Premium

Listen To My Story

Par Nathan Gouzien Blog créé le 01/02/17 Mis à jour le 20/07/19 à 17h26

Ajouter aux favoris
Signaler
JV (Jeu vidéo)

 

Après quelques 41 heures de jeu, me voilà arrivé au bout de Project Judge, pardon Judge Eyes, ha non Judgement. La dernière mouture du Ryu Ga Gotoku Studio, de part sa localisation française, a gagné une très belle aura et a créé une attente chez les joueurs qui n’avaient vu les Yakuza que de loin (dont moi), et j’avais envie de vous parler de mon expérience avec ce jeu. Un jeu qui a de très grandes qualités, mais n’est pas arrivé à m’emballer comme je l’avais espéré.

Avant de commencer, je tiens à préciser que ce qui va être dit ci-dessous ne reflète que ma perception des choses et en aucun cas ne ce veut parole d’évangile ni critique envers l’équipe qui a développé ce jeu. Enfin, aucun spoil ne sera dévoilé ci ce n’est ce qui a déjà été pitché pour la promo du jeu.

 

Mais avant, pour les quelques uns qui seraient passés à côté des infos, qu’est ce que Judgment.

C’est un jeu SEGA, créé par l’équipe que l’on appelle communément la Team Yakuza. Et afin de développer leur univers et, peut être, de le faire découvrir à de nouveaux joueurs, Judgment intervient ici en tant que Spin off de la série emblématique du studio : Yakuza.

 

Le terrain de jeu, le quartier où va se dérouler 95 % de l’action, est bien entendu Kamourocho. Quartier fictif de Tokyo présent dans les Yakuzas, reprenant pour sa grande majorité l’esprit et les éléments de Kabukichō, le quartier dit « chaud » de Tokyo. Il est composé de bars, restaurants, cinéma, salles d’arcade mais aussi love hôtels, club de strip tease. C’est aussi le quartier privilégié de la mafia japonaise.

 

 

 (Credit montage : Acheron)

 

Dans Judgment vous incarnez « Tak » Yagami, ancien avocat reconverti en Détective Privé depuis 3 ans, suite au procès qui a vu son client être condamné à la peine de mort pour l’assassinat de sa petite amie, quelques mois après que Yagami l’ai innocentépour un autre meurtre (fait rarissime au Japon qui à un taux de condamnation de près de 99%). De ce fait, il se sent responsable de la mort de la jeune fille et quitte le cabinet Genda, cabinet où il a été formé et fait toute sa carrière.

 

L’histoire commence alors qu’un 3ème corps de Yakuza, toujours du même clan, a été retrouvé énucléé dans une ruelle du quartier. La police est quasiment sur qu’elle a affaire à un serial killer (Tin). Alors qu’un Yakuza, Hamura, du clan rival est arrêté pour ce meurtre, Yagami est chargé par son ancien Senseï, Shintani,d’enquêter et de trouver une preuve qui innocentera Hamura, que Shintani représente.

Pour ce faire il sera épauler de Kaïto, ancien Yakuza, banni de son clan, qui travaille aujourd’hui pour Yagami.

D’autres personnages viendront aider, ou pas, Tak dans son enquête qui va se révéler bien plus complexe qu’une simple série de meurtre dans le monde des yakuzas. Mêlant intérêts financiers, vengeance, politique, santé publique, guerre de clan, Judgment offre un scénario construit sur le modèle d’une série dont chaque chapitre se termine par une révélation afin de tenir le spectateur/joueurs en haleine.

 

Voilà pour ce qui est du plantage de décors. (Merde, j’espère que vous avez une chute à tout ça parce que l’intro
est comac ! )

Maintenant venons en au fait de cet article.

 

 

Déjà ce que j’ai aimé dans Judgment :

- les personnages : tous attachants, chaque personnage qui accompagne Tak dans son enquête à ses propres raisons et n’est pas juste la pour aider. Mention spéciale a Kaïto qui me faisait peur au début avec son coté bourrin à chemise qui pique les yeux mais qui au final à une vraie histoire et une vrai raison d’être là. Quant à mon crush Saori...

- Kamurocho : je peux comprendre que certains se lassent de ce décors à cause des jeux Yakuzas mais n’en aillant fait aucun j’ai adoré me promener dans ce quartiers, y rencontrer les habitants, lire les petites bulles au dessus de leur tête qui matérialisent leurs pensées. Le quartier est certes « petit » pour un open world en 2019 mais il y a tellement de choses à faire qu’on peut se faire une session de 2 heures rien discutant et aidant des potentiels amis (j’en parle juste après), qu’en allant déguster des spécialités dans les restos, jouer au Club Sega à Virtua Fighters ou enfin aller taper quelques balles, comme disent les américains, au Batting Certer.

- Les « quêtes amis » : ces quêtes, au nombre d’un peu plus de 50, vont vous permettre de rencontrer différentes personnes travaillant et/ou vivants à Kamourocho. Et en plus d’être très sympathiques elles vous permettent de vous rendre compte que beaucoup de PNJ sont uniques. Chaques restaurateurs, caissiers d’un POPPO, developpeurs de produits de base ball, tous ont une histoire, parfois même des relations entre eux, ce qui rend ce monde cohérent, intéressant et organique.

- les quêtes annexes : souvent drôles elles apportent vraiment un contenu supplémentaire intéressant et une durée de jeu du coup plutôt conséquente

- la mise en scène : elle en fait des caisses mais c’est vraiment beaucoup de plaisir

- L’histoire : clairement ce qui m’a aider a finir le jeu, je voulais aller au bout. Non pas par principe mais les retournements sont bien trouvés, malheureusement certaines fois prévisibles, mais la majorité du temps j’ai été surpris et j’avais envie de voir la suite et de binge watcher ce jeu (binge watcher ? Bizarre comme expression pour un jeu).

 

Les choses qui m’ont moins plu :

- les courses poursuite/filatures : c’est d’un chiant mais mon dieu ce que ça n’est pas intéressant. Et ça dure looooongtemps à chaque fois. A partir de la seconde moitié du jeu je soufflais a chaque fois qu’on me proposait ces phases de gameplay qui ne représentent en plus aucun challenge.

- les phases de combats : qui sont cools au début mais qui deviennent assez vite lassantes et « t’empêchent » juste d’avancer car là non plus le challenge n’y est pas.

- le rythme : un peu déséquilibré sur la 1ère moitié du jeu

 

 

Maintenant la chose qui m’a le plus ennuyée sur ce jeu, et qui m’a donnée envie de vous en parler. Et ce n’est pas quelque chose que je peux imputer au jeu car il est conçu comme ça donc c’est un choix délibéré des développeurs. On est plus sur l’ordre de la frustration par rapport à l’idée que j’avais du jeu et non du jeu en lui même.

En fait cest lié à ce que je disais tout à l’heure. J’avais envie de binge watcher le jeu. (Si tu arrives ici sans savoir de quoi je parle et bien lis plus haut ;) )

Parce qu’après avoir fait le tour du monde ouvert, joué aux jeux au club SEGA, fait toute les quêtes annexes, s’être fait des amis, le jeu lors de sa trame principale tient plus du jeu narratif qu’autre chose. Je m’explique.

Lors des missions principales, le joueur a pour mission d’emmener le personnage d’un point A à un point B. Arrivé au point B va s’en suivre un dialogue faisant avancer l’histoire. Dialogue dans lesquels des choix vous seront proposés mais qui n’influeront jamais sur la suite de l’histoire. Il n’y a même pas de mauvais choix. Même lorsque l’on cherche des preuves, le jeu ne nous laisse pas sortir de cette phase de gameplay tant qu’on n’a pas trouvé ce que l’on cherche. Ce qui, quant on ne trouve pas, revient à faire tourner le joystick sur l’écran et attendre de tomber sur ce que l’on cherche.

Pareil lors des moments ou des preuves sont révélées. Le jeu parfois nous propose de choisir entre toutes les preuves que l’on a collectées celle dont on a besoin la maintenant tout de suite. Et bah si on se trompe, rien ne se passe, le jeu nous dit juste « Tu t’es trompé choisis en une autre ». Alors pourquoi pas, c’est même très bien fait et comme je le disais plus haut la mise en scène est géniale, mais honnêtement, je m’attendais à un jeu d’enquête ou on peutse retrouver bloqué si il nous manque quelque chose ou simplement si on se trompe. Une sorte de Ace Attorney mais en 3D/Monde ouvert.

 

Judgment reste un très bon jeu mais qui n’a pas fait ce que j’attendais de lui. Est ce une raison pour lui en vouloir ? NON

 

Voilà ce que je pouvais vous dire sur Project Judge (ce reste le meilleur nom). A+

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
JV (Jeu vidéo)

 

 

 

 

Conseil d'écoute pendant la lecture

 

(en hommage aux ost de Final fantasy dispo sur toutes la majorité des plateformes de streaming de musique)

 

 

 

L’E3 se termine et qui dit fin d’un évènement dit Bilan.

Je ne ferai le bilan des constructeurs ni des éditeurs, savoir qui a gagné ne m’intéresse pas plus que ça, ce que je souhaite vous proposer est au final ce qui moi m’intéresse le plus : LES JEUX.

Beaucoup de jeux ont été annoncés, confirmés ou encore datés. J’ai donc fait une sélection en omettant les jeux non datés, ceux qui arrivent au mois de juin (My Friend Pedro, Judgment) car bah ils arrivent et aussi les Remastered/Portages. Dans un souci de non classement par ordre de préférence, cette sélection sera triée par ordre de sortie.

Mais ne perdons pas plus de temps. Voici ma sélection des jeux qui me font le plus envie et auxquels on pourra jouer avant l’E3 2020 (lui même déjà daté).

 

1 – Gears 5 : 10/09/2019 sur Xbox One et PC (4 jours avant sur le GamePass)

 

Gears ou Gears of War est une série que j’adore, actuellement en train de me refaire les précédents en co-op avec le frangin, j’attends ce nouvel opus avec impatience. Hâte de retrouver les personnages, voir ce que l’histoire nous réserve et hâte de retrouver les copains sur le mode Horde et le nouveau mode escape qui promet de nouveaux dimanches après midi endiablés.

 

 

 

 

2 – Borderlands 3 : 13/09/2019 sur Xbox One, PS4 et PC

 

Borderlands est une série que j’ai découvert sur le tard. Son univers déjanté, sa DA, le Loot à l’infini (= la vie), l’humour, le gameplay varié avec les différentes classes, bref tout me donne envie de mettre la main sur cette suite qui s’annonce en plus bien plus grande que les précédents.

 

 

3 – Ghost Reacon : Breakpoint : 04/10/2019 sur Xbox One, PS4 et PC

 

Tout simplement car c’est la suite spirituelle de Wildlands que j’avais beaucoup aimé en co-op a 4. Pas en solo, en solo c’est l’ennui.

 

 

 

 

4 – Star Wars Jedi : Fallen Order : 15/10/2019 Sur Xbox One, PS4 et PC

 

Parce que Star Wars, parce que jeu solo, parce ce que jeu d’aventure. Même si la présentation lors de l’EA Play était loin d'être parfaite, j’ai envie de laisser sa chance à ce jeu qui, même si il ne restera sûrement pas dans les mémoires comme un grand jeu, se laissera jouer le temps de l’aventure et permettra de patienter avant Star Wars 9 au cinéma.

 

 

Mention pour Luigi’s Mansion 3 prévu pour 2019 sur Switch mais sans plus d’info sur la date.

 

Passons a 2020.

 

5 – Ori and the Will of the Wisps : 11/02/2020 sur Xbox One et PC

 

Lorsque que j'eûs terminé le premier jeu qui était mon premier jeu Xbox One et d’ailleurs mon premier jeu Xbox tout court, j'ai souhaité une suite. La précision du Gameplay, la direction artistique, la musique, tout l’univers, en fait j’aime tout dans le 1er épisode donc cette suite me fait envie comme rarement.

 

 

6 – Gods & Monsters : 25/02/2020 sur Xbox One, PS4 et PC

 

Même si pour l’instant seulement une petite vidéo nous a été montrée, ce jeu de la team qui a réalisé le très chouette AC Odyssey me fait très envie car, bien souvent quand Ubi est sorti du classique AAA, il nous a proposé des jeux géniaux comme Child of Light et Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre. L’univers à l’air sympa, coloré donc wait and see…

 

 

7 – Final Fantasy VII Remake : 06/03/2020 exclusivement sur PS4

 

Que dire mise a part que, moi qui accueillais ce jeu en mode : ouai de toute façon ce sera pas aussi bien que l’original mais je le prendrais sûrement, je peux vous dire aujourd’hui que c’est instant buy, day one, la totale. Je veux jouer à ce jeu. Ce qu’a fait Square est magistral. Tant au niveau graphique que gameplay tout à l’air réfléchi, audacieux, respectueux des joueurs et grandiose. Bref, j’en veux plus.

(Je parlerai plus en détails de ce que je pense de ce FFVII Remake et de la stratégie de Square Enix)

 

 

8 – Cyberpunk 2077 : 03/04/2020 sur Xbox One, PS4 et PC

 

Univers Cyberpunk, RPG, choix persistants, Direction Artistique, Keanu Reeves (You’re Breathtaking) bref, tout sur le papier fait dire que ce jeu sera un très grand jeu. Je n’ai jamais touché à une production CD Projekt RED mais pour l’instant le jeu est vendu. Comme pour beaucoup d’entre nous je pense.

 

 

 

9 – Marvel’s Avengers : 15/05/2020 sur Xbox One, PS4 et PC

 

Fan du MCU, j’avais hâte de voir ce préparaient les équipes d' Eidos et Crystal Dynamic, et même si je n’ai pas sauté au plafond, je n’ai pas non plus été dégoutté. J’attends surtout de voir du Gameplay, mais pour l’instant why not

 

 

Avant de vous laissez, je vous donne juste mes mentions spéciales qui n’étant pas datées, n’entraient pas dans ma sélection (cliquez sur le nom du jeu pour en voir le trailer/gameplay) :

 

 

12 minutes

Deathloop

Fall Guys

NightCall (une date pleaaaaaaaaaaaaaase)

Stronghold: Warlords

Lucifer Within Us

John Wick Hex 

Cris Tales

 

 

Pour conclure, même si cet E3 2019 ne restera pas dans les annales, une bonne année s’annonce encore pour ceux qui aiment tout simplement jouer.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (18)


Signaler
JV (Jeu vidéo)

 

Conseil d'écoute pendant la lecture

Parler d'un jeu indé, il y a quelques années cela aurait été plus simple. Les supports et les outils de développement étaient restreints. Mais il suffit de regarder l’Eshop de la Switch pour se rendre compte qu’aujourd’hui, il en pop des dizaines par semaine. 

J’avais donc prévu de vous parler de Wargroove : tactical en pixel art, digne héritier d’Advance Wars, sur lequel j’ai passé quelques heures à planifier, organiser et développer mes stratégies tour par tour afin de venir à bout des ennemis sur les nombreuses maps que composent le jeu. Malheureusement la difficulté augmentant trop rapidement,  les échecs après avoir passé 1h à 1h30 sur une map sont venus à bout de ma patience et ce malgré un système de gestion des dégâts pris, des dégâts donnés et le total d’or reçu par tour qui peut permettre de vous faciliter la tâche. Une grosse Maj est prévue donc Wait and See.

Je ne savais donc pas quoi faire, vous présenter un jeu que j’ai aimé mais pas terminé, ce qui de fait ne me permet pas de vous donner un avis complet.  Mon intégrité était en jeu (LuL). Et là, tombé du ciel, ou du moins disponible sur l’E-Shop le 28 février 2019, le jeu qui a eu un effet sur moi encore jamais eu auparavant. Ce jeu c’est Ape Out.

Développé par Gabe Cuzzillo, Ape out est un dual stick shooter s’inspirant du Gameplay d’un Hotline Miami. Mais là ou dans Hotline Miami le but était d’executer tous les ennemis d'une zone donnée, ici on incarne un Gorille dont le seul est unique objectif et de s’enfuir, d’un laboratoire, d’un immeuble ou encore d’une base militaire bien sur en exterminant les hommes récalcitrants au passage.

Pour ce faire vous n’aurez que 2 options : repousser les ennemis afin qu’ils s’explosent contre les murs ou un autre ennemi, ou les saisir ce qui vous protégera des tirs et vous permettra à votre tour de tirer quelques balles sur vos adversaires. Adversaires variés qui vont du simple trouffion avec un pistolet au bon gros lance-roquette en passant par le fusil à pompe manié par une brute en armure.

Le jeu se réparti sur 4 Disques de 4 niveaux par face soit 32 niveaux pour le jeu de base. Et bien sur la difficulté est ici bien réelle, frustrante et progressive et le sentiment d’accomplissement à la fin d’une face est réel. La structure faisant en sorte qu’il n’y a pas de coupure entre les niveaux de chaque « face », si bien sur vous survivez. Si jamais ce n’est pas le cas, et croyez-moi vous allez mourir, le jeu vous permet de recommencer quasi immédiatement . Le tout après avoir eu le tracé de votre progression dans le niveau afin de bien rager en voyant que vous avez échoué à 2 pas de la fin.

Graphiquement très épuré, la structure des niveaux est fixe mais procédurale dans son remplissage. Je m’explique entre 2 morts le niveau de change pas de taille mais tous les éléments de décors murs, vitrine, portes et ennemis sont changés. 

Bon tout ça c’est très sympa mais qu’est ce qui fait la différence de ce jeu.

Vous entendez cette batterie endiablée ? (cf. conseil d'écoute)

Si vous ne l’avez pas vu, ce solo vient du final du film Whisplash. Maintenant imaginez ce solo en continu, mais avec des variations, pendant toute votre partie.

L’ost de ce jeu est unique. Unique car elle s’adapte totalement à votre gameplay. A chaque coup reçu ou donné, chaque vitre brisée ou porte explosée le batteur qui va vous tenir compagnie tout le long donnera un coup de tom, de caisse clair ou de cymbale. La rythmique s’adapte donc à tout ce qui se passe, vous accompagnera pendant votre fuite et pourra en fonction du nombre d’ennemis autour de vous et de la rapidité de vos actions s’emballer jusqu’à ressembler à vos propres battements de c½ur face aux situations. Grisant ? Oui, mais pas que.

Elle aura aussi pour effet d’appuyer le fait que vous recommencer en boucle une portion et je vous assure qu’au bout de 20 minutes à refaire et refaire un tableau vous aurez des envie de faire bouffer ses baguettes à Matt Boch, le batteur.

Ape Out est une expérience grisante et unique ou seul votre skill vous permettra d’en venir à bout, que je ne peux que vous conseillez d’y jouer sur Switch ou PC.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Divers (Divers)

 

Conseil d'écoute pendant la lecture 

 

 

Nous sommes le mardi 26 mars 2019, il est 19h30 et je ne reviens toujours pas de la plus grosse annonce qui est parue aujourd’hui. Julien ‘Philippe’ Hubert aka Julo aka JulOld quitte Gameblog 

 

Comme ça, sans prévenir 😉. Après 2 ans de rédac chef, au côté de Traz. 2 années durant lesquelles, excusez-moi du peu, nous avons pu vivre les Gameblog Awards 2017. Une “vraie” cérémonie, dans une salle, La Machine du Moulin Rouge, avec de “vrais” trophées remis aux acteurs de l’industrie.  Et surtout avec nous, les Gamebloggeurs, qui avons eu la chance d’être conviés à y représenter la communauté. Et où j’ai eu l’insigne honneur de remettre le prix du jeu de l’année des lecteurs entourés de tous mes camarades.   

Pour ça : Merci Julo. 

 

 

Ces 2 ans signent aussi l’arrivé du Discord de Gameblog. Quelle riche idée. Désastreuse en termes de productivité pour nous et pour la rédac (coucou Thomas) mais qu’est-ce qu’on s’y sent bien.  

Pour ça : Merci Julo. 

 

 

Et enfin de façon plus personnelle, ces 2 ans ont aussi été pour moi l’occasion le jour de mes 30 ans de présenter aux cotés de Thomas mon Super Retro Prime Turbo. Et ça s’est fait sur une simple question lors d’un Podcast où je demandais “ce serait cool d’inviter les lecteurs à présenter leur jeu lors d‘un SRPT” et sa réponse fut aussi simple : “Et bien vas-y Nathan. Trouve un jeu et on se cale une date pour faire ça.”

Pour ça : Merci Julo 

 

 

Ce sont aussi 12 ans de Gameblog. 12 ans où tu as écrit des milliers d’articles, des centaines de test, participé à des centaines de Podcast, lives en émissions. Te lire, te voir, t’écouter et même te rencontrer m’a permis de ressentir ta bienveillance, ton humilité, ton soutien envers les autres rédacteurs, ton humour et ton auto dérision.  

Pour ça : Merci Julo. 

 

 

Et toutes ces qualités font, selon moi, ce que tu as appelé dans ton message d’au revoir : l’esprit Gameblog. Cet esprit que tu incarnes. Cet esprit qui a créé cette proximité avec nous. Qui fait qu’encore dernièrement lors de la soirée premium vous avez enregistré un super Retro avec les lecteurs présents. Cette proximité qui fait qu’on a passé plusieurs soirées endiablées à naviguer sur Sea of Thieves (meilleur jeu multi de la gen). J’ai hâte qu’on y retourne. Cette proximité qui fait que plusieurs IRL ont été organisé grâce au Discord et qui a permis à plusieurs d’entre nous de passer de très bonnes soirées en votre compagnie. Cet esprit Gameblog qui fait qu’à chaque jour qui passe, j’attends le nouvel article, le nouveau live, la nouvelle émission qui je sais me fera passer un bon moment avec vous. Et ne t’inquiète pas, cet esprit Gameblog  sera toujours là, j’ai toute confiance. 

  

Comme je le l’ai déjà dit, Bravo et Merci pour toutes ces années. Je te souhaite toutes les bonnes choses pour la suite. Que tes projets t’enrichissent et soient passionnants que ce soit professionnellement et humainement.  

 

Je crois qu’au final, la meilleure façon de terminer et de citer ta bio sur le site. 

 

“Il dispose d'un super pouvoir étonnant : on ne peut que l'aimer.”  

 

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
Mes Impressions Ciné (Cinéma)

Ca y est, 21ème film du MCU et avant dernier de la Phase III, Captain Marvel nous est parvenu en ce 06 Mars 2019 pluvieux.  

 

Je dois vous confesser que, n’ayant pas eu ma dose de Marvel depuis bientôt près d’un an, j’étais presque en manque. Carole Danvers a-t-elle réussi à le combler ? Je ne vais pas vous faire languir plus longtemps : la réponse est oui. Allons voir maintenant plus en détail en commençant par l’histoire. 

 

Intelligent dans sa construction grâce au montage, le scénario arrive habillement à nous présenter le personnage principal et les secondaires, les enjeux, l’univers sans passer par les poncifs de l’Origin Story classique en nous plongeant dès le départ dans le quotidien de Vers (nom donné à Carole par les Kree). Le film ne souffre de ce fait d’aucune longueur et même si on passe par l'obligatoire “Comment que c’est qu’elle a eu ses pouvoirs?”, cela nous est présenté sans en faire des caisses en se permettant même quelques twists bien vus et du fan service bien senti. 

Attention, on reste sur du Marvel donc ne vous attendez pas à un scenario d’une profondeur jamais vue. Mais dans la longue liste des films devant présenter un nouveau personnage, il s’en sort haut la main.   

 

Pour ce qui est de la réalisation rien de bien fou fou, on reste sur du classique, on pourra regretter un combat peu lisible au début mais le reste fonctionne bien. Seule grosse critique que je pourrais formuler, c’est une certaine overdose de FX sur la fin. On félicitera quand même la volonté de retranscrire les années 90 par les décors, les objets utilisés,...  

 

Point très important pour moi, la musique est malheureusement en retrait. Elle n’est là que pour accompagner l’action et je serais tout bonnement incapable de vous sortir rien que le thème principal. Seules resteront les musiques choisies pour représenter les années 90 avec par exemple un "Come As You Are" qui fait toujours plaisir. 

 

Concernant les acteurs, Brie Larson bien présente nous offre une Carole Danvers crédible et à fort potentiel pour la suite face à son compère de Skull Island Samuel J. Jackson qui a l’air de toujours s’amuser dans son rôle de Fury. Leurs échanges fonctionnent bien et l’humour qui en découle fait quasiment mouche à chaque fois. Quant à Jude Law, qui prend la place du guest dans cet opus, il arrive à être très convaincant dans son rôle de mentor/ami. Merci d’ailleurs aux scénaristes de nous avoir évité la sempiternelle romance.  

Le meilleur personnage étant selon moi Goose. 

  

Pour résumer, ce Captain Marvel fait grandement le job. Il arrive à divertir et bien entendu hype encore plus pour ce qui va être déterminant pour la suite du MCU, j’ai nommé Avengers : EndGame. 

 
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Mes Impressions Ciné (Cinéma)

Bien le bonjour,

En ce samedi pluvieux, n'étant pas allé au cinéma dernièrement par manque de temps, j'ai souhaité vous proposer en guise de démarrage de la saison ciné 2019 les 10 des films que j'attends le plus. Un Top? Vraiment? Paye ton originalité.

Ce ne sera pas un Top mais plûtot une liste classée par date de sortie

Bon le mois de Janvier étant déjà bien entamé, je vais attaquer tout de suite avec le mois de Février.

 Dragon 3 : Le monde Caché 06/02/2019

C'est un des films que j'attends le plus. Car c'est un des rares qui, dans ses deux premiers volets, a réussi a me faire rire et pleurer. On voudrait tous avoir un Krokmou à nous. Une animation aux petits oignons, des personnages développés et attachants. Une VF de très très bonne qualité (coucou Donald Reignoux). Bref les 2 premiers étaient un régal. J'espère que cette conclusion sera à la hauteur.

Alita Battle Angel 13/02/2019

Parce que Robert Rodriguez. Parce que Gunnm. Parce que malgrè les catastrophes qu'on a pu avoir en terme d'adaptation de Manga en prise de vue réelle, je veux croire qu'on est capable d'adapter un univers en respectant le matériau de base. 

La Grande Aventure Lego 2 20/02/2019

Tout simplement car j'avais adoré le 1er. Il y avait des vrais idées de mises en scène, de narration et une réelle double lecture que l'on soit un enfant ou un adulte. Et pourtant, j'ai jamais aimé jouer aux Lego. Le seul point d'interogation sur ce film est qu'il ne sera pas réalisé par Lord & Miller qui avaient fait un travail remarquable.

Captain Marvel 06/03/2019

Oui j'aime les films Marvel. Et je l'assume. Même si ils sont de qualité inégale. Infinity War a été une vraie claque quand a la capacité de Marvel/Disney à créer une saga qui a reussi à rester cohérente (plus ou moins) en de 10 ans. Et il y a Brie Larson donc autant vous dire que c'était vendu d'avance.

Avengers : Endgame 04/04/2019

Honnêtement, entre la qualité d'Infinity War qui fait que j'en suis à 5 visionnages et ce trailer vous n'avez vraiment pas envie d'aller le voir?

Pokemon : Detective Pikachu 08/05/2019

J'ai laché la licence Pokemon après les versions Or et Argent. Lors de l'annonce de ce film j'étais en mode OSEF. Mais depuis que j'ai vu le trailer, toute la nostalgie de cet univers m'est revenu et pleine poire. Franchement, il est pas trop mignon. Je sais pas si c'est le doublage de Ryan Reynolds qui me donne cette impression mais je crois qu'il y a en plus un vrai potentiel comique.

John Wick 3 : Parabellum 22/05/2019

 

Pour la générosité des deux premiers. Car Keanu Reeves est vraiement bon dans cet exercice et malgrè l'insignifiance du scénario, ils ont réussi à créer un Lore autour de cette trilogie qui me plait beaucoup. Ha et il y a Halle Berry donc...

Le Roi Lion 17/07/2019

 

A moins d'être complétement parfaitement au dessin annimé de 1994 tout dans ce projet donne envie

Once Upon a Time in Holliwood 14/08/2019

 Un Tarantino c'est suffisament rare pour qu'on s'y interesse. Et j'ai hâte de voir ce qu'il va faire avec ce casting de folie (DiCaprio, Pitt, Robbie, Pacino, Hirsch, Russel, Roth, Madsen, ...). 

Star Wars 9 18/12/2019


Et oui, je fais parti de ceux qui ont adoré le 8. Et qui de ce fait est devenu, aux yeux de ceux qui s'autoproclament "vrais fans", un hérétique. Ici n'est pas le bon endroit pour vous dire pourquoi je l'ai aimé. Juste oui j'attend de voir le 9. Disney étant très silencieux pour l'instant j'espère en voir plus très vite mais j'imagine qu'ils attendent qu'Avengers soit passé pour laché la sauce.

BONUS 2020

Alors que 2019 vient a peine de commencer, 2020 est en train de me hyper encore bien plus que cette année. Pourquoi? Car 3 films ont été annoncés/teasés et ces 3 films me font bien plus envie que la liste que je viens de vous faire. Voilà ces 3 films : 

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler
Kingdom Hearts (Jeu vidéo)

Conseil d'écoute pendant la lecture

Guillemets1
Depuis peu, je fais des rêves étranges. Mais je me demande s'ils sont réels...
Guillemets2

 

“ Où suis-je ? Quel est cet endroit ? Tout est si sombre.   

 

Sora essaya d’avancer. Au moment où il fit un pas, une lumière intense, mais pas aveuglante, jailli de sous ses pieds. Le sol se découvrit au fur et à mesure que le voile obscur s’effeuilla. Alors que les fragments d’obscurité s’envolèrent, se transformant en colombes, un vitrail circulaire apparu représentant une jeune femme, brune, vêtue d’une robe bleue et jaune, mangeant une pomme, entourée de 7 visages d’homme portant un bonnet et une barbe, excepté un.  

 

 Suis-je en train de rêver ?  se dit Sora. 

Le jeune garçon s’avança sur ce qui semblait être une plateforme délimitée par l’obscurité. Cet espace semblait hors du temps, Sora ne sentait pas en danger. La chaleur qui émanait du vitrail était réconfortante. Malgré tout, il sentit une présence. 

 

“ Il y a tant à faire… et si peu de temps.  entendit-il. Cette voix semblait venir de l’intérieur de lui. 

“ Mais ne te presse pas. N’ai pas peur.  

 La porte est toujours fermée.  continua la voix  

 Maintenant, avance. Viens par ici.  

 

Sora obéit et s’avança vers le centre du vitrail. A ce moment, des sortes de socle sortirent du vitrail encerclant Sora. Sur chacun se trouvait un objet : une épée, un bouclier et une baguette. Ces trois objets arboraient tous les mêmes symboles :  

 

 Le pouvoir est en toi. Si tu lui donne forme… Il te donnera la force. Choisis bien. . Tout en écoutant la voix toujours énigmatique, Sora s’approcha de l’épée, l’objet qui l’attirait le plus, et la saisit.  

 Le pouvoir du guerrier : Un courage invincible. Une épée à la puissance destructrice.  lui dit la voix 

 Est-ce bien le pouvoir que tu recherches ?  

Sora ne savait pas ce que tout ça voulait dire. Mais si la question était : est ce qu’il voulait avoir l’épée, la réponse était : OUI.  

 Qu’il est soit ainsi  au moment où il entendit ces mots l’épée disparue dans un flash de lumière. La voix repris :  

 Qu’abandonnes-tu en échange ?  

 

Sora était perdu, mais décida de continuer à écouter la voix. Il s’approcha du bouclier. Comme il s’y attendais, au moment où il le prit en main, la voix lui dit :  

 Le pouvoir du gardien : L’esprit de protection. Un bouclier pour tout repousser.  

-  Tu renonces à ce pouvoir ?   

 

Sora ne savait pas ce que ça impliquerait mais il savait que depuis qu’il avait dit oui pour l’épée il se sentait plus courageux et plus fort. Il se dit que renoncer au bouclier lui ferait baisser ses défenses.  

 “ Oui “ se dit-il. Après tout qu’est-ce qu’il risquait ? De se réveiller ?  

 

Comme pour l’épée, le bouclier disparu dans un flash de lumière. Sora sentit le sol trembler. Les socles s’engouffrèrent dans le vitrail comme s’ils étaient aspirés. Le vitrail lui-même, telle une vague, commença à se briser de l’extérieur vers l’intérieur et Sora fini par sombrer vers les ténèbres. 

 

Sora ne se sentait pas chuter, il glissait vers les tréfonds de ce monde obscur. 

Après quelques minutes, il aperçu au loin une lueur violette qui, au fur et à mesure qu’il s’en approchait, se révéla être un autre vitrail. Celui-ci représentait une autre jeune femme celle-ci encerclé non pas par des visages d’hommes mais par des représentations d’un couple qui danse et d’une image d’une pantoufle de verre. 

 

Sora qui arrivait la tête la première n’eut aucun mal à se retourné et se posa tout doucement sur ce nouveau vitrail. Il ne savait pas à quoi s’attendre et n’attendait qu’une chose : que la voix revienne à lui.  

Il n’eut pas à attendre pendant longtemps. 

 

Dans un nouveau flash de lumière, l’épée qu’il avait choisie apparue dans sa main droite et il entendit ces mots :  

- “ Tu as acquis le pouvoir de combattre. Tu devras te battre très souvent, contre ceux qui convoitent ton pouvoir.  

Sora ne comprenait toujours pas ce que tout cela voulait dire. Mais alors que les mots résonnaient dans son esprit, il vit des créatures sortir du sol. Qu’étaient-elles ? Elles ressemblaient à des ombres, pas plus hautes que des enfants, de grands yeux jaunes et deux antennes sur le sommet de leurs têtes.  

 

Les créatures encerclèrent le jeune garçon et l’une d’elle attaqua. Le coup le sonna. Après avoir repris ses esprits, il saisit son épée de ses deux mains et riposta. Les mouvements des ennemis étaient difficiles à suivre. Ils sautaient dans tous les sens, ils arrivaient même à se fondre dans le vitrail pour passer sous Sora et réapparaitre derrière lui. Sora n’avait jamais réellement combattu mais il se souvenait des séances d’échanges à l’épée en bois avec Tidus sur la plage, ou tous ces amis l’attendaient sûrement. Du moins c’est ce qu’il espérait.  

Sora remarqua qu’à chaque fois qu’il arrivait à bout d’un ennemi il ne tombait pas au sol mais son corps disparaissait, tout simplement.  

 

Après plusieurs minutes, les créatures restantes disparurent dans le vitrail. Les petites sombres qu’elles laissèrent à la surface s’agrandirent pour se rejoindre et très vite tout le vitrail fut recouvert. Sora se sentit aspirer au travers. Il tenta en vain de s’agripper à quelque chose, n’importe quoi, mais il finit par lui aussi disparaitre englouti dans cette ombre.  

Sora essaya de se débattre, de lutter contre cette ombre qu’il sentait, l’attirait de plus en plus profond. Il pensa à ses amis son île qui devaient se demander où il était. Il se promis qu’il ferait tout pour retourner sur la plage et reprendre la construction du radeau avec Riku et Kaïri. Leur projet de partir à l’exploration des différents mondes allait bientôt voir le jour. Allaient ils finir le radeau sans lui ? Allaient ils partir sans lui ? Il se refusa à y penser et redoubla de vigueur pour essayer de s'extraire des ténèbres. 

 

L’obscurité s’estompa. Sora se rendit compte qu’il était allongé. Il reprit sa respiration et regarda autour de lui. Il se trouvait sur un nouveau vitrail. Cette fois ci à dominante rouge il n’y avait pas jeune femme représentée. 

Une porte trônait au centre, il essaya de l’ouvrir avec succès. Une lumière blanche aveuglante en sortit. Il avança et en traversa le pas.  

 

La lumière finie par s’atténuer, il regarda autour de lui. Il était de retour sur son île. Devant lui il reconnut la jeune Selfie, habillée d’une robe jaune et avec des couettes et derrière lui il vit Tidus et Wakka 

 

 “Patience. La porte de na va pas s’ouvrir tout de suite. 

D’abord, dis m’en plus à ton sujet.” lui dit la voix. 

Il ne savait pas quoi répondre à ça. Il alla voir Wakka pour lui demander s’il entendait cette voix, s’il était parti depuis longtemps.  

Wakka lui posa juste une question :  

- “C’est quoi ton rêve ?”  

Sora ne comprit pas pourquoi son ami lui posait cette question. Il essaya à son tour de lui en poser mais aucune réponse mais la seule chose que lui répondait Wakka était cette question :  

 “C’est quoi ton rêve ?  

Sora se mis à réfléchir à la question. Quel était son rêve ? Devenir fort ? Faire le tour du monde ? Voir des choses rares ? Oui c’était ça voir des choses rares. C’est ce qu’il dit à Wakka. Il n’obtint aucun retour du joueur de Blitzball si ce n’est que Wakka jongla avec sa balle. 

 

Il alla donc voir Tidus. Il essaya aussi de lui demander ce qu’il s’était passé. S’il s’était rendu compte de son absence. La seule réponse qu’il eut fut :   

- “ T’as peur de quoi ? ”  

Sora ne comprenait ce qu’avait ses amis. Il était  mais sans l’être et était indifférent à ses questions. Il décida de lui répondre.  

- “J’ai peur d’hésiter” lui dit-il.  

Toujours aucun retour. Il alla donc la dernière personne présente : Selfie.

 

Elle lui posa elle aussi une question :  

- “Qu’est ce qui compte le plus pour toi ?”  

Sans hésiter Sora lui répondit :  

- “L’amitié”.  

C’était effectivement pour lui le plus important à ses yeux. La seule chose qui vaille le coup de se battre : Ses amis. Il se demandait d’ailleurs où étaient ses meilleurs amis, Riku et Kaïri. Etaient-ils parti sans lui ?  

 

La voix revient à lui :  

- “Tu veux voir des choses rares. Tu as peur d’être indécis. Tu recherches l’amitié. 

 “Ton voyage débutera à midi. Tu avanceras à un rythme constant jusqu’à son terme. Le jour où tu ouvriras la porte est à la fois lointain et proche. “  

Sora ne comprenait toujours pas ce que la voix disait et encore moins ce qu’elle lui voulait. Une nouvelle fois une lumière très intense aveugla Sora.  

 

Il se retrouva une fois de plus entouré d’obscurité et débout sur un nouveau vitrail. Celui-ci retrouva en son centre une jeune femme, blonde et des sortes de ronces l’entouraient. Elle semblait endormie.  

Ni la voix ni des créatures firent leur apparition. A la place, des marches apparurent, de l’autre côté du vitrail, elles semblaient se diriger vers un autre. Sora décida d’aller voir.  

 

Ce nouveau vitrail représentait une fois de plus une jeune femme, brune, qui portait une robe magnifique robe jaune.  

 Plus tu approches de la lumière plus ton ombre grandi.  entendit Sora 

A ces mots, il se retourna et vu qu’effectivement son ombre grandissait. Elle finit par se détacher de son corps et, à l’instar les créatures qu’il avait croisées, elle sortit du vitrail. 

Sora n’était pas rassuré. La voix lui dit :  

- “Mais n’aie pas peur.”  

 

Son ombre commença à grandir et grandir jusqu’à faire au moins 10 mètres. Elle ne ressemblait plus du tout au jeune garçon. Elle avait des yeux jaunes des doigts étrangement long par rapport à sa taille, et à la place son torse un grand espace vide ayant la forme d’un c½ur.  

Sora apeuré se mit à courir dans le sens opposé au monstre, mais il se retrouva vite au bord du vitrail. Il failli perdre l’équilibre. Il se retourna et l’ombre lui fit face. Il sut qu’il n’aurait pas d’autre choix que de se battre. Mais comment faire sans arme ? A cette pensée son épée apparu dans sa main. Sora ne savait toujours pas comment venir à bout de cette ombre gigantesque mais au moins il n’était pas désarmé. 

 

Le monstre commença à avancer sa main près du sol. Sora ne réfléchit pas et il attaqua. L’ombre semblait insensible à ses coups. Elle enfonça sa main dans le vitrail et une ombre commença à s’entendre sur le sol et des petites créatures, comme celle que Sora avait vu auparavant, sortirent du sol et l’attaquèrent. Il décida que tant que la main de l’ombre était accessible il continuerait à l’attaquer. Il enchaina les coups, alors que les petites ombres essayaient de lui assener des attaques, jusqu’à que l’ombre sortit la main du sol. Il pouvait alors s’occuper des petites créatures. Il sentait qui se battait de mieux en mieux.  

 

Alors que le monstre refit passer sa main au travers du vitrail, des petites créatures en sortait, et il répétât l’opération encore et encore et semblait toujours insensible aux attaques. Sora su ce que le combat serait endurant, mais il tint. Il essaya de se vider l’esprit et instinctivement fit tournoyer son épée dans tous les sens. Comme si au fond de lui il avait toujours su manier l’arme. Le monstre une fois de plus mis sa main dans le sol. Il enchaina plusieurs coups à son ennemi qui d’un coup sorti sa main du sol et eu un mouvement de recul. Sora fit un saut en arrière et se prépara à réattaquer.  

 

Tout à coup, son épée disparût. Le monstre cette fois attaqua directement le jeune garçon qui fit un saut en arrière pour esquiver. Ereinté, sans plus aucune force, il tomba au sol. Ne savant plus quoi faire. Il se savait vaincu. 

Il vit alors une tache d’ombre sous lui qui se mit à l’étreindre. A ce moment-là la voix repris :  

 “ N’aie pas peur. Tu détiens la plus puissante des armes. ” 

L’ombre recouvrit de plus en plus le corps de Sora, il voyait en même temps le monstre près à l’attaquer. Il était perdu. Il se sentait partir. Il repensa une dernière fois à son île et ses amis.  

RikuKaïri, ne m’oubliez pas.” ce dit-il 

Partez à la découverte des autres mondes” 

Sora était épuisé d’avoir tant combattu et lutter se laissa porter par l’ombre et ferma les yeux. La voix revint une dernière fois à lui :

  

Et n’oublie pas... C’est toi qui ouvriras la porte.” 

 

*************

 

Ceci est un essai. N'hésitez pas à me dire ce que vous pensez dans les commentaires que ce soit sur la forme, sur l'intérêt que vous pourriez porter à la suite et toutes autres remarques constructives.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
JV (Jeu vidéo)

Bon, il y a une semaine je vous faisais tout un texte ou je vous disais "Oui heu je vais pas me disperser sur plusieurs trucs pour ensuite les abandonner " et bah voila aujourd'hui je vais vous proposer un truc pas prévu mais qui m'est venu hier soir à l'occasion de l'enregistrement d'un podcast avec les copains (que vous pouvez retrouver ici).

Conseil d'écoute pendant la lecture

Dieu sait qu’on a été gâté en cette fin d’année 2018. 11-11 : Memories Retold par sa DA, sa musique et son propos, Return on the Obra Dinn par sa narration et comment les mécaniques sont à son service, Monster Boy et le Royaume Maudit pour son gameplay, son côté jeux rétro mais avec une technique de 2018.

Mais en ces temps de pluie et de nuages, l’hiver se faisant de plus en plus présent j’ai envie de vous parler d’un rêve que j’ai fais. Ce rêve se nomme : Gris.

Pourquoi Gris ? Car Gris n’est pas un jeu. Gris est un voyage onirique dans les méandres du subconscient d’une personne en souffrance. Pourquoi elle souffre, je vous laisse le découvrir.

Gris ne se joue pas, il se ressent.

Quasiment tout les sens sont mis a contribution, la vue, par sa direction artistique d’une finesse rarement égalée, qui évolue au fur et à mesure que le rêve s’intensifie grâce aux couleurs. L’ouïe, par l’orchestration et les ch½urs qui nous accompagnent tout au long de ce périple.

Et en parlant de c½ur, c’est lui qui sera le plus mis a l’épreuve. Attention Gris n’est pas une expérience dépressive, il m’est même arrivée de sourire alors que je rencontrais un ami qui m’a aidé, le temps d’un instant, à avancer. Gris représente le parcours inévitable mais nécessaire de quelqu’un qui a vécu un jour un traumatisme. Non je ne vous parlerai pas du propos de fond de Gris. Car même si la narration ne laisse aucun doute au pourquoi de ce rêve, la ou Gris est juste, c’est que ce qui en émane pourra parler à toute personne qui à une fois dans sa vie a vécu la douleur.

Jouez à Gris, non, vivez Gris. Car il vous rappelle que même dans des moments de profonde solitude et de souffrances au bout il y aura toujours de la lumière. 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Divers (Divers)

Salut à toutes et à tous. Et oui je suis de retour (personne n'avait reclamé). Si on ne prend pas en compte les Krevawards 2018 mon dernier article date du 08 mars 2017. Ça fait un moment. J’ai pas mal réfléchi à comment et surtout avec quoi relancer ce blog. Je vais donc vous proposer un contenu qui reprend ce que je faisais avant et des choses nouvelles.

Je vais donc continuer les reviews ciné. Ça reste quelque chose que j’aime faire. Par contre contrairement à avant où je ne faisais qu’un « simple » j’aime/j’aime pô je vais essayer de prendre un axe d’analyse en fonction du film  et vous donner mon ressenti par rapport à cet axe.

Quant aux nouvelles choses, je vais y aller au fur et à mesure. Ça ne sert à rien de lancer 45 trucs en même temps si c’est pour les abandonner au fur et à mesure car le temps ne le permet pas.

Le premier nouveau contenu que je vais donc vous proposer, sans trop vous en dire, est en lien direct avec le nom de ce blog « Listen To My Story ». Ce seront des articles/récits sur la durée que l’on pourrait qualifié d’épisodique que j’essaierai de publier de façon régulière.

Je planche aussi sur quelque chose sur la musique. 2018 nous a proposé certaines des meilleures OST ever et je trouve qu’on en parle pas assez.

Voilà vous savez tout. En espérant que tout ça vous donne envie, je vous fais confiance pour me faire vos retour.

La bise 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Listen To My Story

Édito

Le blog d'un passionné de jeux vidéo (bien-sûr), de cinéma, de séries et de lecture. Membre de la communauté depuis 2010 je vais essayer de vous partager ici mon sentiment sur ce à quoi je joue, je vois et je lis.

@NathanGouzien

Archives

Favoris