Le Blog de Leobiwan, ou l'Eloge de l'Interactivité Emotionnelle
Signaler
Dossier - La Série Silent Hill

 De Konami, sorti en 1999 sur Playstation, puis en 2009 sur PSN

 

LE SURVIVAL ACQUIERT SES LETTRES DE NOBLESSE

Toute histoire a un commencement, et celui de la saga Silent Hill a lieu en 1996. Motivée par la popularisation du survival-horror par le fameux Resident Evil de Capcom, une équipe du studio japonais Konami, la Team Silent, débute le développement d'un jeu du genre, avec comme ambition de toucher le public occidental. Sans résultat satisfaisant, ce premier projet est avorté. Les développeurs décident de tout reprendre à zéro avec de nouveaux membres au sein de l'équipe, Yamaoka en tête. Le projet s'axe alors pleinement sur la recherche d'émotion narrative ainsi que sur le concept de peur psychologique, et cette fois, il porte ses fruits. Encore sous le titre provisoire de «Silent Hill» sous sa version bêta, le jeu conservera ce nom lors de sa sortie en 1999, sur Playstation. Concrètement, ce que nous découvrions à l'époque se présentait comme un survival-horror fidèle à ses racines. On y contrôle un personnage vulnérable (même s'il court assez vite), qui n'a que peu d'armes à sa disposition (mais lui au moins, il peut tirer en marchant). Il lui est même possible d'achever ses ennemis à coups de savates, lorsqu'ils sont à terre. La progression elle, se fait majoritairement dans des couloirs au level design labyrinthique, où tout en tachant de survivre, il faut résoudre de multiples énigmes pour avancer. Enigmes qui demeurent néanmoins faciles, puisqu'à la manière d'un point'n'click, il suffit d'essayer tous les objets qui sont en notre possession pour trouver la solution empiriquement. Au niveau des particularités, Silent Hill instaure déjà la marque de fabrique de la série avec l'apport des cartes crayonnées, essentielles pour se repérer, la radio qui crépite à l'approche d'une créature, ou encore les caméras aux angles scriptés, qui contrairement à la concurrence, restent malgré tout dynamiques puisqu'elle suivent les déplacements du personnage. Enfin, techniquement parlant, on a là un produit plus que correct pour l'époque. Car malgré quelques ralentissements notamment dans la dernière partie du jeu et des animations pas toujours folichonnes, on peut profiter de textures très travaillées en plus d'être crédibles, ainsi que d'effets visuels absolument bien rendus tels que la neige qui fond sur le sol, ou l'éclairage de la lampe torche. De plus, une autre prouesse technique tient dans le fait que les déplacements dans la ville de Silent Hill ne se fassent sans aucun temps de chargement. Pour cela, c'est l'effet de brouillard, lui-même redevable à l'influence d'un certain «Mist» de Stephen King, qu'il faut remercier. Parce que grâce à lui, les limitations techniques de la console ont pu être palliées et le clipping constant camouflé.

L'intro du jeu :

 

PLUS QU'UN DRAME, UNE TRAGEDIE

Comme ses qualités cosmétiques le démontrent donc, Silent Hill faisait le job niveau gameplay, et parvenait on ne peut mieux à faire peur. Mais si son nom fut synonyme d'un tel gage de qualité, c'était surtout et avant tout pour son scénario, qui ne jouait clairement plus dans la cour de la série B. Tout commence lorsque Harry Mason et sa fille adoptive de sept ans, Cheryl, ont un accident de voiture comme programmé par le destin, aux abords de la ville de Silent Hill. Après que Harry se soit remis du choc, ce dernier d'aperçoit avec stupeur que sa fille a disparu. Sans hésitation, il part à sa recherche en direction de la ville embrumée et enneigée. Le constat se fera rapidement en y arrivant : cette Silent Hill, en plus d'être sujette à des conditions météorologiques peu communes, a été littéralement abandonnée pour n'être plus qu'une ville fantôme. Pire encore, les recherches de ce père prêt à tout pour sauver sa fille, le mèneront à affronter un véritable cauchemar éveillé, qui semble être le vestige de la souffrance d'une certaine Alessa Gillespie... Signée Keiichiro Toyama, l'histoire nous est exposée dès la cinématique d'intro, dans laquelle se déroulent plusieurs évènements essentiels à sa compréhension. Les éléments scénaristiques sont par la suite dévoilés au compte-goutte durant tout le long de l'aventure, et ce n'est qu'à la fin qu'il nous est ne serait-ce qu'envisageable d'interpréter les faits. On comprend alors à quel point cette histoire est affreusement dure et impitoyable, tout en étant contée d'une façon encore jamais vue, telle une allégorie... Plus qu'un jeu qui aura marqué son époque, Silent Hill est une parfaite démonstration de narration subtile et maîtrisée de bout en bout.

Voir aussi

Jeux : 
Silent Hill
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Gegeleroutier
Signaler
Gegeleroutier
Quelle magnifique intro! 16 ans après elle reste ma préférée avec celle de Gran Turismo sur la même machine. Aujourd'hui encore le rendu des visages en images de synthèse tient la route, comparé à d'autres jeux sortis à la même époque. Silent Hill est le jeu qui m'a vraiment fait découvrir la peur dans un jeu vidéo, avec son ambiance sonore malsaine à la limite de la folie (l'enfant qu'on entend pleurer dans les toilettes de l'école par exemple), son monde altéré métallique et glauque, ses monstres tout droits sortis de nos pires cauchemars. Un seul défaut : la mise en scène super statique des dialogues entre les personnages. Bref le jeu qui mériterait, selon moi, un vrai remake sur nos consoles actuelles à la hauteur de celui de Resident Evil sur GameCube.

Le Blog de Leobiwan, ou l'Eloge de l'Interactivité Emotionnelle

Par Leobiwan Blog créé le 10/01/12 Mis à jour le 22/07/13 à 11h40

Quand Art, Philosophie, Psychologie, Musique, Humour et Emotions se rencontrent, moi j'ai qu'une envie, c'est de l'écrire !

Ajouter aux favoris

Édito

En espérant ne pas trop bousculer les plus conservateurs des gamers, je tenterai à travers ce blog de véhiculer ma vision du jeu vidéo. En témoignant de toutes les monstruosités artistiques que l'on peut trouver dans le média, ainsi que des émotions les plus débordantes de puissance que j'y eusse ressenti, je ferai tout mon possible pour que le nom d' "Expériences Interactives" s'adjoigne à celui de "Jeux Vidéo".

 

Archives