La guilde obscure

Par Masahiko666 Blog créé le 07/09/12 Mis à jour le 18/07/16 à 11h48

Bonjour à tous !! Ici, je traiterais de différents sujets, notamment de Jeux de Rôles sur consoles de salon, souvent en version oldies.
Alors, prenez un bon coussin pour y déposer votre postérieur délicat, et écoutez, commentez, poussez des coups de gueule... Faîtes comme chez vous, quoi...

Ajouter aux favoris
Signaler
The vampire's kiss. (Jeu vidéo)

Salut les chasseurs loubards qui aiment le sang, les cous de jeunes femmes fraîches et la nuit ! J'ai un pote qui s'appelle Simon, et qui aime chasser du vampire. C'est d'ailleurs son métier, et il le fait avec passion et beaucoup de dextérité... Et bien que la mission ne soit jamais facile, il y parvient tout de même sans trop de soucis. C'est peut-être pour ça que cet opus 16-bit soit un peu moins compliqué que ses prédécesseurs...enfin, un peu moins compliqué, c'est totalement relatif...

L'HISTOIRE SANS FIN ?

Tout commence par le réveil du Comte Dracula, cette créature démoniaque qui revit tous les siècles, histoire de partir en chasse aux jouvencelles saignantes... Et, histoire de changer un peu, c'est encore à vous, Simon Belmont, de le pourchasser sans relâche, afin qu'il ne fasse pas de victime cette fois-ci. Malheureusement pour lui, le prince des ténébres a déjà délivré ses créatures de la nuit qui terrorise un village, c'est pour dire si le Simon ferait bien de se bouger le derrière...

Le niveau où la machine est mise à rude épreuve avec le fameux mode 7

Bref, rien de nouveau quant au scénario, ça reste très conventionnel, voire totalement égal aux autres opus de la série... Et pourtant...

 

QUELLE BELLE PROPRIETE

Et oui, pourtant, on ne commence pas comme les autres épisodes, devant la porte du château, voire dans l'entrée, mais...devant la grille. Il faudra donc, auparavant, traverser le jardin, qui fera office de niveau d'entraînement pour le joueur novice, comme pour le gamer.

Et ce n'est pas fini, car, après le carré de verdure traversé, vous voilà devant une porte qui conduit...à des marécages (?)...dans la propriété du comte... Bof, après-tout, c'est son domaine, chacun à le droit d'apprécier sa petite décoration, aussi bizarre soit-elle.

Grottes humides, marécages puants, ville engloutie...pas de doute, il ne veut pas trop de nous le comte des ténèbres...

Et encore mieux, après la zone fangeuse, place aux cavernes humides et à la cité engloutie...mais par où passe-t'il le Belmont là ? C'était trop compliqué de frapper à la porte d'entrée ou quoi ? Parce-que, après les sous-terrains, on repart dans la végétation luxuriante du parc, en passant par une tour qui ne tient pas en place... Il faut vraiment vouloir y passer des vacances, dans ce château... Et enfin, la porte de la demeure ancestrale... Pas trop tôt...

 

C'EST LA FETE PAR ICI

Comme tout Castlevania qui se respecte, le bestiaire est plutôt bien fourni, avec les sempiternels monstres que l'on trouve dans tous les jeux à conotation horrifique, comme les squelettes, les morts-vivants, les chauves-souris... Avec des patterns d'action bien définis. Si le volatile fonce sur vous en ligne droite, le squelette, quant à lui, avance et recule en vous balançant des items divers (en général, des os), ce qui vous demande un peu d'anticipation et de réflexes tout de même.

Les escaliers, le pire cauchemar du gamer...

Il y a également des adversaires plus originaux, commes des livres enchantés, des chiens coureurs, des herbes maudites, des têtes de cheval volantes...et des squelettes qui sortent des murs aussi... Sympathique comme accueil, vraiment...

Bien-sûr, à la fin de chaque niveau (enfin, pas tout à fait), vous aurez un boss à défaire. Et, là aussi, on a le droit à des têtes bien connues, comme une méduse, un golem de pierre, des serpents géants... Mais quelques nouvelles recrues d'élite seront également de la fête. Au menu, la créature de Frankenstein, un chevalier mort, un papillon doré...et dangereux en plus le coléoptère... De quoi faire de nouvelles connaissances quoi... Meetic, c'est dépassé...

 

QUELLE VELOCITE M'SIEUR SIMON

Les grands changements concernent le gameplay de notre ami, Simon Belmont. Avant, à part donner des coups de fouet devant lui, il ne pouvait pas faire grand chose d'autre (à part avancer et sauter, bien-entendu). Maintenant, il peut utiliser son arme, le sempiternel fouet bien chaint à manier, dans toutes les directions...Enfin, dans huit directions en fait. Au dessus de sa tête, en diagonale, vers le bas (en sautant), dans tous les sens je vous dis ! De plus, et c'est un atout indéniable, il peut également le brandir dans une direction et l'agiter dans tous les sens (ouais, encore une fois). Cela occasionne beaucoup moins de dégâts, mais l'agilité n'en est que plus grande, vous vous en servirez souvent...Très souvent même...

Egalement au rayon des nouvelles aptitudes, vous pouvez vous accrocher à des anneaux à quelques endroits du jeu et vous balancer grâce à votre fouet. Il faudra ajuster la longueur de votre arme, mais aussi la balancement de Simon pour atterir sur la bonne plate-forme. Souvent un passage obligé, il y aura également des endroits bonus, accessibles qu'en utilisant cette technique...heureusement, la manipulation est simple et intuitive, loin de la même chose chez un certain Indiana Jones...

Comme on peut le voir ici, il y a tout de même de beaux petits effets graphiques...

Par contre, nous aurons toujours des items à lancer sur les ennemis, en collectionant les coeurs (qui symboliseront le nombre d'objets en notre possession), coeurs qui seront toujours cachés dans les lustres. Il y aura aussi des sacs d'or, de la nourriture pour reprendre des forces, des bonus pour vous servir de plusieurs items à la suite (on ne peut qu'en balancer un seul à la fois)...et c'est tout je crois... Ah oui, ces bonus peuvent aussi se trouver dans les murs, à détruire au préalable, mais également dans l'un des trois passages secrets à découvrir.

 

UNE BELLE ENTREE EN MATIERE

Sachons que le jeu fut l'un des premiers sur la console de Nintendo, la Super Nes. Pour montrer les capacités de la machine, on peut admirer, avec ferveur, le fameux mode 7. Et franchement, ça envoi du lourd dès le départ. Les graphismes, bien que peu colorés comparés à d'autres productions, sont vraiment somptueux. Des petites animations un peu partout, des items énormes qui bougent ou se détruisent, du scrolling différentiel avec quelquefois des décors en avant plan (c'est à dire qui se mettent devant votre personnage et le décor principal)... De quoi faire baver tous les pocesseurs d'Amiga ou d'Atari ST de l'époque. Ceux-là même qui se foutaient de vous lorsque vous leur disiez que vous aviez une Megadrive ou toute autre console de salon...

Tous les sprites à l'écran ont bénéficiés d'animations détaillées, à commencer par votre personnage. Si la trame n'est pas très fluide (on est sur 16-bit, quand-même), les différentes étapes du déplacement des protagonistes sont bien léchées. On s'attend à une certaine réaction en voyant comment le personnage bouge. Et ce n'est pas seulement pour les boss, les simples adversaires sont également bien détaillés dans leurs mouvements. Du bon boulot, surtout pour un jeu de lancement d'une console.

Bien que fourni, le bestiaire n'est pas très original...

Musicalement, on se dit que d'autres softs ont fait bien mieux...et pourtant, force est de constater que l'ambiance sonore est divine. Non pas que les musiques déchirent véritablement, mais les accents mélancoliques, les sons quelque peu sombres, les petits bruitages, font de ce jeu une bonne base côté ambiance générale. Et puis, les mélodies sont tout de même jolies, surtout qu'on n'a pas les sempiternels remixes des jeux comme Zelda (ouais, la musique est cool, mais franchement, on commence a en avoir la nausée, non ?) Quelques voix digitalisées viennent parcourir nos oreilles de temps en temps, mais ce sont surtout des cris de monstres qui meurent, vos personnages qui se prend des coups ou qui tombe dans un trou...

Le gameplay, quant à lui, est soigné, c'est vrai. Les quelques améliorations du fouet sont vraiment les bienvenues, et Simon réagit au quart de tour. Sauf que...il faut bien avouer qu'il est lent le chasseur, bien trop lent. En cause, certainement, la version Pal 50 Hz du titre. Mais bon, c'est tout de même très jouable hein, on ne va pas faire la fine bouche non plus. Le seul gros bémol serait, peut-être, les couleurs du soft qui, souvent, cachent les ennemis. Il n'est pas rare qu'on aperçoive une chauve-souris bien trop tard... Mais je pinaille un peu là...

Cette partie du niveau retranscrit assez bien le côté vertigineux du jeu...surtout ne pas regarder en bas...

La durée de vie est correcte, quoique inférieure aux autres opus. Oui, car le jeu est relativement simplifié malgré tout. Ne croyez pas qu'il est super facile, mais pour ceux qui ont connu les épisodes Gameboy ou Nes, ils trouveront le soft plus simple... Mais la difficulté est tout de même au rendez-vous, avec quelques passages bien galère, comme les plates-formes qui se dérobent quand on saute dessus (et on y est obligé), par exemple...ou les squelettes qui vous sautent sur le paletot alors qu'il n'y a plus de sol derrière vous (donc, pouf, on tombe dans le vide).

----------------------------------------------

Résumons-nous un petit peu. Castlevania IV (ou Super Castlevania IV) est un excellent jeu d'action/plates-formes. Pas vraiment nerveux, il exploite déjà les capacités de la console au maximum, avec des zooms et des rotations de dingue pour certains stages. Si l'animation est un peu lente, le gameplay est très plaisant, grâce notamment aux améliorations apportées au protagoniste principal (vous quoi). Et même si le jeu a pas mal vieillit dans son ensemble, il reste une valeur sûre de la machine de Nintendo. J'irais même jusqu'à dire qu'il s'agit de l'un des meilleurs opus de la saga, toutes machines et générations confondues. Après, force est de constater que le fond reste le même : tuer tout ce qui bouge et atteindre Dracula... Si vous avez un peu d'argent, procurez-vous le, c'est un ordre...ou un conseil plutôt...

Fouet D'indy : de beaux graphismes, une ambiance générale de fou, des amélioration du gameplay géniales, plus facile que ses grands frères, technologiquement au top pour l'époque.

Bave de zombie : assez lent, moins de challenge, instruments de musique un peu bizarres...

 

Graphismes : 16/20

Sons : 15/20

Jouabilité : 18/20

Scénario : ?????

Durée de vie : 15/20

Sentence

17/20

 

Machine : Super Nintendo

Genre : action/plates-formes

Difficulté : relative, mais pas insurmontable

Année : 1992

Développeur : Konami

Editeur : Konami

PEGI : 7 ans et plus

Joueur : solo

Qui se ressemble : les autres opus de la série, bien-sûr, Metroid, Megaman...

 Prix constatés : 70 ¤ environ en loose, 150 ¤ en version complète

Petite anecdote que tout le monde connaît... Pour son passage en Europe et aux Etats-unis, le jeu fut censuré de manière...disons assez spéciale. Si les flaques de sans qui disparaissent peuvent être compréhensible, si la nudité de certaines statues du décor peut choquer, enlever des croix religieuse reste un acte des plus bizarre. Oui, apparemment, il ne fallait pas corréler un symbole chrétien avec une créature des ténèbres imaginaire...

Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Commentaires

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Ocelot : on est d'accord, un jeu génial. On se rend juste compte que la maniabilité a bien évoluée depuis...

AOW63 : je ne teste que les jeux que j'ai en ma possession, et que j'ai fait durant quelques heures, histoire de savoir un peu de quoi je parle. Donc, là, ça ne risque pas d'arriver, je n'ai pas cet opus... J'ai le remake sur PSP de Rondo of Blood, les deux épisodes sur PS1, deux jeux sur GBA et ce Super Castlevania IV...

koforever : il faut que tu l'essayes l'ami, tu n'en sortiras pas indemne, crois-nous...

spink94 : je dirais, comme à tous, que c'est une saga qu'on aime ou pas, c'est selon les goûts. Le problème reste que les différents opus sont relativement chers à la vente et de plus, pas simple à trouver autre-part que sur le net... Sinon, pour commencer avec un jeu Castlevania pas trop compliqué, va voir du côté de la DS ou l'opus Symphony of the Night, dispo sur PS1, Saturn et sur le remake Castlevania Dracula X Chronicle sur PSP, à débloquer...
spink94
Signaler
spink94
Jamais fait de Castlevania perso .
koforever
Signaler
koforever

Ca fait maintenant un bon bout de temps que je l ai mais je ne l ai encore jamais fait , il faut juste que je branche ma super nes .

AOW63
Signaler
AOW63
Tres bon article, ca m' a donner envie de le refaire d' ailleurs, je vien juste de (re)terminer castelvania X, si vous avez le temps et l' envie ce serai cool de remettre ca avec ce dernier. merci et bonne année
Ocelot
Signaler
Ocelot
Jeu de legende !! Je me rapelle encore ses musiques hyper entrainante et les effets du mode 7 bref une tuerie
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
OtentikGamer : c'est le prix que je vois le plus souvent sur le net ou en magasin... Et oui, je trouve aussi que c'est un poil ou deux trop cher, mais ce sont les côtes du moment... Sachant que je l'ai eu en loose pour 45 euros, ce qui constitue un prix honnête...

Bloody Seb : Ah ouais, j'ai même pas percuté sur ce coup là... désolé... Et je suis aussi d'accord, le terme Metroidvania est...ben moche...
Bloody Seb
Signaler
Bloody Seb
J'ai dit Castlevania Arcade, les Metroidvania (ce que c'est moche ce terme) sont à part selon moi....
OtentikGamer
Signaler
OtentikGamer
Totalement d'accord avec KingteDdy la musique du jeu est exceptionnelle et le thème qu'il a mis en lien est juste mythique. Je pense qu'il a marqué tous les gosses de l'époque qui ont eu le jeu !
70 € en loose c'est un poil élevé, il y'a encore quelques bonnes affaires aux alentours des 40-50 €.
Sinon bel article, qui m'a donné envie de rebrancher ma snes ! Me reste plus qu'à retrouver un exemplaire du jeu ^^
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Donald : je ne l'ai pas connu à l'époque, on était tous scotché sur Street Fighter II...

Lorenzo : oui, et la censure était un peu exagérée quand-même, quand on sait que de nos jours, on a du GTA à peine édulcoré... Et de rien, je vais me mettre aux jeux un peu plus rétro, tant que je le peux...

ryu671 : Que la console soit sortie telle ou telle date n'est réellement important, ce que je veux dire est que le jeu est sorti en Europe quelques temps après la machine, ce qui fait de lui, et malgré sa sortie plus tardive au Japon, un soft de démarrage... Et puis, je ne me base sur Wikibidule, encyclopédie libre, et donc qui peut contenir tout et n'importe quoi, j'en ai déjà fait les frais, mais sur d'autres sites plus sérieux, et pas seulement Jeux-Vidéo hein, mais celui-ci aussi...http://www.snes-fr.net/dossier_157_Super_Castlevania_IV.html
ryu671
Signaler
ryu671
Il a raison la super nes est sorti au mois d'avril 1992 en France.enfin pour le jeu qu'elle claque graphique. Je l'ai fini en 1993.
Regarde Wikipedia ou d'autre site il site tous le 11 avril 1992. Bon test .
Baron Lorenzo
Signaler
Baron Lorenzo
Dommage pour la censure, mais c'est un jeu culte, rien que les thèmes musicaux resteront gravés dans notre mémoire.

Merci pour ce "rétro test" très réussi.
Donald87
Signaler
Donald87
Je n'ai hélas, que des bons souvenirs de ce jeu ... Je dis hélas car le jeu, je ne l'ai point ...
Cela dit, quelle merveille, je pense qu'à l’époque, la console "crachait" tout ce qu'elle pouvait.
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Moi aussi mon gars, je sais de quoi je parle, avec mes références, mes bouquins qui datent de la grande époque des jeux vidéo, et...ma grande expérience de ces mêmes jeux que je connais depuis...pfou...au moins ça. Le seul soucis, est que je n'ai pas pu avoir de consoles avant l'âge de 18 ans, donc c'était plutôt les potes qui me montraient leurs jeux, et j'ai commencé avec la Super Nes américaine.
Ah, tu parles de technique, sachant que, au Japon les jeux sont un peu en 60 Hz, alors qu'en Europe (enfin en France, en tous cas), ils sont en 50 Hz, du moins pour l'époque... Après, si tu as des doléances, et bien reprend moi, les commentaires sont là pour ça. Je sais que terminer un jeu pour en parler, c'est mieux, mais avec l'avènement des sites internet, on peut déjà voir ce que cela donne. Et puis, je suis un peu rouillé concernant les jeux où il faut un peu de réflexes, je l'avoue... Surtout que je me spécialise plus dans le RPG pur jus.
Quant à la date de sortie de la Super Nintendo, je me base sur plusieurs sites spécialisés qui, justement, mettent la date du 6 juin 1992, même en France (et comme de bien entendu, je n'ai pas le magazine qui s'y réfère, sigh...). D'ailleurs, concernant la date du jeu, je vais modifier ça, et mettre les différentes sorties dans le monde, histoire de clarifier les choses...
Et enfin, quand je dit "gamin", c'est affectueux, pas du tout péjoratif... Bon, je crois que, du coup, j'ai de la lecture moi, je vais voir ça... A pluche les peluches ! !
ledenezvert
Signaler
ledenezvert
Je te parlais de finir le jeu (pas l'article), ça tombait sous le sens je pense (faire un article sur un jeu qu'on a saigné de bout en bout me semble + honnête intellectuellement parlant) !

Et ne viens pas me faire la leçon sur SCIV ou Castlevania je te prie (jette un coup d'oeil à mon blog ici ou - mieux - à mon site pour t'en convaincre...), je crois savoir un peu de quoi je parle...

Pour la date de sortie de la Super Nintendo, je te précise qu'en France nous l'avons eu le 11 avril 1992 (le 6 juin est la date officielle sur l'ensemble du territoire européen). Ensuite, c'est bien la date de sortie japonaise qu'il faut prendre en compte quand on parle de technique pour ce genre de console, ça n'a rien à voir avec le marché actuel, que ce soit par rapport au temps de développement ou autre... Les jeux sortaient bien + vite à l'époque 16-bits car il suffisait souvent de seulement qq mois pour les créer avec une petite équipe, ça n'avait absolument rien à voir avec la situation actuelle !!

Enfin, mes propos n'avaient absolument rien d'agressifs à ton encontre, j'ai bien aimé ton article dans l'ensemble malgré certaines imprécisions et je ne faisais que commenter gentiment, donc le "gamin" que je suis te remercie de la bonne appréciation que tu fais de mon commentaire...
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
KingTeDdy : j'aime beaucoup cette musique, et en version métal, ça le fait bien...

ledenezvert : finir quoi ? Il est gentil le gamin, mais il faudrait peut-être argumenter un peu là... Alors, je t'en prie l'ami, finit à ma place, nous écoutons tous avec attention... Quant au "tout premier jeu", sache que la console est sortie, chez nous, le 6 juin 1992, et le jeu le 27 août de la même année. Donc, quand je parle de l'un des tout premiers jeux, je parle de sa sortie européenne, pas asiatique ou américaine... Et puis, quand je vois le peu de sortie sur les consoles de nos jours, je me dit que, trois ans après leur lancement, on est presque encore sur des "tout premiers jeux"...
ledenezvert
Signaler
ledenezvert
@Masahiko666 : C'est bien beau de nous pondre un article sympatoche sur SCIV, mais il faut le finir maintenant ! Par contre, petite précision : le jeu n'est pas l'un des tous premiers de la SFC (console sortie le 21 novembre 1990) vu qu'il est paru le 31 octobre 1991, soit près d'un an après ;)
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Un de mes meilleurs opus de la série.

Mais je lui préfère quand même The New Generation/Bloodlines. :D

 

 

Par contre, une chose est sûre : Super Castlevania IV a le morceau le plus épique de toute la série.

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Ah ouais, à peine l'article terminé, et j'ai déjà un commentaire moi... Je l'aime bien ce Castlevania, vraiment, mais il n'est certainement pas mon préféré, puisque ce sera toujours le grand, l'unique, Symphony of the Night... Je ne l'ai pas fini encore, je dois être au niveau 11 je crois, là où il y a des coffres partout et où un squelette me saute dessus alors que je n'ai plus de sol derrière moi... Mais bon, je ne mens pas dans mon article quand je dis qu'il est excellent... Il y juste les instruments choisis pour les musiques que je trouve un peu hors-contexte, mais bon, la Super Nintendo, ce n'est pas un Amiga et ses sons midi et digitalisés...
Bloody Seb
Signaler
Bloody Seb
Mon Castlevania Arcade préféré, que de souvenirs dessus. J'ai dû le finir au moins vingt fois et je le finis encore assez souvent, peut-être une fois par mois. Quand je dis que je l'aime, c'est un euphémisme, c'est encore plus que ça....

Édito

 

Vous aimez vous battre contre une horde de gobelins amateurs de chair fraîche ? Les labyrinthes du Baron de Sukumvit ne vous effraient nullement ? Vous dépeceriez une brigade entière de trolls des cavernes pour quelques piècettes d'or et pour sauver une jeune fille en détresse ? Et en plus, vous vouez un culte sans borne et sans faille au grand Nyarlathothep ?

 

Alors, rejoignez le pire personnage de jeux de rôle possible et inimaginable...

Archives

Favoris