Screenopathe
Signaler
Cinéma

 

                                   Donnant donnant affiche

Après Je vous trouve très beau et Enfin Veuve, Isabelle Mergault nous revient au cinéma avec une nouvelle comédie. Donnant, Donnant  est l'occasion de tester les talents de dialoguiste de la réalisatrice. Et à vrai, dire, force est de constater que les dialogues n'ont rien perdu de leur gloire d'antan.

Constant Guillot est un pauvre homme un brin maladroit qui s'est retrouvé en prison après un accident de chasse. Un soir, il doit être emmené d'urgence à l'hôpital, après un accident vasculaire cérébral. Bien que ses facultés d'élocution aient été grandement endommagées par l'accident, Constant est vite remis sur pieds et il décide de profiter de sa permission à l'hôpital pour s'enfuir. Il finit par débarquer dans un petit village en pleine campagne où il fait la rencontre de Sylvia qui, après avoir reconnu le criminel en fuite, le fait chanter pour qu'il ait la bonté d'assassiner sa mère et qu'elle puisse toucher son héritage et changer enfin de vie. Mais c'est sans compter la maladresse de Constant qui va sauver la mère de la noyade et s'attirer par la même occasion son amour inconditionnel.



Vous l'aurez compris, avec Donnant, Donnant, on nage dans la plus pure comédie. Le film alterne comique de situation et dialogues hilarants. Car oui, si Donnant, Donnant fait rire c'est en grande partie dû à la qualité de ses dialogues, merveilleusement écrits. Non seulement les nombreuses bafouilles de Constant sont souvent drôles mais les autres personnages ne sont pas non plus à dénigrer. Chacun à sa propre personnalité : Sabine Azéma, par exemple, en mère complètement dépressive qui regagne une envie irrépressible de vivre avec Constant développe un comique de gestes très intéressant. Le film propose des situations qui rivalisent toutes de drôlerie.

Mais
Donnant, Donnant c'est aussi une histoire d'amour qui germe entre Daniel Auteuil et Medeea Marinescu. Les deux comploteurs vont finir par se rapprocher et inventer des plans farfelus. Un contre-point bienvenu au comique dominant. Si l'on ne peut que reconnaître la qualité de tous les acteurs, on regrettera tout de même un scénario qui enchaîne les absurdités (au début du film surtout) et qui, du coup, en devient un peu prétexte au comique. Généralement, après avoir fait un AVC, on ne s'en tire pas qu'avec des séquelles linguistiques, pour ne donner qu'un exemple. Bien que certains choix soient compréhensibles d'un point de vue scénaristique, on ne peut s'empêcher de regretter ces coquilles.

Donnant-donnant-image-1.jpgDonnant-donnant-image-2.jpg

Pour conclure, Donnant, Donnant remplit parfaitement son rôle de comédie aux dialogues écrits de main de maître. Certains détails du scénario ne gêneront sans doute pas les moins pointilleux mais les plus exigeants regretteront tout de même des raccourcis scénaristiques un peu gros. Sans cela, cette comédie légère se laisse bien regarder.

Réactions en salle : La salle à moitié pleine pour un samedi soir était certes bon public mais a montré le pouvoir des dialogues d'Isabelle Mergault. Les éclats de rire s'enchaînaient presque sans discontinuer et les spectateurs sont ressortis le sourire aux lèvres.

Source photos et vidéo : Allociné

Et retrouvez tout de suite les sorties cinéma de la semaine sur vues-subjectives.fr!

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Mordraen
Signaler
Mordraen
Oh, il va rester au moins jusqu'à la fin de la semaine prochaine, je pense.
Skywilly
Signaler
Skywilly
Faut vite que j'aille le voir, celui-là, avant qu'il ne disparaisse de l'affiche.

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris