Screenopathe
Signaler
Jeux vidéo

 

     

Dans la grande famille Nintendo, les trois séries les plus populaires sont sans aucun doute possible Super Mario, The Legend of Zelda et Metroid. Ces licences ont toutes les trois été élevées au rang de saga avec toujours plus d'épisodes. Toutefois, il faut bien avouer que la série des Metroid n'a pas fait autant de petits que Mario par exemple. Mais la série a brusquement connu une ouverture à un plus large public avec la sortie du premier Metroid Prime (2002), marquant l'arrivée de la série dans un style first-person-shooter, finissant par être une trilogie. Depuis 2008 et Metroid Prime 3 : Corruption (Wii), notre héroïne Samus Aran n'avait plus donné signe de vie. Et voilà que la belle chasseuse de primes nous revient dans un épisode bien audacieux, qui tente de jongler avec les traditions de la série. Metroid Other M a-t-il de quoi ravir tous les fans de cette saga vieille de près de vingt-cinq ans?

               



Metroid Other M se déroule, chronologiquement, après l'aventure relatée dans Super Metroid (1994 sur SNES). Alors qu'elle parcourt l'espace, Samus Aran intercepte un signal de détresse en provenance d'une « station-bouteille ». Il n'en faut pas plus pour que la chasseuse de prime se dirige, pleins gaz, vers ce vaisseau. Là-bas, elle découvre qu'elle n'est pas la seule à avoir reçu le signal de détresse : une équipe de la Fédération Galactique est déjà sur les lieux pour étudier la situation, à la tête de ce petit commando, nul autre qu'Adam Malkovich, l'ancien commandant de Samus, un personnage bien connu de la série - même s'il n'y est jamais apparu que dans les pensées de Samus. Ensemble ils devront s'atteler à l'exploration du vaisseau spatial et découvrir, bien malgré eux, de drôles de manipulations génétiques, à l'origine de l'agressivité d'un nombre incalculable de créatures.


Nouvel élément acquis : gameplay innovant

                                                

Le dernier né de la série
Metroid n'a pas cessé d'intriguer les joueurs depuis qu'il a été annoncé. En effet, la Team Ninja - qui a développé le jeu - s'est affranchi de la maniabilité FPS de la série Metroid Prime pour privilégier une toute nouvelle approche. Metroid Other M frappe d'entrée de jeu par son aspect entre 2D et 3D. Expliquons-nous, l'ensemble du titre est en 3D alors que la progression se fait sous un angle 2D, dans le style des premiers épisodes de la série. Cela donne tout de suite une patte particulière au jeu, qui échappe visuellement à toute classification.
Mais les développeurs ne se sont pas arrêtés à cela. En effet, leur jeu propose un système de jeu inédit à ce jour. Dans les phases (majoritaires) d'exploration, le joueur tient la
wiimote à l'horizontale pour faire évoluer Samus avec une aisance sans pareil. Mais à d'autres moments, il sera demandé au joueur de pointer la wiimote vers l'écran afin d'acquérir une vision privilégiée sur certains détails. La vue devient en un clin d'oeil subjective, dans le plus pur style des Metroid Prime, et le joueur pourra utiliser ces moments pour mieux étudier son environnement mais aussi mettre à profit les points faibles de ses ennemis, ceci vous sera surtout utile contre les nombreux boss (souvent impressionnants) du jeu. Le changement se fait avec une aisance insoupçonnée, après en avoir pris l'habitude. Notons tout de même qu'une fois que le joueur pointe la wiimote vers l'écran, il ne lui est plus possible de se mouvoir. A vous de peaufiner votre timing.
Sur le plan de la pris en main, la Team Ninja a eu beau déconcerté, a franchement assuré à son jeu un
gameplay aux petits oignons. Si bien que toutes les manoeuvres que vous entreprendrez se feront avec une facilité impressionnante. Metroid est toujours aussi agréable à jouer.

                


Space adventure

Metroid Other M est aussi très agréable à regarder. Du fait de son design tout en 3D, le titre jouit d'une ambiance tout à fait particulière. On est dans du pur Metroid, avec ses couloirs qui vous rendent claustrophobes, où l'on n'entend que le bruit de vos pas, mais aussi les environnements classiques : le secteur volcanique, le secteur glacé, le secteur de jungle. Le tout n'a rien d'inédit dans la série bien sûr mais c'est la façon dont il est représenté qui l'est. Non seulement de par son parti pris en terme de gameplay mais aussi en terme de design. Vous retrouverez de nombreux monstres connus des joueurs habitués de la série, mais ceux-ci ayant été totalement re-designés en 3D, on ne peut que les redécouvrir sous un nouveau jour.
Mais là où le jeu donne dans la nouveauté, c'est dans sa mise en scène. En effet,
Metroid Other M, s'il ne peut pas se targuer d'avoir un scénario génialissime, sait le mettre en valeur par de nombreuses cinématiques (précalculées ou avec le moteur du jeu) qui, par des procédés fort efficaces, ont pour effet de faire pénétrer le joueur plus avant dans le scénario du jeu. Un scénario qui met d'ailleurs en lumière les événements qui ont directement suivi l'intrigue de Super Metroid et la relation qui liait Samus à Adam Malkovich.
Fait assez remarquable pour être noté, Samus parle dans ce
Metroid Other M! Si on avait déjà pu lire ses pensées dans Metroid Fusion (2004 sur Game Boy Advance) c'est la première fois que la belle a une voix. De plus, il est difficile de ne pas remarquer son côté très réfléchi, pas si sûre d'elle que cela. On ne peut que louer cette avancée majeure de la part de Nintendo, d'autant que Mario et Link sont encore globalement muets. Toutefois, il est vrai que les introspections répétées de Samus pourront peut être en agacer quelques-uns. Mais c'est sans commune mesure avec la qualité intrinsèque du titre dans son intégralité.



L'esprit de la série perdu?


Metroid Other M offre des sensations excellentes et ce pour tous les joueurs. En effet, le gameplay de Metroid Other M est suffisamment varié pour tout le monde, passant en revue aussi bien l'aisance dans les mouvements de la Samus des épisodes 2D que la précision et l'aspect contemplatif des épisodes 3D pour un jeu doublement profond. Le tout se révèle particulièrement jouissif. Au final, ceux qui souhaitaient retourner en arrière, aux épisodes 2D, se voient servis un Metroid incontournable alors que les nouveaux joueurs découvriront un titre plein de charme et, peut être, souhaiteront découvrir un peu plus l'esprit de la série.
Il faut ajouter que
Metroid Other M, comme on s'y attendait de la part d'un développeur comme la Team Ninja (Dead or Alive, Ninja Gaiden), est un jeu beaucoup plus orienté action que ses prédécesseurs. Samus a notamment acquis toute une panoplie de finish moves impressionnants qui dynamisent l'action tout en la mettant un peu plus en scène. Mais ne vous en faites pas, l'esprit de la série n'a pas pour autant été dénaturé, loin de là! Votre progression sera toujours limitée par vos capacités. Cette fois-ci, il faudra d'abord attendre les ordres d'Adam Malkovich pour débloquer une nouvelle capacité. Le jeu, de prime abord, n'offre pas autant d'exploration comme on l'a connu dans les précédents jeux. Ce n'est qu'après le générique de fin que vous pourrez vous adonner à ce passe-temps ô combien chronophage des Metroid qu'est l'exploration d'un vaisseau spatial et réussir l'exploit d'atteindre le fameux 100%.
En somme, vous en avez déjà pour à peu près dix heures pour arriver au générique de fin. Mais n'espérez pas avoir véritablement terminé le jeu à ce moment là! Il reste tellement d'endroits inexplorés que ce serait un véritable sacrilège que de ranger
Metroid Other M après ses génériques!

                                              


Pour finir,
Metroid Other M fait partie de ces rares jeux qui ont le potentiel de mettre tout le monde d'accord. Dans la mesure où il mélange habilement tradition et nouveautés, 2D et 3D, ce nouvel épisode a tout pour plaire à tous les types de publics. En proposant une véritable aventure, soutenue de bout en bout, la Team Ninja parvient sans mal à tenir la dragée haute à Retro Studios, qui avait développé les Metroid Prime, et ce changement que l'on croyait de mauvaise augure ne peut finalement qu'être loué. Nintendo prouve encore une fois qu'il peut faire du neuf avec du vieux. Et une chose est sûre, ce n'est certainement pas la dernière fois que l'on verra Samus Aran!


Mordraen

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris