Un Chat au Japon.

Un Chat au Japon.

Par Kaminos Blog créé le 09/02/10 Mis à jour le 26/11/15 à 02h54

Blog d'un chat gamer expatrié au Japon, qui bosse dans le jeu vidéo :)
C'était pas facile de faire comprendre aux douanes que je devais pas aller en quarantaine, mais j'ai réussi.

Ajouter aux favoris

Catégorie : JV

Signaler
JV

 

 

Ha, enfin. Enfin, enfin, enfin. Je peux enfin jouer à mes jeux Wii sans l'impression de revenir à l'ère 32 bits. Dites-moi que j'ai un problème, ou plutôt que ma télé en a un, mais ma Wii rendait aussi bien dessus qu'une petite Japonaise entre 30 rugbymen : à moins de donner dans le porno cradingue, elle n'avait pas grand-chose à faire là.

Du coup, avec l'arrivée de la Wii U, c'est toute ma ludothèque Wii, consciencieusement amassée au fil des années, qui s'ouvre à moi. A moi enfin toutes les pépites de cette console ! Avec en premier lieu un jeu qu'il me brûlait d'envie d'essayer : The Last Story.

J'avoue bien volontiers que je suis friand de RPG Japonais : mes jeux cultes en sont, pour la plupart. Mais à quelques exceptions près, j'avoue tout autant volontiers que cette génération de console fut peu propice à l'érection de titres cultes dans le genre. Non pas que le nombre de bons jeux manquait. Mais plutôt qu'exception faite de l'excellent mais néanmoins controversé Final Fantasy XIII, le genre s'est prélassé, ces dernières années, dans un immobilisme consenti, lui permettant d'être le témoin privilégié d'une indiscutable évolution du média.

Mistwalker, mené par Mr Sakaguchi, est venu brisé cette contemplation amère, dans laquelle de nombreux développeurs Japonais se morfondaient. « Oui, il est possible de rattraper le train en marche. Le joueur a évolué, le jeu vidéo aussi. Alors pourquoi pas nous ? ».

En résulte un jeu anodin, destiné à être incompris de la plupart, même du féru de jeux de rôles, qui enchaine les donjons et les quêtes annexes, rapide comme l'éclair.

 

J'ai pourtant été bouleversé par le titre, dont les défauts ne sont finalement qu'une preuve de vouloir bien faire, et dont la trame, le système de combats, les personnages vous attachent de bout en bout. Je me souviendrai de Callista et Marania aussi bien dans vingt ans que je me souviens de Terra et de Garnet aujourd'hui.

Le système de combat est très original, à mi-chemin entre un MMORPG et un FFXIII. La première moitié du jeu peut se révéler assez bourrine, à la manière d'un Tales Of, mais la suite se complique, forçant le joueur à assimiler le système.

Zael, le héros, a un pouvoir lui permettant d'attirer l'attention des ennemis. Globalement, il est le tank du groupe, dont la majeure partie est constituée de magiciens, nécessitant du temps pour lancer leurs sorts.

De même, la progression dans le jeu est très linéaire, à l'instar d'un certain FFXIII. Coïncidence ? Ou la preuve que les créateurs de grands RPG ont compris qu'on n'avait pas besoin de se perdre pendant des heures dans un donjon pour apprécier un jeu ? Je vous laisse deviner. Et puis comme je vous disais, moi, la linéarité, j'aime ça.

Et le fait que The Last Story se finisse en une vingtaine d'heures, aussi. Il y a vraiment des gens pour penser que c'est un inconvénient ?

Ce qui est rare et réussi dans TLS, c'est la manière dont il use des pratiques du MMO dans un jeu offline. Si l'IA se montre parfois défaillante, c'est la première fois dans un RPG que j'ai l'impression d'être un vrai membre de groupe, plutôt qu'un héros aide de sidekicks. Déjà parce qu'on ne découvre pas chaque personnage un à un. Non, on est propulsés directement fans le groupe de mercenaires, et finalement, le nouveau personnage, c'est le joueur !

 

Un conte d'une enfantine maturité, que certains qualifieront sûrement d'empreint de naphtaline. Mais personnellement, je dirais que son créateur n'a pas fini de nous prouver que le maitre du genre, c'est lui.

Ajoutons à cela le soin apporté au produit (doublage Anglais exceptionnel, traduction française impeccable, packaging soigné), la partition de Nobuo Uematsu privée et intimiste, et vous obtenez clairement un jeu de rôle marquant, qui m'a rappelé plein d'excellents souvenirs en ne sortant pas la carte facile de la nostalgie. Amateurs de RPG ayant tourné la page avec le temps, ce jeu est pour vous.

Voir aussi

Jeux : 
The Last Story
Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Signaler
JV

Comme beaucoup, je trouve que les récentes années furent excellentes, vidéoludiquement parlant. Il en va de même pour 2012, qui proposa son lot de jeux de oufguedin.

Cependant, 2012 aura aussi été une année de grosses déceptions. Pas dans le genre pétard mouillé, non. Dans le genre « très bon jeu, mais que si les dev ça avait pas été des gros cons, qu'il aurait été parfait leur putain de jeu ». 2013, top and flop, go go go.

 

TOP

 

 3 -

 

Catherine est l'exemple typique du jeu mal marketté. Avant de le mettre dans ma PS3, je pensais avoir droit à un jeu pseudo érotique sur fond de puzzle game. Merci Atlus de me l'avoir vendu comme tel.

Catherine n'a RIEN de sexy (mais traite de la sexualité, nuance), parlera à tous les hommes qui se sont déjà investi dans un couple, et encore plus ceux en pleine « crise de la trentaine ». L'implication du joueur y est géniale, et, par beaucoup d'aspects, il me rappelle Heavy Rain. Le gameplay y est excellent et l'ambiance musicale exceptionnelle. Ne pas le faire serait se priver d'une véritable expérience différente dans le paysage vidéoludique actuel. Une perle.

 

 

2 - 

 

 

 

Vous connaissez mon amour pour Dead or Alive. Dead or Alive 5 est un vrai nouveau départ pour la série : après pas mal de semaines de jeux, il est vrai qu'il m'accroche moins que le quatrième opus. La faute à quoi ? Je ne saurais que dire. Car il revisite intelligemment toutes les bases de la série et comprend que six ans se sont déroulés entre lui et son prédécesseur. Alors oui, il lui manque un certain challenge sur le long terme, chose que savait proposer DOA4. Mais qu'importe, je n'avais pas pris mon pied sur un jeu de combat depuis bien des années. Depuis le 4 en fait.

 

 

 

 1 -

 

 

 

Virtue's Last Reward a réussi l'exploit de remplacer 999 dans le statut de jeu culte. Il a changé ma vision du jeu vidéo. Son ambition narrative est au-delà du raisonnable. Il reprend le concept de 999 et d'Ever17 et en fait un vrai jeu. J'irai même jusqu'à dire qu'il est le premier vrai jeu vidéo : celui qui justifie son support dans sa narration, qui n'aurait jamais pu être fait autre part que sur console. Vous pouvez aussi lire mon dossier sur la série.

 

 

 

 

Les trois jeux suivants sont bons, excellents même. J'aurais très bien pu les mettre tous les trois dans mes jeux de l'année. Mais chacun à leur manière, ils m'ont frustré, et ont généré en mois une énorme déception. Explications.

 

FLOP 

 

 3 -

 

 

Dishonored est l'antithèse des deux prochains jeux : il est fini et léché, les développeurs ont brillamment réussi à retranscrire dans leur jeu ce qu'ils souhaitaient faire. Et en ça, c'est une réussite. Mais ce qui m'a énervé, c'est finalement la restriction de libertés, non pas voulue, mais insidieuse : dans un GTA, on nous dit qu'on « fait ce qu'on veut ». Non. Dans un GTA, on vole des voitures et écrase des piétons.

Dans Dishonored, on a le choix. Non. On a trois ou quatre chemins différents, pour finalement arriver à un dénouement téléphoné et sans réel ambition scénaristique. Dishonored est toutefois bien plus abouti qu'un Deus Ex, et quelques moments de génie, de gameplay émergent. Dishonored vaut chacun de ses pesos, mais sera rapidement oublié.

 

 

  

2 - 

 

ZombiU. Que je renommerai « le jeu parfait...ement relou ». Sans déconner, ZombiU était à un poil de proposer la plus belle expérience de survival de tous les temps. Le jeu aurait bénéficié de deux mois de développement supplémentaires, il serait dans mon Top (et pas en bas). Il est le jeu qui m'a fait le plus flipper de tous les temps. Il est celui qui a parfaitement cerné ce qu'était un Zombie. Sa progression est excellente. Son multi. Mais il n'est pas fini. Mais il est bourré de bugs. Mais la fin est une daube sans nom. Mais il m'a obligé à effacer une sauvegarde de quinze heures. Mais son multi est un proof of concept.

Vous faites chier Ubi. Vous êtes des dieux, mais vous êtes des gros connards. Je vous aime et je vous déteste. Et le pire, c'est que je précommanderai ZombiU 2 à la seconde où il sera disponible. Arg.

 

 


1 - 

 

 

Je vous renvoie vers mon test du jeu, mais Gravity Rush est un parfait exemple de la fin ouverte totalement ratée, qui vient par la même pourrir l'expérience de jeu, qui est elle d'une qualité irréprochable. Ma plus grosse déception de l'année, mais comme Denver, « bien plus encore ».

 

 

 

  

Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Signaler
JV

Aujourd'hui, je suis en mode Poufy, suite à une belle trouvaille sur Youtube, pour la nouvelle campagne de pub de Microsoft, concernant Internet Explorer sur Xbox Live. Une vidéo retournante !

 

 

Vous voyez ce que je veux dire ? ;) Cette vidéo fait partie des pubs les plus présentes sur Youtube, la classe.

Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo.

 

(à moins qu'en fait, Internet Explorer devienne le meilleur browser du monde en retournant ses appareils ? :p )

Voir aussi

Plateformes : 
Xbox, Xbox 360
Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
JV

Parce que faire des loopings avec son cheval, tu peux pas test. Vivement !

 

Voir aussi

Jeux : 
Dynasty Warriors 8
Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Signaler
JV

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

  
Signaler
JV

Petite vidéo d'un exemple de choses sympas qu'on peut trouver sur Miiverse !

 

Voir aussi

Jeux : 
ZombiU
Plateformes : 
Wii U
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

  
Signaler
JV

 

Mon amour pour Nintendo est loin d'être immodéré. Je dirais même qu'il est celui des quatre gros acteurs du marché (et oui, Apple est là) dont je me sens le moins proche.

Pourtant, j'ai longuement joué à l'intégralité de leurs consoles. J'ai passé parmi les plus belles heures de ma vie sur Pokémon Bleu, Goldeneye, A Link to The Past et Ocarina of Time.

La Nintendo DS est une console que j'ai appris à aimer trop tard, malheureusement. J'ai essayé de ne pas réitérer mon erreur en acquérant une 3DS dès le début. Et même si je trouve que c'est une (très) bonne console, elle ne me parle pas. Pareil pour la Wii : pour cette dernière, c'est même pire. J'aimerais l'aimer, mais je n'y arrive pas.

A chaque fois que j'essaye de lancer l'un de ses jeux d'exception (et Dieu sait qu'elle en a), j'arrête rapidement. Je tiens à mes yeux, et ils perdent trop de sang à chaque fois que je suis face à elle.

Bref : Nintendo et moi, c'est je t'aime moi non plus.

Et pourtant, le concept de la Wii U m'a directement parlé. Je sentais qu'elle était faite pour moi. Alors j'ai cassé ma tirelire pour prendre le gros pack ZombiU. Oui, ce pack est cher. Mais il est le seul qui permet de vraiment exploiter la console, sans frais caché. Pas de disque dur en plus (pour le moment), ni de Wiimote à acquérir. Dans ce pack, on a vraiment tout pour passer une première excellente expérience sur la console, que ce soit en solo ou en multi.

Et voici la mienne. 

 

La console est assez quelconque, assez petite. Je ne vais pas vous la refaire, mais je trouve simplement l'ergonomie du Gamepad très bonne. Il en va de même pour la manette pro, et je ne suis pas gêné par le fait qu'elle possède des boutons et non des gâchettes sur les tranches.

Cependant, l'échange de boutons / joystick par rapport à son modèle sur 360 demande un certain temps d'adaptation.

Je n'ai que deux choses à vraiment reprocher à la console et à son pad : l'absence de port ethernet, honteuse. J'ai bataillé pendant des mois pour avoir la fibre optique chez moi et ai continué le combat, pendant des heures, pour me créer un réseau ethernet de la mort. Ce n'est pas pour venir gâcher le tout avec une installation en WiFi, un débit ridicule et un ping honteux.

Alors oui, je vais claquer 30 euro de plus pour me payer l'adaptateur ethernet (et encore, il y a une grosse perte de débit avec l'USB), mais c'est honteux. Je préfère encore la méthode de Microsoft, qui faisait payer le WiFi plutôt que l'ethernet. Les câbles, c'est la vie. C'est tout.

Mon deuxième reproche va lui au gamepad, et surtout à son autonomie. En jeu, on est sur du quatre heures. C'est trop peu. Beaucoup trop peu. Vivement qu'un accessoiriste sorte une grosse batterie.

L'OS, quant à lui, est bourré de bonnes idées. Miiverse est fort sympathique quand on s'y est fait. Le navigateur agréable (pas de flash, mais ce n'est pas bien grave), et l'ergonomie d'ensemble est bonne. Cependant, l'OS n'est pas fini, c'est une certitude. Il manque de maturité et de phases de tests. En plus d'être d'une lenteur chronique, il m'est arrivé à plusieurs fois de planter la console, littéralement. Mais où est donc passé le Nintendo Seal of quality ?

Bref, le hardware est bon, mais j'ai l'impression de passer pour un bêta testeur. Consentant, après tout, donc je n'ai pas à râler. Après une grosse installation, un paramétrage sans, et des mises à jour honteusement longues, je peux enfin jouer.

Bien sûr, je commence par ZombiU. Et là, je tombe amoureux. Pourtant, je ne m'y attendais pas une seconde. J'ai toujours adoré les zombies, mais jusqu'à aujourd'hui, aucun jeu de zombies ne m'a plu. Celui qui s'en tirait le mieux était encore le multijoueur de Call of Duty.

Les zombies, c'est du serious business. On ne s'amuse pas avec. Une apocalypse zombie, ce n'est pas drôle. Il faut y survivre. C'est une lutte interminable pour aller chercher un peu d'eau. Ne jamais trouver le sommeil. Ne jamais faire d'erreur, sous peine de mort. Ce n'est pas tout shooter dans un super marché ou s'amuser à faire sauter des têtes.

Et bien ZombiU est le premier jeu à faire transparaitre ce sentiment de survival. Et il le fait magistralement bien. On le compare souvent à Dark Souls, personnellement, je vais plus loin : C'EST le Dark Souls du survival horror. Je n'ai pas souvenir d'un aussi bon jeu éditeur tiers à un lancement de machine. Bravo Ubisoft. Mis à part le corps à corps, vous avez créé un des meilleurs jeux de cette année. 

Et mon n'avis n'est pas près de changer devant le mode multijoueur dont je raffole, et qui s'avère une excellente illustration du gameplay asymétrique. L'un tient le controller pro, et joue un survivant, en mode FPS. L'autre incarne le roi des Zombies et place ses unités, à la manière d'un tower defense.

Les possibilités sont presqu'infinies, et on prend un malin plaisir à tenter de piéger notre pauvre rescapé.

Je regrette amèrement que quatre joueurs ne puissent se partager l'écran, mais bon, j'imagine qu'il faut bien un ZombiU 2 ...

J'ai aussi pas mal de temps sur Warriors Orochi 3 Hyper, dont je compte d'ailleurs vous pondre un test la semaine prochaine. Clairement, on est face au même jeu que sur Xbox et PS3. La même orgie vidéoludique, qui ne parle clairement qu'aux fans de la franchise. Mais qui leur parle bien. Il est même un poil moins fluide. Pourtant, je l'adore : le mode splitté, qui n'en est en fait pas un (l'un joue sur la télé, l'autre sur le gamepad) est génial. Je n'ose imaginer ce que cela donnera quand la WiiU gèrera un deuxième Gamepad. J'ai hâte.

Exactement comme le fait de pouvoir passer le jeu sur l'écran du Gamepad, qui me permettra de jouer en lose au dodo : le plaisir ultime.

Un des autres gros points que j'attendais était la rétrocompatibilité : j'ai énormément de jeux Wii dont je veux profiter. Eh bien, je le ferai sur Wii U. Sans apporter un upscale de malade, la Wii U retransmet mieux les couleurs, et affiche définitivement un rendu plus propre. A moi Pandora's Tower, Xenoblade, The Last Story et Madworld. Yay.

 

En conclusion de ces premières impressions, je me contenterai d'un seul constat : la Wii U est la console Nintendo qui me branche le plus depuis la Nintendo 64.

Elle est celle qui arrête enfin de confondre multijoueur et casual (sans jugement de valeur).

Jouer en multi, non, ce n'est pas uniquement s'agiter sur Just Dance ou Wii Sports. Que convivialité n'est pas antonyme de technicité. Que le fun d'un Goldeneye est un fun de pur core gamer. Qu'il est le même que celui de ZombiU ... Mais aussi qu'une bonne console en multi ne doit pas l'empêche de proposer de bonnes expériences en solo.

Il faut bien sûr que Nintendo termine son OS et que la console soit alimentée en contenu, mais j'ai bien l'impression que la Wii U est une console que je vais chérir. Parce qu'elle parle au gamer qui est en moi, sans artifice. Sans avoir besoin d'exposer des chiffres démontrant sa toute puissance. Son processeur, sa mémoire, son chipset graphique : qu'est-ce que je peux m'en ficher. Elle propose un rendu propre et net, et on est clairement au stade du good enough. Et ce ne sont pas cinq pixels de plus qui me feront changer d'avis.

Ce que fait la Wii U, elle le fait en toute simplicité.

Certains disent qu'ils ne comprennent pas la Wii U. Normal : c'est une console pour core gamers, le sentiment de supériorité en moins. 

Bonne chance petite.

Voir aussi

Jeux : 
Warriors Orochi 3, ZombiU
Plateformes : 
Wii U
Ajouter à mes favoris Commenter (16)


Signaler
JV

 

J'éditerai ce post peu à peu dans la journée, avec toutes ces petites interrogations débiles qu'on peut se poser avant d'avoir la console en main, et dont nous n'avons jamais de vraie réponse sur le net.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas, c'est en commentaire !

 

- Le câble de rechargement de la manette pro est le même que celui de la PS3 (mini USB). Son poids est similaire à celui d'une Dualshock 3, et elle est moins lourde qu'une manette 360.

- ZombiU n'a pas de blister, et sa jaquette est en « Europe Multi », à la manière des jeux collectors Wii. Il est fabriqué en union européenne.

-Le bord des iDensidity (les disques Wii U) est ... Rond ! Je veux dire par là, que le bout est arrondi, pas qu'ils sont en forme de disques

- La sensor bar n'a pas le même design que celle de la Wii !

- Il aurait dû y avoir deux câbles de rechargement pour le gamepad ... Un qu'on laisse branché au socle, l'autre qu'on peut brancher au gamepad quand on y joue.

- ZombiU est une TUERIE !

- La Wii U n'a pas de petit disque transparent comme la Wii pour la faire tenir à la verticale. En revanche, il y a un socle dans la version premium de la console.

- ZombiU a une belle notice et un dépliant (comme les anciens GTA), la classe !

- Elle ne lit pas les DVD

- Les chargements des menus sont LONGS ... Les updates interminables ... Mais quel kiffe quand c'est fini !

- Pour jouer à la Wii, il faut ne pas avoir synchronisé la manette pro ! Sinon, la Wiimote sera repérée comme le second joueur !

- J'ai bien testé la rétrocompatibilité Wii sur la Wii U (écran 1080p en HDMI), sur Xenoblade et Zelda SS. Le résultat est propre. Pas au niveau d'un Dolphin à fond, très loin de là même. Mais c'est propre. Ca ne bave pas, les couleurs sont belles. C'est très aliasé et le tout est un peu pixellisé, mais c'est bien plus beau que sur Wii ! Ne vous attendez pas à des miracles, mais le rendu est satisfaisant.

Voir aussi

Plateformes : 
Wii U
Ajouter à mes favoris Commenter (23)

Signaler
JV

Voir aussi

Jeux : 
ZombiU
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Édito

 @AxRiff (ou cliquez sur l'icône)

Retrouvez-moi aussi sur :

Gamerside

AVCesar

Project-Imas

Archives

Favoris