Rubric-à-brac

Par KanyeEast Blog créé le 27/10/16 Mis à jour le 07/12/17 à 20h53

Quelqu'un comme vous, mais en moins drôle.
Cookie 2016 /o/

Ajouter aux favoris
Signaler

Salut les lascars !

Nous voici dans la dernière ligne droite de l’année, et comme de coutume, nous entrons dans l’époque des remises de prix sur les divers sites de jeux vidéo.

Et comme nous ne sommes pas en reste, nous les coquinous de la partie Communauté & Blog, nous allons décerner nos prix, les GAMEBLOG COMMUNITY AWARDS 2017 !

Tu publies des textes, des images ou des vidéos ? Tu écris des articles, produis des tests, partages des vidéos ? Le moment de la reconnaissance de tes pairs est peut-être imminent.

C’est toi, gameblogueur au quotidien ou du dimanche, qui va élever tes collègues, ou toi-même dans l’élite du gamebloguisme. Nul besoin d’être un pilier de la communauté qui squatte le fil des RT tout au long de la journée pour participer. Être inscrit est le sésame pour se retrouver parmi les nominés et pouvoir voter.

Si jamais tu veux voir ce que ça a pu donner l’année dernière, tu peux visiter ce post sur le blog du très aromatisé au rhum oliveroidubocal à qui je vais reprendre beaucoup (tout) de texte parce que je suis un gros flemmard.

 


Phase des inscriptions

Tout commence ici ! Ci dessous, je vous invite à consulter les catégories présentées pour vous inscrire ou désigner votre ou vos champions. Ainsi, si à vos yeux, vous ou un membre de la communauté que vous connaissez mérite sa place au panthéon des Gameblogueurs, il vous suffit de me le signaler dans les commentaires (ou en MP si vous êtes du genre timide). Il sera automatiquement ajouté à la liste des participants. Il est d'ailleurs vivement conseillé de proposer un maximum de  possibilités afin d'avoir le plus large panel possible. Dans ce commentaire ( ou ce MP) il est très important de préciser la catégorie dans laquelle vous (ou votre choix) mérite de concourir afin que je classe plus facilement les candidats, ainsi que de laisser un lien vers le blog, l'article, le test ou le membre, que je n'aie pas à le chercher pendant des heures. ;)

Phase de sélection

Un jury composé d'éminents membres impartiaux de la communauté (LOL) sélectionnera alors un maximum de 5 participants par catégorie, en fonction de critères totalement secrets et obscurs (et qui restent à définir!). Ces participants vous seront dévoilés avant la sélection. Ce sera alors à vous et à vous seuls de déterminer par vos votes quels seront les gagnants de ces élections. Si vous avez envie de participer à cette phase de sélection, faites vous connaître.

Ne soyez pas timide et n'hésitez pas à proposer plusieurs candidats par catégorie !!! N'oubliez pas, plus il y aura de participants, plus il y aura de perdants ! Et ça c'est génial !

Catégories

Certains prix apparaissent, d'autres disparaissent. C'est la dure loi des Gameblog Community Awards. Lisez bien le commentaire qui accompagne chaque catégorie, il vous guidera pour faire votre propre sélection.


Le Rookie de l'année (Blogs)

Ce prix récompense un blogueur méritant, arrivé cette année au sein de la communauté des blogueurs.


Le Vidéaste (Blogs)

Ce prix récompense le meilleur youtubeur ou podcasteur qui présente ses programmes sur son blog.


Le fourre-tout (Blogs)

Un prix qui récompense le meilleur blog qui parle de tout, et pas forcément de jeu vidéo.

 
Le Pimp My Blog de l'année (Blogs)

Ce prix récompense le blog le mieux présenté, celui dont l'esthétique est la mieux travaillée.


Le chineur de l'année (Blogs)

Ce prix récompense le meilleur chasseur de prix, de bonnes affaires, ou le champion des brocantes et autres collections.


L'Humoriste de l'année (Blogs/Gameblag/Articles)

Ce prix récompense le membre qui agit le plus efficacement pour nous faire rire, qu'il soit actif dans les blogs, les articles ou les Gameblag.


Le Critique de l'année (Blogs/Articles/Tests )

Ce prix récompense le meilleur testeur ou critique de la communauté, qu'il soit actif dans les blogs, les articles ou les tests.


La Plume de l'année (Blogs/Articles/Tests )

Ce prix récompense le membre au meilleur talent d'écriture, qu'il soit actif dans les blogs, les articles ou les tests.


L'article de l'année (Blogs/Articles/Tests )

Ce prix récompense le meilleur article de 2016, qu'il soit issu des blogs, des articles ou des tests. C’est le moment de plonger dans votre mémoire.


Le Super Héros de la communauté (Membres)

Ce prix récompense le membre qui agit le plus pour le bien (ou le mal à vous de voir) de la communauté.


Le Blog de l'année (Blogs)

Le prix ultime des blogueurs de Gameblog qui récompense le meilleur blog de l'année.



 

 

 


C'est maintenant à vous d'agir. Fouillez dans votre mémoire ou dans les méandres de la communauté pour faire vos choix. Vous avez jusqu'au 15 Décembre pour m'envoyer les candidatures, en commentaire de ce post ou en MP.

 

La cérémonie, elle, aura lieu le 25 décembre, sous le sapin.

Voici de quoi vous aider à donner vos candidats. Un petit Copier Coller comme ça la mise en forme est la même pour toutes les propositions:

Le Rookie :

Le Videaste :

Le Fourre-tout :

Le Pimp-My-Blog :

Le Chineur :

L'Humoriste :

Le Critique :

La Plume :

L'article :

Le Super Héros :

Le BLOG :

Bonne chance à tous ! Et merci d'avance de votre participation !

KanyeEast, roi du plagiat.



Note: Désolé pour le fil des blogs, mais je compte bien reposter cet article jusqu'à la date fatidique!

 

 

(Désolé olive pour cet énorme plagiat, mais l'idée de tout de voler me faisait tellement plus rire que tout ce que j'avais préparé depuis 10 jours. Allez, je repars sur mes 158 articles en cours d'écriture -_-)

Ajouter à mes favoris Commenter (30)

Signaler

Bonjour les marcassins et bienvenue dans les Krevawards KanyeEast Edition !

Suite à une nouvelle initiative du très curieux Neves, j'inaugure une salve de questions / réponses en chaîne. La prochaine victime sera le japonisant Joniwan qui, nous l'espérons tous, ne trichera pas comme la dernière fois. Hein mec ;)

 Arrêtons cette introduction déjà trop longue et rentrons dans le vif du sujet.

 

Présente toi à l'assemblée constitutive des membres de la commu' :

Bonjour, KanyeEast, membre turgescent et chevelu de la commu. La légende raconte que mes cheveux n'ont pas croisé de ciseaux depuis 3 ans. Quant à ma barbe...
Suiveur du site depuis 10 ans, plus ou moins actif au sein de la commu depuis ... 6 ans ? Je n’arrive pas à retracer le fil avec mes multiples personnalités ?
Oui, je suis long à la détente.
Sinon, trentenaire parisien, joueur depuis mes 4 ans. J'ai commencé sur Atari en mettant à l'amende mes frangins de 10 ans de plus que moi sur le tableau des highscores de Space Invaders. B)

Ecrivain raté, musicien foireux, sportif en carton, j'ai un boulot de merde.
MAIS j'excelle en descente d'alcools. Faut bien être bon quelque part.
Tu peux me retrouver quasi à poil dans les bars de la capitale à danser sur les comptoirs, ou assis dans une rame de métro, bourré, à chanter avec des rugbymen que je ne connaissais pas 30 secondes plus tôt.
Le gendre idéal.

Ton jeu de l'année ?

Je pourrais faire dans la facilité avec les grosses baffes dans la gueule qu’ont été Zelda : BOTW et/ou Mario Odyssey qui sont tous les deux des déclarations d’amour aux joueurs de jeux vidéo.

Du coup, je dirais Night in the Woods, dont je croyais avoir posté une review, mais qui est restée au stade de brouillon. Du coup, je profite de l’occasion pour réécrire cette revue.
Ce jeu est, pour moi, un exemple parmi tant d’autres de comment bien raconter une histoire. Les devs ont compris que des personnages bien écrits, c’est une grosse partie du chemin qui est faite.
The End is Nigh n’est pas loin.

Ta surprise de l'année ?

Deux surprises.
D’abord, le 1er août, je me suis levé et j’ai découvert que ma charmante bicoque avait été dépouillée de quelques uns de mes biens. Dont la sainte PS4 avec P5 dedans.
Ensuite quand ma tendre est rentrée à la maison avec une Switch. La fourbe m’avait fait croire qu’elle allait boire des verres avec des amis pour aller discrétos prospecter et acheter la nouvelle sainte console.
Ah non, en fait 3 surprises. La Switch. Puté qu’elle est bien cette console bénie des dieux. Je ne m’y attendais pas du tout.

Ta déception de l'année ?

Le connard qui a piqué ma PS4 est toujours dans la nature. Et je n’ai pas pu avancer dans Persona 5. ‘foiré. Pas pu finir Persona 5 et Yakuza 0.

Ta déception vidéoludique de l'année ?

J’ai essayé de lancer Deadly Premonition sur PC en janvier. Après 1h de tentatives de configuration + recherches sur internet, j’ai remis ça à plus tard. Peut-être en 2019.

Le scandale de l'année ?

Que le mec qui a écrit le questionnaire aie oublié le “e” de “scandale”.

Le scandal GB de l'année ?

Mes articles ne finissant pas en home. Putain Road Redemption, j’ai tout donné. :’(
Je pourrais parler de l’effet gourou de JC qui a fait du mal au site, et continue de faire du mal sur YT, mais bon… Tournons la page.

L'arnaque de l'année ?

Uncharted que l’on vend toujours comme un jeu renouvelé avec de vrais ajouts de zouf malade, et s’écoulant comme des petits pains, alors que c’est la même chose depuis 6 épisodes.

Le braquage de l'année ?

Nintendo qui a tout tabassé, alors qu’on ne les attendait pas après le relatif échec de la U. Oui, relatif, parce que c’était une super console. Comme la Vita.
Les mecs te font une com’ qui ne donne pas envie entre le online moisi où tu as besoin de ton mobile, des jeux multi  qui enverront (et c’est normal) moins du lourd. Mais ils te donnent du jeu. Et du solide qui te fait vendre le bordel par palettes.
Au final, j’ai la console en mains depuis 2 semaines. C’est une machine super avec un catalogue plaisant qui se complète bien avec mon PC.

La direction artistique de l'année ?

The End is Nigh. Ou Heat Signature. Ou Night in the Woods. 3 jeux pas testés sur GB. Et qui pourtant le méritent.
Si je devais choisir, allez… Night in the Woods, parce que c’est un gros coup de coeur quand même.

La bande-son de l'année ?

The End is Nigh, sans problème. Ces morceaux classiques que l’on connait par coeur quand on a bouffé du “Ça Cartoone” dans les années 80/90 revisités vers rock, ça tabasse.
Pas de lien YT, parce qu’il n’y a pas de droit, mais vous avez le droit d’acheter l’OST ici http://store.steampowered.com/app/666670/The_End_is_Nigh__Soundtrack/ ou là https://ridiculon.bandcamp.com/album/the-end-is-nigh-ost

 

La turbo-baffe de l'année ?

J’étais parti sur Zelda : Breath of the Wild sur Wii U qui est un putain de jeu d’une intelligence rarement atteinte dans un jeu vidéo, mais… Mario Odyssey. Ce jeu est une déclaration d’amour aux joueurs de tous les horizons, du débutant au fan de Mario. Ce qui me claque le plus peut-être, c’est que j’étais super sceptique sur les trailers, plus précisément sur New Donk City. Quand j’y suis arrivé, j’ai envoyé un colis à Nintendo contenant mon annulaire gauche.
Ce Mario file le sourire. Sourire qui reste plusieurs minutes après avoir arrêté de jouer.

Le développeur de l'année ?

Nintendo, what else ?

Le constructeur de l'année ?

Nintendo, what else ?

Le bide de l'année qui t'a fait plaisir ?

Un bide de jeu ne fait pas forcément plaisir quand tu sais que des mecs se sont donnés dedans.
En revanche, ce qui m’a fait plaisir, c’est le retour de flamme contre EA.

Le bide de l'année qui a fait du chagrin en toi ?

Dans la continuité de la question précédente, ce qui m’a moins plu, c’est que les joueurs s’en sont pris à un jeu, et pas directement à l’éditeur. Ce qui fera encore moins plaisir, ce sont les développeurs qui vont prendre cher.

L'expérience viscérale de l'année ?

Mario Odyssey. Ce jeu me parle des orteils au bout du mètre de mon dernier cheveu.

Le troll de l'année ?

Le test d’Assassin’s Creed : Origins par Fachewachewa.
Peut-être mon plus gros rire vidéoludique. De toujours.

Ton Top 5 de l'année ?

1/ Mario Odyssey

2/ Zelda : BOTW

3/ Night in the Woods

4/ The End is Nigh

5/ Heat Signature

J’ai changé d’avis en cours de rédaction de ces awards. Parce que j’ai avancé dans Mario, et j’ai approfondi ma réflexion sur NITW qui de 5e est passé 3e.
Et oui, ça ne correspond pas à mon jeu de l’année, ce top.

Tes attentes pour 2018 ?

Qu’on arrête de se pencher systématiquement sur les grosses productions n’apportant rien au jeu vidéo pour jeter un coup d’oeil aux choses plus modestes qui cherchent à créer des trucs.

Pose-toi une question et réponds-y.

Kanye, seras-tu un jour capable de tenir une putain de deadline, être à l’heure, et répondre au téléphone ou aux mails ?
Mais Kanye, pourquoi réponds-tu en plusieurs commentaires courts au lieu d’un commentaire unique plus long ?

Ah, je les attendais ces questions !
Et bien, jeune margoulin, tu verras que j’ai rendu ce texte dans les temps pour une fois !
Être à l’heure, c’est quelque chose de compliqué. J’aime être à l’heure. Je déteste faire attendre, je m’en veux même. Mais j’ai un énorme problème de concentration qui fait que je trouve TOUJOURS un truc à faire avant d’aller à un RDV, ou pendant que je fais un truc urgent.
C’est comme ça qu’on se retrouve à ce jour 16 revues, et 5 articles à l’état de brouillon.
En me mettant des dates/heures limites, j’arrive à raccourcir les retards quand même.
J’ai même réussi à payer mes impôts à temps !!!! \o/

Le mot de la fin ?

 

Apprenez à vous connaître et à être plus exigeant, ou “Arrêtez d’acheter de la merde bon dieu !”

 

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

  
Signaler
Cochon d'Indé (Jeu vidéo)

Avis rédigé en écoutant Brigitte Bardot - Harley Davidson et la discographie de Johnny Halliday sur vinyles d'époque. Parce qu'on est fan, où on ne l'est pas.

 

Edgar Trott fonçait à 250 km/h sur l’autoroute au guidon de sa puissante moto. Obsédé par la prime de 15 millions de dollars à qui ramènerait le corps sans vie du Motard Assassin, il doublait gaiement les voitures roulant lentement. “Oh merde !” fut sa dernière pensée quand d’un coup de latte vicieux, je l’ai envoyé s’écraser sur un mur, comme un moustique embrasse le pare-brise d'une bagnole à grande vitesse sur l'A1.



 

 

 

On regrette tous une licence oubliée au fond d'une prison humide par son développeur. 
Ian Fisch ne déroge pas à la règle, et pour lui, c'est Road Rash, jeu de course moto où l'on foutait des torgnoles dans la gueule du petit connard qui nous disputait la place de leader.
Le coquin en a même fait un post de blog en 2009 pour expliquer pourquoi EA (encore !) devait relacher le pauvre captif pour en faire une version au goût du jour.
Sauf que le sieur Ian Fisch est accessoirement développeur, et vu qu'EA n'avait pas l'air décidé à sortir un nouvel épisode de sa franchise, il s'est mis en tête de faire sa suite spirituelle, lui-même, de ses petits doigts boudinés.
Et armé d'une équipe aussi, parce que tout seul, le temps est long.

Et voila comment 8 ans plus tard, après du kickstarter, de l'alpha, de l'absence de nouvelles du projet pendant plus d'un an, et de l'early access, déboule Road Redemption.

Toi, l’amateur de simulations de deux roues, qui as faim d’avaler des kilomètres d’asphalte en soignant au mieux sa trajectoire, ce qui suit ne t’intéressera pas. 

Ici, on est en présence d’un truc qui sent la bière et la transpi, à la conduite arcade de la calandre jusqu’à l’embrayage. Ici, on est sur un titre qui propose en une partie de 20 minutes d’éliminer plus de mecs que sur un épisode d'Uncharted.
Point de réglages, d’aspiration, ou autres joyeusetés qu’affectionnent les passionnés qui se lèvent en pleine nuit pour mater un GP Moto de l’autre côté du globe. On est là pour la vitesse, des mandales et des bagnoles qui tombent du ciel !

 


Avant de poursuivre, point crucial sur l'histoire : il n'y en a pas. Ou si peu.
Un mec nommé Assassin (!) a buté un chef motard, du coup une guerre des gangs sur l'autoroute se profile. A toi, joueur, d'éviter que les choses dégénèrent en l'éliminant. Et empocher l'argent de sa prime aussi, parce que 15 millions de dollars, ça ne se refuse pas.
Vous ne trouvez pas ça logique ? Moi non plus mais on s'en fout.

Fils non reconnu à la mairie de Road Rash, Road Redemption tient de son géniteur officieux ses parcours remplis des descendants de Gunther, Natasha, Syd et compagnie, qui veulent eux aussi choper la prime, et dont il conviendra de se débarrasser si l’on souhaite rester en vie.

Pour ce faire, les développeurs ont mignonnement mis à disposition  une arme contondante et une autre tranchante dans les mains du nouveau venu. Leur utilisation est simple : un bouton pour frapper à gauche, un autre pour frapper à droite. A ça s’ajoutent le bouton de parade, et un autre pour filer des coups de bottes qui envoient valdinguer dans le décor. Au fil des tracés, on ramasse des armes à feu ou des explosifs sur la route pour varier les possibilités de latter la face de son prochain, dans la joie et la bonne humeur. Et surprise, pour moi qui ai toutes les peines du monde à viser en pilotant, Road Redemption se montre très amical : les ennemis ont la délicate attention de calibrer leur vitesse sur la notre pour éviter de trop frapper ou tirer dans le vide. Comme dans son ancêtre spirituel, le plaisir régressif de taper sur tout ce qui bouge en zigzaguant à toute allure est au rendez-vous.

Chaque fils de l’anarchie (ou poulet, comme dans Chips, pas ceux du KFC) occis est récompensé par de la nitro pour aller plus vite, un peu de soins et du fric à dépenser entre chaque étape pour booster ses armes, ses compétences, refaire le plein en nitro et vie, tout ça dans le but d’éviter le fatal Game Over faisant repartir à zéro.

Enfin, pas tout à fait à zéro.

 

Car Road Redemption est issu d'une union adultérine avec Rogue Legacy. De Rogue Legacy, il tient son système de progression par l’échec : si la mort fait perdre les objets ramassés, les compétences achetées et son argent, le joueur peut (est quasi forcé d’) utiliser l’expérience glanée au cours de la partie afin d’obtenir des boosts permanents. Ce qui fait qu’au bout d’un moment, l’on se retrouve plus ou moins obligé de venir à bout du challenge pour peu que l’on ne soit pas manchot. Du coup, si les premières chevauchées sont ardues, le jeu tend à se simplifier par la suite.


 

Malgré le fun de ses joutes à mort, si vous espérez un titre où jouer en non-stop pendant des heures, passez votre chemin. Road Redemption se savoure en jouant à petites doses, à moins d’être avec ses potes et de brûler la gomme sur écran splitté ou en ligne.

La faute à des niveaux qui se ressemblent tous entre eux, avec des portions à l’intérieur copiées-collées en leur sein. Il m’a semblé voir les mêmes routes d'un tracé à l'autre, avec comme seul changement le décor.
Déclarés coupables également les 5 types de missions à remplir sous peine de voir sa barre de vie maximale amputée de 25%. Seuls les niveaux avec chutes de bagnoles du ciel, le parcours sur les toits de gratte-ciels ou la course finale en bonus apportent un peu de variété.
D'ailleurs sur cette dernière course, je m'attends à ce que Nintendo tique un peu et dégaine son armada d'avocats, à moins d'une certaine tolérance.
On se retrouve au final à cogner sur les alliés, les flics et les punks sans discernement, quelle que soit la mission à réussir.

La musique aussi n’est pas étrangère. Répétitive à en devenir abruti, il vaut mieux couper la bande-son et se coller sa propre playlist dans les oreilles.

Dernier reproche qui rejoint un point abordé plus haut : je n'aime pas être pris pour un con. Quand je lance un run, et que je vois un écran de chargement qui me dit que le jeu génère plein de trucs aléatoires, ce serait bien d'être vrai, entièrement. En l'état, ce qui est aléatoire, ce sont les missions de chaque stage, et le nom de tout ce qui va prendre des coups dans la bouche, hormis les boss de zone.

Pour contrebalancer la lassitude qui pourrait s'installer aussi rapidement qu'une épidémie de gastro en hiver, il est possible de débloquer au fil de nos succès différents chauffards apportant des petites nuances dans la manière de les jouer. Untel aura moins de vie, mais plus de boost et gagnera plus de thunes et d'expérience, un autre ne gagnera des bonus qu'en décapitant ses adversaires ou encore un coureur obligé d'utiliser son capital nitro infini sous peine de perdre de la vie.

Malgré les défauts bien relous évoqués, Road Redemption trouvera sa place au coeur d’une soirée de jeux entre amis pour bien rire en s’insultant. Ou chez qui ne consomme pas de masse ses titres.
Et puis il a meilleure mine que ce truc infâme qui a un an de retard, tout droit sorti des bouches de l'Enfer et manufacturé par les mecs qui essaient de faire un Attack on Titan version médiéval occidental.

A télécharger sur le store Humble ou Steam.

 

 

Je fonçais à 250 km/h sur l’autoroute, au guidon de ma puissante moto. Obsédé par le Motard Assassin devant moi, je l’alignais avec mon fusil pour lui coller une bonne décharge de chevrotine dans les miches. La dernière chose qui m’est passé par la tête fut la poutre métallique sur le bas côté, après avoir pris un coup de latte bien vicieux.

 

 

 

 

 

 

 Images et vidéos, hormis Brigitte tirés du site officiel.
http://www.roadredemption.com/

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Signaler
CNC (Musique)

Semaine un peu footballistique : en bon gros beauf, je suis en émoi des deux sympathiques victoires du Paihessegeai au cours des derniers jours. Mais également un peu tristesse pour les copains monégasques qui ne tournent pas rond.
Et pour rappeler de bons souvenirs aux uns comme aux autres, aujourd'hui, je déballe du Youri "The Snake" Djorkaeff, ancien joueur des deux clubs sus-mentionnés, mais également international français, et intériste.
Youyou, comme on l'appelle dans le bouchonois s'est essayé au rap, avec plus ou moins de fortune, et c'est ce que je propose à vos cages à miel !

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

  
Signaler

Résultats plus bas les keums.

 

Salut les lascars !

Vous avez un gosse sous la main qui aime Yo-Kai Watch ou alors z'êtes fans ?
Très bien, j'vous propose de recevoir chez vous ou de le recevoir en mains propres (pas les miennes) un exemplaire Yo-Kai Watch 2 : Spectres Psychiques.

Oui, je suis un mannequin, né.

Comment faire pour gagner ce truc ?
Un commentaire pour signaler que vous êtes intéressé suffira. Je n'ai pas besoin de mentions "J'aime", RT ou n'importe. Tirage au sort par un procédé totalement arbitraire et résultat lundi aux alentours de midi.

PC : évidemment, je préfèrerais qu'un mec que l'on connait gagne, aussi les crevards, ce serait cool de rester dans votre coin, mon honnêteté ne m'empêcherait pas de vous faire gagner)

 PS2 : Oui, ce sont réellement mes cheveux.

Xbox360 : Oui, le jeu est tombé du camion.

Switch : Je me trouve drôle sur les PS, au moins un d'amusé :D

 

 

 

MàJ du 9 octobre

BONJOUR BANDE DE RAPACES !
J'ai mis tous vos petits noms dans une roulette magique, je l'ai lancé, et le vainqueur est....

nikolah le krevard 2.0. Félicitations à lui, on se parle en MP pour les modalités d'envoi ou de remise en mains quand on se boit des bibines !

Merci d'avoir participé, et vous pouvez remercier la générosité de Nintendo France.

PS : J'avais promis les résultats vers midi, mais le site aime me considérer comme banni à vie depuis mai.
Bon, c'est peut-être un peu vrai. MAIS COMMEME é_è

Voir aussi

Jeux : 
Yo-Kai Watch 2 : Spectres Psychiques
Plateformes : 
Nintendo 3DS
Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler
CNC (Musique)

Amis de la chanson, bien le bonjour !
Aujourd'hui, je vous invite à faire la connaissance de Pierre Pascual. 
L'ami Pierrot est un mec généreux. Le coeur sur la main le gars. Et la main dans le slip.

Bon visionnage !

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler

Partant d’une initiative du prolifique Neves (d'ailleurs, bientôt la saison 3 de Gomorrha), j’ai été mandaté par l'indépendant Fachewachewa (pourquoi je suis la levure officielle ? A cause de mon sang composé à 90% de bière ? :D) pour faire part à la commu de l’album, du livre, du jeu vidéo et du film que j’emmènerais sur une île déserte. 
J'ai légèrement dépassé le temps imparti de 5 jours, parce que j'essayais d'être plus noir que noir au soleil, et que de retour boulot, c'était un peu le foin.


 

Tout d’abord le bouquin. Lui, il m’est venu instinctivement. C’est mon livre de gamin, celui qui m’accompagne depuis que je sais lire, mon livre préféré. Histoires au Téléphone (Favole al telefono dans la langue de Dante) de Gianni Rodari, un recueil de nouvelles que raconte au téléphone chaque soir un père à son enfant pour l’endormir. C’est mignon, drôle, et chaque histoire a le don de me remonter le moral quand j’ai le cafard. Ce qui ne manquerait pas d’arriver à un moment si je me retrouvais seul sur une île déserte.

Aucun livre ne fait le poids, mais en second viendrait sûrement un roman des Annales du Disque-Monde. Parce que Pratchett.

Fun fact pour : au début de ma relation avec ma transalpine moitié, lors d’un passage chez moi, je lui ai montré ce bouquin, le présentant comme mon livre préféré. Comme la vie est bien faite, c’était également le sien. Du coup, nous avons chacun le notre dans notre bibliothèque, chacun dans sa langue maternelle.

 

 

Le film est venu assez rapidement. Je ne suis pas un cinéphile. J’aime beaucoup en regarder, mais je n’éprouve pas le même plaisir qu’en lisant. Le fait est que j’ai du mal à regarder des films plus de 2 fois. Il y a bien les nanars et les films de série B des années 80, qui me font bien rire ou les films d’action de fin 80 / début 90 que je regarde en balançant certaines répliques en même temps que les protagonistes avec toujours autant de délice.
Cependant, le film que je peux regarder encore et encore, et donc que je prendrais avec moi, c’est La Cité de la Peur. Pas très original, j’en conviens. Mais l’amoureux de Les Nuls que je suis serais content de se plonger avec nostalgie dans ce film.


Maintenant, les dilemmes. D’abord la musique.
J’écoute beaucoup de choses, tous styles, et je retiens facilement l’instrumentalisation sur les titres que j’aime. Du coup, je peux me refaire des albums mentalement sans soucis. Du coup, je me suis bien retrouvé emmerdé pour faire ce choix.

Après bien des débats internes, je suis arrivé à Nevermind de Nirvana. En réfléchissant bien, je me suis rendu à l’évidence que je n’aimais pas tous les titres de cet album, et donc que je serais soûlé de me l’écouter.

Je me suis penché sur Amnesiac de Radiohead, parce que Radiohead est mon groupe de l’amour, et que cet album est pour moi leur meilleur (hors A Moon Shaped Pool, mais lui, je n’ai pas encore assez de recul).

Puis deux albums me sont venus en tête. Chacun pour les mêmes raisons. Rage Against The Machine de Rage Against The Machine, et Homework des Daft Punk. Tous les deux ont été un choc dans ma vie.
Quand un gamin de même pas 10 ans vivait dans un milieu très hip-hop, fin 80 / début 90, et surtout là où est né NTM, il ne s’ouvrait pas forcément vers un autre style musical, même s’il y a un lien comme avec RATM. J’ai été fasciné quand j’ai entendu la voix de Zack, et les riffs de Morello. J’ai saigné des K7 à écouter Killing in the Name Of enregistré à l’arrache sur Skyrock en boucle en cachette, pour pas que l’on sache que j’écoutais des chevelus. J’ai énormément écouté l’album téléchargé bien illégalement. J’ai mis 26 ans à acheter cet album, mais le kiff de l’avoir physiquement.

Trajectoire différente pour les Daft. Découverts sur M6 dans le culte Boulevard des Clips, j’ai bougé ma tête cash pistache. C’est le premier album que j’ai acheté. Et même si écouter de la musique de drogués passait mal, j’assumais. C’est ce CD qui m’a définitivement ouvert sur les autres styles musicaux, et à partir de là que j’ai commencé à consommer de tout. En plus cet album est excellent, du début à la fin.

C’est pour ça que je prendrais Homework des Daft Punk.



Autre gros morceau : le jeu vidéo.

J’ai eu du mal à choisir parce que je me suis trompé. J’avais commencé ma réflexion avec les choix du coeur. Du coup, j’ai du Final Fantasy Tactics, du Vagrant Story et du Final Fantasy 12 (Ivalice <3) qui sont montés en tête, mais aussi Super Puzzle Fighter, Fallout 2, Morrowind et le dernier Zelda.

En me calmant un chouïa, je me suis raisonné : la trilogie Ivalice, autant je la porte dans mon coeur (j’ai fini Vagrant Story une vingtaine de fois tant je l’aime), autant je ne pourrais pas y jouer jusqu’à la mort sans m’en lasser.

Qu’est-ce qui aurait un potentiel infini de distraction ? Super Puzzle Fighter ? Non, il faudrait être 2. Zappé.

Zelda BOTW me fera chier un jour, c’est certain.

Un potentiel infini de distraction… Le Démineur. Simple, efficace. Tetris aussi. Non, ils me rendraient fou au bout d’un moment.

J’ai pensé à Shenzen I/O aussi. Mais je ne sais pas si j’aurais la patience de faire fonctionner des choses.

Me restaient Fallout 2 et Morrowind.

Je pourrais m’amuser éternellement avec ces deux-là, tant que mon imagination ne fait pas défaut. J’ai déjà fini Fallout de nombreuses fois en m’imposant diverses conditions sur chaque partie sur la feuille de personnage du héros, puis en lui inventant des traits physiques ou de caractère.

Pareil pour Morrowind, sauf que je n’ai jamais réussi à aller jusqu’au bout d’une partie, parce que je n’avais pas vraiment le temps de jouer quand je l’ai pris, puis un certain World of Warcraft a vampirisé mon attention. Et surtout quand j’y jouais, je passais la majeure partie du temps à glandouiller sur l’île de Vvardenfell.

Je prendrais Morrowind GOTY Edition. Pour la mélancolie du titre. Parce que c’est le premier jeu où je me suis promené dans un monde ouvert, sans but précis. Regarder les lunes, chercher les constellations, lire les livres, observer les PNJ “vivre” leurs vies. En parler me donne envie de m’y remettre.


 

En résumé, je me retrouverais bien sur une île déserte avec Histoires au Téléphone de Gianni Rodari, La Cité de la Peur, Homework des Daft Punk et Morrowind.

 

Je lance cette chaîne du malheur sur Donald87, parce qu'en rentrant chez moi, je vois tous les jours en rentrant chez moi un mec qui a posé un tag pour demander sa copine en mariage, avec des persos Disney.

 

 

Bonus track :

 

S'il m'avait été demandé un(e) BD, comic, manga, ce serait Retour au Collège de Ryad Saatouf.
Une série, The Leftovers, parce que le lâcher prise, et surtout parce que cette série m'aurait aidé à un certain moment dans ma vie.
Un documentaire, Les Yeux dans les Bleus, parce que je suis un beauf qui se le mate à chaque revers de l’EDF en compétition internationale.

Des choix assez nostalgiques et mélancoliques que tout ça !

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
CNC (Musique)

YO !

C'est la rentrée. Il pleut, il fait froid.
Le soleil vous manque. La plage aussi. Les grillades au barbecue, je n'en parle pas.

Comme je suis grand saigneur d'oreilles, je vous offre l'occasion musicale de vous replonger un peu dans cette ambiance estivale, vacancière. Ne me remerciez pas.

Puis si avec une vignette si raccoleuse, je ne pète pas le nombre de vues, c'est que l'autre avec ses 150 posts à la suite de vidéos osef sur AC aura sévi.

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

  
Signaler
VGM (Musique)

Connaissez-vous Darren Korb ? Non ? Non, lui c'est Korben Dallas, Bruce Willis dans le 5e Élément.
Darren Korb est le compositeur de Pyre, 3e jeu de Supergiant Games.
Supergiant Games, ça ne vous parle pas ? C'est le studio, fondé par des anciens d'EA, derrière Bastion et Transistor. Et Darren Korb était déjà de la partie pour ces deux là.
Tout ça pour vous faire écouter Old Friends, et sa variation fredonnée par Ashley Barret, qui doublait Zia sur Bastion et Red, la protagoniste de Transistor, et fait partie de l'aventure Pyre, elle aussi.

 




Et mon petit doigt me dit de vous transmettre que Pyre, c'est bien.

Les OST des jeux Supergiant Games sont disponibles ici, en version numérique.
L'OST de Transistor édition vinyle.
Darren Korb sur Spotify.
Les OST sur YT.

Voir aussi

Jeux : 
Bastion, Transistor, Pyre
Sociétés : 
Supergiant Games
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

  
Signaler
VGM (Musique)


Salut les tigres !

Si je vous écris "TIGER ! TIGER ! TIGER ! TIGER ! TIGER KNEE ! TIGER ! TIGER ! TIGER UPPERCUT ! OUAHOU OUAHOU OUAHOU ! *boom* *ploc* YOU LOSE ! BWA HA HA HA HA HA HA", ça rappellera aux anciens de bonnes vieilles déculottées face à l'empereur du Muay Thai, Sagat.


  Bâtard.

Doté d'une allonge d'enfoiré, d'une force de frappe violente et d'une tendance à enchaîner ses coups spéciaux en beuglant, beaucoup n'ont pas vraiment pu se concentrer sur la musique du stage qui est, pour moi, un des meilleurs de SFII.
Bonne écoute.

En bonus track, veuillez trouver ci-joint un récap de tous les thèmes de Sagat jusqu'à SFIV.
Cordialement.

 

Voir aussi

Jeux : 
Street Fighter II, Street Fighter II (Super NES)
Sociétés : 
Capcom
Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Édito

Archives

Catégories

Favoris