Le Blog de Nakano

Par Nakano Blog créé le 26/02/11 Mis à jour le 17/09/12 à 22h36

Le blog d'un gentil journaliste pigiste qui officiait dans la section jeux vidéo de Génération-NT.com, un site concurrent (gentil aussi). Ah mais il en faut hein.

http://twitter.com/#!/gaelbrulin

Ajouter aux favoris
Signaler

Bonsoir à tous ! Passons rapidement sur mon actualité professionnelle personnelle (la fin de mon activité sur VincentAbry.com, mes débuts sur Web & Tech, mon dernier mois sur Japan Vibes, ma contribution sporadique à So What?) pour vous faire part d'un projet auquel je participe avec quelques amis.

Alors voilà. Il s'agit d'un projet concernant l'élaboration d'un jeu vidéo, ou plutôt, d'une démo. En effet, mieux vaut voir relativement petit pour l'équipe étant donné qu'elle n'a encore jamais développé un titre, même amateur. Mais cette aventure est on ne peut plus sérieuse.

Il faut toutefois bien l'avouer, notre team manque de mains expertes et agiles, en particulier au niveau de la modélisation 3D. C'est là que vous intervenez et celles et ceux qui touchent leur bille dans ce domaine sont vivement invitées à me contacter. Nous avons pris contact avec plusieurs artistes pour le design de cette démo, et espérons pouvoir continuer à collaborer ensemble. Mais s'il s'avérait que cela ne soit possible, je m'adresserais de nouveau à la communauté Gameblog pour, je l'espère, récolter le soutien de quelques talents dans le domaine du design (personnages et environnements).

 

Voilà à quoi le jeu ressemble pour le moment. Le perso principal, dans sa forme définitive, n'aura rien d'un chien jaune. On prie pour en tout cas.

Et puisqu'il faut donner envie aux éventuels volontaires, cette démo vous mettra (dans le meilleur des cas) aux commandes d'un personnage qui devra éradiquer un virus ayant altéré le programme même du jeu dans lequel il se trouve. Le gameplay de ce titre, basé autour des contraintes liées à ce virus, sera sa principale particularité, et nous allons prochainement commencer à travailler dessus afin de voir ce qui peut être fait et ce qui pourra ne pas l'être. Davantage de détails pourront évidemment être fournis aux intéressés (comme le nom du jeu se dissimulant derrière les initiales T.B.).

Notre envie de recruter sans trop tarder les membres dont nous avons besoin est motivée par le fait que nous voulons avancer aussi vite et bien que possible. Et en tant que bons débutants, nous souhaitons ne pas perdre de temps sur les points sur lesquels nous butons. Ah, et il s'agira d'un jeu d'action/réflexion au passage.

S'il était besoin de le préciser, ce poste n'offre aucune rémunération, sinon le plaisir de prendre part au développement d'un titre un minimum ambitieux, même si réalisé par de totaux débutants. Ne veuillez donc postuler seulement si vous êtes en mesure d'être régulièrement disponible et de témoigner de beaucoup de patience dans l'avancement du développement. Et si vous estimez que je n'en ai décidément pas assez dit, je ferai de mon mieux pour vous renseigner autant que possible sur ce projet dans mes prochains messages.

Merci de m'avoir lu et à bientôt !

Gaël

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Un soundalike qui va me permettre de mettre en lumière deux excellents morceaux, et c'est vraiment génial car l'envie de partager est un peu (beaucoup ?) le moteur de cette section de Gameblog. La première musique, "Good Morning, New Day", est signée Shoji Meguro et apparaît dans le puzzle game sexy Catherine que nous n'allons pas tarder à voir débarquer en Europe. La seconde est une chanson de Michelle Shaprow, "Always Belong To You", une artiste qui gagnerait réellement à être davantage connue car son premier album (Purple Skies disponible sur iTunes) témoigne d'une éclatante personnalité et d'un sentiment de sérénité se dégagant de chacun de ses titres. Et en ces temps où les scènes d'autopsie pullulent sur nos écrans de télévision sitôt la vingt-et-unième heure sonnée, je ne saurais que trop vous recommander d'en toucher un mot ou deux à vos paires d'oreilles.

Pour en revenir rapidement au principe des Soundalike (à titre de rappel, #1 et #2), il s'agit de "confronter" à titre amical deux morceaux partageant des similitudes musicales. Ici, c'est une histoire d'accords qui liera ce couple pour l'éternité.

Quelle paire de jambes !


Quelle basse !

Voir aussi

Jeux : 
Catherine
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Après le Soundalike première édition qui avait fait s'affronter Final Fantasy VI et Poetic Lover, voici deux nouveaux morceaux partageant une étrange ressemblance. D'un côté, le thème Moonlit City Roa de Legend of Mana, composé par Yoko Shimomura (1999), et de l'autre China Love de Janet Jackson (2001). La différence (ou plutôt le contraire) se fait dès les premières secondes, avec une tonalité cependant plus élevée pour China Love (qu'on n'hésite pas à m'éclairer sur le sample utilisé). Dans tous les cas, ce sont plusieurs minutes d'une qualité musicale certaine qui vous attendent.

 

Voir aussi

Jeux : 
Legend of Mana
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Me revoici et, me revoilà surtout. Prêt à vous offrir quelques morceaux de ma composition parmi ceux présents sur mon compte SoundCloud. Rassurez-vous, rien d'agressif, rien que douceur, tranquilité et un million de cieux bleus.

 

Fallen Night (2007)

 

 

Untold love (epiano) (2004)

 

School Days (2005)

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

     
Signaler

La forêt aux fruits maudits

Le monde ne serait ce qu'il est aujourd'hui sans toutes ces croyances dont sont friands les hommes. De plus ou moins grande importance, elles régissent en silence, parfois même avec fracas, la vie de multiples êtres et populations, quand bien même leur origine ne reposerait sur rien de solide. Elles doivent être, ne serait-ce que pour que la vie de tous ces gens ait un sens, quand le rationnel et le concret n'arrivent plus à les contenter. Ne leur demandez pas de se remettre en question, ils ne sauraient que se répéter à eux-mêmes qu'ils ont raison, tout en fronçant les sourcils comme pour mieux se persuader de leurs chimères.

La légende de ce village reculé semble faire partie de ces croyances qui n'existent que pour rassurer les esprits faibles et en mal de repères. On y dit qu'à l'une des sorties du village, en suivant un sentier escarpé et interminable, on finit par pénétrer dans une lugubre forêt dont les arbres feuillus dissimulent habilement les atrocités qui y sont commises, et que les fruits suspendus à ces complices involontaires contiennent un pouvoir magique.

C'est ce qui se dit. Personne n'est jamais parti pour cette forêt pour en revenir et raconter son histoire. Qu'importe. Ces murmures invérifiables sont bien suffisants pour mettre le village en perpétuelle effervescence. Pour lui donner vie.

Kaim a conscience que sa mission peut très bien reposer sur du folklore, et rien de plus. « Celle qui vous broie en menus morceaux et vous recrache d'un bloc si vous osez vous y aventurer »  a toutefois été une motivation suffisante pour qu'il accepte de remplir l'objectif de s'y rendre et d'y survivre. Son statut d'immortel, ignoré par ses supérieurs, l'a amené à demander expressément de faire cavalier seul dans cette entreprise, au grand étonnement général. Car si lui parviendrait sans aucun mal à échapper au champ de vision de la mort qui habite ce lieu supposé macabre, il n'en serait pas de même pour les compagnons qu'il aurait pu avoir, et qui se seraient assurément trouvés en pleine ligne de mire de la faucheuse sylvestre. Même si chacun est évidemment responsable de ses actes, pour le coup, Kaim a choisi de protéger et de prévenir plutôt que de regretter et de laisser venir.

 

Mais il s'en veut. Il sait aussi très bien que quel que soit le danger qui l'attend, il y fera face avec la force, la confiance et la sérénité qui le caractérisent. Mais quelle gloire pourrait tirer Kaim de cette victoire, alors qu'il n'a pris aucun risque en s'engageant dans cette aventure ? Il n'a rien à y gagner, au contraire de ces quelques soldats qui s'étaient portés volontaires pour l'assister. En plongeant brièvement son regard dans tous ceux qui le fixaient, tantôt fougueux et inexpérimentés, tantôt courageux et fragiles, il a très vite compris que si ces hommes le suivaient, ils périraient les uns après les autres. Peut-être tous d'un coup.

 


 

Plus il s'enfonçait dans cette forêt, et plus Kaim sentait la sueur recouvrir son corps. Ce n'était pas la peur qui avait provoqué cette transpiration, mais bien la lourde moiteur ambiante, mêlée à une pestilentielle et prévisible odeur de sang. Cette traversée était éprouvante à plus d'un titre et pourtant, à aucun moment Kaim n'a levé la tête pour récupérer ne serait-ce qu'un de ces fruits magiques. Parce qu'il a déjà son idée sur leur effet.

Ils suintent la mort.

Sous quasiment chaque fruit, on pouvait compter au moins un cadavre. Kaim ne croit pas aux coïncidences, tout comme il ne croit pas qu'il soit venu seul. Tant de corps inertes et encore chauds, il est impossible que ce cimetière improvisé ne soit pas en partie composé de fous inconscients. Le parfait profil d'un soldat qui serait allé contre la décision de Kaim pour le rejoindre. Son intuition ainsi que son ouïe ne l'ont pas trompé : des essoufflements se font entendre au loin. Ceux d'un homme qui deviendra, dans quelques pas, une possible charge pour Kaim. Après une profonde respiration, celui-ci reprend sa route d'un pas plus affirmé et sans se retourner. Il espère qu'ainsi, il découragera son poursuivant, lequel ne semble cependant pas déterminé à abandonner, à en croire le volume de son avancée qui ne baisse pas d'un iota aux oreilles de Kaim.

                « Kaim ! »

Cet appel ne se répéta pas. D'abord surpris par cet unique cri, Kaim jugea ensuite que cet homme, jeune d'après sa voix, était sûr de lui et avait du cran à revendre. Sans doute s'était-il résigné à mourir avant même son départ, en s'ôtant aussi de l'esprit la crainte de disparaître de ce monde. Mais ce n'est que lorsque Kaim le vit à son niveau qu'il constata que cet adolescent avait perdu l'usage d'un bras. L'étoffe de sa veste n'arrivait même plus à dissimuler la moisissure ayant paralysé et détruit son membre. Kaim réprima un sourire intérieur compatissant.

 

Il n'avait peut-être plus peur de la mort, mais cela ne l'avait pas empêché d'être atteint par sa marque. La vaillance ne vaut que si elle s'accompagne d'une redoutable vigilance, et ce garçon illustrait à merveille le manquement à cette recommandation. Il était certes encore débout, mais seul un miracle pourrait désormais le ramener en vie au village.

Le regard baissé et le sourire gêné, l'individu se présenta :

               « Je m'appelle Rafil, et je sais ce que vous pouvez penser. J'ai été idiot de venir alors qu'on me l'avait interdit. J'ai été idiot de croire que je pourrais m'en sortir ici. Mais, je vous le demande, si ma vie doit se finir à cet endroit, alors n'y changez rien s'il vous plaît. »

 

Kaim ne répondit rien, mettant son interlocuteur en confiance. Croire fort en quelque chose n'amène pas forcément au dénouement voulu, mais cette foi tire sa force et témoigne d'une envie à aller au bout d'un cheminement, à toucher du doigt un but, à se prouver sa valeur tant qu'on respire. Pour tout cela, c'est une nécessité en de très nombreux cas.

Kaim ne pourra jamais penser de cette façon. Sa vie n'étant pas destinée à se terminer, il n'éprouve pas le besoin d'accomplissement cher à tout mortel. C'est pourquoi il accepte les mots de Rafil sans y apporter la moindre objection. Ce garçon d'un âge où l'on se pense plus fort que tout s'était déjà affranchi de l'inquiétude de l'impuissance face au danger. Un fruit maléfique avait commencé à le dévorer, et il ne semblait plus s'en préoccuper. S'il ne se sentait pas davantage rassuré par sa présence à ses côtés, Kaim éprouvait cependant comme un sentiment de légère fierté à côtoyer quelqu'un de la trempe de Rafil.

 

C'est alors qu'au loin, ils virent un homme entre deux âges. Ses jambes avaient visiblement été touchées par le jus des fruits, et ce n'est qu'en se rapprochant de lui que les yeux de Rafil s'en détournèrent.

Petit à petit, la terre et les racines commençaient à fusionner avec les jambes nues et immobilisées du malheureux, comme si la nature considérait désormais que la partie inférieure de ce corps était décédée. Même les insectes grouillants avaient débuté leur migration vers ce nouveau refuge, et ce sans afficher la moindre honte. On n'arrivait pas à savoir si cette âme en peine ignorait son état, toujours est-il qu'elle ne quittait pas des yeux le fruit juste au-dessus d'elle, essayant de l'attraper avec son bras droit par des mouvements machinaux et incessants, voués à l'échec avant même qu'ils ne débutent. Cet homme n'estimait plus ses chances de réussite et c'en était pathétique. Kaim remarqua des traces imprimées au sol, juste derrière l'individu. De lourdes traces de semelles de chaussures.

Il avait dû sentir la paralysie s'emparer de lui et tenté des sauts désespérés pour parvenir à ses fins.

 

                « Qu'attendons-nous pour aller l'aider ? »

Par cette interrogation forte adéquate et gorgée de bonnes intentions, Rafil venait de tirer Kaim de sa réflexion de quelques minutes. A la différence de tous ses congénères, ce fruit était sec et ne portait apparemment aucun maléfice. Bien sûr, cette supputation ne garantissait pas son inoffensivité. L'invitation de Rafil consistait uniquement à le remettre à cet homme, car il serait maintenant vain de songer à un quelconque sauvetage de ce dernier. Un signal de Kaim et Rafil était parti pour mettre un terme au calvaire auquel il était en train d'assister.

Mais ce signal ne vint pas. Les efforts de cet homme étaient bien trop précieux pour les réduire en poussière en quelques secondes.

                 « Si nous nous y employions, ce serait comme si nous effacions les traces de sa lutte inscrites dans la terre. C'est tout ce qui lui reste. »

Même s'il faisait mine d'avoir instantanément compris le raisonnement de Kaim, Rafil paraissait décontenancé.

 -          Oh... c'est donc pour cette raison que tu le laisses agir... Mais dans ce cas, à quoi bon rester ici ? Tu sais très bien qu'il n'y arrivera très probablement jamais.

-          Je vais l'observer pour lui faire comprendre ce que j'attends, ainsi, je lui donnerai l'illusion qu'il peut réussir.

C'est en baissant la voix en et plissant légèrement les yeux que Kaim poursuivit :

 -          Ça ne s'éternisera pas. Toi comme moi savons que son existence s'achèvera devant nous. Ne lui retirons pas sa dignité. Mais tu peux partir si tu le souhaites.

 

Le jeune garçon prit la décision inverse. La fierté innée de l'être humain étant ce qu'elle est, l'arrivée de Kaim et Rafil avait poussé ce condamné à redoubler de combativité. Se sachant épié, il essayait maintenant encore plus fort.

N'ayant plus personne, lui compris, pour se soucier de son état, Rafil perdit connaissance peu de temps après, et la vie au moment où Kaim prit le chemin du retour.


L'homme avait réussi. L'évanouissement de Rafil lui avait fait comprendre qu'il serait peut-être le prochain à y passer. Dans une ultime impulsion, sa main tendue a donc finalement saisi le fruit, mais dans le même temps, ses jambes l'ont quitté.

Il mourra le sourire aux lèvres, se dit Kaim. Ce qui lui fit se poser cette question : s'il venait, par un étrange hasard, à pousser son dernier souffle, quelle satisfaction pourrait bien lui donner envie de sourire ? La réponse s'avéra bien plus évidente qu'il ne l'avait pensé : le fait de décéder, tout simplement. Oui, aucun doute là-dessus. C'est peut-être parce qu'il n'y croit pas que Kaim reste désespérément résigné quant à son sort.

 

Il aurait aimé que Rafil lui transmette ce pouvoir à double tranchant, celui de croire.

 

Cette pensée s'évapora quand Kaim quitta le village par son autre sortie.

 

                                                                                                                                               Fin.

Par Nakano/Gaël Brulin

Voir aussi

Jeux : 
Lost Odyssey
Plateformes : 
Xbox 360
Sociétés : 
Feelplus, Mistwalker
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

 

Ce fut une belle histoire, une aventure inoubliable à titre personnel même si son dénouement n'aura rien de très heureux. Peut-être n'avez-vous jamais mis le pied (virtuel) sur cette partie du site GNT. Et pour quelqu'un désirant s'informer sur l'actualité vidéoludique via le web, ce serait quelque part normal tant GNT Jeux vidéo n'a pour ainsi dire jamais été considéré (à juste titre ?) comme une figure d'importance du genre sur le net, mais davantage comme une section perdue dans un univers où l'informatique et la téléphonie règnent en maître. Deux fois « jamais » en l'espace de deux phrases, ça ne présage rien de bon.

Je l'ai précédemment annoncé sur Twitter, je n'officierai bientôt plus sur GNT. La faute à qui, Aqua ? A la crainte numéro un des dirigeants de Gameblog, pour ne citer qu'eux : un trafic insuffisant dans la section jeux vidéo, ayant ici conduit la direction à réduire la masse salariale. Les raisons de cette impopularité sont diverses. Ce n'est que progressivement que j'en suis venu à accepter certaines contraintes pénalisantes, dont celle qui nous rendait continuellement en retard sur la publication des news (nous étions peu et l'accent était mis sur la régularité de parution des news plutôt que sur leur fraîcheur). Ma manière de rester motivé malgré les faibles visites et l'absence quasi-systématique de commentaires dans les articles et tests (l'aspect pécunier n'a, au passage, pas été négligeable) : un ton détendu, ou du moins qui aspirait à l'être, presque détaché, en tentant également et évidemment de toujours rester professionnel dans ma façon de traiter les sujets.  

Si je tiens bien logiquement à rendre hommage à l'équipe (et en particulier à une certaine Nathalie, rédac'chef attachante avec qui je continue d'entretenir d'excellent rapports) qui m'a permis, trois années durant, de travailler dans la section JV de GNT, je ne peux dans le même temps omettre de saluer les membres de Joypad. Pas ceux-là, les autres. Oui voilà, vous. Un magazine, un rendez-vous régulier avec une bande de potes qui m'a transmis une passion, et que j'essaie maintenant de faire transparaître dans tout ce que j'entreprends ayant trait au jeu vidéo. J'espère maintenant avoir l'occasion de pouvoir de nouveau (et très vite) m'exprimer sur ce qui reste un formidable loisir, et de jouir, enfin, de retours sur mon travail. Car même si je me collais une relative pression lors de l'écriture de mes tests, je n'ai jamais vraiment pu évaluer ma marge de progression. Histoire de sauver les meubles, vous trouverez ci-dessous les liens menant vers l'intégralité de mes tests jeux vidéo réalisés pour GNT. Plus quelques extras. En vous remerciant d'avance de vous y attarder quelques instants.

L'avenir de GNT Jeux Vidéo ? Il s'annonce bien flou. J'ai été heureux de faire partie de la barque, et me désole en même temps de son sort prochain, que je ne pressens pas des plus positifs. On peut toujours se tromper.

 

(Par ordre de parution)

*Yakuza 2 (PS2)

*Viva Piñata Pocket Paradise (DS)

*Exit DS (DS)

*The Legend of Kage 2 (DS)  

*Metal Slug 7 (DS)  

*Last King of Africa (DS) 

*Star Wars The Clone Wars L'Alliance Jedi (DS)

*Destroy All Humans ! En route vers Paname ! (PS3)

*My Pet Shop Mes meilleurs amis (DS)

*Elite Forces Unit 77 (DS)

*Disgaea DS (DS)

*Valkyrie Profile Covenant of the Plume (DS)

*Big Bang Mini (DS)

*Flower (PSN)

*Bionic Commando (PS3)

*PES 2010 (PS3)

*Buzz! Quiz World (PS3)

*Dragon Ball Z Attack of the Saiyans (DS)

*TouchMaster 3 (DS)

*Darksiders (PS3)

*MAG (PS3)

*White Knight Chronicles (PS3)

*Silent Hill Shattered Memories (PS2)

*Safecracker Expert en Cambriolage (DS)

*Yakuza 3 (PS3)

*After Burner Climax (PSN)

*Muscle March (WiiWare)

*Super Street Fighter IV (PS3)

*Sin and Punishment Successor of the Skies (Wii)

*No More Heroes 2 Desperate Struggle (Wii)

*Metal Gear Solid Peace Walker (PSP)

*Persona 3 Portable - import US (PSP)

*Gundemonium Collection (PSN)

*Shin Megami Tensei Persona (PSN)

*Tetris Party Deluxe (Wii)

*Sonic 4 Episode I (PSN)

*PES 2011 (PS3)

*Sengoku Basara Samurai Heroes (PS3)

*SingStar Guitar (PS3)

*Vanquish (PS3)

*Tournament of Legends (Wii)

*Michael Jackson The Experience (Wii)

*Apache Air Assault (PS3)

*Fist of the North Star Ken's Rage (PS3)

*Sonic Colours (DS)

*Majin and the Forsaken Kingdom (PS3)

*Winter Sports 2011 Go for Gold (PS3)

*Deadly Premonition (Import PS3/Xbox 360)

*Pier Solar and the Great Architects (Megadrive)

*Yakuza 4 (PS3)

*The 3rd Birthday (PSP)

*Strania La Stella Machina (XBLA)

*Fight Night Champion (PS3)

*WWE All Stars (PS3)

*Rio (Xbox 360)

*Dissidia : Duodecim Final Fantasy (PSP)

*Patapon 3 (PSP)

*Summer Challenge Athletics Tournament (PS3)

 

Extras

*Preview Resident Evil 5 (PS3)

*PES 2011 test de la bêta de la Master League Online (PS3)

*Catherine nos impressions sur la démo (PS3)

*Instants de joueurs #1 Half-Minute Hero (PSP)

 

The Last Story (Wii), les dossiers

*The Last Story Iwata demande, acte 2

*The Last Story - Iwata demande, acte 3 le choix de la Wii

*The Last Story - Iwata demande, acte 4

*The Last Story - Iwata demande, acte 5

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler

J'ai vraiment du mal à innover dans mes titres, mais 1) il faut bien que j'arrive à vous faire venir et 2) cet article est dans la continuité d'un précédent billet. Encore une fois, j'apparais dans le "journal" de Takayaki Nakamura dans la partie #soundcloud, car oui, il se trouve que je suis assez actif sur cette plate-forme. Et encore une fois, je ne sais pas s'il a apprécié ou même écouté le morceau (démo) en question. Étant donné que je trouve ce dernier assez réussi dans son genre (ambiance planante), je me dis que, quelque part et sans vanité aucune, il aurait des raisons d'avoir été remarqué par ce compositeur qui a sans doute livré l'un de ses meilleurs travaux sur Tobal 2. Aimez s'il vous plaît.

Voir aussi

Jeux : 
Virtua Fighter, Tobal 2
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Je n'ai pas aimé la soundtrack de Sonic 4 : Episode I. Trop clichée,  tristement dispensable, pas loin d'être insupportable, Jun Senoue n'a, pour moi, pas signé son meilleur travail sur ce quatrième opus numéroté. Peu de temps après l'écoute de cette bande originale, m'est venue l'idée de composer un morceau avec les sons caractéristiques de la Megadrive. A la base, je voulais créer un thème frais qui pourrait être intégré dans le premier niveau d'un quelconque jeu Sonic en 2D, tel Green Hill Zone (quelle prétention hein). Au final, la musique qui se trouve ci-dessous ne sonne pas du tout comme mon souhait initial. A vos casques !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Bien sûr que vous connaissez ce monsieur (ah bah forcément, c'est plus facile maintenant). Il se trouve que je le suis via Twitter et qu'il fait de même me concernant. Et quelle n'a pas été ma surprise de me voir mentionné dans l'un de ses tweets. En suivant le lien donné, on tombe sur une page qui regroupe, je cite, "les contenus partagés par Takayuki Nakamura". Figurez-vous que je suis dedans, sans toutefois savoir s'il a vraiment écouté et/ou apprécié le morceau de ma composition mentionné sur ce site. Ça me donne en tout cas l'occasion de vous le faire partager (il sonne assez jazz). Bonne écoute à vous.

Voir aussi

Jeux : 
Virtua Fighter, Tobal 2
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

En 2008, un site dont je ne me souviens plus du nom avait organisé un petit concours. Les participants devaient réaliser une création en rapport avec un shoot them up (ben quoi ?). Il n'était pas possible de choisir nous-mêmes le jeu en question, ce qui m'a amené à me retrouver avec Einhänder, jamais sorti chez nous d'ailleurs. J'ai alors décidé de composer un morceau se rapprochant du style de Kenichiro Fukui (compositeur des musiques du titre). Finalement, ce tribute semble avoir été davantage inspiré par l'oeuvre de Yasuhisa Watanabe. Vu l'arrangement assez peu réussi de ma réalisation, je n'ai logiquement pas remporté cette compétition.

Ci-dessous, le morceau que j'ai soumis, et encore plus en-dessous, une version arrangée (pour celle-ci , je ne disposais malheureusement plus de certains sons du thème original). Il se peut que vous appréciiez.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Archives

Favoris