PPP

Par II LuNaTiQuE x Blog créé le 15/02/15 Mis à jour le 19/12/16 à 22h17

-Allez, encore un qui crée un blog sans intérêt, y'a qu'à regarder le titre de son blog !
-PPP car Jeu vidéo rime avant tout avec Plaisir, Passion et Pouvoir.
-Pouvoir ?
-Oui, le Jeu vidéo est un art et comme tu dois le savoir, l'art est une forme de pouvoir.
-Cela te convient comme argument ?
-...

Ajouter aux favoris
Signaler
(BD-Manga-Comics)

 

 

Cette photographie nous immerge immédiatement au coeur du comics “coup de poing” (mais coup de poing gentil, hein) dont je vais vous parler à l’instant. Mais elle nous rappelle également, car il ne faut surtout pas l’oublier, que Ms. Marvel a reçu le fauve d’or des meilleures séries pour son premier tome au festival de la BD d’Angoulême (édition 2016…la 2017 approchant à grands pas). Il est toujours bon de rappeler ce genre d’informations.

Avant de vous donner les ficelles de l’histoire et de vous clamer mon “amour” pour son héroïne, je me dois de citer la superbe réaction de celle qui a remplit les bulles page à page, Gwendolyn Willow Wilson :

 



Toute l’équipe de Ms. Marvel est honorée de recevoir ce prix d’Angoulême pour la meilleure série. Travailler sur ce titre, et trouver un tel écho auprès des lecteurs et des fans, est une immense joie pour nous tous. Alors que le monde semble parfois dans un état de conflit permanent, c’est un privilège de travailler sur une série qui nous unit par l’aventure, l’humour et la célébration des valeurs humaines qui nous rassemblent. Merci à tous ceux qui croient en Kamala Khan, et merci au Grand jury du Festival d’Angoulême.

 

Maintenant, sans vous gâcher le plaisir de la découverte, je dirais que Gwendolyn a raconté à travers de belles planches dessinées par Adrian Alphona (et d’autres…) la vie tourmentée d’une ado américaine de confession musulmane qui s’évanouit un soir de fête, avant de réveiller…pas tout à fait comme avant. Avec quelques possibilités super-héroïques en plus disons. Cela vous suffira.

Pour être franc avec vous, après la lecture des quatre volumes de Ms. Marvel paru chez Panini Comics pour l’édition en VF, je savais qu’il fallait que j’en parle et j’avais beaucoup de choses à dire dessus mais…comment ? Par où commencer ? 

J’ai trouvé la réponse dans le message de joie de l’auteure présent juste au-dessus et elle tient en quatre mots.

Conflit

C’est bien là que la série démarre. Comme le rappelle la scénariste, notre monde semble bien souvent être dans une situation conflictuelle sans fin… Ici, notre héroïne Kamala Khan est en conflit avec à peu près tout, malheureusement. Imaginez un peu, mettez-vous à sa place rien qu’une seconde : Pakistanaise, Américaine, Avenger. Original, c’est certain. Mais l’originalité est souvent source de conflits. Ici, le conflit est utilisé pour traiter avec brio la question identitaire. On oppose les éléments, on fait des choix…parfois avec une issue brillante, d’autres fois moins. Puis, on s’adapte, on apprend de nos erreurs et on se relève plus fort. Pour illustrer ces mots décrivant, finalement, l’apprentissage de notre héroïne ; prenons une question qu’elle sera amenée à se poser au cours de ses pérégrinations. Kamala se demande à un moment si elle doit être aux côtés de ses proches, au lycée ou en train de courir les rues de Jersey City pour sauver sa ville qui est sens dessus dessous. Choix cornélien. Et ce n’est qu’un avant goût de ce qui vous attend si vous décidez de lire Ms. Marvel. En effet, tous les thèmes sont abordés…habilement qui plus est. De la religion musulmane aux “grandes responsabilités”, vous y trouverez forcément votre compte.

Aventure

La pierre angulaire de tout comics super-héroïque qui se respecte. Ici, l’aventure fait corps avec Kamala. Le lecteur suit les aventures de la petite fille du New Jersey et cette dernière vit son aventure, elle-même constituée de nombreuses aventures. Pas facile à suivre, je vous l’accorde. De “Métamorphose” (premier tome) à “Super Célèbre” (quatrième tome), vous imaginez bien que le petit bout de femme a bien grandit, évolué et cela découle évidemment des nombreuses embûches qu’elle a systématiquement surmontées…courageusement. Parfois seule, parfois accompagnée. Rarement facilement, souvent sans précédent.

Humour

Heureusement, toutes ces aventures sont parsemées de moults moments pittoresques, gênants parfois…donc marrants bien évidemment. L’humour n’est jamais lourd, cela ne collerait pas à l’ambiance de la série. Nous avons ici à faire à un humour de situation et il est impeccablement incorporé. On ne se bidonne pas, on esquisse plutôt un sourire en se rappelant qu’on a vécu les mêmes choses un de ces jours. Et la gravité de certaines situations est prise avec dérision bien souvent. Une manière intelligente d’amener les choses au final. Un humour que l’on devrait parfois nous-mêmes utiliser pour relativiser certains événements plus ou moins difficiles à appréhender !

Célébration

Ce mot est particulièrement important au sein de la série, vous le réaliserez si vous lisez jusqu’au dernier tome paru (enfin, pour l’instant). Gwendolyneparle de “célébration des valeurs humaines”… J’ajouterai aisément que Ms Marvel est un melting-pot de valeurs humaines. Un exemple de mixité, de courage, d’amour et de tant de jolies choses ! A travers le titre, on célèbre les véritables valeurs que chacun de nous ne devrait jamais oublier. Malheureusement, le contexte mondial actuel montre bien que tout est loin d’être “rose”… Le comics dont je vous fais l’éloge n’est pas dénué de réalisme et ce dernier montre bien que le pouvoir, l’argent et la “réussite égoïste” passent avant toute chose pour beaucoup par exemple. Mais aussi que certains oublient qu’une personne devenant célèbre reste avant tout humaine. Une humaine avec des émotions, une famille, des amis et un destin à gérer. Rien de facile…mais rien d’impossible tant que les choix sont guidés par amour, rêve et passion. C’est justement avec ces valeurs humaines que je souhaitais célébrer une oeuvre méritant d’être lue par tous, de l’initié au profane du 9ème art !

Voir aussi

Sociétés : 
Marvel Studios
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Retro (Jeu vidéo)

 

 

Quoi de mieux qu'une belle photo respirant l'été me direz-vous ? Je vous répondrais avec sagesse : une photo respirant l'été et une partie de tennis de TOMY à vous faire suer, sans même avoir besoin de courir au soleil !

Avant toute chose, soyez indulgents avec moi sur cet article s-il-vous-plaît, puisque ça doit être tout bonnement le premier article à penchant rétrogaming que je rédige. M'enfin, faut bien une première pour tout... 

Donc, histoire de contextualiser un peu la chose, je dois vous confesser que je m'intéresse depuis déjà quelques mois à cet univers charmant des jeux "old school" comme diraient certains. Je ne recherche pas de produits particuliers, mais je reste à l'affut des bonnes affaires et des découvertes que le destin pose sur mon chemin. Et, la semaine dernière, j'étais en famille dans la maison de campagne. Cela permet de se ressourcer, c'est profitable par moments... Malgré le contexte rural et les multiples zones blanches du coin, je réussis toujours à trouver des endroits couverts par le réseau Orange, ce qui me permet de faire mon petit "schmilblick smartphonien" ! Et dans celui-ci apparaît le fameux petit tour sur le bon coin (beaucoup d'entre vous doivent se reconnaître à travers ces mots...). A vrai dire, je ne m'attendais à rien de fou vu l'endroit (peu d'annonces voire pas). C'était bien cela...sauf une annonce, une. Vous savez, celle qui retient toute votre attention quand vous l'apercevez. 

10¤, 1979, console (ou jeu électronique plutôt) fonctionnelle. A ce prix là, je ne réfléchis pas beaucoup, j'appelle ! Je vous le dis tout de suite, je ne recherche pas du matos "in the box", je veux simplement des consoles qui tournent ; histoire de se retrouver le temps d'une session découverte (ou plus) dans la peau de ces gamins des eighties/nineties. 

 

Allez, place à la présentation en bonne et due forme !

Marque : TOMY

Année : 1979

Dimensions (L/l) : 22.3/13.5 cm

Type de jeu : jeu de tennis 

Modes de jeux : Practice, Pro1, Pro2 (solo/2 joueurs)

 Bon, tout cela en intéressera peut-être certains, mais le plus intéressant reste l'expérience. Et je vais vous relater la mienne pour clôturer joyeusement cet article...

Vendredi 12 août au soir, je m'aventure (et le terme est particulièrement bien choisi, je vous le promets) sur cette machine typée Game & Watch. Et là, à l'instar du prochain opus des loubards de South Park, la fracture se dessine. Celle qui fait mal, celle qui vous rappelle que vous n'êtes qu'humain et pire, qu'un humain joueur en 2016. Vous ne voyez toujours pas ??

Attendez, soit je suis très faible (c'est bien possible...), soit les gamers dans la fièvre des années 80 étaient "super hot" ! Puisque, la chose qui choque immédiatement un type de 20 ans prenant le jeu en mains, c'est bien sa difficulté ! Un timing parfait pour réussir un échange, 6 boutons pour se balader sur le court "tranquillement" (sans compter le bouton dédié aux services). Je vous laisse imaginer la difficulté du mode Pro2, du moins en solo... (puisque je n'ai pas eu la possibilité d'essayer le jeu autrement que face à l'ordinateur). 

Avec la vidéo ci-dessus, un lien vous permettra de récupérer le manuel (en digital et en anglais) de la bête, juste au cas où... 

Finalement, l'expérience a été intense et pour être franc ; un sentiment d'accomplissement m'a envahi lorsque j'ai entendu le son de la victoire venu pour me féliciter (ce dernier ayant mis du temps à arriver, vous devez vous en douter...). 

Encore et toujours pour la petite histoire, le soir même, Gaël Monfils était lui aussi sur le court (version HQ). Et il a perdu au sortir d'un match qui a duré environ 3h...seulement. Devant la télé, je me disais qu'au bout de 30 minutes non stop sur PRO-TENNIS, j'étais presque aussi crevé que lui. Pas la même fatigue, plus un épuisement oculaire (vu l'état de l'écran et la concentration requise), mais quand même... 

Une chose est claire, nous ne sommes pas tous égaux ! Allez, ciao les amis, jouissez bien du soleil ! 

Voir aussi

Sociétés : 
Tomy
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Cinéma)

Bonjour les amis, aujourd'hui, j'ai quelques vibes positives à vous insuffler ! Ouais, un lundi, histoire de se donner du courage pour le reste de la semaine...

Après un week-end réellement chargé en émotions, je lance tranquillement mon petit Netflix du dimanche soir. Je tombe sur ce film dont Netflix m'a déjà inondé de notifications Twitter ; The Fundamentals of Caring. Paul Rudd au casting, hum tentant...allez "Play" !

Dès le premier plan, je sens que le film va me plaire... C'est très bien filmé. L'intro est rondement menée, elle nous met immédiatement dans le bain. Je ne veux pas raconter le film mais seulement vous donner l'envie d'avoir envie (de le visionner) donc je ne vais pas raconter l'histoire de A à Z, cela n'aurait de toute manière que peu d'intérêt.

En revanche, je vais commencer par vous présenter en bonne et due forme les trois acteurs principaux et vous dire un peu ce que j'ai pensé de leur performance. Allons-y !

Le jeune homme intriguant juste au-dessus se nomme Craig Roberts. Je le connaissais de Submarine (film "atypiquement bon" également présent sur Netflix) et il m'a une nouvelle fois bluffé ! Mais réellement bluffé. Antipathique et repoussant pour certains au premier abord, le personnage campé par Craig est juste d'une complexité exacerbée. Il y a quelques types comme lui, vous savez, le genre qu'on évite à tout prix ou que l'on rattrape en courant, c'est selon... Je ne vous en dis pas plus sur lui, mais je vous conseille déjà de regarder le film. Rien que pour découvrir cet acteur, c'est presque une nécessité.

 Il y a plus de chances que vous reconnaissiez cette belle gueule. Paul Rudd joue dans Ant-Man, ou dans 40 ans, toujours puceau (titre qui fait moins super-héros...). C'est un acteur que j'aime beaucoup personnellement. Je trouve déjà qu'il a une gueule, à l'instar du précédent que j'ai présenté d'ailleurs. Ici, Paul incarne un type pas vraiment aidé par la vie comme dirait l'autre. Et il le fait remarquablement bien. Les expressions faciales, les répliques, l'évolution du personnage, tout est parfaitement crédible. 

 

 

Il paraît qu'elle chante de temps en temps. Selena Gomez, beaucoup l'auront reconnu d'un seul coup d'oeil. Il me semble que c'était la première fois que je la voyais en tant qu'actrice. Si ce n'était pas la première fois, c'est que le film ne devait pas être transcendant... Je n'attendais donc rien de spécial de sa part et poutant..! La fille qu'elle habite est moins clinquante que la Selena skinée "tapis rouge" mais pas dénuée de sens pour autant, loin de là, vous comprendrez ce que j'essaie de vous dire après avoir vu cette petite perle by Netflix.

Après la phase "Acting" (prononcé avec un air légèrement hipsterien), je vais vous citer une ou deux répliques accrocheuses. Deux répliques m'ayant percuté un peu plus que d'autres, juste pour vous tenter un peu plus, vous intriguer assez pour appuyer sur le bouton Netflix de votre télécommande immédiatement. 

Un père, ça s'occupe de son gosse, ça le protège pour pas qu'il est de peine. Le seul rôle d'un père, c'est celui-là. 

C'est signé Trevor (ou C. Roberts si vous préférez) et ça cogne sec. Mais c'est vrai, simplement.

Des fois, la vie te sert une grosse louche de merde... 

Ici, c'est notre chère Selena qui nous dit ça. Je n'aurai peut-être pas du mettre "chère" dans ces circonstances...

Voilà, et avant de vous laissez avec la bande d'annonce si vous n'êtes toujours pas convaincu (cela arrive, oui), je tiens à vous dire que ce film est à mon sens une chouette expérience de vie. Touchante, intelligente et bien amenée. 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Séries TV)

Je suis désolé d'en décevoir certains mais si vous n'avez pas visionné la quatrième saison d'Orange Is the New Black, fuyez malheureux (ou revenez plus tard).

Un long bonsoir à mes compagnons de prisons, enfin pas tout à fait, parce que vous n'êtes sans doute pas derrière les barreaux. Tout comme moi. N'empêche qu'après avoir presque binge watché et presque digéré les 13 derniers épisodes, je dois confesser qu'une sensation particulière m'habite. Suite à ces 13 heures d'immersion carcérale (qui ne sont pourtant pas les premières), j'en ressors plus mature...marqué par les évènements dans un sens et réellement content de la tournure que prend la série. Pas vous ?

Orange Is the New Black est, si mes souvenirs sont bons, le premier contenu que j'ai regardé après m'être abonné à Netflix. J'ai goulûment avalé les deux premières saisons, et je n'ai pas fait d'indigestion, bien au contraire. A la fin, une seule chose résonnait dans mon esprit (ou deux pour être plus franc) :  

1. Mon dieu, j'en veux plus, là, maintenant !

2. Mon dieu, Vause et Piper sont à tomber !

Puis, j'ai attendu la troisième saison fébrilement. Je l'ai regardé, moins goulûment, et je l'ai moins apprécié que les deux précédentes... Je ne dirais pas qu'elle était mauvaise, loin de là, mais moins accrocheuse. Donc au sortir de cette troisième salve d'épisodes, je dois bien avouer que j'étais moins hypé par la série et que j'attendais la quatrième fournée sans pression (ou presque).

17 juin, la date tombe, le train de la hype est en marche. Je grimpe dedans assez rapidement, il m'en faut peu de toute façon (un trailer de six secondes et c'est bon). Le jour arrive, juste avant les chaleurs estivales, je m'empresse d'allumer la télévision et me met rapidement dans l'ambiance. La musique entraînante du générique revient tout de suite sur mes lèvres, c'est bon, on y est !

Premier épisode : "Un ami encombrant". Le titre intrigue, 60 minutes s'écoulent (environ, pas de montre en prison, vous savez bien) et l'ami est mort. Le décor est posé, le spectateur est immédiatement captivé. Bravo Jenji Kohan. Après un tel démarrage, les 12 autres heures devaient "envoyer" pour que le contrat soit bien rempli. Bah, vous pouvez me croire, elles dépotent tellement qu'on peut seulement reconnaître que la saison va crescendo d'un point de vue qualitatif. Et tout le monde sera d'accord là-dessus (ou malhonnête).

On ressent l'envie, le besoin de la créatrice de Weeds de mettre du "sens profond" dans sa production.  Les strates les plus profondes des personnages sont retournées, travaillées, bousculées ! A commencer par notre cher Caputo, qui pose pour nous, juste au-dessus. Sans oublier les scènes mémorables avec Healy, Whitehill, Red évidemment, Vause, et tant d'autres en fait (oui, je n'ai pas cité Poussey...fin pas encore).

Autre point très intéressant dans cette saison, la gestion financière de la prison (au détriment des H.U.M.A.I.N.S vivant en son sein) est parfaitement mise en exergue. Sincèrement, que dire ou que faire devant des sociétés comme MCC à la tête d'un établissement qui a besoin avant toute chose d'un gros travail social, humain pour la réinsertion post-carcérale des détenues. On pourrait simplement leur dire qu'elles ne sont pas faites pour gérer un pénitencier mais cela leur passerait bien au-dessus si vous voyez ce que je veux dire... L'argent, l'argent, toujours plus d'argent. Cette saison prouve avec brio que c'est la source de beaucoup de problèmes... Et de drames parfois.

Ce visage est beau, tout simplement. L'un des plus beaux de la prison. Le genre de personne que l'on aimerait rencontrer, aimer et garder à nos côtés ! Mais vous savez, il y a cette chose, le karma. Poussey ne devait pas en avoir un bon... Je ne veux pas m'étendre sur sa mort. J'ai été très touché par son assassinat involontaire, comme vous j'imagine. Mais je n'ai pas une once de colère ou de haine envers le jeune gardien à l'origine de l'acte. Caputo lui avait dit peu de temps avant l'évènement qu'il fallait qu'il parte, qu'il était jeune et qu'un avenir plus lumineux l'attendait ailleurs. Pressentiment sans doute...

En revanche, je suis profondément en colère dès que je pense à cette équipe de gardiens "vétérans de guerre". Le cliffhanger du dernier épisode n'existerait pas sans eux.

La série a pris une tournure résolument plus mature, profonde et engagée. C'est une excellente nouvelle, la suite sera attendue dans les quatre coins du monde comme elle ne l'a jamais été auparavant. En attendant, on peut toujours fermer les yeux et se remémorer cette intense saison sur une des superbes musiques de cette quatrième saison. Bisous les gens.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Cinéma)

 Bonsoir ou bonjour à tous (cela dépend..), ce soir c'était ciné, ciné comme beaucoup de mardis désormais. La bande d'amis étant plutôt ouverte, et le Jérèm toujours (évidemment), les avant premières sont donc légion. Ce qui est une très bonne chose pour mon avidité culturelle intraitable ! 

Sincèrement, je ne suis pas très friand des salles de cinéma à la base mais la situation commence sérieusement à s'inverser. Puis, ce n'est certainement pas après la séance de hier soir du coup que je vais changer mon fusil d'épaule ! Quelle claque, mon dieu...mais quelle C.L.A.Q.U.E.

Je connaissais de nom M. Inarritu (vous m'épargnerez les accents...il est tard), notamment pour Birdman dont j'ai sacrément entendu parler mais que je n'ai pas encore eu l'occasion de visionner. Eh bah, je vais me le choper au vol dès que je peux, je vous le dis moi !! Parce qu'au sortir du film bientôt oscarisé (oui, oui, je m'avance mais je m'en fous.), on n'a qu'une envie, c'est découvrir l'oeuvre du réalisateur et co-scénariste s'il vous plaît.

J'aimerais bien ne pas avoir à mettre de balises "spoiler" dans cet écrit donc je resterai vague tout en essayant de vous retranscrire au mieux l'atmosphère de ce film...et de vous rendre dingue au point de courir tout nu jusqu'au cinéma le plus proche de votre domicile (bon, un peu excessif).

Et, je ne commencerai pas mon analyse de la manière la plus logique et ordonnée puisque je vais vous parler musique et bande son dans un tout premier temps. 

 Percevez-vous la graine de génie dans les yeux de ce cher monsieur ? Si vous n'êtes pas convaincu, je vous conseille de "googliser" son joli nom : Ryuichi Sakamoto.

Je ne suis pas ici pour déballer l'oeuvre de cet homme bourré de talent mais que dire du Main Theme de The Revenant et du reste de la BO au passage. Il y a tout simplement communion entre image/son et ce durant 156 minutes. Je ne peux m'empêcher de penser à The Last of Us (pour établir une connexion avec notre medium) dans la structure de cette composition sonore. C'est très qualitatif, très prenant et dramatiquement beau. 

Après cette chouette parenthèse, qui n'en est pas vraiment une dans le fond, venons-en au coeur de ce papier. Un coeur meurtri, haché en deux. Deux points (pourtant) indissociables à mon sens tant ils donnent quelque chose de spécial au film, quelque chose de plus.

Une lutte en vert...

 La nature. Les éléments. Ces deux mots font sens lorsque l'on évoque le dernier film où prend place le tombeur de ses dames, j'ai nommé Sir Leonardo. Oui et bah, si tu voulais voir un homme au sommet de la bourgeoisie (à la Gatsby), fait demi-tour (il est encore tant).

L'homme irrésistible est présenté au spectateur sous un nouvel angle. Il reste toujours incroyablement fort...mais face au froid, aux arbres menaçant de s'abattre sur votre tête ou encore face à la brutalité de la faune locale.

Des contrées lugubres aux espaces immensément vides, on ressent immédiatement le pouvoir de l'environnement pendant ces deux heures de grand cinéma. C'est oppressant, stressant. DiCaprio doit y faire face, dans la douleur absolue, et nous devons le regarder... Tout en étant désolé de ne pas pouvoir l'aider dans sa quête personnelle.

...et contre tous

 Deuxième partie formant le coeur de ce chef-d'oeuvre, les regards. 

Certains trouveront sans doute ridicule de consacrer un "grand titre" à ce sujet. Et pourtant... Il y a tant de choses à dire là-dessus. 

Honnêtement (et ce n'est pas pour faire de la pub au monsieur avant la cérémonie de dimanche), DiCaprio joue son rôle avec les tripes, non pas à 100 mais à 400% et cela se voit ne serait-ce qu'avec la photo ci-dessus. J'acclame sa prestation et son oeuvre par la même occasion. Là, il mérite plus que jamais ce [email protected] d'Oscar !

Apparemment, The Revenant aurait été le film le plus difficile à tourner de sa carrière... Je veux bien le croire. Pour poser un tel jeu d'acteur, la souffrance devait être bien réelle par moment, le contraire n'est pas imaginable.

Je ne veux pas trop vous en dévoiler mais disons que les relations entre les différents personnages sont assez spéciales à mon sens...physiques ! La frontière entre l'humain et l'animal est mince dans ce long métrage, c'est touchant, captivant. 

Et si finalement assez peu d'échanges oraux garnissent l'oeuvre, l'intérêt est ailleurs. Notamment dans le regard des gens, les déplacements, expressions faciales, ... Observez !

Je ne peux pas et ne veux pas m'éterniser mais si l'on me demandait de décrire ma séance hebdomadaire en une phrase, je vous répondrais : "Un film si différent à tous points de vue et pourtant parfaitement en phase avec la brutalité du 21ème siècle" 

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler
(Art)

Bonsoir chers compagnons de bord. Ce soir, je saute le pas pour vous parler de quelque chose de différent. Seulement dix minutes hors de l'océan vidéoludique...mais ne vous éloignez pas trop non plus !

Bon, tout de suite, vous voyez Clermont-Ferrand, donc vous avez une idée de la souffrance que je peux endurer quotidiennement... Mais non, ce n'est pas si tragique, l'Auvergne est une jolie région dans le fond. Et elle bénéficie même de quelques évènements en son nom, dont celui que je vais vous présenter (si vous ne le connaissez pas, sait-on jamais)  immédiatement. 

Au moment de classer mon article dans la catégorie Gameblog, j'ai hésité entre "Cinéma" et "Art", pour finir par choisir cette dernière. Pourquoi ? Parce qu'une petite séance de 2h au sein de cette 38e édition du festival du court métrage a suffit à me conforter dans mon idée du Court Métrage. Un art total, libre et sans limites donc la catégorie "Cinéma" serait trop réductrice à mon goût (rien de péjoratif là-dedans). 

Laissez-moi désormais vous expliquer en quoi ce festival est si riche et si intéressant...

Je ne vais pas vous présenter le festival de fond en comble au niveau de la programmation, de l'organisation ou des tarifs. Je vous laisserai le soin de consulter ce site pour avoir toutes les informations usuelles et bien plus d'ailleurs : http://www.clermont-filmfest.com  

Non, à part signaler le fait que la programmation est très généreuse, qu'il y en a sans doute pour tout le monde et que les salles de projection sont elles aussi très nombreuses (il y a même des diffusions dans une piscine, n'oubliez donc pas vos maillots de bain), je préfère vous donner envie avec quelques trailers, quelques phrases et surtout quelques belles émotions. 

J'ai donc atteri avec mes deux petits billets et mon paternel dans la faculté de lettres et de sciences humaines du coin...Dans un amphithéâtre aménagé il y a peu pour devenir une jolie salle de projection cinématographique, et l'effet est franchement saisissant. Surprenant même...c'est à la base une grande salle de cours, ne l'oublions pas.

Salle OK, Heure OK, Préparation mentale et physique OK, Chauffage NOT OK mais tant pis, les lumières s'éteignent : ambiance et saveur !

Uncanny Valley

Le premier d'une belle série et non pas le moins original... Le court raconte avec véracité et authenticité les horreurs vécues (entre autres) par nos ancètres les Poilus et ceci via une réalisation étonnante pour traiter un tel sujet ; l'animation en prises de vue réelles.

Du plomb dans l'aile

Je vous laisse vous faire une petite idée avec la bande d'annonce, mais personnellement, j'ai été très touché par ces quelques minutes dans la peau de deux personnes en difficulté. Pas envi de vous en dire plus, si ce n'est, regardez-le... Le festival étant clos demain soir après une belle soirée de remise de prix (à laquelle je ne pourrais malheureusement pas assister), il sera compliqué de le visionner sur place mais vous devriez pouvoir le retrouver sans peine sur le net ultérieurement. Une perle...à ne pas manquer je vous dis !

Trailer : http://www.clermont-filmfest.com/index.php?&m=104&c=3&id_film=200051974&o=178

Isabella Morra

Celui-ci est assez expérimental, comme le programme le précisait justement. A chacun de se forger son opinion... Je m'attendais à voir une véritable daube (au vu des critiques qu'il avait essuyé) mais ce n'a pas été le cas. Décalé, il l'est peut-être plus. Dérangeant, sans doute aussi.

Trailer : http://www.clermont-filmfest.com/index.php?&m=104&c=3&id_film=200055685&o=178

Première séance

Pas de trailer pour celui-ci et c'est bien dommage même si dans un sens, cela est positif ! En effet, il ne faudrait surtout pas vous gâcher un seule minute de ce court métrage d'à peine une dizaine de minutes. Drôle de la première seconde à la dernière, il apporte un vent de fraîcheur à cette sélection et il permet au spectateur de décompresser entre les autres "épisodes" nettement plus difficiles à digérer. En un mot : indispensable ! C'est d'ailleurs pour ça (et parce que je suis trop gentil...) que je vous laisse un lien vous aiguillant vers une possibilité de visionnage.

http://television.telerama.fr/tele/films/premiere-seance,102100437.php

Au bruit des clochettes 

Même chose pour le dernier de ma modeste série, pas de BA. Tant pis, je vous laisse avec une brève (mais plaisante) interview de la réalisatrice Chadname Zariab pour combler ce déficit en images "qui bougent".

Mais laissez-moi donnez un petit avis sur ce court, juste avant de partir... Un mot une fois de plus, un mot suffit : Déroutant. 

Petite précision juste avant de vraiment vous laisser ; je ne suis en aucun cas un expert du Court Métrage, bien loin de là même. Mais d'une manière générale, je suis très ouvert, curieux et friand d'Art et de Culture et mon dieu...j'ai été servi ce soir, une fois de plus !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

  
Signaler
Flash (Jeu vidéo)

 Bonsoir à toi, oui toi, ne te cache pas ! Ami d'Xbox, viens par là...ton avis m'intéresse !

Micro s'il vous plaît, s'il vous plaît...

Quelle est ton ressenti par rapport à l'annonce du jour signée "Redmond" ?

Une déception de plus, mais plus d'étonnement. Les mouv' comme celui de l'annonce de la perte des exclus Xbox One deviennent prévisibles...

Je pense, fondamentalement, que Microsoft ne fait que ternir l'image de leur machine et la place de choix  dont ils bénéficient au sein du marché des consoles de salon.

En se détachant de ses exclus consoles, ne pensez-vous pas que Microsoft écarte de son chemin plusieurs potentiels acheteurs d'Xbox (PCistes en premier rang) ? Ou laisse un goût amer dans la bouche des actuels possesseurs de machines ?

Puis, même en essayant d'être joyeux et optimiste, Windows 10 obligatoire et config recommandée à faire pleurer les fans de Remedy. Continuez à creuser les mecs, le bout du tunnel n'est plus très loin...

Euh, merci d'avoir répondu à ma question, nous allons passer le micro à quelqu'un d'autre.

 

Cela fait longtemps que je réfléchissais à démarrer une chronique flash, une "chronique de l'instant". Une annonce importante à mes yeux = émotions, réactions, sensations = un article ou quelques mots (selon...mais toujours et uniquement le jour J, à chaud) 

Voir aussi

Plateformes : 
Xbox One
Sociétés : 
Microsoft
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
(Cinéma)

Mardi dernier, 08:00:00 AM. Je vais faire mon petit tour hebdomadaire sur le site du cinéma de
quartier comme diraient certains. Et là, que vois-je ? L'avant-première de la dernière composition de Monsieur Tarantino nommée Les Huit Salopards ou The Hateful Eight pour les plus british d'entre nous !
J'en avais entendu parler il y a déjà un petit moment de ce film, mais je l'avais relativement vite
mis de côté dans mes pensées...
Puis bon, étant fan des oeuvres du monsieur en question et réduction cinéday en sus, je me suis
senti obligé de me transporter jusqu'au ciné pour déguster un moment cinématographique en
compagnie du paternel (lui aussi plutôt adepte de Tarantino).

Maintenant, que penser de ces huit salopards ?

Ce que l'on veut Michel, puisque comme tu le sais, les goûts et couleurs : c'est personnel !
Donc la question du jour sera plutôt la suivante :

Qu'est-ce que j'ai pensé de ces huits salopards ?

Ma réponse gravitera autour de huit mots, pour rendre un petit hommage au titre si goûteux du film.

DEPAYSEMENT

Les paysages constituent à eux seuls un élément fondateur de ces deux heures d'intimité... La neige est ancrée dans le sol, il n'y a pas d'issue. C'est vraiment ce que j'ai ressenti devant ces belles images des Rocheuses (lieu du tournage). J'irais presque jusqu'à dire que le spectateur éprouve une sensation d'étouffement... Vous me répondrez que c'est "un peu normal" pour un huis clos mais je vous rétorquerais que la sensation était presque plus forte lors des scènes extérieures où la sensation de liberté devrait pourtant s'imposer. Bon, je veux bien vous admettre que je suis étrange par moments...
  
BRUTALITE

Si le dépaysement est au goût du film, une petite chose nous rappelle à l'ordre et nous dit :
"Merde, t'es devant un Tarantino mec !". Je me refuse de vous ôter le plaisir lié à la découverte
des quelques scènes de cruauté et de brutalité du long métrage puisque lorsqu'on se déplace pour voir une aventure du monsieur en question, c'est généralement qu'on aime ce type de scènes...
Néanmoins, je vous dirais que l'esprit de Django ou de Kill Bill est en notre compagnie, avec une
petite touche très Western. Je ne sais pas si vous voyez l'idée... Un moment de calme, de grand
calme, et d'un coup : tout le monde dégaine son pêteux et ça part en confettis !
Ajoutez à cela la persistance de la tempête hivernale, vous comprendrez rapidement que la brutalité s'est une fois de plus dressée entre (et contre) cette ribambelle de bonhommes (oui...Daisy étant considérée comme une chose, nous ne sommes pas à ça près).

PROFONDEUR

Nous finissions la "strophe" précédente sur Daisy Domergue...bah comment faire l'impasse sur
l'actrice Jennifer Jason Leigh incarnant ce personnage hors du commun ! Dès que j'ai eu le mot
"profondeur" en tête, c'est la "jolie" Daisy qui me venait à l'esprit en premier. Un professeur
de culture générale nous rabâchait systématiquement que l'onomastique était une discipline très importante pour saisir les subtilités d'une oeuvre. Plus le temps passe, plus je réalise que ce cher monsieur avait raison ! La vilaine Daisy à un prénom délicieusement couplé à ses actes et son caractère. J'évoquais la profondeur...vous serez stupéfait devant la beauté des plans sur ses yeux, quel regard ! D'une manière générale, les personnages ne manquent pas de subtilité et ont tous des personnalités marquées. 

CONTINUITE

Certains dirons que c'est dans les vieux pots que l'on fait la meilleure soupe. Je ne suis pas
vraiment d'accord avec cette expression, enfin généralement... Ici, force est d'admettre que M.
Tarantino a bien agi en s'entourant d'un joli lot de comédiens habitués à collaborer avec lui.
De Samuel L. Jackson (Pulp Fiction ou Django Unchained) à Kurt Russell (Boulevard de la mort),
la continuité est à l'ordre du jour et cela fonctionne vraiment bien. Ce qui se comprend puisque
une partie du casting avait déjà joué ensemble sur les précédentes oeuvres de notre génie adoré !        

CONFIANCE

Ah... Voilà un point intéressant, laissez-moi vous dire pourquoi ! "Oui ou non ? Dois-je lui faire
confiance ? Tic tac Tic tac (le temps passe...)" Cette situation, on peut la retrouver constamment pendant la séance, et c'est tout simplement ce qui fait le sel du film. Tarantino a voulu travailler ce sentiment complexe qui nous tourmente tous plus ou moins, la confiance.
Et finalement, le genre Western est le théâtre absolu pour jouer avec le spectateur. Ce personnage est-il sincère, bon, cruel ? Ces questions, vous vous les poserez plus d'une fois...et vous n'aurez jamais la bonne réponse du premier coup !  

MINUTIE

Le sens du détail, tout le monde ne l'a pas mais certains l'ont, pour sûr chef. Ambiance flingue
sous la table, plancher vieillissant et café douteux... Je crois ne pas avoir besoin d'en dire plus
et je n'ai réellement pas envi de vous révéler quoi que ce soit. Sachez simplement que "minutie" est un mot faisant corps avec le film ! 

RUSTICITE

Rusticité, un autre terme bien choisi pour causer de nos huit salopards. Je pense évidemment aux
environnements du tournage, avec en tête de liste la bonne vieille mercerie de Minnie...
Comprendront ceux qui pourrront...les autres : qu'attendez-vous pour vous jeter au ciné après tout
ce que j'ai dit ! Le mobilier, le lieu du tournage et son côté sauvage, les personnages. Tous
ces éléments nous ramènent vers mon sous-titre !   

AUTHENTICITE

J'ai évidemment gardé le meilleur pour la fin... Authenticité, ok, mais pourquoi ? Parce que Ultra
Panavision 70mm, cela va de soi. La restitution des intérieurs comme celle des paysages enneigés est tout bonnement incroyable ! Nous faisons parti de la scène, nous sommes impliqués dans les longues discussions entre les protagonistes, c'est intimiste à souhait et j'adore ceci.
De plus, cette touch "authentique" (vintage dans un sens) est ici bien pensée et bien perçue, pas comme la barbe de Delahousse (coup de gueule de la semaine...).

En fin de compte, je ne peux que vous recommander d'aller voir la huitième pépite de ce grand réalisateur, scénariste, producteur, artiste tout simplement. Pendant plus de deux heures, j'étais devant un film différent des gros blockbusters habituels, la sensation est toujours à part, propre à Tarantino. Et au fond, ne serait-ce pas la clé du succès de ses productions ?

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Jeu vidéo)

Hello PlayStation gamers (or not) ! My english is very limited donc nous allons continuer en français. Comment vous sentez-vous après cette conférence signée Sony Entertainment ? Moi, plutôt pas mal pour ne pas vous le cacher ! Je vais même vous en donner les raisons, là, de suite, maintenant. 

Ces impressions sont évidemment totalement à chaud et certains diront qu'il vaut mieux laisser reposer avant de déguster. OK, mais pas ce soir, ce soir je me transforme en américain WTF et je vous crache tout comme ça, sans permission !

 

 

Sony : Think different (ah merde, y'a pas un brevet derrière ?)

Le titre ci-dessus peut vous paraître exagéré. Je crierai aussi "au titre à clic" à votre place mais attendez, je vais vous faire changer d'avis.

Pourquoi "Think different" ? Tout simplement car je remarque depuis plusieurs show de Sony que le concurrent de Microsoft et de Nintendo cherche à se démarquer de ses confrères d'une part mais adversaires d'autre part. Si vous ne le voyez toujours pas, laissez-moi allumer votre lanterne PlayStation !

Le Jeu vidéo indépendant 

On s'en rend de plus en plus compte et ce depuis le lancement de leur dernière progéniture, Sony au travers de ses conférences met en exergue les "prod indés" comme se plairaient à dire les hipsters du Jeu Vidéo (s'ils existent). 

Déjà 6 jeux indés avec le concept du soir "Adult Swim Games" ont été montrés aux nombreux spectateurs de la conférence et cela a continué avec par exemple la présence des titres de Klei Entertainment ("Invisible, Inc." & "Don't Starve Together"). Sans trop entrer dans les détails, on peut légitimement affirmer que la scène indépendante était bien présente ce soir (trop ?). 

La Réalité virtuelle (ou VR pour les intimes)

Là aussi, Sony est clairement entré dans le virage...et même à pleine allure ! Repassez-vous le live une fois et vous verrez que le temps de présence accordé à cette technologie encore naissante est affolant ! 

"D'accord, mais pour nous enrouler avec des démos fumantes ou du concret ?"

Je répondrais aux internautes posant cette question de manière récurrente que ce soir...bah il y avait pas mal de concret pour pas tant de blabla que ça. Des jeux ou tout du moins expériences intéressantes, on en a pris plein la poire ! Du futur premier jeu signé Ubi "Eagle Flight" à ce jeu très attirant nommé "Golem" en passant par le prometteur "Rez Infinite" ou encore les déjantés simulateur de job (pour ceux qui s'ennuient après une bonne grosse journée de taf) et simulateur de golf avec des robots (donc plus vraiment simulateur...). Bref, il y en a pour tous les goûts à priori même si je dénonce tout de même le manque d'expériences "complètes" et "solides". 

Mais comme dirait notre cher Didier (ou pas), "il faut laisser le temps au temps" !

Moins de AAA mais plus de WOH !

Je m'explique les amis. Au vu des ventes de notre compagnon de route Mr PlaySation sur cette génération, on peut (là encore) légitimement dire que Sony est malin, voire plus... Notamment en termes de communication.

A mon sens, ce qui compte dans une industrie "Business to Consumer" axée divertissement, c'est tout bêtement les produits ou les offres (pour se la jouer un peu économiste). Et ce point, Sony l'a bien compris, du moins pour sa division PlayStation. 

Ils "donnent la parole" de temps en temps aux joueurs pour qu'ils puissent clamer haut et fort qu'ils veulent tel ou tel jeu plus que n'importe quoi au monde ! Et ensuite, ils te balancent un trio The Last Guardian/FF7 Remake/Shenmue à l'E3. 

Après de telles annonces, ont-ils nécessairement besoin d'annoncer des tas de AAA comme le fait beaucoup plus Microsoft ? Je ne crois pas. Après, c'est un avis assez personnel auquel je ne vous demande pas particulièrement d'adhérer.

En tout cas, j'ai constaté une fois de plus ce soir que Sony a suscité un engouement auprès du public "rien qu'avec" une BA de leur prochain bijou "Uncharted 4 : A Thief's End" suivie d'un trailer du remake de "Final Fantasy VII". Même si la réussite de la conférence ne tient pas qu'à cela, les gens commencent à sortir stylo+chéquier après de tels moments...

Sony sait susciter l'attente chez son public, mais il sait aussi récompenser ces mois de frustrations avec de petites perles mais jamais avec le collier...enfin, c'est au bout de plusieurs années que l'on pourra le constituer.

Bilan personnel de ce PlayStation Experience 2015

Je n'aime pas ce mot : "personnel". Mais il faut savoir l'utiliser de temps en temps pour ne pas s'attirer les foudres des lecteurs mécontents de ce papier ou de l'évènement du soir. 

Du coup, pour ne pas faire dans l'indigeste, je synthétiserai mon ressenti en quelques mots. 

  • Fraîcheur : c'est la grosse sensation ressentie au sortir de cet évènement, sans doute grâce aux indies et à la VR mais pas que...
  • Différence : Sony réussi vraiment à se différencier de ses rivaux, ne serait-ce qu'en créant un rendez-vous rassemblant la presse et les fans. Nintendo, Microsoft, j'attends vos réponses !!
  • Légereté : oui, tout ne me plaît pas chez vous. Je trouve (à titre personnel une fois de plus) que Sony est un tantinet radin au niveau des productions à gros budgets plus communément appelées AAA. J'adore les jeux à petits ou moyens budgets, et c'est une excellente initiative de votre part de mettre l'accent sur ces derniers mais on ne peut pas occulter la supériorité du catalogue "d'exclusivités made in Microsoft" !

 

Le direct du soir était donc intéressant et assez riche en annonces (contrairement à ce que certains disent sur les "réseaux") malgré quelques soucis de rythme assez inhérents aux conférences PlayStation malheureusement.

S'approchant pas à pas des fêtes de fin d'année, je souhaite faire un petit (ou plutôt un grand) v½u pour boucler la boucle.

S'il vous plaît Monsieur PlayStation, continuez à nous vendre du rêve et faites de l'an 2016 une grande année de Jeu Vidéo et de Création en introduisant du mieux que vous le pouvez la Réalité Virtuelle dans nos chers foyers ! Et vous, quel est votre v½u ? 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Jeu vidéo)

 

 

Bien le bonjour chers amis ! Hier, j'ai posé mes petites mimines sur le tant attendu Uncharted 4, enfin presque...puisque c'était pour être plus exact la partie généralement considérée comme inintéressante sur les jeux d'aventure : vous l'aurez deviné, le multijoueur !

J'avais même pris la généreuse compilation Uncharted : The Nathan Drake Collection en partie grâce à la hype nourrissant le futur hit de 2016, oui je suis comme tout le monde, faible. Pourtant, je vous avouerais mon scepticisme sur l'intérêt d'un tel mode dans un jeu d'aventure narratif à la sauce hollywoodienne. Pour moi, une prod signée Naughty Dog, c'était un "ride" de 10 ou 20 heures où les claques (celles qui font du bien, hein) fusaient dans tous les sens ! Mais une fois l'aventure bouclée : rideau et jeu au placard ! 

Cette fois-ci, curieux de découvrir le moteur graphique du jeu, un écart était de mise. Parfois, les écarts ont du bon, la preuve avec 4 arguments implacables :

  • Il saura vous flatter  

Votre rétine sera complice de moultes flatteries, la vilaine. De la végétation aux mouvements transpirants de réalisme, la tentation est trop forte...sans évoquer l'ambiance sonore du titre. 

  • Il se donnera à vous facilement

Vos doigts s'agiteront immédiatement sous le joug d'une prise en main intuitive, addictive et intéressante de par sa différenciation des autres shooter. 

  • Il attendra beaucoup de vous en retour

Vos activités risquent bien d'être impactées par Uncharted 4, tant par son solo que par son multi, ce dernier n'ayant pas l'air d'être pauvre en contenu et en intérêt... 

  • Il vous surprendra, là où vous ne l'attendiez pas...

Vos émotions et sens seront sans aucun doute sollicités ! Je n'aurais jamais cru ressentir une once d'adrénaline au cours de simples parties de match à mort et pourtant le rythme, le gameplay et l'immersion d'une manche de 10 minutes/35 victimes m'ont fait mentir plus d'une fois. 

Ne vous privez donc pas et cédez à la tentation, son goût est si plaisant. 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

fond edito

 

Bienvenue à tous et à toutes dans la sphère d'un amoureux du Jeu vidéo, et plus généralement de l'art (du vrai hein) sous toutes ses coutures ! 

Archives

Catégories

Favoris