The Neves Times

The Neves Times

Par Neves Blog créé le 29/03/14 Mis à jour le 10/10/18 à 20h13

Reporter vidéo-ludique.

Hebdomadaire dominical.

Tirage en couleur.

Ajouter aux favoris
Signaler
Je n'ai rien à vous dire (Jeu vidéo)

"Messieurs les développeurs, il est temps d'arrêter de jouer au con"

ou

"Jouer efficace"

auraient fait de très bon titres.

En fait, à l'image des buffets à volonté, le jeu vidéo est devenu un endroit où on va, on voit et en vain. 'fin quelque chose comme ça que disait César. 10 ans et demi, 1 maitre Christophe. Le. En vingt - ans de jeu vidéo justement, je n'ai jamais autant été alpagué par toute sorte d'activités à faire ou plutôt à ne surtout pas faire. Y en a partout. Comme dans les buffets donc. Warren. Et comme tout est lié, si j'en parle, c'est parce que je n'ai pas le temps, et encore moins l'envie. Je vais, je vois et en vain, je me somme de ne pas déclencher telle quête dont le vil enrobage n'est qu'un prétexte à faire une fois de plus et pour la 50ème fois en moins de 25 heures de jeu la même chose. Quel intérêt en tire-je ? Aucun. Si ce n'est la satisfaction d'effacer du journal de quêtes une ligne. C'est donc ça l'expérience vidéo-ludique en 2018 !? Mais elle n'a plus rien du tout de ludique oui !!! Elle fait grâve chier. Alors j'ai déjà raccroché les crampons à 15 ans, dois-je éteindre la manette à 26 ? Certainement pas ma bonne dame. Messieurs les développeurs, arrêtez. Nous ne sommes pas vos gares de triages, nous ne sommes pas là pour picorer dans vos assiettes taille XXL dans laquelle se tapissent vingt-cinq milles autres assiettes de la même merde !! Donc maintenant je vais nommer et pointer du doigt les mauvais élèves.

Spiderman et ses missions "randoms" à la con, vu vu et revu dans tout plein de monde ouverts à la construction "apéricube" ou que ne-sais-je encore, c'est ça des quêtes annexes en 2018 ? Shadow of the Tomb Raider et ses milliards d'éléments à ramasser. Le camion-poubelle est fourni avec le jeu ou ... !? Assassin's Creed Odyssey et ses contrats sur tableau ? Je pourrais même citer Skyrim qui surmultiplie tellement les quêtes certes enrobées et plutôt de manière convainquante mais pour mieux masquer une énorme répétitivité dans les actions demandées au joueur. 8 fois sur 10, tu vas dégommer des ennemis quelle que soit la mission. Le problème, fondamentalement, ce n'est pas la redondance. C'est l'ampleur de la redondance. Je suis à 233h de jeux non stop sur cet excellent Skyrim mais je me suis résolu à changer de jeu alors que j'estime qu'il me reste facile une centaine d'heures de jeu vu où j'en suis mais la boucle de gameplay, j'en ai ras-la-casquette.

Alors je pousse ce coup de gueule, mais d'un point de vu éditeur/développeur, je comprends les mecs. Les jeux coutent chers pour les joueurs et ils ne font que s'adapter à leur demande : à savoir fournir des jeux longs justifiant la cinquantaine d'euros consenti par les fans de la 1ère heure. Plus un jeu est long, moins la minute est cher, mais plus le numéro est surtaxé pour la masse de cons comme moi qui jouent à un peu de tout comme genre de jeux, qui dégagent un certain temps hebdomadaire à leur passion fêtiche mais qui n'ont ni un temps infini (je joue en moyenne 12 heures par semaine, question de fatigue et de pleine possession de mes moyens), ni un spectre de gouts vidéoludique suffisamment restreint pour avoir le temps de perdre du temps sur des mécaniques à la con.

Donc, je joue efficace désormais. Je réfléchis à 2 fois avant de réaliser une action dans un jeu. Je choississais déjà ce que je faisais dans la série Assassin's Creed jusque-là. J'ai fini Revelations pour situer. Je ne m'emerdais pas à faire pas mal de missions annexes sans mises en abyme et repompant toutes les mécaniques des missions principales comme des missions assassinats lambda (ou gamma je sais plus, à moins que ce ne soit alpha), les contre-la-montre, les drapeaux, etc. Mais Skyrim auquel j'ai joué entre Juin et fin Septembre m'a démontré que tel un virus, je me suis adapté à mon environnement et j'ai muté. Je me suis rendu compte que pour amasser de l'argent dans ce RPG, j'ai consenti à revenir systématiquement sur mes pas pour butiner l'équipement des ennemis occis que je n'avais pas pu emporter avec moi lors de mon 1er passage faute de capacité de portage. Je n'ai pas fais que ça. Pour profiter au maximum de l'aventure, je revenais systématiquement de mes campagnes macabres par le même chemin à cheval en profitant du voyage, le même que j'avais entrepris pour aller sur les lieux de mon futur crime à l'aller. Et enfin, je confectionnais des potions que je revendais ultra cher à tout plein de marchands en Tamriel, ce qui me rapportait un max puisque je récupérais toute sorte d'ingrédients au cours de mes missions et périgrinations. Sauf que. Sauf qu'au bout de 100-150h, est-ce bien utile tout ça ? Alors je me suis réveillé et au fur à mesure des heures de jeu, j'ai commencé à jouer efficace. Pourquoi revenir sur mes pas systématiquement (par voyage rapide, certes, mais se refaire chaque taverne/crypte/donjon et faire les poches de chaque cadavre, c'est 30 à 40 minutes selon la profondeur de l'instance dans laquelle on s'enfonce) ? Pourquoi se taper le retour alors que j'ai déjà profité du cadre et de la bande-son à l'aller ? Pourquoi prendre un temps monstrueux à vendre des potions hors de prix à des marchands qui n'ont assez d'argent que pour m'en acheter 3 alors que je n'ai pas besoin d'argent ? Et pourquoi faire le tour de tous les marchands de Tamriel pour leur vendre 30 000 septims de potions alors que rentrer et sortir de chaque magasin induit 20 à 30 secondes de temps de chargements - sans compter les voyages rapides pour changer de ville - !?

Vous l'aurez compris, j'ai arrêté de déconner. Et je m'en suis tenu au strict nécessaire. Aux activités qui m'apportait quelque chose de tangible. Aussi bien à mon avatar qu'à moi. Et c'est là où je me pose la question du système de progression des jeux. Système qui est bien trop souvent fait de telle sorte qu'on consente à réaliser des actions aussi fastidieuses que déplaisantes pour faire frauduleusement défiler le sablier du temps afin de nous faire ressentir la sacro-sainte notion de rentabilité. J'ai payé 50 euros. J'ai joué 50 heures. Youpi, 1 euro de l'heure. Sauf que ce qui est intéressant, c'est de s'amuser. Ce n'est pas d'enchainer les minutes et les heures sans intérêt pour contempler son nouvel artefact obtenu après sacrifices de son propre plaisir.

 

Maintenant, dans les jeux vidéos, une bonne partie du temps, on ne joue pas. On travaille. J'ai donc choisi la CFE-CGC et je vous invite à vous syndiquer pour faire valoir nos droits de joueurs-travailleurs. Si maintenant, les mômes vont être payé pour aller à l'école, il n'y a pas de raison que notre travail ne soit pas rémunéré par la bande à Macron.

PARCE QUE C'EST NOTRE PROJET.

Et que ça va rapidement devenir le leur.

Soulevez-vous. Humains.

Time Neves 2014-2018 Parce que moi aussi, je peux jouer au con et garder mes thunes Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

La MàJ se trouve en bas sous l'image de fin une fois que ça devient rouge total. Référence inside. Les vrais savent.

Personne n'a pensé à une appli qui permettrait de générer une intro sur un membre de la communauté ? Je sais pas si y a du fric à se faire, mais y a du manque d'inspiration à combler. Que dire sur l'invité qui s'apprête à s'étaler dans nos colonnes ? Peut-être qu'il est au jeuvidéo (et la doublette qu'il forme (formait) avec Blacklabel) ce que Naulleau/Zemmour étaient à l'époque. De grand dézingueur en série, des snipers comme on en fait plus. Allons-y, il lui reste encore un chargeur à vider ...



 

TRAME

 

 I                           Pierre                            4/7

 

 II                         Feuille                        11/7

 

 III                        Ciseau                      18/7

 

 IV                           Puit                        25/7

 

 
 

 IV      Pot

 

 

Ta plus grande attente d'un jeu pas encore sorti ?

Je n'attends réellement aucun jeu. Je n'ai pas acheté de PS4, mon ordi n'a pas DirectX11 donc je ne peux pas jouer aux derniers jeux PC non plus. Je ne sais pas quand j'achèterai une PS4 mais ce ne sera pas tout de suite. Je vais dire néanmoins Shenmue III, dont j'ai participé au financement. Mon attente est que Yu Suzuki n'oublie pas pour cette suite les vertus du contrôle du personnage dans Shenmue II, malgré les demandes de contrôle "moderne". Le contrôle de Shenmue II, malgré des petites rigidités, faisait d'abord de Ryo un homme réaliste qui ne peut pas faire n'importe quoi avec son corps quand il se déplace (coucou Nathan Drake). Ensuite, les limites du contrôle du personnage et de la caméra garantissaient visuellement la majesté des décors affichés à l'écran. La caméra basse accentuait l'impression de grandeur, que Ryo était tout petit dans une ville magnifique et dépaysante (Hong Kong). Quand on joue à Shenmue II, on réalise à quel point les développeurs maîtrisent le cadre (comme dans un film) et s'en servent puissamment pour donner cette aspect grand, majestueux, à la ville. La ville ne perd jamais sa "dignité" dans d'improbables mouvements de caméra commandés par un stick droit auquel on aurait donné les pleins pouvoirs.

Peut-être qu'ils ont fait tout ça dans Shenmue II sans le vouloir. Mais je m'en fiche : je veux qu'ils réalisent ce qui était fort dans Shenmue II et ne fassent pas moins bien dans Shenmue III, sous prétexte de coller aux "attentes des joueurs modernes". La bonne blague !

T'es coutumier du fait, de financer des jeux participatifs ou c'est une première pour toi ?

Non je ne suis pas coutumier du fait de financer des jeux. Mais honnêtement ce n’est pas tant par radinerie ou pauvreté que parce que je ne vois pas de jeu digne d'être financé. Je ne m'intéresse pas aux kickstarters. J'ai appris pour Shenmue III grâce à la conférence Sony. J'ai trouvé la proposition de Shenmue II tellement intéressante et personnelle, que j'ai pensé que donner 30 euros pour aider à ce que voit le jour la suite ce n'était pas grand-chose.

Selon toi, il faut que SEGA sorte Shenmue I et II Remaster ?

Ce serait bien que sortent Shenmue 1 et 2 Remaster, mais faits correctement sinon ce n'est pas la peine. Zéro bug, esthétiquement 100% fidèle à l'original, choix du format d'image (16/9 ou 4/3 original), maniabilité originale correctement transposée à la Dual Shock 4 (tenir compte des différences de sensibilité du stick par exemple), 60 fps constant, pas un chouïa d'aliasing. Dans ces conditions, ok ça vaudra le coup. Sinon autant refaire le 2 sur Xbox.

Quel est ton avis sur Shenmue 3 au stade actuel ?

Shenmue III au stade actuel ça n'envoie pas du rêve. Mais en même temps je ne sais pas combien de temps il reste, je ne sais pas si cela n'a ne serait-ce qu'une once de pertinence de juger sur ce qu'on voit maintenant (les visages foireux). Parce que tous les jeux au début sont visuellement ridicules. Seulement d'habitude ce ne sont pas des images que l'on nous montre.

Perso je reste confiant. J'ose espérer que Yu Suzuki n'est pas un arnaqueur et qu'il a une vraie éthique.

Que t'inspire le financement participatif en général ?

S'il faut ça pour que des gens compétents fassent de bons jeux, pourquoi pas. Ce n'est jamais que payer pour son jeu à tarif réduit et avant sa sortie. Moi je dis pourquoi pas, même si personnellement je ne l'ai fait que pour Shenmue III. Et comme je n'ai aucune confiance ni estime envers 90% des développeurs je ne financerai pas grand-chose de plus.

 

L'early access ?

 

Je n'ai jamais testé. J'imagine que cela a des avantages pour un développeur. Mais ce n'est pas ma vision du jeu vidéo. J'aime bien que le jeu vidéo arrive tout fini dans mon assiette, comme sur PS2 et avant.

Donc pas de PUBG pour toi ? Ni de Day-Z, tu considères ces jeux disponibles très tôt et pas fini comme des effets de mode ? Tu comprends l’attirance pour un concept non fini et qui évolue constamment comme si justement la nouveauté et les rustines perpétuelles étaient la bonne carotte pour revenir voir ce qui a changé sur le jeu, comme on sait qu’il évolue dynamiquement non pas uniquement par son contenu mais aussi ses mécaniques, ses règles … ??

Je comprends déjà que ces jeux sont très novateurs et que leur concept donne tellement l'eau à la bouche qu'on a envie de les essayer tout de suite et qu'on est prêt à rencontrer des bugs, etc.

 

Je doute que ce soit le concept même de jouer à un produit en développement qui attire. La plupart des gens ont autre chose à faire que de vérifier si entre deux patches les tirs de l'arc gagnent en précision ou si de nouveaux modes bonus sont ajoutés. Non je pense vraiment que les gros succès de l'early access sont dus simplement au fait que les jeux en question sont brillants même au stade de l'alpha.

 

Et non effectivement pas de ces jeux-là pour moi... Pas tant pour le fait qu'ils soient en early access que 1) je n'ai pas de machine récente, 2) je ne joue plus en ligne vraiment. Ah et puis je ne suis pas clavier souris aussi.

Le jeu que tu refais chaque année tel le rituel qu'il est ? (à une période de l'année privilégiée peut-être ?)

Je ne refais aucun jeu chaque année. Je peux seulement penser au multijoueur de Duke Nukem Forever, qu'il m'arrive de relancer sur PS3. A part ça, rien. Mes jeux terminés rejoignent leurs copains sur mes étagères.

Tu n'as jamais refait un jeu par plaisir coupable ?

Pas l'envie ou manque de temps ?

Par plaisir coupable... Ah oui, Cold Winter ! Je le trouve mal fichu sur plein de points mais ce jeu me fascine. C'est un FPS exclusif à la Playstation 2, l'un des plus gores de la machine mais au système en même temps très limité (du démembrement mais aucune modélisation des impacts de balle sur les membres et le tronc). Le scénario est tragique et violent mais seulement par à-coups. Les décors et les enjeux d'espionnage sur lesquels on passe la plupart de notre temps ne vendent pas du tout du rêve par rapport à la menace de fin du monde racontée par les cinématiques. Le méchant est dégoûté de la guerre et de la folie des hommes, et veut nous montrer l'ultime violence pour nous en dégoûter. Ça semble caricatural mais le personnage n'est pas un fou furieux, c'est un vieux gentleman britannique je crois.

Le "sprouitch!" et les éclaboussures de sang quand on tire dans un gus sont addictifs, puis graphiquement le jeu est très propre, joli malgré sa DA peu inspiré. On ramasse quantité de conneries dans les poubelles pour fabriquer des gadgets explosifs dont on n'a pas vraiment besoin.

Mais voilà, l'histoire, les personnages, la violence et la réalisation du jeu le rendent attrayant.

De manière générale je n'ai pas vraiment envie de revenir sur un jeu déjà fait. Faut dire je prends mon temps quand je joue, je m'investis, je n'en loupe presque pas une seconde. Forbidden Siren je l'ai adoré mais ce jeu est bien trop dur et éprouvant pour avoir envie d'y rejouer comme ça de temps en temps.

A côté de ça j'ai souvent constaté qu'en revenant sur un jeu mon regard sur lui évoluait, je comprenais mieux les mécaniques de jeu, j'apprenais mieux à le connaître. Max Payne 3 je l'ai fini au moins 5 fois je crois. Mais là j'en suis à un stade de ma vie où je ne considère pas refaire un jeu fini comme une bonne façon d'utiliser mon temps libre.

Tu préfères les jeux imparfaits, qu'ont de gros défauts et de grosses qualités à un jeu homogène ?

Non pas nécessairement. J'aime les jeux qui m'apportent quelque chose, me font vivre quelque chose de fort, de puissant, de significatif. Forbidden Siren est pour moi quasi parfait. Mais je peux aimer aussi Crysis 1, qui malgré ses nombreuses limites m'a fait vivre une histoire sympa par intermittences.

 

La tendance actuelle du jeu vidéo qui te tape sur les nerfs ?

Quelle tendance actuelle du jeu vidéo ne me tape PAS sur les nerfs ? Voilà une question plus facile ! ^^

Je vais te répondre avec la dernière à laquelle j'ai été confronté : les cinématiques temps réel pourries. La bande-annonce de TLOU2, je trouve ça de l'argent jeté par les fenêtres. Pourquoi mettre autant de temps et d'énergie à chercher à reproduire le réel, pour un résultat fatalement en deçà ? Je trouve qu'on est en plein dans la Uncanny Valley avec cette bande-annonce. Les corps sonnent faux, les visages sonnent faux, tout sonne faux. Pourquoi chercher à faire un programme qui simule l'oscillation d'une flamme en temps réel quand on peut juste dessiner le mouvement et la représenter exactement comme on en a envie à chaque seconde ?

Graphiquement depuis la PS3 on est dans un âge ingrat parce que beaucoup de jeux visent le réalisme mais sans bien sûr en avoir les moyens - et de toute façon quel intérêt sincèrement ? Je préfère dix mille fois le rendu original d'un Yakuza ou d'un MGS2 aux gesticulations grotesques des personnages de Rockstar, ou encore aux ombres temps réel projetées sur les visages systématiquement moches et beuguées (avec l'Unreal Engine par exemple).

Sur PS2 on avait des rendus originaux qui fonctionnaient vraiment. God of War par exemple, Project Zero, Mark of Kri, Gundam Federation vs Zeon, TimeSplitters... Des jeux qui maîtrisaient leur technique et la plaçaient au service impeccable de leur rendu graphique. A côté de ça les jeux sur PS3 sont proprement dégueulasses, entre les animations des personnages en cinématique bizarres, les barbes qui glitchent, les ombres qui font n'importe quoi... On essaye de faire du photo-réaliste en temps réel, c'est une ambition complètement conne à mon sens. On est plus en quête de chercher à reproduire la réalité dans un programme que de réaliser correctement une vision d'artiste.

Bah, quelle tendance du jeu vidéo ne te tappe pas sur les nerfs alors ^^ ?

Ah attends j'en ai une autre qui me tape sur les nerfs ! La tendance à nous faire inspecter chaque recoin des environnements 3D pour des objets à collectionner ou des ressources. Dans TLOU j'ai trouvé ça très agaçant de devoir fouiller de fond en comble pour choper des pièces d'équipements, des munitions, etc. En fait j'aimerais que les ressources ne soient pas dispersées au gré du vent en mode aléatoire, mais uniquement présentes dans des lieux significatifs. Exemple, si t'explores et que tu trouves un garage verrouillé, que tu ouvres le cadenas en le cassant avec un surin, là oui je comprends qu'à l'intérieur tu trouverais des outils pour améliorer tes armes.

Mais voilà je préférerais quand je traverse les rues ouvrir les yeux pour chercher un garage, plutôt que longer chaque mur et chaque bureau à l'affût d'une icône de bouton ou d'objet apparaissant à l'écran subrepticement. Parce que oui en plus en général on repère plus facilement les objets à ramasser avec une icône de l'ATH qu'en les voyant réellement dans le terrain de jeu... Ce qui est une connerie monumentale !

J'aimerais traverser les niveaux en 3D sans me dire que je suis en train de louper des ressources utiles pour ma progression. J'aimerais pouvoir me dire que si je ne loupe pas dans mon exploration une baraque que je peux clairement identifiée comme intéressante (une armurerie par exemple) alors je suis bon. Parce que c'est terriblement chiant et lourd de commencer une partie en te disant que tu vas vouloir inspecter chaque millimètre carré de terrain pour ramasser des bouts de connerie...

Je trouve que ce genre de procédé flingue le plaisir que l'on peut avoir à explorer.

Par contre rien n'empêche un jeu d'axer un niveau sur la recherche d'objets dans un grand environnement, ça je suis preneur. Je pense au magnifique niveau de la bibliothèque dans le Pack Factions de Metro Last Light, largement le meilleur de tout Metro.

Bon maintenant une tendance que j'apprécie... J'aime bien quand des développeurs parlent d'un point précis de leurs jeux sur le Playstation Blog. Genre là je viens de lire un article sur le trophée Speedlunky et un autre sur le mode cauchemar de The Evil Within 2. C'est intéressant et un bon signe que d'avoir ce niveau de "pointillisme" sur un média a priori publicitaire. Ça montre que Sony pense que cela peut intéresser des gens, et donc qu'ils ne nous prennent pas totalement pour des BRUTIS.

Autre tendance appréciable, l'importance qu'on accorde maintenant au fait de raconter une histoire... Même si c'est souvent qu'un prétexte et que ça semble collé sur un challenge qui s'en contrefiche (exemple Assassin's Creed Brotherhood que je suis en train de faire), c'est une direction que les jeux prennent et que j'apprécie. Que les jeux cherchent à plaire à un nouveau public avec des histoires de personnages, pour moi c'est un bon signe. Après je pense qu'en termes de ressources investies ça peut nuire au travail sur le design de manière générale... Typiquement en cherchant un niveau de rendu "cinématographique" des décors, les développeurs me semble-t-il sont plus concentrés sur l'aspect "cinégénique" ou esthétique des décors que sur leur pertinence ludique ou de challenge. C'est pour ça qu'on se retrouve avec des FPS linéaires aux décors pourris juste faits pour être traversés sur un chemin balisé indiqué par l'ATH...

Donc bon tout est à nuancer j'imagine.

Je rajoute celle de sortir les jeux indé sur console. Et en résumé celle de promouvoir la narration même si 90% du temps c'est à la fois écrit avec les pieds ET pensé séparément de l'expérience de jeu.

Des exemples flagrants pour ce dernier point ?

Ah ben typiquement le reboot de Tomb Raider. Tu compares le reboot avec le premier volet de la saga, tu constates évidemment la grosse volonté de narration voire de cinéma du reboot. Par contre tu pleures parce que le système de jeu est complètement incohérent (histoire de survie hardcore et auto-régénération, qui dit mieux ?) et que le scénario est nulache.

La dernière fois que t'as été surpris par un jeu ? (en bien ou en mal)

Les jeux me surprennent quasiment tous, au début surtout. Récemment je me suis dit que la modélisation de la ville dans AC2 (Florence, Venise) et ACB (Rome) était quand même impressionnante, dans le sens où les développeurs ont fait un travail énorme je pense. Bien plus que dans n'importe quel monde ouvert où il n'y a pas de recherche historique a priori. Ils ont recréé des villes mortes, en soit c'est fabuleux.

Mais bon ils ont complètement salopé leur propre travail en rendant indispensable pour progresser un ATH (ou HUD en Anglais) qui fait vraiment obstacle entre nous et le monde. Et je pèse mes mots quand je dis obstacle. Il suffit de masquer l'ATH pour s'en rendre compte... Mais là on réalise que toutes les rues se ressemblent et qu'il est impossible de se repérer sans ces aides pourries. L'architecture n'est tout simplement pas conçue pour être parcourue autrement qu'avec un GPS d'assisté de la vie, qui regarde le monde à travers ses putains de lunettes de VR.

C'est vraiment dommage parce que les décors sont splendides. Le game design bat des records de vacuité. Ubisoft a des thunes plein les poches, assez pour modéliser des choses fantastiques, mais sort toujours des jeux bidons.

Je crois que tu peux flanquer la mini-carte à la poubelle mais garder l'indicateur métrique te séparant de ton objectif dans AC ?

Ça a l'air d'avoir changé avec le dernier qui opte directement pour la boussole en haut de l'écran ...

Bon, quel jeu ne t'a absolument pas surpris du coup ^^ ?

Là je viens de faire Call of Duty 2 sur 360 et ça ne m'a pas du tout, du tout surpris. Sauf les dernières missions un tout petit poil plus dures ou originales. Sinon c'est l'essence chiante de COD par excellence. Ah si y'a les fumigènes qui changent vite fait...

Le mélange des genres réussit-il au jeu vidéo (la question est volontairement large/ouverte/vague) ?

Le mélange des genres... Je serais tenté de dire que non, tant la représentation moderne normée de l'action phagocyte les autres genres, l'aventure-action, le survival-horror... Tous se jouent comme des UncharGears maintenant.

Pourtant dans l'absolu le mélange des genres pourrait simplement vouloir dire que dans un jeu de caisses, si l'histoire implique des fusillades on pourrait les jouer, ce qui semble une bonne chose. Mais les développeurs sont bien trop frileux et n'innovent plus au niveau des contrôles et des systèmes de jeu. Toujours l'auto-régén' avec de la confiture de fraise qui trouble la caméra sur les côtés, toujours les mêmes configurations de manette, toujours une progression linéaire avec marqueur d'objectifs ou quêtes secondaires à deux francs.

Heureusement qu'il y a des développeurs qui surnagent et tracent leur propre sillon (From Software, Yakuza Studio, Frictional...).

Je ne sais pas si ma réponse est pertinente. Je suis surtout dégoûté du peu de créativité dans les jeux d'aujourd'hui, tant en terme graphique que de game design. Le remplissage à coups de quêtes annexes pourries se généralise. Après on va me rétorquer que faut s'intéresser aux indés, sauf que les indés ont pas les moyens pour la plupart de faire des jeux en 3d ambitieux. Allez là je m'intéresse à Zeno Clash, peut-être celui-ci me fera-t-il mentir.

En même temps, n'étais tu pas du genre, à l'époque, à te plaindre de tous ses painkillers et medics à dégoter sans raison dans le premier placard ou casier venu ?

Non je n'ai jamais râlé contre les trousses de soin. Le système a du sens : tu es blessé, tu te soignes avec un kit de premier secours. L'emplacement concret de ces trousses par contre est un autre problème. Dans Tomb Raider II par exemple c'est vrai qu'on en trouve n'importe où... Mais en même temps Tomb Raider II n'avait qu'une faible ambition cinématographico-narrative. Mais si on pense à Half Life par exemple, dans mes souvenirs les kits étaient à des endroits plutôt censés, sur des cadavres aussi des fois ; pourquoi pas ?

Zeno Clash ? Mais c'est un jeu de 2009 !

A vrai dire là je joue à Medal of Honor Soleil Levant... de 2003 !

Après l’homme des cavernes, le joueur des cavernes !

Oui si tu veux Jmais je kiffe vraiment les jeux de la période PS2. Là je viens de finir Prince of Persia l'âme du guerrier et j'ai attaqué Operation Winback featuring les doublages les plus nuls de la terre. Et je m'amuse comme un gamin sur Time Crisis 2 avec le G-Con 2.

Comment ça se fait que tu ne me parles que de jeu vidéo depuis le début de ton interview ?

On est sur gameblog pas sur jardinblog 8)

Pas faux.

T'aimes rien d'autre ?

Oh si. Je me mets au théâtre depuis la rentrée dernière, j'aime toujours le ciné depuis ma petite enfance ainsi que la lecture. J'aime la presse écrite ainsi que la marche tranquille.

Le théâtre en tant que spectateur ou acteur ou tu te contentes seulement de Puppeter !?

En tant qu'acteur surtout (improvisation), mais je m'y suis mis aussi en spectateur. Puppeteer est sur ma liste mais pas encore fait !

 

Tu marches où, dans quel cadre bucolique ?

 

Tous les jours de la gare jusqu'à mon travail J et le dimanche jusqu'au village le plus proche pour acheter le pain. Et quand je peux dans un parc.

Adaptation et jeu vidéo font ils bon ménage ?

C'est difficile. Le jeu vidéo a du potentiel pour raconter des péripéties physiques, des défis techniques ou de dialogues. Mais qu'est-ce que l'interactivité peut apporter de plus que les mots et le langage cinématographique quand il s'agit de rapporter des sentiments, des émotions, des sensations, un regard sur les choses ? Le jeu vidéo existe dans l'action, que ce soit celle du corps ou de l'esprit. Mais dans une histoire, il peut y avoir des moments où le personnage est passif, vit les choses à l'intérieur ; quelle est la pertinence narrative du jeu vidéo dans ces moments ?

Pour cette raison, adapter une histoire de livre ou film en jeu vidéo pose le problème de la transformation du matériau d'origine en une histoire d'action pure, à moins d'accepter d'oublier l'interactivité pour plusieurs scènes - et non, laisser la manette au joueur tandis qu'un script se déroule derrière des barrières incassables je ne trouve pas cela pertinent (coucou Dead Space et Bioshock).

Le travail d'adaptation je trouve cela passionnant, voir ce que les développeurs ont retenu de telle ½uvre et ce qu'ils nous en permettent d'en vivre manette en main et yeux sur l'écran. Parfois ils inventent une toute autre histoire, parfois ils allongent les scènes d'action et les environnements... Voir le game design qu'ils proposent, sur quelles actions du personnage ils mettent l'accent et comment ils nous les font exécuter. Les adaptations m'intéressent.

Le Game of Thrones de Telltale souffre surtout de sa faiblesse technique et visuelle, et du manque d'ampleur des enjeux par rapport à la série télé. A côté de ça, comme la série ne verse pas vraiment dans l'introspection, et que le game design de Telltale repris de jeu en jeu fait la part belle aux dialogues, la transition de la série au jeu vidéo dans ce cas semble naturelle.

Et dans le sens inverse, que penses-tu de la transposition d’½uvres vidéoludiques vers le cinoch, dernièrement y a eu Ratchet&Clank que je j’ai visionné jusqu’au bout et qu’est techniquement impressionnant mais intérestiquement vide (pour moi en tout cas), y a Assassin’s Creed que j’ai arrêté au bout d’une demi-heure, y a aussi Tomb Raider que je ne compte pas aller regarder … Généralement, c’est quand même bien pauvre, non ?

Alors, j'ai justement vu AC et le dernier film Tomb Raider. Oui effectivement c'est très pauvre, je suis aussi de cet avis. Faut dire les jeux vidéo sont une matière première faite d'esthétique et de challenge, rarement de récits bien construits ou d'interactions savoureuses entre personnages.

 

Les premiers Tomb Raider, qu'est-ce que j'en retiens ? Explorer et comprendre de grands lieux bizarres tout en faisant attention où je marche. Puis un avatar féminin charmant. Ça fait un jeu vidéo, mais ça ne fait pas un film ! Du coup les producteurs tissent des choses par-dessus, mais systématiquement c'est superficiel ou crétin ou les deux. Je ne vois pas bien l'intérêt d'adapter des jeux en films. Tu ne penses pas que c'est une idée de businessman plutôt que d'artiste ça ?

 

La place des autres médias et influences dans un jeu vidéo ?

 

J'ai toujours aimé les cinématiques. Je ne suis pas partisan du "jeu vidéo total" où l’on ne poserait jamais la manette. Je ne vois pas d'inconvénient à ce que certaines parties de l'histoire soient racontées par des cinématiques, bien au contraire. Je déteste quand les jeux vidéo rentrent au chausse-pied des séquences de dialogue, d'écoute, de marche... en bloquant le personnage plus ou moins. Je me sens comme un lion en cage et ce n’est vraiment pas ce que je devrais ressentir dans ces moments.

 

Du format série nous vient le découpage maladroit en épisodes de certains jeux, comme MGSV ou encore Alone in the dark Inferno. Je m'en serais passé. Le théâtre a forcément eu une influence pour la composition des décors des RPG 2d, qu'en penses-tu ?

 

Au niveau de l'écriture on sent souvent une médiocrité qu'on retrouve au cinéma dans les films d'action à la con type Taken, ou le niveau zéro du divertissement grand public façon Marvel.

 

Le théâtre et son influence sur les RPG 2D, aucune idée, trop ignorant ou trop jeune. Certainement les 2.

 

Pas mieux. J'associe juste un décor fixe de vieux RPG japonais 2D à la scène du théâtre.

 

(presque) fin de l'interview

(je Up dès que j'ai la toute fin avec les questions usuelles de cloture de séance)

Et le voilà ce Up :p

Que souhaites-tu aux joueurs vidéoludique de tout bord ?

Qu'on arrête de sortir une console tous les dix ans et que les développeurs puissent faire mûrir leurs outils, leurs idées, que des créateurs de plus en plus originaux et ambitieux aient les moyens de créer ce dont ils rêvent. Je souhaite enfin aux joueurs de tout bord un journalisme critique réellement critique, intelligent et intelligible (accessible et cohérent), qui prend son temps.

Y a t'il une question que je ne t'ai pas posée et à laquelle tu brules de répondre ?

"Les jeux en coop', ça te branche ?" J'adore le coop' en local mais je déplore le peu de jeux qui sont à la fois :

- ambitieux

- sans challenge de visée au stick

Car les personnes avec qui je peux jouer ne sont pas des pros de la manette et donc galèrent à la visée au stick. Donc quand je trouve des jeux comme Obscure 1 & 2 qui permettent à deux joueurs de vivre sur le même écran une aventure vidéo-ludique aussi aboutie que n'importe quel jeu solo, je suis JOUASSE. Mais ces jeux sont, à mes connaissances, extrêmement rares. Généralement je trouve soit des "petits jeux de merde en 2D" (pardon mais voilà), soit des TPS/FPS appréciables seulement des gens qui gèrent très bien la visée.

Après il y a une palanquée de jeux façon Lego, Diablo... qui consistent en une action répétitive vue de dessus, c'est ni immersif visuellement ni scénaristiquement donc je jette aussi.

Dernière question et forcément la plus difficile, qui es-tu vraiment Pedrof ?

Je suis tenté de répondre "un extra-terrestre venu sur Terre pour vous enfoncer bien profond une sonde dans le cul à chacun", mais c'est mon double blessé et provocateur qui parle. Qui je suis, et bien je suis un jeune homme qui trouve dans les jeux vidéo une respiration, un espace de liberté, d'expérimentation, d'introspection, où le temps est suspendu. Un être qui s'est construit souvent seul et dont la pratique modérée des JV fait désormais partie de l'équilibre.

 2014-2018 Time Neves, C'est dans la poche Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

Personne n'a pensé à une appli qui permettrait de générer une intro sur un membre de la communauté ? Je sais pas si y a du fric à se faire, mais y a du manque d'inspiration à combler. Que dire sur l'invité qui s'apprête à s'étaler dans nos colonnes ? Peut-être qu'il est au jeuvidéo (et la doublette qu'il forme (formait) avec Blacklabel) ce que Naulleau/Zemmour étaient à l'époque. De grand dézingueur en série, des snipers comme on en fait plus. Allons-y, il lui reste encore un chargeur à vider ...



 

TRAME

 

 I                           Pierre                            4/7

 

 II                         Feuille                        11/7

 

 III                        Ciseau                      18/7

 

 IV                           Puit                        25/7

 

 
 

 III      Ciceron

 

Est ce vrai qu’Ubisoft vous a proposé le rôle de bourreau dans le premier AC en 2007 à toi et à Blacklabel ?

Non mais j'aurais bien aimé, ça m'aurait fait une occasion de leur dire tout ce qui ne va pas dans leur jeu.

Vous lynchez les jeux ou vous les critiquez vraiment ?

On les critique vraiment évidemment.

C'est quoi ton problème avec les K7 dans le JV ?

Leur existence même dans l'univers du jeu n'a pas de sens, le fait que le personnage les écoute ou non n'est pas pris en compte et enfin les infos qu'elles donnent sont superflues.

Les trois points de cette assertion ne sont pas toujours vérifiés mais très souvent si, malheureusement. Dans Penumbra Black Plague ce sont des documents qu'on trouve et là par contre c'est intéressant, leur découverte et leur lecture rentrent complètement dans le contexte de la quête du protagoniste. On cherche son père et les documents sont justement ses notes de recherche, qui peuvent nous dire donc à la fois où il est et ce qui lui est arrivé.

Tu veux dire donc que les journaux audios laissés dans Bioshock, Dead Space ou les enregistrements dans Batman, les boites mortes dans inFamous ont tous ces 3 griefs ou c'est différent parce que ce ne sont pas des K7 ?

Oui tous ces journaux audio ont les mêmes problèmes. Je viens de refaire le premier inFamous et je confirme, les boîtes mortes c'est ridicule. On est censé croire que John a escaladé la moitié des toits de la ville pour planquer des enregistrements ? Vraiment ? A quelle fin, pour quel destinataire ? Je crois que le jeu nous explique que c'est au cas où il lui arriverait quelque chose, mais ça ne tient pas debout. Pourquoi sur les toits ? Pourquoi les avoir fractionné et planqué en 40 morceaux, il y a pas un risque que finalement personne ne les trouve ? Et encore, les boîtes mortes d'inFamous ne sont pas les plus inintéressantes. Le blabla de Bioshock récité par des fous est infernal, et les logs de Dead Space sont vraiment osef.

Quid des K8 ?

Les K8 ça n'existe pas encore J

Ne doit-on pas s'affranchir de certaines largesses au nom de l'intérêt du joueur ?

En quoi cela relève-t-il de l'intérêt du joueur de pouvoir accéder à du background au mieux déconnecté de l'intrigue, au pire complètement osef ? Parce que c'est tellement chouette d'avoir vingt logs à chercher dans la ville ?

Le réalisme à tout prix ?

Le réalisme à tout prix, non bien sûr. Mais pour raconter une histoire au joueur il faut soigner tous les détails. Je ne comprends pas qu'on puisse excuser ou justifier des manquements comme l'absurdité des boîtes mortes dans inFamous. En fait le problème des joueurs c'est qu'ils n'ont aucune exigence envers les jeux vidéo, autre que technique. Tant que ça tourne à peu près pas trop mal et avec de jolis graphismes et des IA qui ne font pas complètement n'importe quoi, les joueurs n'ont rien à dire. Ah oui faut qu'ils arrivent à faire ce qu'ils veulent facilement aussi, parce que sinon c'est "pas maniable"... Pour ça que quand Naughty Dog sort un jeu, en général techniquement poussé et très accessible, il passe automatiquement pour un chef d'½uvre.

C'est ça qui me désole dans le jeu vidéo en fait : le fait que même les joueurs s'en battent les couilles d'avoir mieux que ce qu'on leur donne. C'est totalement démotivant. Quand je voulais faire des jeux vidéo, j'ai fini par laisser tomber parce que j'avais la conviction que ce que je voulais apporter n'intéresserait à peu près personne.

Comment ça se fait qu'il n'y a que toi qui connais des jeux comme Penumbra Black Plague, tu vas les chercher sur d'obscures sites russes tes jeux ?

Alors je ne connais pas des jeux trop piqués des vers... Il y a un membre GB qui a une culture de malade en termes de survival horror mais je ne sais plus son pseudo. Penumbra je ne sais plus comment j'ai connu mais je sais que c'est la démo qui m'a fait acheter le jeu sur le site du développeur. Penumbra tu peux facilement connaître si tu connais Amnesia : il suffit de faire la démarche de consulter l'historique du développeur Frictional Games.

Ou alors, tu fais toutes les démos que tu peux depuis la PSOne ?

Je ne joue pas à beaucoup de démos... Ben surtout qu'il n'y en a pas tant que ça sur PS3, puis de toute façon les jeux valent 5 euros maintenant et une démo ça ne suffit pas à me faire abandonner un jeu, à moins que le jeu ne me corresponde pas du tout (style un Dynasty Warriors). La vérité c'est que tous les jeux que je suis susceptible d'aimer je les achète (à bas prix, comme tous mes jeux - sauf les Yakuza que j'achète en boîte à leur sortie).

Le jeu vidéo est-il une priorité pour toi ? Passion, centre d'intérêt, divertissement comme un autre ?

C'est une priorité quand même. J'aime beaucoup le jeu vidéo, j'aime le pratiquer. Un jour je suis intéressé par leurs histoires, un jour par leurs trophées, un jour par la première Xbox, un jour par la PS3. Un jour en solo, un jour en ligne. Je cherche à jouer en profondeur à tout ce qui est susceptible de me plaire, au moins des générations Playstation à Playstation 3 (en comptant les autres consoles et les jeux PC de cette période).

Et donc, passion ou centre d'intérêt ou divertissement comme un autre ?

Je dirais centre d'intérêt. Il y a un côté déraisonnable dans la passion.

Dans le domaine des hobbies, il y a quelque chose au-dessus du jeu vidéo ?

Dans le domaine des hobbies, pour moi, je pense qu'il n'y a rien au-dessus des jeux vidéo. Bien sûr les livres et les films apportent plus à l'esprit, "en l'état". Mais les jeux vidéo, j'adore. Non seulement ça m'amuse, mais j'adore analyser et décortiquer les actions du perso, pourquoi je suis pris dans un jeu, ce qui m'énerve, etc. C'est pour moi une source intarissable de réflexion, d'analyse et d'expression.

Par exemple avec ma partie récente d'inFamous, j'ai écrit impulsivement 450 mots sur mon fichier texte de ma critique d’il y a 5 ans. J'ai découvert encore de nouvelles choses sur le jeu. Par exemple que l'histoire se passe sur une semaine, que chaque nuit de sommeil est inclue dans le scénario et que donc par rapport à n'importe quel autre jeu en monde ouvert le récit est bien plus rapide et tendu. Cela explique que je trouve le jeu particulièrement prenant. Ça me plaît de comprendre comment fonctionne un jeu, et ça me plaît énormément aussi d'arriver à le partager avec d'autres personnes.

Tu veux dire que tu organises des diners à la maison où on discute jeu vidéo comme certains font des soirées philosophie ou littérature ?

Non, mais l'idée me plaît. Ce qui serait vraiment cool c'est une émission consacrée aux JV comme Le Cercle (émission cinéma sur Canal plus où des critiques débattent sur des films).

Perso je me contente de l'écrit en général, j'ai plus de mal à l'oral.

Que peux-tu nous raconter sur ton blog ?

Mon blog est complètement à l'abandon. Je m'en suis servi pour écrire des critiques sur des jeux absents de la base de données, des textes qui ne rentrent pas dans le cadre d'un article ou d'une critique et aussi pour partager de la musique. J'ai toujours préféré écrire mes critiques dans la section "test" de Gameblog. Et clairement les critiques c'est ce que je produis le plus.

Pas l'intention de le reprendre pour quelconque raison ?

Pas d'intention de le reprendre sauf si je trouve à un moment donné que c'est le meilleur biais pour partager quelque chose de bien précis. Aucun plan pour me mettre à l'alimenter de façon régulière. Je n'ai d'ailleurs plus le projet de critiquer tous les jeux que je termine, je m'en suis affranchi, ça y est.

Tu t'es plus servi de ton blog plus qu'il ne t’a servi ?

Est-ce que mon blog GB m'a servi moins que je ne m'en suis servi ? Aucune idée ! Comment un blog peut-il servir quelqu'un ?

Je concède ne pas comprendre ma propre question.

On coupera au montage :/

Je lis pas mal de tes tests. L'analyse est fine mais parfois je diverge sur la constatation ou l'interprétation des faits d'un jeu. J'ai ce rite depuis quelques mois (où je joue plus et finis plus de jeux qu'auparavant), je me mate les tests GB et GK après avoir fini un jeu ainsi que les tests de la commu pour voir les différents sons de cloche. T'as le même genre de pratique ?

Je te remercie de dire que l'analyse est fine. Ce n’est pas surprenant que tu diverges sur l'interprétation des éléments objectifs du jeu, on attend tous des choses différentes même si on se rejoint parfois. Cool que tu finisses plus de jeux. Pour moi les jeux finis ça représente vraiment la bonne santé de ton hobby, au contraire de quand tu essayes plein de trucs mais ne finis rien.

Pareil que toi j'adore lire les critiques des autres. Je vais cependant plutôt vers les négatives. Dans les positives il y a beaucoup plus de critiques impersonnelles qui ne disent finalement rien du tout. Au niveau pro je peux lire les critiques de GK mais GB plus beaucoup. Ils manquent vraiment de pertinence leurs journalistes. Je lis souvent des critiques sur Senscritique.

Pourtant Blacklabel soutient que trop de jeux utilisent des mêmes mécaniques passées les 2 heures de jeu. A quoi bon les finir alors !?

C'est très intéressant comme remarque, je pense que j'ai plus de patience que BlackLabel pour ça. Mais force est de reconnaître qu'il a raison. Souvent je suis enthousiasmé au début d'un jeu, puis en avançant je suis déçu.

Cependant j'essaye de toujours laisser le bénéfice du doute au jeu. On ne sait jamais si le scénario ne va pas décoller à la fin, le level design péter un câble, etc. Inversion est un bon exemple, il est vraiment laborieux dans son deuxième tiers mais sa fin est surprenante, autant en terme d'histoire que de level design toujours plus exigeant (en mode difficile).

J'aime franchement donner du temps à un jeu, et aussi me donner du temps pour l'apprivoiser. Le finir est un début à cela.

Comment tu parviens à faire le tri sur SensCritique au vu du nombre de critiques que compile le site sur chacun de ses objets ?

Je filtre par négatives et plus récentes ! En plus de lire en premier celles de mes éclaireurs.

Je suis en train de jouer à God of War II 10 ans d'âge en difficile, soit le niveau le plus dur hors new game +. Et je suis surpris. Je me rends compte que c'est souvent quand il ne me reste plus qu'une infime partie de ma barre de vie que je me mets vraiment à faire attention à chaque petit détail comme rester constamment en mouvement, très peu de temps sous la portée ennemie. Et j'y prends un malin plaisir à exécuter le plan qui tient sur un bout de ficelle, au moindre hic, c'est couac !

Faut-il donc ne jouer qu'à des jeux en difficiles pour un tirer le réel plaisir de la maîtrise et de la tension du gameplay ?

Oui je pense. Je ne dis pas que je joue tout le temps en dur, ou qu'il faut jouer tout le temps en dur, mais pour moi la satisfaction bien spécifique dont tu parles elle ne vient que quand le jeu exige beaucoup de toi, et donc en général dans les modes de difficulté supérieurs. Après j'entends bien qu'on ne joue pas aux jeux vidéo que pour la tension du gameplay, mais si on la cherche, oui je pense qu'il faut se mettre en difficile.

Le dernier God of War que j'ai fait c'était Ascension et j'y ai joué en difficile dès le départ, et c'était assez exigeant quand même. Le passage des épreuves d'Archimède c'était très dur. Après, quand je trouve le fond d'un jeu stupide, je ne me réjouis pas tant que ça de devoir "en méga-chier" pour avancer. En gros si le scénario est bidon et si le game design à maîtriser est vraiment abstrait, la difficulté va finir par me saouler. Honnêtement c'était un peu le cas dans ce dernier God of War. Le personnage de Kratos est un psychopathe absolument pas attachant et l'enjeu récurrent du scénario est juste de voir comment il va démembrer de façon horrible le prochain boss. Pas de suspense autre, pas d'enjeu psychologique... Passer beaucoup de temps dans cet univers est pesant pour moi à la longue, ce qui explique que les multiples essais demandés par le mode Difficile ne me soient pas si plaisants.

Par ailleurs, le contrôle du personnage ne traduit pas vraiment son humanité... On le dirige comme un petit pion sur un plan (caméra surplombant l'action bien souvent, le perso se déplace directement dans la direction imprimée sur le stick), aucune inertie, un double saut (what?), des roulades méga amples qui se bloquent automatiquement à chaque précipice, deux boutons carré triangle qui déchaînent des torrents de feu à l'écran sans qu'on fasse grand-chose... C'est un contrôle qui ne cherche pas à nous faire ressentir quelque limite que ce soit qu'aurait le corps du personnage. C'est un contrôle d'une machine aux traits d'homme très musclé.

A l'opposé dans Forbidden Siren on doit pousser le stick en avant pour faire marcher le personnage, et l'incliner délicatement vers les diagonales haut-gauche ou haut-droite pour le faire tourner en marchant. Si on court contre un mur, on se le prend dans la gueule et ça nous arrête quelques secondes, ce qui peut faire la différence dans une poursuite contre un Shibito. Enfin, les personnages même quand ils courent ne sont pas super rapides, et s’essoufflent au bout d'un moment. Voilà le genre de game design qui peut traduire je trouve une forme d'humanité chez le personnage. God of War à côté le contrôle est très creux et superficiel, même s'il est tout à fait fonctionnel pour le challenge proposé par le jeu, on est bien d'accord.

Le développeur doit laisser le choix en termes de niveau de difficulté ou il doit l'imposer (comme à la grande époque) ?

Bonne question... Personnellement ça ne me dérange pas du tout que le développeur impose une difficulté. Au contraire je me dis qu'il a vraiment pensé son jeu à fond comme ça et qu'il "porte ses couilles". Il assume son jeu comme il est.

Si le développeur choisit de proposer plusieurs difficultés, j'attends au moins que chacune soit bien décrite textuellement de manière à m'aider à choisir, car bien souvent c'est la loterie.

On parle de mode de difficulté mais le problème se pose aussi sur les différentes options qu'on peut activer ou désactiver... Là aussi c'est la grande loterie dans beaucoup de jeux, l'expérience peut changer presque du tout au tout je pense.

Ça me semble évident par exemple qu'un joueur qui s'est tapé tout MGSV sans mode réflexe, sans indicateurs quels qu'ils soient à l'écran et sans réticule aura une expérience radicalement différente de celui qui a laissé les options par défaut. Pour les options je suis absolument contre le fait que les devs laissent le choix aux joueurs. Pourquoi pas donner la possibilité d'activer / désactiver des trucs en bonus une fois le jeu terminé, mais la première partie non.

C'est comme d'aller à un restaurant de cuisine fine et qu'on te demande toi-même comment assembler les ingrédients, alors que si t'es venu là c'est bien pour goûter cette putain de recette à la façon du chef !

Une difficulté évolutive en fonction de l'adversité, des échecs, des phases de jeu ?

Non plus... Idéalement j'aimerais un challenge global qui nécessite du doigté à la manette, de la précision, de l'observation et une implication constante de la part du joueur. Mais pas un skill alien ou un apprentissage par l'erreur. J'aimerais presque qu'un bon joueur puisse terminer le jeu sans mourir du premier coup.

 

Je ne voudrais pas non plus que les situations se répètent et que le jeu devienne rengaine, avec un enchaînement d'arènes où on affronte des types. Trop de jeux font ça.

T'as connu l'époque de l'arcade ?

Un tout petit peu. Avec un ami quand j'étais au collège on a fait quelques parties de Time Crisis II, c'était chouette mais je n'étais pas très bon. Ça coûtait vite cher. Mais le flingue était précis, avec un mouvement de recul à chaque tir, et l'affichage était particulièrement fluide. Dommage qu'il y ait ce côté pompe à fric qui fait culpabiliser.

C'est quoi ton parcours vidéo ludique d'hier à aujourd'hui ?

J'ai eu la Playstation en CM2, la PS2 au collège, la PS3 en deuxième année d'études supérieures. J'ai acheté les consoles Xbox à leur fin de vie pour faire leurs exclues. Je me suis pris une GC d'occasion il y a quelques années mais je n'ai pas encore fini un jeu dessus, pareil pour la Wii. Je joue maintenant aussi sur PC avec Steam, GOG et quelques achats en boîte. Je compte acheter une PS4 quand elle sera en fin de vie, là j'accumule les jeux avec le PS Plus que je partage avec un ami.

Avec le même ami du collège en salle d'arcade, j'ai beaucoup joué aux jeux multijoueurs de la PS1, PS2 et N64. On s'est éclaté comme pas permis sur Perfect Dark, Quake 2, TimeSplitters 2, Crash Team Racing... J'ai même organisé deux ou trois LAN de PS2 chez moi pour jouer à 6 à TimeSplitters 2. Dead or Alive 2 tournait aussi bien, et y'a eu le Gundam Federation Vs Zeon qui était très fun en combat 1vs1.

En solo j'ai été marqué par les RPGs japonais : Final 8 surtout, puis mon premier gros RPG en Anglais, Star Ocean 3 que je n'ai pas trop aimé mais qui m'a donné beaucoup de vocabulaire en anglais en terminale. Y'a un rebondissement tellement énorme et tellement pompé sur Matrix dans ce jeu. Final 8 j'ai adoré ce monde futuriste paradisiaque et mélancolique. La chanson de Faye Wong, Eyes on Me, m'a marqué à vie.

Maintenant je touche à tout, sauf aux jeux trop abstraits ou sans histoire. Mais même malgré ça je touche quand même à la série Burnout, à They Bleed Pixels, à Dead or Alive 5, à Fight Night Champion... J'ai envie de jouer à tout ce qui me semble plus intéressant qu'un jeu abstrait débile de téléphone portable.

Dernièrement j'ai embrassé la chasse aux trophées. J'ai mes limites (les trophées multijoueur exagérés je laisse tomber direct, genre ceux de Mortal Kombat) mais j'en tente beaucoup quand même.

Comment finances tu ton centre d'intérêt, tu vends un ou deux reins à l'occasion pour boucler le budget du mois ?

Je néglige mon look : je dépense peu dans les vêtements. J'ai envie que ça change, mais de toute façon je ne dépense jamais beaucoup dans les jeux vidéo. J'achète les jeux d'occasion sur 360 à 5 euros l'un ou des jeux PSN dématérialisés en solde. Je soutiens uniquement les jeux Yakuza que j'achète neuf en boîte quand ils sortent. Par mois je mets maximum 50 euros dans les jeux vidéo, souvent moins, et ça dépend beaucoup de ce que je trouve chez Cash Converters.

Sur Steam et GOG, il suffit d'attendre les soldes pour attraper des jeux pour le prix d'une baguette. A notre époque il suffit vraiment d'attendre et ce loisir ne coûte vraiment pas cher...

Si je te demande de créer le jeu de tes rêves avec mapping des touches là maintenant ... Tu me rends quelle copie ?

Très bonne question mais très difficile aussi. Alors ce serait la suite du film Shuttle, un thriller horrifique des années 2010 avec la belle Peyton List. A la fin du film l'héroïne américaine est expédiée en Chine dans un container pour être vendue comme esclave sexuelle. Dans le jeu qui serait la suite, on suivrait un inspecteur de police qui enquête sur la disparition de la jeune femme, d'abord aux Etats-Unis, mais qui poussera ensuite le zèle jusqu'à partir à Hong Kong pour la retrouver. Il tombera amoureux de la femme avant ou après l'avoir retrouvé, peut-être avant d'ailleurs, juste avec les indices qu'il trouve et ce qu'il apprend d'elle durant son enquête. L'histoire aurait aussi un côté "seuls contre tous" vers la fin où le héros et l'héroïne ferait face à une organisation tentaculaire moralement dégueulasse. L'intrigue ménagerait des moments d'enquête, de fusillade et de poursuite à pied qui seraient tous jouables et l'objet d'un vrai challenge intéressant dans le jeu.

Le mapping des touches je n'arrive pas bien à me fixer dessus sans faire de tests. J'aimerais beaucoup adopter un contrôle au stick à la Forbidden Siren ou plus proche de nous Resident Evil 4, mais avec une caméra posée derrière le personnage et pas à son épaule. On tirerait sans doute avec carré, comme dans MGS. Deux boutons de tranche serviraient à plonger sur le côté. Pour les fusillades il y aurait un système de pourcentage affiché à l'écran, qui fait que tu n'es touché (et meurs) que quand le compteur est à 100%. Le compteur augmente quand tu es à découvert et que des ennemis te visent, il descend quand tu te déplaces à couvert. Sprinter sous le feu ennemi peut permettre de bloquer le compteur à 99.9, si tant est que tu t'éloignes des ennemis. Les affrontements seraient un peu "tactiques" et ne reposeraient pas sur le challenge de visée. Je pense que la visée serait automatique d'ailleurs. Je ne sais pas si les ennemis bougeraient ou si du fait de leur supériorité numérique et de puissance de feu ils pourraient se contenter de te canarder sans changer de position. Le personnage n'aurait sans doute qu'un pistolet la plupart du temps.

En course-poursuite, il y aurait des actions bien pratique du style virage à 90°, petit pas sur le côté, etc. Je pense que ces actions seraient d'ailleurs exécutables à n'importe quel moment.

Mais c'est Kayne&Lynch 3 ton jeu :o !

Ce serait bien différent de Kane & Lynch mais j'aime bien quand même la comparaison parce que je trouve des qualités à Dog Days, le deuxième épisode. Mais ce serait moins bourrin que ce jeu bien sûr, et j'espère avec de meilleures animations parce qu'elles sont souvent ridicules.

Taken pour le scénario, Max Payne 3 pour la physique et le contrôle du personnage, avec un reliquat de MGS ?

Taken ? Pas d'insulte stp, on reste poli. :D Non ce serait plus fin dans l'écriture que Taken et puis le héros ne serait pas un gros bourrin comme le personnage de Liam Neeson. J'aimerais un ton réaliste / noir, façon série nordique à la The Killing, avec un héros attachant.

Max Payne 3 j'avoue que je déteste la physique, comme dans tous les jeux Rockstar avec le moteur Euphoria. Ils sont à un point où le moteur physique prend trop de place dans le comportement du personnage, des fois il échappe à ton contrôle à cause du moteur physique, je trouve ça pourri. Je préfère l'école japonaise où le personnage t'obéit au doigt et à l'½il selon des règles précises, pas un truc aléatoire comme un moteur simulant les milliers de possibilités liées à la physique de Newton.

Dans le même ordre d'idée, quand un méchant se prend des balles je n'ai jamais été convaincu par des réactions dictées par un moteur physique. Rien ne vaut les animations prédéfinies spectaculaires d'un type repoussé en arrière qui se défenestre (je pense à Time Crisis 2 où il était jouissif visuellement de tirer plusieurs balles dans un même type).

S'il y a un reliquat de MGS dans le contrôle, ce serait de l'épisode 2 (mon préféré).

Etrange ce choix de carré pour tirer plutôt que l'une des gâchettes restantes, pourquoi ce choix ?

Pourquoi carré ? Parce que par rapport à une simple pression de l'index sur R1, touche sur lequel il repose naturellement, je préfère que le pouce aille chercher carré pour le maintenir d'abord, puis le relâcher pour tirer ensuite (comme dans les trois premiers MGS). Il me semble que cela donne plus de poids à l'action de presser sur la détente, ça nous implique plus physiquement, alors que presser R1 semble musculairement trop trivial pour une action aussi dramatique.

Donc dans ce cas-là il n'y aurait pas de gâchette pour braquer, braquer se ferait avec carré.

En termes de structure, couloir linéaire, semi-ouvert, monde ouvert ?

En terme de structure, ce ne serait pas un monde ouvert ça c'est sûr. Pas forcément des couloirs non. J'aimerais bien des environnements de la taille de ce qu'on trouve dans Demon's Souls, assez grands pour avoir l'impression d'explorer et devoir apprendre mentalement la zone. Il n'y aurait bien sûr aucun GPS de merde (le drame d'Assassin's Creed avec son architecture répétitive) et aucune carte.

Là tout de suite je pense à Headhunter, un thriller plus ou moins futuriste et urbain. De loin cela pourrait y ressembler (même si mon jeu ne serait pas futuriste).

T'es du genre à coller de la musique d'ambiance par-dessus les phases de gameplay ou à uniquement laisser les bruitages ?

Et oui je suis carrément du genre à mettre de la musique d'ambiance. J'en ai pas parlé mais cela me passionne comment de la musique à certains passages précis d'un jeu peut pénétrer ton cerveau et dessiner une ambiance, des sentiments... En gros je pense que c'est dans les moments où un jeu ne sollicite qu'une certaine partie de ton cerveau qu'il est opportun de passer de la musique. Exemple, dans Mirror's Edge lors du chapitre où tu dois monter tout en haut d'une grande salle verticale en t'aidant d'un échafaudage alambiqué. Bon, là tu vois clairement ton objectif. Tu n'as pas de chronomètre, tu as juste à trouver ton chemin en prenant ton temps, et en assurant posément les phases de plate-forme sur l'échafaudage.

Bon là typiquement c'est un bon spot pour une musique d'ambiance. Le challenge, sans être trivial, laisse une place à ton cerveau pour accueillir des sensations, sentiments. Place une musique qui traduit l'état d'esprit de l'héroïne et tu auras une superbe séquence pour planter ton personnage (qui si tu as bien fait ton travail cherche à monter tout en haut de la salle pour une bonne raison, en l'occurrence pour prévenir une possible tentative d'assassinat).

Je n'aime pas Red Dead Redemption, mais la musique quand tu arrives au Mexique et que tu es à cheval pour rejoindre une ville lointaine c'est aussi un bon exemple. La conduite du cheval est simple mais le trajet est assez long pour que tu restes concentré.

Très bon exemple aussi est la séquence de ZOE 2 où une jolie musique se lance quand tu dois protéger et porter le robot endommagé de la jolie fille jusqu'à la surface. Classique mission d'escorte, objectifs bien définis : t'as plus qu'à bien jouer ta partition, et pendant ce temps t'es dispo aux émotions.

Maintenant, on veut savoir la fin de ton jeu ? Ou tu nous réserves un gros cliffhanger pour nous obliger à acheter le 2 ?

La fin de mon jeu... Je ne ferais jamais de cliff je déteste cela. Puis si je dois faire un 2 je voudrais que vous l'achetiez parce que le 1 vous a apporté quelque chose.

C'est possible que le personnage principal meure, ou qu'au contraire il survive miraculeusement. Mais il prendra cher physiquement ça s'est sûr, comme Clint Eastwood dans L'épreuve de force.

Mais la fille sera sauvée bien sûr et les méchants mis à l'amende.

Y aura un cycle jour/nuit ou ça se passera forcément la nuit ou à des moments de la journée figées prédéterminés ?

Des moments de la journée figés. Très important pour maîtriser l'ambiance que je veux construire.

Pas trop fan perso’, je trouve le changement trop abrupte …

C'est sûr, mais disons qu'il faudrait que ce soit toujours cohérent. Par exemple je ne permettrais pas de revenir dans une zone qu'on a vue de nuit si dans la dernière traversée il fait jour... Pareil pour la météo. En fait ce qui me semble important c'est que le changement d'heure et de météo fasse partie de l'histoire et ne soit pas un système aléatoire.

Pas de Aim Controller, ni de PSMove dans ton jeu de tir ?

Ce ne serait pas un jeu de tir, mais non pas de contrôle de ce genre pour ce jeu-là.

« ce jeu-là », ça veut dire que t’as un autre projet en branle à côté !!?? Mais les gens qu’ont backé ton Kickstarter vont gueuler !!!

Haha ! On parle de tout ça mais je n'ai aucun projet de jeu en cours en fait, je te parle des idées que j'ai eues il y a quelques années mais que je n'ai jamais mises en pratique. Et donc dans cette optique oui je n'avais pas que cette "vision" de jeu. J'en avais un autre (pensé depuis le lycée) qui aurait été une saga très (très) épique à travers les époques, sur un groupe de quatre personnes qui soulèvent une immense armée pour renverser absolument tous les gouvernements de la terre instantanément, pour imposer leur ordre. Ça m'enthousiasmait de fou, mais genre un an après mon bac mon disque dur est mort et j'ai tout perdu de ce que j'avais écrit sur ce projet-là. J'étais complètement dégoûté. J'ai laissé tomber après ça.

 

Le game design de ce jeu aurait été un mix entre Socom (pour l'héroïne - donc du TPS réaliste sans système de couverture mais avec de belles animations) et un jeu de sabre (pour le héros).

 

Pas d'option VR non plus ? Quid de l'immersion ?

 

Oh non pas de VR ! Trop compliqué. L'immersion n'a pas attendu la VR !

Ouaip mais la VR n’a pas attendu l’immersion !

Et l'jambon n'a pas attendu le cochon ! Attends... Ah si en fait, là oui.

Mirror's Edge ? Arrête de me prendre par les sentiments. Je vois très bien la scène dont tu parles. Et je me cale encore l'OST du jeu de temps à autre !

Super ! Mon morceau préféré est Shard - Puzzle.

Impossible. Puisque mon morceau préféré est Shard-Puzzle. D’ailleurs je me mets souvent la BO depuis que je l’eu fini en Novembre 2016, juste excellente.

Un homme de gout donc J

On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a...

 

Adepte du Happy-End ?

 

J'adore vouloir que le héros s'en sorte. Pour moi l'essentiel est d'en avoir envie. Comment concrètement cela se termine, ça peut soit te rassurer (happy end), soit te traumatiser. Les deux sont intéressants. Mais le plus important est vraiment de partager les enjeux forts du protagoniste. Et que la fin, quelle qu'elle soit, soit cohérente, plausible et ne jure pas avec le développement.

Ah donc, le héros peut s’en sortir sans que ce soit un Happy-End. Genre tu vas faire mourir tous les personnages auquel le public s’attache !!??

Je pense que le héros peut s'en sortir effectivement sans pour autant qu'on ait une sensation de fin heureuse. Regarde les fins de saison de 24 heures chrono. Bon ok souvent un ami de Jack meurt. Mais j'veux dire, si par exemple les méchants gagnent et que les héros s'exilent sur une île déserte, ce n’est pas très heureux même s'ils s'en sortent. Je n’aime pas trop faire mourir les personnages. Quand j'étais petit dans le film "le sixième continent" le héros était le seul survivant de son groupe mais il est condamné à rester tout seul sur le sixième continent. C'est une belle fin douce-amère.

 

Combien de personnages principaux et secondaires pour une bonne histoire ?

 

Aucune idée ! Ce qu'il faut pour renouveler / alimenter suffisamment les enjeux tout en restant crédible j'imagine ?

 

Combien la durée de vie de ton jeu ?

 

15-20 heures me semble bien.

 

Y aura des DLCs ? Des micro-transactions ? Du loot ?

 

Des loot boxes payantes... Non je plaisante, rien de tout cela évidemment. Déjà que je ne voudrais même pas mettre de trophées !

 

Quel est ton budget, quelle équipe et combien de temps te donnes-tu pour le faire ?

 

1.5 fois celui de Hellblade, 1.5 fois la taille de son équipe et 1.5 fois son temps de développement (soit 3 ans).

Il sortira sur quelle plateforme ?

PS4 et PC.

Pour quelle(s) raison(s) ?

Je suis attaché à la marque Playstation et à la notion d'exclusivité console. Les exclus génèrent potentiellement plus d'attente que les multi-supports, puisqu'au-delà d'attendre un bon jeu on attend une bonne raison de se dire qu'on a fait le bon choix hardware (ou d'allégeance pour les fans).

 

Tu casses le 4ème mur dans ton jeu ?

 

Non pas du tout !

Par souci de réalisme, t’as pas aimé Deadpool ou quoi !!??

Je l'ai pas vu !

Tu t'offres une scène de fin post générique au bout de 20 minutes à la Kojima ?

Allez... Non !

Quel concepteur/réalisateur t'inspire dans le milieu ?

 

Swery ? Je ne suis pas un pro de son ½uvre mais j'aime bien les bêtises qu'il raconte en interview (il aurait vu un de ses jeux dans son marc de café) et son narcissisme léger avec le bar à son nom dans tous ses jeux (au moins depuis Extermination sur PS2)).

Il fait des choses originales qui passent pour mal foutues.

 

fin de la troisième partie

 2014-2018 Time Neves, C'est dans la poche Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

Personne n'a pensé à une appli qui permettrait de générer une intro sur un membre de la communauté ? Je sais pas si y a du fric à se faire, mais y a du manque d'inspiration à combler. Que dire sur l'invité qui s'apprête à s'étaler dans nos colonnes ? Peut-être qu'il est au jeuvidéo (et la doublette qu'il forme (formait) avec Blacklabel) ce que Naulleau/Zemmour étaient à l'époque. De grand dézingueur en série, des snipers comme on en fait plus. Allons-y, il lui reste encore un chargeur à vider ...



 

TRAME

 

 I                           Pierre                            4/7

 

 II                         Feuille                        11/7

 

 III                        Ciseau                      18/7

 

 IV                           Puit                        25/7

 

 
 

 II      Funambule

 

Pedrof s'intéresse-t-il à autre chose que le jeu vidéo ?

Je peux répondre en termes d'arts déjà. Je m'intéresse beaucoup au cinéma et aux séries télé, avec une préférence pour le fantastique et l'épouvante, même si concrètement je suis loin de ne regarder que des ½uvres de ce genre. Récemment j'ai regardé la saison 7 de Shameless US, j'ai bien ri, comme d'habitude avec cette série (mais c'était moins bien que la 6).

Niveau littérature je lis des choses variées aussi, en ce moment je suis sur les trois mousquetaires de Dumas et le cycle de Mars de Burroughs. Mon auteur préféré c'est sans doute la Japonaise Wataya Risa (appel du pied).

Je lis Télérama, JV le mag et l'écran fantastique, et suis abonné à arrêts sur image (j'aime bien regarder leurs émissions mais je ne les vois pas toutes).

J'aime la fiction en général, même (voire particulièrement) quand elle se nourrit de la vraie vie pour la description du réel (la psychologie des personnages par exemple).

Des exemples pour dissocier le fantastique de l'épouvante ?

Oui, le fantastique ne fait pas forcément peur. Murdered Soul Suspect est fantastique sans forcément aller vers l'épouvante.

Le fantastique, c'est le réel et l'irréel (ou inexpliqué) qui cohabitent ?

 

Punaise, je n’en sais rien... De la brume abusive et des humains déformés sanguinolents c'est fantastique non ? Game of Thrones je le qualifierais plus de fantasy, tandis que Prometheus j'appellerais ça de la SF. Sinon je partage pas mal ta définition : des gens qui partagent notre logique, notre monde, aux prises à des choses qui n'existent pas.

On a le droit de mélanger les 2 ?

Bien sûr ! Forbidden Siren mélange les deux, comme plein de survival-horror.

Ton top20 (pas forcément dans l'ordre) de tes films préférés pour jauger ta sensibilité ?

Top 20 ça fait beaucoup... Les proies, le sixième continent, alamo, running out of time, zoolander, la marque, kristy, rio bravo... Il n'y a pas tant de films que je vois qui mériteraient de figurer dans un top.

Si y a que des vieux fims dont ton top 8, c'est parce que t'es vieux jeu ou t'as simplement perdu l'adresse de ton cinéma ?

 

Le cinéma j'y vais plus parce que le son est trop fort, c'est cher et finalement je suis dans de moins bonnes conditions que chez moi dans le noir. Y'a pas que des vieux films dans ma liste : les proies, c'est récent. Mais y'a peu de films récents qui m'ont marqué autant que des vieux films que j'ai vu quand j'étais enfant. Les effets spéciaux numériques c'est vraiment tout pourri : le 20 000 milles lieux sous les mers avec Kirk Douglas, ça ne l'aurait pas fait en numérique, tout comme la créature reptilienne à la fin de Voyage au centre de la terre avec James Mason : ça faisait peur pour de bon.

Le dernier film récent que t'as apprécié ou vu ? Par récent, je veux donc dire postérieur à des Proies qui datent d'il y a 10 ans ^^ (au début, je pensais que tu parlais de celui de 1976)

Les huit salopards !

Salopard toi-même :D

Ton top10 (pas forcément dans l'ordre) de tes séries préférées pour jauger ta sensibilité ?

24 heures chrono, x-files, the walking dead, shameless, day break, epitafios, the killing (danois), stargate universe, les piliers de la terre, sons of arnarchy, spleeper cell.

TheWalkingDead, c'est à ranger dans quelle catégorie ?

 

C'est un peu du fantastique, mais pas trop. Post-apocalyptique ? Les zombies sont fascinants et le contexte aussi, mais les humains méchants créent une pression de ouf.

 

TWD la série ne t’a pas dirigé de facto vers les comics ?

 

Pas du tout. J'ai essayé un peu après avoir regardé la série mais je ne trouve pas aux comics la même force d'évocation. Ça pourrait très bien être parce que j'ai commencé par la série mais bon. Pas convaincu par les personnages des comics.

La mode des zombies dans le jeu vidéo, tu prends volontiers, ça t'agace ? Quel en est le meilleur représentant ?

Je prends volontiers... Le meilleur représentant, peut-être Resident Evil 2.

Pourquoi RE2 plus qu'un autre ?

Le 1 a vieilli graphiquement et on était encore seulement dans un manoir (étendu mais limité quand même à une propriété). Le 3 versait un peu dans la surenchère et mettait surtout l'accent sur le Némésis, qui défonçait tout sur son passage. Alors que dans le 2, on était dans le pur cauchemar de l'apocalypse zombie : une ville la nuit, du feu et des accidents par tout, des mort-vivants qui surgissent d'une carcasse de voiture enflammée et la réalisation assurait autant dans le jeu que dans les cinématiques... Après les autres RE ne sont plus trop des jeux de zombie.

Perso, je ne suis pas trop mars, je préfère le cycle twix, voire kit-kat patte de velours à la limite.

Je ne fais pas exprès de citer un livre que tu ne connais pas ^^ Burroughs c'est l'auteur des nouvelles qui ont inspiré le film "le sixième continent" qui m'a transporté quand j'étais enfant, alors voilà.

Donc le type a écrit Tarzan mais tu choisis quand même Mars ^^

 

Ouais Tarzan ça m'attire moins ! Ok il se balance de liane en liane et ensuite ?

Et ensuite il la fume ^^

Ah la la ^^

Ca raconte quoi Mars ?

 

C'est un soldat sudiste de la guerre de sécession qui fuit des indiens dans une caverne, s'endort et se réveille sur Mars tout nu. Il découvre plusieurs civilisations, des dominants et des dominés, des guerriers et des pacifistes, et tombe amoureux d'une princesse prisonnière du peuple guerrier. J'en suis qu'au début.

Tu m'as dit comment t'en es arrivé à tomber sur du Mars et Burroughs ?

Je sais plus, c'est parce que je kiffe son cycle de Kaspak (vu les adaptations ciné et adoré quand j'étais petit) et que lors de ma recherche d'éditions de ses ½uvres je suis tombé uniquement sur le cycle de Mars, réédité il y a peu par Omnibus.

Qu'est-ce que t'as contre les images au juste ? Tu ne lis pas de BDs ?

Pas beaucoup... Mais j'ai lu tous les Blake et Mortimer d'EP Jacobs, les Tintin et j'aime beaucoup Spirou (périodes Fournier et Tome & Janry). Ah, et je suis un grand (grand) fan de Picsou et Donald : je me fais la collection des intégrales Barks et Rosa qui sortent chez l'éditeur américain Fantagraphics.

Blake et Mortimer, je me suis arrêté à la malédiction des deniers, vraiment pas terrible. Mais l'étrange rendez-vous était chouette !

Comment en arriver à découvrir du Wataya ?

Tu connais ? Grâce à Decitre. Je passais devant au centre commercial et ils avaient mis "appel du pied" en coup de c½ur. Le titre m'a intrigué, le fait que c'était japonais aussi, je voulais voir de quoi il retournait. Je l'ai acheté et adoré, c'est l'écriture la plus "parlante" et immersive que j'ai lu de toute ma vie.

Bien sûr que je ne connais pas. Nan par contre précoce la gamine. Donc tu l'as lu en japonais j'imagine, çaraconte quoi ?

 

Non j'ai lu en Français. J'aimerais pouvoir lire le Japonais pour pouvoir comprendre les jeux Yakuza qui ne sont pas sortis en Europe.

 

Appel du pied c'est du point de vue d'une lycéenne alors que sa vie est en train de changer : la copine du collège la laisse tomber pour des filles plus "populaires", elle ne trouve pas sa place en TP de chimie et s'entiche d'un exclu comme elle, obsédé par une chanteuse de J-pop... Le ton n'est pas du tout larmoyant, la fille est très caustique dans son "malheur". Elle arrive à nous faire sentir dans ses pompes, dans les lieux dans lesquels elle évolue, nous faire partager son ressenti, à la fois en rejet des choses, dur, et besoin d'affection sans se l'avouer. C'est une expérience de littérature passionnante.

 

Mais c'est que tu me le vendrais presque ton Appel du pied ^^

Super. C'est un livre accessible, court et ça ne peut pas laisser indifférent je pense.

Du coup, t'as embrayé direct sur Life is Strange ?

Non, mais le jeu m'intéresse. Il est sur le PS Plus en juin normalement ; je vais le choper puis j'y jouerai quand j'aurai une PS4.

Ça t’arrive souvent de partir vers l'inconnu ? Comment découvres-tu/te laisses tu séduire par de nouvelles choses culturellement parlant ?

 

Avec le synopsis, la critique de quelqu'un, de Télérama, en essayant moi-même via une démo ou un livre posée sur une étagère. Ça peut être aussi le titre ou la couverture qui me font envie, le nom du développeur ou du réalisateur, la réputation qui précède le jeu ou le film...

Télérama, JVlemag, je vois. Ecran fantastique, je ne vois pas. Ca propose quoi ?

L'actualité des films de genre tendance fantastique et horreur, avec une approche qui se veut assez exhaustive (sauf au niveau des dossiers qui tournent malheureusement souvent autour de Marvel et Star Wars...).

Et JV le mag c'est en fait "JV sortons le grand jeu", pas jeux vidéo magazine.

La presse papier est essentielle à ton équilibre ou tu prends aussi du bifidus actif pour compenser la défection de cette "industrie" ?

La défection de cette "industrie", c'est-à-dire le fait que j'en sois parti ? Ben je prends du Bifidus actif mais surtout parce que les Activia c'est très bon ^^. Et je pense oui que la presse papier fait partie de mon quotidien, j'aime beaucoup recevoir un magazine régulièrement et pouvoir lire des articles qui collent à l'actualité. Je ne regarde pas la télé, sauf pour les films, séries et parfois documentaires / émissions.

Tu reçois le journal du gamin à bicyclette ^^ ? J'espère que la pelouse est au ras ^^ Décidément les rats ... °_°  Nan par défection, je voulais plutôt dire que la presse papier, ce n'est plus comme à la grande époque, je me Trump ?

JV a plusieurs défauts : les rédacteurs malmènent la langue française avec des "du coup" à répétition, ils font des textes trop courts et manquent parfois énormément d'esprit critique. Et pourtant c'est le magazine le plus potable à l'heure actuelle, sans doute avec Canard PC, et ils ont l'immense mérite d'oser parler des jeux à contretemps, comme revenir sur Tomb Raider La révélation finale ou Silent Hill 4 The room sur 3 ou 4 pages... Qui d'autre se permet une idée aussi géniale (mais finalement juste pleine de bon sens) ?

 

Ils sont variés dans les jeux qu'ils abordent, interrogent des créateurs... C'est un bon magazine de JV quand même, en tout cas y'a pas mieux pour l'instant. Joypad avait ceci d'être la fois rigoureux, exhaustif et de vendre du rêve, je pense sincèrement. Maintenant tout le monde est revenu de cet optimisme béat je crois, avec tous les problèmes de société qui nous ont frappé depuis cet époque.

Les problèmes de société, ils existaient déjà à l'époque non ? Ou c'était une époque bénie des Dieux ?

Pas autant de problèmes... Relire Joypad aujourd'hui c'est se plonger dans une autre époque. Aujourd'hui on vit à l'heure des attentats, des perturbateurs endocriniens, des crises financières, des diverses menaces internes et externes au pays. C'est plus les années 90 et débuts 2000 où les Français vivaient tranquilles dans leur bulle. Aujourd'hui si un mag' se remettait à être léger comme le Joypad d'antan, on jurerait qu'ils se voilent la face, parce qu'on n'est plus dans cette mentalité. On est un peu plus grave.

Qui est plus fort ? Pedrof ou Blacklabel ?

BlackLabel a un point de vue unique sur les jeux vidéo et les films, il s'exprime régulièrement, Gameblog a de la chance de l'avoir. Moi je suis très content à chaque fois que je peux le lire et échanger avec lui.

T'as pas répondu à la question ^^

 

Qu'est ce Blacklabel a et toi n'a pas et vice versa ?

 

Je ne veux pas l'impliquer dans la conversation d'une manière ou d'une autre s'il n'en a pas envie, donc je préfère ne pas répondre.

Raconte nous la genèse des Enfants Terribles Pedrof et Blacklabel ? Qui est le clone de qui ?

A un moment donné on a dû mutuellement apprécier les écrits de l'autre, leur trouver de l'intérêt. Aucun n'est le clone de l'autre, il a son ressenti et j'ai le mien, nous n'aimons pas les mêmes choses. Il n'a pas apprécié Quantum Theory alors que j'ai beaucoup aimé ^^

Même si vous avez vos propres personnalités et sensibilités, considères-tu que vous êtes du même moule ? Que vous avez la même vision du/des médium/média jeu vidéo ?

 

Du même moule ? Et bien je pense qu'on a tous les deux joué à pas mal de jeux sur PS1 et PS2, mais lui a commencé avant moi avec de plus vieux jeux. Mais il a dû pas mal explorer la génération PS2, assez pour pouvoir comparer avec la PS3 et constater ce qu'on a perdu (et gagné).

 

On n'a pas la même vision du jeu vidéo, je ne pense pas (d'ailleurs est-ce possible ?), mais elles coïncident souvent par rapport à nos attentes, ce qui fait qu'on est agacé par des choses en commun, qu'on regrette l'absence d'autres choses en commun également. On n'est pas seuls dans l'agacement par rapport à des clichés du jeu vidéo, en ce sens nos visions respectives ont plus en commun qu'avec celles des journalistes ou du grand public fan de Kalloff.

 

Pourquoi ne pas voir le bon côté, et se dire que même si c'est la même soupe, les locomotives permettent à l'industrie d'être toujours aussi forte si ce n'est plus encore que par le passé ?

Tu parles de Call of Duty je suppose. Je ne sais pas si Call of Duty fait avancer l'industrie du jeu, ni même si la quantité de pognon à se faire par Activision et une poignée d'autres fait avancer quoi que ce soit. Ce qui est important pour moi c'est que tous les jeux puissent sortir et être accessibles aux joueurs, de tous budgets et horizons, et aussi qu'on reste critique face à tous les jeux, même les locomotives.

Puis en soi, ce sont de bons jeux qui répondent aux envies/besoin du client (on a là la définiton de la Qualité), sinon, ils ne se vendraient pas, non ?

Pour continuer sur Call of Duty, je pense que le 4 a eu du succès pour diverses raisons et qu'ensuite s'est mis en marche un cercle vertueux pour la série. Les gens connaissent le multijoueur, ils achèteront le suivant pour jouer avec leurs potes. Le multijoueur de COD pourtant je ne le trouve pas très bon ; il jouit du 60 fps, de l'addiction que provoque la quantité de rangs et d'objets à débloquer, de l'aspect complet et plein de fonctions de son mode en ligne. Associé à un bon marketing, des bonnes critiques et une sortie à l'abri de tout autre jeu qui pouvait lui faire de l'ombre, MW1 a connu le succès. Ensuite les joueurs console ont adopté COD et l'ont acheté tous les ans.

Mais perso j'ai eu beau essayé plusieurs COD en multi sur PS3, je n'ai accroché à aucun, et l'ai trouvé inférieur en terme d'intérêt pur des parties à Duke Nukem Forever, Killzone 3, Medal of Honor... Même Call of Juarez Bound in Blood je le trouvais plus marrant. Donc non je ne pense pas que le succès de COD soit proportionnel à sa qualité en tant que shooter multi.

Bon je dis ça mais en jouant à Demon's Souls, j'ai encore moins d'indulgence pour le système de combat d'Assassin's Creed que j'en avais jusque lors (déjà que j'en avais aucune ^^)

Certes, mais pour jouer en ce moment à Assassin's Creed 2, je profite bien de la reconstitution des villes d'Italie et de l'ambiance qui s'en dégage. Il y a eu un travail énorme de fait sur ce jeu et ça se voit, ça mérite le titre de "blockbuster". C'est le jeu qui ne peut être développé que par des équipes de plus de cent personnes... Après les combats sont bofs, le jeu est bof, l'histoire est bof etc. Mais bon je me sens quand même en Italie à l'époque de la Renaissance.

T'es en hibernation ou tu publies ces derniers temps ?

Je continue de publier, récemment j'ai écrit une critique de Trine. Je participe moins à la communauté maintenant car il n'y a plus vraiment de débats intéressants sur des blogs ou des critiques, mais je continue d'écrire sur mon ordi et de publier sur GB des critiques sur les jeux que je termine.

Pourquoi ne pas le créer le débat ?

 

Parce que ni le temps, ni l'énergie. J'arrive à continuer à écrire des critiques, pour l'instant cela me suffit...

Tu quittes ta moitié, tu vends tes gosses, tu fous un poing dans la face de ton patron (je sais que t'en rêves), t'insultes ta belle-mère à la prochaine grande réunion de famille et t'en auras du temps pour le créer le débat.

De rien.

Merci qui ? Merci bibi.

J'aime ma femme et je le trouve cool mon patron ^^

Tu prends vraiment du plaisir à te faire peur ?

 

Je prends plaisir à être sous pression dans un jeu ou un film. A avoir peur, littéralement, non. Quand j'ai peur c'est désagréable, donc je n'aime pas trop. Mais plonger dans une histoire angoissante, inquiétante, terrifiante pour le protagoniste... Quel délice ! ^^

 

A l'époque, Paranormal Activity 1 au ciné m'a foutu une frousse qui m'a bien accompagné pendant trois semaines au moment où je me couchais seul dans mon appartement.

Sadomasochiste.

Je ne vois pas d'autres explications rationnelles ;)

L'après PA1 je n'ai pas apprécié. Mais le genre de l'épouvante / horreur ne me fait pas peur, c'est que du plaisir.

Si on aime le genre fantastique/épouvante, on aime aussi les parcs d'attraction (pour les sensations extrêmes, je ne réfère pas juste au train phantom) ou rien à voir ?

 

Rien à voir ! Les parcs d'attraction c'est plein de gens serrés qui hurlent en plein cagnard ; au secours !

C'est ptet parce que t'y vas l'hiver aussi ^^

Je n'y vais pas tout court.

Quelles sont les meilleurs supports d'expressions pour l'horreur (livre, bd, jeu, film, photo, peinture, objet, incantation, procession, soutane blanche à chapeau pointu, etc.) ?

 

Je n'ai pas assez lu de livres pour te répondre. Mais les films peuvent être sacrément efficaces.

Top5 des meilleurs films d'horreurs please.

Les proies

Motel

Kristy

Rec 3

Terreur dans le Shangaï Express

La compétition en ligne, ça te branche dans le jeu vidéo ? C'est du sport donc ?

J'aime me mesurer aux autres joueurs en ligne, oui. Mais je ne dirais pas que c'est du sport, car pas d'effort physique (encore que).

Les échecs, c'est du sport, l'effort mental de réflexion, de décision, de stratégie, non ?

Pourquoi pas, mais je ne partage pas cette définition. On perd la notion de mouvement du corps et de dépassement physique. Il faut assumer, reconnaître et considérer que quand on joue on est immobile et assis.

Tu t'y attendais mais je suis obligé de te citer le motion gaming avec ou sans réalité virtuelle ... C'est du sport alors ?

Le motion gaming, non ce n'est pas un sport. Ça reste du jeu électronique devant un écran, situé à quelques mètres ou collé aux yeux, avec de l'exercice physique plus ou moins mal foutu. Et je dis ça mais je ne suis pas contre les tentatives. J'aime beaucoup les jeux de flingue. Resident Evil Dead Aim le peu que j'y ai joué il défonce tout.

La dance, c'est un sport ?

Oui la danse c'est un sport.

Fifa, c'est du sport oui ou non sacrebleu !!??

Fifa c'est un jeu vidéo de sport, une simulation.

Qu'est-ce que t'inspire le Resident Evil 7 et le concourt de la VR pour les jeux d'horreur ?

Devoir mettre un casque pour jouer ne m'attire pas, mais me démotive d'avance. Après si on peut pratiquer cela assis pourquoi pas, mais je trouve que c'est une innovation technologique osef. Comme la 3D au cinéma. Ça ne va rien révolutionner, et il est probable qu'après un temps les jeux dédiés au VR cessent d'exister, tout comme les jeux PS Move avant eux. C'est franchement regrettable pour les acheteurs.

Resident Evil 7 j'en suis curieux, comme de tout survival-horror, japonais de surcroit.

Ca me surprend, être plongé/immergé comme jamais dans un survival horror comme RE7 au moyen du casque ne pique même pas ta curiosité ? Tu ne crois pas à l'efficacité de la technologie ou c'est l'idée de renfermement que le composant intègre qui prend le dessus et te rebute ?

Je ne crois pas à l'efficacité de la technologie, c'est exactement ça. Je ne pense pas que se mettre un casque aussi imposant deviendra jamais une expérience de jeu agréable, que ce sera bon pour les yeux et le cerveau. Je pense que ce doit être pénible pour un résultat au mieux rigolo, dans tous les cas une expérience qui ne supplantera pas la bonne vieille télé. Après, si je lis de vrais bons retours sur le long terme, je finirai par m'acheter le PSVR quand il sera à 50 euros pour m'essayer à la dizaine de titres qui auront été développés exprès pour l'accessoire. Exactement comme le Move et avant lui le pistolet G-Con.

Je ne souhaite pas et ne pense pas que la VR remplacera les écrans télé. Toute évolution technologique n'est pas bonne, il faut s'avoir s'arrêter.

J'ai le droit de sortir des expressions toutes faites comme "on n’arrête pas le progrès" ou "l'avenir est en marche".

Oui ben j'espère qu'on arrivera à l'arrêter le progrès, parce que science sans conscience n'est que ruine de l'âme !!

En quoi cette évolution te gêne au point que tu lui ne souhaites pas réussite ?

La VR, j'ai envie qu'elle se plante pour des raisons très simples : je doute qu'un appareil électronique si près de la tête soit sans danger, et je doute que l'écran si près des yeux ce soit bon et pour les yeux, et pour le cerveau. Par principe de précaution et parce que de toute façon il reste une infinité de jeux à créer sur des télés traditionnelles, on peut s'en passer donc je dis non.

Adepte du principe de précaution alors ?

Est-ce que cela signifie que tu ne participes à aucun élément susceptible de nuire à ta santé ?

Oui je suis adepte du principe de précaution, totalement. Et de manière générale j'évite de participer à des événements devant fatalement déboucher sur une dégradation du corps. Après tout est une affaire de trouver l'équilibre entre son épanouissement et le respect de sa santé.

Naturel optimiste pour le futur du JV, qu'ils s'agissent de tes genres préférés ou de la tournure de l'industrie ?

Je ne joue pas sur PS4 ou sur PC puissant donc je ne sais pas comment sont les nouveaux jeux, même si je lis toujours les critiques. J'aime bien le fait qu'il sorte plein de jeux indés sur PS4 mais je regrette la disparition des jeux 3D ambitieux et au budget encore raisonnable qu'on avait sur PS2. Depuis la PS3 on a d'un côté les gros jeux trop chers aseptisés et de l'autre les petits jeux en 2D. Cela n'a toujours pas changé avec cette génération et je le regrette.

A côté de ça la presse doit vraiment développer son esprit critique, parce que quand je lis encore dans le hors-série JV le mag de ce mois-ci que TLOU est le jeu vidéo le mieux écrit du monde, j'hallulu.

Mais du coup, ton top5 des jeux les mieux écrits All-Time ?

Pas facile, je vais essayer de faire un top 5 des meilleures expériences narratives en JV :

- Forbidden Siren

- Metal Gear Solid 2

- Final Fantasy VIII

- la série Yakuza

- Socom US Navy Seals (mode multijoueur en ligne)

fin de la deuxième partie

 2014-2018 Time Neves, C'est dans la poche Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

Personne n'a pensé à une appli qui permettrait de générer une intro sur un membre de la communauté ? Je sais pas si y a du fric à se faire, mais y a du manque d'inspiration à combler. Que dire sur l'invité qui s'apprête à s'étaler dans nos colonnes ? Peut-être qu'il est au jeuvidéo (et la doublette qu'il forme (formait) avec Blacklabel) ce que Naulleau/Zemmour étaient à l'époque. De grand dézingueur en série, des snipers comme on en fait plus. Allons-y, il lui reste encore un chargeur à vider ...



 

TRAME

 

 I                           Pierre                            4/7

 

 II                         Feuille                        11/7

 

 III                        Ciseau                      18/7

 

 IV                           Puit                        25/7

 

 
 

 I      Pedro

 

Pourquoi Pedrof ?

Ça date du lycée où j'ai découvert internet, les pseudos et le merveilleux jeu multijoueur en ligne SOCOM sur Playstation 2 (le meilleur shooter online auquel j'ai pu jouer à mon sens, au-dessus de tous les épisodes suivants). Mon prénom en Espagnol est Pedro, j'ai voulu un nom qui fasse vieux soldat russe viril avec barbe blanche, j'ai pensé à Pedrov, et comme je voulais être original j'ai remplacé le v par un f. Puis j'ai ajouté "sergent" pour faire "Sergent Pedrof", qui était un de mes pseudos sur internet. Je fantasmais ce personnage de guerrier solitaire avec un fusil de sniper et un Desert Eagle, parce que j'adorais gagner avec ce duo d'armes dans SOCOM, c'était comme gagner avec un handicap, car les deux armes étaient très puissantes mais seulement dans les mains d'un expert.

Avec le temps j'ai supprimé "sergent" pour garder "Pedrof". Ce n'est pas un nom gracieux ou particulièrement joli, assez rêche.

Donc en fait c'est Call of Duty "Tchernobyl" 4 ton histoire ^^ ?

Call of quoi ? ^^

Tout le monde t'appelle par Pedrof sous ces latitudes où à l'instar de Liehd/Gollum ou Blacklaboule/Blackmaboule, tu as des sobriquets alternatifs ?

Non, je n'aime pas les sobriquets.

Y a t'il une version Ying et une version Yang du Pedrof ou t'as pas droit ?

Le yin et le yang, je ne connais pas trop, pourrais-tu m'en dire plus ?

Yin et Yang, une version obscure et version lumineuse de Pedrof. Comme Spiderman et Black Spiderman. Ou encore Dr Jekyll et Mister Hyde. Voire même osons, comme Double Face.

Non pas de version dark ou light de moi-même, je trouverais d'ailleurs vachement prétentieuse et narcissique une phrase pareille.

Le Pedrof est-il toujours égal à la lui-même ou peut se transformer/métamorphoser en fonction de la situation, de la discussion, du sujet ?

Je suis égal à moi-même, mais il faut bien sûr me connaître pour être de cet avis. Quand les gens ont des préjugés sur toi et te découvrent dans une posture qui ne rentre pas dans la case dans laquelle ils t'ont mis, ils peuvent parler de diverses facettes, etc. Moi je pars juste du principe que nous sommes complexes et impossibles à résumer.

Allez, il doit bien t'arriver de parler de toi à la 3ème personne de temps à autres, non ?

Le Pedrof est de nature modeste en fait ?

Non je ne parle jamais de moi à la troisième personne, et oui je pense qu'on peut dire que je suis modeste (moi je ne peux pas le dire puisque dire que je suis modeste serait justement ne pas faire preuve de modestie étant donné que la modestie est une qualité...)

C'est qui le mec sur ton avatar ?

Un type sur une photo que j'ai récupéré d'une banque d'images libres de droits. Je ne saurais plus dire l'adresse précise. Enfin, ma compagne dit que je lui ressemble.

En tout cas, en plus du ton de tes écrits, ça participe à donner une image sympa de toi 

#jecirelespompesdemesinvitésqueledimanchealorsprofites-en

Je ne sais pas quoi dire, ça me fait plaisir. Je pense qu'à un moment donné j'ai volontairement fait de la provocation (ça peut être antérieur à GB - je me couvre !) mais maintenant être un peu apprécié m'irait bien.

Tu veux dire qu'avant, tu faisais ton blacklabel ? Ou ton ladanette ?

Non, juste qu'à un moment donné je cherchais vraiment à faire adopter mes positions aux autres, surtout quand j'étais au lycée. Maintenant je peux avoir des positions que peu de gens tiennent (et j'en tire un certain plaisir) mais c'est toujours sincère.

Pourquoi bloguer ?

A partir du moment où j'ai eu internet (le lycée donc 2004), je me suis beaucoup servi des critiques de divers médias pour m'exprimer, faire valoir mes idées, mes positions, mes avis. J'ai souvent eu des difficultés à trouver "la place" pour parler dans les groupes "dans la vraie vie". L'écriture m'a toujours permis de pouvoir me poser, prendre tout le temps dont j'ai besoin pour exprimer ce qui me tient à c½ur.

Aujourd'hui et depuis plusieurs années je n'écris plus que sur les jeux vidéo et je ne blogue pas vraiment, j'écris des textes sur les jeux vidéo qui se rapprochent le plus souvent de critiques (j'ose pas tout à fait dire critique parce que je ne sais pas si c'est digne de cette appellation) et plus rarement d'articles. Je n'ai jamais vraiment écrit des "billets d'humeur" à la façon d'un blogueur, d'ailleurs mon blog m'a surtout servi à écrire des critiques sur des jeux qui n'étaient pas dans la base de données ou bien des "pré-critiques", quand un jeu me faisait réagir sur un point précis sans que je l'aie terminé.

J'écris aussi pour donner un sens au jeu, parce que dans mon esprit jouer "aux jeux vidéo" pour jouer n'est pas valorisant (voire respectable). J'aimerais bien ne pas avoir ces notions dans la tête mais elles y sont, et viennent probablement de mon éducation.

J'écris également pour garder une trace de mes expériences et essayer de construire un propos critique, créatif et cohérent sur les jeux vidéo, et surtout sur la narration.

Enfin, j'écris pour avoir le plaisir de partager avec d'autres sur les expériences de jeu vidéo. Dans la vraie vie il n'y a personne à qui je peux parler de jeu vidéo, personne que ça intéresse (à part ma mère). Sur Gameblog j'ai pris beaucoup de plaisir à lire des critiques, y réagir, être lu, être commenté, réagir aux commentaires. Nous avons eu des débats passionnants sur ce site, et ce sont les écrits que tout le monde produit qui permettent à de tels débats d'émerger.

Personnellement ce partage écrit autour du jeu vidéo, sur GB particulièrement, fait (ou a fait) partie de mon équilibre. J'ai beaucoup de plaisir à écrire une critique, la poster et lire les commentaires. Comme je ne rate jamais une nouvelle critique de BlackLabel. Mais GB est devenu aride, plus personne n'écrit ou ne commente. Trop de gens qui produisaient des choses intéressantes (que je n'aimais pas forcément) sont partis et ils ont laissé un grand vide qui n'a pas été comblé. La version actuelle de GB (avec les gros textes et la couleur orange) a enterré la communauté, qui était déjà mourante du fait de la défection de plein de membres à cause de la ligne éditoriale du site.

Écrire, seulement sur le jeu vidéo ?

Ça a toujours été un besoin d'écrire ou tu peux t'en passer ? (je pose la question parce que j'écris des "tests/critiques/billets" (appelles-ça comme tu veux) sur des jeux depuis 2015 et perso, je pourrais m'en passer même si je trouve l'exercice intéressant, je ne réfléchis pas sur la structure/conception d'un jeu au moment où j'y joue par contre une fois fini, cela permet d'avoir un autre regard plus froid sur la plupart du temps merveilleuse aventure à laquelle j'ai pris part.

Tu te dois d'écrire sur 100% des jeux que tu finis ou il y a une sélection comme à Cannes ?

Seulement sur le jeu vidéo en ce moment. Je ne me sens pas assez pointu pour écrire sur le cinéma, les séries, les livres et la musique et je consomme trop de tout cela pour pouvoir être exhaustif.

Car oui je me mets pour objectif d'écrire sur 100% des jeux qui passent par mon créneau "en cours". Créneau qui en prend trois max et dont les jeux ne sortent que par le biais de la rédaction d'une critique. Je m'autorise à ne pas terminer un jeu qui me gonfle mais à vrai dire maintenant je prends mon temps et ça ne m'arrive plus d'abandonner un jeu en cours de route. Donc on pourrait presque ajouter que je finis tous les jeux que je commence.

J'ai déjà écrit de la fiction, et il y a quelques années je participais à un super chouette atelier d'écriture où on travaillait la narration, comment mettre le lecteur au plus proche du personnage.

Je ne serais pas loin de dire qu'effectivement c'est un besoin pour moi d'écrire, ça "participe à mon équilibre". Ecrire et réfléchir sur les jeux vidéo c'est un projet, un enjeu, une création au jour le jour, un plaisir. Cela nourrit ma vie. Et ça ne serait pas du tout la même chose si je n'avais personne pour me lire. Même quand j'écris sur Libre Office sans publier tout de suite, je pense quand même que c'est fait pour être lu, même si pas tout de suite. Que j'y parvienne ou non, j'écris avec le souci d'être intelligible pour les autres.

Quand je joue, pas sûr que je réfléchisse, mais entre chaque session oui. Le matin quand je vais au travail je peux penser à la partie de la veille et chercher à m'expliquer ce qui m'a plu et déplu et pourquoi. Dans une critique ensuite, plus que dire j'aime et j'aime pas il s'agit de décrire le plus précisément ce qui nous a fait cet effet, de façon je crois à ce que les autres puissent se faire leur idée.

Et tu dois le savoir mais l'aventure à laquelle j'ai pris part est assez rarement merveilleuse même si j'adore jouer en soit : prendre la manette et me mettre dans une situation de conflit. Rien de comparable.

"prendre la manette et me mettre dans une situation de conflit" => c'est à dire ? Tu t'es déjà battu avec un jeu ?

C'est-à-dire se mettre dans la peau d'un personnage qui, au sens extrêmement large, se confronte à des difficultés, qu'elles soient intellectuelles, physiques, psychologiques. C'est a priori le propre du jeu vidéo, de Crash Bandicoot qui doit traverser des niveaux infestés d'ennemis pour sauver Tawna jusqu'aux héros de Forbidden Siren qui luttent pour leur survie, en passant par Super Meat Boy.

C'est s'amuser à se battre, à se débattre, à relever des défis, dans un environnement qui est sûr, dans lequel on ne risque rien et dans lequel il n'y a pas de conséquences. C'est aussi un environnement d'expression (beaucoup) et de créativité, de recherche. On laisse libre cours à ses envies dans un niveau, on déploie son talent, on fait ce qu'on veut dans le cadre imposé.

Quelque part c'est sans doute une manière douce de se préparer à affronter toutes les difficultés de la vie (ou de prendre sa revanche). Et cela fait toujours du bien d'y revenir, c'est rassurant.

Deux choses : c'est qui le plus difficile ? La vie ou le jeu vidéo ?

La vie bien sûr.

Et as-tu déjà élaboré des stratagèmes plus ou moins abracadabrabrantesque pour te sortir d'un mauvais pas (en jeu mais pourquoi pas IRL après tout) ?

Oui, en jeu vidéo (pour le boss de fin de Amy en mode difficile j'ai cartographié le niveau sur une feuille et planifié mon trajet). IRL je suis plus timoré, même si quand la situation le demande je mets tout en ½uvre pour mettre les chances de mon côté.

Trois choses en fait ^^, tu passes tes nerfs sur un jeu pour te défouler de frustrations IRL de temps à autres ?

Pas tant que ça. Par contre les jeux en ligne, quand je gagne ça agit comme un booster d'ego. Mais ce n’est pas souvent que j'y joue, le dernier c'était Duke Nukem Forever (même des années après sa sortie, sur PS3 il reste des gens). Taper sur des IA je ne peux pas dire que ça me défoule... Ce qui fait du bien quand on est frustré c'est d'en parler.

Pourquoi ce besoin sur Amy plutôt qu'un autre jeu ? Tu peux spoiler, y a prescription ...

D'accord ! Le dernier niveau est infernal, particulièrement en mode difficile. On est dans une espèce de niveau à l'architecture labyrinthique, on meurt à petit feu et un gros balèze nous pourchasse à mort ! Il faut tout en fuyant le boss ramasser toutes les seringues présentes dans le décor pour ralentir le plus possible notre "infection" et ne pas se retrouver coincé dans une impasse. Il faut gérer la distance avec le boss et l'amener à certains endroits pour pouvoir lui péter une dent. Au bout de x dents pétées, il meurt. La valeur de x est fonction du niveau de difficulté, donc en mode difficile il n'y a aucune place pour l'improvisation : c'est le parcours parfait, ou la mort, en sachant que le lieu est grand mais pas du tout en ligne droite, c'est-à-dire qu'on doit forcément tourner en rond...

Un bon gros challenge qui n'a pas de sens d'un point de vue narratif (l'héroïne n'a pas le luxe des multi-vies pour apprendre de ses erreurs), mais extrêmement stimulant pour nous joueurs.

La vie plus dure, c'est parce qu'on a qu'une vie dans la vie et ni plusieurs c½urs, ni une jauge qui remonte toute seule ?

Ou ça va plus loin que ça ?

Ça va plus loin que ça, même si le simple fait d'avoir une seule vie implique que la "gestion" de notre unique vie est un enjeu bien plus important : on ne se rattrape pas en rechargeant la partie si on blesse ceux qu'on aime, si on se handicape à vie, si on perd un an d'étude, si on est viré de son boulot... Alors que le jeu vidéo on peut l'aborder légèrement en s'amusant à rouler comme un fou ou se suicider même.

C'est un sentiment personnel ou c'est une vérité générale ?

C'est un sentiment personnel. D'autres sont peut-être plus téméraires et plus aventuriers dans leur vraie vie.

A ce titre, ceux qui risquent leur vie pour la performance, sur les toits des trains, ou en haut de gratte-ciel sans aucun appareil de sécurité, voire les base jumpers, tu ne les comprends pas ou c'est un état d'esprit différent ?

Ils ont de tout évidence certains besoins que je n'ai pas ou alors à des niveaux plus impérieux.

Pourquoi Gameblog ? Est-ce ton seul canal d'expression ?

D'expression écrite actuellement oui. Pourquoi GB, parce que je n'ai ni cherché ni trouvé mieux (malgré l'état actuel du site et de la communauté) et que par le passé c'était merveilleux. Il n'y a que ce site où le contenu de la communauté était aussi bien mis en valeur : les 5 derniers tests, les plus lus du mois, les plus appréciés, une interface claire, beaucoup de personnalités différentes, une communication aisée avec les commentaires et le forum, plein d'espaces pour parler, une bonne modération... C'était le paradis pour parler JV sur internet.

Dans la vraie vie les gens que je côtoie ne s'intéressent pas aux jeux vidéo ou alors me font de la peine "mon chéri adore Assassin's Creed alors on va voir le film". Les gens méprisent le jeu vidéo, les joueurs y compris. Et quand je lis qu'une majorité de Français jouent aux jeux vidéo, je pense à tous ceux qui jouent à des petits jeux de merde sur leur téléphone dans les transports et qu'on prend pour des joueurs. Dans ma tête c'est comme si on cherchait à faire passer pour cinéphiles des gens qui regardent des Marvel.

Je sais bien que c'est pas forcément le message qu'on cherche à faire passer, mais ça m'agace qu'on fasse comme si le JV était en train de se démocratiser alors que ceux qui s'intéressent vraiment au jeu vidéo sont une fraction minuscule des joueurs et ont zéro visibilité, alors qu'on a facilement dans notre entourage des cinéphiles proclamés et respectés, et je ne parle même pas de la littérature. Tu rentres dans une librairie, t'as des gens qui lisent vraiment beaucoup de livres, qui sont sensibles, qui ont des choses à raconter. Tu rentres dans une boutique de jeux vidéo t'as des gens à l'hygiène douteuse qui en connaissent moins que toi, juste bons à ingurgiter des blockbuster Ubisoft, Rockstar et la dernière production Sony à la mode. C'est pathétique, et oui ça me frustre.

Le pire a été mon expérience parmi des étudiants en jeu vidéo : pas plus exigeants que les autres, tout entiers à l'alimentation machinale de leurs portfolios avec des niveaux issus d'éditeurs de niveaux. L'écrasante majorité n'avait aucun esprit critique, aucune originalité : et vas-y que je te pompe Icokami en invoquant la "poésie", que j'essaye de faire un jeu fun sans réfléchir à ce qui est "fun"... Et les profs valaient pas mieux : entre le cynique blasé qui te refait son parcours d'indé en assumant que tous ses jeux étaient nazes et alimentaires, et l'autre qui voit pas de problème dans le reboot de Tomb Raider parce que c'est fun... Ça m'a profondément dégoûté, moralement ç'a été vraiment douloureux.

C'est une erreur de ne pas inviter Kojima (ou Julien Chièze) au 20h de Claire Chazal ?

Eux non, ce n'est pas une erreur. Après c'est une erreur de ne pas inviter des concepteurs de Frictional Games par exemple (Penumbra, Amnesia, Soma).

Ouaip mais si on invite des concepteurs de jeux d'horreurs, ne risque-t-on pas d'effrayer et de donner du grain à moudre aux décideurs de programmation/détracteurs de jeu vidéo quand un cinéphile comme Kojima qui est a des liens solides avec le milieu serait un ambassadeur disons plus pragmatique ?

C'est intéressant, mais Kojima tu affiches une image de Quiet il est décrédibilisé en une seconde. Ou Johnny avec son pantalon tâché... Le problème de l'horreur dans les médias, au moins en France, est plus large que juste le jeu vidéo. C'est pas noble l'horreur, c'est pas hauteur, c'est pas digne d'en parler ou de reconnaissance, c'est bas, c'est le plaisir coupable. Plein de gens regardent des films d'horreur en France mais à coup sûr si tu leur demandes si c'est de la culture, comme le JV ils te répondront non.

Ce n’est pas comme si l'origine du monde n'était pas exposée au musée d'Orsay. Quiet, ça dépend du regard qu'on y prête, non ?

Bof... Quel que soit le regard on pourra toujours avancer que les différents plans de caméra sur son corps ne sont pas très élégants et sortent plus de l'histoire / du film qu'autre chose. Puis c'est vraiment insignifiant quoi, elle n'est jamais nue Quiet, on ne peut même pas dire que Kojima est audacieux de faire ça ou prend des risques.

Les développeurs de Frictional Games auraient des choses à dire qui seraient jugées intéressantes par le grand public sur la narration par ailleurs.

 

Pourquoi Frictionnal Games plutôt qu'un autre ?

 

Parce que c'est le seul développeur encore actif dont je trouve la production vraiment intéressante. J'aime d'autres jeux qui réussissent des choses éparses, mais eux maîtrisent leur produit de A à Z et commencent à avoir une ludographie conséquente.

Donc tu confirmes qu’Amnesia et Soma, c'est à la hauteur de leur réputation ?

Je ne les ai pas encore faits ... Amnesia je l'ai sur PC et quelque part j'ai bien fait d'attendre puisque des années après ils ont sorti de nulle part un patch pour le support manette 360. J'y jouerai je ne sais quand mais j'y jouerai. Soma je l'ai sur PS4 mais pas encore de PS4 (acheté avec un ami qui lui a la PS4).

T'as étudié la conception de jeu vidéo ?

Oui j'ai étudié la conception de jeu vidéo pendant un an. J'ai très longtemps voulu créer des jeux vidéo, mais plus maintenant. Le plus intéressant ça a été la création de niveaux Super Meat Boy et de jeux de plateau. Pour SMB le prof est rentré vraiment dans le détail, c'était très intéressant.

T'as pas aimé le milieu du JV de l'intérieur et tu t'es réorienté ?

 

C'est exactement ça. Sans compter que travailler dans le JV suppose d'accepter une précarité générale de chaque instant : tu ne sais pas combien de temps tu pourras encore travailler comme tu veux dans le même pays voire le même continent. Si tu es ok avec le fait de bosser pour des cyniques qui font du Facebook et de l'Android, à ce moment-là ça devient une question de ville, mais dans tous les cas une vie comme ça n'est pas pour moi, j'ai besoin de stabilité et d'estimer ce que je fais.

Donc tu ne travailles pas sur un navire marchand ?

Ce n’est pas estimable travailler sur un navire marchand ? ^^

Je travaille comme support client logiciel paie voyez-vous !

Tu regardes certaines émissions de JV ou même documentaires de chaines traditionnelles (Canal+ ou Arte) ?

 

Il y a très peu de docs, ou alors je ne les connais pas donc non. Mais j'avais vu Suck my geek. Le journal du JV de Canal plus est une horreur, je tombe dessus quand j'enregistre un film qui passe juste après. C'est promotionnel et beauf, le niveau zéro.

Tu écoutes/visionnes les podcasts Gameblog ou d'amateurs ? Gamekult l'émission ?

Gameblog non, j'écoutais avant mais ça fait plusieurs années que j'ai arrêté. Je ne les trouvais plus pertinents, intéressants. Gamekult je regarde quand le jeu phare de l'émission m'intéresse, ils ont un regard plus pointu sur le jeu et ont moins peur de casser. Les amateurs je n'en connais pas d'intéressant, si tu as à m'en donner je suis preneur !

Peux-tu nous compter ton parcours de joueur d'hier à aujourd'hui pour situer ton pedigree ?

Avec plaisir. En CM1 j'ai joué à la Playstation chez des amis : Crash Bandicoot (coup de foudre avec le JV, voilà) et Fighting Force (rigolo). Ensuite pendant un an j'ai harcelé mes parents pour qu'ils m'offrent une PS à Noël. Ils ont résisté mais je ne me suis pas démonté.

Résultat à un Noël suivant j'avais la PS, plus Crash 1, Spyro the dragon et Lucky Luke d'Infogrames. Sans carte mémoire. Alors j'ai recommencé le début de Spyro pas mal de fois avant que mes parents ne m'achètent la MEMORY CARD ! Lucky Luke était très dur, je ne voyais pas comment certains niveaux étaient possibles à finir, alors j'ai triché et utilisé des codes pour accéder directement aux niveaux plus avancés.

Au collège je me suis fait deux très bons amis de mes voisins, notamment mon voisin de balcon et de palier qui avait la N64 et la PS2. C'était l'éclate totale avec lui et avec mon autre voisin. Des parties de FPS en multi géniales, des combats sur DOA2 tellement acharnés... TimeSplitters 2, Quake 3, Unreal Tournament, Perfect Dark, Dino Crisis 2 en solo sur PS1, ce qu'il était chouette... C'est ce voisin qui m'a dévoilé tout fier la cinématique de fin de FFIX.

En solo j'ai fait la plupart des jeux d'aventure-action les plus connus de la PS1 au collège / lycée. Final Fantasy VIII est le jeu qui m'a durablement marqué et je pense m'a donné envie de faire des jeux vidéo.

Par la suite j'ai joué à la PS2, encore des jeux d'action, aventure et plate-forme, avec bien sûr les RPGs et les jeux d'horreur. Je joue toujours à ma PS2, et aussi la Xbox, Game Cube, PC, PS3 et 360. Je suis ouvert à tous les jeux, pourvu qu'ils essayent de près ou de loin de raconter une histoire ; soit pas Tetris et les petits jeux mobiles, mais des jeux de tir avec flingue oui, tout comme des jeux de combat ou de sport avec scénario.

J'ai énormément de jeux à faire sur toutes les machines citées, si bien que je n'ai pas vu d'intérêt à acheter la PS4. Et le fait que tant de gens l'achètent, alors qu'ils pourraient bien sûr trouver beaucoup (beaucoup) de jeux à faire sur des consoles précédentes, pose question sur notre consommation du JV.

Par ailleurs avec le temps j'ai appris à apprécier la difficulté dans les jeux et je mets souvent les modes difficiles. Mon jeu préféré : Forbidden Siren 1 sur PS2, le survival-horror le plus "sensible" qui soit dans son contrôle, dans tous les sens du terme (au Dual Shock 2 avec touches analogiques).

Ouaip alors si t'es encore sur la gen7 ou gen6, c'est peut-être aussi parce que t'es lent ? Comme moi ^^ 

Je pense que je ne suis pas rapide non, j'ai toujours mis plus de temps pour finir une partie que ce que les tests indiquent. A Resident Evil mon score était toujours pourri à la fin parce que ma partie était longue.

Mais je ne pense pas du tout que ça explique que je sois toujours sur PS2. Je pense que tout le monde rate énormément de jeux, et que si on veut rester sur PS2, on peut. Après c'est sûr que je ne peux pas jouer énormément (travail à temps plein, en couple) et qu'en plus je prends mon temps. Mais on ne me fera pas croire qu'une majorité de possesseurs de PS4 ont ratissé les gens 6 et 7.

Ratissé ce qu'ils avaient envie de faire, probablement. Ratisser tous les jeux, non ^^

Ben les joueurs ont envie de ce qu'ils connaissent, et ils connaissent ce qui arrive jusqu'à eux. Et comment les jeux arrivent jusqu'à eux ? Par la pub et les tests de la presse web. Qui met ses meilleures notes systématiquement aux AAA et à un indé "pouètique" par-ci par-là. Je suis sûr que plein de jeux manqués par les joueurs pourraient leur plaire et leur faire passer un bon moment. Mais s'ils n'ont pas une curiosité supplémentaire pour les découvrir, sûr qu'ils n'auront jamais envie de faire des jeux qu'ils ne connaissent pas ou auxquels ils ne donnent pas leur chance.

Pourquoi tu parles de rats tout d'un coup ^^

Lapin compris :/

Vaste sujet. Je suis curieux mais pas prêt à tout essayer au cas où. Comme beaucoup, je n'en ai ni l'envie, ni le temps. Faut faire des choix.

Tu ne vas pas me dire que tu ne rates rien et que tu joues à tout. Finalement, on pourrait te renvoyer la remarque ^^

Bah... En fait je joue à peu près à tout ce qui est susceptible de me plaire, oui. Et quand je dis ça, je parle de genre. Par exemple, je ne pense pas qu'il y ait pas un jeu d'aventure / action de la génération PS3 sur lequel j'ai fait l'impasse. Les survival-horror, TPS et FPS, pareil. Les jeux de sport et de combat, non par contre.

Comme ça me fait énormément de jeux, ce n'était pas utile pour moi d'acheter une PS4. J'ai de quoi faire. Mais la chose qui m'embête cependant, c'est d'avoir moins de jeux en commun avec les autres dont je peux parler qu'auparavant quand je suivais le rythme des sorties. Récemment j'ai joué à Vietcong Purple Haze mais personne ne connaît.

Les jeux à histoire tu dis ... C'est l'heure de ton premier Top5 des meilleurs jeux sans histoire !

Haha, excellent ^^. Bien trouvé ! Alors, des jeux sans histoire... Dead or Alive 2 (mode versus), SOCOM US Navy Seals (mode online), TimeSplitters 2 (mode LAN + histoire en coop'), Crash Team Racing (solo + multi), Duke Nukem Forever (mode online).

Mais tu peux rétorquer que tous ces jeux "contiennent" un mode histoire... Et là je ne saurais pas quoi te répondre, parce que je ne joue quasiment jamais à des jeux "abstraits". Riff Everyday Shooter mais pas trop aimé, Super Stardust HD pareil...

Mais l'expérience "sans histoire" sur tous les jeux que j'ai cité, quelque part c'est quand même une histoire : dans DOA2 on incarne des combattants qui se tapent dessus, dans SOCOM des soldats américains contre des terroristes ou inversement... Une partie évidente du plaisir est liée aux situations que ces jeux retranscrivent.

Forbiden Siren au détriment de tous ces représentants du survival horror, pourquoi lui plutôt que Alone in the Dark, RE, SH, Project Zero, Amnesia, Outlast, Alien, Evil Within, Until Dawn ?

Parce que FS c'est du génie. Silent Hill on peut lui trouver plein de qualités mais son contrôle est sans génie. Project Zero c'est de l'épouvante très lisse où on prend des photos des spectres pour les éliminer... Outlast accumule les maladresses et peine à être ne serait-ce qu'un bon jeu. Les Resident, certains sont chouettes, mais ça ne vole pas haut (et puis les esquives infaisables du 3...). Forbidden Siren est une expérience intense, éreintante, unique, qui innove sur les plans de la représentation graphique, de la construction du récit et du contrôle du personnage. Il met à l'amende tous les autres jeux d'horreur sans exception, voire tous les autres jeux tout court.

Je connais de nom Forbiden Siren mais je ne me suis jamais trop entiché de la lecture d'un test ou même de vidéo (quelques images ici et là), avant que je n'aille corriger cela, si tu devais me vendre le jeu en quelques phrasées ... ?

 

Tu seras au plus près de personnages luttant pour leur survie comme jamais tu ne l'as été dans un jeu vidéo d'action, dans une histoire digne d'un film d'horreur plein de suspens et de fantastique comme tu en vois rarement. C'est Lovecraft rencontre Romero rencontre Silent Hill rencontre la culture nippone. C'est doublé en Français et ça utilise l'analogie des touches de la Dual Shock 2. C'est une maniabilité unique et une réalisation d'avant-garde qui n'a vieilli en rien.

L'analogie des touches de la dualshock !? Concrètement, ça signifie quoi/se matérialise comment pad en main ?

Et bien ça veut dire que la touche croix par exemple, si tu exerces une faible pression ça n'aura pas le même effet en jeu que si tu appuies à fond dessus. Exactement comme la gâchette de la Dual Shock 3 ou de la manette 360. La manette PS2 avait apporté ça comme innovation, la manette PS3 l'a conservé sans la promouvoir et la manette PS4 l'a tout simplement abandonné. Ça nous prive des subtilités de jeux comme MGS2 et 3 par exemple.

Et c'est quoi ces subtilités de MGS2 et 3 dans le détail ?

Alors dans MGS2 et de mémoire :

- le pistolet, tu maintiens pour braquer et lâches pour tirer, normal et comme dans MGS1 ; sauf que si tu relâches la pression tout doucement sur carré tu baisses ton arme sans tirer

- les armes automatiques, tu maintiens carré faiblement pour les braquer et appuies à fond pour tirer

- en vue première personne (R1), tu te penches à droite plus ou moins loin selon la pression sur R2

- pendant les cinématiques, selon ta pression sur R2 tu zoomes plus ou moins fort

- avec les touches directionnelles, tu marches en appuyant faiblement et cours en appuyant fort

Pour MGS3, on reprend tout cela et on ajoute le CQC sur la touche rond qui est entièrement basé sur la pression ; par exemple pour tenir un type il faut maintenir faiblement rond, si tu appuies trop fort tu l'égorges ...

Récemment j'ai vu l'analogie de la touche L1 utilisée dans deux jeux PS3 : 007 Legends (touche pour viser ; à couvert, à mesure que tu appuies tu jettes d'abord un coup d'oeil puis te relèves et braques ton arme complètement) et Motorstorm Pacific Rift (dans le mode photo, pour descendre la caméra).

Une « réalisation d'avant-garde » ? Des exemples ?

Oui, les visages photo-réalistes, la brume très bien foutue et le rendu général très crédible. Le jeu parvient à tenir une représentation réaliste et immersive de l'horreur, avec sa vue troisième personne au c½ur de l'action. Silent Hill 2 était en un peu en deçà et surtout avait une caméra aérienne.

L'importance de la caméra dans les jeux d'horreur ? T'es plutôt 2D, 3D, 3D isométrique, à la première personne, à la troisième ?

Troisième personne ! Et 3D pas isométrique, vue derrière le personnage, pas à son épaule / sur le côté, vraiment derrière lui, ou bien caméra programmée à la Obscure, Resident ou Silent Hill.

T'es un spécialiste du jeu d'horreur ou même pas ? T'es spécialiste d'un genre ? Les FPS/action-aventure où c'est une question de circonstance ?

Ce sont les autres plutôt que nous-même qui nous déclarent spécialiste, non ? Moi personne ne m'a défini spécialiste de quoi que ce soit. Si c'est la question, je m'intéresse juste à tous les jeux qui essaient de près ou de loin de retranscrire une expérience ou des sensations. Quand il y a des enjeux dramatiques, c'est mieux : je n'irais pas comme ça vers un Gran Turismo par exemple. Mais je peux apprécier tous les détails d'une séquence en voiture dans un jeu à histoire (celle dans MOH Warfighter est intéressante par exemple).

Ton jeu préféré est un représentant du genre Survival Horreur mais ce genre est-il ton préféré ? En as-tu un ?

 

Oui c'est mon genre préféré... J'adore aussi les FPS, mais les Survival-Horror c'est quasiment la garantie d'avoir une histoire assez humaine. Après je suis loin de ne jouer qu'à ça, mais c'est le genre dans lequel finalement je me retrouve le plus.

Plus c'est difficile, mieux c'est ?

Généralement oui. Un jeu qui ne te résiste pas, pour moi c'est quand même un jeu qui ne te raconte rien.

Je ne sais pas si Demon's Souls me raconte quelque chose m'enfin il me fait bien iech le con ^^. Je suis en train de découvrir le Souls depuis une semaine, j'adhère totalement au système, à l'univers, mais putain, le moindre écart de conduite est fatal, c'est assez barge ^^

 

Souls ça raconte beaucoup, pas au niveau scénaristique mais tu vis une aventure riche d'exploration, de combat dans un environnement assez bien conçu et dessiné pour bien te faire croire à l'existence de cet univers. Humainement c'est cependant très aride : pas de sentiments, le personnage n'a pas de psychologie. Bon courage ! Moi je ne l'ai pas encore fini mais ça viendra.

 

Et personnellement j'adore le fait que le jeu ne pardonne rien : tu es constamment sur le fil, sous pression ; c'est génial !

Ouaip, j'ai enfin passé le cap de l'apprentissage des contrôles comme des comportements, et j'ai plein d'herbes médicinales, bon, il aura fallu attendre une bonne 20-aine d'heures mais je maîtrise enfin le sujet. Reste plus que les boss …

Aïe oui certains sont vraiment tendus, la coop' est une bénédiction dans ce jeu. J'ai galéré sur les deux mangeurs d'homme, mais je ne l'ai pas encore fini. Le dernier monde avec l'espace souterrain dans l'espèce de lac empoisonné est une horreur !

Je me suis arrêté au bout de 45h sur Demon's Souls pour mieux le reprendre par la suite. C'est qu'il est long ! J'ai à peine fait la moitié des niveaux du jeu !!

Je suis d'accord il est très (très) long, et pareil j'y ai beaucoup joué mais il me reste beaucoup de niveaux...

(par contre, je ne fait pas les mondes dans l'ordre. Anticonformiste pour les uns, terroriste pour les autres)

Je ne les fais pas non plus dans l'ordre, je pense que c'est fait pour sincèrement ; de manière à ce que tu ne bloques pas au même endroit pendant 107 ans.

fin de la première partie de l'itw

 2014-2018 Time Neves, C'est dans la poche Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler


Je vais la faire courte en intro. Pour une fois. Je vais me contenter de conter les sincères attentes (ou non-attentes d'ailleurs) que j'avais à l'égard des différents bélligérants. Et j'en ferais la synthèse conclusive (ou la conclusion synthétique, je sais plus, je m'embrouille) en fin de partie. Allez et dans l'ordre des conf'. EA : j'attendais leur dernières innovations en termes de lootboxes (et sans spoiler, j'ai été plutôt déçu). Microsoft, rien non plus, non pas parce que je me fous de la marque, mais plus parce que trop de vaines promesses pour au final quoi ? Fable Legends, Phantom Dust, Crackdown3, Recore, Scalebound, StateOfDecay2, que il y ait 1 ou 2 couacs comme Knack ou TheOrder, je veux bien mais autant, y a un sérieux problème dans la façon de gérer son édition ... Bethesda, je n'en attendais rien, je me demandais même comment il pouvait faire une conférence, combien de studios ils ont au juste après les derniers Wolfenstein, Doom, Quake, Prey, Dishonored2 et même Fallout4 qui n'est pas si vieux que ça !! Square Enix, j'attendais surtout FFVII R, depuis le temps qu'il est annoncé, au moins un petit trailer pour nous dire que le projet est entre de bonnes mains. Donc, pas celles de Nomura. Suivez, putain :/ Ubisoft, j'attendais Watch Dogs 3. A Londres. Etant un gros fan de GTA(-like) et un invétéré de feu The Getaway, le "GTA" londonien de Sony ère PS2 avant-gardiste sur bien des points (et mal branlés, sur bien des points ...). Sony, forcément, en gros fanboy refoulé que je suis, j'en attendais pas mal sur les 4 fantastiques. Et enfin Nintendo, j'en attendais beaucoup, étant franchement dubitatif sur les scores stratosphériques de la Switch en dépit d'un catalogue rutilant selon moi (ok, TLoZ BoTW et SMO sont énormes mais les 6 premiers de 2018 sur Switch ...). Les autres conf', je préfère pas m'attarder sur des univers qui ne sont pas les miens. Bref, heureusement que j'ai annoncé que j'allais la faire courte. J'ai failli ne pas remplir le contrat tacite qui vous lit de vous à moi. Pour les 50 prochaines minutes.

 

TOP

 

 


Gears 5. J'ai symboliquement envie de commencer avec Gears5 car c'est probablement le premier titre qui me vient en tête au moment de s'attarder sur ce qui m'a marqué lors de cet E3. Je n'ai pourtant, à la bas, aucun affect particulier envers Gears of War. J'ai récemment chopé le remake du 1 et le 4 en vu de les faire un jour quand je prendrais la One X mais ça s'arrête là. Plus parce que ce sont d'excellents jeux que par un attrait pour leur univers. Mais deux choses m'ont frappé. L'emphase sur la psychologie des personnages, primo. Et le renouvellement au niveau des décors qui perso donnent bien plus envie d'être arpentés/explorés que ce que j'ai vu des 5 précédents épisodes très/trop orientés crasses marrons/gris. Donc, je me surprends moi-même, mais je l'attends le Gears. Pourvu qu'il nous fasse une God of War

Devil May Cry 5. Y a encore quelques temps, j'en aurais rien eu à battre. Mais ça, c'était avant ! Depuis j'ai fait le 1er via la HD Collection, y a pas très longtemps. Et j'ai bien aimé la jouabilité, les possibilités d'action, l'évolution des armes et mouvements et cette adversité bien retorse avec un soupçon de stratégie dans l'utilisation et la bonnification de ses différents types de gemmes. Donc, même si j'ai 4 épisodes dont une merde (apparemment) à faire d'ici à être prêt, je suis partant et j'ai bien aimé ce que j'ai vu. Faudra juste que quelqu'un m'explique le scénar' de DMC parce que ...

Dying Light 2. Pas vraiment client de jeux de zombies. Et certainement pas ceux de cette trempe. Les Dead Island, les Dead Rising, et donc aussi le 1er Dying Light. Pas fan des jeux où on déglingue à la chaine. Plutôt opé pour TWD TellTale, TLOU ou RE. Et encore, mon retard cumulé et mon jeum'enfoutisme des jeux survie/horreur jusqu'il n'y a pas très longtemps font que je n'ai pas encore touché à l'un des 3. A vrai dire, le seul auquel j'ai joué est l'excellent Dead Space, et ça date seulement de l'année dernière ! Quoi qu'il en soit, le fan de Mirror's Edge ne peut être indifférent à la proposition de Dying Light et autant, le côté léger de la formule parkour du 1er conjugué à un univers et un paradigme qui ne me convenait pas n'a pas déclenché d'intérêt, autant la sérieuse réhausse graphique et d'ambiance me titille bizarrement pour ce second opus. A voir. Voir ptet même, à considérer ...

RE2 R. Puisqu'on est dans la survie. Je dois dire que Resident Evil 2 m'a fait forte impression. Je n'ai donc jamais touché à un RE et la refonte totale du jeu me fait saliver. Exactement comme a pu le faire Sony avec Shadow of The Colossus. Manque plus que RE3 R au prochain E3 et je suis refait. Annoncé de longue date, fantomatique depuis un moment, je pense que ça valait le coup d'attendre, entre le résultat et la date de sortie finalement très proche.

Cyberpunk2077. Alors oui, il est là. Mais pas pour les mêmes raisons que tout le monde. Et pour cause, je dois encore me mettre à la série TheWitcher, donc la réput' et le pédigrée du studio, je dois encore apposer mon aval (ou mon Seal of Nevesity). Non, par contre un GTA-like RPG dans le turfu ... Comment vous dire ? On signe où ? Vous en aviez rêvé, CD Projekt le fait. Que dire, à part, "vivement !" ?

 

Edgar Snowden et Frodon le Hobbit on stage. Collector. Rien que pour ça, la conf de Ubi, loin, très loin devant toutes les autres. Je pense que c'est même au-dessus du tiercé Shenmue/FFVII/TLG de 2015.

 

FLOP

 

Bah Smash Bros. La vérité si je mens, je me suis endormi vers le 7-8ème perso présenté. Sur le coup, j'ai cru à une attaque de Rondoudou (le dernier trailer de Pokémon venait de se terminer) puis je me suis rappelé qu'il n'y figurait pas. Non, il s'agissait bien du mixeur de Nintendo qui avait déconné avec le montage du Super Smash Bros Ultimate Direct en poussant le curseur trop loin sur la platine. Et voilà comment ceci aboutissa à cela. Nan mais même si j'avais pas dormi assez la veille (merci Sony ! Chaque année, tu nous fais le coup putain) mais quel ennui. Surtout que de base, Smash Bros, c'est pas pour moi (ni lui, ni aucun jeu de combat, tout juste ais-je pris PlayStation All Stars Battle Royal pour tester avec des personnages qui me parlent) mais alors là, les 25 dernières minutes. Et le pire, c'est que j'ai cru à Metroïd Prime 4 avec la petite saynette bien sympa, je me suis dit, ils nous font une transition astucieuse entre 2 jeux en dégageant Mario et je sais plus qui derrière Samus ... En fait, c'était pour Ripley. FACE FUCKING PALM.


Anthem. Même si j'ai encore la N pour ce que Mass Effect est devenu avec le Andromeda, je n'en tiens pas pour autant rigueur à EA puisque les aléas de développement sont ce qu'ils sont. En soi Anthem me botte bien. C'est magnifique visuellement, inspiré artistiquement et semble promettre un univers riche dans lequel faire je ne sais quoi encore. Mais mon carton rouge direct tient en la perspective co-op multijoueur esquissé. Une espèce de Destinyfication ou Ubification du jeu vidéo qui ne me plait pas du tout. Je ne joue pas en ligne, encore moins en split-screen. Et autant, A Way Out propose un fil narratif à dérouler, autant, je suspecte fortement ce Anthem de ne rien avoir de probant pour les joueurs solos comme moi. En espérant me tromper et être surpris. Pour l'instant, c'est tant mieux pour les autres mais surtout tant pis pour moi. Et ça, ça me fait clairement chier. Pourquoi en bleu, parce que tout ce qui n'est pas bleu dans ce paragraphe Anthem est mot pour mot ce que j'ai écris l'année dernière suite à l'E3 2017. Pourquoi s'emmerder à écrire de nouveaux caractères quand le micro-onde marche si bien ? Nouvelle présentation, même esbroufe. Je ne crois pas à un jeu solo intéressant, déjà les mecs te disent que la difficulté est dantesque (bah, ajustez là !!), tu sens que c'est pensé pour la co-op à la base. Et surtout, si le jeu était si "solo", on aurait quelque chose de montré et d'engageant d'un point de vue narratif, surtout pour un titre sortant dans 8 mois ... Mon seul salut, y a marqué BioWare quelque part autour du jeu.


Control. J'aime beaucoup Remedy. Déjà, quand tu commences par ce genre de tournure de phrase, c'est que tu vas dézinguer par la suite. Alors allons-y gaiement. Déjà, fallait pas être un génie pour deviner qui était derrière cette nouvelle annonce passé les 25 premières secondes. Même moi, j'ai trouvé. C'est dire. Donc, je ne suis pas là pour juger du jeu, je n'ai pas cette prétention divine mais ça donne trop l'impression d'un manque d'idée fraiche ou d'une volonté de trop en faire sur un seul thème. Je suis un peu dubitatif à l'idée de retrouver les mêmes mécaniques, un peu comme je le suis quand c'est Dontnod qui en fait de même entre Remember Me et LiS, pas un mal en soi mais trop gros les gras. Les gars.

 

Beyond Food and Evil. Aucune malentention vis à vis de ce jeu dont à l'instar de Shenmue III je n'ai aucun passif avec les prédécesseur mais dont j'apprécie l'aura et aspire à corriger le rendez-vous manqué, mais. Mais comme on l'entend sur tous les toits, le jeu semble trop ambitieux. D'un côté, t'as un Shenmue III qui ne semble pas avoir les moyens de ses ambitions et de l'autre, t'as BGE II qui semble ne pas avoir les ambitions de ses moyens. Je sais pas si vous me suivez. Ca sent le No Man Sky à l'échelle industrielle et j'ai peur du résultat. Même Star Citizen me fait moins peur. Le mur se rapproche.


Ghost of Suchi, TLOU P2 et Death Stranding. Fukushima déjà, je trouve ça osé de pas faire du plan-séquence à l'heure ou la Coupe du Monde sera en plan-séquence, le journal de 20h est en plan séquence et mon film de vacance est en pleine séance. Donc, Coup direct du droit, vous remballez votre caméra de dos bien basse et bien stylisée, vous me dégagez cette caméra combat vue de côté affriolante et vous VOUS REMETEZ AU BOULOT. Faudrait pas trop innover là où d'autres vous ont montré la voie pour faire du chiffre. TLOU P2, c'est très simple, c'est trop violent. Alors ok, je mange des bébés au petit déjeuner mais c'est pas une raison pour choquer ma petite âme sensible. RESAISSISSEZ-VOUS. Quant à toi, Death Stranding, c'est quoi ce Walking Simulator à la 3ème personne. !? Personne ne l'a encore fait !! Firewatch, Dear Easther, The Vanishing of Ethan Carter, The Stanley Parable, What Remains of Edith Finch, Everybody's Gone to Andrew Ryan, Gone Home, aucun, AUCUN n'est en vue TPS. Alors Kojima, tu nous corriges ça parce que même Cyberpunk a pas osé !! Vin de Dious. Et c'est pas parce que TU CHAMBOULES TOUS MES ACQUIS DE CONSCIENCE que ça t'autorise à faire ce que tu veux avec la forme.


Voilà, au final, une édition 2018 franchement plaisante avec du beau monde encore une fois. En terme de conf pure, Microsoft au-dessus, suivent pour moi Sony, Ubisoft (qui aurait eu un One More Thing assez balèze en l'objet d'Assassin's Creed sans la double fuite), Square-Enix pas si dégueulasse contrairement à ce que j'ai souvent lu, Bethesda pas mal, par contre EA ... Mais surtout surpis de voir que Halo n'est pas pour 2018 quand le dernier est de 2015 ou plus du tout surpris de ne pas voir de licences neuves et majeures de la part de Xbox. Trop de retard cumulé et pas seulement depuis le début de la One. Et franchement, autant j'ai pleine confiance dans la seconde équipe de Playground Games, Ninja Theory et la nouvelle "grosse" structure, autant les autres acquisitions ... Pas certain que ce soit de là que viennent ce que tout le monde attend de Micro - du gros titre qui tabasse comme ce que parvient à réaliser Sony. Sinon, je vais m'abstenir de parler de Nintendo et du cas de la Switch, je ne tiens pas à mettre le forum à feu et à sang. Ou disons, pas maintenant.

 

 2014-2018 Time Neves, E3 2018 réussi (bis) Reserved.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

Que serait Batman sans le Joker ? Spider-cochon sans le Boufon Vert ? Superman sans DrRobotnik ? Macron sans Liehd ? Rien, que dalle, nada. Donc que serait le PS+ sans le Games With Gold ? Voilà pourquoi il est tout naturel après s'être essayé à l'exercice de la personnification du PS+ d'en faire de même pour le Games With Gold. Malheureusement avec un jeu (seulement) offert pendant un bon bout de temps de la mise en ligne du service sur la console en Novembre 2013 à Juillet 2015, le GwG fait figurer quasiment moitié moins de jeux "offerts" aux possesseurs de Xbox One. Mais bien assez pour en évaluer la teneur. Comme pour la série d'articles sur le PS+, le premier sur le GwG s'attache à illustrer dans un premier temps les jeux offerts parce que des noms balancés comme ça de but en blanc dans un tableur ne saurait éclairer les nombreuses lanternes en manque de pétrole. La mienne, la première ^^.

 

Liste par ordre d'apparition

(du plus ancien au plus récent)

 

1. Halo Spartan Assault

Twin-stick shooter

Metascore : 53%

 

2. Max and the cure of brotherhood

Plateforme-puzzle

Metascore : 72%

 

3. Guacamelee ! Super Turbo Championchips Edition

 

Metroïdvana

Metascore : 87%

 

4. Crimson Dragon

Rail-shooter

Metascore : 55%

 

5. Strike Suit Zero

Simulation spatiale

Metascore : 67%

 

6. Super Time Force

Action shooter 2D

Metascore : 81%

 

7. Chariot

Plateforme 2D

Metascore : 75%

 

8. Völgar the Viking

Plateforme/Action 2D

Metascore : 77%

 

9. Worms Battlegrounds

Artillerie 2D

Metascore : 66%

 

10. D4 : Dark Dreams Don't Die

Aventure

Metascore : 76%

 

11. #IDARB

La 4K peut aussi avoir quelques loupés ...

Basketball humoristique

Metascore : 77%

 

12. Rayman Legends

Plateforme 2D

Metascore : 91%

 

13. Pool Nation FX

Ca en fait des boules ...

Billard simulator

Metascore :   %

 

14. Child of Light

O.J RPG

(Occidental Japan Rocket Propelled Grenade)

Metascore : 82%

 

15. Castlestorm Definitive Definition

Artillerie 2D

Metascore : 75%

 

16. Massive Chalice

Stratégie tour par tour

Metascore : 73%

 

17. Assassin's Creed IV : Drapeau Noir

Simulateur d'escalade

Metascore : 83%

 

18. So Many Me

Twin-stick shooter

Metascore : 82%

 

19. Metal Gear Solid V : Ground Zeroes

Kept you waitin' huh game

Metascore : 75%

 

20. How to survive: Storm Warning Edition

Survival

Metascore : 71%

 

21. The Deer God

Plateforme

Metascore : 52%

 

22. Tomb Raider Definitive Edition

Serial killer simulator

Metascore : 86%

 

23. Soldats Inconnus : La Grande Guerre

Aventure

Metascore : 79%

 

24. The Walking Dead : Season 1

Série intéractive

Metascore : 82%

 

25. Pneuma : Breath of Life

Puzzle-game

Metascore : 66%

 

26. Knight Squad

Action

Metascore : 71%

 

27. The Incredible Adventure of Van Helsing

 

A-RPG

Metascore : 62%

 

28. Thief

Infiltration

Metascore : 58%

 

29. Killer Instinct Season 1 Ultra Edition

Combat

Metascore : 73%

 

30. Zheros

BTA

Metascore : 57%

 

31. Hand of Fate

A-RPG

Metascore : 80%

 

32. Styx : Master of Shadow

Infiltration

Metascore : 70%

 

33. Sherlock Holmes : Crime & Punishment

Aventure

Metascore : 72%

 

34. Lords of the Fallen

A-RPG

Metascore : 70%

 

35. The Wolf Among Us

Série interactive

Metascore : 83%

 

36. Sunset Overdrive

Action-aventure

Metascore : 81%

 

37. Defense Grid 2

Tower defense

Metascore : 78%

 

38. Costume Quest 2

A-RPG

Metascore : 70%

 

39. Goat Simulator

Merde sans nom

Metascore : 55%

 

40. The Crew

Course arcade

Metascore : 62%

 

41. The Banner Saga

T-RPG

Metascore : 80%

 

42. Tumblestone

Puzzle-game

Metascore : 71%

 

43. Warriors Orochi 3 Ultimate

 

Hack&Slash

Metascore : 75%

 

44. WWE 16

 

Sport

Metascore : 72%

 

45. Earthlock : Festival of Magic

RPG

Metascore : 61%

 

46. Assassin's Creed Chronicles : China

Action-aventure

Metascore : 68%

 

47. Super Mega Baseball : Extra Innings

 

Sport

Metascore : 82%

 

48. The Escapist

Stratégie

Metascore : 73%

 

49. Super Dungeon Bros

A-RPG

Metascore : 48%

 

50. Murdered : Soul Suspect

Aventure

Metascore : 55%

 

51. Sleeping Dogs Definitive Edition

 

GTA-like bridé

(fallait bien que quelqu'un se dévoue pour la faire)

Metascore : 76%

 

52. Outlast

Survival

Metascore : 79%

 

53. World of Van Helsing : Death Trap

A-RPG

Metascore : 80%

 

54. Killer Instinct Saison 2 Ultra Edition

Combat

Metascore : 85%

 

55. Lovers in a dangerous Spacetime

Plateforme-action

Metascore : 82%

 

56. Project Cars

 

Course simulationiste

Metascore : 82%

 

57. Layers of Fear

Horreur-psychologique

Metascore : 75%

 

58. Evolve : Ultimate Edition

 

Bide

Metascore : 76%

 

59. Ryse : Son of Rome

Maximus ! Maximus ! Maximus !

(BTA)

Metascore : 60%

 

60. The Walking Dead : Season Two

Série interactive

Metascore : 81%

 

61. Giana Sisters : Twisted Dreams Director's Cut

Plateforme-puzzle

Metascore : 80%

 

62. Lara Croft and the Temple of Osiris

Aventure

Metascore : 73%

 

63. Speedrunners

 

Plateforme

Metascore : 84%

 

64. Watch Dogs

GTA-like débridé (hacking toussa ...)

Metascore : 81%

 

65. Grow Up

 

Aventure

Metascore : 72%

 

66. Runbow

Plateforme

Metascore : 82%

 

67. Slime Rancher

Simulateur de vie

Metascore : 82%

 

68. Trials Fusion

Simulateur de rage

Metascore : 80%

 

69. Forza Motorsport 5

Course simulationiste

Metascore : 79%

 

70. Oxenfree

Aventure

Metascore : 78%

 

71. Gone Home : Console Edition

Aventure

Metascore : 85%

 

72. The Turing Test

Puzzle-game

Metascore : 77%

 

73. Trackmania Turbo

Simulateur de rage (bis)

Metascore : 82%

 

74. Tales from the Borderlands

 

Série interactive

Metascore : 87%

 

75. Warhammer : The End Times - Vermintide

FPS

Metascore : 75%

 

76. Back to the future : The Game

Jeu avant que les jeux Telltale marchent bien

Metascore : 71%

 

77. The Incredible Adventure of Van Helsing II

A-RPG

Metascore : 66%

 

78. Zombi

 

Survival

Metascore : 72%

 

79. Shadow Warrior

FPS

Metascore : 74%

 

80. Assassin's Creed Chronicles : India

 

Action-aventure

Metascore : 64%

 

81. Trials of the Blood Dragon

Course arcade

Metascore : 57%

 

82. Superhot

FPS

Metascore : 83%

 

83. The Witness

Puzzle-game

Metascore : 86%

 

84. Assassin's Creed Syndicate

Action-aventure

Metascore : 78%

 

85. Super Mega Baseball 2

 

Sport

Metascore : 81%

 

86. MGS V : La menace fantôme

Chant du Cygne

Metascore : 95%

2014-2018 Time Neves, faites vos jeux Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Je n'ai rien à vous dire (Jeu vidéo)

Dès qu'il entend Grèce, il la ramène :)

Vous connaissez tous le Lean Manufacturing. Le concept de produire juste pour maximiser la performance et le profit. Eh bien, j'ai remarqué que j'avais développé mon propre concept appliqué à ma consomation de jeux vidéo. Je dirais même plus que ce concept se retrouve surtout à l'étape de décision d'achat d'un jeu vidéo. "Mais concrêtement, de quoi il parle ce con !?". J'y viens. J'ai remarqué que le jeu vidéo se divise en 3 catégories. Et non 2, comme le prétend le film. Il y a les jeux vidéo que je veux absolument. La question de l'achat ne se pose pas et la décision est faite avant même que le jeu existe. Exemple dans mon cas ? C'est marqué à l'entrée du blog, oui, là où vous ne vous êtes pas essuyé les pieds. Il y a ensuite les jeux vidéo que je ne veux absolument pas. La question de l'achat ne se pose pas non plus car c'est un NIET définitif. Exemple dans mon cas ? Soul Calibur 6. Parce que je ne peux pas blairer les jeux de combats. Et il y a enfin la troisième catégorie faisant l'objet de l'article : les fifty-fifty.

Météores, Grèce.

Les jeux tentants dans un monde ou mon avatar/clone/robot personnel prendait ma place au boulot sans que personne ne le remarque pour que je puisse enchainer des journées à la mer, à la montagne et bien évidemment sur le canap' à jouer toute la journée. Mais des jeux moins tentants quand le temps est compté. Et oui, je sais, c'est moche. Mais c'est le jeu ma pauvre sucette. Foupoudav dirait l'autre. Donc, ces jeux ont la particularité de me laisser tenter, ils ont des attraits évident, même sur ma personne, mais mon coeur balance quand je vois le retard accumulé sur des jeux auquels je veux inconditionnelement jouer. En gros, voilà ce qui se passe dans ma tête vis à vis de ces jeux : "il a l'air bien, mais t'es sûr mon petit Neves, tu signes pour 20/30/50 heures de jeu là, à ce jeu là, autant faire un gosse !". Bon outre le dernier passage que je ne comprends jamais vraiment, me voilà au devant d'un gros dilemne. Faut-il acheter la liste de jeux suivants ou dire halte au gaspillage une bonne fois pour toute ??

Mad Max

Bien aidé par le talent du grand Zhibou pour me donner l'envie de découvrir une saga cinématographique qui m'avait échappé jusque là - statut corrigé depuis - Mad Max est naturellement un jeu qui m'intéressait au crépuscule de sa sortie en 2014. Cependant la perspective d'un monde ouvert peu fandard à parcourir par les activités proposés ainsi qu'un scénar' (le script, pas la forêt) pas bien épais auront eu raison de ma tentation

Muramasa, Odin Sphere & Dragon's Crown

Je plaide coupable votre honneur. Comment ça, il m'a pas demandé si j'avais une Vita depuis Septembre 2012 et que je n'y ai joué que 20 heures depuis !? Rassurez-vous, j'ai bien une douzaine de jeux sur Vita, c'est jusque que je joue encore à des jeux de 2011 et que la console est donc sortie en 2012 ... En ce qui concerne les titres Vanillaware, bien évidemmment, c'est la plastique du jeu qui m'attire au premier coup d'oeil, peut-être un peu moins le système de jeu mais j'étais prêt à tenter l'expérience jusqu'à ce que je me rende compte qu'ils prennent pas mal de temps à faire et que je doute d'être scotché par les mécaniques du jeu, une trop grande plongée dans l'inconnu associé à une durée de vie pas piquée des hannetons auront eu raison de mon engoument initial. Pourtant, Dieu sait que c'est beau.

Hotline Miami & Hotline Miami 2

J'ai longtemps hésité. Les jeux en 2D vue de dessus, ce n'est pas ma came. Le trip rétro régressif, non plus. Mais, le concept, la musique faisant corps avec l'action et ce soupson heighties auront eu raison de moi. Hotline Miami 1 comme 2 devait figurer dans mon panel PSVita. Et puis à l'heure de cette introspection globale sur mon temps de jeu, variable réelle fini, je me rends compte que ces 2 titres ont leur place dans ce billet. J'aurais bien aimé y jouer. Mais dans une autre vie probablement.

Wolfenstein I&II

Les reboot réussis de Wolfenstein m'attiraient eux-aussi mais le syndrome Rage fait que je ne suis pas forcément prêt à me lancer sur n'importe quel FPS qui me sourit à la gueule. Ce que j'aime bien dans les retours sur ces 2 titres, c'est la profondeur cachée derrière le décérébral qui rejaillit en premier lieu. Maintenant, j'ai effectivement la crainte de passer 15-20 heures sur des jeux certes bons mais pas forcément mémorables. Maintenant, je dis ça, j'ai joué à tous les Killzone. L'abus de faiblesse de Sony sur ma personne certainement.

Diablo 3

Diablo, je connaissais que de nom avant que le 3 pointe sa frimousse sur console. Forcément, à l'époque, je suis intéressé par un tel nom du jeu vidéo, plus par curiosité qu'impressionnisme. Ce que je vois des trailers ne me bottent pas plus que ça mais "ce serait bête de passer à côté maintenant que le titre s'invite sur ta plateforme de prédilection mon petit Neves !!". Eh bien, à l'heure où mes heures de jeux sont comptées, ça ne m'arrange clairement pas d'envisager un essai de 30 heures dans le Hack&Slash. Dans une autre vie, peut-être.

Metro 2033, Last Light, Exodus

Cas similaire à Wolfenstein. Dans un sens très intéressé. Mais 20 heures multipliées par trois alors que je joue avec 7 ans de retard ... J'aimerais d'abord réduire mon déphasage à 3 ans avant d'envisager de jouer à tous ces jeux en fait ... Mais dans un certain sens, ça me fait bien iech d'arriver à cette conclusion pour cette saga qui le mérite. Bien plus que la RATP. Lolilol #humourdemerde

Persona 5

Sortez vos mouchoirs (ou vos épés !), j'ai sérieusement le Arsène Lupin Simulator avant de me raviser. Il aura eu plus de chance que Persona 4 The Golden qui ne me fait absolument aucune envie mais au final il finira au même endroit. Au delà des remparts du Nevesdor. Pourquoi ? C'est très simple. 120. Heures. Pas euro. Les cons. J'en ai rien à faire de votre édition collector 18 carats. Un jeu trop long et trop liehdesque, trop verbial je veux dire ^^. C'est chiant parce que c'est terriblement beau et singulier comme DA. Que je crois sur parole que les menus donnent limite plus envie que certaines parties du jeu, que les musiques claquent, que l'histoire est bien mais j'ai peur du rythme en dent de scie et des longueurs. Vraiment dommage mais je le prendrai peut-être pour la collection dans un premier temps. Et pour ma retraite dans un second. Là, je devrais avoir 120 heures à claquer. Sur autre chose que RDR2 j'entends ^^

Nier Automata

Ce n'est un secret pour personne. Je ne peux pas blairer la DA des jeux Platinum Games. De Viewtiful Joe à Bayonetta, en passant par MGR Revengeance ou The Wonderful 101, en un mot comme en sang, je déteste !! Mais Nier Automota, c'est surtout 2B et 9S, ce sont des musiques ennivrantes, en atteste le plébiscite au Krevawards 2017 !! Donc Nier Automata réussit l'exploit de passer d'un titre de 2ème catégorie, la catégorie "NIET", à un titre de 3ème catégorie, juste pour sa bande son. Chat peau. "Taka acheter l'OST ducon !!" Déjà commence par écrire ton nom sans faire 2 fautes toutes les 3 lettres et ensuite, non, justement, la solution de facilité serait de ne pas joeur au jeu et acheter le 33 tours. Mais j'ai une réputation à sauver.

Forza MotorSport 5,6,7

J'aurais la Xbox One X. Ne serait-ce parce que j'ai déjà acheté pas mal d'exclus tentantes Microsoft. Alors pourquoi pas de Forza MotorSport. Eh bien, tout simplement parce que le faible fanboy Sony que je suis ne peut se passer de son Gran Turismo, nostalgie couplée à tradition, vous connaissez le topo. Et que GT5, j'en suis à 60 heures de jeu et j'ai même pas touché à la catégorie endurance. Donc, on peut facile doubler le score. Et qu'ensuite j'ai déjà GT6 et qu'après y a le Sporc. Et comme je ne suis pas du genre à tâter en surface ce qu'a à offrir un jeu de course simulationiste, 3 x 100 heures = trop d'heures pour ce type de jeu.

Project Cars 1&2

Pratiquement même constat que Forza MotorSport à ceci près que la série a peut-être une philosophie différente qui légitime un peu plus la tentation qu'un Forza par rapport à un Gran Turismo. Surtout le 2 avec ces conditions de courses entre le cycle jour-nuit et la météo dynamique. Très tentant, et c'est peut-être bien le second opus qui se frayera un chemin jusque la NevesCave pour ses qualités différenciantes. Malgré une perspective d'heures de jeu trop conséquantes.

Monster Hunter World

L'épisode de l'ouverture au monde. Ca me fait bien iech parce que j'étais de ceux qui disaient justement complètement révisé leur jugement sur la série dès lors que celle-ci se mettrait au niveau des standards occidentaux, si vous me permettez l'expression. Enfin beau, ergonomiquement innataquable (2nd stick), gameplayiquement repensé, ce World se permet même d'avoir une histoire qui tient la route. Sauf que j'ai toujours douté du fait que cassé du monstre pendant des dizaines de minutes allait me prendre au trip. Donc, là encore une fois, quelques doutes sensés accouplé à une durée de vie de quoi ? 50/70 heures. Et mes craintes se transforment en un STOP.

 

Il doit bien resté quelques titres tentants par bien des côtés mais "repoussants" par d'autres mais aucun ne me vient à l'esprit. La liste étant de toute façon assez fournie pour exprimer mon sentiment de gestion du temps. Plus que de l'argent. Sans doute, jouerais-je à ces jeux si je jouais à des jeux de 2014/2015 alors que nous sommes en 2018 mais mon retard cumulé au fil des ans fait que je ne pourrais envisager de jouer à ces jeux avant une bonne huitaine d'année. Conséquence de mes études secondaires et supérieurs qui m'ont trop longtemps et trop souvent mis hors-jeu. 8 années à jouer uniquement 4 heures le Week-End, ça laisse des traces. Au vu de la facile 15-20 aine de titres qui sortent chaque année et qui tombent directement dans la première catégorie, les indispensables. Dernière anecdote et certainement celle qui m'a poussé à abandonner l'idée d'acheter ces jeux pré-cités : j'ai acquis les Tales of de Graces f à Xilia 2 sur PS3 - à la suite de ma découverte du JRPG via DieFall Fantasy XIII et aux bons conseils de Romendil - pour mieux les remiser au placard. Pour une raison toute simple. J'ai encore pas mal de HD Collection ou jeux PS2 à faire (DmC, Jak&Daxter, Sly, MGS, Max Payne, Yakusa, etc.), de séries PS3 que j'ai à peine entamé l'année dernière (MotorStorm, Mass Effect, Dead Space, etc.), des séries que je n'ai même pas commencé (Fallout, TES, Ratchet&Clank PS3) et je suis donc chronologiquement bloqué en 2011 jeuvidéoludiquement parlant. Il doit me rester à l'heure où j'écris ces lignes : LA Noire, Skyrim, LBP2, New Vegas qui sont des titres de 2011. Bref, comment voulez-vous dans ces conditions que j'insère la galette d'un Tales of qui me prendra 50 heures facile alors que c'est une licence annuelle !? Même les AC qui me font plus envie, c'est 2 fois moins de temps !!  VOUS ALLEZ REPONDRE, OUI !!?? Et pendant ce temps-là, les mecs parlent déjà de PS5.

Jouez. Pauvres fous.

 

2014-2018 Time Neves, Remonte doucement la pente Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler

Dans un registre analogue aux très modestes mais cependant humbles Neves Megalo Awards qui retraçaient une année de jeuvidéoludie, je prends la liberté de changer les fondamentaux et vous propose en lieu et place du Game as service, le PQ as service. PQ pour Papier de Qualité. Sont cons. Dans le sens, où je retracerais moi par moi - ou plutôt mois par mois - vous êtes vraiment à ce point-là autocentré ? - les oeuvres hautement imparfaites que j'ingurgite au nom de mon addiction complètement contrôlée au jeu vidéo. J'abandonne le format test jeu par jeu pour quelque chose de plus condensé, moins long et moins usant à pondre. Politique de réduction des couts oblige. Ce sera l'occasion comme d'autres l'ont initié avant moi de re-roller une quinzaine de fois cet article pendant l'année, soit autant que le nombre de mois que fait figurer une année sextile comme 2018. Le season pass démarre à 29,99¤. Pour les 10 premiers re-roll. Au-delà, c'est $5 par tête de pipe. On n'arrête pas le progrès.

 

 

Janvier - De l'électricité dans l'air


inFamous 2 - 21 heures

Premier jeu effectué en 2018 et on commence déjà par du solide. J'avais fortement apprécié le premier comme je le mentionnais dans mon test d'alors malgré ses faiblesses évidentes en matière de technique (moteur de jeu daté plus que non optimisé car le jeu tournait bien) et de direction artistique très gris-marron. C'était surtout son scénario (ce twist de fin :love:), cette soif de puissance manette en main ainsi que cette connivence avec la culture comics au travers de ces tableaux dynamiques fortement stylisé mettant en scène les aventure de Cole aux prises avec les Premiers Fils et le Gouvernement qui m'avait tapé dans l'oeil à l'époque. Il serait aisé voire réducteur de signifier que inFamous 2, c'est le même que le 1er en mieux mais la formule bien que galvaudé n'est pas si loin de la vérité. Je ne dirais pas que j'ai préféré le second au premier. Ni l'inverse d'ailleurs. Comme souvent lorsque le 1er opus est déjà une franche réussite, j'ai du mal à m'extasier comme un fou sur une suite si proche de l'original. C'est d'ailleurs pour ça que ça me fera toujours bondir de voir ceux négligeant le 1er Uncharted au profit du 2nd.

Mais stoppons court à la digression. Ce qu'il y a de sensiblement mieux dans ce 2nd opus : le théâtre du jeu pour commencer. Non pas celui à l'angle de la 15ème et de la 7ème. Non, là je vous parle de New Marais. Découpé en 3 grandes zones. La trépidante Nouvelle-Orléans telle qu'on la connait avec son quartier français, son fort sur la baie, sa cathédrale mais aussi sa prison et son cimetière. Puis pour faire le lien avec l'ouragan Katrina, le quartier submergé sous les flots et enfin la zone industrielle. Donc, c'est plus beau aussi bien techniquement qu'artistiquement et mieux identifiable avec des monuments par ci et d'autres structures identifiables au loin par-là (la gare de triage, le port de plaisance ou la raffinerie). C'est donc un plaisir d'évoluer sur la map au moyen de divers câbles reliant les hauteurs de la ville ainsi qu'en exploitant la panoplie de nouveaux mouvements de Cole permettant au fur et à mesure de sa progression de s'élever plus rapidement pour traverser la carte de manière plus fluide.

A ce propos, les propulseurs électriques permettant de s'affranchir du matraquage du bouton "escalader" pour varapper une façade est la meilleure invention depuis le droit des enfants pour les présidentielles de 2024. Nan et puis, inFamous 2 s'améliore sur la narration et l'écriture de ses personnages secondaires. En sus des tableaux dynamiques très comics, tiennent place désormais des cinématiques (c'est nouveau et au niveau des cadrages, on sent qu'à l'instar d'Insomniac Games pour ses Resistance 2 et 3, Sucker Punch a dû voir passer 2-3 larrons de chez Naughty Dog parce qu'on sent qu'il y a une direction derrière la caméra) mettant largement mieux en scène les relations psychologiques entre les différents protagonistes, que ce soit Cole, son acolyte de toujours Zek, le grand méchant Bertrand ou encore le tandem féminin Kuo/Nix. Ce qui me permet d'embrayer sur le dernier point que je voulais soulever, à savoir la dualité proposé au joueur avec ces histoires de karma. Eh bien, je trouve ça bien plus présent et mieux foutu dans ce second opus avec des moments de décisions plus déterminants au cours de l'aventure et des missions principales comme secondaires clairement orientées en ce sens, là où je trouvais le procédé bienvenu mais plutôt gadget dans le 1er. inFamous 2 s'améliore sur beaucoup de points vis à vis de son devancier, je citerais par contre un bémol, les affrontements contre les boss, moins orientés patterns/phases, plus ciblés sac à PV/balance la sauce. Et ces musiques si jolies et pourtant si feutrées comme s'il fallait les cacher. Dommage. Ah oui, et on a fait mieux en termes de "vie" dans ce monde ouvert. Par contre, le doublage français, au top.

 

Janvier/Février - La guerre des boulons

Ratchet & Clank 2 : Going Commando - 20 heures

Je ne me suis mis à Ratchet & Clank qu'à la fin 2016 et j'avais été agréablement surpris par la proposition à la mi-chemin entre plateformer et shooter d'Insomniac Games et me voici reparti pour le second opus. Comme je le mentionnais dans un précédent billet sur mes affres vidéoludiques de 2016, Ratchet se montrait à la hauteur de sa réputation sur à peu-près tous les plans (musiques, variété des phases de jeu, plateforme, inventivité de l'arsenal et même le challenge qui se corse à la mesure que les pétoires s'émancipent de leur fonction première) sauf sur son histoire - niaise et trop enfantine - ainsi que sur son humour - niais et trop enfantin. Le 2, c'est effectivement la même recette qui fonctionnait déjà bien mais avec des ajouts pas piqué des hannetons. Ainsi que de sensibles améliorations. Alors l'histoire est toujours aussi peu emballante de mon point de vu mais pourtant j'ai bien aimé le personnage du voleur qui est en réalité Angela. J'ai bien aimé l'esprit (je n'oserai dire l'humour) de cet épisode qui prête plus à sourire que son prédécesseur. Les ajouts eux se révèlent plus marquants comme les nouvelles armes bien barrées, les phases de courses à la WipEout, de planeur (où le doigté minutieux du stick est requis), de propulseur (où la gestion du carburant comme de l'altitude est mise à contribution) ou la grande amélioration portée aux phases de combat spatial dont les repères spatiaux favorisent les sensations en vol. Un bon moment passé en résumé.

 

Février - La Mémoire, la Mort et la Vengeance

Max Payne - 12 heures

Je ne me souviens de Max Payne ... A l'époque, nous sommes en 2002 et j'y joue sur PC. Enfin, je tente d'y jouer parce que je n'irai pas bien loin, tout juste le niveau du métro. L'impression que je n'allais jamais bien loin dans aucun de mes jeux de l'époque d'ailleurs. 2018, jeu acheté sur le PS Store, téléchargé au bout d'1h40, l'appréhension monte. Est-ce que le choc visuel sera trop important ? Est-ce que la maniabilité sera trop merdique ? Est-ce que ? Alors oui au début, le retour en arrière est violent. Plus par le côté anguleux des couloirs que les décors qui sont en eux-mêmes bien garnis. Eh oui, c'était aussi ça l'époque PS2. Puis on se laisse alpaguer par le charme de l'oeuvre et bon an mal an on se retrouve à retrouver des sensations de tirs à la troisième personne qu'on avait plus aperçu depuis longtemps. Au fur et à mesure de la progression, on se fait à ce Max Payne aux animations de déplacement oblique inexistantes et on vise de mieux en mieux par force de l'habitude et via le dosage de la sensibilité des axes horizontaux et verticaux. En gros, j'ai vécu Max Payne comme une longue montée en puissance. De l'appréhension à l'exaltation.

Au début, comme tout le monde, je veux savoir pourquoi Max a été frappé du terrible drame qu'il a subit. Puis je me lasse d'une vendetta à l'encontre de la Mafia New-Yorkaise, ni très original, ni très palpitant. Je me dis, c'est donc ça "Max Payne" ? L'arrivée de Mona (ou de Lisa ?) signe le changement de direction du vent et l'entrée de l'Histoire de Max Payne dans la catégorie "intéressante" avec une machination d'intérêt supérieur. En dehors de ça, l'apprivoisement de la maniabilité du personnage se fait naturellement et se dessine alors un TPS aux mécaniques ultrasolides avec la fonctionnalité de la décennie : le bullet-time. Au début, on a l'impression d'être invincible, on l'utile tout le temps et par tous les temps, puis son utilisation se fait de plus en plus clinique, seulement dans les moments opportuns et/ou vitaux. La montée en puissance de l'arsenal corrélée à celle des ennemis ne fait que confirmer que le bullet-time est la meilleure invention de l'homme après la chaise à 4 pieds. Pourquoi ? Parce que le bullet-time, même 15 ans après, c'est toujours aussi stylé et fonctionnel, et que ce n'est pas la capacité miracle qui fait de vous l'invincible l'espace de 5 secondes. Il faut vraiment viser et ne pas se louper sous peine de morfler sévèrement.

Ce qui m'amène au second point à surligner de toute urgence : le système de couverture social qu'embarque le jeu de Remedy. Les painkillers constituent la meilleure invention de l'homme depuis le hamburger sans steak. En effet, après toutes ces années à la remontée automatique de la santé, le fait d'être si vulnérable (une seule balle à bout portant et c'est soit la mort, soit 80% de la barre de vie en moins) se marie admirablement bien avec la capacité du bullet-time et le système de visée (d'ailleurs, le réticule discret de Max Payne est là aussi un Must) plus généralement. Outre le fait que Max Payne est un jeu pré-mode du cover shooter, on ne badine pas avec les balloches dans Max Payne, on ne peut rester planquer, on bouge, on surprend en sortant des bullets time dans tous les sens si on veut mais on est actif, on ne fait pas du tir au pigeon bien planqué derrière un muret et non, il ne suffit pas de zigzaguer/détaler dans tous les coins tout en débitant tous ses chargeurs pour se sortir d'une mauvaise passe. Bref, on réfléchit. Et ça fait du bien.

Les qualités de jouabilités ne sont pas/plus à remettre en question une fois l'oeuvre digérée dans son intégralité. Il en va de même pour ses qualités narratives. Max Payne se raconte et se la raconte beaucoup. La narration tout en planches de comics à l'effet aquarelle n'y est pas pour rien. Ca ergote beaucoup dans Max Payne mais ça ergote bien. Dans ce sens où les planches sont déjà formidablement narrées par la voix suaves de Max en VO. Insufflant clairement le ton à l'oeuvre tout au long de l'aventure. Mélancolie et gravité faisant à mon grand dam bon ménage. Et en plus d'être bien narrées, elles ont le mérite de ni couper l'herbe sous le pied du joueur par la soudaineté de leur arrivée, ni durer trop longtemps (et pourtant Dieu sait que j'adore m'empiffrer de cinématiques Kojimaesque chaque soir avant de m'endormir). Last but not least, je ne peux finir sans remonter le fait que ça faisait longtemps que je n'avais pas joué à un pur TPS (sans autres mécaniques disséminées d'ici de là) et que ça fait plaisir de redécouvrir que les phases de jeu se renouvellent bien, que les lieux/décors idem ou encore que l'inventivité est de mise pour surprendre avec l'utilisation du bullet time notamment. Max Payne n'usurpe pas son aura.

 

Février/Mars - La tête sous l'eau

Bioshock 2 - 22 heures

Rapture, Rapture, Rapture ... Par où commencer ? Inconditionnel de l'oeuvre constitué par le 1er déjà. Toujours arpenté dans cette excellente VF. Au début, Bioshock 2 m'a inquiété, je le trouvais scolaire dans sa construction comme ses ajouts. L'Atlantis Express faisant écho à la navette de Dead Space entre les différents distrits, de Rapture pour l'un, de l'Ishimura pour l'autre. Le chrosome enragé qui n'est rien d'autre qu'une grosse butte épaisse dopée à l'Adam. Les Grandes Soeurs aussi, dont la dénomination en elle-même manifeste le manque d'inspiration. Et Sofia Lamb aussi, sorte d'erzats du mythique, que dis-je, mirifique Andrew Ryan. Et puis je me suis ravisé graduellement au fil de l'aventure. Parce que tout a une raison. Et que j'ai enfin pu maté proprement ces putains de Protecteurs ! Nan mais ce que j'ai bien aimé, c'est le level design plus ouvert permettant de "jouer" avec les Protecteurs, chose beaucoup moins faisable lors de l'opus fondateur. Certains pourront arguer que cela reflète la tournure multi du jeu mais je m'en tape. Tant que ça sert mes intérêts.

Je l'ai déjà dit mais la VF est énorme et l'écriture des dialogues/monologues/interventions des différents forts en gueule est toujours aussi exquise. Après Sander Cohen, Yi Suchong, Brigid Tennenbaum, Franck Fontaine et Andrew Ryan, les nouvelles "histoires" dans l'Histoire de Rapture ne déçoivent pas. Qu'il s'agisse de Grace Holloway, les frères Wales, Stanley Poole, Augustus Sinclair ou encore Gilbert Alexandre, le récit des acteurs de Rapture est captivant. Enfin les thèmes du despotisme, du collectivisme, de l'égocentrisme (et Sofia Lamb n'est pas la dernière pour ça !), de la religion voire du prophétisme sont autant de sujets philosophiques clairement passionnants à suivre dans toutes ces joutes verbales. Mention spéciale à la bataille des idées entre feu Andrew Ryan et sa dissidente/remplaçante Sofia Lamb. Bref, les environnements se renouvellent bien, l'arsenal aussi. On peut aussi jouer en même temps du plasmide et du plomb, le piratage est bien batard et les affrontements coriaces, j'ai pris plus de plaisir dans ce 2 sans doute parce qu'en niveau de difficulté moyen, le jeu abandonne assez rapidement son côté chiche en munitions/butinnage d'équipements pour laisser au joueur le soin de penser ces affrontements. Un peu plus facile mais un peu plus plaisant. Qu'est ce que j'en avais chié avec les Protecteurs dans le premier ... Enfin, l'Histoire est belle et les révélations pleines de sens ; mention spéciale au passage dans la peau d'une Petite Soeur avec ce monde féérique plaquée sur cette charpie de Rapture que j'ai trouvée d'une beautée sale.

 

Mars - "I watched stupidity of mankind through the scope of my rifle", Sniper Wolf.

Metal Great Solid - 16 heures 40

Mais quel grand jeu ! Pourtant, ça commençait mal. Joué sur une version démat' sur PS3, je me suis très vite rendu compte de 2 choses casses-couilles : pas de VO et pas d'infiltration. Pas de VO parce que c'est trop compliqué d'intégrer l'ensemble des doublages sur une version universelle du jeu - faut croire - et pas d'infiltration parce que franchement le cone de vision des soldats ennemis de Metal Gear, ça reste une vaste blague pour la licence qu'on désigne la meilleure en infiltration. Trop facile de duper 25 types à la suite. Heureusement qu'en avançant dans l'aventure, les rondes coordonnées des gardes masquent un peu cette calibration zarb'. T'es en face du mec, en plein jour mais à l'extérieur du cône, donc t'es invisible pour lui, faudra qu'on m'explique. Heureusement que le bruit de Snake est pris en compte. Aveugle ok. Aveugle et sourd ... En fait MGS, c'est énorme pour 2 raisons : sa succession de boss aussi charismatiques que psychologiquement profonds et bien évidemment son histoire/scénar'/narration usant tantôt d'un brouillard épais pour aiguiser notre curiosité et tantard de retournements complètement imprévisibles. C'est fou comme une structure narrative poussée arrive à faire oublier 20 ans d'âge et quelques millions de polygones trop apparents. Evidemment MGS j'en ai souvent entendu parler comme d'un monument du jeu vidéo, et enfin je suis à-même de comprendre la teneur de ce dithyrambe. Snake, c'est du solide.

 

Avril - Le chat et la chauve-souris.

Joker de la Fontaine.

Batman Arkham City - 23 heures 30

C'est avec pas mal d'appréhensions que j'entrais dans ce second épisode signé des studios Rocksteady. Ayant trop souvent lu que le "Protocol Ten", clé de voute de l'intrigue n'était pas si intéressant à suivre ou que tout simplement Asylum était jugé meilleur par de forts-en-gueule sur les forums ... Que dalle au final. J'ai adoré. Alors certes, le concept de ville-prison tue dans l'oeuf les véllités qu'un connard comme souhaite d'un jeu de super-héro ; à savoir une ville "normale" avec de la vie dedans. Comme un GTA, comme le prochain Spiderman à venir en fait ... Mais tout de même, cette liberté de voler sur plusieurs centaines de mettres au gré des techniques de vols et cette fluidité que confère la batte-griffe puis plus tard la possibilité d'enchainer les phases d'ascension au grappin et de vol dans la foulée, "sans transition" effectivement ! Vous le dites si bien Patrick !! Nan et puis cette fois-ci, je l'ai fait en VOst. Et même si j'adorais la voix française de Batman lors d'Asylum, le jeu d'acteur prend lui aussi son envol si vous me permettez. Pour rester dans le sonore, j'ai aussi trouvé que la musique prenait plus la mesure de l'épopée, du grand Détective là où je la trouvais trop en retrait et pas assez gandiloquente lors des premières aventures. Dôté de phases de jeu toujours aussi plaisantes, bien aidé d'ailleurs par une I.A. qui tient bien son rang, le jeu excelle dans ses affrontements cérébraux entre le Chevalier Noir et la myriade de villains que compose le titre.

J'ai adoré les phases aux prises avec Ra's al Guhl, le Joker (contrairement au 1er en fait - faut dire y a pas Harley cette fois, ça doit être pour ça), Mr Freeze (cette voix !) et surtout Catwoman !!! Moins ambiancé par le Pinguoin alors que ce personnage m'a envouté dans la saison 1 de la série Gotham. Et Double-Face n'est pas assez présent. Ah et j'allais oublié Hugo Strange, vraiment parfait en grand tenancier des ficelles du scénario. Même si à ce niveau le Joker n'est pas en reste. Comment ne pas revenir sur cette symphonie comme dirait un certain Blacklaboule que représente le système de combat, un jeu de rythme dans le jeu, un QTE-game dans le game si vous voulez, mais ce que ça rend bien à l'écran n'empêche ... Deux choses qui m'ont étonnées pour finir : cinématographiquement, cet Arkham City pose ses baloches, la mise en scène est certes classiques mais très travaillées et je n'ai pas l'impression qu'une telle implication avait été de mise lors du 1er opus (raison stratégique d'affectation des ressources pour la génèse des fondements d'une série, je suspecte). Et Catwoman. Quelle souplesse. Quelle grâce. Quel plaisir de la controller. Il faut donc que Rocksteady s'attèle sur un jeu sur Catwoman. Avec 15% de phases avec Batman. Si ça leur chante.

 

Mai - Quand tu te rends compte que le sado-masochisme est peut-être une option viable

Demon's Souls- 23 heures 30 en 2018 - 69 au total

Le jeu qui a failli m'a fait rentrer en dépression. Une dépression portée par des vents d'Est en provenance du software, du Japon pardon. Qu'est ce que j'ai ragé. Mais fort d'un plan youtubal, j'ai réussi à réaliser emprise sur le titre. C'est ça, rigolez. Et si maintenant je vous disais que la moitié des boss, je les ai buté de loin, "safe", avec ma baguette. Voilà, étranglez-vous maintenant. Ca vous apprendra à manger des cacahuètes en lisant mes conneries. Donc, en gros, Demon's Souls, c'est excellent gameplayiquement parlant, ainsi qu'au niveau de la structure des niveaux des 5 archstones. J'ai vu très tôt le phénomène arrivé en 2009 avec les tests imports des versions jap' du jeu par les rédactions locales. Mais j'ai aussi décrété très tôt que ce style de jeu n'était pas pour moi. Pas convaincu qu'un jeu entièrement basé sur ces combats pouvait me faire ressentir quoi que ce soit. Et c'est seulement avec la sortie de Bloodborne que je ravisa mon jugement. Et effectivement, ce titre est taillé pour un poltron comme moi. Chaque action/décision compte et doit se soupeser eu égard : de la distance qui vous sépare du sbire le plus lambda, de sa position de combat (bouclier levé, en pleine chorégraphie meurtrière, en train de se soigner, etc.), de la rapidité d'éxécution de votre coup "rapide" ou "puissant", de la portion d'endurance qu'il ponctionne, de votre position vis à vis de l'ennemi (derrière lui, du côté où il y a son arme et non son bouclier). Je n'aime pas crier au génie comme toutes ces fillettes qui croit voir Zac Efron de dos, mais j'ai crié au génie. Votre honneur. J'accepte donc votre chat qui ment. Les boss eux, m'ont mené la vie dure. Et comme je suis du genre peureux face à mon boss comme aux boss ou même face à Hugo (il fallait bien que quelqu'un se dévoue pour la faire), j'ai pris la liberté de regarder le Youtubeur "Lord Fergusson" pour zieuter quelques 'tipp-off' (mais arrêtez-moi, je suis en train de faire "une Fache") et me sortir de biens des pétrins. Ce que j'ai remarqué au fur et à mesure de ma progression et c'est chose logique, c'est que dès lors qu'on est blindé d'herbes médicinales à ne plus savoir qu'en faire et qu'on a une jauge d'endurance bien évoluée, on entrevoit les combats de boss complètement autrement. Là où je ne cherchais que quelques conseils pour entamer le combat en allant sur Youtube trop souvent sur les 2 premiers tiers du jeu, j'ai fini par comprendre tardivement (mais n'est ce pas la faute à la courbe de progression du jeu) que ces 2 données (les herbes et l'endurance) suffisaient à au moins analyser correctement les mouvements d'un boss - quitte à y rester à s'y reprendre à plusieurs fois, le temps d'éxécuter farpaitement son plan - situation impossible à avoir en début de jeu. Donc je vous le demande, messieurs les Inquisiteurs et ardents défendeurs de la Souls et de l'orphelin. Pourquoi des boss si impitoyables dans chaque premier niveau des 5 Archstones ? Pourquoi arriver péniblement jusque un boss et se faire latter la gueule en 10 secondes et y revenir s'en ne rien avoir appris. Vous avez 4 heures. En dehors de ça et une narration niveau -1 (c'est en dessous du niveau 0), c'est un grand jeu.

 

Mai - Dantesque

Devil Never Cry- 13 heures 30

Toujours une petite appréhension avant de commencer un jeu qui date de 2001 en 2018. HD Collection ou non. Rassuré par l'affichage en 16:9 (putain, j'ai cru à un moment que le 4:3 du début n'allait pas jarter fiça °_°), j'ai donc pu me concentrer sur le coeur du jeu. Et c'est vraiment du solide. En terrain connu pour un sale con comme moi qui s'est permi de faire la GoW collection avant le titre révolutionnaire de Capcom. Que dire qui n'a pas déjà été dit, je ne me vois pas enchainé les banalités. Pour une fois. La gestion de la caméra est paradoxalement géniale la plupart du temps (et encore heureux oserais-je dire ...) mais offre des moments ou on tape à la grosse en supposant la position de l'ennemi. Pas génial donc ... Sinon, j'ai pas compris grand-chose de l'histoire (décidément, coup sur coup après Demon's Souls ...) donc j'ai tappé "l'histoire de Devil May Cry pour les nuls" dans ma barre de recherche. Je trouve le roster d'armes et de mouvements/capacités à débloquer proprement exquis. Quel plaisir l'état de stase démoniaque avec les gants IFRIT. Ce qui me fait penser qu'on est Dimanche et que comme tous les dimanches, c'est frites ce midi ! Sinon, la difficulté fait vraiment l'intérêt du jeu avec plein d'ennemis de toute sorte et des mini-boss et boss bien casse-couilles si vous me passez l'expression. J'en ai bien chié si vous me repassez l'expression mais je leur ai bien marrave la gueule à ces batards si vous me re-repassez l'expression. C'est pas après avoir terrassé d'une seule main Demon's Souls (bon ok ...) que ces grosses bestioles vont m'arrêter dans ma quête du PGM. Mon seul gros problème avec DmC finalement, c'est qu'apparement, le second est une grosse merde. Mais bon, qu'est ce qu'on ne ferait pas pour la Science ? Hein ...

 A dans 2 mois bande de fifrelins.

2014-2018 Time Neves, PQ as Service Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

Sans faire offence à qui que ce soit (sic), spécial kassedédi à mon poto Fache, ça commence à me les briser d'introduire chaque challenger donc je vais la faire courte pour l'ami du mois qui nous vient tout droit de 1996 ou de Kyoto, je ne sais plus. Puis comme je ne suis plus si certain que quelqu'un s'emmerde encore à lire mes intros vide de sang, de sens pardon, ça ne sert certainement à rien de continuer à se faire du mal. Sans plus tarder donc l'itw. Vous avez déjà essayé d'écrire un texte sans voyelle !? l prt q c't trp bn.



 

TRAME

 

 I                          A                          4/4

 

 II                         N                        11/4

 

 III                        G                        18/4

 

 IV                        E                        26/4

 

 

 Equitable.

 

 IV      Extatique

 

Tu rêves de quoi secrètement la nuit question Tendo ? Le retour de Metroid, F-Zero, StarFox, Earthbound, nouvelle IP dans un genre particulier ?

Je rêve suffisamment de Samus la nuit alors ... Ho pardon, tu parlais de jeux.

Quitte a parlé rêverie. Je dirais un remake tout en 3D de Earthbound. Refaire intégralement le jeu, donnerais un truc bien fun et pourrais, au passage, le faire découvrir au plus grand nombre.

Un spin off de Splatoon. Un mélange entre GTA et un Super Mario 3D. Une grande ville ouverte, ultra travaillé avec énormément de plate-forme, de passage rapide (sol - toit, toilette d'un appartement - baignoire d'un autre) et de guerre de territoire. Cela ne fait pas longtemps que j'ai pensé à ce style, mais j'avoue que cela me plairais bien.

 

Et pour finir sur une nouvelle Ip. On garde le jeu bac à sable qui se déroule dans une ville, on garde les belles couleurs à la Splatoon/Arms mais cette fois avec le thème de super-héros. Je sais que c'est la mode du moment et que Nintendo a déjà une IP de super-héros (Wonderful101), mais j'avoue que je serais curieux de voir ça, surtout en ce moment avec leur envie de crée de nouveaux personnages.

 

Bon, je ne compte pas m'éterniser dessus, car il y aurait beaucoup trop à dire. Mais ouais, je suis un rêveur.

La WiiU t'avait convaincu ou déçu ?

Jamais étais déçu d'une console Nintendo.

Pourquoi ? Un savoir-faire que les autres n’ont pas ? La puissance des licences ?

Cela n'a même pas un quelconque rapport avec Nintendo. Que cela soit les consoles, Sega, Nintendo, Xbox et Play, tous m'on proposer d'excellents jeux, je n'ai jamais était déçu par leurs consoles.

La persévérance dans le motion gaming avec ARMS et 1-2 Switch, tu la sens comment ? (à l’heure de la RV et de l’asymétrie timidement exploitée sur U)

Je pense que c'est au développeur de se démerder à nous proposer de bonne expérience de jeu. Le type qui souhaite créer un jeu en motion gaming car c'est le style de maniement qui l'inspire le plus doit se lancer, comme la RV et autres. La chance qu’ils ont (les développeurs) avec la Switch, c'est qu'ils peuvent faire un peu ce qu'ils veulent. Tu veux un maniement au gyro ? Bah vas-y. Un jeu simple à la manette. Ok tu peux. Une utilisation à la WII ? Qui t'en empêche ? T’aime les manettes Nes ? Les joy-con sont ses petites s½urs. Et c'est valable pour la RV, ils ont tous les outils en main, maintenant, qu'ils fassent leur boulot et que ces trous du cul ne nous emmerdent pas (^-^)

 

Nintendo a souhaité fusionner plusieurs consoles en une (Nes,Wii, Wii U) maintenant à voir ce qu'il propose, aucun des style cité plus haut me fait peur.

T’es du genre à être aussi soliste que complétionniste convaincu sur les titres Tendo ou tu attends d’eux particulièrement leur dimension multijoueur ?

J'ai toujours attendu de Nintendo du bon multi local comme ils savent si bien le faire, en fait, on peut dire que j'attends un bon multi local de n'importe quel jeu qui propose une aventure en duo. Je possède une nette préférence au canapé-copain,  qu'un multi en ligne, même si je ne suis pas totalement opposé, au contraire même, mais il va de soi qu'appelez les copains, copines pour une soirée est bien plus sympa.

 

Après je pense avoir déjà répondu. Etant de la génération Play/N64 et appréciant le style "vieil école" j’aime explorer tous les recoins des jeux et collectionné plein d'objets caché pour un 100%.

Pourquoi t’aimes pas SEGA ?

Je n'aime pas Sega ? C'est nouveau ça ^^

Puisque t'aimes à la fois SEGA et Nintendo, qu'est-ce qui les liait ou les différenciait à la grande époque des 2 compagnies ?

Tu sais, je n'ai pas connu cette époque, tout ce que je pourrais te dire, je les ai lus dans les livres d'histoire, pas sûrs que cela intéresse qui que ce soit.

Qu'as-tu pensé de la prestation de Nintendo à l'E3 2017 ?

J'ai seulement vu le Nintendo Spotlight, mais je n'ai pas regardé les vidéos du salon. 

Dans l’ensemble, c'était pas mal.

Ils ont commencé avec une courte vidéo des jeux de 2017 avec leur nouveau modèle de publicité. Comme dit plus tôt, j'ai bien accroché à l'une des scènes de celle-ci, d'ailleurs, je les trouve très bien faites dans le sens que comme moi certaines situations peuvent nous inspirer/parler. Après le problème, c'est que je suis déjà appâté, ce style n'opère plus sur moi, donc, il est un peu dommage qu'une pointe d'humour/d'originalité ne soit pas présente comme fut le cas sur d'autres événements de Nintendo.

Après cela, c'était essentiellement le programme de 2017 avec comme seule surprisse, Mario& Lapin Crétin Kingdom Battle, enfin je dis surprisse, on se comprend. Pas un mauvais programme, mais un programme qu'on connaît.

Heureusement, on a eu quelques miettes pour 2018, deux valeurs sûres de la plate-forme, Kirby et Yoshi, l'annonce très vague de Metroid Prime 4 et Pokemon Switch, mais qui restent deux gros jeux dont on entendra forcément parler à l'E3 2018.

Bref, présentation sympa qui va au fond des choses sans chichi, mais qui justement manque de WTF.

C'est bon la Switch est parée pour une belle carrière au vu du programme ?

J'ai envie de dire oui, la première année de la Switch est plutôt riche, les projets pour 2018 semblent très intéressants, bref, il n'y a pas de raison. Mais bon, seule l'histoire a les réponses à ce genre de question.

Qu'est-ce que t'as bien aimé chez les autres cette année ?

Les balles du Dragon Fighter -paf 10 000 commentaire d'insultes – m’a fait forte impression, le jeu est beau, intéressant et semble être une pépite qu'on -les fan de DBZ-  attend depuis un moment.

Monster Hunter World, je ne suis pas familiarisé avec la série, même si j'ai bien apprécié Munster Hunter Ultimate sur U. Outre les lucioles qui mettent en évidence les interactions (empreinte, plante à cueillir etc, etc) que je trouve dégueulasse, le reste semble être une petite évolution de la série, l'environnement destructible et les réactions de la faune entre-elles semblent très appréciable.

Spider-Man, l’environnement semble intéressant, les QTE que je n’apprécie guère un peu moins.

The Evil Within 2, ayant apprécié le premier, j'attends forcément le deuxième. 

Cuphead que j'attends depuis un long moment, sa patte artistique des années 30 est déjà un enchantement pour les yeux.

Et j'attends plus d'info sur Anthem, jouer les Iron-Man semble bien amusant.

Satisfait globalement de cette édition 2017 ?

Oui beaucoup.

Bon, au final, il est comment ce Zelda

BotW ?Tu le places où dans ton coeur de fan ?

Exquis !

Pas facile, dans certains domaines je le préfère à d'autres et inversement je le trouve moins bon dans d'autres. Mais en englobant le tout, hum, je dirai bon dernier.

Si tu nous fais la liste de tes Zelda du moins préféré ou plus préféré, ça donne quoi ?

Majora's Mask - A Link to the past -  Twillight princess - Ocarina of time - A Link awekening - Skyward Sword - Wind Waker - Breath of the wild - minish cap - Oracle age/season - A Link between worlds -  The legend of zelda - Phantom hourglass - Spirits tracks - The aventure of Link - Tri forces heroes - Four swords.

Mêmes questions pour Mario Odyssey ?

Exquis !

Pas facile, dans cer ... quoi ? Un copier-coller c'est un peu abuser, c'est ça ! 

Autre ma boutade des plus subtiles, je dirais qu'il se trouve comme tous les autres Mario, pas plus bas, pas plus haut ... enfin sauf Galaxie qui est mon Mario préféré et donc premier.

Si tu nous fais la liste de tes Mario du moins préféré ou plus préféré, ça donne quoi ?

Pff, il y en a pas mal des Mario :

3D: Galaxy - Galaxy 2 - 64 - 3d World - Sunshine - Odyssey - 3d land.

2D: Super Mario world 2: Yoshi's island - Bros.2 - Bros. 3.

RPG: La porte millénaire - Mario rpg - Dream Team Bros.

Sport: Mario Kart - Mario Football - Mario party.

Autre : Luigie Mansion - Wario Ware - Captain Toad

Désolé, je note seulement mes préférés, car sinon, cela risque d'être compliquer de les noter selon mes préférences.

Il te reste Xenoblade 2 et l'année aura été parfaite ?

Ce fut une très bonne année pour les jeux vidéo et en effet, Xenoblade II comme cerise sur le gâteau me satisfait au plus haut point. Néanmoins, je n'aurai pas dit non à un bon party-game.

Les prévisions astronomiques de ventes de la Switch te semble réalistes/fantasmées ?

(on parle de 17 millions d'ici au 31 Mars 2018 puis 30 millions sur la seule année fiscale 2019)

Que faudra-t-il à la Switch pour faire du gros volume ?

Oui, je trouve cela un peu beaucoup quand même. Je pense que le premier objectif de 10 millions par an est ce qui a de mieux comme ambition première, après s'ils font mieux tant mieux, plus la console sera en forme, plus les jeux arriveront.

Un Pokemon canonique ^^ Une application a la con qui fait mouche ou/et Half life 3.

Il y a plein de choses qui peuvent faire ventre des Switch, honnêtement j'ai envie de croire que la qualité des titres présent et future dessus suffira.

Le principe de Nintendo Direct qui s'annonce seulement quelques jours avant te plait ?

Bien sûr. J'aime les surprises.

La com de Nintendo est rôdée ou tu vois des axes d'amélioration ?

Pff ... bah ... Hum... Je ne suis pas très marketing, comme j'ai dit dans une autre question, les Pub sont généralement attrayantes pour les personnes qui ne possèdent pas de Switch, après je ne parle pas au nom de tout le monde, mais, je dirais que les personnes possédant une Switch aimerait des Pub plus WTF, palpitante, drôle etc, etc, et qu’ils ne mettent pas forcément monsieur tout le monde, une bonne pub comme Zelda Wind Waker serait cool pour Breath of the Wild.

Que penses-tu de tous ces portages sur Switch de jeux tiers ?

La console est-elle assez puissante quand on voit l'état de certains de ces dernier ?

La Switch a besoin des tiers ou non ?

Intéressant ! Odieux ! Palpitant ! Feignant ! Réussi !

Généralement, pour les plus mauvais portages, il y a deux cas, celui qui fourretout dans la galette en espérant que cela passe ou les types qui les coupe en petit morceau, inutile de dire qu'il ne rentre pas chez eux fatigué. Certains diront que j'ai tort, s'ils ont raison ou non ça, je l'ignore, il n'empêche, j'ai bien envie de dire que la puissance de la console est parfaite comme cela et que les reproche, je les ferrais au (patron des) développeur plutôt qu'a la consoles. Je ne suis pas très calé informatique, et plus particulièrement les moteurs lier aux jeux, mais comme tout boulot tout est une question de peaufinage, plus tu peaufines plus ton travail sera réussi, si tu fais vite fait mal fait, forcément cela ne sera pas très ragoûtant. En tout cas moi, je ne serais pas très fier.

Oui ! Bien sur quelle en a besoin, Nintendo arrive à bien faire vivre ces consoles, mais les tiers sont comme un écosystème, même si tu les voies pas au premier coup d'½il, ils sont là et son nécessaire. Hélas certaine de ces petite bêbête n’évolue pas dans leur nouvel environnement et s'étonne de ne pas survivre.

En bon exemple, je pourrais te donner EA et level 5. EA se taraude quant à leur avenir sur Switch, le seul jeu qu'il on développer et sortie est FIFA 18, un jeu qui n'a pas eu le succès escompter, c'est probablement dommage car le coter portable avec son multi local doit être cool, mais en même temps, il savait que sur les consoles nintendo leur jeu ce n’est pas trop ça. Alors que coter licence il en possède qui colle à la perfection a la machine, comme simscity (gère ta ville dans les chiottes, génial !) ou des spins off de dragon age façon origin ou de Mass effet, s’ils ne font pas leur EA ils peuvent se crée une bonne fanbase avec les poichigeon nintendo, voire crée une nouvelle licence.

Quant à Level 5, eux, se sont le roi de l'évolution, Yokai-watch, Layton, Inazuma etc etc, autant de titre qui se sont bien intégré au consoles nintendo, c'est ça le secret, crée leur propre environnement sur la consoles. Ce ne sont pas les AAA, mais c'est loin d’être déshonorant au contraire.

Les joueurs Switch sont-ils moins regardant sur les jeux eus égard de la faible proposition en termes de quantité ?

Que ce que j'en sais, je ne suis pas leur mère ! 

La Switch a une bonne première année avec des bons titres de qualité, mais c'est qu'une première année forcément on cherche toujours à avoir plus de bidoche qu'il y en a en réalité. Sans oublier le coté portable de la console, cela joue également dans la balance, ce qui fait que certain chercherons un jeu moins beau mais jouable a tout moment et en tout lieu.

Donc peut-être pour les boulimiques de JV comme moi, oui pour les fans d'un style précis, mais pour les autres, ne réfléchissez pas trop, il y a largement de quoi faire.

Bon ils vont finir par l’euthanasier cette 3DS ou quoi, y a encore des jeux annoncés dessus en 2018, c’est pas possible !!!

Hum, ça sent la respiration artificielle tout cela. Officiellement elle ne claque pas, mais officieusement, ont fait déjà notre deuils.

Que souhaites-tu à la Switch et à la communauté des joueurs pour finir cette interview ?

Des jeux, encore des jeux et toujours des jeux ! ET bonne partie !

On a fait le tour de ta petite personne dans ton interview ou t’as des trucs à rajouter pour ta défense ?

Hum déjà ? Moi qui pensé avoir droit a  200 autres questions. C'est comme si j'avais commencé hier  d'y il a 2 ans... La fin d'une époque c'est moi qui te le dis.

Dernière question – la plus importante et difficile donc – qui es-tu AngeP ?

Pour cette dernière question, je vais répondre le plus honnêtement possible et sans aucune boutade. 

Je suis ...

L'homme masqué de Sailor Moon TATATA  

Saute par la fenêtre et s'enfuit de toit en toit.

PS: Plus concrètement, un con rustique qui aime bien la culture vidéoludique (etc).

 

fin de l'itw

 2014-2018 Time Neves, C'est dans la poche Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Édito

 

Ne vous demandez pas ce que vous pouvez faire pour Neves.

 

Faites-le.

 

Neves F. Kennedy, 1964.

 

--------------------------------------------------

 

'Bienvenue au Neves Club.'

 

La première règle du Neves Club est 'il est interdit de parler du Neves Club'.

 

La seconde règle du Neves Club est 'IL EST INTERDIT DE PARLER DU NEVES CLUB'.

 

Troisième règle du Neves Club : ' lorsqu'un joueur WiiU l'intègre, il doit jurer sur la Dualshock de ne jamais prononcer les termes suivants dans l'enceinte du Club : "fun, gameplay, level-design, game design, multi-local" '

 

Quatrième règle : 'le joueur Sony et affiliés est exempté de combattre'

 

Cinquième règle : 'le joueur Xbox est un mythe qui n'existe pas'

 

Sixième règle : 'seulement deux joueurs par combat messieurs'

 

Septième règle : 'deux joueurs WiiU minimum par combat'

 

Huitième règle : 'quand le joueur WiiU crie stop, ou n'en peut plus, le combat continue jusqu'à ce que j'en décide autrement'

 

Neuvième et dernière règle : 'si c'est son premier jour, le joueur WiiU doit combattre'

 

Tyler Neves, 1997.

 

--------------------------------------------------

 

Il y a bien longtemps, dans un galaxie lointaine, très lointaine ...

 

 

C'était une époque de guerre civile, à bord du vaisseau opérant à partir d'une PlayStation inconnue, les Rebelles  ont emporté leur première victoire sur l'abominable Empire Nintendo.

 

Au cours de la bataille, les Rebelles ont réussis à dérober les plans secrets d'une machine infernale : le CD-Rom, une technologie spectrale dôtée d'un armement tridimensionnel assez puissant pour ébranler la stabilité bidimensionnelle du cosmos vidéoludique.

 

Poursuivi par les sbires sinistres de l'Empire, le Prince Kutaragi regagne sa base aux commandes de son vaisseau spatial, porteur des plans volés à l'ennemi qui pourrait boulverser le cours de l'histoire et restaurer l'espoir dans la galaxie ...

 

Neves Lucas, 1977.

 

--------------------------------------------------

 

"That's one small step for Sony ...

 

... but one giant leap for videogame industry"

 

Neil Neves, 1993.

 

( 'landing' his hands on the yet  UNCHARTED Playstation Dualshock soil)

 

--------------------------------------------------

 

- J'aurais pu vous offrir une babouche.

 

[4 seconds ... 3 ... 2 ... 1 ]

 

- Une babouche ne suffit pas.

 

Le mime Neves, 1998.

 

--------------------------------------------------

 

Yes, Week-End.

 

Neves Obama, le Vendredi.

 

--------------------------------------------------

 

My people ... Sons & Daughters of Sony. This much I vow. The history of these days will be written in the Saturn blood, by crashing the N64 of my ennemi, by seizing the CD technology they thought to turn against us. We will be fighting for our very existence. But if are those who denies us peace, refuses our rightfull place in the gaming universe, then we will unleash such a terrible console that the generations yet unborn (Gamecube, Wii, WiiU, WiiThem, etc.) will cry out in anguish.

 

Discours de galvanisation des troupes, Sony Headquarters, Neves Visari, 2 Décembre 1994.

 

--------------------------------------------------

 

The Wii may shatter our PS3 body. But they cannot break our spirit. Even tough the Miiverse advance on our Playstation Home to seize by force what they cannot claim by right. They cannot imagine what awaits them. WE WILL PLAYSTATION ALL-STARS BATTLE ROYALE (SMASH, in english) THE INVADERS FROM OUR SKIES. [...] While they sweep over our lands like the sand of winter, never again we will bow before them, never again endure their awful casual games, never again endure their Mario Kart tyranny. We will strike without warning and without mercy, fighting as one hand, one heart, one soul. We will shatter their dreams of hegemonia and haunt their nightmares of failure. Drenching our ancestor's grave with their blood. And as our last breath tears as their lungs, as we rise again form the ruins of our Playstation 3. They will know Gamers belongs to SONY.

PLAYSTATION 4.

 

Discours de présentation de la PS4 à la presse, Scolar Neves, 19 Février 2013.

 

--------------------------------------------------

 

 Never compromise.

[Tearing apart the contract between the two of them.]

Neves "Rorshach" Yamauchi, 1990.

 

--------------------------------------------------

 

Cette communauté mérite une qualité supérieure de contributeur.

 

Et je compte bien la lui donner.



The Neveser.

 

--------------------------------------------------

 

Je suis devenu un criminel pour éviter de devenir une victime.

 

 

Le joueur WiiU.

 

--------------------------------------------------

 

Dans l'Espace, personne ne vous entendra crier.

Renault, division acoustique.

 

--------------------------------------------------

 

Les hommes naissent libres et égaux en droit.

Il ne fait nul part ici, mention du sort de la femme.

Neves Bonaparte, 1803.

 

--------------------------------------------------

 

Nul n'est pro-fête en son pays.

 

Pourtant j'en vois plein des français à Saint-Tropez.

 

L'auteur de la citation n'a pas souhaité dévoilé son identité.

 

--------------------------------------------------

 

Un homme avertit en vaut deux.

 

Une femme ? Quatorze.

 

Comprenne qui pourra.


L'auteur de la citation n'assume pas ses propos et n'a par conséquent pas souhaité faire figurer son nom dans le registre.

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est de gagner.

 

Et surement pas de participer.

 

Absurde.

 

Neves de Coubertin, 1896.

 

--------------------------------------------------

 

- Vous aimez invoquer la Sureté Nationale afin d'allègrement violer la constitution et restreindre les libertés individuelles si durement acquises par ce pays.

- Vous n'êtes qu'une emmerdeuse Karen.

Karen Hayes puis Tom Lennox, 24 - saison 10.

 

--------------------------------------------------

 

Ce blog ne se prévaut pas d'être le meilleur d'entre tous.


Il l'est.


Et c'est bien là l'essentiel.

 

Neves Bygmelon

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est d'imposer son avis.


Et non de le donner.


Absurde ça aussi.


Putain, les gens comprennent vraiment rien.


Neves Underwood.

 

--------------------------------------------------

 

Un taxi vide s’est arrêté au 10 Downing Street.

 

Clement Attlee en est sorti.

 

Winston Churchill.

 

--------------------------------------------------

 

Un vrai joueur se réclamant être un sympathisant de la cause ne dit pas "allo" en décrochant le combiné.

 

Il dit Killzone.

 

Neves RyuzAKi47.

 

--------------------------------------------------

 

A compter de ce jour, vous ne m'appellerez plus Neves.

 

Mais le Grand Neves.

 

Napoléon Neves, 1822.

 

--------------------------------------------------

 

Les grands esprits discutent des idées.

 

Les moyens esprits discutent des évènements.

 

Les petits esprits discutent des gens.

 

Ils m'arrivent de discuter de moi auprès des autres.

 

Neves Roosevelt.

 

--------------------------------------------------

 

Un jour, je rentre dans un taxi et j'entends un mec me dire :

"Vous allez où ?"

Comme on se connaissait pas, je lui ai répondu :

"Qu'est ce que ça peut te foutre ?"

Les gens d'aujourd'hui, aucune manière ...

 

--------------------------------------------------

 

- Qui est le premier homme à avoir marché sur la Lune les enfants ?

 

- Neil Armstrong Mr le Professeur.

 

- Faux. Tintin.

 

--------------------------------------------------

 

Il n'a rien d'un GOTY, mais surpasse sans souci ceux à qui on a donné ce titre.

 

Blacklabel, 17 Janvier 2012, critique d'inFamous 2.

 

--------------------------------------------------

 

Contrairement à ce que prétend la vindicte populaire ...

 

... Dieu ne s'est pas reposé le 7ème jour.

 

Non. Dieu créa Sony.

 

Vox Déï.

 

(Citation non datée mais retrouvée sur un parchemin daté du Monolithique.)

Archives

Favoris