La guilde obscure

Par Masahiko666 Blog créé le 07/09/12 Mis à jour le 27/01/17 à 09h15

Bonjour à tous !! Ici, je traiterais de différents sujets, notamment de Jeux de Rôles sur consoles de salon, souvent en version oldies.
Alors, prenez un bon coussin pour y déposer votre postérieur délicat, et écoutez, commentez, poussez des coups de gueule... Faîtes comme chez vous, quoi...

Ajouter aux favoris

Catégorie : Le rôle de sa vie

Signaler
Le rôle de sa vie (Cinéma)

Loubard space-attitude ! ! ! ! C'est encore moi... Je viens d'apprendre qu'il y avait un nouveau film sur les jeux vidéo, avec un acteur que j'aime bien : Adam Sandler...

En 1982, un message de paix fut envoyé dans l'espace, à destination des premiers extra-terrestres rencontrés. Mais ce mail ne fut pas accueillit avec joie...pire encore, il constitue une sorte d'insulte intersidérale pour nos voisins des cieux infinis.

En représailles, ils décident de nous envoyer des personnages de jeux vidéo pour nous anéantir...ce sera donc un Pac-Man, un Donkey Kong, un Mario, mais aussi les vaisseaux de Space Invaders qui viendront nous boter le derrière...

Ce sera sans compter la clique Sandler, toute un tripotée de vieux joueurs qui tenteront d'éradiquer l'invasion vidéoludique. Surtout qu'il y aura Toru Iwatani dedans apparemment...

Le film sera de Chris Colombus. A voir au cinéma le 22 juillet prochain...

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Le rôle de sa vie (Cinéma)

Hey, hey hey ! ! ! Salut les p'tits loups ! Aujourd'hui, parlons d'un acteur que j'affectionne tout particulièrement. Un grand échalas qui, malgré sa taille, à joué pas mal de rôles de gentils doux et pas brutes pour deux sous. Voici l'excellent Tim Robbins !

 

Né le 16 octobre 1958 en Californie, Tim Robbins n'est pas qu'un simple acteur. Il est également réalisateur et scénariste.

Il débute dans un film avec sa future compagne (Susan Sarandon), Duo à Trois. Au début des années 90, il obtient son premier grand rôle dans un film fantastique, l'Echelle de Jacob. Il y incarne un postier américain dans les années 70, après une virée mouvementée au Vietnam où les States auraient testé une drogue censée décupler l'aggressivité. Depuis son retour, il est victime de cauchemars et de visions d'horreur, et tombe doucement, mais sûrement dans la folie. Si les codes du genre sont très présents et que le jeu d'acteur est assez banal, on y retrouve des scènes cultes et des ficelles qui seront reprises par la suite dans bon nombre de film d'épouvante (notamment des humanoïdes pris de tremblements violents et saccadés). Un excellent divertissement pour qui aime le cinéma des années 80/90.

Andy Dufresne, un banquier meurtrier dans Les Evadés

Ensuite, on le voit en 1994 dans un film fort et assez dur (surtout la première heure) aux côtés du génialissime Morgan Freeman, dans Les Evadés (Shawshank Redemption). Il est un banquier important qui, par pure jalousie, tue sa femme et son amant dans les années 40. Il sera condamné à 2 peines de prisons à vie. Battu et violé par d'autres prisonniers, mis en esclavage par le directeur, il deviendra très ami avec un vieux noir d'une intelligence propre. Si le film commence tel un film de série B comme on en a vu dans les années 80, le scénario part vite vers le dramatique et se termine par des scènes bien fichues et une des plus belles entourloupes qu'il m'est été donné de voir au cinéma...

En 1998, il joue le rôle d'un méchant machiavélique dans Arlington Road, poussé par le désir de commettre des attentats meurtriers (une vision peut-être...). Face à un Jeff Bridges passant pour un fou furieux, il saura déjouer les pièges de ce dernier, ce qui donnera, enfin, le beau rôle à un méchant...

Il n'y a pas que Jeff Bridges qui se fera berner dans Arlington Road

Un an plus-tard, il apparaît aux côtés de Gary Synise (Forrest Gump, Les Experts Manhattan) dans Mission To Mars, un film de science-fiction assez décrié par les fans du genre. D'ailleurs, son personnage semble être le principal, mais meurt assez rapidement dans un geste héroïque mais absolument banalisé par la mise en scène (et la musique).

2003, le voici avec le grand Sean Penn et et le non moins excellent Kevin Bacon dans Mystic River. En 1975, ils sont trois adolescents, amis comme les doigts de la main, à faire les quatre-cents coups. Mais un jour, l'un d'eux (Tim Robbins, justement) se voit enlevé par deux hommes se présentants comme du FBI. Quelques jours plus-tard, il parvient à s'échapper, mais les viols répétés sur sa personne ont laissés des séquelles psychologiques. 25 ans ont passés, et les trois potes se retrouvent face à un autre drame, le meurtre de la fille de l'un d'eux, une petite frappe mafieuse. Et les soupçons vont vite se porter sur l'ancien kidnappé...

Dans Mystic River, on sentira bien le malaise psychologique de l'ancienne victime

Il fera plusieurs apparition d'hommes importants dans différents films par la suite (Green Lantern, par exemple). Il se sépare de Susan Sarandon en 2009, avec qui il a eu deux enfants. En 2010, il passe dans la musique avec du folk (c'est la grande mode apparemment chez les acteurs).

Il a réalisé trois films : Bob roberts (une satyre de 1992 sur le monde politique), La Dernière Marche en 1995 qui parle de la peine de mort et Broadway 39e Rue en 1999 (grève de 1936 aux States).

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Le rôle de sa vie (Cinéma)

Hello les friends ! Pour cette nouvelle rubrique, je vais tenter de vous parler d'acteurs plus ou moins connus ou appréciés. Et pour débuter en fanfare, voici le roi de la (très) mauvaise comédie, Adam Sandler.

 

C'EST L'HISTOIRE D'UN TYPE...

Adam Sandler, de son nom complet Adam Richard Sandler, est né aux Etats-Unis le 9 septembre 1966 à New-York (à deux jours près, dis-donc). Pré-déstiné pour la comédie, il fera souvent le pitre en classe et se produira régulièrement dans les cafés-théâtres lors de sa scolarité. En 1988, il obtient son diplôme des Beaux-Arts, mais sa carrière a débuté réellement un an plus tôt dans le jeu télévisé Remote Control, où il incarnait différents personnages. Puis, il obtient un petit rôle (quatre représentations) dans la série Cosby Show.

Airheads (Radio Rebels), avec Steve Buscemi et Brendan Fraser

Son premier film sera tourné sur un bateau (budget démentiel de...200.000 dollars), pour un concours de Miss Univers. Découvert par Denis Miller, il entre au Saturday Night Live en 1991 comme co-scénariste, puis y deviendra rapidement une guest-star permanente aux côtés de Chris Rock et Mike Myers. Il y composera et y interprétera également ses premières chansons, qui auront quelques succès. Il sera même nomminé trois fois de suite aux Emmy Awards comme meilleur équipier. Mais en 1995, il annonce dans une autre émission qu'il s'est fait viré.

 

PLURI-COMPETENCE

Outre ses talents de comique, Adam a sorti trois albums musicaux.  Ces derniers se soldent par des succès commerciaux et l'un d'eux est même nomminé aux Grammy Awards.

En 1994, après quelques apparitions dans divers films (comme Coneheads, avec Dan Ackroyd), il obtient son premier rôle principal dans Radio Rebels, un film plutôt drôle sur trois crétins fans de hard-rock (avec Steve Bushemi, son ami souvent dans ses films, et la star montante des années 90 Brendan Fraser). Il y joue un batteur pas malin pour deux sous, mais terriblement gentil et sympathique (et avec un sacré sex-appeal).

Dans 50 first Dates (Amour et Amnésie), il va retenter de se faire la belle Drew...

C'est deux ans plus-tard que Sandler gagne un certain succès commercial avec Happy Gilmore, l'histoire d'un jeune hockeyeur à la manque (il ne sait pas patiner, embêtant ça) qui se met au golf, sport qu'il déteste par dessus-tout, possédant un puissant drive de plus de 400 yards. Si les critiques seront assez sympas, le film, quant à lui, va poser les bases de l'oeuvre de notre pote : de la comédie simplette, avec une bonne dose de stupidité et un peu d'eau de rose. Pourtant, les quelques pitreries de Sandler font mouches en général, et on rigole un peu dans ces jeux d'acteurs assez pitoyables.

Ensuite, il enchaîne les succès commerciaux et critiques avec Waterboy (sa plus grande victoire audio-visuelle). Puis, Wedding Singer envahit nos salles obscures, ou il plante un chanteur manqué mais terriblement sympathique des années 80, qui enchante les bals et les mariages. On le découvre avec Drew Barrymore, en serveuse nunuche, mais tellement jolie. Là, les clichés sont légions, mais la petite histoire romantique et prévisible nous prendra tout de même par la main, ne serait-ce que pour les tenues et coupes très...eighties. Enfin, Big Daddy clot cette petite série de prouesses cinématographiques, ou il campe un papa de subtitution bien gauche, mais qui se débrouillera malgré-tout.

 

ET ON EVOLUE

En 2000, il fonde sa boîte de production, Happy Madison. Et c'est avec elle qu'il débutera dans un autre registre de films, Punch Drunk Love. Etant un film assez dramatique, il narre les tribulations amoureuses d'un garçon simplet et timide. Malheureusement, cette incursion n'obtiendra pas le succès, malgré les critiques unanimes.

Avec Christopher Walken, dans Click, où il deviendra un homme gras et détesté de tous

Ensuite, c'est le retour aux films de comédie banals, où il retrouvera quelques acteurs fameux (notamment, Jack Nicholson dans Self Control, un film complètement paranoaïque). Les aventures de Mr Deeds relate l'acquisition miraculeuse d'une fortune par un bouseux (avec Winona Rider), Mi-temps au mitard est un remake pompeux de Plein la Gueule, et Amour et Amnésie est, pour ma part, l'un de ses meilleurs films. On y retrouve Drew Barrymore qui est une jeune femme fort belle, mais surtout fort amnésique. Et notre Adam international y campera un vétérinaire dans un parc aquatique, amateur de femmes en tous genres, mais terriblement amoureux de la petite "oubliette", qu'il devra reconquérir chaque jour (il y aussi Sean Astin en grand-frère bien débile).

Enfin, Click est relativement original, puisqu'il peut télécommander sa vie en accélérant une dispute, en passant un week-end ennuyeux, ou en repassant quelques scènes osées avec sa femme (avec Christopher Walken).

Je ne connais pas les autres oeuvres d'Adam Sandler, donc je préfère ne pas en parler, mais sachez qu'il a produit et joué dans d'autres films, plus ou moins bons (avec encore une incursion dans le drame, A Coeur Ouvert, sur les attentat du 11 septembre).

Dans Happy Gilmore (ou Termina Golf), il risque de faire des folies avec une balle...

Il est marié avec Jackie Titorne, depuis plus de dix ans. Cette dernière fait plusieurs apparitions dans ses films. Il a deux filles, Sadie Madison et Sunny Madeline.

 

Et maintenant, quelques musiques pour apprécier cet assez bon musicien...

 

 

Là, c'est une chanson assez jolie, intégrée dans le film Wedding Singer. Enjoy cette petite vidéo, tirée directement du film...et y'a Billy Idol dedans...

 

Classement de certains de ses films :

- le plus mauvais : Mi-temps au mitard, en simple remake déjà pas fameux.

- le plus drôle : Happy Gilmore, le voir se prendre la tête avec une balle de golf, et surtout se mettre sur la tronche avec Bob Barker (sans parler de la scène du début où il tente de récupérer sa copine par interphones interposés).

- le plus eighties : Wedding Singer, pas mal, mais un peu trop gnan-gnan.

- le plus élaboré : Amour et Amnésie, bien-sûr. Drôle, touchant, ridicule, tout y est...

- le plus triste : A coeur ouvert peut-être, ou Punch Drunk love (quoique ce dernier soit assez spécial).

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

 

Vous aimez vous battre contre une horde de gobelins amateurs de chair fraîche ? Les labyrinthes du Baron de Sukumvit ne vous effraient nullement ? Vous dépeceriez une brigade entière de trolls des cavernes pour quelques piècettes d'or et pour sauver une jeune fille en détresse ? Et en plus, vous vouez un culte sans borne et sans faille au grand Nyarlathothep ?

 

Alors, rejoignez le pire personnage de jeux de rôle possible et inimaginable...

Archives

Favoris