Voyage au centre du Hi!

Par Jesshi Blog créé le 22/07/11 Mis à jour le 18/07/12 à 20h54

L'Histoire simple d'un gamer simple. Hiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

Ajouter aux favoris

Édito

 

C'est sur cette thématique que je compte créer mon premier blog depuis l'existence de ces moyens d'expression. De temps à autre, je raconterai ma life à la con, des conneries bien de moi et surtout prodiguer la saucisse printanière.

J'invite également tout le monde à s'intéresser à l'association NTSC de Nancy, qui organise des tournois/freeplay de jeu de combat sur la région nancéenne : http://www.ntsc-fr.com/forum/index.php?sid=a43e22063d6c0caf07ebabeddbe2206b

Welcome !

Je suis également sur Twitter

 

Jeux en cours :

Dark Souls sur Xbox 360

 

Heroes of Newerth sur PC

Final Fantasy VII sur PSP

 

 

Jeux à venir :


Skyrim sur PC






 

 

 

Archives

Signaler
Musique

   A tout ceux qui ont adoré ce jeu, qui l'adorent toujours, j'imagine que les premières notes de ce morceau vont vous tordre l'estomac de bonheur. Diablo. Outch, ça fait mal et du bien en même temps.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux vidéo

Hello les poneys !

    Nous voici déjà à la 5ème semaine, et comme chaque fin de semaine, discutons d'un jeu auquel je joue encore de temps et temps, pour le plus grand plaisir des yeux, des oreilles et des doigts.

Et la palme revient à.... : Bayonetta !

    Avant de commencer l'encencement de ce qui est le meilleur beat'them'all ever, j'aimerai annoncer que je ne saurai être totalement objectif dans ce que je risque de dire à propos de ce titre. Car c'est en effet la pointe nostalgique qui me fera écrire, étant donné que Bayonetta est le jeu vidéo qui m'a fait acheté une Xbox 360 lorsque le jeu est sorti le 8 janvier 2010. Je n'avais toujours de boîte X à cette époque et la belle sorcière m'a convaincu de m'y essayer, et bien entendu la surprise était de taille.

    Le jeune studio Platinium Games, dirigé par un créateur bien connu des joueurs ayant du goût, Hideki Kamya (Okami, Viewtiful Joe, Devil May Cry, Madworld...) nous livrait à l'époque, à nous européens, des images et trailers nous montrant quoi? Une espèce de bimbo asiat', au courbes trop délirantes pour être crédibles, à tendance sado-maso par dessus le marché. Alors bien sûr, pour nous occidentaux, la sanction critique ne s'est pas fait attendre, vu que nous sommes très doué pour descendre illico-macias un produit dont on ne connait encore la profondeur. Pourtant, lorsque le titre débarque enfin chez nous, le verdict tombe : le jeu divise. Mais genre il divise sec et net, déjà entre ceux qui n'arrive vraiment pas à se défaire de l'image trop glamour et bombasse de l'héroïne aux longs cheveux, et les autres qui ont sû passer outre et apprécier le jeu à sa juste valeur : un beat'them'all dévastateur, rythmé, graphiquement tuant, profond et le tout avec une excellente rejouabilité.

   Bayonetta c'est qui en fait? Et bien je ne sais pas si cela vaut le coup que je vous parle de l"Histoire" du jeu, vu sa maigreur scénaristique, mais soit, pourquoi pas. Nous débutons la partie avec la belle sorcière amnésique (le Graal du mauvais scénariste, rappellons-le) qui chasse des agents du paradis, étant elle-même dotée de pouvoir tirés des Enfers. Elle tentera donc de retrouver la mémoire. Si le scénario ne vole pas haut (et c'est absolument pas ce qu'on lui demande sur un tel jeu), le background et la narration eux sont plus que correct. Une ambiance gothique, l'éternel conflit entre les Enfers et le Paradis (d'ailleurs, se castagner contre des anges à quelque chose d'assez troublant, tant nous avons l'habitude en tant que joueurs de jouer les gentils), un chara-design des ennemis paradisiaque complétement perché et original, des boss GARGANTUESQUE, une musique endiablée et entrainante sentant le Japon à pleine narine. Le rendu global de l'aventure de Bayonetta transpire le voyage, un terrible voyage dont on ne lâche pas la manette si on accroche vraiment à ce style finalement, mais également si on accroche au style de jeu surtout.

    Le gameplay de Bayonetta est très simple d'accès, le tout à base d'esquive (la parade n'existe qu'avec un objet rare débloquable en jeu) rendant les nombreux combats extrèmement bien rythmé, rapide et nerveux. Nous restons attentifs à tout mouvement des ennemis pour pouvoir esquiver et leur envoyer nos plus redoutables combos dans leur visage enchantés (et dieu sait qu'il y en a, des combos). Plus nos moves sont réussis (gros combos, aucune vie perdu, durée des combats), plus nous récoltons le fruit de notre labeur : Les médailles ! Et c'est dans ce point précis que Bayonetta place sa moelle intense. Le vrai jeu débute une fois le jeu terminé une fois. Pourquoi? Car c'est à ce moment que nous partons à la chasse aux célèbres médailles de Platines pures, et que le titre offre aux joueurs de se surpasser literallement dans cette entreprise. Car pour réussir à obtenir toutes les platines du jeu, il faut se lever tôt, très tôt, ne pas dormir même, et être doué, très doué, être un dieu du Pad même. Et un jeu solo proposant un challenge aussi extrème, c'est suffisamment rare pour l'evoquer avec ferveur.

     J'ajoute que le jeune studio Platinium Games à voulu faire un "cadeau" aux joueurs. AUCUN DLC n'a été crée pour le jeu, ainsi tout est débloquable par nos petites mimines comme à l'époque et nous devons partir à la recherche des secrets (nouvelles armes, nouvelles tenues, artefacts ect...). Je n'accuse personne mais d'autres studio (CAPCOM) auraient d'ores et déjà fait payer plein pot une tenue de soubrette pour notre diablesse aux longues jambes.

    Comme je l'ai dit en intro, ce n'est pas objectif. J'ai sur-adoré Bayonetta, tant pour son voyage et son background, que pour sa puissance et profondeur au niveau du combat, sa durée de vie extrordinaire quand nous désirons faire le 100%, et bien sûr son héroïne, qui se place désormais dans le top des futurs CosPlay de tout horizon. Bien entendu que le jeu n'a pas plu à tout le monde. Bien entendu que sa musique parfois très J-pop, très soupe pour nous occidentaux en a repoussé plus d'un, bien entendu que le background n'est pas aussi universel que peut l'être celui d'un God of War, mais pour ceux qui ont plongé dedans, il en sont ressorti avec beaucoup d'espoir pour le jeu vidéo. Un jeu vidéo généreux, avec beaucoup de contenu, de la durée de vie, du challenge. En somme : du rêve.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux vidéo

 

http://dota2.com/tournaments/international/?q=sd&c=English

Le premier match à commencé à 10h30 mais n'a pas pu se terminer à cause du lag. Les grilles des matchs sont également sur le site.

Les résultats des matchs :

http://dota2.com/tournaments/international/results/groupstage/

 

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Skies

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo

Voici la liste des RPG qui sont bradés sur Amazon.com jusqu'au 20/08. Si vous voulez vous faire plaisir :

 C'est du amazon us, donc ils ne livrent pas forcément tout en france, donc ca s'adresse à ceux qui ne vivent pas en france :D

Hi ! (Tactics ogre premium pack <3<3<3<3)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Software, Autre

http://googleblog.blogspot.com/2011/08/supercharging-android-google-to-acquire.html

 "Coup de tonnerre dans le monde de la téléphonie en ce 15 août, puisque Google vient tout juste d'annoncer sur son blog officiel l'acquisition de Motorola Mobility, la branche téléphonie mobile de Motorola, et ce, pour la coquette somme de 12,5 milliards de dollars ! Une surprise qui va considérablement changer la donne dans ce secteur, car malgré une période un peu sombre, Motorola est encore aujourd'hui un des leaders de la téléphonie mobile.
Mais plus important encore, Motorola est le constructeur, mis à part Apple et Microsoft, qui dispose d'un nombre très important de brevets (17000) dans le domaine de la téléphonie et c'est ce qu'il manquait cruellement à Google dernièrement. Jusque-là, Google se contentait de faire du software, le voici maintenant sur le terrain du hardware et on sait donc par qui seront réalisés les futurs terminaux officiels sous Android... Pas sûr que ses partenaires d'aujourd'hui (HTC, Samsung...) le soient encore demain du coup, ou du moins pas de la même façon. La transaction devrait être conclue d'ici la fin 2011 ou début 2012."

 

  

                            

Provenance : Journal du geek

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo

Hello les poneys !

    Lundi matin, férié, debout 12h. On commence relax en se reveillant avec Jamestown, petit shoot'em up sorti sur Steam il n'y a pas longtemps. J'y joue avec mon stick TE pour plus de fun vu que la maniabilité à la souris n'est pas terrible.

Hi !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Software, Autre

Le naviguateur du renard flamboyant est téléchargeable désormais en version 6.

 Cliquez sur l'image pour DL sur les FTP de Mozilla:

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux vidéo

    Dimanche après-midi, soleil voilé par d'épais nuages noirâtres, pluie fine tombant sur l'habitacle, température lourde et étouffante. Contexte pérave comme on dit chez moi. Par manque d'inspiration, cependant, je vais tout de même parler d'un jeu auquel je n'ai pas passé assez de temps, par manque de celui-ci, mais qui m'a positivement traumatisé.

Et la palme revient à....S.T.A.L.K.E.R. Call of Prypiat !

    N'ayant vraiment pas d'angle d'écriture défini et réfléchi depuis une semaine, je vais simplement narrer mon ressenti post-traumatique sur ce titre réalisé par le studio ukrainien GSC Game World sortie en 2010. C'est un jeu de tire à la première personne, comme des centaines d'autres, mais sa demarquation avec tous les autres tient dans sa dimension RPG et semi-monde ouvert, ainsi que ses nombreux mods sortient depuis longtemps (C'est un jeu PC pur jus, donc oui les moddeurs sont dessus, oui c'est mal et la communauté ne devrais pas achever le travail des développeurs je sais je sais...)

    Il y a quelques articles plus bas, je parlais d'émotions dans le jeu vidéo. Je racontais que je ne supportais pas qu'on m'offre des sensations tout cuit dans le gosier dans le simple but d'être légitime en tant que média d'adulte. Le contre exemple ultime est bien sur STALKER. Il s'agit maintenant de vous dire pourquoi.

La Zone, enfer et paradis

L'"Histoire" prends place dans la Zone, où vous êtes envoyé en mission, infilté en Stalker, afin de découvrir la vérité sur le crash d'avions que vos supérieurs vous ont briefé. Si le fil rouge de la quête principale est minimaliste, ne vous en faites pas, les quêtes secondaires sont légions. Et voici un premier élément de mon ébranlement vis-à-vis de ce jeu : la sensation de vide. On vous lâche dans un fucking marais, avec un AK, et à vous de vous demerder dans une map gigantesque, pour trouver le repaire des premières quêtes, et ainsi commencer l'aventure. Particulièrement troublant de se retrouver seul, livré à soi-même, dans un environnement aussi accueillant qu'un groupe de néonazi devant Rabbit Jaccob.La sensation de liberté, pour du FPS, frise le démentiel. Les PNJ pouvant être questionné à tout va, vous proposant de les aider ou pas, les monstres alentours, la pluie, le froid, la nuit et ce noir intense, sont autant élements immersifs et crédibles, ne cassant jamais la cohérence de l'expérience, ce jeu ne se livre jamais à la facilité, il propose simplement de s'installer, de plonger dans cet enfer empreint de problèmes, d'angoisse mais d'espoir.

Gameplay, réalisme et mode Hardcore

    Il existe des mods pour ce jeu permettant d'avoir un rendu au niveau armement qui force définitivement le respect. Pas de reticule, enraillement rapide, munitions amoindris, recul "réaliste" (pour ceux ayant déjà tiré avec une arme) ect ect....Ce qui est sur, c'est que dans CoP, se faire une salle de 20 ennemis avec un chargeur, c'est tout aussi probable que changer de chemin dans Call of Duty. Différentes manières de résoudre un obstacle permettent de prendre le partie de se battre ou non. Ce type de game system permet une immersion encores plus accru dans cet univers déjà bien sale, où personne ne vous prends par la main, où vous êtes l'acteur de votre aventure, ou l'âpreté de l'épreuve au global vous colle un poignard aux tripes, seulement si vous rentrez dedans (et c'est mon cas, casque sur les oreilles, 4h du matin, son à fond, les yeux dans le 24" avec personnes dans la maison, à me ballader dans la Zone contre des tempêtes radioactives, des mutants mutagénés et clans adverses). Car si en effet le titre vous tâche l'épiderme pendant des mois si vous y rentrez, il n'en reste qu'il n'est pas conseillé à tout le monde. Une bonne configuration PC est requise pour en profiter pleinement, et surtout il faut "aimer" ne pas être dirigé. Bon nombres (si l'on en croit les ventes des FPS mainstream du moment) aiment justement ce côté film interactif, boomboom et 120 explosions par tranche de 20 sec. Ici, la quasi nonchalance et la lenteur sont de mises, et nous prenons notre temps.

    La semaine suivant ma période de jeu j'y repensais encore, ce qui est la marque d'un jeu marquant et frappant pour moi.

Ne nous étalons pas, ce n'est pas un test après tout. Essayez-le.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Billet d'humeur

Un flash m'a frappé. Une simple idée qui a germé depuis mon arrêt complet des MMORPG il y a 6 mois. Vous savez, les MMORPG représentent un monde, un monde alternatif, dans lequel nous vivons des aventures où nous nous immergeons totalement, par le biais d'avatar crée pour l'occasion.

Dans le cas de World of Warcraft, pour prendre le plus connu, il y a un addon permettant de mesurer la quantité de dégâts que nous infligeons à des monstres dans le jeu, par rapport aux autres joueurs du groupe ou du raid. Ce petit outil offre ainsi  la possibilité entre les joueurs de mesurer leurs performances entre eux, de manière très compétitive ou insctructive (celui qui ne fais pas assez de dégâts pourra être aidé par ses collègues).

Maintenant, cet outil m'a rondement fais penser au bulletin scolaire au collège/lycée ou autre. Mais par quel miracle un outil tel que recount soit aussi populaire et pris au sérieux de manière incroyable sur un MMORPG, alors qu'un outil de notation d'école ne soit pas pris avec la même hargne et la même ferveur, d'autant qu'un bulletin scolaire de qualité ouvre infiniement plus de porte qu'un recount.

La perspective anthropologique des MMORPG semble être sans égal pour moi, tellement ce type de jeu renvoie aux codes de notre vie sociétal, tout en reprenant ses fondements pour les décupler à la communauté, sachant que finalement le jeu type MMO reste provisoire et momentanée.

 

Des avis? Pensez-vous que si nous marquons "Recount" sur un bulletin scolaire cela permettra de faire monter les moyennes de nos écoles?

 Hi !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)