même avec GTA5 il y a 5 ans.

Et les gens disent rien.

 

9/ Le chara design de l'année ?

Je vous ai déjà parlé de Tidus ?

 

9 3/4 / Le Kara design de l'année ?

La refonte du Roi Lion. J'adore.

 

 

10/ La bande-son de l'année ?

Le chiard du 4ème.

 

11/ La turbo-baffe de l'année ?

Celle de Bibiche quand je lui ai annoncé qu'à cause des gilets jaunes, on allait devoir reporter notre virée à Carpentras.

Quand je lui ai dit : "bon, bah ce sera carpette à la place ...", j'ai senti un coup de vent arriver.

 

12/ Le développeur de l'année ?

Fabrizio Luchinolo. Un type à l'air très intelligent. Il développe beaucoup son propos. Du coup, PAF, allez, développeur de l'année.

J'aurais pu dire le développeur de pélicules à l'angle de la rue en partant vers Montesson mais c'est mon frère donc ce ne serait pas correct.

 

13/ Le constructeur de l'année ?

Bouygues. Apparemment, le nouveau Palais de Justice de Paris ne comporte pas de système anti-suicide des prévenus. Il fallait y penser.

 

15/ Le bide de l'année qui t'a fait plaisir ?

Bide. Bid. Bidden. Verbe irrégulier du 3ème groupe.

 

16/ Le bide de l'année qui a fait du chagrin en toi ?

Joe Biden du coup.

 

17/ L'expérience viscérale de l'année ?

Liehd qui reroll le sujet de la condition des SJW en 2018. Je lui ai dit d'arrêter mais voyez même sa conscience il ne l'écoute pas ...

 

18/ Le troll de l'année ?

La réalité virtuelle dans laquelle est ancré Macron. Ca va loin ces petits concentrés de technologie mine de rien. Heureusement, la réalité réelle l'a bien rattrapée. On va pouvoir partir à Cabourg comme promis Bibiche. Fais voire ton pavé là ... Ca fonctionne bien aérodynamiquement ça ?

 

19/ Ton Top 5 de l'année ?

1. Le noeud pape.

2. La corde à sauter.

3. La pêche à l'écrevisse.

4. PT.

5. P.Y.T. (comme le 4. mais en plus terrifiant)

 

20/ Les 5 jeux les plus joués cette année ?

Décidemment, t'en poses des questions toi !

1. La Belotte => 35 heures

2. La photocopieuse => 35 heures

3. La machine à café => 35 heures

4. Le 16h30 => 35 heures

5. Le 9 heures un quart => 34 heures et quelques

 

21/ Le jeu sur lequel t'as passé trop de temps de cette année ?

Ca se voit peut-être pas au 1er abord mais j'ai passé trop de temps à jouer à travailler cette année.

Mais c'est bon, j'en ai déjà parlé à ma chef, je vais prendre une année shabatique l'année prochaine.

 

22/ La chose inavouable que tu as pourtant faites et qui concerne le jeu vidéo ?

C'est une révélation plutôt énorme.

Mais du coup, si je vous la conte, cette chose ; elle ne sera plus inavaouble, si ?

Ouaip, donc, je vais plutôt la garder pour moi.

C'est dommageable, c'était plutôt gros en plus ...

Tant pis.

 

23/ Tes attentes pour 2019 ?

Une seule. Le dernier DLC de Final Fantasy XV.

 

24/ Pose-toi une question et réponds-y.

- La Matrice et Skynet ne font-ils qu'un ?

- Pas exactement, la Matrice a été créée par Skynet. Et j'en suis l'architecte. Le maitre des clés si vous voulez.

 

25/ Pose-toi une affirmation et questionne-là.

- Suis le lapin blanc.

- Pourquoi je suivrais un lapin blanc !!?? Nan, je sors la carabine de l'étui et je le fume. T'as vu le prix de la viande en 2018 !!??

 

26/ Le mot de la fin ?

Moi (Zaroff), Liehd, Snake, Joniwan, Fache, KanyeEast, Neves, Donald87, Pedrof, Zig, ladanette, Olive, Zhibou, SerialButcher, Dopamine, Noiraude, Locutus, Citrobulle, ne faisons en réalité qu'un.

 

27/ Nan mais vraiment, le vrai mot de la fin, là ça fait dix ...

Perlimpinpin.

 

 

2014-2018 Time Neves, Ne faites pas l'erreur de traduire le titre Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

 

Ne vous demandez pas ce que vous pouvez faire pour Neves.

 

Faites-le.

 

Neves F. Kennedy, 1964.

 

--------------------------------------------------

 

'Bienvenue au Neves Club.'

 

La première règle du Neves Club est 'il est interdit de parler du Neves Club'.

 

La seconde règle du Neves Club est 'IL EST INTERDIT DE PARLER DU NEVES CLUB'.

 

Troisième règle du Neves Club : ' lorsqu'un joueur WiiU l'intègre, il doit jurer sur la Dualshock de ne jamais prononcer les termes suivants dans l'enceinte du Club : "fun, gameplay, level-design, game design, multi-local" '

 

Quatrième règle : 'le joueur Sony et affiliés est exempté de combattre'

 

Cinquième règle : 'le joueur Xbox est un mythe qui n'existe pas'

 

Sixième règle : 'seulement deux joueurs par combat messieurs'

 

Septième règle : 'deux joueurs WiiU minimum par combat'

 

Huitième règle : 'quand le joueur WiiU crie stop, ou n'en peut plus, le combat continue jusqu'à ce que j'en décide autrement'

 

Neuvième et dernière règle : 'si c'est son premier jour, le joueur WiiU doit combattre'

 

Tyler Neves, 1997.

 

--------------------------------------------------

 

Il y a bien longtemps, dans un galaxie lointaine, très lointaine ...

 

 

C'était une époque de guerre civile, à bord du vaisseau opérant à partir d'une PlayStation inconnue, les Rebelles  ont emporté leur première victoire sur l'abominable Empire Nintendo.

 

Au cours de la bataille, les Rebelles ont réussis à dérober les plans secrets d'une machine infernale : le CD-Rom, une technologie spectrale dôtée d'un armement tridimensionnel assez puissant pour ébranler la stabilité bidimensionnelle du cosmos vidéoludique.

 

Poursuivi par les sbires sinistres de l'Empire, le Prince Kutaragi regagne sa base aux commandes de son vaisseau spatial, porteur des plans volés à l'ennemi qui pourrait boulverser le cours de l'histoire et restaurer l'espoir dans la galaxie ...

 

Neves Lucas, 1977.

 

--------------------------------------------------

 

"That's one small step for Sony ...

 

... but one giant leap for videogame industry"

 

Neil Neves, 1993.

 

( 'landing' his hands on the yet  UNCHARTED Playstation Dualshock soil)

 

--------------------------------------------------

 

- J'aurais pu vous offrir une babouche.

 

[4 seconds ... 3 ... 2 ... 1 ]

 

- Une babouche ne suffit pas.

 

Le mime Neves, 1998.

 

--------------------------------------------------

 

Yes, Week-End.

 

Neves Obama, le Vendredi.

 

--------------------------------------------------

 

My people ... Sons & Daughters of Sony. This much I vow. The history of these days will be written in the Saturn blood, by crashing the N64 of my ennemi, by seizing the CD technology they thought to turn against us. We will be fighting for our very existence. But if are those who denies us peace, refuses our rightfull place in the gaming universe, then we will unleash such a terrible console that the generations yet unborn (Gamecube, Wii, WiiU, WiiThem, etc.) will cry out in anguish.

 

Discours de galvanisation des troupes, Sony Headquarters, Neves Visari, 2 Décembre 1994.

 

--------------------------------------------------

 

The Wii may shatter our PS3 body. But they cannot break our spirit. Even tough the Miiverse advance on our Playstation Home to seize by force what they cannot claim by right. They cannot imagine what awaits them. WE WILL PLAYSTATION ALL-STARS BATTLE ROYALE (SMASH, in english) THE INVADERS FROM OUR SKIES. [...] While they sweep over our lands like the sand of winter, never again we will bow before them, never again endure their awful casual games, never again endure their Mario Kart tyranny. We will strike without warning and without mercy, fighting as one hand, one heart, one soul. We will shatter their dreams of hegemonia and haunt their nightmares of failure. Drenching our ancestor's grave with their blood. And as our last breath tears as their lungs, as we rise again form the ruins of our Playstation 3. They will know Gamers belongs to SONY.

PLAYSTATION 4.

 

Discours de présentation de la PS4 à la presse, Scolar Neves, 19 Février 2013.

 

--------------------------------------------------

 

 Never compromise.

[Tearing apart the contract between the two of them.]

Neves "Rorshach" Yamauchi, 1990.

 

--------------------------------------------------

 

Cette communauté mérite une qualité supérieure de contributeur.

 

Et je compte bien la lui donner.



The Neveser.

 

--------------------------------------------------

 

Je suis devenu un criminel pour éviter de devenir une victime.

 

 

Le joueur WiiU.

 

--------------------------------------------------

 

Dans l'Espace, personne ne vous entendra crier.

Renault, division acoustique.

 

--------------------------------------------------

 

Les hommes naissent libres et égaux en droit.

Il ne fait nul part ici, mention du sort de la femme.

Neves Bonaparte, 1803.

 

--------------------------------------------------

 

Nul n'est pro-fête en son pays.

 

Pourtant j'en vois plein des français à Saint-Tropez.

 

L'auteur de la citation n'a pas souhaité dévoilé son identité.

 

--------------------------------------------------

 

Un homme avertit en vaut deux.

 

Une femme ? Quatorze.

 

Comprenne qui pourra.


L'auteur de la citation n'assume pas ses propos et n'a par conséquent pas souhaité faire figurer son nom dans le registre.

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est de gagner.

 

Et surement pas de participer.

 

Absurde.

 

Neves de Coubertin, 1896.

 

--------------------------------------------------

 

- Vous aimez invoquer la Sureté Nationale afin d'allègrement violer la constitution et restreindre les libertés individuelles si durement acquises par ce pays.

- Vous n'êtes qu'une emmerdeuse Karen.

Karen Hayes puis Tom Lennox, 24 - saison 10.

 

--------------------------------------------------

 

Ce blog ne se prévaut pas d'être le meilleur d'entre tous.


Il l'est.


Et c'est bien là l'essentiel.

 

Neves Bygmelon

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est d'imposer son avis.


Et non de le donner.


Absurde ça aussi.


Putain, les gens comprennent vraiment rien.


Neves Underwood.

 

--------------------------------------------------

 

Un taxi vide s’est arrêté au 10 Downing Street.

 

Clement Attlee en est sorti.

 

Winston Churchill.

 

--------------------------------------------------

 

Un vrai joueur se réclamant être un sympathisant de la cause ne dit pas "allo" en décrochant le combiné.

 

Il dit Killzone.

 

Neves RyuzAKi47.

 

--------------------------------------------------

 

A compter de ce jour, vous ne m'appellerez plus Neves.

 

Mais le Grand Neves.

 

Napoléon Neves, 1822.

 

--------------------------------------------------

 

Les grands esprits discutent des idées.

 

Les moyens esprits discutent des évènements.

 

Les petits esprits discutent des gens.

 

Ils m'arrivent de discuter de moi auprès des autres.

 

Neves Roosevelt.

 

--------------------------------------------------

 

Un jour, je rentre dans un taxi et j'entends un mec me dire :

"Vous allez où ?"

Comme on se connaissait pas, je lui ai répondu :

"Qu'est ce que ça peut te foutre ?"

Les gens d'aujourd'hui, aucune manière ...

 

--------------------------------------------------

 

- Qui est le premier homme à avoir marché sur la Lune les enfants ?

 

- Neil Armstrong Mr le Professeur.

 

- Faux. Tintin.

 

--------------------------------------------------

 

Il n'a rien d'un GOTY, mais surpasse sans souci ceux à qui on a donné ce titre.

 

Blacklabel, 17 Janvier 2012, critique d'inFamous 2.

 

--------------------------------------------------

 

Contrairement à ce que prétend la vindicte populaire ...

 

... Dieu ne s'est pas reposé le 7ème jour.

 

Non. Dieu créa Sony.

 

Vox Déï.

 

(Citation non datée mais retrouvée sur un parchemin daté du Monolithique.)

Archives

Favoris