The Neves Times

The Neves Times

Par Neves Blog créé le 29/03/14 Mis à jour le 21/02/18 à 17h51

Reporter vidéo-ludique.

Hebdomadaire dominical.

Tirage en couleur.

Ajouter aux favoris
Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

Prête à l'emploi depuis un bon moment déjà, l'interview du n°2 de l'automobile sur Gameblog (ou alors serait-ce lui le n°1 !!??) est enfin MADC. Cherchez pas, c'est du jargon auto ; pour rester dans le ton. Mise à disposition client. Le véhicule est là, propre, clé en main, fonctionnel, assurez-vous juste de vous être acquité du loyer. Quoi qu'il en soit, après l'interview d'OliveRoiduVocal l'année avant l'année dernière, voici enfin l'heure de la réponse du berger à la bergère, le titre de Roi de la glisse étant déjà pris, celui de Roi de la casse est remis en jeu cette année, manette ou plutôt volant en mains. Vous n'aimez pas les appareils à 4 roues et à moteur, il est encore temps de passer votre chemin, même si vous raterez alors la passe d'arme du siècle ... Tant pis pour vous. Ou alors vous pouvez rester à écouter notre bon vieux Dopamine sur son gout de la vitesse et de la performance. Ranges moi ces cachets veux-tu. Pas de cette performance là. Nan mais oh. On règlera ça en Off, loin des regards mal avisés ... Y a trop de modo au mètre carré ... Combien le gramme tu dis ?



 

TRAME

 

 I                           Athlétisme                          7/2

 

 II                    Tour de France                  14/2

 

 III                      Course auto                     21/2

 

 IV                     Jeu vidéo                          28/2

 

 

"Tout ce qui nous importe, c'est votre bien."

 

 III      Vroum

 

Qui d'OliveRoiDuBocal ou toi est le meilleur sur circuit ? Et en IRL ?

Olive est dans un bocal. Je pourrais le battre les yeux fermés. Il n'est Roi qu'en son royaume (de cornichons).

La guerre est déclarée. Je lui fais la commission dans sa propre interview :D

Olive te fait des bisous (où, il n’a pas précisé). Il te trouve très bon en commentateur de course en ligne. Il dit aussi que c'est bien d'avoir des rêves. Mais qu'il faut aussi que tu lui envoies tes replays, ils te fileront des conseils gratuitement, lui et sa team (d'après ce que j'ai pu comprendre, ils sont plusieurs à vouloir t'apprendre la vie sur piste :D)

C'est un peu le souci quand on est le meilleur. Tout le monde veut votre peau, en tout cas dans le bocal d'Olive.

Pour te donner une idée, dans les championnats Forza j'étais dans les 10 meilleures divisions ce que je considère comme étant un bon niveau. Mais il y a évidemment beaucoup de joueurs bien meilleurs que moi et je suis loin du niveau et de la régularité des trois premières divisions. Il me faudrait beaucoup d'entraînement pour ça.

Si Olive me fait des bisous c'est probablement sur les fesses, puisqu'il ne peut être que derrière moi.

Tu l'as déjà rencontré IRL ?

No, mais pour redevenir sérieux 5 minutes ce serait avec grand plaisir :-)

La battle a déjà eu lieu ? Ou faut-il l'organiser à Kinshasa ?

Anytime, anywhere.

J'aimerais être aux premières loges.

A pas de souci pour un juge de paix :-)

A vrai dire, il se pourrait très bien que nous concordions nos emplois du temps pour se retrouver au lieu-dit du "Pilote Pendu" pour mettre tout ça au clair.

Moi en Buffer. Toi en Ali et Olive en Foreman. Naturellement.

/me crache dans sa main et top là.

Le sport auto, c'est vraiment du sport ?

Oh que oui, et un sport de haut niveau selon la discipline. Évidement on n’est pas soumis aux mêmes contraintes en F1, en endurance et en courses de côte. Mais les pilotes sont de véritables athlètes et le sport auto a toutes les composantes d'un sport. Que ce soit sur son côté physique, psychologique ou technique.

Qu'est-ce que t'as pu tester comme discipline ?

En compétition, rien.

T'as arrêté ou tu continues encore ?

Je n'ai jamais vraiment commencé.

Et hors compèt ? Rallye, Nascar, GT, Karting ?

Karting et Course de côté (R5 Turbo).

Qu'est-ce que la course de côte apporte de différent par rapport à un circuit plan ?

C'est selon moi ce qui est le plus proche d'un pilotage "pur". C'est sur une "vraie" route et sans qu'on puisse apprendre le circuit comme un tracé classique. Cela n’enlève rien au mérite et à l'intérêt des courses sur circuit.

La discipline auto la plus casse-cou selon toi ? Celle où l'on met un peu plus sa vie en danger que les autres ?

Statistiquement, ce sont les Baja et le Nürburgring qui sont les tracés et les épreuves les plus dangereuses en voiture. La plus impressionnante selon moi c'est Pikes Peak. Le Dakar est également une des courses les plus dangereuses. Au point qu'on peut se demander si cela vaut le coup de continuer s'il y a des morts tous les ans...

Les disciplines les plus faciles :D ?

Le Karting. C'est souvent considéré comme un écolage indispensable. Et c'est le cas. Mais rien n’est jamais facile en course auto, puisque c'est exactement comme un concours de grande école. Peu importe qu'on soit rapide ou performant. L'essentiel c'est d'être devant les autres.

Mais tu penses que la compétition ne vaut pas le coup de prendre des risques aussi importants ?

Tout dépend des priorités des gens. Le danger fait partie de la compétition, puisqu'il va de pair avec la vitesse. Mais quel est le sens d'une épreuve où les risques sont inconsidérés ? Les pilotes sont aussi parfois des pères de famille. La priorité c'est la vie selon moi, pas la mise en danger permanente, même si elle ne peut pas être totalement exclue.

Il est impossible d'aller vite en toute sécurité ? (sport auto, sport extrême, sport d'hiver)

Bourrer les bagnoles d'ADAS ?

A partir du moment où la vitesse augmente, la marge de man½uvre diminue. Quel que soit le moyen de déplacement. C'est valable également pour les trains qui sont pourtant sur des rails.

Le marché automobile vidéo ludique est en essor ou en repli ? (Forza, GT, Asseto Corsa, Project Cars en chefs de file)

Clairement, pour l'industrie, les ventes ne sont pas à la hauteur des espérances pour les jeux de voitures. Les éditeurs ne mettent d'ailleurs pas le paquet sur la communication pour leurs titres actuels. Bien sûr, il y a des efforts qui sont faits en particulier pour l'Esport et on ne peut pas dire que ces efforts soient négligeables. Mais un Forza n'est rien en face d'un Call of Duty, d'un FIFA ou d'un Halo. Une façon d'évaluer la considération d'un éditeur par rapport à son titre ? Les cashprize alloués aux compétitions Esport. Pourtant l'audience n'est pas forcément moins nombreuse sur les jeux de course.

Ceci dit, le marché est suffisamment porteur pour qu'il y ait une offre correcte et plusieurs titres avec des philosophies différentes.

Est-ce que le jeu vidéo de course, c'est comme le plateformer, c'est voué à laisser sa place de Roi pour un rôle de Vassal derrière FPS/TPS/RPG et compagnie ?

Non, la voiture est très populaire. Moins que le foot, mais assez pour être rentable.

Il y a de la place et pour Forza, et pour GT, et pour Project Cars, et pour Asseto Corsa sur console ? Vraiment ?

Je pense oui. Mais tout dépend du format. Project Cars et Asseto ont bénéficié de conversions. Les coûts de développement n'ont rien à voir avec des jeux exclusifs comme Forza ou GT.

Selon toi, qu'est ce qui coute cher dans le développement d'un jeu auto ? Le contenu plus que le moteur ou le marketing ?

Il faudrait demander cela aux développeurs eux-mêmes, je ne suis pas très bien placé pour répondre à cela. Ce qui coûte cher, ce sont les gens qui travaillent dessus :-). Les licences, les marques et les voitures, c'est également un métier à part entière maintenant. D'ailleurs il y a des équipes qui sont dédiées uniquement à cela dans le développement des jeux ; négocier avec les constructeurs quels modèles pourront être intégrés et sous quelles conditions.

La VR comme sauveur providentiel ?

Je ne crois absolument pas à la VR. Elle est vouée au même échec que le motion gaming. C'est un gadget hors de prix. En tout cas pour les applications de jeu vidéo.

Pour la simulation de vol, c'est autre chose, même s'il y a encore pas mal d'écueils.

Quid de #Driveclub VR et GT Sport en VR ?

Rien de mieux que sur un écran.

En quoi la VR, c'est gadget ?

Parce qu'on peut parfaitement s'en passer dans la plupart des situations et que c'est encore tout un binz à mettre en place. Tu vas faire quoi avec un casque sur la tête quand il faut accéder à d'autres fonctions que la conduite ? Si ta tête bouge, que tu te trouves dans une voiture et que ton corps ne reçoit aucune autre information de mouvement, tu risques de perdre tes repères et d'être moins précis, même si tu n'es pas malade à cause de ça.

Je trouve les solutions de simulation, via cockpit beaucoup plus intéressantes. Tous les switch peuvent être physiques et avec trois écrans l'immersion est déjà suffisante. En l'état la "VR" reste pour moi un gadget.

VR + cockpit, ce n'est pas viable ?

Non. On ne peut pas à la fois avoir le visage collé dans un casque de VR et accéder facilement aux fonctions de son volant et à divers boutons de réglage d'un véritable cockpit. En tout cas pas en l'état actuel à ma connaissance.

Quelles sont les prévisions pour l'année prochaine ? Le Roi Forza7 ou le Prince GT Sport ? Quid de Project Cars 2, projet souhaitable, viable ? Le salut du jeu de course, c'est le communautarisme du contenu d'un Asseto Corsa, les mods ?

Pour l'année prochaine, je suis impatient de voir ce que va devenir Forza 7, surtout avec le succès de Horizon 3. GT Sport m'a très favorablement surpris lorsque j'ai pu l'essayer à la Gamescom et j'espère qu'il va me réconcilier avec la licence dont je n'aimais plus du tout les sensations de conduite. Elles étaient excellentes en Allemagne, mais j'étais dans un baquet avec un volant et non à la manette dans mon bureau.

L'avenir des jeux de course passe obligatoirement par un support communautaire fort avec une vraie culture des sports mécaniques. Apporter régulièrement des nouveautés, mais en respectant le sport (pas des voitures juste repeintes), en amenant des informations et en apprenant des choses aux joueurs, c'est ce qui permet de faire vivre un jeu de course. L'exemple d'iracing est très parlant à ce sujet. Il n'y a pas une plateforme communautaire hyper développée, mais quand une voiture arrive, ils sont allés interviewer des pilotes qui parlent de la machine. C'est gagnant pour tout le monde. Les dev montrent qu'ils aiment le sport auto, ils apportent une plus-value et de vraies nouvelles informations sur le sujet. Les joueurs découvrent une voiture, son histoire et ont ainsi plus envie de la conduire et de la comprendre. Ils achètent la voiture et l'apprécieront d'autant plus.

A une tout autre échelle nous faisions des fiches techniques de voitures sur forzamotorsport.fr. C'était très apprécié justement parce que les lecteurs découvraient à la fois une voiture et pouvaient l'utiliser dans un jeu. Polyphony l'a également fait avec ses reportages GT concept et quelques vidéo, mais elles sentaient encore trop la promo et le marketing cousu de fil blanc.

Y a vraiment besoin d'un dossier complet pour avoir envie de rouler en Alpine ? Putain, même moi qui n'y connait pas grand-chose, j'ai été happé par ses courbes !

Mais il y a des gens qui ne la connaissent pas. Les rustres :-).

Beaucoup semblent sceptiques sur GT Sport, pas toi ?

J'ai bien aimé les sensations au volant. Cela m'a semblé assez en rupture avec la série pour que j’aie envie de l'essayer.

Qu'est ce qui a changé ?

La voiture est beaucoup moins en mode "je suis sur des rails" quand la vitesse est correcte et "je dégage dans tous les sens" quand elle est excessive.  C'est la fameuse sensation d'avoir quelque chose dans les mains.

Le report ne t'inquiète pas ?

Non, je ne suis pas pressé. J'ai plein d'autres jeux à jouer en attendant :-).

Sa tournure e-sport, tu l'accueilles comment, toi le néo-commentateur de course en ligne ?

Je l'accueille comme quelque chose d'inévitable parce que les éditeurs se sont bien rendus compte de toute l'émulation que cela pouvait générer. Tout ça, c'est de la communication gratuite ou presque et surtout, cela génère des histoires autour des jeux. Pour être tout à fait honnête au départ je suis plutôt hermétique à l'E-Sport. Je trouve les comportements souvent très puérils et on arrive à cumuler les mauvais travers du sport (la compétition pour gagner à tout prix) et les comportements immatures (en raison du jeune âge de la plupart des participants).

Si j'ai endossé ce rôle de commentateur, ce n'est pas parce que j'en avais particulièrement envie au départ. C'est surtout parce que les propositions d'autres commentateurs étaient plus basées sur une popularité Youtube que sur des gens qui connaissaient un minimum la simulation (Forza en l’occurrence) et les courses de voitures. Je me suis pris au jeu en tout cas :-).

C'est plaisant de commenter des courses et de ne plus être derrière le cuir ? En quoi ?

Je me suis pris au jeu. Parce qu'il y a une belle émulation avec les gens qui regardent. Parce qu'on peut en direct voir les questions des spectateurs, essayer de leur donner ce qu'ils veulent, de leur montrer leurs poulains. Il y avait une compagne de pilote une fois sur le tchat qui demandait à ce qu'on regarde un peu son homme rouler, nous l'avons évidemment fait dès que cela était possible en fonction de la bataille en cours. Essayer de donner vie à tout cela, de communiquer un certain enthousiasme, c'est prenant. Je me suis bien amusé avec Maxou à tailler le bout de gras sur les différentes options des pilotes à essayer de deviner leur état d'esprit.

Cette activité te prend du temps, de l'énergie ?

C'est très énergivore. Plus qu'on peut le penser avant d'avoir tenté l'expérience. Ce n'est pas forcément évident de commenter en permanence sans laisser de blanc et en même temps sans se répéter ou sortir des banalités tout le temps. Il faut essayer de bien connaître les pilotes, de gérer la réalisation en même temps que le déroulé du programme du jour, préparer les habillages (même avec l'aide de l'E-Sport League), potasser les voitures, les circuits. Rouler aussi dessus pour en comprendre les points clefs. A chaque fois, c'était tout de même trois heures de direct et je peux te dire que vers minuit une fois le rideau tombé, nous étions rincés.

Nos premières préoccupations étaient de pousser un gros ouf de soulagement, puis d'essayer de savoir si cela avait plu.

Tu parles de pilotes pour le championnat Forza. Le pilote virtuel vaut-il le pilote réel ?

Les pilotes de Forza ont participé à des challenges IRL notamment avec les Audi Endurance Expérience. Et ils ont gagné... Qualités physiques mise à part, parce que cela se travaille également à très haut niveau (c'est une évidence) je pense qu'un bon pilote virtuel a de très bonnes chances d'être un bon pilote en réel. Le challenge est le même. Amener une voiture à ses limites, la gérer en fonction des sensations de conduite. Je dirais même que c'est peut être encore plus facile, puisqu'en réel le retour d'informations est bien plus important sur le comportement de la voiture. Il me semble que les pilotes des challenges de la GT Academy ne se débrouillent pas trop mal non plus :-).

L'e-sport automobile attire les foules ?

Pour le moment nous avons été très contents de l'audience du championnat de France. En dehors des phases finales de Halo, nous étions toujours devant en termes d'audimat (dans le cadre des XBox Elite Series). Et pourtant, Halo est autrement plus populaire et implanté que Forza ! Ce qui a aussi été très positif pour nous, c'est la constance de nos spectateurs. Jeter un coup d’½il pendant quelques minutes, voir une heure c'est déjà bien. Mais pour ces retransmissions, les gens sont restés pendant TOUT le live ! Et sur des lives qui durent 3 heures c'était une sacrée belle récompense pour nous.

Quelles sont tes attentes futures concernant le jeu vidéo auto ? Les évolutions à apporter d'urgence, les éléments à abandonner, les technologies à emprunter, la séduction à opérer ?

D'une façon générale, j'aimerai que la gestion de l'usure et de l'endurance soit meilleure dans les jeux de course consoles. En particulier pour Forza dont un des soucis est de proposer des voitures très adaptées à l'endurance, mais sans gestion réaliste de l'usure des pneus ou du moteur en fonction de ce qu'on lui demande (monter trop haut dans les tours par exemple peut diminuer sa longévité). Une bonne gestion des arrêts aux stands, une gestion dynamique de la météo et de l'éclairage avec un cycle jour / nuit. La possibilité de paramétrer tout cela pour accélérer les échelles. Par exemple faire une course avec un temps qui s'écoule sur 24H en virtuel et 1H en réel. Mais laisser le contrôle au joueur pour qu'à la fois ceux qui ont envie de jouer 5 minutes et ceux qui ont envie d'y passer des heures puissent trouver satisfaction.

En fait, pour résumer, l'évolution des jeux de course doit aller exactement vers ce que fait iRacing, mais en laissant de larges ouvertures pour le grand public. Quant à la meilleure manière d'y arriver, je crois que c'est en développant l'aspect communautaire et le plus de connections possible avec le monde réel de la course auto qu'on peut faire quelque chose d'intéressant. Que le réel parle du virtuel et vice versa.

Après je n'ai évidemment pas de baguette magique et tout cela est facile à dire derrière un clavier et depuis un fauteuil de joueur.

C'est quoi "des voitures adaptées à l'endurance" ?

Des voitures qui roulent ou qui ont roulé régulièrement dans les championnats d'endurance ; ALMS, IMSA...

Avec les catégories qui vont bien ; Sport proto, GT...

Sans gestion réaliste, les dés sont pipés et la course n'a pas d'intérêt en Endurance ?

C'est surtout qu'il faudrait une vraie prise en compte de l'usure des différents éléments de la voiture. Moteur, pneus, consommation, surchauffe...

T'as pas de baguette magique mais t'as forcément une blouse blanche ! Si tu devais faire un mash-up des jeux de course pour en créer l'ultime, quelles ingrédients de quels jeux picorerais-tu ? Quelle est la recette du jeu de course parfait ?

Il n'y a pas de jeu de course parfait. Il y a le jeu qui correspond à tes attentes.

Pour moi, actuellement, le jeu de course parfait c'est iRacing. Parce qu'il se veut être une véritable simulation de conduite et qu'il a fait le choix radical de sélectionner ses joueurs par leur bourse. iRacing demande à ce que le joueur soit vraiment impliqué dans sa course et à ce qu'il fasse très attention à rouler propre. Si pour moi c'est le jeu de course parfait, je ne peux décider d'y jouer sans mettre trop de temps (et d'argent) dedans. Tout simplement parce que je ne veux pas passer à côté d'autres jeux très sympas et qui amènent de grands moments de convivialité aussi en multi.

Il faut un PC de la NASA pour le faire tourner iRacing ? C'est ça "sa sélection" ?

Non, il tourne très correctement sur un PC moyen. Sa sélection c'est qu'il faut surtout payer un abonnement mensuel pour pouvoir jouer. Ensuite, chaque voiture et chaque circuit sont également à acheter. On n’achète pas tout d'emblée, et on fait selon ses envies et ses préférences mais c'est tout de même très cher.

Et puis la moindre bêtise fait baisser le niveau de compétence du pilote et dans ce cas, il reste dans des divisions avec de "mauvais" pilotes. Il faut donc être propre. On gagne plus à rester propre tout une course en étant dernier qu'en gagnant avec plein de sorties de route.

Le modèle d'iRacing est gagnant/gagnant entre développeur et joueur ?

Si le joueur a une approche adulte de ses courses, je pense que c'est gagnant/ gagnant en effet.

Te frustres t'il par moment ou y a t'il encore des marges de man½uvre pour corriger/approfondir certains trucs ?

Il me frustre surtout parce qu'il est difficile d'y jouer avec des amis sur la même piste.

Pas de ragequit possible dans iRacing ?

Si, c'est possible et cela fait baisser grandement la note du pilote qui va rester dans des divisions peu intéressantes.

fin de la troisième partie.

2014-2018 Time Neves, c'est dans la boiteuh Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

Prête à l'emploi depuis un bon moment déjà, l'interview du n°2 de l'automobile sur Gameblog (ou alors serait-ce lui le n°1 !!??) est enfin MADC. Cherchez pas, c'est du jargon auto ; pour rester dans le ton. Mise à disposition client. Le véhicule est là, propre, clé en main, fonctionnel, assurez-vous juste de vous être acquité du loyer. Quoi qu'il en soit, après l'interview d'OliveRoiduVocal l'année avant l'année dernière, voici enfin l'heure de la réponse du berger à la bergère, le titre de Roi de la glisse étant déjà pris, celui de Roi de la casse est remis en jeu cette année, manette ou plutôt volant en mains. Vous n'aimez pas les appareils à 4 roues et à moteur, il est encore temps de passer votre chemin, même si vous raterez alors la passe d'arme du siècle ... Tant pis pour vous. Ou alors vous pouvez rester à écouter notre bon vieux Dopamine sur son gout de la vitesse et de la performance. Ranges moi ces cachets veux-tu. Pas de cette performance là. Nan mais oh. On règlera ça en Off, loin des regards mal avisés ... Y a trop de modo au mètre carré ... Combien le gramme tu dis ?



 

TRAME

 

 I                           Athlétisme                          7/2

 

 II                    Tour de France                  14/2

 

 III                      Course auto                     21/2

 

 IV                     Jeu vidéo                          28/2

 

 

"Tout ce qui nous importe, c'est votre bien."

 

 II      Tic tac

 

T'aurais aimé être journaliste dans la presse auto ?

J'aurais aimé être journaliste tout court. Dans la presse auto, le JV (j'en fais, mais ce n'est pas le métier qui me fait manger). Mais j'ai choisi plus de sécurité pour ma famille.

On est en plein Salon de l'Auto, cette convention te stimule ? Jouit-il du même aura que par le passé ?

Je ne suis absolument pas le salon de l'auto. On peut trouver toutes les infos sur le net et rien essayer sur place. Au contraire d'un salon de jeux vidéo ou il est possible d'essayer et de jouer à un certain nombre de choses.

Essayer une voiture au salon de l'auto dans le sens, la conduire ? Vision utopique non au vu du monde qui s'y rend ?

C'est tout à fait utopique bien sûr. C'est toujours mieux de pouvoir éventuellement s'asseoir ou regarder réellement un modèle, mais je préfère être tranquillement chez moi plutôt que dans une foule immense à me tordre le cou.

Essayer une voiture en VR de chez soi ?

Cela permet d'en apprécier l'esthétique et les volumes, mais pour le reste, c'est nul. Ce serait comme essayer des chaussures sans les porter.

Bientôt la fin du Salon de l'Automobile avec tous ces grands noms qui désertent ?

Je pense qu'on a accès aux infos de plus en plus facilement avec d'autres moyens. Mais ce ne sera pas la fin. C'est trop énorme pour disparaître comme cela.

Du genre à regarder Turbo ou Top Gear à l'occasion ?

Turbo, quand je tombe dessus, Top Gear avec plaisir de temps en temps. Mais je ne me réserve pas un emploi du temps pour les suivre assidûment (et puis sur Netflix, j'ai accès à Top Gear quand je le souhaite).

Mais tu apprécies Turbo/Top Gear ? Ou juste une fois tous les 36 du mois ?

J'apprécie les deux émissions et en particulier Top Gear pour le ton décalé.

Comment te tiens-tu au courant de l'actualité automobile ?

Je me tiens de moins en moins au courant de l'actu auto et des compétitions surtout que les droits TV font qu'on peut de moins en moins facilement suivre les courses.

La rédaction de Gameblog est-elle compétente pour traiter du JV auto ?

Julo suit la licence Forza depuis bien longtemps et représente sans doute la part "grand public" du jeu. Traz est un grand amateur de sports mécaniques et est plus axé simu. Poufy n'écrit pas de tests, mais a l'habitude de faire de bonnes perfs sur les jeux de voitures. Il y a assez de gens à la rédac pour pouvoir donner de bons avis sur les jeux de courses. Ils se parlent :-). Pour être plus pointu et plus précis sur le côté hard d'une simu il y a maintenant aussi OliveRoiduBocal qui apporte sa patte. Et puis pourquoi pas moi un de ces quatre s'ils sont d'accord ;-).

Donc oui, elle est compétente, mais Gameblog est un site généraliste sur le jeu vidéo. Ce sera évidemment toujours moins pointu qu'un site dédié simu (en toute logique).

Qu'apporterais-tu de différents vis à vis des forces en vigueur pour traiter du sujet ?

Je ne prétends pas être mieux où apporter plus. J'espère simplement que j'arrive à faire passer mes ressentis de façon agréable autour d'un jeu vidéo et des simulations d'une façon générale. Disons que j'arrive assez souvent à apporter des petits plus techniques ou saisir des ambiances et un certain esprit du sport auto.

Pourquoi n'ont-ils pas déjà fait appel à tes talents ?

Mais ils ont déjà fait appel à mes talents et j'ai déjà produit plusieurs dossiers. Peut-être que d'autres choses viendront à l'avenir.

Pigiste aussi !! Quels billets as-tu pondu ?

Tapez "vincent elmer gameblog" dans google et vous tomberez sur mes papiers Gameblog et les autres sur Rue89.

Kutaragi, 'le JV tue t'il ses créateurs ?", ça je m'en souviens ! Tu ne développes plus de dossiers depuis ?

Pour développer des dossiers comme ceux-ci, il faut du temps. Je n'en ai plus eu beaucoup depuis. C'est de nouveau le cas et cela va également dépendre des besoins de la rédaction. Mais elle s'est étoffée et il faut voir si cela les intéresse encore ;-).

Comment cultive-t-on cette expertise ? Il faut piloter/avoir piloté quelques bolides j'imagine ... ?

J'ai eu la chance de pouvoir prendre le volant de quelques belles voitures. La R5 Turbo par exemple a été une expérience tonitruante (pour les oreilles et tout le reste du corps). Pour ce qui concerne le jeu vidéo, je pense qu'il est important d'en avoir pratiqué un certain nombre pour comprendre quel esprit les développeurs ont voulu rendre. On peut aimer un jeu totalement arcade pour ses sensation et sa technique même s'il n'est pas réaliste. Inversement, même un jeu qui se veut être une simulation doit parfois utiliser des artifices irréalistes pour rendre vrai. Ce n'est pas forcément compréhensible pour qui n'a pas le recul sur les deux mondes.

Par exemple dans Forza, il y a un effet d'assombrissement et de vignettage de l'image lorsqu'une voiture atteint des hautes vitesses. Les bords de l'image s'assombrissent. Quelqu'un qui est spectateur se demandera ce que c'est que c'est effet bizarre. Par contre, le joueur ne s'en rend pas compte lorsqu'il est concentré, mais va ressentir la vitesse et être concentré sur l'horizon de la piste. Ce système est très bien pour rendre l'effet tunnel qui s'installe à hautes vitesses lorsque le pilote se concentre sur une zone qui est relativement étroite devant lui. C'est un assez bel exemple d'un ressenti qui va être réaliste alors que l'artifice qui le crée ne l'est pas.

Perd on le ressenti du pilotage par manque de pratique ou conduire tous les jours suffit ?

On ne peut pas avoir de ressenti de pilotage si on ne conduit pas une voiture à ses limites. Ce n'est pas le cas (heureusement) dans la vie de tous les jours. C'est comme tout, il faut de l'entraînement et plus on est entraîné, plus on est performant. Je ne connais les limites que de la voiture que je conduis en intervention et elle est surchargée de matériel...

En conduite dans un jeu vidéo, on peut chercher et flirter avec les limites tous les jours en toute sécurité.

Peut-on pratiquer le pilotage et être un mauvais juge de jeu de course ?

Oui. Savoir piloter réellement et savoir donner la sensation qu'on pilote dans un jeu sont deux choses totalement différentes.

Comment juger du comportement d'une MP1 dans Forza si on n’a pas soi-même piloté une pendant quelques heures IRL ?

Il y a deux choses à prendre en considération.

- Le comportement par rapport à la réalité qui ne peut effectivement être jugé que si quelqu'un a essayé la même voiture. Même si on peut s'en approcher en utilisant des paramètres physiques pour définir la voiture (un modèle de simulation).

- Les sensations que vont rendre le moteur de jeu. Il est très difficile de faire en sorte que le joueur "sente" sa voiture surtout si il joue avec un pad. Au volant, il y a un retour d'effort qui amène plein d'informations cénesthésiques. C'est aussi le cas avec les vibrations du pad, mais la relation entre ce qui se passe à l'écran et ce qu'on ressent sur une manette c'est quelque chose de très particulier. Une fois qu'on a ça on peut faire comprendre au joueur les différences qu'il y a entre un gros SUV et une F1. Même si ce n'est pas exactement ce qui se passe dans la réalité, le joueur sentira bien que le SUV est lourd et plein d'inertie et que la F1 est super nerveuse et presque irrécupérable quand elle décroche.

Tout se fait dans le visuel, ce qu'on voit à la TV ?

Non, ça se fait entre ce que perçoit l’½il par rapport à ce que la main va impulser sur la manette. Il y a un feedback permanent entre les deux. C'est ce qui fait qu'un rafraîchissement à au moins 60FPS apporte beaucoup dans un jeu de voiture.

Mais alors comment juger F1 2017 puisqu'évidemment aucun testeur n'a pris place à bord de l'une d'elle ... !?

Précisément parce que ce n'est pas l'expérience de pilote qui va pouvoir dire si le jeu est réaliste, mais les sensations rendues par le moteur du jeu.

Tu joues à F1 2016 ? Tu apprécies la discipline, de mener une carrière ?

Je n'ai pas eu le temps de jouer à F1 2016. A regrets, puisqu'il semble faire une partie de ce que j'attends et ce que j'ai expliqué un peu plus haut.

Le contenu d'un Asseto Corsa ou d'un IRacing est suffisant ?

Oui. Pour ma part les propositions sont déjà au-delà de ce que je peux y investir en temps.

Qu'est-ce que Forza a de mieux que les autres ?

En tout premier lieu des sensations de conduite vraiment bien équilibrées. Un cocktail qui parvient à associer de bonnes sensations s'approchant d'un certain réalisme et malgré tout une facilité de prise en main à la manette. De ce fait, il parvient à séduire à la fois les puristes (qui vont de toute manière lui préférer d'autres titres plus "hard" et simu) et le grand public qui s'amuse rapidement et n'est pas parasité par un aspect austère. Au contraire, la série Forza est charmeuse.

Quand es-tu tombé amoureux de la série ?

A partir de Forza 2.

Pourquoi Forza2 ? Y avait le Roi Gran Turismo à l'époque !

Parce que Gran Turismo s'est totalement enlisé dans ses acquis. Surtout au niveau des sensations au paddle.

Pourquoi pas dès Forza premier de la lignée ?

Tout simplement parce que je n'ai jamais eu d'XBox première du nom.

Es-tu objectif avec celle-ci ?

Je pense oui. Forza 3 est probablement le meilleur de la série et je suis assez déçu depuis, même s'il y a eu du positif. La série canonique reste trop sur ses acquis pour moi et il y a des choses qui devraient être corrigées depuis longtemps.

Forza Horizon premier du nom était très sympa. Horizon 2 surtout plus joli et avec de chouettes environnements. Horizon 3 est juste génial. La série Horizon  arrive maintenant à un point où elle doit chercher à évoluer encore plus, parce qu'elle est montée très haut !

Quels éléments devraient être corrigés depuis quelques temps sur la série ? Pourquoi ce n'est pas le cas ?

Je ne vais pas faire de liste, il y en a des dizaines.

Quant aux raisons de ces non-changements, c'est tout simplement que les priorités de T10 ne sont pas les miennes.

Ceci dit, ils commencent de plus en plus à prendre conscience de ces soucis qu'ils considéraient comme mineurs jusqu'ici. Le Championnat de France organisé par les français depuis maintenant bien des années est une affaire bien rodée qui à l'heure de l’essor de l'Esport a tapé dans l’½il de T10. Les français font d'excellents résultats et certains ont intégré des structures pro !

Du coup, la communauté française a été invitée à faire remonter ses suggestions au développeur.

La bonne surprise, c'est que deux d'entre elles ont fait leur apparition deux semaines après que nous ayons rendu le document. Ce n'était évidemment pas grâce à ce document, mais cela signifie que nous allions dans la bonne direction et que nos remarques seront sans doute utiles.

Même pas les 5 éléments majeurs à faire avancer pour la licence ?

Ok :

- Meilleure gestion des arrêts aux stands

- Météo dynamique

- Cycle jour / nuit dynamique

- Possibilité de relais entre pilotes (sur différentes consoles)

- Possibilité de gérer l'usure/fiabilité des voitures

Et quelles sont les priorités de Turn 10 selon toi ?

Satisfaire le plus grand nombre pour que le jeu soit rentable. C'est un investissement conséquent, il faut non seulement l'amortir mais maintenant rentabiliser une licence en la faisant évoluer sans la dénaturer, puisqu'elle fonctionne très bien comme cela.

Ce n'est pas forcément en donnant satisfaction aux joueurs les plus pointus qu'on va vendre plus de jeux ou avoir plus de succès.

Météo dynamique, cycle jour/nuit, l'usure/fiabilité, je vois ou on en a parlé. Mais la gestion des stands, c'est quoi le problème actuellement ?

Le problème, c'est qu'en dehors de gérer l'undercut on ne prend aucune décision qui soit claire dans Forza. Il faudrait pouvoir choisir ce qu'on veut réparer, peut être prendre des risques pour essayer de gagner du temps, entraîner son équipe. Et puis surtout pouvoir gérer la vitesse à laquelle les pneus s'usent en fonction de la conduite et des réglages. Pour que ces arrêts deviennent également importants.

Nous avons vécu une course superbe avec le seul pilote qui utilisait un volant lors de l'une des manches du Championnat de France l'année dernière. Il a beaucoup moins usé ses pneus que ses concurrents et c'était tout à fait spécifique à ce circuit. Il a pu gagner grâce à cela et c'était vraiment génial d'avoir ce rebondissement. Intrinsèquement il était moins performant que tout le monde, mais grâce à cela il a tout de même remporté la timbale. J'adore quand cela se passe comme cela.

Et le relais entre pilote, c'est une mécanique en ligne ?

Oui, utilisée notamment sur iRacing pendant les courses d'endurance qui peuvent durer plusieurs heures. Mais ici encore, cela peut avoir un intérêt certain sur des courses moins longues en équipe. Par exemple faire partir le pilote le moins rapide s'il se trouve dans le peloton et laisser ensuite le champ libre au plus rapide si des écarts se creusent pour qu'il ne soit pas bloqué derrière quelqu'un.

Ce n’est pas plus simple de passer la manette au poto quand on en a marre !?

Si, bien sûr, sauf que dans le monde dans lequel on se trouve aujourd'hui, tout se passe en ligne ou presque. Ou en tout cas pas mal de choses se passent en ligne. Les membres d'une équipe sont assez rarement physiquement au même endroit. Et c'est encore plus vrai lorsque les équipes vont chercher des gens performants. Ce ne sont plus seulement les gens qu'on connaît à proximité qui vont prendre le "volant". Mais d'autres qui vont vite.

En quoi Horizon3, c'est si bien ? NFS Hot Pursuit a en 2010 les power-ups, la campagne flic/voyou d'où un renouvellement du point de vu chat/souris, des types d'épreuve cassant la monotonie ... Je dis pas ça pour faire un combat de coq - d'autant que je compte me mettre sur la licence Horizon quand j'aurais ma One X - mais je reste dubitatif sur l'engouement dithyrambique quand un jeu de 2010 faisait et fait mieux (bon, là c'est de la provoc'). Quelles sont les qualités de ce Horizon3 et pourquoi atteint-il les cimes des Montagnes plaisiristiques ?

C'est une alchimie qu'il est difficile d'expliciter juste en répondant à une interview. Cela mérite un dossier :-). Mais je vais essayer de faire court.

Tu cites à très juste titre Hot Pursuit qui reste à ce jour mon NFS préféré. Mais comme tu l'as dit, NFS a 6 ans dans la vue et depuis aucun titre de la série ne m'a apporté autant de fun.

Le premier point fort, c'est l'esthétique. On reste régulièrement scotché par la cohérence de ce que l'on voit. L'éclairage est superbe, mais pas outrancier (NFS, c'est joli, mais c'est un feu d'artifice exacerbé) et surtout il est très en phase avec ce qu'il met en lumière (littéralement).

Ensuite, la diversité des voitures montre à quel point les développeurs de Playground aiment les bagnoles. Il n'y a pas que des supercars et des Porsches. Il y a des icônes qui ont marqué l'histoire de l'auto pour diverses raisons. Et on s’exclame : « Woah, ils ont pensé à mettre ça ! »

Et puis, c'est un classique, mais avoir le rendu de sensations de Forza 6 avec quelques améliorations et des ressentis de revêtements aussi bien foutus, ça immerge le joueur en Australie.

Quelle destination pour Forza Horizon 4 ?

Je verrai bien un Forza World Horizon. Mais sinon, je pense que la Russie offre de belles possibilités. C'est plus un souhait de ma part qu'une prévision. Je doute que ce soit – politiquement - un bon choix.

Se lasse-t-on d'un Forza tous les ans/2ans ?

Oui. Je me suis lassé avec le 4 et le 5. J'ai repris sur le 6 et j'espère que le 7 apportera assez de nouveautés.

Un terrain de jeu tiré de la réalité, c'est essentiel pour Forza ou oser quelque chose de complètement artificiel ça peut marcher ? Un bout d’Antarctique, un bout de Dubai, un bout de Grand Canyon, un bout d'Amazonie, un bout de Pampa, etc. ?

Pour Forza Motorsport non, ça ne marche pas. En revanche si on veut essayer des choses exotiques, c'est plus le terrain d’Horizon.

Pas trop de craintes par rapport au fait que les ventes de GT et Forza s'érodent ?

Il y a toujours un effet de vague. Les FPS ont été en perte de vitesse pendant un certain temps, est venu le temps des MMO, puis des MOBA. Tout a un cycle et ce n'est pas linéaire. Non, je ne suis pas inquiet. En le prenant du côté positif, cela stimule les équipes à trouver des choses toujours plus intéressantes et à trouver des nouveautés.

fin de la deuxième partie.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Je vous demande de vous arrêter (Jeu vidéo)

Remarquez l'exquis clin d'oeil entre le titre et l'illustration.

Le jeu vidéo, si violent que ça ? La question mérite d’être posée. A l’heure où on apprend à nos enfants à sauter sur des koopas ou encore cisailler des feuilles avec une épée saisie par la main gauche, il y a de quoi se poser des questions. Et l’incivilité sur la route on en parle avec toutes ces peaux de banane. Intolérable. Et pour le parent que je ne suis pas, je m’inquiète pour le futur équilibre mental des progénitures des autres. On est dans un pays libre non !? J’ai encore le droit de me poser les questions essentielles que tout le monde esquive d’un revers de médaille. Il ne va pas s’agir de nier le taux de violence que comporte chaque création artistique du milieu mais de s’interroger sur la place de la violence dans les jeux vidéo, son importance et de se poser LA question : peut-on vivre sans nucléaire, sans pétrole et donc sans violence. Mais j’en resterais au jeu pour ce dernier et je vous enjoins à mater C’est dans l’air pour les deux sujets précédents. Chacun à sa place.

 

I Non

II Oui

III Conclusion

 

 

I Non

 

En fait, ce qui m’a toujours choqué, c’est qu’on interdise à un enfant de 12 ans de jouer à GTA sous prétexte qu’il y a des meurtres et des putes dedans. Et 2 ou 3 rails de coke par-ci par-là sur la table basse. Ça va, c’est bon, y a pas de quoi en faire tout un plat. Je fis parti de cette caste-là. Bien aidé par le fait que mes parents ne se soient jamais vraiment intéressé à partir d’un âge relativement tôt (je dirais 10 ans) à ce à quoi je jouais. Du coup, si y avait eu Dead or Alive XTrem Plaizir Intens 48 à l’époque, vous pouvez être sûr que je ne l’aurais pas pris. Question de respect de soi. Mais j’ai pu jouer à GTA Vice City alors que je n’étais qu’en 6ème. Ou 5ème. C’était en 2003 ou 2004. Et oui, on peut couper des têtes avec un katana, c’est cool et gore le geyser de sang mais bon, c’est comme Kill Bill (sorti à la même époque), ça fait à la fois très vrai mais on sait pertinemment que c’est pour de faux. Puis on est déjà tous des meurtriers en puissance. Regardez, moi par exemple, j’ai dû écrabouiller 54 000 moustiques depuis mes débuts sur Terre. Mais vous aussi, faites pas genre. Alors pourquoi vous faites vos saintes-nitouche !!??

En fait, ce qui me lançait pantois, c’est que les parents d’un ami étaient farouchement contre la pratique du GTA avant l’indication du PEGI. On a le même âge. J’ai toujours trouvé ça un brin vieux jeu et dépassé de respecter à ce point-là les règles et conseils. Pendant ce temps-là, on a accès aux infos comme nos parents à 20h et on sait déjà très bien que le monde est bien pourri jusqu’à l’os. Alors, pour une ou deux putes de plus, on ne devrait pas tant faire les maniaques. Je vois qu’il y en a certains qui ne me prennent toujours pas au sérieux. Pourquoi attendre 15 ans quand on est déjà prêt à 8 ? A quoi bon patienter autant de temps alors qu’on connait déjà plus de gros mot que le jeu peut en mettre. Quelle hypocrisie. Maintenant je dis ça, jamais mes gosses toucheront à GTA avant d’avoir 21 ans. Parce que GTA a franchi une limite de l’irrévérencieux en permettant les relations sexuelles tarifées avec le IV. La goutte d’eau. Autant poser des bombes à 8 ans, ça se conçoit, autant, ça, non.

Ça c’était pour le sang d’encre que se font certains parents alors que les gosses se traumatisaient très bien tout seul en piquant la disquette du RE à leur grand frère à l’époque HEIN. Ils n’ont pas besoin de vous, ils le font très bien tout seul. Mais plus globalement, je ne me souviens pas avoir été choqué par la violence d’un jeu, ni en tant que spectateur ni en tant qu’acteur. Je n’ai pas joué à tous les jeux de la Terre et je ne joue pas à des jeux d’horreur. Je vais me mettre à Dead Space, RE et Evil Within mais y a pire dans le genre. Même les scènes polémiques de Call of où on tire sur la foule dans le second notamment, je n’ai pas été offusqué outre mesure. Ce qui m’offusque, c’est qu’on puisse le faire IRL. Et c’est le sport n°1 des hommes depuis la nuit des temps – bien loin devant le football – la cruauté je veux dire.

En réalité, la seule scène qui a dépassé les limites me provient du cinéma. Il s’agit de la scène d’un film pas forcément hyper mega connu (The Killer inside me) où l’on voit clairement Casey Afflect « arranger » le minois de Jessica Alba. Et par « arranger », vous comprenez où je veux en venir. On pourrait effectivement en rester aux félicitations des maquilleurs mais voir la gueule d’Alba se cabosser un palier de plus à chaque dérouillé du bonhomme, ce fut la première fois où je détournais et crispais mes yeux tellement c’était vraisemblable. Ça m’a tellement dégouté que j'ai dû allumer dans la foulée un épisode de Bonne nuit les petits pour me refaire une santé. Et encore, ça n'a pas suffit, du coup j'ai enchainé sur Oui-Oui et après je me suis senti mieux. Ce jour-là, j’ai compris qu’on pouvait être choqué par une représentation factice de la réalité bien mise en scène. Pour moi, le jeu vidéo est encore loin de ça, ne serait-ce que dans la représentation des scènes – en l’occurrence ici, le procédé de laisser la caméra sur la victime et voir le coup partir de derrière avec l’état mortifère toujours plus proche à chaque balancée, ça me glace encore le sang. Et il y a la barrière lié à l’Uncany Valley même si ça doit être possible de franchir les bornes des limites si on si prend « bien ».

 

 

II Oui

 

Evidemment que si. Le fonds de commerce du jeu vidéo a toujours gravité, tourné de la violence. Taper dans une balle avec une raquette, c’est déjà de la violence. Être vivant ou non. Alors, réaliser des génocides dans bon nombre d’entre eux … Même la tôle froissé dans tous ces jeux de course où l’on s’appuie sur son adversaire et fais le fou du volant pour gagner, c’est de la violence. C’est indissociable, le jeu vidéo est violent, la violence est jeu vidéo. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les politiques. Et comment leur donner tort, je pense que je ne fais aucun mal quand je joue à un plateformer sauf que j’élimine des ennemis en les baffant ou je m’extirpe de piège mortel comme des précipices ou des scies à métaux. Bref, stop, arrêtez de nier l’évidence.

Pourtant, il doit bien y avoir des jeux garantis sans violence. Les partys game peut-être, et encore le Monopoly, c’est du sérieux, ça peut dégénérer. Myst ? Les Point&Click ? Les Layton ? Même les jeux de sport sont violents. Reste des titres hors-jeux comme La Maison du Style ou Art Academy ou les jeux musicaux. Le truc, c’est que la violence est un moteur. Une locomotive qui guide les wagons que nous sommes nous joueurs. Le culte de la violence ? Probablement puisque celle-ci se décline sous différentes formes, différents systèmes, à la première personne, à la troisième, à emporter comme à consommer sur place, sur des pins ou en macaron. Un tacle dans Fifa ? Violent. Un cambo dans Devil May Cry ? Violent. La frousse dans PT ? Violent. Une banane à Mario Kart ? Insécurité routière. Je pense même qu’il doit y avoir de la violence dans Tearaway, un jeu qui a pourtant l’air de tout faire pour éviter de s’en prévaloir. Même Heavy Rain, c’est violent, on n’a pas de flingue, de couteaux ou de tournevis pour dire bonjour aux gens mais le propos est violent et certaines péripéties aussi. The Witness ? Journey ?

Mais si cette violence est si présente, elle ne l’est pas tant pour satisfaire la soif de défoulement mais pour permettre l’interaction du joueur avec le programme informatique. De Space Invaders à Gears 4, il s’agit surtout du moyen le plus simple d’impliquer le joueur avec le logiciel concocté. Pourquoi s’emmerder à mettre une pièce sur la borne arcade pour devoir réfléchir. Non, ce qu’on veut, c’est relever le défi instantanément sans devoir apprendre ou faire tourner sa cervelle autrement que pour affiner ses réflexes et sa stratégie. Si on enlève toute la partie « meurtre » ou « élimination » des ennemis dans les jeux vidéo, que reste-t-il ? Des phases de puzzle, de plateforme, de l’exploration, de la recherche ? Très bien, certains jeux se basent uniquement sur l’une ou l’autre de ces mécaniques mais aurait-on la même flamme pour le médium ? La violence est donc nécessaire et même si elle est évidemment proéminente, elle se justifie pleinement.

L’offre existe parce que même si on est tous très sages dans nos canapés, on veut se défouler, on veut se confronter face au danger virtuel puisque la sédentarité nous prive de combat épique contre les Mammouths IRL. Le processus d’élimination requiert quelques qualités qu’il est bon ton de développer pour notre bien-être (réflexion avant action, reflexe, dextérité, etc.) et les éléments rétributifs ne sont pas en reste. La satisfaction de poursuivre l’aventure, de terrasser Goliath tel un David, d’avoir vu son plan se mettre parfaitement à exécution ou avoir improvisé lorsque les choses tournaient mal. Tirer ou frapper, dans un jeu vidéo, cela va bien plus loin que la simple action sur la touche, il y a un avant et un après. Bien sûr c’est vrai pour la plateforme ou l’énigme mais c’est apparemment le combat qui plait le plus, à en croire l’orientation très violenteresque des jeux vidéo depuis ses débuts il y a 60 ans. La demande est forte. L’offre lui répond. La loi du marché.

 

 

III Concusion

 

Vous l’imaginez bien, il est très difficile de trancher dans une direction ou dans une autre. Le jeu vidéo est violent oui. Ça ferait presque peur de se dire que 95% de la production comporte des éléments de violence (même Ico, SoTC et TLG, rendez-vous compte !) évidents mais l’affrontement revêt bien plus de sens que celui primaire d’un vainqueur et d’un vaincu. Violent, oui. Si violent que ça ? Bof. On est encore loin de la violence choc, celle des annonces de la Sécurité Routière notamment (même si la démarche est justement de choquer pour dégouter d’opter le comportement menant à ce genre de résultat) donc j’aurais tendance à ne pas m’indigner outre mesure.

Maintenant, oui, à la question, faut-il confiner les joueurs de moins de 10 ans aux seuls titres « enfantins », je ne sais pas. Vigilante8 est-il trop violent pour le gosse de 8-9 ans que j’étais alors que le principe est de combattre sur des maps avec des véhicules armés jusqu’aux dents. Je ne crois pas. Faut-il se la jouer à l’Australienne ou à l’Allemande sur le sujet à la simple vu du sang ? On sort des limites du sujet et dans la mesure où je ne tiens pas à finir en hors-sujet, ce sera l’objet d’une prochaine polémique. D’un prochain débat pardon. Bon je tranche, le jeu vidéo si violent que ça ? Pour moi, non. Je ne suis même pas sûr qu’on puisse être choqué de ce qu’on voit dans Call Of ou Dishonored à 6 ans, c’est vous dire mon sentiment sur le sujet. M’enfin, je vais encore me faire traiter de fou par trois associations de parents hyper protecteur. Vous inquiétez pas, ils la perdront leur innocence ; je doute que ce soit via le jeu vidéo, c’est tout. Transmission terminée.

 

1914-1918 Time Neves, à vous de tranchée Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

Prête à l'emploi depuis un bon moment déjà, l'interview du n°2 de l'automobile sur Gameblog (ou alors serait-ce lui le n°1 !!??) est enfin MADC. Cherchez pas, c'est du jargon auto ; pour rester dans le ton. Mise à disposition client. Le véhicule est là, propre, clé en main, fonctionnel, assurez-vous juste de vous être acquité du loyer. Quoi qu'il en soit, après l'interview d'OliveRoiduVocal l'année avant l'année dernière, voici enfin l'heure de la réponse du berger à la bergère, le titre de Roi de la glisse étant déjà pris, celui de Roi de la casse est remis en jeu cette année, manette ou plutôt volant en mains. Vous n'aimez pas les appareils à 4 roues et à moteur, il est encore temps de passer votre chemin, même si vous raterez alors la passe d'arme du siècle ... Tant pis pour vous. Ou alors vous pouvez rester à écouter notre bon vieux Dopamine sur son gout de la vitesse et de la performance. Ranges moi ces cachets veux-tu. Pas de cette performance là. Nan mais oh. On règlera ça en Off, loin des regards mal avisés ... Y a trop de modo au mètre carré ... Combien le gramme tu dis ?



 

TRAME

 

 I                           Athlétisme                          7/2

 

 II                    Tour de France                  14/2

 

 III                      Course auto                     21/2

 

 IV                     Jeu vidéo                          28/2

 

 

"Tout ce qui nous importe, c'est votre bien."

 

 I      Pin pom

 

Qu'est-ce que la Dopamine ?

La dopamine est un neurotransmetteur et une hormone qui intervient dans les processus de plaisir. Elle est notamment sécrétée lorsque l'on pratique ou que le l'on fait quelque chose qu'on aime.

Synthétisée, c'est aussi un médicament qui permet de soutenir les fonctions cardiovasculaires. On l'utilise généralement en réanimation et dans les soins d'urgence. Pour résumer, ça donne un bon coup de pied au cul.

Ok, et du coup, tu me les fais pour combien les 100 gr ?

C'est 0,28 centimes d'euro l'ampoule. Mal utilisé, ça te tue :-).

Quels sont les effets primates et secondaires ?

Je ne suis pas au boulot, allez ouvrir un bouquin (le Vidal par exemple).

Qui est Dopamine ?

C'est quelqu'un qui se sent vieillir parce qu'on le vouvoie de plus en plus et qui passe son temps déguisé en diverses couleurs.

En blanc au SAMU (ou plutôt au SMUR pour les initiés), en bleu chez les pompiers et en vert au bloc opératoire.

Mon boulot consiste soit à endormir quelqu'un avant qu'un monsieur avec un gros couteau (bon ok, un petit scalpel) lui fende la paillasse, soit à éviter dans les autres cas que la personne ne s'endorme définitivement.

Sinon, il est tombé tout petit dans un Atari 2600 et il a eu beaucoup de chance de pouvoir faire un peu de journalisme vidéo ludique à divers niveau et de rencontrer des gens super avec ses passions. Il a écouté ses parents et à tout de même appris un vrai métier (ce sont eux qui le disent).

Et il commence à trouver étrange de parler de lui même à la troisième personne.

Je m'attendais à pilote de course ^^.

Mais pourquoi pas.

T'as vécu l'expérience Tron ou il ne faut le prendre au littéral : "tomber dans une Atari 2600" .

J'ai eu la chance d'arpenter un certain nombre de circuits étant plus jeune. Surtout parce que mon père était très ami avec un pilote professionnel. Tout le monde me voit comme un spécialiste des jeux de simulation et de course. C'est vrai que j'aime ça et que j'en connais un certain nombre, mais je suis plus éclectique qu'on pourrait le penser. Trop même en fait.

Je conduis néanmoins en urgence plusieurs fois par mois et personne n'est plus rapide que moi dans ces moments sur route ouverte. Mais je triche avec des lumières bleues et une sirène ;-).

J'ai vécu l'expérience Tron. Et sur Atari 2600 j'ai vécu l'expérience Space Invader au point d'avoir l'impression que mes meubles grandissaient quand j'arrêtais de jouer. A cause du scrolling...

Plus éclectique, et tu joues à tout sauf à quoi alors ?

J'apprécie peu les jeux de foot et les FPS si je n'ai pas des potes avec qui y jouer. Je passe également sur les jeux de danse.

Est-ce grisant d'être ambulancier (c'est comme ça qu'on dit) ? De pouvoir prendre les sens interdit, les autoroutes à l'envers, de fendre les bouchons pour partir en vacances ?

Je ne suis pas ambulancier, mais infirmier anesthésiste. Non, ce n'est pas grisant, c'est le boulot et c'est aussi normal que de prendre son bus ou le train pour moi. En dehors du boulot, je suis tout à fait pépère au volant. Je ne conduis que lorsque je suis de garde chez les pompiers. Au SAMU (ou plutôt au SMUR), c'est un ambulancier qui conduit effectivement.

Le jeu vidéo est une drogue ?

Comme tout loisir qui passionne il peut être addictif. Mais il n'entre absolument pas dans la définition d'une drogue au sens premier.

Quelles sont tes licences adulées ?

Forza bien sûr, Gears of War, Gran Turismo jusqu'à la PS3... The Witcher, WoW même si je n'y joue plus depuis longtemps, Top Spin, Valkyria Chronicles... Comme tu le vois, c'est très éclectique.

Et détestées ?

Je ne les déteste pas vraiment parce que j'y trouve des choses intéressantes. Mais je trouve que les Final Fantasy se sont complètement perdus, les Need for Speed aussi depuis Hot pursuit.

Justement, quelles sont les licences en pertes de vitesse pour toi ? Pourquoi ?

Je ne dirais pas qu'il y a réellement une perte de vitesse, même pour de grosses licences. Je trouve au contraire que beaucoup de grosses franchises travaillent sur leurs acquis et se raffinent en ce moment. J'avais très peur pour Uncharted, pour Forza, pour Tomb Raider et pour Gears notamment. C'est avec plaisir et avec un peu de surprise que je constate que s'il n'y a pas d'innovations majeures, ce sont tous d'excellents jeux.

Et quelles sont les licences qui montent, celles sur la bonne voie ? Pourquoi ?

Ce que je regrette c'est le manque de visibilité d'autres jeux plus modestes qui se font phagocyter par ces mastodontes. Je crois que de gros éditeurs devraient suivre l'exemple d'EA qui a mis en avant un jeu comme Unravel. Les indépendants ont besoin de pouvoir travailler en petites équipes et d'explorer de nouvelles voies. D'expérimenter. Je trouve dommage que de gros éditeurs n'utilisent pas la puissance de leurs réseaux pour booster ces jeux. Je ne veux pas dire qu'il faille injecter des sous et faire grossir les équipes. Mais j'adorerai voir un Marcus Phoenix brandir le petit personnage d'Unravel par exemple. Ces potentiels sont déjà exploités mais uniquement avec de grosses licences entre-elles.

Quel type de joueur es-tu ? (impliqué, optimiste, curieux, désenchantée, patient, colérique avec le matos, accueillant, maniaque, replié, avenant) Comment te définirais-tu en tant que joueur ?

Je suis surtout un joueur en manque de temps. Ce que j'adore dans le jeu vidéo, c'est qu'on peut passer de titres extrêmement pointus de gestion, à des point and clic narratifs, des simulations, des jeux totalement arcade, du sport de la SF... J'adore cette diversité et mon grand malheur c'est de ne pas avoir assez de temps pour jouer à tout ce que j'aurais envie d'explorer. Généralement, je me borne à finir un jeu, plus rarement à le rincer à fond. Je ne cherche pas à faire des succès dans tous les sens sauf quand j'accroche vraiment. En ce moment Forza Horizon 3 me prend beaucoup de temps :-).

Ma définition : Éclectique donc.

Éclectique j'avais compris :D Mais le jeu vidéo te transforme t'il ou tu restes le parfais gentleman/gendre de la vie de tous les jours ?

Je jure et il m'est arrivé de ragequit. Mais jamais sur un jeu de course par respect pour les autres joueurs. J'ai besoin de me maîtriser pour ne pas faire de bêtises au quotidien (je n'ai pas vraiment droit à l'erreur) alors plus la situation est critique plus je garde mon calme. Mais à côté de cela, je suis capable de m'énerver pour des broutilles. Ceci dit, je crois que ça doit bien faire 20 ans que je n'ai pas jeté une manette :-).

Pour ou contre l’accessiblisation (ce qui revient à être pour les Souls ou pour le reste) ?

Je m'en fiche. Je suis pour que les gens qui n'ont pas 200 heures à mettre dans un jeu puissent profiter d'une expérience de qualité avec un bon rythme. Je suis pour les jeux qui ont un challenge relevé pour que des joueurs hardcore y trouvent leur compte. Je suis contre la rallonge idiote de la durée de vie d'un jeu en multipliant des épreuves/niveaux juste pour le plaisir d'avoir une courbe de progression longue. Bref, ce n'est pas tant la difficulté d'un jeu qui est importante, c'est surtout son expérience qui doit faire sens.

Plutôt satisfait du challenge que propose l'ensemble de la production actuelle ?

Il y a bien plus de choses que celles auxquelles j'ai le temps de jouer correctement alors oui, plutôt satisfait, même s'il y a encore plein de choses à faire.

Pas le sentiment d'être pris par la main ou crouler sous les infos (conçues pour ne surtout pas laisser le joueur se perdre et retrouver son chemin/explorer de lui-même) ?

Non, c'est un peu la rançon des impératifs commerciaux. On ne peut pas se couper d'une partie du public en le noyant rapidement. Il faut bien le prendre un peu par la main. Cependant je trouve que cela pourrait être bien mieux fait. Ce ne sont pas les permis de Gran Turismo qui vont faire comprendre aux joueurs les subtilités du sport auto. Pourquoi ne pas leur expliquer les spécificités de certaines épreuves ? Leur intérêt ? Pourquoi ne pas scénariser un peu la progression d'un pilote pour lui faire découvrir ce qui change dans sa voiture lorsqu'on lui boost son moteur, lorsqu'on change ses pneus, ses suspensions ? Lui faire comprendre pourquoi telle trajectoire peut être intéressante ?

Les jeux de voitures se bornent trop à expliquer comment ils fonctionnent. Pas ce qui fait qu'ils s'approchent de simulations de voitures. Des jeux comme FIFA et NBA2K sont parvenus à toucher du doigt ce côté carrière et personnalisation de l'expérience.

Justement, Fifa, NBA2K, F1 sont des licences de sports, n'est-il pas plus cohérent de voir ce courant traverser ceux-ci plutôt que des aspirantes simu' pour le quidam averti (en théorie en tout cas) ?

Je ne pense pas. Encore une fois, faire l'effort d'une certaine ouverture vers un public plus large, même pour des jeux estampillés simu ne coûte pas forcément grand-chose. Et si ça peut faire la différence entre un jeu qui marche et une fermeture de studio, le choix est vite fait.

Les développeurs de simu ont-ils le temps de s'attarder sur une progression personnalisée, ce que peuvent manifestement se permettre ceux attablées à la production de licences de sport ?

Tout est question d'allocation des ressources. On peut d'ailleurs constater dans un autre secteur de jeu que les ressources ont un peu changé. On ne se focalise plus forcément sur des garages de voitures qui doivent atteindre des milliers de bolides pour faire moins, mais plus précis. Je n'ai pas l'impression qu'essayer de personnaliser une expérience ajoute une charge de travail si énorme. Ceci dit, je suis dans la position d'un joueur et non d'un développeur. Je n'ai donc aucune véritable idée de ce que cela implique réellement. Mais une fois qu'on a le c½ur du jeu ; un moteur physique qui tient la route, un moteur graphique cohérent et un contenu correct, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas broder la dessus pour l'enrober avec talent.

La mini-map, ce n’est pas un peu de la triche dans les jeux de course ?

On peut le considérer comme cela. De toute manière, les joueurs qui roulent beaucoup ne s’y fient plus du tout à la minimap. Ils ne se fient plus non plus aux aides visuelles qu'ils désactivent généralement. Une fois qu'on a mis de côté l'ensemble des aides, on arrive généralement à être plus rapide. C'est donc une aide au départ, mais après entraînement, ça n'apporte plus rien.

Autant la mini-map sur circuit n'est pas trop regardé (à la limite pour connaitre la position de nos concurrents) parce que généralement, on est concentré sur l'essentiel, le pilotage et l'impression de vitesse est moindre qu'un Burnout ou NFS.

Mais justement, à mon sens, on la regarde beaucoup plus cette mini-map pour pouvoir anticiper les virages dans les jeux de course arcades (NFS Hot Pursuit par exemple). Cela n'enlève-t-il pas de la difficulté, celle d'avoir la promptitude de tourner le volant dans le bon sens et de réagir à la vue du changement de trajectoire à opérer :D ?

Je ne pense pas. Il faut de toute manière être plus concentré sur ce qui se passe devant la voiture et parfaire sa trajectoire, plutôt que d'avoir le nez sur la mini map. Bien sûr, au moins comme cela on sait dans quel sens tourner le volant, mais pas avec quelle intensité et sans le timing. De toute manière, une fois qu'on a appris le circuit, la mini map devient totalement inutile. Même si on est dans un trip arcade.

Pourquoi Dopamine ?

Je pense que les explications sur la molécule donnent quelques pistes. J'aime prendre et donner du plaisir. Oui, cette phrase est équivoque faites en ce que vous voulez. Mais on parle de jeu vidéo je crois.

On parle de sexe maintenant ...

... ou on attend la tranche 23h-00h ?

Sex, drogue & Dopamine ?

Les deux premiers vont avec le troisième. Mais comme tu le sais maintenant, la dope, ce n’est pas forcément de la dopamine.

C'est quoi la diff' entre dopant et drogue finalement ?

La drogue n'améliore pas forcément les performances et entraîne systématiquement une dépendance. Mais on parle de la définition médicale et pas légale.

Faut-il tester pour mieux cerner les effets ?

En général on parle mieux de ce qu'on connait parfaitement, mais il faut tout de même rester raisonnable.

La voiture du peuple est-elle vraiment une Volkswagen ?

Plus aujourd'hui. Aujourd’hui c'est la Dacia :-)

T'es un passionné d'automobile ou pas plus que ça ?

J'aime beaucoup le sport auto, mais c'est un loisir qui me semble bien plus inaccessible que des sports dits "bourgeois". Du coup, j'ai fait une croix dessus depuis longtemps. J'ai grandi avec un père qui accompagnait sans arrêt un très bon pilote d'endurance. Se retrouver à côté de milliers de chevaux dans les paddocks, ça vous hérisse le poil et ça marque à jamais.

Donc tu t'es mis au Golf et au Polo ?

J'ai fait du golf ;p. C'est sans doute moins cher qu'une saison de sport auto ;-)

Ça ne te manque pas ? Tu assistes au spectacle ou même ça, c'est salé ?

Même ça c'est salé. J'ai piloté des planeurs à un certain moment de ma vie, c'est quelque chose que j'adore. Mais je ne peux pas aller sur un aérodrome sans être frustré et verser une larme.

Pour le sport auto, je trouve que les choses ne sont pas assez bien faites pour les spectateurs. J'ai par exemple été très déçu de mon expérience récente au Mans. Pour le spectateur qui n'a aucun accès spécifique, je trouve que c'est vraiment mal foutu. C'est très dommage parce que seuls les privilégiés peuvent profiter correctement du spectacle. C'est devenu très élitiste.

Donc, t'es pilote et pilote !

J'étais, je ne fais plus de planeur.

Pourquoi frustré sur un aérodrome ?

Frustré parce que je vois des avions voler et que j'adorerai y être. Seulement cela aussi demande pas mal d'argent et on ne va pas faire un tour en planeur ou en avion sur un coup de tête. Cela prend la journée. Et mes journées sont déjà trop courtes.

Tu peux rentrer un peu plus en détail vis à vis des 24h du Mans ? Il vaut mieux être en tribune ?

Pour être en tribune déjà il faut payer un supplément. Avec un ticket simple, on peut aller sur les abords du circuit, mais pas en tribune. Donc qui n'a pas d'argent ne profite pas correctement du spectacle. La plèbe se contente d'arpenter les nombreuses attrapes nigaudes avec des collections de voitures miniatures. Je dis attrape nigauds, parce que d'un stand à l'autre les prix varient énormément pour une même marchandise.

Tu peux également observer les nombreuses hospitalités des différents constructeurs automobiles où non seulement on peut avoir une vue imprenable sur la piste ou les paddocks, mais où l'on dispose également de toutes les infos de course au chaud avec open bar et gastronomie. Il est bien sûr normal que cela existe, mais on te fait bien sentir sur ce circuit et lors de cet événement qu'il y a deux mondes. D'un seul coup le chemin que tu prenais est barré et tu ne peux plus revenir en arrière parce que cela a été transformé en réception de l’Automobile Club. Tant pis s'il faut que tu te tapes 10 minutes de marche en plus sous la pluie. Ah, j'oubliais. On hésite pas à de faire payer une bouteille d'eau 5¤ et une bière 10¤.

Ca a toujours été comme cela pour les 24 ou avant c'était bien plus populaire ?

Je n'y suis pas allé assez souvent pour pouvoir juger d'une évolution dans les temps.

Malgré ces ratés, l'expérience en vaut le coup ?

Si cela se passe tous les ans comme je l'ai vécu en 2016, non.

T'as pu visiter le musée des 24h ? J'ai le trouvé pas mal (même si je m'attendais à quelques choses de plus grand en termes d'espace, il est bien fournis niveau densité).

Quand j'ai vu que c'était une fois de plus payant, j'ai passé mon tour.

N'y connaissant rien du tout, t'as pas une rapide remise à l'échelle du coût de la passion du sport auto (même si cela dépend du degré d'implication, de la discipline) ? Un spectateur/un participant ?

Cela peut être relativement abordable ou alors devenir une ruine totale. Vraiment, je ne peux pas te donner de chiffres. Mais cela demande une énorme implication. Il faut non seulement gérer tout ce qui concerne la voiture, mais aussi tout ce qui va autour, la logistique, les sponsors pour ramener des sous, le juridique...

Tu roules pour/en Volkswagen ?

Je roule en Dacia... ou en Renault. J'ai décidé de mettre de l'argent ailleurs que dans les voitures.

fin de la première partie.

Ajouter à mes favoris Désactivés

Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

Nous y voilà.

J'avais initialement prévu de t'étaler la publication de l'interview de ce patient (dis comme ça, on se croirait à l'Asile d'Arkham - et ce n'est que partiellement faux) sur toute l'année 2018 avant de me raviser. Le patient s'inquiétant manifestement sérieusement pour la santé mentale de Fache, je décida (ou plutôt nous décidames) de réduire le nombre d'articles afin de condenser l'interview sur le mois de fête qu'il doit être : Décembre. Comment finir l'année autrement que par un feu d'artifice, une coupe de champagne et un bon rail de coke ? Vous l'avez compris, impossible. Trois ans donc après la première partie de son spectable avec feu Gandalfleblanc, l'homme-mystère revient pour nous accorder sa dernière grande fantaisie avant de raccrocher la manette. L'occasion de revenir sur son parcours, ses financements politiques occultes ainsi que sa propension à la digression. J'ai pris la liberté de laisser les pavés tels quels car je ne saurais avoir l'outrecuidance de dénaturer la vision primaire de l'auteur. Notez que le sieur nous a fait grâce de l'écriture inclusive. On a échappé au pire murmure Fache au loin. Vous imaginez un tel lyrisme accouplé à la dernière tendance dans les milieux mondains ? Personne n'en serait ressorti vivant. Moi, y compris.

 

 

 TRAME

 

 I                           Cloud                           6/12

 

II                         Squall                        13/12

 

III                        Djidane                     20/12

 

IV                      Tidus                          25/12

  

V                        Vaan                           27/12

 

VI                       Noctis                       31/12

  

 

 

Copyright Zigendfunk & L.G.A.M.C.

 

 

 VI      Error 404 Nomura found dead

 

T'es très branché japanimation et cultur jap, je me trompe ?

Ha mais carrément, merci de l'avoir remarqué. Sur ce site, on me prend pour un gros noob de la japanimation parce que j'ai tendance à snober les productions actuelles (non sans raisons) mais avant d'être gamer, je suis japanimeux dans l'âme. Les jeux vidéo ne sont définitivement pas ma spécialité. L'animation japonaise, oui. Ou du moins, elle le fut, car compte tenu de la tournure qu'elle a prise aujourd'hui, j'ai fini par me désintéresser et ne plus la surveiller que du coin de l'½il.

Ceci étant, pour dire les choses comme elles sont, mon premier fanzine traitait de manga et d'animation japonaise (j'ai également squatté quelques numéros du journal de mon lycée pour y écrire notamment que « le manga, c'est l'avenir de la BD », bien avant le boom des publications en France), et je me suis beaucoup investi dans ce domaine en mon temps. D'ailleurs avec de la chance et pas mal de persévérance, il y a moyen de dégotter quelques dossiers sympas : une critique de mon premier zine dans un vieux Player One (« beaucoup d'humour, mais pas toujours très fin », écrivaient-ils déjà), un courrier coup-de-gueule perso dans Animeland (deux pages entières, quand même) et même des collaborations improbables côté BD. Du lourd. Du collector. D'autant plus que moi-même, je ne suis plus en leur possession du tout (à mon grand regret).

Bon, je radote sans doute, mais comme je suis lent à répondre, j'ai depuis longtemps oublié de quoi nous avons parlé jusqu'ici...

C'est peut-être parce que JE suis un gros noob de la japanimation que j'ai remarqué que t'étais fan de japanimation :D

Tu ne lis donc pas de mangasses violentes et sexuelles avec de gros yeux dessinés exclusivement pour pervertir les esprits des petits enfants blancs ?

Quelle triste jeunesse tu as dû avoir !

Pokémon, l'anime, ça compte ? Mais j'en suis resté à Télétoon et donc ses productions canadiennes. Le Bus Magique, Arsène Lupin, Spiderman, Hihglander, putain, ce que c'était du lourd les dessins animés à cette époque, les années 90, une décennie bénie (oui-oui, lol) des Dieux. J'ai bien essayé de me mettre à Olive et Tom ou d'autres dont j'ai oublié le nom mais mon occidentalisation exacerbée ne s'est pas laissée faire XD

Évidemment que Pokemon, ça compte, surtout si tu as survécu à l'épisode destiné à faire disparaître les trois quarts des épileptiques de la surface de la terre. Non et puis franchement, commencer les animés par un titre des années 80, c'est comme se mettre au jeu vidéo en commençant par Galaga. Ça a son charme, c'est certain, mais ça peut pas mal rebuter aussi. Tape plutôt dans ceux de la première décennie 2000, ça passera beaucoup mieux. Tiens, allez, je choisis pour toi : mets-toi à Cowboy Bebop. C'est Corto Maltese dans l'espace. On en reparlera ensuite.

Quels sont tes 10 produits japonais préférés (culturels ou pas d'ailleurs) ?

Les distributeurs de petites culottes usagées, les chapeaux-caca en plastique, les oreilles de chat, le yen, Ryuzaki57, Book-Off, les vaginettes, les posters lavables, le moe et les cup-noodles.

Question plutôt personnelle, j'aimerais savoir si tu as vraiment interviewé le scénariste de SW7 ou si tu as roulés tout ton mode en réalisant ladite entrevue avec l'une des 1400 qui composent ton lieu de travail (L'imprimerie nationale si j'ai bien compris) ?

Alors effectivement, je le confesse ici (parce qu'il y a prescription) : je n'ai pas interviewé le copieur qui a produit le scénario de Star Wars 7, mais un autre modèle qui le connaît très bien (ils ont longtemps été en maintenance ensemble dans le même hangar, ça crée des liens).

Qu'est-ce que tu penses de ces sitcoms allemandes (puis reprises en France) où des non acteurs jouent des rôles d'acteurs ?

Tu veux parler de Derrick ? C'est mon sitcom préféré, avec la Nounou d'Enfer. Je trouve d'ailleurs que quand on creuse, les deux séries présentent de grosses similitudes.

Nan Derrick on sait que c'est de la balle, je parle plutôt des sitcoms où des non-acteurs jouent (très mal) et commentent même en plan fixe la situation (parce qu'apparemment même le narrateur en voix-off a fui), on ne touche pas encore plus le fond que n'importe quel SJW ou n'importe clampin affublé de la lettre copte lambda sur la Toile ? Tu vois de quoi je parle ?

La caméra zoome sur le visage bouffi du Gamer aux Mains Carrées. Une veine de contrariété se devine au milieu de son front.

- Non, monsieur Neves, je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler. Je vais devoir vous demander de quitter le manoir. Mon mari ne devrait pas tarder à rentrer du travail et s'il venait à nous trouver ensemble, ici, maintenant, alors que tous les serviteurs ont été renvoyés chez eux pour l'après-midi, je crains qu'il ne se fasse de fausses idées et qu'il ne vous cale son fusil de chasse dans l'anus.

C’est décidé. J’ouvre un recueil de citations justifiant à elles seules l’interview.

Et je le fais payer.

Voilàààààà. Tu y eeeeesss.

Laisse le Pouvoir du Côté Square-Enix de la Force couler en toiiiiiii !

Je t'ai déjà parlé de Darth Nomurous ?

T'es déjà allé à Grenoble ?

Et comment. J'y ai fait une partie de mes études, et passé mes premières années de fonctionnaire. Je sais situer les Micromania, les Cash Converters et les boutiques manga. J'y ai rencontré Komy, l'homme au sandwich (en pleine tempête). J'y ai même éconduit mon premier (et seul) réalisateur de cinéma. Que de souvenirs !

Sans conteste l'une des plus belles villes de France avec Béthune, Dunkerque et Berk-Plage.

T'es chtimi ? C'est pas une ville pour les claustrophobes Grenoble, très intimidant cette densification dans une crevasse, j'ai pour ainsi dire détesté cette ville et ce coin. Je me permets comme tu n'y habites plus et que j'imagine que tu n'as pas de famille dans le coin.

Oh oui, t'inquiète, je n'y ai passé que quelques années pour le besoin des études, puis du boulot. C'est un coin super beau l'été, en terrasse. J'y ai même rencontrer Komy en pleine tempête, un souvenir mémorable. En hiver, par contre, ce n'est pas la même limonade, on a l'impression que les montagnes se rapprochent comme un étau (ou le décor précalc' d'un Manic Shooter). Personnellement, j'ai aimé, mais je ne m'y serais pas installé non plus.

Ah donc, c’est Komy le fameux second admirateur d’Oshii …

Pas que je sache, non.

Komy, son grand kiff, c'est Gundam.

Or Oshii, c'est Patlabor.

Et dans Patlabor, les robots ne volent pas.

Ce qui est rédhibitoire, pour les fans de Gundam.

Sinon, faut quoi, 4-5 ans d'étude pour jouir ensuite de 30-32 h de siestes... de durs labeurs dans les bureaux flambants neufs, c'est ça ?

Tout dépend à quel poste tu veux postuler. Au plus bas de l'échelle, on ne demande que le BEPC. C'est comme ça que j'ai pu accéder au merveilleux monde du travail, tu penses. On m'a demandé de calculer des additions à deux chiffres, c'était chaud mais j'ai géré.

Pourquoi personne n'aime les fonctionnaires (et contrairement aux apparences, je n'en fais pas partie) ?

QUOI ? Il y a des gens qui n'aiment pas les fonctionnaires ? Première nouvelle ! Comment ça, je ne suis pas crédible ? Moi qui ai appris à jouer la comédie avec Francis Huster !

Bon, si les gens n'aiment pas les fonctionnaires, c'est à cause d'idées reçues (et mensongères), qui suscitent pas mal de jalousie. Entre la protection du statut, les vacances, les 35 heures, les files d'attentes, les téléphones qui sonnent dans le vide, les mois d'attente pour un vulgaire papier... Il y a de quoi rager en face, ça se comprend. Il suffit déjà d'expliquer aux mauvaises langues que non, on ne cumule pas 35 heures et vacances à gogo, ça les calme déjà un petit peu. A titre personnel, pour bénéficier des trois quarts des vacances scolaires (l'établissement n'accueillant pas d'élèves sur cette période, il ne servirait à rien que je sois présent sur ce temps-là), je me tape des semaines à 41h30 (payées 35, hein, je préfère préciser). Ben franchement, y'a des fois, je préférerais avoir moins de vacances et des journées moins longues, parce que quand au bout de six ou sept semaines, t'es réduit à l'état de limace qui n'a plus la force que de ramper, t'en profite moyen, de tes vacances. Quand, de surcroît, t'as un petit salaire et aucune perspective d'avancement, ça motive moyen. Alors forcément, partant de là y'a des collègues qui ne s'investissent pas beaucoup et qui travaillent "à leur rythme", mais y'en a d'autres qui ont le sens du service public et qui se défoncent. C'est comme partout, on a des tire-au-flanc et des bosseurs, impossible d'y échapper, on n'est pas faits différemment des autres. Alors oui, il y a des avantages à être fonctionnaires, mais il y a aussi des inconvénients. La preuve : https://www.youtube....h?v=n4J7huMyvnY

Aux dernières nouvelles, on n'avait pas encore obtenu le cul de la crémière (et heureusement pour moi sans quoi PYT m'en aurait collé une). Reste que le système administratif manque de souplesse et étire les délais, du fait du nombre d'interlocuteurs à solliciter, cela implique souvent l'intervention de plusieurs instances, ce qui relance la machine à chaque fois, mais on essaie d'aller vers une simplification des services, notamment à travers le tout-numérique, pour contourner le problème. Par ailleurs (et ça aussi il faut le dire), il y a au moins un 5ème des fonctionnaires, je pense, qui ne sont employés qu'à des fins de suivi et de contrôle, parce que sitôt qu'il y a une faille à exploiter dans le système, le français ne fait pas d'état d'âme. Si tout le monde était réglo, nous serions moins nombreux et nous coûterions moins à l'état. Enfin, dernier point d'achoppement : le fait que nous coûtons, mais que nous ne produisons aucune richesse en retour. Nous ne fabriquons pas, nous ne vendons pas. Autant dire qu'au sein d'une société capitaliste comme la nôtre, nous sommes perçus comme des parasites, parce que si tu ne rapportes pas, tu n'es personne. Cependant ça aussi, c'est une idée fausse parce que la société, capitaliste ou non, est une mécanique d'horlogerie, et que pour fonctionner, une mécanique à besoin de rouages qui tournent dans le bon sens et au bon rythme. On a déjà tendance à trouver l'administration française peu efficace (excuse la litote), je ne vois pas comment des suppressions de postes pourraient améliorer quoi que ce soit.  Bien sûr que l'informatisation de nombreuses démarches va rendre certaines fonctions obsolètes, mais elle va nécessiter qu'on en crée d'autres en contrepartie - parce que les données auront toujours besoin d'être traitées à un moment ou à un autre, et parce que l'usager aura toujours besoin d'un interlocuteur humain. Encore que Cleverbot pourrait parfaitement faire l'affaire. Ainsi que je le soulignais, à mon sens, le vrai problème, il vient du système capitaliste qui atteint ses limites, mais il est plus commode d'accuser les fonctionnaires puisqu'au risque de radoter, le système capitaliste, nous en profitons tous chacun à notre niveau.

Pourquoi t’essaies tant de te faire passer pour un type archi sous-diplômé alors que t’es certainement archi surdiplômé ? (c’est bon, tu peux laisser tomber le masque, plus personne le lit à c’t’heure-ci).

Plus personne... à part Fache, qui aura mérité son achievement unlocked. Tu vas me faire le plaisir de lui bidouiller ça sous Photoshop.

Pour te répondre (parce que c'est un peu pour ça que je suis là quand même), je ne crois pas essayer de me faire passer pour quoi que ce soit. Je suis surdiplômé pour le poste que j'occupe, c'est certain, vu que c'est un niveau BEPC et que j'ai Bac +4, mais on ne peut pas dire que ce soit très valorisant non plus - enfin, quoi, il faut bien manger, ma brave dame (j'ai les bouches de tout Square Enix à nourrir).  On en revient à ce que je disais sur l'élitisme. Oui, comparé à un gars qui a le BEPC, je suis surdiplômé. Mais d'une, ça ne veut pas dire que je suis plus compétent que lui (tout dépend des domaines). De deux, un Bac +4, ce n'est pas sensationnel non plus, il n'y a pas de quoi fanfaronner. Ça me donne le droit de discuter littérature avec le petit doigt en l'air, mais comme je n'aime pas ça, ben... ça fait juste de la paperasse dans mes tiroirs.

Sur le plan culturel, par ailleurs, j'ai d'énormes lacunes : de la fac, j'ai conservé les outils intellectuels. Les connaissances, elles, sont parties aux Maldives pour une durée indéterminée... Du coup, forcément, je ne sais plus situer les Maldives, ce qui veut dire que je n'ai aucune chance de pouvoir les récupérer un jour.

T’es rentré dans la fonction pour fuir en partie le modèle capitaliste ?

Je suis rentré dans la fonction comme dans maintes conquêtes en boîte de nuit : parce qu'il n'y avait qu'elle qui voulait de moi (que c'est élégant). D'un certain point de vue, oui, c'était une façon de fuir un modèle sociétal qui n'est pas adapté à mon autisme : une planque pour pouvoir y construire ma bulle, m'y réfugier et tenir le monde réel à distance, histoire de pouvoir écrire à côté (sauf qu'hélas, ça ne fonctionne pas comme je l'espérais). L’"ambition", la "richesse", la "réussite", autant de notions abstraites qui ne signifient rien, à mes yeux. Partant de là, même si j'ai (je pense) les capacités, je n'ai pas l'envie. Or comment tu veux "réussir", sans l'envie de te goberger aux ½ufs de poisson ?

Donc, qu’est-ce que tu proposes comme système ?

A quoi ça servirait que je développe ? Les élections sont passées et je n'ai même pas eu les 500 signatures pour lancer ma campagne "tous en short asymétrique" ("pour une France qui rit comme une conne"). Remarque, je ne crois pas que j'aurais été élu, de toute façon. Juge par toi-même : dans mon système à moi, on plafonne les revenus et les profits, tous les dépassements sont réinvestis, chez nous ou dans les pays du tiers monde. Outre les bienfaits économiques que cela prodiguerait, cela permettrait de mieux répartir les richesses, de faire cesser la course aux bénéfices et de casser les dynamiques de concurrences sauvages. On arrêterait de nous vendre de la merde à moindre coût en hypothéquant sans vergogne sur notre santé, on pourrait engager davantage de personnel, et donc réduire le chômage d'autant. Tu me diras : "oui mais avec un tel système, tous les friqués foutront le camp" et j'en suis bien conscient. Au risque de me re-répéter, c'est d'autant plus dramatique que dans un monde où les ressources sont limitées, et le nombre de postes également, avec une natalité en constante expansion, c'est la seule solution qui pourrait nous sortir de l'impasse. On pourrait croire qu'après plusieurs milliards d'années passées sur terre, l'humanité aurait mûri, qu'elle ne verrait plus l'intérêt de payer des sacs à main trois mille balles alors qu'à cent kilomètres de là, avec cet argent, une famille pourrait vivre pendant dix ans. Mais non, tu penses. On est resté des sales mômes, ceux qui tirent des couettes et qui jouent avec le caca. Stephen Hawking ne nous donne plus que cent ans maximum, et je suis assez d'accord avec son estimation. Sauf que tout le monde s'en fout, vu qu'"après chacun, le déluge". Tant pis pour nos enfants, ou les enfants de nos enfants. Eux risquent de salement faire la gueule mais qu'importe, du moment que Jean-Guy il peut collectionner les Porsches. 

Tu prends plus de plaisir à jouer à :

A/ jouer à un jeu

B/ casser un jeu

C/ casser le milieu (presse, éditeur, forumeur)

D/ souffler les réponses à ta marionnette : l'intrépide Blacklaboule et donc éviter de revêtir le costume de criminel

Sans hésiter, la réponse A. Casser pour casser, ça ne m'intéresse pas. J'ai déjà du mal à trouver le temps de jouer, alors... Bon, s'il y a matière à déconner, je ne suis pas le dernier, c'est sûr, mais c'est toujours avec beaucoup de tendresse et de bienveillance. Il faut vraiment que l’½uvre soit une insulte à la vie elle-même ™ pour que je me fâche pour de vrai sur la toile et que je lui taille un vrai short asymétrique. Quant à Blacklaboule, hélas, je n'ai pas dû l'utiliser plus de deux ou trois fois, faute de temps, donc il n'aura pas rempli sa fonction d'homme de paille... ça m'aurait bien servi, pourtant, parfois. :D  Le Comte Zaroff s'est montré plus diligent, en la matière, même s'il s'est fait à peine moins rare. J'ai eu l'opportunité de le sortir de son carton pour les besoins du dossier Final Fantasy XV et je l'ai retrouvé avec plaisir. Je ne suis pas sûr que ça ait été réciproque, par contre. Cet homme est un croisement entre Grumpy Cat et les raptors du premier Jurassic Park.

Le compte Zaroff ? Connais pas. Tu m’expliques ?

C'est un de mes alter-ego, encore, sur une idée de mon poto Snake. Un salaud de première, tout droit sorti d'un vieux film en noir et blanc dans lequel il est question de chasse à l'homme. Spécialisé dans les billets polémiques, il a notamment coécrit la partie sur le sexisme de mon dossier Final Fantasy XV (sans surprise, celle qui a eu le plus de vues - naïvement, j'espère que ce n'est pas que pour le trash-talking, mais j'en doute malgré tout).

T'as pécho dernièrement ?

A fond ! Des brochets, des mérous, et même le seigneur du lac Vesp... ha mince, tu parlais de pécho, pas de pêcher... comprends-moi, je suis encore à fond dans Final Fantasy XV (ça commence à se voir, le placement de produit, ou pas du tout).

Bon et puis si tu peux lire ma réponse, c'est que j'ai pu la taper, et donc que PYT ne m'a pas pété les phalanges, et donc que la réponse est non. CQFD.

Même par l’intermédiaire d’un avatar, t’as pas le droit de pécho ?

Tu veux dire, envoyer Aang demander le numéro de la nana à ma place ? Nope, je peux pas. Sinon PYT risque de demander à Aang son numéro, et je ne saurais pas rivaliser (à part sur le plan capillaire).

Avez-vous les mêmes goûts vidéoludiques PYT et toi ? 
A-t-elle du goût déjà ?

Déjà, il faut savoir que PYT ne joue pas aux jeux vidéo. PYT joue à Zelda. Zelda. Zelda. Zelda. Uniquement Zelda. Bon, et Hyrule Warriors aussi, mais c'est parce qu'il y a

Hou vache, il y a donc une limite de caractères dans les mp, et je viens de la faire péter ! Un bien bel exploit digne de moi !

On l’a refait. Avez-vous les mêmes goûts vidéoludiques PYT et toi ? 
A-t-elle du goût déjà ?

Déjà, il faut savoir que PYT ne joue pas aux jeux vidéo. PYT joue à Zelda. Zelda. Zelda. Zelda. Uniquement Zelda. Bon, et Hyrule Warriors aussi, mais c'est parce qu'il y a Zelda dedans. Elle les tourne, les retourne, les reretourne, cherche tous les quart de c½ur, tue tous les poulets pour les vendre à KFC, boucle toutes les quêtes optionnelles. Elle fait de la course en wagonnets. Elle sert d'entremetteuse entre deux Yétis chauds-bouillants. Et aux dernières nouvelles, elle passait pas mal de temps dans les temples de l'eau.

Bon, et puis elle avait beaucoup accroché à Professeur Layton, aussi.

Et elle aime bien prendre Green Arrow à Injustice, ou Saki à Tatsunoko versus Capcom, pour se mettre dans un coin et canarder l’adversaire de tirs à distance (pour le plus grand plaisir de l'adversaire en question).

Du coup, on peut dire que nos goûts se recoupent parfois, mais qu'elle est loin d'apprécier tout ce qui me fait tripper. Dès que ça a l'air un peu prétentieux, un peu pompeux, un peu philosophique, elle me tire la langue et elle repart chasser le rubis sauvage. Elle a également horreur des survival éponymes (parce que ça fait peur), et méprise cordialement les Final Fantasy (même si j'ai presque réussi à lui faire finir le IV sur DS), parce que c'est au tour par tour.

Quant à répondre à la question "a-t-elle du goût ?", dans la mesure où elle est en couple avec moi, la réponse ne peut être que "non". Catégoriquement "non". Je ne sais même pas comment tu as pu en douter ! ^^

PS : j'ai l'impression que c'est plus long à relancer qu'à répondre. C'est moi où ?

M'en parle pas, j'ai l'impression d'être dans un épisode d'Ulysse 31 ! ;) Avec cette musique en fond sonore : https://www.youtube....h?v=WQaknWwIunc

(T'as vu comme je m'applique à donner une dimension multimédia à cette interview, un peu ? On sent le professionnel...)

Bon, et si tu ne connais pas Ulysse 31, considère que cette interview s'achève ici ! :lol: (je suis dur en affaire, je sais). ;)

On va enfin pouvoir passer à la seconde partie de l’interview ou t’as décidé de monopoliser le temps de parole ?

Gasp.

La.

Seconde.

Partie.

De.

L'interview.

O____________O

Hashtag part-en-courant. ^^

Je croyais qu'on était déjà arrivé aux parties 6 ou 7, moi. re- ^^

Tu veux parler de quoi désormais ?

Reste-t-il des sujets que nous n'ayons pas abordés, seulement ? ! ^^

Le hic, c'est que cette interview s'est tellement étalée dans le temps (mea culpa) que je ne sais plus du tout ce que je t'ai déjà répondu ou pas. A ce compte, on risque de sacrément tourner en rond.  Par contre, si tu veux, tu peux faire de l'album pour monsieur mon frangin, parce qu'il est excellent. Encore faut-il ne pas avoir des goûts trop conventionnels en matière d'anticonformisme, évidemment.

https://cyclopeespio...y-night-epitaph

Ca se sent que je suis en chien pour continuer l’itw ? On va ptet s’arrêter là tout compte fait XD

Les yeux de Fache s'illuminent tout à coup.

Son pouls s'accélère.

Dans ses prunelles, on lit comme un mélange d'espoir, de crainte et de gratitude anticipée.

Non mais je crois qu'on a quand même bien fait le tour, non ? 

PS : je vais finir par commencer la publication de l’interview avant qu’elle ne soit finie, ça sera plus simple.

Je ne sais pas si le mot "simple" peut vraiment être associé à cette interview, d'une manière ou d'une autre. ^^ En une seule session, tu sais combien de pages Word ? 14 ! Et on en est à combien ? 4 ? 5 ? On va bientôt pouvoir sortir le bouquin chez Pix'n Love ! :D

Toujours plus loin, toujours plus vite, jusqu'au bout de l'extrême limite (air connu) (des vieux). ;)

(Je relance l'interview)

Tu es un grand malade mais dans ce contexte, sans doute que c'est un compliment.

(je pensais en avoir fini avec toi mais heureusement, ça n'était qu'un léger passage à vide)

Tu as trouvé la réserve de "vitamines" de Suda51 ?

Les vitamines toutes blanches à inhaler...

(voici donc mes 15 dernières questions)

Comme le chantait si bien Mylène Farmer : "paroles, paroles, paroooooles !" (ce qui, du reste, était un bon moyen mnémotechnique pour ne pas les oublier, les paroles. GG).

Pourquoi Snake ne poste plus ?

A cause de l'augmentation du prix des frais de port. Il ne s'y retrouvait plus, financièrement parlant. Maintenant, il envoie des pigeons, c'est plus économique. Hé ouais, les gens ! Leçon de vie, les gens !

Plus sérieusement, ça me gêne de répondre à sa place (ne l'as-tu donc point interviouvé ?), on pourrait se rendre compte que c'est un de mes nombreux multi et je préférerai éviter. Aussi vais-je faire au plus synthétique (insérer ici des rires préenregistré) : des idées et des envies d'écriture, il en a encore (plein !), on échange pas mal là-dessus, mais quand il voit ce qu'est devenue la communauté, c'est plus fort que lui, la démotivation prend le dessus façon Soulcalibur (façon Vithia à Soulcalibur, en l'occurrence) (et là, tu vas me demander, qui est Vithia et je te réponds donc par anticipation : la version masculine cis-genre carniste de Kayane). Démotivation que je peux comprendre, d'ailleurs. J'essaie de le pousser égoïstement à passer outre, juste pour le plaisir d'avoir un nouvel article de lui à me mettre sous la dent (après, si vous pouvez en bénéficier, tant mieux), mais même quand je lui fais mes yeux de chat potté, rien n'y fait : au lieu d'accéder à ma requête, il me poursuit avec du répulsif félin pour me botter les fesses (oui, il n'aime pas les chats).  Quand on s'investit autant dans la rédaction d'un post, qu'il soit sérieux ou humoristique, on aime bénéficier d'un retour sur investissement - si symbolique soit-il - ou entraîner quelques interactions.

Quelle est la nature de la relation particulière que tu entretiens avec lui ?

Je pourrais te répondre, bien sûr, mais le CSA serait obligé d'intervenir et ton article finirait en crypté, comme sur Canal + les premier lundi du mois (ça se fait encore, ça ?).

Même si je traîne encore un peu mes guêtres par-là, ma période Gameblog est derrière moi. J'en garde d'excellents souvenirs, c'est certain, et même un début de notoriété avortée (c'est une expérience) - un peu de rancune également, mais sur une si longue période de fréquentation, c'était inévitable -, mais au-delà, surtout, je ressors de cette web-expérience avec une poignée d'amis "vrais" (comprendre : dépassant le seul cadre du vidéoludique), qu'on essaie de réunir régulièrement en dépit de l'éloignement : Chocolat, Karas, Locutus, Snake, Vithia, qui sont vraiment devenus des "bros" en puissance. Ce qui implique qu'ils arrivent à me supporter H24 plusieurs jours d'affilée (l’équivalent IRL d'une partie d'Horreur à Arkham). D'ailleurs puisqu'on en parle (subtile transition), note que lorsqu'on se retrouve tous ensemble, il est rare qu'on lance des jeux vidéo, ou même qu'on en parle, c'est le paradoxe du gamer qui fait déjà ça le reste du temps : on randonne, on joue aux jeux de société, on mate des films et on refait le monde.

Bon, à cette liste d'happy few s'ajoutent tous ceux avec qui je n'ai pas pu nouer des liens aussi étroits, mais que je considère comme des potes authentiques : tous ceux que je ne vois pas assez à mon goût, tous ceux que je n'ai vu qu'une fois et que j'aimerais revoir, tous ceux que j'aimerais rencontrer et qui peuplent mon Facebook, tout ceux qui ont "disparu" de la circulation et qui me manquent comme des petites chagasses (excuse, je suis sur la saison 5 d'Hero Corp en ce moment)... les nommer tous serait courir le risque d'en oublier tant il y en a, mais j'ose espérer qu'ils sauront tous identifier à quelle catégorie ils appartiennent et l'importance qu'ils ont pour moi. Il paraît qu'on peut mesurer la valeur d'un homme à l'aune de celle de ses amis. Si c'est vrai, je peux affronter Freezer en dernière transformation avec les deux bras dans le dos.

Quelle circonscription as-tu choisi pour les législatives sous la bannière du parti présidentiel ?

Tu rigoles mais quand j'ai appris que c'était ouvert à tout le monde, j'ai voulu postuler. Je ne crois pas en la politique, qui est pour moi une religion à part entière (je l'ai déjà écrit, ça, non ?) : oyez oyez, biduletruc va descendre du ciel des sondages et régler tous vos problèmes d'un coup de décret magique ! Accueillez-le dans votre c½ur !

Alors certes, je n'ai pas cette foi, mais j'ai des convictions (pesantes). Je me suis donc connecté sur le site dédié et là, paf, d'emblée, on m'a dit qu'il fallait préalablement que je prenne ma carte au parti. Du coup, j'ai renoncé. Déjà que quand il faut donner mon adresse mail pour m'inscrire à un tirage au sort histoire de gagner un Occulus Rift, j'éteins l'écran direct, je n'allais pas brader mes fesses dans l'espoir de pouvoir faire le pantin dans un amphithéâtre (j'ai suffisamment donné pendant mes études)...

Dommage. La France devra se passer de moi. J'aurais pu la sauver, et terminer Kingdom Hearts III dans la foulée, pour une sortie cette année. A quoi ça tient, quand même...

Alors comme ça on connaît Moundir ? Ta culture ne connaît aucune frontière, raconte-nous !

Évidemment, que je le connais. Je ne peux pas aimer Fabrice Luchini d'un côté, et ignorer l'existence de Moundir de l'autre. Moundir, c'est un peu le Fabrice Luchini de l'analphabétisme, non ? Le Jean Claude Van Damme du Paléolithique. Un subtil croisement entre Frank Ribéry et Colargol...

Certaines de mes sources les plus fiables me confirment qu'elles t'ont aperçu à la Rotonde le soir de ta célébration de la fin de FFXV, tu confirmes ?

Absolument. Côté cuisine, c'était succulent, même si ça ne valait pas un bon Whooper. Par contre, côté ambiance, c'était la louze totale : y'avait un excité, là, une sorte de Cefka croisé avec Rufus Shinra (sans le charisme), qui n'arrêtait pas de gueuler à sa table à chaque fois qu'un plat lui était servi, c'était insupportable. « PARCE QU'EST C'EST NOTRE ESCALOPE !!! » « PARCE QUE C'EST NOTRE RAB' DE FRITES !!! » « PARCE QUE C'EST NOTRE CARAFE D'EAU PLATE !!!! ». Grand moment de gêne quand il a pris les autres clients à partie en ces termes : « ce que je veux, c'est que vous, partout, vous alliez payer ma note ». Le monde est fou, moi je te le dis.

Pourquoi personne n'a fait le test du test de Final Fantasy XV ?

Parce que les tests des tests, c'est copyright Snake_in_a_Box, qu'il les réussit comme personne et que Snake n'écrit plus. Du coup personne ne les réussit comme lui non plus. Il a été tenté, bien sûr, sur le moment, mais l'impulsion n'a pas abouti. Et je ne suis pas assez stylistiquement discipliné pour prendre la relève. Mon humour à moi n'est pas assez fin. Au bout de quatre lignes, je basculerais déjà dans la grosse gaudriole qui tâche et j'assassinerais Nomura dès mon deuxième paragraphe...

Terrorisme, à qui le tour ? (en fait, si j'avais des talents sur Paint, j'en aurais donc fait un post de blog tendance humour noir charbon)

Tu essaies de me pousser à la faute, vil gredin, je le sais bien ! Je vois la carotte au bout de la ficelle !

Belle tentative, mais vaine, hélas !

La prochaine fois, accroche plutôt un ourson guimauve...

Au risque d'anéantir ton univers mental, comme tout le monde, j'ai mes limites, y compris en matière d'humour. Des limites choisies plutôt que subies, d'ailleurs, mais que je m'efforce de ne pas franchir. L'humour noir en fait partie. Peut-être qu'on peut rire de tout, en établissant une distinction entre l'humour et la réalité à laquelle il renvoie, mais c'est une distinction que je me refuse à faire quand la réalité est aussi dramatique. Là encore, question de principe. D'ailleurs, ce sont souvent ceux qui se permettent les montages les plus trashs qui chialent le plus fort quand il leur arrive une bricole ou quand quelque chose « les offense sur le net » - les mêmes qui lancent des pétitions débiles pour faire annuler les résultats de telle épreuve de leur BAC « parce que c'était trop dur ».

Comme tu l'as compris, je suis quelqu'un que l'humanité désespère, et dont le désespoir, en mûrissant, tourne à la colère. Plutôt que de vivre cette colère pleinement, snob et élitiste comme je suis, je préfère l'intellectualiser et la transformer en « humour », autant que faire se peut. Mais en réalité, je n'ai pas envie de rire, loin s'en faut. Quand j'écris un brûlot sur le sexisme dans Final Fantasy XV (par exemple), je ne m'amuse pas, je n'y prends pas de plaisir. Quand on me prend à parti parce que j'ai osé me moquer d'un personnage imaginaire, j'ai envie de chialer. Ce que je suis forcé d'écrire me navre au plus haut point, et ainsi en va-t-il de même quand je clashe sur un forum. C'est ma façon à moi de me contenir pour ne pas écrire un légitime « allez tous vous faire mettre » et ne pas claquer la porte sur les doigts de pied de l'interlocuteur. La « politesse du désespoir », comme on dit.

Par conséquent, quand les sujets sont trop graves, je n'arrive plus à trouver la force d'en rire, la colère prend le dessus. C'est le cas ici, même si je comprends ton ressenti (la lassitude, le désespoir, encore...) et ta manière de l'exprimer. Je partage le premier, je pense, mais je n'ai assez de force morale pour pouvoir te suivre dans ce registre-là.

J'ai découvert récemment que PYT était aussi l’acronyme d'une chanson de Jackson, c'est pour ça que ... ?

Qu'on donne à cet homme un morceau d'Ukraine !

Félicitations, tu es l'un des rares internautes à avoir élucidé seul le mystère de son pseudonyme.

La plupart des internautes pensent encore que c'est une référence dyslexique à Kid Icarus. Moi y compris.

D'ailleurs on devrait prononcer Piwailleti. Paie ton pseudo en mousse !

(ha ha ha ha haaaaaïïïïïeuuuuuh!).

Nan mais tu fais vraiment relire chaque question/réponse de l'interview à PYT !!?? Du coup, elle bosse pour l'Inquisition ou la Stasi ?

Tu rigoles (bis, bis repetita) ? Si elle lit l'interview jusqu'au bout, déjà (ou plutôt : si elle lit ma première réponse jusqu'au bout, déjà...), ça tiendra du miracle avec vue sur la mer. Elle m'a déjà "en live" sur le paletot, c'est pas pour me supporter en plus à l'écrit. La plupart de mes posts, elle les a liké « par principe », mais elle ne les a pas lus ! ^^

Une chance pour moi, d'ailleurs, vu le contenu de mes réponses ici. En aurait-elle eu connaissance qu'elle se serait facepalmée tant et plus. Enfin, quand j'écris "se serait facepalmée"... c'est une façon de parler. Ses facepalms, elle me les mets directement dans la tronche, elle dit que ce n'est que justice et que je suis plus mignon quand j'ai les joues qui saignent.

(promis, après, j'ai plus de question)

Appelle les secours, alors. Il faut que quelqu'un aille réhydrater ce pauvre Fachewachewa !

Je re-roll une dernière fois (sinon, ce serait pas marrant - et puis les promesses n'engagent que ...).

Parce queeee c'est toooon projeeeeet !

(Pardon, je ne m'en lasse pas).

J'aimerais savoir ce que le Compte Zaroff a à dire de cette interview. J'aimerais aussi avoir en vrac le sentiment de Luchini, de Tidus et pourquoi pas de Blacklaboule (s'ils sont disponibles).

Si possible, bien entendu :D

Bon, t'as de la chance, j'ai passé deux ou trois coups de fil, explosé mon forfait, contracté dix ans de dettes chez mon opérateur, mais j'ai réussi à recueillir leurs impressions à chaud. Je te les retranscris telles quelles pour être sûr de ne pas dénaturer leurs propos.

"T'as pas peur que ce soit un peu trop long sur un site entièrement peuplé d'analphabètes et de crétins congénitaux ? Va falloir charger à mort sur les photos de boobies si tu veux avoir une chance que les mecs scrollent jusqu'au bout. Pas sûr que ça les intéresse vraiment de vous regarder vous astiquer le manche sur quarante pages".

(Comte Zaroff).

"Ce qu'il y a, et c'est très important, note que c'est toujours très important quand on commence par "ce qu'il y a", sans quoi on pourrait s'épargner la redondance, c'est qu'à trop s'étaler, c'est un peu comme la tapenade sur une tartine, tu vois : tu peux en coller des deux côtés comme ça, si elle tombe, ce sera sur la tranche, mais après, quand tu veux croquer dedans, tu t'en mets plein les doigts surtout que la tapenade, bon, là, on est entre nous et je ne veux fâcher personne mais est-ce qu'il y a vraiment des gens qui aiment ça, en vrai ? Et là, le parallèle avec Huysmans s'impose : "la vie est une tartine de merde dont on croque un bout tous les jours". Alors tu vas me dire, "c'est un peu caricatural", un peu trop Nietzchéen (en caricaturant bien sûr mais qui sommes-nous, si ce n'est des caricatures de nous-mêmes ?), on pourrait ergoter longtemps mais tout est dit, et bien dit. Tartine de merde. C'est joli, c'est chantant. Pas très appétissant, d'accord, mais par chance, "il est de ces nourritures célestes qui ne se consomment qu'avec l'esprit", pour citer... ha, c'était qui, déjà ? Mais aidez-moi, bon sang ! Bon. Et sinon, c'était quoi, la question, déjà ?"

(Luchini)

"HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA

(je coupe un peu, il y en a 10 heures).

(Tidus - mais était-il nécessaire de le préciser, seulement ?)

"Les mécaniques de cette interview sont complètement à côté de la plaque. On voudrait nous faire croire que les deux intervenants sont restés enfermés ensemble dans une même pièce pendant un an et demi, sans manger ni boire ni avoir envie de s'étrangler ? Mais de qui se moque-t-on ?".

(Blacklaboule, d'humeur plutôt conciliante).

Enfin et parce que je finis toujours par ces questions-là :

Y a t'il une question que je ne t'ai pas posée et à laquelle tu brûles de répondre ?

Avoue que tu serais déçu si j'arrivais à respecter le cadre et si je m'en tenais à une seule, pas vrai ?

Bon, ça en fait déjà une, à laquelle j'ajouterai deux autres - beaucoup moins existentielles, par chance :

- Quel est le jeu que tu attends le plus, moi-même ?

Sans hésiter,  The Lost Child, le J-RPG de Takeyasu Sawaki, qui se déroulera dans l'univers d'El Shaddai (un de mes trois grands regrets de gamer, avec Silent Hill Downpour et Persona Battle Arena - n'ayant, pour rappel, jamais eu le matos pour m'y frotter).

Bon, et puis Aegis Rim, aussi, parce tu serais déçu si j'étais arrivé à respecter le cadre et à n'en citer qu'un (tu connais la chanson). Mais comme on n'a pas eu d'infos à son sujet depuis un bail, je ne pars pas optimiste...

Ha et puis le prochain Guilty Gear, aussi, parce que j'ai hâte de connaître la suite de l'intrigue.

Et puis le Ys qui va sortir incessamment sous peu sur PS4...

Bon et puis à compter d'aujourd'hui, le nouveau Dissidia. Obligé. Marre de devoir me contenter de Kingdom Hearts pour pouvoir botter le cul de l'autre surfeur peroxydé.

- Est-ce que tu aimes les films avec des gladiateurs ?

Eh bien curieusement, non. Ça manque de vaisseaux spatiaux et/ou de Balrog. Et ça, à mes yeux, c'est rédhibitoire. J'aime pas les drames sociaux, même s'ils se déroulent torse-poil.

Mais tout compte fait, qui es-tu vraiment LeGamerAuxMainsD'Argent ?

Comme chacun d'entre nous ici (mais pas que...), je pense : un personnage de fiction qui tente de se persuader qu'il est réel, en persuadant les autres de son existence. La routine sur le net, en somme. Mais en infiniment plus charismatique, ça va de soi (insérer ici un gif d'Horatio Kane).

Mais en effet, je tiens beaucoup d'Edward, c'est bien vu de ta part. Un de mes films préférés, au passage.

fin de la dernière sous-partie de la première partie.

(à la semaine prochaine)

2014-2017 Time Neves, c'est dans la boite Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler

Le Nevessing reflête la communauté Gameblog.

Il peut contenir des images non adaptées ...

... à un public de merde.

 

Gameblog prêt à tout pour faire du clic ...

 

C'est quoi ce merdier ??

 

Quand tu découvres que rejoindre la jungle des statuts t'oblige à quitter ton CDI pour prendre le temps de répondre aux "sollicitations" ...

 

Collector ... (réaction aux Gameblog Awards)

 

Craquage en direct

 

Mars Attacks !

 

Jeu de mot honteux.

 

La vérité révélée.

 

L'admirateur fou de Joniwan !

 

LOL

 

LOL 2

LOL 3

 

LOL 4

(en réaction à la vision sur une décade qu'ont les développeurs d'Anthem)

LOL 5

 

LOL 6

 

LOL Rétro

LOLesque

(en réaction au DLC de Prompto)

 

Mattez le pseudo !

 

Meilleur image d'avatar

 

Mythomane du jour, bonjour.

 

Vomythomane du jour, bonjour.

(dans le cadre du vous avez joué à quoi cette semaine ?)

 

 

Nan, mais c'est pas possible ...

 

 

Not sure if trolling ...

 

Not sure if trolling ... BIS

(d'autant plus compliqué de savoir au vu de l'objet du sujet)

 

On en est vraiment arrivé là ??

 

Quequ'un peut dire à ces gens qu'il existe les statuts pour ce genre de ...

 

Réaction à la vidéo de Skyrim Switch à l'E3 2017

 

Titre de post de blog le plus original

 

2014-2017 Time Neves, A l'année prochaine ! Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler

Mettons un beau sourire sur ce visage !

Vous ne les attendiez pas. Vous ne les attendiez plus. Moi non plus. J'ai eu le déclic de faire revenir les Rawajpoutalah Awards au soir du retour des Krystawards après un an de cryocongélation. Je ne pensais pas qu'il s'était passé assez de trucs inqualifiables cette année pour nourrir une remise des prix de cette nature. Et puis, j'ai pris mes balls à une main et je les ai posé sur la table cousin. J'ai d'abord pensé réaliser une coupe du directeur (ou Director's Cut comme disent les analphabètes) des Krystawards avant de me raviser, ne pouvant me permettre de dénaturer l'oeuvre mythique de son géniteur. Même si le fait de ne pas voir systématiquement mon nom en tête de chacune des catégories justifiait la manoeuvre. Philippe. Mais plutôt que des appeler Rawajpoutalawards 2 ou Bashibouzoukawards (nom de code de la-dite cérémonie), j'ai préféré ériger un grand projet, le nôtre, celui d'une communauté exsangue, las de ces interminables combats dont les mêmes sortent toujours gagnants. Alors, ralliez-vous à notre cause, celle du grand n'importe quoi, celle où l'irrévérencieux côtoie l'intolérable, celle où l'inconcevable colluse avec l'impertinence. Et c'est à vous de le porter. A travers votre vote. Bon, comme j'ai la voix un peu enrouée, je ne peux me soumettre à la fameuse chanson debout sur la table, mais comme je reste dévoué à la cause, j'ai écrit un petit discours que voici :

 

 

 

 

 

 

[suspence]

 

 

 

 

 

 

 

 [bon, ok. Trop timide, j'ai plutôt fait venir un invité-surprise]

 

 

 

 

 

 

 

Moi, je le porterai dans la durée.

Je le porterai JUSQU'AU BOUT.

MAIS MAINTENANT, VOTRE RESPONSABILITE, C'EST D'ALLER PARTOUT EN TRANSE POUR LE PORTER, ET POUR GAGNER !!!

CE QUE JE VEUX, C'EST QUE VOUS, PARTOUZE, VOUS ALLIEZ ME FAIRE 1er CONSUL !!

PARCE QUE C'EST NOTRE PROOOJJJEEEEEETTTTT !!!!!!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 [Je vous laisse souffler, je sens que vous besoin de]

 

 

 

 

 

 

[Et en plus, je nomme KanyeEast premier ministre pour un euro de plus.]

 

 

 

 

 

 

[Si ça, c'est pas un acte fondateur.]

 

 

 

 

 

 

 

Bon, maintenant que la salle est bien chauffée, il est temps de passer aux choses sérieuses (enfin, me direz-vous). Quoi que je ne suis pas sûr que "sérieux" soit le terme le plus approprié pour ce qui va suivre.

Je vous aurai prévenu.

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du Meilleur jeu de mot sur la Switch.

Ou prix de l'esprix. Cette année, la Switch aura fait beaucoup parler. Dès sa présentation le 13 Janvier 2017. Et rare ont été avare en Navarre ceux qui ne soient pas essayés à leur trait d'esprit. Mais au vu de son insolent démarrage, elle en valait bien le coup d'essai. Voici donc les nominés (moi aussi j'aime bien "nominés" ...) :

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du Meilleur plagiat de mauvais gout.

Ou le prix contrefaçon 2017. De celui qui n'a tellement aucune inspiration qu'il vient piquer les bonnes idées des autres. Pour rappel, le recèle d'articles originaux brevetés est puni par 3 ans de Youtubing forcé et 452576 syncho' Tweeter de ces futurs statuts. Faites donc très attention. Ca démarre au 1er janvier 2007.

 


Le Parcequec'estnotreprojetaward du Meilleur faux départ.

Ou prix Pistorius. Prix du coup de feu tiré pour rien. Celui d'un acte manqué. Le faux départ. Un grand classique sur Gameblog. Limite plus facile de lister les pseudos des gens qui n'ont pas menacé de partir ^^. Soit parce que la fumisterie était trop grosse. Soit parce qu'on ne quitte pas la C&B comme ça, si facilement. Soit parce qu'on est jamais mieux traité que chez mamie. Tu crois pouvoir prendre ton envol pour toujours mais non, la lucidité te rattrape. Après tout, après chacune de leur migration, les oiseaux migrateurs reviennent systématiquement au poil de fion près au même endroit qui les a vu partir. Gameblog.

  • A.Z.N Humboldt qui est vous-savez-qui ou encore celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, que je pensais parti à jamais et qui revient mine de rien irrémédiablement sur la banquise qui l'a vu naitre :)
  • OliveRoidubocal qui malgré son départ pour JVC et en attendant son transfert vers IGN va revenir sur son 31.
  • Neves pour Il est temps de voguer vers de nouveaux horizons. La grande imposture !!
  • KanyeEast qui est le énième compte de je-ne-sais-pas-qui. Toujours pas de qui il était la réincarnation. Toutankhamon ?
  • Neves pour Je me retire de la vie vidéoludique. Sans commentaire.
  • Snake_in_a_box disparut des écrans radars pendant les dix premiers mois de l'année pour faire dépasser son télescope l'espace de 2 mois (nous refait pas le coup l'an prochain, on ne le supportera pas ...)

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du post le plus long de l'année.

Ou prix du Jour le plus long mais version littéraire. Alors on a de beaux prétendants dans cette catégorie. Certains ont fait L au Lycée et d'autres se contentent d'être "juste" plus bavards que la moyenne. Ou alors pensent-il (à tort ou à raison, on ne le saura vraisemblablement jamais) que plus c'est long, plus c'est bon ? Quoi qu'il en soit, y a du lourd à ce niveau - comme chaque année me direz-vous - mais j'ai l'impression que certains se sont passés le mot pour compenser leur relative avarice en terme de nombre de billets écrits cette année pour concentrer la charge dans un seul et unique dossier/billet.

  • Ys & Moi, ses racines et mes ailes par LeGamerAuxMainsCarrées. Alors, personnellement, j'aurais plus vu Liehd revétir l'apparat de Stéphane Berne mais le bougre a choisi le contre-pied total en jetant son dévolu sur Patrick de Carolis. Pourquoi pas, après tout, dans les 2 cas, on en a pour 2 heures 30. Minimum. Le thermos est en option.
  • Persona5 et le Tarot par Snake_in_da_club. Alors malheureusement, le dossier sur Persona5 est coupé en 91 parties. Ou plutôt heureusement. Puisque cela permet une certaine compétition dans la catégorie. Qui aurait sinon été remporté sans péril (et donc sans gloire comme le dit si bien l'adage) par le sieur Snake.
  • [Dossier Final Fantasy XV] Reconquérir les Waters par Liehd. Là, je dirais pareil. On en a facile pour 2 heures 30. Mais pour la première partie. Sur 7,5. Après, je me projette, je l'ai pas lu, j'ai pas encore joué au jeu. Sinon, qui de l'un ou de l'autre a eu l'idée de scinder son post en plusieurs parties pour mieux faire avaler la pilule, je ne sais pas, mais y a un truc cette année avec les dossiers à rallonge XD. J'ai mandaté un groupe de travail inter-ministeriel sur le sujet pour cerner le phénomène et anticiper la prochaine invasion.
  • James Rolfe, l'homme qui rêvait de manettes et de caméras par l'Ours du 47. Ou Atred si vous préférez. Très long et très intéressant. Votez pour lui. Quoi ? J'ai pas le droit de dire ça !?

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du commentaire le plus long de l'année.

Ou prix du Paranormal Activity 2017. Ce moment où tu comprends que t'es peut-être battu. Tu penses que ton post de blog était suffisamment bien découpé pour que ça n'arrive pas mais ... Mais une personne et bien une seule sur Gameblog est capable de te prouver le contraire. Qui d'autre en même temps ...

  • Liehd pour son commentaire "vérité" dans la première partie de sa propre interview. 6539 mots pour la première partie de la Final Interview Fantaisiste contre 2183 mots pour son commentaire "action". Soit un ratio de 33%. C'est énorme. C'est beau. C'est émouvant. C'est mieux que France 98. Vite. Donner lui une médaille. Et ramener moi mon masque à oxygène please.

Aucun autre contributeur n'a souhaité se mesurer au seul prétendant en lice.

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du règlement de compte dans les commentaires des posts de blog.

Ou prix Booba/Lafouine 2017.

  • Liehd, KanyeEast et Joniwan dans la Final Interview Fantaisiste XIII. Qui est en fait la 12 pour ceux qui ont suivi. Mais ce n'est pas le sujet. Tout est parti de Citrobulle je crois qu'a déconné en demandant un million de dollars à ses potes depuis sa page MyMajorCompany puis après c'est arrivé je ne sais trop comment sur Gameblog et puis Liehd s'est emporté contre Joniwan qu'a prétendu d'être un smicard et KanyeEast qui se faisait passer pour un SDF alors qu'on sait très bien qu'ils partagent tous deux un F16 dans le XVème. Après, la suite, j'ai encore moins compris mais ça ressemblait à un clash de rappeurs de la côté Sud-Est option Nord-Ouest mais entre bobos parisien avec monocle et haut de forme. Du coup, j'ai laché l'affaire et je suis retourné sur Tetris. Pour moins me prendre la tête.

 Kim Neves Ung a verrouillé le nombre de prétendants à 1. Ou triplet si ça vous chante.

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du sosie de l'année

Ou prix Igor Bogdanov. Attendez je confonds, prix Grichka Bogdanov plutôt. A moins que ce ne soit Igor. Merde, comment il s'appelle celui qu'a un menton plus long que ma **** ?

  • KanyeEast pour [contenu censuré pour plus de suspense]

Alors de qui pourrait bien être KanyeEast le sosie de (pensez aussi à vérifier que les mots de cette phrase soient bien disposés dans l'ordre ^^) ?

10

9

8

6

7

5

3

5

4

4

4

2

0 !

L'évidence personnifiée !!

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du mendiant de l'année.

Ou prix Fache 2017.

  • Youtubeur n°1
  • Youtubeur n°2
  • Youtubeur n°3
  • ...
  • ...
  • Youtubeur n°128
  • Suite arithmétique de raison n avec conditions initiales YT = 0 et  YT+1 = YTn+1

Alors si vous êtes youtubeur, ne le prenez pas mal. J'en suis un ! Pas comme vous, parce que je suis un Youtubeur papier, moi. (tout un concept). Le seul sans doute qui ne fait pas de vidéo pour gagner sa vie et qui ... Nan mais attendez, je n'y avais pas prêté attention. Le propre d'un youtubeur est d'être rémunéré pour ce qu'il fait. Alors ok, je ne mets pas de masque à rats, ok, je n'ai pas de bannière "Neves fait des vidéos" mais puisque je suis la version papier, je mérite tout de même un petit quelque chose, vous ne trouvez pas ? Bref, mes vues ne sont pas rémunérées. Par ici la monnaie.

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du meilleur re-post opportuniste d'un post déjà posté à la Poste.

Ou prix Manuel Valls. Parce que ça ne sert à rien de s'employer quand on a déjà fait le taff l'année précédente. Parce qu'on ne trouve pas plus malin que le feignant. Parce qu'on a beaucoup à apprendre d'eux.

 

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward des Reines du naming.

Ou prix Cristina Cordula. Le faux pas de trop. Le noeud pape bleu alors que toute la promo avait signifié à l'unisson sur tous les réseaux sociaux de se pointer en cravate rouge à la remise des diplômes (vous le sentez le vécu là ?). La tronche de jamais content qui fait tache sur la photo de famille aux noces d'or de vos parents, c'est encore vous ? Décidément vous les cumulez. Il est donc grand temps de vous mesurer à ceux (aussi) qui l'espace d'une soirée ont validé tel quel la mise en orbite de leur billet de blog sans retoucher le titre un peu année 40 de celui-ci ...

  • LeGamerAuxMainsCarrées pour Ys & Moi, ses racines et mes ailes. Plus kitsch tu meurs. J'ai cru à une blague au début. Mais en fait non. J'ai commencé à consulter les fiches Wikipedia de Des Chiffres et Des Lettres, de Question pour un Champion, et même de 30 millions d'amis. Et j'en suis arrivé à la même conclusion. Liehd est passé dans la tranche d'âge des quinqua. C'est devenu du jour au lendemain un vieux. Il a rejoint le club du 3ème âge. Alors pas de gros mots, moi aussi je regardais la Carte aux Trésors. M'enfin Liehd, là quand même ... T'as grave déconné.
  • Noiraude pour La Frousse aux trousses. A la limite, celui-ci est plutôt gentil. Ca aurait pu être pire, genre la Rousse aux trousses. Ou encore la Housse au trousse. Y a une trilogie extensible à 5 épisodes à creuser sur le sujet à mon avis. Avec bien évidemment Matt Damon dans le rôle-titre.
  • Neves (à tiens, ça faisait longtemps :) ) pour Interview de la communauté #[nom du patient psychanalysé] Partie X/Y. J'ai conscience que c'est un nom de merde mais vous auriez voulu quoi ? Allez-y proposez puisque vous semblez tellement plus malin que les autres.

 

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward de la sale expression de l'année

Ou prix Gérard Depardiou 2017. La récompense pour la saleté qui a peu à peu tapis son nid dans notre bouche. Notre langage était déjà assez pitoyable avec tous ces acronymes barbares que seuls ceux d'entre nous peuvent comprendre, avec tous ces anglicismes à la con, mais on n'a pas pu s'empêcher d'en rajouter des expressions dégueulasses, des acronymes ringards, bref, si toi aussi tu veux rentrer dans le rang et bien parler le jeu vidéo, envoie "cool cool hein" au 22383.

  • ROTY pour Remake of the Year. Expression vu à de multiples reprises sur Gamekyo pour ceux qui se demandent. Vous y repensez à deux fois avant de découper la ficelle le Dimanche midi chez mamie.
  • "Ce jeu n'a pas d'âââââââââmmmme ...". Encore vu sur Gamekyo. Et j'insiste, ça se lit/dit avec une voie qui traîne des pieds. Pour encore plus les briser.
  • "Il manque pas un peu de race ton jeu ?". Là je comprends pas. Il manque un truc dans l'expression/la question. Précisez la race. Elfe, Nain, Mage, Gnome, Hobbit, Moldu ... Il manque un truc.
  • EA

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward de l'acharné de l'année

Ou prix 49-3 2017. Parce qu'ils ne lâchent jamais le morceau. Parce qu'ils ne reculent devant rien. Parce qu'ils s'avèrent aussi entêtés qu'une Geneviève de Fontenay sur la candeur de ces miss génération 2.0. Parce qu'ils ne s'arrêteront pas avant d'avoir diffusé leur message. Les Stakhanov du XXIème siècle bêchent, bêchent, bêchent ...

  • Liehd sur le XV (Final Fantasy)
  • Snake sur le XV (de France)
  • Fache sur les XV (jeux indés qui sortent par moi auquel il faudrait avoir joué pour avoir réussi sa vie (de joueur en tout cas))
  • Neves sur les XV (mois d'interviews nécessaires pour conduire une seule interview - et il s'agit d'une moyenne :/ )

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du jeu de mot de l'année faisant figurer le blaze d'un membre de la commu'

Ou prix Jack Langue 2017. Parce qu'il faut bien oser. Parce qu'il faut bien se mettre en danger. Parce que la langue, il faut savoir la manier. Parce que. Je vais quand même pas me justifier de tous les trucs ringards qui me passent par la tête, si ?

  • Komy de cuisine
  • Liehd Eurprice
  • Chifacewa
  • KanyeEast
  • Mi-garou
  • Calveen Wax (ceux sachant d'où sort mon avatar comprendront)
  • B...Bbalivernes !
  • LaraSnake (saurez-vous le retrouver ?) Nate Fisher
  • DranzerH

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward de la plus belle victoire de la communauté sur GB

Ou prix Pablo Escobar 2017.

  • Le départ du MAB
  • Le lobbying payant pour la mise en Home du dossier Persona5 et le Tarot de Snake à l'initiative d'Atred.
  • Le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple avec l'accession de Joniwan et Dopamine au rang de Ministre au sein du plus haut saint du Conseil Sénatorial
  • La fin des articles en cours de rédaction, du porn-friendly et du HS dans les articles d'actualité

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du blog d'utilité publique.

Ou prix Professeur Tournesol 2017. Reconnu d'utilité publique, ratifié au sein de la convention des droits de l'enfant, inscrit au patrimoine intergalactique de l'OMBG. Béatifié par Jean-Paul II. Canonisé par SoeurThérèse.com. Ces blogs se sont distingués cette année pour leur valeur marchande et ont vu leur côte exploser - en regard du service rendu - à la bouse de Bab-el-Oued.

  • Game&Beers, le blog sur la bierre par dispoza. Pour bien choisir son fut pendant une partie de FPS, pour mieux contrôler ses dérapages dans Mario-Kart, ou pour mieux aligner les perfect scores sur Just Dance, Game&Beer est le coach qu'il vous faut !
  • Le Dojo de Kenji par Kenji Seang. Votre antiquité nécessite une cure de jouvence ? Votre Triumph pisse à l'huile ? Votre transistor nécessite un petit réarrangement (range le rhum Olive) ? Pas de souci ! Kenji vous instruit dans la minute pour profiter de vos vieilles carcasses. Le rétro-gaming est mort. Vive le rétro-gaming !
  • Les singes aussi jouent aux jeux vidéo. Et même qu'ils ont un temps d'avance sur nous ... Puisqu'ils jouent à la viare ! Vous souhaitez tout savoir sur ces casques (masques ?) révolutionnaires vous permettant de vous immerger comme jamais à 144p dans votre jeu ? Vous souhaitez économiser le prix d'un Week-End au parc d'attraction pour gerber tranquillement chez vous ? N'attendez plus, la Vi 'R est faites pour vous. A partir de 399¤ seulement.
  • I accidently Fachewa 2.0 par Fachewachewa. Pour être au courant des dernières expositions underground sur les jeux indés à absolument faire si on ne veut pas être catalogués de "gros cons". Vous l'avez compris. Tenue correcte exigée. Pas la peine d'apporter votre AAA avec vous. Laissez-le à la maison.

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward du déséquilibré de l'année.

Ou prix Macross4175 2017. Prix de l'admirateur transi pardon. Ah merde, vous voulez dire que j'ai donné le nom du gagnant avant même le bal des prétendant.e.s ? Ah, vous vous dîtes donc que ça prouve aussi que vos votes n'ont aucune influence sur le palmarès qui est de toute façon déjà établie depuis 3 mois ? Ah mais c'est que vous êtes perspicaces vous ... Un peu plus et vous seriez un élément gênant pour l'illusion qui se profile par ici. Ca vous dit de prendre la porte ?

En temps normal, c'est un honneur voire même une consécration que d'avoir son admirateur. Pour rappel, Blacklabel a Blacklaboule, Joniwan a Japniwan, LeGamerAuxMainsCarrées à LeGamerAuxMainsMoites ou encore LeGamerAuxSeinsTriangles, bon là, c'est plutôt un boulet.

 

 

Le Parcequec'estnotreprojetaward de la catégorie la plus fumée de l'année.

Ou prix Gainsbourg 2017.

Ce sera tout pour cette année. N'oubliez pas de voter mais si soyez-en sûr, votre voix n'est absolument pas prise en compte. On n'est certes pas dans une démocratie, ce blog appartenant à un Protectorat Despotique mais on ne sait jamais, sur un malentendu ...

 

 

2014-2017 Time Neves, toujours plus cons ces cérémonies mine de rien Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler

Les voici. Vous les attendiez impatiemment. Ils sont là. La cérémonie de récompenses des meilleurs articles paru sur mon blog est enfin en orbite. 4 ans que j'attendais ça. Rendez-vous compte, c'est le seul procédé que j'ai trouvé pour remporter une médaille, un macaron, un pin's - tout ce que vous voulez. Alors, ça ne traduit pas d'un manque de reconnaissance par mes pairs ou d'un snobisme à mon égard, simplement d'une lutte acharnée, à la régulière avec les meilleurs d'entre nous. Cependant, ne pouvant vérifier si les bulletins de votes ne comptent pas doubles dans les cérémonies aussi prestigieuses qu'opaques que sont les Krystawards ou les Gameblog Community Awards, je me devais de "maitriser" les données d'entrée (mes posts de blog) ainsi que celles de sortie (les votes) pour espérer remporter ne serait-ce qu'une cacahuète périmée depuis 3 ans. J'en ai donc profité pour établir une charte me permettant de gagner à coup sûr. Cette dernière se déclinant en une seule et unique règle : les billets de blog résidant dans les paradis fiscaux sont interdits. Ne résulte donc que les miens.

Meilleur jeu qui ne manque pas de races. Lui.

40 heures

Premier jeu effectué en 2017 et première claque. Bon, déjà graphiquement, ça renvoie effectivement aisément 10 ans en arrière mais peu importe. Grâce au jeu des exclusivités plus ou moins temporaires, Mass Effect se targue d’être le premier jeu que j’ai dû acheter en démat’ pour pouvoir y jouir sur ma PS3, et ça en soi, c’est déjà une performance énorme. Le but n’est pas de revenir sur le jeu, le test/critique étant déjà paru dans nos colonnes, par contre, je comprends bien mieux la frénésie autour de cette série clairement unique dans la jeuvidéosphère. C’est vraiment très bon et j’ai dévoré la 40-aine d’heures nécessaires pour finir l’aventure et même si l’on regretta les baraquements identiques entre les colonies qui atténuent quelque peu la sensation de faire partie intégrante de la grande Aventure, Mass Effect conserve bien trop d’atouts dans sa poche pour ne pas succomber. Un très grand jeu, un peu délavé 10 ans après mais qu’est-ce que j’ai adoré l’univers, les DCM (dialogues à choix multiples), le scénario, le doublage, les musiques et le gameplay.

 

Meilleur jeu que je n'ai pas vu venir

MotorStorm (18 heures)

Aka le jeu adoubé (avec Killzone) par Blacklabel. Vous m’arretez si je me trompe. Franchement, j’ai mis un temps de dingue avant de finalement céder sur l’exclusivité de Sony. A vrai dire, cette exclu de lancement ne me faisait ni chaud ni froid et il a bien fallu attendre 2012 pour que j’envisage la possibilité de la voir s’intégrer à mon catalogue. C’est dire si je suis long à la détente. Et lorsque je découvris la structure du jeu – un brun trop classique à mon gout – je ne pus m’empêcher de pester. J’ai vraiment cru que j’allais m’ennuyer pendant la douzaine d’heures du jeu. Bon, je me trompais lourdement. Déjà, le jeu ne dure pas 12 heure, il en compte seulement 17. Et ensuite, mais qu’est-ce que c’est que cette jouabilité et les règles qui le régit ? C’est vachement bien pensé. Je n’aurais pas cru m’éclater à jouer des gaz dans la gadoue ! Le revêtement des pistes, le type de motricité/liaison au sol, l’adhérence des différentes catégories de bolides casse-cou finalement, c’est du tout bon ! En plus, y a petit côté Mario Kart avec cette satané mécanique du boost dont il ne faut pas trop abuser et rabuser sous peine de faire surchauffer et exploser l’engin, une superbe dose de stratégie ! Et si finalement, Tempête de Moteurs ne se résumait pas à ce chrono’ où je coiffe la première place de la course au poteau avec un chrono identique à mon second ? Sacré putain de bonne surprise. Et encore, en dépit d’un nombre assez restreint de circuit, et que dire des différents moments de la journée ou encore des raccourcis permettant d’éviter (ou non XD) la jungle (ou le ring de boxe) des concurrents aussi fou que vous pour s’être placé de plein gré u départ du festival.

 

Meilleur jeu tiré d’un conte pour enfants

Demon’s Souls (45 heures)

Bon ? C’est à ce moment-là que vous vous dite que je suis un joueur rétro sur des nouveaux anciens jeux. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Liehd ! Oui donc je me suis « infligé » (et qu’est-ce que terme est mal choisi) un autre jeu qui a dépassé la date de péremption (et vous inquiétez pas, c’est pas fini !). Un peu comme MotorStorm, j’ai longtemps refusé d’accéder à la toute puissante. Et pourtant, j’ai suivi le phénomène depuis ses prémisses en 2009 avec les premiers tests en import de la bizarrerie  japonaise qui ressemblait à un truc occidental à première vue. Mais bon, quand tu penses que mon premier JRPG est Final Fantasy XIII, t’es plus surpris de rien.XD Donc mon premier ARPG est Demon’s Souls. Et il faut savoir que j’ai pendant longtemps pas compris quel plaisir on pouvait prendre à taper avec une épé sur un autre bonhomme. Pourtant je jouais au chevalier étant gosse, allez comprendre ! Bon, bref, j’ai rapidement changé d’avis. Effectivement, c’est très cool cette tension de bien faire sous peine de se faire éclater fiça. Le titre n’a pas besoin de présentation et son succès doit aussi bien en ses qualités plaisirstiques dans les combats que sa douce vision de la Faucheuse. La mort est punitive dans l’esprit des concepteurs et ça fait toute la différence quand sont en jeu une tonne de stuff, de buff et de b½uf vilement glâné après des heures de jeu. Le seul truc qui me les brise totalement, ce sont les boss. Parce que même avec les raccourcis et les affrontements dont on s’affranchit pour les rallier après trépas, c’est juste chiant de prendre 25 minutes pour les retrouver pour se faire ensuite éclater la gueule en moins de 2. Sinon, j’adhère au concept. Et au sadisme donc. Jeu pas encore fini. La moitié en 45 heures, j’avais besoin de souffler.

 

Meilleur jeu faisant l'unanimité

FF XIII (30 heures cette année - 70 au total)

Chapitre 11 à 13 je crois cette année, pour 30 heures de jeu. Le reste avait déjà été fait entre 2013 et 2016. Qui a dit que j’étais long pour faire un jeu ? Et c’est marrant parce que j’ai l’impression d’avoir joué à la partie la plus stimulante du jeu. Pourquoi ? Parce que. (Oui, je fais les questions ET les réponses). Parce que c’est à ce moment de l’aventure que l’on maîtrise (en tout cas pour moi) les subtilités, les nuances du système de combat. Et aussi à ce moment, surtout le dernier chapitre du jeu où l’on affronte les sets d’ennemis les plus à même de mettre à mal nos nerfs, capacités et performances. J’ai trouvé ça entrainant, entêtant, addictif et je reprendrais bien un rail si il vous en reste encore. Voilà, pour moi, Final Fantasy XIII est le meilleur Final Fantasy auquel j’ai joué. Voilà, c’est dit. C’est aussi le seul.

 

Meilleur jeu pas du tout conseillé aux flippettes dans mon genre mais ça va, je n’ai utilisé que 18 slips.

Dead Space (16 heures)

Comment vous rendre compte de mon aversion pour les productions d’horreurs. Ah oui, voilà, j’ai trouvé. Je suis le genre de joueurs qui a flippé dans Bioshock. Juste parce qu’en fouillant un bureau, j’ai vu l’ombre d’un chrosome sur le mur en face de moi. Donc, ça partait mal avec Dead Space. Surtout que j’ai fait la grossière erreur de jouer ma première session d’une heure (je pensais partir pour 2 heures mais vu le résultat, je l’ai écourté direct) en pleine pénombre, ambiance Whitechapel. Je m’y suis remis quelques temps plus tard en journée (quelle chance, j’ai joué à ce sujet au Printemps, j’aurais été dans la mouise avec le jour qui ne montre jamais son jour maintenant) et tout de suite, on se sent moins oppressé, plus libre de ses émotions. Et quel jeu ce Dead Space, j’ai adoré du début à la fin. Un titre se renouvelant bien au niveau des phases de jeu et proposant une panoplie meurtrière à recommander dans toutes les écoles primaires. Ça va, je déconne. Mention spéciale pour la disqueuse et l’absence de cinématique, moi qui d’habitude ne peut pas m’empêcher d’en déplorer le recours pour accentuer l’emphase sur le récit. Et cette fin de tarba ! J’en redemande, je veux mon rab’ de Dead Space !

 

Meilleur jeu dôté du pilotage automatique

Uncharted 3 (11 heures)

Bizarrement, la série Uncharted n’est pas très réputée pour ses phases de tir. Dissonance ludo-narrative par ci, mollesse de l’arsenal conféré de l’autre. Je m’insurge. Il est clair que le rictus de Drake ne colle pas tellement avec la folie meurtrière dont ce dernier se fait l’auteur. Par contre, je m’insurge pour le second point. J’ai joué à Uncharted Drake’s Forturne en niveau moyen à l’époque. Normal me direz-vous pour qui découvre la saga ; dans l’ordre. Puis, j’ai opté pour un peu plus de difficulté à l’aube d’entamer le Among Thieves ; parce que la courbe d’apprentissage des contrôles fut parcouru lors de la réalisation de son prédécesseur. C’est donc tout naturellement que j’en ai fait de même pour l’Illusion de Drake. Mon propos n’est pas là de revenir sur la différence de comportement de l’IA et de son influence sur le challenge de ces phases de tir mais bien ici de causer balistique, physique, animation ainsi que règle de jeux. Je vais tâcher faire court parce qu’il ne s’agit pas là du test. J’ai vraiment trouvé qu’au niveau sound-design, contrairement aux idées que je vois être véhiculées, le roaster d’armes d’Uncharted n’a pas grand-chose à envier aux auto-proclamés meilleurs de la catégorie. Ensuite, quelque chose d’essentiel pour moi et qui me fait bien chier niveau réalisme/immersion et challenge du coup sur les nombreux titres qui ne le font pas, c’est la tremblote simulée du joueur. Ce qui différencie clairement le jeu « tir au pigeon » du titre clairement orienté « fusillade réaliste ». Oui dans Uncharted, tirer à côté de la cible n’est pas signe de noobitude, c’est la physique/balistique du titre qui veut ça. Et bon dieu que ça fait du bien. Alors oui, les animations des ennemis qui se prennent une volée de plomb semblent et sont un brun caricatural mais représentent à mon sens parfaitement dans le registre « jeu vidéo » le souffle de toutes ces bastos. Enfin, pour prouver qu’une bonne conception d’un jeu vidéo passe aussi par le mélange d’un certain degré de réalisme et de fantasme, j’apprécie le choix de ne pas compter une balle = une blessure handicapante. Cela rehausse clairement le niveau de challenge. J’aime le fait d’avoir aussi ce genre de proposition même si je salive à l’idée de voir son procédé inverse du côté de la série Max Payne.

 

Meilleur road trip sans voiture

Resistance 3 (10 heures)

J’avais pas mal d’appréhension avant de lancer le 3ème épisode d’une série que j’apprécie. Essentiellement parce qu’à une époque, je ne consultais que le site jeuvidéo.com pour me renseigner sur l’actualité du jeu vidéo et que cet épisode avait été moins bien noté que le 1er et le 2nd. Et bien vous savez quoi ? C’est mon épisode préféré ! Déjà, le thème musical du menu est sublime, on n’a pas touché la manette qu’on se sent déjà bien ! Ensuite, niveau écriture, y a un gros progrès pour nous marier des enjeux personnels (pour ne pas dire familiaux) à une cause bien plus grande pour l’humanité. Ou comment accentuer l’empathie pour le personnage principal. Tout ça compté via de magnifique cinématique aussi bien artistiquement que techniquement. On sent que l’aide conférée par Naughty Dog sur celle du 2 qui tranchaient déjà avec le 1 s’est poursuivi pour le 3 ! Si à cela on ajoute un changement de paradigme avec une résistance face à l’invasion chimérienne non plus frontale (à l’instar des 2 premiers opus) mais urbaine. Il ne s’agit plus de résister face à une invasion mais face à une occupation. Et le sentiment d’être traqué, épié, écouté sur les ondes radios secrètes ne fait qu’accentuer l’ambiance d’une justesse sans commune mesure du titre d’Insomniac Games. Mais les qualités du titre ne s’arrêtent pas là. Les structures gigantesques au loin, les panoramas de couleurs chaudes, là encore, Insomniac démontre ses talents d’artistes. L’écriture des personnages n’est pas en reste et le destin de certains des protagonistes octroiera un pincement au c½ur au vu du sort ainsi que de la longévité avec laquelle ils accompagnaient le joueur dans la trilogie. Enfin, finissons par ce road trip démarrant dans le Missouri et aboutissant dans l’hiver polaire d’un New York transfiguré par les installations chimériennes. Un road trip sans voiture qui nous verra vivre moult péripéties, embuches, compagnons d’infortunes permettant de mettre en exergue une science de la loofoquerie niveau capacité armoriales ; pas les développeurs du Groovitron pour rien ^^. Seul ombre au tableau : le moteur de jeu techniquement pas folichon. Bien dommage quand on voit les moyens du studio désormais avec les claques qu’ont pu être Sunset Overdrive, Ratchet&Clank et bientôt Spiderman. Je persiste et je signe, un jeu bon, c’est bien. Un jeu bon et beau, c’est mieux.

 

Meilleur copy/paste du gamedesign d'un autre jeu

Killzone 3 (8 heures)

Sacré impressionnant la façon dont se renouvellent les phases de jeu dans ce 3ème opus de la série originelle de Guerilla Games. Ayant déjà écrit et publié un test cette année, j’ai un peu plus que moyennement la flemme de me répéter. Sachez juste que je n’ai pas aimé le scénario du jeu, ni l’histoire, ni le ton (que ce soit entre la caricature ratée du côté des méchants ou le discours de gosse de 6 ans entre chef et subordonnés côté gentils). En dehors de ça, le jeu est très plaisant et jamais chiant à parcourir. Tant qu’on garde la manette entre les mains.

 

Meillleur jeu de coupé-décalé

Killer is Dead (9 heures)

Petite anecdote qui n’intéressera que moi. Si vous avez remarqué, en dehors de quelques jeux dont j’accuse un retard encore plus monstre, tous les jeux auxquels j’ai joué cette année appartiennent à la cuvée 2011. Et je croyais fermement que Killer is Dead était sorti en 2011. Vous en tirerez les conclusions que vous voudrez. Le jeu est développé par La Fabrique de Sauterelles et son créateur est Suda 51 – géniteur du titre – présenté sur ARTE dans ses documentaires très bien réalisés sur le jeu vidéo comme le Tarantino du jeu vidéo. Informations vous l’avez compris terriblement essentielles. J’avais flashé sur le jeu à l’époque pour sa direction artistique que je trouvais sublime. Et puis bon, un justicier au bras bionique, en costard et avec un katana, comment résister ? Le titre est plutôt bon même si faiblard techniquement malheureusement. Je n’ai pas compris le principe de drague donc j’ai vite abandonné. J’y ai joué en japonais sous-titré anglais, ‘fin je crois, vous me mettez le doute maintenant, bravo. Le système de combat est assez simple, pas trop de combines compliqués mais ça se laisse jouer agréablement. J’en retiens surtout une petite fille qui s’énerve beaucoup lorsqu’on presque-meurt, un boss inutilement pette-doigt avec ses QTE démentiels à réaliser, une lune omniprésente et surtout l’un des plus belles pistes (je n’ai pas dit OST) qu’il m’ait été donné d’entendre cette année.

 

Meilleur jeu qui est bon mais qui n'aurait pas du avoir ce nom prestigieux

Driver San Francisco (7 heures)

Je n’ai rien de personnel contre Driver San Francisco. La ville est bien modélisée. L’histoire est développée avec intention, ce qui est rare dans un jeu de voiture. La carte « google map » à plusieurs niveaux de zoom est à reprendre dans toutes les écoles de foot. Le mariage osé entre véhicules d’époque Bully/Starstky et contemporaine ne fait pas tâche bizarrement. Et le principe de pouvoir « shifter » de véh en pleine poursuite pour se rapprocher de sa cible ou foncer sur elle en se plaçant en sens inverse n’est vraiment pas piqué des hannetons. Mais voilà, je suis de ceux qui ont passé des heures sur l’ambiance/atmosphère de Driver premier du nom dans New York et surtout Driver 2 à Chicago et La Havane. Driv3r ? Ne parlez pas de malheur. Et même si j’apprécie la tentative de renouveler un concept potentiellement moins vendeur en 2011 qu’en 1998, c’est justement le shift et les tonnes de missions secondaires à faire façon jeu de bagnole en monde ouvert qui m’ont sorti de l’expérience Driver telle que je la connaissais. Comme on dit, pas un mauvais jeu, mais un mauvais Driver.

 

Meilleur jeu qui part bien scénaristiquement mais qui a vu ses scénaristes se faire remercier avant la fin du développement

Rage (20 heures)

ID Software s’est pourtant bien démerdé avec son titre. Le Wasteland donne envie, le mélange farwest/post-apo fait mouche. Le concours d’une organisation essayant d’exercer de tout son poids son contrôle sur la région, le fait d’être l’un des élus pour permettre à la civilisation libre de retrouver sa place, le mélange FPS/combat motorisé à la Max Payne sont autant d’éléments à mettre en faveur de Rage. La composante RPG aussi n’est pas dégueulasse avec son système économique, ses armes à améliorer, les véhicules aussi. On s’amuse bien à vrai dire. On décèle des morceaux de level-design brillant, une IA très élastique et travaillée ; là je parle surtout du traumatisme que confère les mutants bondissants en zigzagant vers vous, un vrai cauchemar pour tout tenancier de la manette et de ses sticks limités question visé. Mais je m’attendais à vraiment mieux, à beaucoup mieux question scénario. Ça se met en place tranquillement, on a le temps de comprendre et appréhender les enjeux, de se faire à l’univers et puis arrivé à la quinzaine d’heures, ça expédie l’affrontement final, on ne sent pas assez le phénomène de progression pour y arriver. Ok, on s’est fait un nom dans la région, on n’est pas n’importe qui mais la façon dont on arrive finalement à faire face à l’Autorité est trop expédiée. Et ça, je n’ai vraiment pas aimé. D’autant plus con, parce que le titre est vraiment bon à côté de ça.

 

Meilleur jeu de chaises musicales

Gran Turismo 5 (20 heures cette année)

Bon, en fait, je n’ai joué à GT5 cette année seulement parce qu’il me restait la partie endurance du titre (la dernière partie du jeu donc) que j’avais pris la liberté de remettre à plus tard lorsque je jouais pour la première fois au titre en 2016. Il faut dire que 60 heures, mêmes excellentes, ça nécessitait une pause.  Mais ô surprise lorsque je revins quelques mois plus tard. J’avais écrasé les 10 Go installé sur le DD parce que PS3 modèle 40 Go donc 37 + Mass Effect en démat’ car pas disponible autrement = pas le choix. Donc je l’ai réinstallé, j’ai lancé le jeu avec mes données sauvegardées de l’année précédente et patatras : bug prenant la forme d’une loop où l’on ne peut que sélectionner « ok » pour faire revenir la même fenêtre. GE-NIAL. Donc, tout ça pour dire que je n’ai fait cette année – sur GT5 – que rattraper ma session corrompue de 60 heures de l’année passée en 20 heures. Allez comprendre. Ceci dit, il doit y avoir un trou dans la caisse, il me manque 4 millions de crédits.

Ah, mais vous vouliez savoir comment je juge le jeu ? Référez-vous au bilan de l’année dernière. Réponse corrompue. Elle aussi.

 

Meilleur jeu de Gran Tourisme

Assassin’s Creed Revelations (25 heures)

Faute d’avoir pu dégoter un billet pas cher pour İstanbul, je me suis rabattu sur une destination à ma portée : Constantinople. D’abord très défiant vis-à-vis de cet épisode – pour ce qu’on en disait sur les forums – je n’ai pas mis très longtemps avant de retourner ma veste. Le test de Vicporc ayant eu raison de mon amateurisme. En fait, Revelations est très plaisant. Alors, certes l’esbroufe « révélation » est totale tant on se moque des chamaillades entre 2 assassins quant à l’utilisation de la pomme d’Eden mais le jeu en lui-même parvient à renouveler une formule déjà bien rôdée après 3 épisodes. Le scénar’ « historique » n’est pas fou-fou mais la conspiration royale ou plutôt sultanale y va toujours de son petit effet. Contantinople est très plaisante à parcourir/varapper. La mise en scène des missions principales jouit toujours d’un soin particulier (je me souviens encore de celle du 1er …) et surtout les missions secondaires à la recherche de l’artefact perdu remplacent habilement les tombeaux avec leur gigantisme aussi bienvenu que déroutant. Bon après Assassin’s Creed fait du Assassin’s Creed avec une difficulté toute relative, de la caricature d’infiltration parfois ou l’exact opposé quand ça lui prend. Un épisode que j’ai bien aimé. Même si la mise en scène dégueulasse des quêtes annexes ne passent plus.

 

Meilleur « pas de bras, pas du chocolat »

Rayman Origins (18 heures)

Je me souviens d’un Rayman PSOne très violet (mais pas que, ce serait être mauvaise langue). Je le retrouve tout coloré. Quel moteur de jeu cet Ubi Art Framework, très impressionnant. Que dire sur cet Origins qui n’aurait pas déjà été dit. Le jeu est magnifique artistiquement comme techniquement. L’ensemble des mondes auxquels on est en droit de s’attendre d’un plateformer sont balayés : jungle, glace, lave, profondeurs sous-marines, désert et même robotique. Le jeu est admirablement découpé avec ses phases de plateformes, ses phases de speed run à haut niveau de reflexe, ses phases de shoot’em up à défilement horizontal et enfin ses phases de boss. Le charme opère d’autant plus que le gameplay est très bon et prend en compte les différents états de surface. Rayman voit gagner des capacités au fur et à mesure de sa progression. Les bruitages et compositions musicales sont aussi entêtants qu’agréables à écouter. Mon seul reproche vis-à-vis du jeu est la nature die&retry des boss qui demandent d’apprendre leurs différents coups et déplacements par c½ur sans quoi aucune chance de progresser dans le combat et de les battre. Et j’ai trouvé bizarre que le boss final soit le même que le premier. On pourrait se dire que la boucle est bouclée mais j’ai trouvé ça nul car sa façon de procéder est la même.

 

Meilleur jeu de Merkel

God of War 2 (25 heures)

C’est bizarre. J’ai bien conscience d’avoir joué à un excellent jeu et en même temps je ne peux m’empêcher de me faire la réflexion. Est-on forcément moins impressionné par la suite d’un jeu ? Je ne nie pas par exemple qu’Uncharted 2 est un grand jeu mais tous ses codes, je les ai découvert (et apprécié) dans le 1er ! Et c’est un petit peu la même chose que je ressens vis-à-vis de GoW2. Je ne préfère pas spécialement le 1er mais je relativise (peut-être un peu trop) la performance du second. Pourtant, dans les 2 cas, j’ai opté pour le niveau de difficulté supérieur – pensant maîtriser la jouabilité et les règles du titre depuis le 1er épisode. M’enfin, je développerai sans doute ça dans un autre billet. Quoi qu’il en soit, ce GoW2 est très bon, renouvelle bien ses actes, la quête se suit tranquillement, les cut scene en CG claque toujours autant et la difficulté choisie lui octroie d’une durée de vie doublée. Le point dommageable pour moi réside juste dans le fait que je ne suis pas du genre à recommencer mes jeux et qu’il est hors de question de m’engager dans un new game plus pour bénéficier des améliorations dont je n’ai pu jouir faute d’orbes. C’est con. Elle avait l’air sympa cette masse 2 fois plus grande que Kratos.

 

Meilleur jeu dont je ne vois pas le bout

Deus Ex Human Revolution (53 heures)

Je me souviens avoir méchamment badé sur les trailers du titre back in 2011. Du genre à me mater 50 fois le même trailer hypnotique à l’époque. Donc quand l’heure fut venue, ce n’est pas sans émotion que je lançai le graal. Faut savoir que j’ai racheté le jeu – sa version director’ cut – parce que j’ai appris seulement après l’avoir pris que la version originelle ne faisait pas figurer la VO. Quelle arnaque ! Peu importe, j’ai trop aimé les trailers en VO pour me contenter de la VF. Et bien évidemment, j’ai une nouvelle fois eu raison. Le jeu casse la baraque. Le cadre cyberpunk est somptueux, la technique un peu moins. M’enfin, je m’attendais à pire. Même les cinématiques en dessous des standards ne choquent pas plus que ça une fois dedans. Les enjeux de cette époque tourmentée sont captivants. L’intrigue l’est tout autant. Les nombreux protagonistes jouissent d’une psychologie/personnalité très recherchée. Les possibilités conférées à l’augmenté Adam Jensen se révèlent être meilleure qu’une balle de foot. L’IA est d’un très bon niveau dans le niveau de difficulté intermédiaire pour lequel j’ai opté même si jeu vidéo oblige, on peut atteindre le dernier niveau d’alerte – oui, celui où on se fait tirer dessus comme un lapin – et se faire oublier et les types reprennent leur petite ronde comme si j’avais été enlevé de la surface de la terre par les extraterrestres. Et je suis étonné de ne pas l’avoir fini 51 heures après l’avoir commencé. J’avais presque fini par oublier à quel point la variété de chemins (frontal, conduit d’aération) et d’approches (bourrines, persuasion, filou, CQC, piratage) permis par le genre infiltration était si bon. Vite, j’en veux encore !

 

Meilleur Script

Call of Duty Black Ops (9 heures)

Je n'ai pas pu pendant longtemps me procurer les CoD en raison de la politique tarifaire dégueulasse d'Activision qui au vu du succès toujours plus grandissant des CoD depuis le 4 ne se privait pour conserver un prix d'appel exhorbitant même des années après la sortie dudit titre. Profitant de la baisse de popularité croissante de la série, je parvime à me procurer les épisodes que je n'avais pas eu loisir de faire (c'est à dire tous depuis le 4 sauf les 3 Modern Warfare que j'avais pu faire grâce à mon bro) à commencer par ce Opérations Spéciales. Ayant très bonne réputation (à l'échelle de CoD j'entends), c'est sans trop d'appréhension que je me lançais dans la bataille. Et franchement, je l'ai trouvé très bon pour un CoD. Pour une fois, la trame se comprend bien, on altère entre des protagonistes qui sont tous liés les uns aux autres par la trame. On comprend la logique d'enchainement des différentes missions aux 4 coins du globe et la narration est plutôt bien foutue avec ce super soldat Mason intéroggé par on-ne-sait-trop-qui et dont on revit par flashback les dernières épopées l'ayant conduit à sa détention. Alors oui, y a du script neu-neu à tout va, oui le gamedesign est plus ou moins toujours le même avec tous les phases de jeu qu'on attend d'un FPS Hollywoodien mais je ne sais pas, ça marche toujours autant sur moi. Sans doute aussi parce que je me fous direct dans la difficulté la plus retorse pour obtenir l'illusion du challenge. Bref, j'ai pris pas mal de plaisir et voilà qui termine bien l'année 2017 vidéoludiquement pour ma part.

 

Mon petit Bilan "à la Minato"


Au total, 367 heures de jeu, et c'est beaucoup et très bien pour un type comme moi cherchant à combler le retard de jeux affaire. Quand on se dit que chaque année, il sort facilement 15-20 voire 25 jeux auquel on veut vraiment s'adonner, il est rassurant de constater que mon changement de modèle de consommation de jeu vidéo - bien aidé par la fin de mes études et mon entrée de plein pied dans la vie active - paye. Après 8 ans à jouer seulement le Week-End 2 heures par ci, 4 heures par là (je n'ai jamais pu me faire à l'idée de jouer en semaine avec les devoirs, révisions, exercices, ou même tout simplement, pas l'esprit tranquille sauf le WE) de ma première au Lycée jusque l'obtention de mon Bac+5 (mais -12 dans la tête comme vous avez pu le remarquer depuis toutes ces années à faire le gogol XD), je savoure le fait d'arriver à cloisonner le travail et le privée là où j'emmenais toutes mes prises de tête scolaire avec moi à la maison pendant mes études (n'étant pas spécialement un génie intellectuel mais plutôt un bosseur pour combler mon manque de talent inné). Bref, c'est cool de pouvoir jouer tranquille en revenant du taf comme à la bonne époque du primaire/collège voire début lycée. Ca me permet de prendre plus de plaisir au quotidien (conséquence évidente) et par la même occasion de combler le retard monumental accumulé puisque je ne compte pas moins de 60 jeux PS3 et HD collection époque PS2 à faire (c'est énorme !) mais à raison de 20 jeux par an, je devrai pouvoir résorber ce retard qui ne prend même pas en compte la facile 40-aine de jeux PS4, Xbox et WiiU que j'ai accumulé dans le même temps. Bon, je sais que je ne vais pas y arriver d'un coup de baguette magique, mais d'ici 8-10 ans, je devrais en avoir fini avec la PS3 XD. Ah oui, et faudra peut-être que je me mette sérieusement sur ma Vita un jour ... Aidez-moi, pauvres fous !!

 

2014-2017 Un cru pas dégueulasse cette année ! Réservé

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
In nomine Domini (Jeu vidéo)


J'espère déjà ne pas me tromper sur mon bienfaiteur mais en l'absence de signature, pour remonter la trace, j'ai appliqué le théorème de Thalès réarrangé à l'eau de vie qui nous dit que ...

Vous le dites si ça ne vous intéresse pas !?

Pas croyable ça ...

En attendant ...

Par contre, à constater la teneur des cadeaux que les lutins ont empacté, je me demande sérieusement si la base avancée de toute cette compagnie ne se situe pas en réalité à Levallois-Péret (et non en Laponie comme vous semblez tous le croire) au sein même de la DGSI. Je dis ça parce qu'avec la lettre de merde que je lui ai envoyé (je n'ai pas d'autre mot pour nommer l'ignominie que j'ai osé envoyer ; bon, en même temps, l'inspiration étant ce qu'elle est à l'époque ...), mon Père Noël a réussi à faire un miracle en visant juste à chaque fois !!

Explication à suivre juste après ce toast au foie gras humain accompagné de sa chapelure de testicules soigneusement conservée dans son lit de queue de rats qui me fait de l'oeil depuis ... Une nouvelle fois, vous le dîtes si mes déboires culinaires de Noël ne vous intéressent pas ... -_-

Voici ci-dessous la ~#{[|`\^@ que j'ai osé envoyer à ce pillier de toute société contemporaine post-apo :

J’aimerais simplement jouir du bouton nucléaire pour rentrer dans la Vals entre Kim et Donald.

Si mon bienfaiteur est incapable pas foutu dans l’impossibilité de répondre à cette (modeste) demande formulatique, il peut tout aussi bien me faire découvrir son univers en m’offrant la Porsche – échelle 1 :1, cela va sans dire … - de son choix.

Ou bieN il peut me fairE découvrir – mais faut VraimEnt qu’il soit fauché pour S’abaisser à ça – ce qu’il aime – tant que ça a un rapport avec la culture (ma femme n’apprécierait pas de voir débarquer une pompée gonflable – par exemple – inopinément – à la maison).

Avouez que je ne suis pas bien difficile !

Allez au travail … En plus, j’ai été plutôt sage cette année, comparativement aux années précédentes j’entends …

Joyeux Noël !

Vous avez vu comme c'est de la merde !?

(euh sinon, quelqu'un m'explique pourquoi Dranzer a prit possession de la couleur de ma police d'écriture l'espace d'un instant °_° ???)

Non, ce n'est pas mon chien qui a ouvert les colis. D'ailleurs pourquoi vous dites ça ? Vous voyiez bien qu'il y a des ciseaux enfin ... Et, aux dernières nouvelles, un chien, ça ne s'est pas utiliser de paire de ciseau. Et puis de toute façon, la question ne se pose pas puisque je n'ai pas de chien. Parfois, je me demande où est-ce que vous allez chercher tout ça O_o

Y avait un russkof garé en double file en bas de chez moi, du coup, il a assisté au spectacle.

4 cadeaux, la chapka étant un souvenir personnel qui n'est là que pour brouiller les pistes et mieux vous enfumer en cette belle saison de poudreuse.

Premier cadeau qui me fait extrèmement plaisir, c'est la bande dessinée de Phillipe Geluck Le Chat dans son épisode Chacun son chat. Un super(be) présent qui me renvoit à celui que j'avais fait l'année dernière à Nikolah et qui était à l'époque la dernière parution de la collection du Chat de notre cher belge. Le plus étonnant étant que cela va être la suprise totale puisque je n'ai jamais lu de Bédé du Chat Béné. Mais étant un ex-ancien-adepte de la bande à Ruquier, je connais forcément un petit peu l'humour exquis du plus français des belges après Gérard Depardieu. Vous avez dit russe ? (alors, ce doit être pour chat la Chat pka ...)

J'ai toujours eu gout prononcé pour les cadeaux empoisonné et je reconnais là l'humour caustique de notre cher bienfaiteur !! Même si entendons-nous bien, d'habitude, je ne les reçoit pas les cadeaux empoisonnés, je les émets !! Pourquoi empoisonné ? Tout simplement parce que ça va hurler dans le service quand je vais leur refiler ça à la pause café. Ah parce que vous croiyez que j'ai envie de finir défenestré à force de buter sur le dernier carré ? C'est très mal me connaitre. J'ai de l'humour certes, m'enfin, pas au point d'en devenir fou. Non, on va faire un remake de France Telecom dans nos bureaux certes, mais rassurez-vous, vous m'aurez encore sur le dos, ne comptant pas prendre part à la "fête" qui s'annonce.

Le Tie Fighter de Dark Vador désormais. Alors, là, c'est très intéressant puisque je suis un ex-ancien joueur de LEGO, discipline que j'ai longtemps pratiqué avec mon bro dans mon enfance puis adolescence. Et Star Wars, c'est clairement une de mes licences préférés avec le VII qui démonte tous les autres, et de loin en plus. Trop gros ? Certainement. Non, c'est cool, j'ai regardé Rogue One pas plus tard que le 23 (et aussi le 22 parce que je viens de me souvenir que je me suis endormi en fait 2 fois devant) de ce mois. Et Rogue One est pas si mal pour un Marvel. C'est de la merde en barre pour un Star Wars mais quand tu vois la gueule de Docteur Strange que je me suis infligé cette année (rassurez-vous, je ne m'octroie pas ce genre de punition si souvent), tu prends volontiers Rogue One. Mais du coup, c'est téléguidé ce truc ? Ca fonctionne comme un drone c'est ça ?

Alors merci, mille mercis !! Merci d'avoir penser à mes alcolo' de parents !! Ils sont déjà dans un sale état mais je m'inquiétais pour le 31 et bah du coup, ça va le faire XD. Mais comment t'as su qu'ils étaient porté sur la bouteille et pas moi Père Noël ? Pour l'anecdote, ce n'est que très récemment que j'ai gouté à du GENEPI. En soirée raclette, vers la fin, on - enfin ils - à moins que ce ne soit elle ; bref - a sorti la bouteille et j'ai fait l'erreur d'acquiescer à la question "tu prends un shoot quand même, en plus tu conduits pas ?". En sachant que jusqu'ici, j'ai toujours pris "Sky" pour Skyrock ou Ski (??), vous comprenez mon total manque de repère. Mais l'attention, le fait de penser à offrir une bouteille, ça fait vraiment chaud au coeur, vraiment. Moi, je ne m'attends pas à ce genre de bonté dans le cadre d'un Noël entre étranger. Ce serait équivalent à envoyer un 747 en pièces détachées à mon filleul par exemple. (Au fait, tu les as bien reçu K***** ?) Donc, j'insiste, je suis lourd mais je m'en souviendrai bro' :)

Eh ! Et heureusement que t'as pas pensé à mes enfants dis donc !!!

Ah tu veux dire que c'est pour eux le Tie Fighter ? Putain, même ces petits merdeux vont pouvoir s'amuser. Franchement, y en a y sont trop bons. Y devraient réfléchir à être un peu moins généreux.

 

Dark mérite son titre de Chevalier.

 

(Night => Knight => Chevalier => youhou référence ...)

 

(tu vas pas me dire que tu te la joues Vador, si ?)

 

Ca m'a rappelé la grande époque où je savais encore faire quelque chose de mes 9 doigts

PS : je viens de finir l'album de Geluck et je savais que je n'aurais pas dû. Mais l'appel du côté humoristique de la Force était trop puissant et tentant pour mes frêles épaules. Vot' faute d'ailleurs. L'album est énorme (un peu comme le Chat) et j'ai bien souri aux saynètes la plupart du temps, laisser éclater un rire sincère et laudible à 5-6 scènes mais putain, la dernière planche a semé en moi un étrange sentiment à mi-chemin entre le rire fou et la consternation pendant bien 24 minutes. Faut pas me laisser seul avec l'humour noir. Faut nous séparer. Y a déjà eu des accidents vous savez. Par contre, ce qui m'inquiète, c'est que ma mère, ça ne l'a pas fait du tout rire. Instinct maternelle à ce qui parait. Si on ne peut plus rire de rien avec n'importe qui ...

 Préparez-vous, j'en suis l'année prochaine et ...

Arigato Gozaimasu Darknight !!!

The End

2014-2017 Time Neves, Comme dirait le Chat, Ch'est vachement chien le Noël GB Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Neves Reporter (Jeu vidéo)

Nous y voilà.

J'avais initialement prévu de t'étaler la publication de l'interview de ce patient (dis comme ça, on se croirait à l'Asile d'Arkham - et ce n'est que partiellement faux) sur toute l'année 2018 avant de me raviser. Le patient s'inquiétant manifestement sérieusement pour la santé mentale de Fache, je décida (ou plutôt nous décidames) de réduire le nombre d'articles afin de condenser l'interview sur le mois de fête qu'il doit être : Décembre. Comment finir l'année autrement que par un feu d'artifice, une coupe de champagne et un bon rail de coke ? Vous l'avez compris, impossible. Trois ans donc après la première partie de son spectable avec feu Gandalfleblanc, l'homme-mystère revient pour nous accorder sa dernière grande fantaisie avant de raccrocher la manette. L'occasion de revenir sur son parcours, ses financements politiques occultes ainsi que sa propension à la digression. J'ai pris la liberté de laisser les pavés tels quels car je ne saurais avoir l'outrecuidance de dénaturer la vision primaire de l'auteur. Notez que le sieur nous a fait grâce de l'écriture inclusive. On a échappé au pire murmure Fache au loin. Vous imaginez un tel lyrisme accouplé à la dernière tendance dans les milieux mondains ? Personne n'en serait ressorti vivant. Moi, y compris.

 

 

 TRAME

 

 I                           Cloud                           6/12

 

II                         Squall                        13/12

 

III                        Djidane                     20/12

 

IV                      Tidus                          25/12

  

V                        Vaan                           27/12

 

VI                       Noctis                       31/12

  

 

 

Copyright Zigendfunk & L.G.A.M.C.

 

 

 V      S

 

Pour rebondir sur ta critique de ceux qui ne font « que » donner leur avis dans les forums, j'ajouterais que la notion de "pourquoi" voire de "comment" est essentielle au partage d'un sentiment sur une actualité/un jeu, etc à mon sens. Je veux dire, ça ne m'apporte rien mais j'aime bien savoir à quoi a joué la communauté Gameblog chaque semaine. Maintenant, c'est certain que se contenter de signifier qu'on a joué à une liste de titres sans expliquer son sentiment, c'est effectivement pour le coup sans grand intérêt. Il y a un manque certain.

A chacun sa sensibilité, ses attendus. Il n'y a pas une bonne façon de faire (la nôtre), et des milliers de mauvaises (celles des autres). Raison pour laquelle il faudrait que les internautes comprennent (et acceptent) que ce qui ne les intéresse pas peut intéresser quelqu'un d'autre - et réciproquement. Ce serait un premier pas vers un peu plus de maturité sur le web, et ce ne serait pas du luxe.

"En accédant à la conscience, l'être humain est devenu un "monde ouvert", qu'on peut explorer à l'envi. Là où la plupart des gens se contentent d'y jouer façon Beat'them All." => Je réfute mes propos précédents. Cette phrase justifie l'interview. (je vais finir par ouvrir un recueil :D)

Profite, profite, je suis encore libre de droit et quand il s'agit d'écrire des âneries un peu "formulatiques" (pour citer mon mentor le Sphinx), je ne suis pas le dernier.

Le Sphinx !? Il sort d’où lui ? Astérix&Obelix ou Batman ?

Un peu des deux, en fait, puisqu'il occupe une place centrale dans le cultissime "Mystery Men", parodie de films de super-héros complètement barrée, foutraque, avec un casting de folie furieuse et une version française aux petits oignons. Il y joue le rôle du mentor mystérieux plein de sagesse, à grand renfort d'aphorismes délicieusement absurdes - du genre "si tu doutes de tes pouvoirs, tu donnes du pouvoir à tes doutes" (le Liehd, qu'on aurait dû l'appeler, t'as vu ?).

Bon, par contre, le film est "spécial", hein, ça ne plaira pas à tout le monde (le script perd même un personnage en route tellement c'est le boxon). J'ai lu des jeunes sur Sens Critique qui se demandaient "ce qu'on pouvait trouver de drôle dans le premier Ghostbusters", alors je préfère préciser. Si ça peut m'éviter un procès ou une pétition Avaaz pour "temps perdu avec circonstances aggravées", j'aimerais autant. J'en profite pour remercier au passage les American Pie et les Scary Movie d'avoir nivelé l'humour par le bas en le réduisant à l'explicite, le visuel, le caca-prout. On vous doit tout en général, et Kev Adams en particulier.

Bon du coup, les SWJ sont des élitistes ou bien ? Ca fait de toi un certain sous-genre du SJW ?

Et est-ce que si je te tue, là, maintenant, ça fait de moi un certain sous-genre de meurtrier ?

Ça va pas, de poser des questions pareilles, franchement ?

Bon, t'as fait rire PYT (qui répond "oui, absolument !" à ma place, la vilaine), alors je t'épargne pour cette fois, mais gare à tes miches, manant !

Les SJW se veulent élitistes, c'est certain, puisqu'ils se considèrent comme une élite (ce, qu'ils le reconnaissent ou non). Bien sûr, dans les faits, c'est tout le contraire (il ne suffit pas de croire très fort en quelque chose pour faire de ce quelque chose une réalité, sinon je serais Cloud Strife). Il n'en demeure pas moins que cette notion de "supériorité" est la base-même de leur prise de parole.

Tu me diras que c'est pareil pour moi, sauf que pas du tout, en fait (ha, PYT vient à nouveau d'éclater de rire). Ça, c'est la façon dont certains perçoivent mes propos.  En ce qui me concerne, je ne me considère pas comme une élite, ce n'est pas faute de le répéter (tu y tiens, ventrebleu ! ^^¨), je ne me pense pas plus intelligent que la moyenne, même si je sais que j'ai des facilités dans certains domaines (et des difficultés dans d'autres, comme tout le monde)... pas parce que je suis quelqu'un de bien ou une personne humble, n'allons pas jusque-là sinon PYT risque de prendre un point de côté, mais parce que je suis trop orgueilleux pour me complaire dans le "paraître" que tu évoquais tantôt. A mes yeux, il y a ce qui "est" et "ce qui n'est pas". "Ce qui a l'air d'être" ne m'intéresse pas. Si ce que je suis ne me convient pas, je m'emploie à le devenir, pas à le paraître. Quitte à faire des efforts, autant ne pas les faire pour du vent.

Par contre, j'ai des positions idéologiques tranchées et il peut m'arriver de les exprimer de manière pédante, j'en suis conscient. Sur ces plans-là, effectivement, on peut dire que je tiens du SJW. Puis partir en courant pendant que je compte jusqu'à dix.

Maintenant, ce n'est pas parce je considère mon interlocuteur comme mon égal que je considère ses arguments comme l'égal des miens. La valeur d'un individu, c'est une chose, la rigueur et la pertinence de ses argumentations, c'en est une autre. Raison pour laquelle je contre-argumente chaque fois que je peux contre-argumenter : pas parce que je n'accepte pas l'idée d'avoir tort, mais parce que j'attends qu'on me le démontre autrement qu'avec des affirmations péremptoires et des jugements à l'emporte-pièce. Si je peux contre-argumenter, c'est que le raisonnement n'a pas été suffisamment affiné en amont. Ce n'est pas de ma responsabilité, mais de celui ou celle qui l'exprime. Rien n'empêche ce dernier de contre-contre-argumenter. Et non, je t'arrête tout de suite, ce n'est pas "sans fin". Vient forcément un moment où l'un des deux partis se retrouve dans l'impasse et doit déclarer forfait - et c'est pour cette raison qu'il est indispensable d'anticiper les objections au maximum avant de se lancer.

Conçois-tu l’élite comme une approche absolue ou relative ? Être l’élite pour quelqu’un, avoir soi-même sa propre élite ?

Je ne suis pas certain de bien comprendre la question, déjà, ce qui prouve bien que je n'ai rien d'une élite. ^^

Quoi qu'il en soit, le concept "d'élite" implique une comparaison. On ne peut pas être une élite dans l'absolu, ça n'aurait aucun sens. Une élite n'est "élite" que parce qu'il existe une majorité de gens qui, soi-disant, n'y appartiennent pas (comprendre : qui lui sont inférieurs). Partant de ce principe, on pourrait traduire le terme "élite" par "qui est supérieur à la norme". Or à mon sens, et c'est là que l'orgueil entre en jeu, se valoriser soi en se comparant à ce qu'on considère comme "petit", je trouve ça dévalorisant, au contraire, et terriblement humiliant pour qui s'en satisfait. Parce que si l'on n'a que ce moyen de se grandir, c'est qu'on n'est pas bien grand soi-même - sans compter qu'il faut vraiment être puéril (au sens fort du terme) pour retirer de la satisfaction d'un quelconque sentiment de supériorité.  Fort de ces considérations, on peut conclure qu'il n'y a rien de moins élitiste qu'un individu revendiquant son statut d'élite. Il pourra toujours chausser un monocle et un haut de forme, étaler sa culture, raffiner ses coutumes, il ne vaudra pas mieux qu'un élève de 6ème aux résultats moyens, qui comparerait ses notes à celles du cancre de la classe pour gratter un peu d'affection à Madame et Monsieur ses parents. Il est si facile, si pathétique de se considérer comme "grand", quand on se compare volontairement à un "petit". Etre "grand" en se comparant aux plus grands, c'est une autre paire de manche, et ne parlons même pas d'être "grand" sans se comparer à qui que ce soit.

De mon point de vue, le seul point de comparaison qui vaille, c'est soi-même : ne chercher qu'à être meilleur demain qu'on ne l'était aujourd'hui. Le reste, c'est bon pour les kékés.

Pour ma part, j'ai longtemps refusé d'utiliser internet. Je crois que j'ai commencé à m'y mettre, je devais avoir la trentaine, ou pas loin, et c'était pour « me tester », avant tout. Crois-tu que pour ça, je suis allé m'inscrire sur le 15-18 de JV.com ou sur les forums Skyrock ? Non. J'ai ciblé des forums philo bondés de profs, et des forums de surdoués bondés de grosses légumes. Et tant pis si je me faisais ramasser. Ça aurait été trop facile, sans ça. J'ai joué cette partition pendant quatre-cinq ans, et puis j'en ai eu assez, j'ai eu besoin de récréation, j'ai débarqué sur Gameblog, sans toujours trop connaître grand-chose au web, comme un gros noob. Du coup, j'y ai beaucoup appris, en bien comme en mal, mais c'est un autre débat.

C'est quoi cette bannière ?

Ha ben voilà, qu'est-ce que je disais ? ! A force de perdre des points de références, vous autres, les jeunes, vous en oubliez les classiques (rires). Ici : Matrix 2, en l'occurrence. La mythique scène de l'architecte, qui est également la seule scène de la trilogie qui a trouvé grâce à mes yeux, pour son dialogue délicieusement surréaliste, à la fois outrancièrement alambiqué et d'une naïve limpidité. D'où l'ironie de cette bannière. Mes amis le savent : quand je suis fatigué de taper sur FFX, par défaut, je passe sur Matrix ou sur le Labyrinthe de Pan, à tour de rôle. Ce qui n'implique pas que je méprise ceux qui y trouvent leur compte (certains ont des amis noirs. Moi, j'ai des amis qui aiment Matrix. J'ai même une petite-amie-noire-qui-aime-Matrix, c'est dire), juste que je ne regarde pas ces ½uvres avec les mêmes yeux. Pour en revenir au blog, quand il a disparu, puis réapparu sous une autre forme, l'idée du bug dans la matrice s'est imposée d'elle-même. Pareil pour le titre : "l'émergence d'une anomalie systémique", ça claque plus qu'"Error 404 Blog Not Found". Quand on cherche un blog qui n'existe pas, et qu'on le trouve, c'est qu'il y a quelque chose de pourri au Royaume d'Internet. Cerise sur le gâteau, on peut y voir aussi un clin d'½il (involontaire, mais signifiant) à The Stanley Parable, un de mes meilleurs souvenirs en termes d'expérience vidéoludique.

The Stanley Parable ... Ah bon, pourtant "c'était mieux avant non ?" Or, c'est un jeu plutôt récent ...

Les gens qui disent que le jeu vidéo, c'était mieux avant, n'ont jamais joué aux Tortues Ninjas sur NES.

En ce qui me concerne, j'ai beaucoup aimé la période Megadrive/Super Nintendo, et c'est avec beaucoup de plaisir que je relance des parties de temps en temps, mais de là à prétendre que c'était mieux, il y a un pas que je ne me risquerai pas à franchir. C'était différent et ça avait un charme fou, c'est certain. Au niveau des mentalités, de part et d'autre (presse, joueurs, développeurs), il régnait une naïveté rafraîchissante et confortable, même du côté des éditeurs-poubelles qui cherchaient à exploiter les filons du moment pour pas un rond. Oui, sur ce plan-là, c'était franchement plus sympa que la grogne permanente de ces dernières années. On jouait, on ne se prenait pas la tête et c'était aussi bien comme ça.

Par contre, au niveau des jeux à proprement parler, le développement des nouvelles technologies a permis d'ouvrir de belles perspectives créatives et d'amener le média sur des terrains narratifs où on ne l'attendait pas forcément. Ceci, grâce aux indés, principalement, on ne va pas se mentir, mais quand bien même : l'émergence des petits studios de développement et la mise sur le marché de leurs productions reste un phénomène relativement récent, qui a fait un bien fou à ce moyen d'expression créatif.

Ca tâtonne et ça ronronne encore pas mal mais pour qui sait farfouiller, c'est aussi la promesse de bonnes surprises là où on ne les attendait pas.

Faut-il voir en "amis noirs" une référence à l'un de mes posts ou je suis définitivement le type le plus narcissique du monde ?

Si tu veux me voler le titre, il faudra m'affronter en duel à l'aube dans le champ derrière l'Eglise. Un petit Mario Kart en trois manches gagnantes, ça te va ?

Ok, va pour un Speed Freaks (Mario Kart ...)

Speed Freaks ? S'il te plaît, soyons sérieux deux secondes, je suis un joueur de standing.

Je te laisse le choix des armes : soit Crazy Frog Racing, soit Star Wars Bombad Racing (avec une très grosse préférence pour ce dernier).
Deux jeux géniaux que j'ai la chance de posséder dans ma très belle collection PS2, et qui font le bonheur de tous mes amis quand je les attache à une chaise et que je leur scotche les paupières.

Fou comme t'es, je suis sûr que tu les as en plus :D

Parce que tu as accédé à mon dossier psychiatrique, en plus ? Ha ben bravo ! C'est du joli ! Et le secret médical, bordel !

Bien sûr que je les ai. J'ai même les deux Crazy Frog Racing, offerts par Locutus, un ancien d'ici. Mais le Bombad Racing, je l'ai payé de ma poche avec mon argent. Et dans son genre, il reste inégalé ! Regarde-moi ça !

https://www.youtube....h?v=Uby5mVUiMcs

Pour de la NES, c'est quand même bien fichu. Dommage que ce soit de la PS2.

Je t'invite à être tout particulièrement attentif aux musiques et aux bruitages, qui rendent un bel hommage aux films de George Lucas.

Je rêve ou tu viens de troller Star Wars !?

J’espère que t’as accès aux notifs de PYT, il va y avoir de la savate à la maison ce soir :D

Il y a TOUJOURS de la savate à la maison le soir (en même temps, elle est en couple avec moi, peut-on vraiment lui en vouloir ?), donc ça ne changera pas grand-chose.

Et puis elle sait bien que je suis "trop snob" (ce sont ses mots) pour apprécier la saga à sa juste valeur. Elle te dirait sans doute en s'efforçant de m'imiter qu'"on ne s'y prend pas assez la tête, penses-tu, on s'y divertit, c'est sale, houuuu, lavez-moi les yeux à la javel". Ce qui est calomnieux. J'aime me divertir aussi. Devant les derniers épisodes d'Evangelion.

La vérité, c'est que j'ai toujours apprécié la saga Star Wars, mais que je ne l'ai jamais aimée d'amour. Je n'avais pas quinze ans que déjà, j'y voyais une transposition du Seigneur des Anneaux dans l'espace. Moins une ½uvre de SF qu'une ½uvre de Fantasy déguisée. Sans doute que j'ai vu 2001 trop tôt. ^^

« ma très belle collection PS2 » => Ta collection PS2 pèse lourd, donc ?

S'il n'y avait que la collection de jeux PS2... j'ai une tendance compulsive à amasser toutes les ½uvres qui m'attirent sans me demander si j'aurais le temps d'y jouer un jour ou non. Par conséquent, j'en ai beaucoup trop, toutes machines confondues (ce qui ne veut pas dire que j'ai toutes les machines non plus, entendons-nous bien - on va dire que j'en ai déjà trop). Pour te dire, j'ai la PS4 depuis quoi ? Six mois ? Eh ben j'ai déjà plus de jeux que des mecs qui l'ont depuis sa sortie, que ce soit en physique ou en démat'. Et ne parlons pas de Steam. C'est dramatique.

J'aimerais essayer de freiner un peu, mais avec la sortie de Nier, des remakes de Kingdom Hearts et de Final Fantasy XII, ça n'en prend pas le chemin. Je vais donc devoir faire l'impasse sur Persona 5, à regret. En même temps, je bosse dans un établissement scolaire, alors on comprendra que j'ai besoin de faire un break quand je rentre chez moi le soir.

T’es atteint du complexe d’Oesteam, toi aussi ?

Si ça a un rapport avec Steam, sans doute. Surtout pendant les soldes.

Peut-on à l'instar des chara designer de FFX t'accuser de manque d'originalité, de créativité, de propension à s'abandonner dans un facilitatisme irrévérencieux ou ce serait vraiment fort de café de proférer tel jugement (même sur internet) ?

Cet entretien est terminé. Adieu. Tu termineras cette interview avec mon avocat.

Blague à part, tu parles de mon blog, ou en général ?

Parce qu'en général, non, on ne peut pas, vu qu'on ne sait pas grand-chose de ce que je fais dans le secret de ma forteresse de solitude.

Sur mon blog, par contre, dans la mesure où j'aime les running gag qui courent looooongtemps, on a pu déplorer un certain systématisme trollesque qui en a laissé beaucoup. Je reconnais sans complexe savoir m'adonner au plaisir coupable de la facilité, si elle me fait marrer. Nulle part, je n'ai signé de contrat m'imposant d'être toujours original ou inspiré. Je me suis contenté de faire ce que j'avais envie quand j'en avais envie. Précisément parce que c'était MON blog et que par conséquent, j'y faisais ce que JE voulais. Je crois que ce qui a posé problème à certains, c'est qu'ils m'ont pris pour ce que je ne suis pas et ne voulais pas être. Un Youtubeur papier, moi aussi. Une figure populaire, dévouée à son public. Un leader d'opinion. Sauf que je ne postais pas du tout dans cette optique-là et je n'ai jamais vraiment pris conscience de l'ampleur (relative, mais réelle) de mon "succès". Je faisais ma petite tambouille dans mon coin, pour moi, mes potes, ceux que je faisais rigololer, et tant mieux si ça plaisait de façon plus générale. Mon premier fanzine, j'en avais vendu 150 exemplaires et j'avais trouvé ça énorme, sur le moment. Alors quand tu consultes tes stats et que tu constates que ton article a été consulté 8000 fois, qu'il a été retweeté ici ou là, ça devient complètement abstrait, tu n'imprimes pas. Tu es content, ça c'est sûr, comme quand tu choppes un Pokemon rare sur le périph', mais ça reste virtuel.

Quoi qu'il en soit, contrairement à ce que certains se sont imaginé, je n'ai jamais posté pour faire du clic facile et faire plaisir à mon cortège de haters de Square Enix. Square Enix, je lui ai laissé (et lui laisse encore) un paquet de pognon : c'est une entreprise dont les velléités commerçantes m'amusent, parce qu'elle en fait des tonnes et se paie ouvertement la tête du client. Mais ce n'est que cela, de ma part : de l'amusement. Pas de la haine. Ceci dit, là encore, pour qui s'arrête aux apparences et ne cherche pas à creuser, le verdict est vite rendu.

De la même façon, parmi les lecteurs qui m'ont reproché de "toujours faire la même chose", nombreux sont ceux qui ne venaient sur mon blog que lorsque je postais des âneries sur Final Fantasy. J'en postais beaucoup, c'est vrai, mais quand tu ne lis que ça et que tu snobes le reste, tu es seul responsable si ça finit par te gonfler. C'est un peu comme de décider de manger à la cantoche uniquement les jours où il y a des frites, et de reprocher au cuistot "de ne faire que des frites - et même que c'est pas très digeste". Il y a un moment où les gens devraient apprendre à se remettre en cause par eux-mêmes, au lieu d'aller au clash et de se poser en victime ensuite. Ne serait-ce que par amour-propre (on y revient !), déjà.

Oui, je parlais de taper sur plus petit que soi (FFX en l’occurrence) :D

Mais note que comme il est en plastique, ça ne lui fait pas mal, alors j'ai pas trop de scrupules.

T'es pas un Youtubeur papier mais j'en suis un !? Ça signifie quoi finalement ? Qu'on écrit pour un public plus que pour soi ?

Ça va dépendre des gens. Mais même quand on écrit pour soi, dès lors qu'on le diffuse - ne serait-ce qu'à titre confidentiel -, on espère que ce sera lu et qu'il y aura des retours, eût égard au travail que ça nous a demandé.

Mais il y a une différence entre les gens qui écrivent pour se faire plaisir, et ceux qui écrivent dans la perspective de glaner des "likes".

Ceci étant, je ne dis pas que tu es à ranger dans cette dernière catégorie.

Le côté "Youtubeur papier", il te vient avant tout du fait que tu alimentes un blog "à concept". Tu as tes rubriques, ta ligne éditoriale et tu t'y tiens. ça donne l'impression que tes posts s'inscrivent dans une logique de publication "froidement" rationnelle - alors que quand on te lit, on se rend compte que "pas du tout", lol (d'ailleurs s'il y a bien un individu pour lequel je n'utiliserai pas le terme "rationnel", c'est toi;) ).

J'ai envie de dire que si on écrit seulement pour se faire plaisir, on écrit un journal intime, non ? A partir du moment où souhaite partager ses pensées, c'est pour y glaner quelque chose, matériel ou non. Moi, par exemple, je ne m'en cache pas, j'écris pour les dollars, la coke et les p**... j'écris pour ma famille, mes proches, pour mon chat ... Pas toi ?

Pas vraiment. Ça te semblera peut-être un peu bizarre mais sur le moment, je n'écris pour personne, pas même pour moi. J'écris pour écrire parce que c'est comme ça et pas autrement. C'est une forme de respiration. Neutre, mais essentiel. De l'ordre du compulsif, peut-être. Ce n'est qu'après coup que j'y trouve un intérêt (ou pas !) ; et si ce que j'écris peut toucher des gens, tant mieux, je suis aux anges parce que cela entraîne une forme de communion symbolique qui relève du petit miracle. On ne se rend pas compte, quand on est penché sur sa feuille ou sur son clavier, de l'impact (positif ou négatif) que ce que nous écrivons peut avoir sur autrui. J'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de le vérifier IRL, bien malgré moi, et c'est une expérience inoubliable, proche du mystique, qui touche et change profondément la façon dont on perçoit le monde. Après, comme chacun de nous, je pense, plus je m'investis, plus je fournis d'efforts, et plus j'espère que mon texte rencontrera son public. C'est humain. Pas pour de question de gloire ou de reconnaissance, mais juste pour qu'il puisse "vivre sa vie". Exister en tant que production écrite. Nourrir. Il y a ceux qui écrivent pour poser des cathédrales, d'autres qui se contentent de poser des pierres. Mais écrire pour ne rien poser du tout ? Quel intérêt ?

Mais question intéressante, faut voir les likes voire les vues comme une récompense incitant telles la remise d'une Groovitron après avoir battu un boss (excuse-moi d'être en plein Ratchet&Clank) à donner le meilleur de soi et continuer à s'améliorer (le skill sous ses différentes formes : malice, dextérité, réflexe, rigueur, tout ça) ou voir cela comme une fin en soi, genre si je peux exploiter un glitch pour exploser plus facilement ce boss je le fais. (un peu comme taper sur FFX, promis j'arrête de t'emmerder avec ça, mais après l’interview)

Le like comme fin en soi, je trouve ça triste à pleurer. Si un individu a besoin de likes pour se sentir exister ou pour avoir l'impression d'être quelqu'un, à mon avis, il faut qu'il arrête le net tout de suite et qu'il consulte un spécialiste parce qu'un jour ou l'autre, la dépression sonnera à sa porte et s'installera dans son living room sans même enlever ses santiags.

Si les likes sont aux blogs ce que les trophées sont au jeu (ou les conquêtes à la séduction), en fais-tu le même sermon ? D’ailleurs, je trouve ça vachement élitiste comme façon de penser !

A force, je ne sais plus très bien de quoi on parle mais je n'irais pas jusqu'à comparer "likes" et "trophées" sur tous les plans non plus. Un "like", c'est quand même quelqu'un qui prend le temps de te signaler qu'il t'a lu et qu'il a aimé ton travail. Alors qu'avec le jeu vidéo d'aujourd'hui, j'arrive à choper un trophée dès que mon personnage saute une branche d'arbre ou termine son tutoriel. Pas très élitiste, ça, quand même. Les deux sont une forme de récompense, mais elles n'ont pas la même valeur.

Par contre, je trouve qu'"écrire pour collectionner les likes" est une démarche plus vaine que de "jouer pour collectionner les trophées", parce que dans ce dernier cas, il y a une notion de challenge qui entre en jeu, alors que la course à la popularité n'est qu'une réécriture un peu pathétique du mythe de Narcisse.

« J'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de le vérifier IRL, bien malgré moi, et c'est une expérience inoubliable, proche du mystique, qui touche et change profondément la façon dont on perçoit le monde. » => raconte !

Houlaaaa, tu ne sais pas à quoi tu t'exposes, malheureux ! Dans la famille "Longues Histoires", tu demandes carrément l'arrière-grand-père, tu vas achever tes lecteurs (un peu plus hypothétiques à chaque nouvelle ligne tapée) à coups de parpaings virtuels. Sans compter qu'elles me feraient passer pour un fieffé prétentieux, limite élitiste. Moi qui m'échine depuis le début de cette interview à te convaincre du contraire, ça ne servirait pas ma cause (avoue, tu l'as fait exprès, gredin !). Simplement, tu es là, penché sur ton clavier ou sur ta feuille pendant des heures et des heures et des heures, tu cherches le mot juste, la formule adéquate, la petite musique qui va bien, ça devient quelque chose de mécanique, de laborieux, défait de toute véritable émotion - tant et si bien que tu finis par oublier que ça peut en faire naître chez le lecteur ou l'auditeur. Tu fais juste de ton mieux, tu t'arraches les cheveux pour des broutilles que personne ne remarquera, tu as envie de tout balancer aux ordures, et puis tout à coup, tu réalises que les gens en face ont les larmes aux yeux et ça te met une grosse baffe dans les dents, qui te fait du mal autant qu'elle te fait du bien. Ça te rappelle pourquoi tu fais autant d'efforts, et quelles sont tes responsabilités en ta qualité d'auteur.

Du coup, tu as encore plus la pression, et tu galères deux fois plus ensuite ! Merci du cadeau.

« J'écris pour écrire parce que c'est comme ça et pas autrement. » => élitiste :D

Ha non mais tout de suite ! Tu es payé par la société Elitiste.org, ou quoi ? A chaque fois que tu places le mot, tu gagnes dix euros ? Attention, mon p'tit Neves, je vais finir par activer adblock. ;)

Non, ce n'est pas élitiste. C'est romantique, nuance ! ^^

D'une certaine manière, je vois la chauve-souris. Ceux qui lisent Billy Bat comprendront.

C'est qui Blacklaboule ?

Un autre personnage de ma ménagerie Gameblog, un autre alter-ego, aux côtés de Stetsuna, JomJim ou Kevin-dit-Kev (pour ne citer qu'eux) : le double maléfique (ou bénéfique, ça dépend comment l'original se considère, je le laisse juge) de Blacklabel, qu'on peut lire sur Gameblog en section "articles" et qui y est connu pour son intransigeance et son obsession de la cohérence (souvent jugés excessives). Autant de traits caractéristiques qui en faisaient le candidat idéal pour une caricature en vidéo : il me suffisait de pousser ses curseurs au maximum pour obtenir un personnage haut en couleur et en coups de gueule, sans efforts ni suées, c'était tout bénèf'. Je l'ai donc réimaginé en Jean-Pierre Bacri de la vidéoludie, spécialisé dans le défonçage de classiques et dans l'éreintage de chefs d’½uvre, mais malheureusement je n'ai pas pu l'exploiter autant que je l'aurais voulu, faute d'en avoir l'occasion. Je n'ai d'ailleurs jamais pu consacrer autant de temps que je l'aurais voulu (et dû) aux vidéos que je bidouillais à l'arrache : je n'avais ni celui d'apprendre mes textes, ni celui de faire plusieurs prises, de jouer sur les cadrages ou sur la mise en scène ; si bien que la plupart sont laborieuses et pétries d'amateurisme, même si elles ont leurs bons moments. Tout ça aurait mérité d'être un peu plus soigné, j'en suis conscient, mais je les inscrivais plus dans une optique à la Wayne's World qu'à la Joueur du Grenier. Pour en revenir à Blacklaboule, des deux vidéos que je lui ai consacrées, à mon sens, seule la première est à peu près réussie (dans sa deuxième partie, du moins), en ce sens qu'elle vise un incontournable (Ico), là où la seconde s'acharne sur une cible facile (Neptunia - unleash the fanboy !), ce qui ne produit pas le même effet et n'a pas la même portée. Je regrette donc de n'avoir pas pu redresser la barre et en proposer davantage. J'avais notamment commencé à écrire une série de petits sketchs dans laquelle Blacklaboule aurait décrypté pour le novice les principaux codes du jeu vidéo. Et bien sûr, il aurait commencé par... les boobs. Tout un programme (oui, finalement, peut-être est-ce mieux pour tout le monde que je n'aie pas pu aller au bout de l'idée). Il faut cependant se garder de voir dans ce personnage (comme dans les autres, d'ailleurs) une attaque ou une critique détournée de son modèle. Même si je tombais alors rarement d'accord avec lui (ça a un peu changé depuis que je me suis mis à la gen PS3), j'ai vite apprécié le travail de Blacklabel, et nous avons toujours pu échanger en bonne intelligence. Il a sa vision du jeu vidéo et elle est ce qu'elle est, on la partage ou on ne la partage pas, mais elle lui est propre et je respecte ça. D'autant qu'il n'est pas fermé au débat, ce qui n'est pas une moindre qualité. Je me suis contenté d'aller chercher mes personnages là où ils pouvaient émerger. Or dans ce registre, les personnalités les plus atypiques sont également les terreaux les plus fertiles.

Et pourquoi pas Pedrof ? Pourquoi pas Ryuzaki57 ?

T'as des quotas ?

Blacklabel aurait-il sa place chez Fogiel ou Ruquier ?

Pas de quotas, non. Je fonctionne à l'impulsion. Une idée germe et paf, il faut que j'en fasse quelque chose, ou au moins que j'essaie. Or les idées, ça germe un peu comme ça veut. Le "personnage" Black Label m'intéressait beaucoup, de ce point de vue-là. Celui de Pedrof lui ressemble un peu, mais en plus nuancé, et donc plus difficile à caricaturer.

En ce qui concerne Ryuzaki, c'est tout le contraire : la caricature s'impose d'elle-même, il n'y a pas d'intérêt créatif. Et puis surtout, par nature, elle m'aurait obligé à être méchant, niveau vannes, compte tenu des centres d'intérêt ou des sorties de pistes dudit personnage, et je ne voulais pas en arriver là parce que même si nous avons des points de vue diamétralement opposés et si j'ai déjà pu me moquer çà et là, je respecte l'individu qu'il est et sa bonne foi de passionné (même si elle m'apparaît souvent comme de l'aveuglement).

On ne peut pas caricaturer une caricature ? (personne n'a tenté ?)

On peut, mais ce n'est pas très intéressant à faire, ni à lire ou à regarder (le jeu d'acteur de la série Noob en constitue la preuve objective). S'il n'y a pas un peu de challenge, ou un peu de finesse, on s'ennuie vite. Moi, en tout cas, c'est mon cas.

Ryuzaki57 ne serait pas juste un sale con ?

Oh non, franchement pas. Déjà, parce qu'il est sincère. Ensuite, parce qu'on peut discuter avec lui. Ce n'est pas si souvent, sur le net.

Après, ses goûts et les positions qu'il défend sont souvent limites, voire au-delà, et c'est sur ce plan que naît le malaise. Mais justement, il est difficile de faire rire sur la base d'un malaise, quand on a des principes.

Alors bien sûr, les principes, on peut les envoyer se faire foutre, y'a pas mal de mecs sur le net qui se prennent pour les rois du monde parce qu'ils n'ont pas de limites, ils peuvent se coller un photomontage à base de trisomique comme avatar et trouver ça hilarant, ou retoucher sous Paint la photo d'un gamin migrant mort noyé, et ils ont l'impression d'être plus forts, ou plus libres, ou plus badass que ceux qui s'en indignent alors qu'ils sont juste plus cons.

Ce qu'ils font, c'est à la portée de tout le monde. Faire rire ou sourire sans trahir ses valeurs, c'est autrement plus compliqué.

Peut-on dire que la C&B est définitivement morte ?

Je ne la fréquente plus assez pour pouvoir me prononcer avec certitude, mais j'ai l'impression qu'à l'exception de quelques îlots isolés, la communauté n'existe plus en tant que telle. Lorsque je m'aventure sur son fil d'actualité, je me contente souvent de faire défiler des blogs isolés, anonymes, sans réelle personnalité, qui proposent tous la même chose, chacun dans leur coin, dans le secret espoir de devenir le nouveau Squeezie ou le nouveau Pewdipie. "Allez, clic, ramène tes amis". Je me trompe peut-être, j'en conviens, mais j'y sens plus d'opportunisme que de passion : là encore, les perspectives de gains financiers et de célébrité semblent avoir pris le pas sur le simple lol entre potes (qui, lui, n'a pas de prix). Pas d'échanges, pas d'initiatives, pas de rencontres IRL, rien que du réchauffé et donc, rien de vivant, rien de marquant. Il y a bien quelques vieux de la vieilles qui persistent et qui signent (Dieu merci) pour y insuffler un semblant de vie, et des anciens nouveaux comme toi pour sortir des sentiers battus mais dans l'ensemble, tout ça ne donne pas envie de participer (et à plus forte raison, de revenir) (j'en entends dans le fond qui soupirent de soulagement, je vais noter les noms). J'ignore à quoi ça tient, d'ailleurs. Il a suffi que Gameblog fasse peau neuve pour que mille petits nouveaux apparaissent mystérieusement du jour au lendemain, sans qu'aucun ne semble disposé à prêter attention à son voisin. C'est peut-être dans l'ère du temps, tu me diras. Mais du coup, j'ignore ce qu'il faudrait faire pour renverser la tendance, ni même si c'est possible - ou si c'est nécessaire, d'ailleurs : depuis mon dernier petit tour d'horizon, il s'est passé des mois. Dans l'intervalle, peut-être que les choses ont évolué dans le bon sens, et peut-être bien que j'écris des âneries. Pour changer.

Pourtant la situation était la même en 2015 et tu publiais ? Tu as épuisé toutes tes cartes ? Aspiré par le siphon ?

J'ai publié en 2015, moi ? J'ai dû sous-traiter, alors, parce que je ne m'en souviens plus du tout (je me rappelle avoir ramé sur quelques articles ponctuels écrits à l'arrache, dans l'urgence et dans la douleur, pour défendre des points de vue minoritaires qui me tenaient à c½ur, mais rien de très folichon). Mais las ! Je te rassure, des idées pour relancer le blog, j'en ai, des envies également. Me manque le temps libre, malheureusement.

Ancien nouveau ou nouvel ancien ?

Les deux. Simultanément.

Je suis pas assez bien pour toi !? Je ne suis pas assez bien pour que tu restes ? Si tu restes, j'annule tout. Allez, ensemble vers 2017. C'est la présidentielle, tes 2 vedettes vont se battre pour commander le radeau pendant 5 ans, t'auras forcément des trucs à dire ?

Tant qu'on ne pourra pas leur coller le câble d'une manette dans le fondement pour les jouer façon Soulcalibur, non.

Tu manques de temps. Démissionnes de ton taff. Les femmes portent la culotte maintenant. On est plus au XIXème siècle.

Ils sont nombreux, ceux qui me font la remarque (PYT en tête), mais c'est plus fort que moi. Je suis un vilain phallocrate carniste blanc ethnocentré, qui n'est psychologiquement pas capable de vivre aux crochets de sa belle - même si celle-ci lui offre l'opportunité de vivre ses rêves, et ça revient souvent sur le tapis à la maison. Ils ont raison, les Social Justice Warriors. Les mecs retrogrades dans mon genre, il faudrait les coller dans une fusée et les envoyer voir sur Mars si les faibles femmes sans défense y sont.

Et remarque, perso, moi, je suis pour.

Non et puis les femmes qui portent la culotte, c'est bien... mais celles qui n'en portent pas, mmmhhhhh, c'est encore mieux ! Non ?

Je ne sais pas, je suis PD.*

* Pro Dentelle

Du coup, tu devrais t'intéresser davantage à l'animation japonaise, ça pourrait changer ta vie. ;)

Note de Neves : A ce moment de l'interview, soit au bout de 8 mois dans le froid glacial des Geôles nord-coréenne de la Neves Cultural Society, Liehd se plaint du rythme de mes tentatives de relances (j'ai pas cité Jean-Jacques Bourdin précédemment pour rien, en même temps) pour lui arracher une réponse à la 60-aine de questions encore restées en suspens, il me demande de le ménager () …

Te ménager ? T'es un ptit vieux avec une canne ou quoi, tu t'attendais à une collation aussi !?)

Ben écoute, maintenant que t'en parles, je grignoterais bien quelque chose. Mais un truc facile à mâcher, hein. C'est que j'ai peut-être pas de canne, mais j'ai joué sur CPC 6128. Or sur le plan vidéoludique, c'est ce qui s'en rapproche le plus (et je ne te parle même pas des T07 monochromes, ou des ordis à cassettes. D'ailleurs si je devais lancer une web-série, maintenant que j'y pense, ce serait les aventures de Black Label, transporté à l'aube des jeux vidéo par un vortex spatio-temporel généré par une sauvegarde de Call of corrompue) (et ça s'appellera Black to the Future) (je suis un génie, je sais) (non parce que le pauvre, il aurait eu de quoi hurler).

Qu'est-ce que tu préfères chez moi ?

Sans hésiter : tes pavés. Ils font passer les miens pour d'inoffensives petites chroniques en deux lignes, ça rend les lecteurs moins ronchons, du coup.

Qu'est-ce que tu préfères chez toi ?

Mes yeux. Ils sont deux, c'est assez génial. J'adore le concept.

Es-tu un indigné ? Je fais bien entendu à tes posts orientés politique/faits divers ...

Je suis un indigné au sens où je m'indigne beaucoup. J'ai beaucoup de mal à rester de marbre quand je vois passer un article de société sur mon fil d'actu Facebook, et que je lis les commentaires qui l'accompagnent. La bêtise satisfaite d'elle-même, dans ces proportions, me peine et m'effraie au plus haut point. C'est comme ça, j'ai beau lutter contre, c'est viscéral. Du coup, j'ai bloqué tous les sites problématiques sur mon mur perso, histoire de ne pas être tenté. Malheureusement il y en a toujours un ou deux qui passent le filtre et me revoilà parti en mode un-contre-tous avec la musique de Mon Nom est Personne dans les oreilles. Pour le résultat que l'on sait.

Raisons pour lesquelles en effet, à plusieurs reprises, j'ai pris position sur mon blog, sans me soucier des susceptibilités que je pourrais froisser ou des lecteurs que je pourrais perdre. Parce que rigoler, c'est sympa, c'est important, même, mais ce n'est pas suffisant. J'estime pouvoir me permettre d'être un clown que parce que je suis aussi un gros chiant moralisateur. Et vice versa. C'est d'ailleurs une autre des incompréhensions qui a entouré mon blog en son temps : la plupart des gens n'y ont vu que du troll, alors qu'il y avait toujours (ou, en tout cas, les 9/10ème du temps) quelque chose à creuser derrière.

Cette parenthèse refermée, il m'a effectivement semblé entendre parler, au détour d'un zapping TV (à équidistance entre Videogag et Trepalium, même si j'ai beaucoup de mal à différencier ces deux programmes) qu'il existait un mouvement éponyme et alors là, pour te répondre, non, je n'en fais pas partie.

Je ne suis pas « mouvement » en général. Mes convictions m'appartiennent, mes principes également, et je ne me vois pas les tordre ou les distordre pour m'intégrer à un groupe dont les véritables vues ne me sont pas connues. Un mouvement, ce sont des concessions, ça peut également être de la récup'. Je veux rester libre de mes opinions et de mes indignations.

Raison pour laquelle je ne me revendique pas « féministe », bien que je sois pour une égalité totale entre hommes et femmes.

Il y a tant de dérives, dans les milieux idéalisants, depuis l'apparition de ces fichus Social Justice Warriors que je refuse l'amalgame, de près ou de loin. Parmi les choses que je voudrais publier sur mon blog, l'idée d'un énorme article pour débunker le discours SJW me titille depuis un moment (car il y aurait beaucoup à dire). Mais tu connais la chanson : pour ça, il me faudrait du temps. Et puis franchement, est-ce que ça servirait à quelque chose ?

Quoi qu'il en soit, s'il faut vraiment me coller dans une case, alors je me réclame de la Sémantique Générale, le seul courant de pensée qui, à mon sens, mérite qu'on s'y attarde. Sauf que bien sûr, c'est un courant qui demande réflexion, efforts, travail sur soi, ce qui explique qu'il soit si peu populaire.

Ah oui, la Sémantique Générale, je connais, c'est une banque, c'est ça ?

Toutafé. C'est la principale concurrente de la Société Géniale, une banque bien connue pour la qualité de ses prestations annexes...

fin de la cinquième partie.

2014-2017 Time Neves, c'est dans la boite Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Édito

 

Ne vous demandez pas ce que vous pouvez faire pour Neves.

 

Faites-le.

 

Neves F. Kennedy, 1964.

 

--------------------------------------------------

 

'Bienvenue au Neves Club.'

 

La première règle du Neves Club est 'il est interdit de parler du Neves Club'.

 

La seconde règle du Neves Club est 'IL EST INTERDIT DE PARLER DU NEVES CLUB'.

 

Troisième règle du Neves Club : ' lorsqu'un joueur WiiU l'intègre, il doit jurer sur la Dualshock de ne jamais prononcer les termes suivants dans l'enceinte du Club : "fun, gameplay, level-design, game design, multi-local" '

 

Quatrième règle : 'le joueur Sony et affiliés est exempté de combattre'

 

Cinquième règle : 'le joueur Xbox est un mythe qui n'existe pas'

 

Sixième règle : 'seulement deux joueurs par combat messieurs'

 

Septième règle : 'deux joueurs WiiU minimum par combat'

 

Huitième règle : 'quand le joueur WiiU crie stop, ou n'en peut plus, le combat continue jusqu'à ce que j'en décide autrement'

 

Neuvième et dernière règle : 'si c'est son premier jour, le joueur WiiU doit combattre'

 

Tyler Neves, 1997.

 

--------------------------------------------------

 

Il y a bien longtemps, dans un galaxie lointaine, très lointaine ...

 

 

C'était une époque de guerre civile, à bord du vaisseau opérant à partir d'une PlayStation inconnue, les Rebelles  ont emporté leur première victoire sur l'abominable Empire Nintendo.

 

Au cours de la bataille, les Rebelles ont réussis à dérober les plans secrets d'une machine infernale : le CD-Rom, une technologie spectrale dôtée d'un armement tridimensionnel assez puissant pour ébranler la stabilité bidimensionnelle du cosmos vidéoludique.

 

Poursuivi par les sbires sinistres de l'Empire, le Prince Kutaragi regagne sa base aux commandes de son vaisseau spatial, porteur des plans volés à l'ennemi qui pourrait boulverser le cours de l'histoire et restaurer l'espoir dans la galaxie ...

 

Neves Lucas, 1977.

 

--------------------------------------------------

 

"That's one small step for Sony ...

 

... but one giant leap for videogame industry"

 

Neil Neves, 1993.

 

( 'landing' his hands on the yet  UNCHARTED Playstation Dualshock soil)

 

--------------------------------------------------

 

- J'aurais pu vous offrir une babouche.

 

[4 seconds ... 3 ... 2 ... 1 ]

 

- Une babouche ne suffit pas.

 

Le mime Neves, 1998.

 

--------------------------------------------------

 

Yes, Week-End.

 

Neves Obama, le Vendredi.

 

--------------------------------------------------

 

My people ... Sons & Daughters of Sony. This much I vow. The history of these days will be written in the Saturn blood, by crashing the N64 of my ennemi, by seizing the CD technology they thought to turn against us. We will be fighting for our very existence. But if are those who denies us peace, refuses our rightfull place in the gaming universe, then we will unleash such a terrible console that the generations yet unborn (Gamecube, Wii, WiiU, WiiThem, etc.) will cry out in anguish.

 

Discours de galvanisation des troupes, Sony Headquarters, Neves Visari, 2 Décembre 1994.

 

--------------------------------------------------

 

The Wii may shatter our PS3 body. But they cannot break our spirit. Even tough the Miiverse advance on our Playstation Home to seize by force what they cannot claim by right. They cannot imagine what awaits them. WE WILL PLAYSTATION ALL-STARS BATTLE ROYALE (SMASH, in english) THE INVADERS FROM OUR SKIES. [...] While they sweep over our lands like the sand of winter, never again we will bow before them, never again endure their awful casual games, never again endure their Mario Kart tyranny. We will strike without warning and without mercy, fighting as one hand, one heart, one soul. We will shatter their dreams of hegemonia and haunt their nightmares of failure. Drenching our ancestor's grave with their blood. And as our last breath tears as their lungs, as we rise again form the ruins of our Playstation 3. They will know Gamers belongs to SONY.

PLAYSTATION 4.

 

Discours de présentation de la PS4 à la presse, Scolar Neves, 19 Février 2013.

 

--------------------------------------------------

 

 Never compromise.

[Tearing apart the contract between the two of them.]

Neves "Rorshach" Yamauchi, 1990.

 

--------------------------------------------------

 

Cette communauté mérite une qualité supérieure de contributeur.

 

Et je compte bien la lui donner.



The Neveser.

 

--------------------------------------------------

 

Je suis devenu un criminel pour éviter de devenir une victime.

 

 

Le joueur WiiU.

 

--------------------------------------------------

 

Dans l'Espace, personne ne vous entendra crier.

Renault, division acoustique.

 

--------------------------------------------------

 

Les hommes naissent libres et égaux en droit.

Il ne fait nul part ici, mention du sort de la femme.

Neves Bonaparte, 1803.

 

--------------------------------------------------

 

Nul n'est pro-fête en son pays.

 

Pourtant j'en vois plein des français à Saint-Tropez.

 

L'auteur de la citation n'a pas souhaité dévoilé son identité.

 

--------------------------------------------------

 

Un homme avertit en vaut deux.

 

Une femme ? Quatorze.

 

Comprenne qui pourra.


L'auteur de la citation n'assume pas ses propos et n'a par conséquent pas souhaité faire figurer son nom dans le registre.

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est de gagner.

 

Et surement pas de participer.

 

Absurde.

 

Neves de Coubertin, 1896.

 

--------------------------------------------------

 

- Vous aimez invoquer la Sureté Nationale afin d'allègrement violer la constitution et restreindre les libertés individuelles si durement acquises par ce pays.

- Vous n'êtes qu'une emmerdeuse Karen.

Karen Hayes puis Tom Lennox, 24 - saison 10.

 

--------------------------------------------------

 

Ce blog ne se prévaut pas d'être le meilleur d'entre tous.


Il l'est.


Et c'est bien là l'essentiel.

 

Neves Bygmelon

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est d'imposer son avis.


Et non de le donner.


Absurde ça aussi.


Putain, les gens comprennent vraiment rien.


Neves Underwood.

 

--------------------------------------------------

 

Un taxi vide s’est arrêté au 10 Downing Street.

 

Clement Attlee en est sorti.

 

Winston Churchill.

 

--------------------------------------------------

 

Un vrai joueur se réclamant être un sympathisant de la cause ne dit pas "allo" en décrochant le combiné.

 

Il dit Killzone.

 

Neves RyuzAKi47.

 

--------------------------------------------------

 

A compter de ce jour, vous ne m'appellerez plus Neves.

 

Mais le Grand Neves.

 

Napoléon Neves, 1822.

 

--------------------------------------------------

 

Les grands esprits discutent des idées.

 

Les moyens esprits discutent des évènements.

 

Les petits esprits discutent des gens.

 

Ils m'arrivent de discuter de moi auprès des autres.

 

Neves Roosevelt.

 

--------------------------------------------------

 

Un jour, je rentre dans un taxi et j'entends un mec me dire :

"Vous allez où ?"

Comme on se connaissait pas, je lui ai répondu :

"Qu'est ce que ça peut te foutre ?"

Les gens d'aujourd'hui, aucune manière ...

 

--------------------------------------------------

 

- Qui est le premier homme à avoir marché sur la Lune les enfants ?

 

- Neil Armstrong Mr le Professeur.

 

- Faux. Tintin.

 

--------------------------------------------------

 

Il n'a rien d'un GOTY, mais surpasse sans souci ceux à qui on a donné ce titre.

 

Blacklabel, 17 Janvier 2012, critique d'inFamous 2.

 

Archives

Favoris