Le Blog Explosif de l JohnMcClane l

Par l JohnMcClane l Blog créé le 29/12/11 Mis à jour le 05/02/12 à 23h24

Coup de cœur, coup de gueule, tests, vidéos, tranches de vie...

Ajouter aux favoris
Signaler

 

Salut à tous,

En ce dimanche 29 Janvier 2012, j'écris mon premier bilan (premier d'une longue lignée) pour faire un récapitulatif du mois passé. Après une fin d'année 2011 où les grosses sorties étaient légion, nous voici en Janvier 2012, mois d'anorexie vidéo ludique.

Que doit-on donc retenir de ce mois de Janvier ? Eh bien, si l'on doit retenir une chose, c'est que ce mois est placé sous le signe des jeux démartérialisés (XBLA et PSN en tête). En effet, dès le 11 Janvier, c'est la sortie du jeu qui annonce le (grand ?) retour de Paul Cuisset. Pas la peine de vous refaire sa biographie mais vous n'êtes pas sans savoir que ce monsieur est à l'origine de Flashback, excellent jeu d'action du début des années 90, ou encore de la série des motoracer. Son nouveau jeu se nomme sobrement AMY.

 

Mais que se cache derrière ce doux nom ?

Dans AMY,  se cache un survival-horror qui se veut redoutable. En effet, vous contrôlez la belle Lana qui est accompagné d'une petite fille autiste (c'est elle AMY !!!) qui possède de puissants pouvoirs. Pendant que ces deux demoiselles s'amusent comme des petites folles dans leur train (oui c'est ironique), celui ci déraille et à son réveil, Lana constate qu'AMY a disparu et que la gare dans laquelle elle se trouve est peuplé de zombies/mutants/infectés (rayez la mention inutile).

Après ce bref résumé, on entre dans le coeur de l'action et c'est là que le bât blesse. La belle et plantureuse Lana se meus avec l'aisance d'un semi-remorque, les combats sont d'une mollesse qui en devient limite soporifique et graphiquement, c'est d'un autre âge. Ces très nombreux défauts sont tout de même compensés par une ambiance oppressante, une durée de vie correcte pour un titre XBLA/PSN mais ce qui donne tout son intérêt au jeu reste la relation entre Lana et Amy. En effet, cette dernière possède de nombreux pouvoirs et peut par exemple créer des bulles psychiques qui étouffent les sons et permet de se glisser en zone hostile sans se faire repérer. Il faut aussi savoir que Lana est contaminé par le virus et si elle se trouve loin d'AMY risque de se transformer totalement (et c'est le game over). 

Je ne m'attarde pas sur ce jeu car ce n'est pas le sujet mais il faut tout de même savoir que le studio qui a réalisé ce titre (Vector Cell) est seulement composé de 10 personnes. De plus, le jeu ne vous coutera que 10 Euros, ce n'est pas une grande perte. Même si AMY ne redonne pas ses lettres de noblesse au survival-horror, ça reste un jeu efficace malgré une jouabilité ultra rigide qui pourra en rebuter plus d'un.

 

Seconde chose à retenir de ce mois de Janvier :

La sortie de Resident Evil Revelations, qui a crée un engouement énorme chez les fans qui retrouvent à travers cet opus le mélange parfait entre action (RE 4 et 5) et frissons (tous les autres :D).

Néanmoins, je ne vais pas m'attarder sur ce titre que malheureusement je n'ai pas pu faire (pas de 3DS, d'ailleurs je passe un appel à mes lecteurs si jamais vous ne savez pas quoi faire d'un 3DS contactez moi au 06.25.XX.XX.XX.)

Je vous laisse donc la parole, qu'avez vous pensé de cet opus ? Lachez vous, commentez, faites vous plaisir, encensez ce jeu ou descendez le !

 

Voila, un mois de Janvier placé sous le signe de l'horreur, des consoles portables et du démartérialisé. Je vous laisse donc à vos occupations et l'on se retrouvera pour un autre édito beaucoup plus dense et beaucoup plus enjoué pour le mois de février. A l'affiche : Soul Calibur V, The Darkness II, Final Fantasy XIII-II et bien d'autres...

 

Voir aussi

Jeux : 
Amy, Resident Evil : Revelations
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Tout a commencé un doux matin d'été, en 1996 précisement. Le jour où tout a basculé...

Mon grand frère rentre ce jour ci avec une nouvelle boite dans la main : sur la jaquette, un homme, arme à la main, et au dessus de lui douze lettres rouges sang...

Vous vous rappellez maintenant ?

Une fois le jeu lancé, j'étais foutu. Tout ce dont je me rapelle après coup c'est avoir enchainé tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un survival horror : Silent hill, alone in the dark, forbidden siren, project zero, parasite eve, dino crisis (oui même celui ci) et ça continue aujourd'hui...

Jamais aucun film ou aucun livre ne m'a fait frissonner comme un jeu, dernier exemple en date : Dead Space, sorti en 2008 mais qui s'est très vite imposé comme un monument du survival-horror de par une immersion sans précédent dans un univers oppressant et malsain. Arpenter les couloirs sans vie de l'USG Ishimura, nous procure à la fois mal-être et fascination, chaque salle est source de stress immense, sentiment accru par une nécessité de rationnement des munitions. Un vrai REGAL de bout en bout.

Pour ce premier post je ne m'attarderais que très peu sur ce genre vidéoludique cher à mon coeur et ce pour une simple raison, je me retourne alors vers toi, lecteur du blog Explosif de l JohnMcClane l, quel est ton survival horror de prédilection ?

Voir aussi

Jeux : 
Dead Space
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Archives