Signaler
Next Gen

La communication est une chose importante et sur cet E3 2013 Microsoft et Sony on du plancher sur leur plan de communication de manière intensive pour bien positionner leur future console. Mais qui dit communication ne dis pas forcément honnêteté ou réalité. Je vous l'avoue de suite, je suis historiquement plus Microsoft que Sony, à l'époque la Xbox m'a fait revendre ma PlayStation 2 mais j'aime aussi la PlayStation... et le PC, et Nintendo... J'aime le jeu vidéo en fait.

PS4 versus Xbox One

Le cap de Microsoft et sa Xbox One

Lors de sa première présentation quelques semaine avant cet E3, Microsoft s'était attiré les foudres de la communauté en déclarant de manière extrêmement peu claire ses choix, la gestion de l'occasion et de la connexion permanente. Des orientations discutables et qui font passer la firme de Redmond pour un monstre qui veut la mort du jeu vidéo tel qu'on le connais aujourd'hui. Avec cet E3, pas mal de confirmation sont venu définitivement affirmer le plan de développement envisagé par le constructeur américain. La connexion permanente sera effective (toutes les 24 heures minimum à l'heure où j'écris ces lignes) et la gestion de l'occasion n'a, pour le moment, pas été remise en cause. Qu'on adhère ou pas, Microsoft n'hésite pas à rester clair dans la direction qu'il envisage pour le jeu vidéo de demain. Ne vaut-il pas mieux un constructeur qui à une idée claire de ses choix. Je ne suis pas pour cet orientation mais j'ai apprécié la franchise et le courage de Microsoft d'assumer ses décisions.

Dans le passé, ils ont sut développer des mécaniques qui font aujourd'hui référence notamment sur le jeux en ligne sur console. Si toutes les consoles sont online aujourd'hui c'est parce que Microsoft à ouvert la voie avec son système Xbox Live, qui reste, à l'heure actuelle, le online le plus solide sur console. Sony s'en rapproche et s'en inspire et c'est tant mieux pour nous !

La claque de Sony et sa PlayStation 4

Ces choix contestables de Microsoft ne seront pas tombés dans l'oreille d'un sourd et Sony a su répondre avec force à Microsoft. C'est un très bon coup sur un plan marketing. Un prix à légèrement inférieur, une gestion de l'occasion à priori plus libre et une connexion non obligatoire, voilà qui aura suffit à faire exploser de joie de nombreux joueurs qui se sont également empressé de critiquer l'américain et d'encenser le constructeur japonais. Une excellente opération donc qui permettra à Sony de récupérer une partie du marché.

Sony à donc décidé de rester plus conservateur de son concurrent et le temps nous diras c'était le bon choix. L'avantage, nous autres joueurs, aurons donc le loisirs de choisir la vision d'avenir qui nous correspond le plus !

Mais il faut raison garder

Ne pas crier victoire trop vite. Si Microsoft semble avoir un peu de retard et un peu moins les faveurs du publique il ne faut pas non plus les enterrer trop vite. Car si Sony a pris le contre-pied de la Xbox One tout n'est pas rose non plus dans le monde du japonais. Allons y point par point :

La gestion de l'occasion

Sur ce point, Microsoft est pour le moment catégorique, les jeux seront associés à votre compte Xbox Live. Les prêter restera possible mais dans certaines conditions (à un nombre restreint d'amis Xbox Live que vous aurez préalablement déclarés, une dizaines aujourd'hui). La revente devrait être possible mais uniquement dans la boutiques qui auront pris part au programme de reprise mis en place par le géant américain, un logiciel qui permettra de rompre le lien entre le jeu et votre compte Xbox Live lors de la revente. Nul doute que les grandes enseignes tel que la Fnac ou Micromania seront « Xbox One Occasion Ready » mais pour les petits boutiquiers ce sera peut-être moins évident et je ne parle pas des reventes entre particulier qui sera à priori impossible. Le temps nous le dira.

Côté Sony, on vente la gestion libre des jeux, votre jeu est à vous, vous pourrez le revendre sans contrainte, le donner, le prêter, le brûler. Mais l'effet d'annonce passé, la communication de Sony à repris le dessus. Selon les informations disponibles actuellement, il semblerait que la gestion de l'occasion sera laissée au bon vouloir de l'éditeur et là me vient une question...

Ne vaut-il pas mieux un choix marqué, défendu bec et ongles sur une gestion règlementée de l'occasion qu'une liberté globale mais non garantie ? Comment réagirons nous si demain, un éditeur met en place des DRM sur PlayStation 4 ? Proposera-t-il un moyen de céder nos jeux ? Au moins avec la stratégie de Microsoft, on peut être contre, mais on sait où l'on va, ce qui ne semble pas être le cas avec Sony.

Et avant de crier au scandale, rappelons-nous aussi que sur PC, avec Steam par exemple, l'occasion n'est pas possible et il n'y a pas eu ce mouvement de contestation alors que le principe est le même. C'est inhérent au monde du PC qui est peut-être moins ludiques que celui des consoles qui sont historiquement plus des jouets qu'on aime partager.

La connexion permanente

C'est plus un problème éthique qu'un problème technique. Oui, il faudrait pouvoir jouer sans connexion internet, c'est un fait indéniable. Mais au vu des jeux évoqués lors de cet E3 sur les consoles next gen, comment envisager tout ça ? Dans la majorité des jeux qui paraitront sur ces consoles, le online en sera une part importante. La frontière entre mode de jeu solo et multi-joueurs n'a jamais été aussi ténue. Sans connexion, on ne profitera pas de ces jeux dont l'univers, le système de jeu, l'expérience repose sur le fait qu'on est en ligne. Aujourd'hui, en France, peut nombreuses sont les personnes qui ne disposent pas d'un abonnement ADSL / Cable / Fibre. Internet est dans les foyer et ne pas s'en servir serait dommage.

Seule chose qui pourrait être gênante, comment cela se passera-t-il dans quelques années quand la Xbox One sera remplacée ? Microsoft a-t-il déjà pensé à l'après ? La connexion obligatoire sera-t-elle désactivée via une mise à jour de l'OS de la console avant l'arrêt des services concernés ? Des questions qui ne manqueront pas de soulever les débats mais on n'y est pas encore... Pour le moment, jouons !

Le prix, la vraie différence

Là ou Sony à mis une vraie claque à Microsoft, c'est sur le prix de vente de sa machine. Plus puissante sur le papier et légèrement moins cher dans les rayons, une belle annonce qu'on nuancera juste sur le fait que les boites ne proposeront pas le même contenu. En effet, chez Microsoft le pack contiendra Kinnect alors que chez Sony la boite ne contiendra pas le PlayStation Eye. La différence ne sera que de 50€ à contenu égale. Maintenant, ce qui est malin, c'est de laisser le choix aux joueurs d'utiliser ou non cette caméra de capture de mouvement dont on ne sait pas grand chose pour le moment. Sur ce point, Microsoft ne peut pas se permettre de rendre Kinnect optionnel puisqu'il est au coeur de l'expérience Xbox One.

Au final, Sony a su prendre les devants pour plaire et Microsoft à conservé le cap qu'il s'était fixer. Il reste encore pas mal de zones d'ombres à éclaircir des deux côtés. Que ce soit sur la gestion de l'occasion, sur la nécessité d'être connecté, etc... Les deux acteurs n'en sont qu'au début de ce combat qui s'annonce dantesque. Les mois qui viennent seront déterminants et on verra quelles seront les évolutions, choix fait par les deux constructeurs. Prochaine étape, la GamesCom au mois d'Août prochain !

Voir aussi

Plateformes : 
Xbox One, PS4
Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

Retromag
Signaler
Retromag

La seule nouveauté du PS+ c'est qu'il est nécessaire pour le jeu en ligne. Les jeux gratuits existent déjà sur PS+ depuis l'an dernier et c'est Microsoft qui s'est inspiré du Japonais sur ce point.


oui, Sony invente une taxe sur les jeux neufs alors qu'elle s'appliquait jusqu'à maintenant seulement sur les jeux d'occaz. Cela signifie que tu paies deux fois le droit de jouer en ligne.

Pour le blocage de l'occasion Anfalmyr à soulevé le point.


Anfalmyr se trompe. L'interdiction existe bel et bien. Son activation n'est pour le moment pas souhaité. Mais rien n'interdit à un éditeur de la mettre en place car l'éditeur se trouve pris dans un étau. Proposer les DRM anti-occaz sur XBO, c'est favoriser la PS4. Je doute fort que cette situation bancale perdurera.
Luckypouet
Signaler
Luckypouet
La seule nouveauté du PS+ c'est qu'il est nécessaire pour le jeu en ligne. Les jeux gratuits existent déjà sur PS+ depuis l'an dernier et c'est Microsoft qui s'est inspiré du Japonais sur ce point.

Pour le blocage de l'occasion Anfalmyr à soulevé le point. Les réactions de Sony laisse entendre que ça ne sera pas le cas. Un bel imbroglio qui ne manquera pas de rappeler la période post présentation de la Xbox One ou les intervenants se contredisait parfois.
Retromag
Signaler
Retromag
Le pass online s'appelle maintenant PS+ et s'applique même aux jeux neufs. Pour noyer le poisson, Sony apporte des services supplémentaires propres à son service d'abonnement (jeu gratuit, bétâ...). Quant à l'occasion, les éditeurs ont le moyen de l'interdire en permanence ou partiellement sur PS4 mais Sony ne l'appliquera pas pour ses jeux.
Luckypouet
Signaler
Luckypouet
@Dopamine :

Je suis contre ce que propose Microsoft attention, surtout pour la gestion de l'occasion. J'essai juste de d'apporter un peu d'eau au moulin qui tournait quasi uniquement dans le sens de Sony de ce que je pouvais lire ici et là. Si ça suscite des réactions tant mieux :) Oui Microsoft impose ses choix, et c'est ça le plus gênant, mais d'un autre côté ils les assument et ça je ne peux pas leur enlever.

@frime_one :

Oui, c'est pour ça que je disais en début d'article que mon objectivité pourrait-être remise en cause :) Steam propose effectivement des tarifs défiant toutes concurrence mais le principe reste le même sur la revente ou le prêt. Après il y a dé-matérialisé et physique, et il est plus facile d'accepter de ne pouvoir céder son achat dé-matérialisé que si on possède une boite c'est vrai.

@Anfalmyr :

Au temps pour moi alors, j'en était resté au fait que le choix du bridage de l'occasion serait laissé aux éditeur. Néanmoins, il est étrange d'envisager la poursuite des "pass online" dès lors que des éditeurs comme EA ont annoncé récemment l'arrêt de ce genre de pratique sur leur futurs jeux.

Dans tous les cas les joueurs auront le choix et c'est bien le principal !
Anfalmyr
Signaler
Anfalmyr
Sony laisse aux éditeurs le libre choix de mettre ou non des passes occasions. C'est faux. il s'agit des network pass, qui brident donc le jeu en ligne (comme sur plusieurs jeux de cette génération), mais pas l'occasion. Sony a d'ailleurs surenchéri en précisant que les "pass occasion" seront rejetés si un éditeur tentait de les imposer, et comme la console n'a pas de connexion obligatoire, on pourra lancer les jeux sans avoir besoin de les enregistrer.
frime_one
Signaler
frime_one
Bonjour,
Ton article est intéressant même si on sent que tu es pro-microsoft.
Par contre, ton argument avec Steam n'est pas solide. Tu peux avoir des jeux récents pour un prix 3 fois moins cher surtout que Microsoft a confirmé des prix de jeux à 60€.
Dopamine
Signaler
Dopamine

Et avant de crier au scandale, rappelons-nous aussi que sur PC, avec Steam par exemple, l’occasion n’est pas possible et il n’y a pas eu ce mouvement de contestation alors que le principe est le même. C’est inhérent au monde du PC qui est peut-être moins ludiques que celui des consoles qui sont historiquement plus des jouets qu’on aime partager.

Ce point me hérisse. Et le fait qu'un certain nombre de joueurs ne le réalisent pas aujourd'hui me fait aussi peur.

Qu'on puisse accepter que la revente de jeux téléchargés puisse être soumise à certaines règles ou carrément empêchées ok. On achète en connaissance de cause.

En revanche, qu'on impose un système de contrôle sur un bien physique dont vous avez fait l'acquisition est parfaitement inacceptable. Que vous puissiez le trouver "normal" m'horrifie. Imaginez que demain vous ne puissiez revendre votre voiture parce que le constructeur le décide. Imaginez qu'il faille aller régulièrement au garage (un équivalent de la connexion permanente). Imaginez que vous soyez le seul conducteur autorisé et qu'il faille que votre femme soit enregistrée aussi chez le constructeur pour pouvoir la conduire. C'est ce qu'on veut nous vendre avec la X1. On peut reprendre à peu près le même exemple pour tout.

Pour le reste, rien de scandaleux. Sauf qu'au lieu de laisser le choix MS impose les choses.

Tomate, Caramel, 27

Par Luckypouet Blog créé le 16/06/13 Mis à jour le 01/02/14 à 21h45

Ajouter aux favoris

Archives

Catégories