Premium
Le blog de Gandalf le Blanc

Le blog de Gandalf le Blanc

Par gandalfleblanc Blog créé le 21/02/13 Mis à jour le 16/08/14 à 17h05

Les jeux video, l'Histoire, les nouvelles technologies, la musique, la vie en fait...

Ajouter aux favoris

Édito

81 117 97 110 100 32 108 101 115 32 108 111 105 115 32 100 101 115 32 104 111 109 109 101 115 32 116 101 110 116 101 110 116 32 100 101 32 116 101 32 100 105 99 116 101 114 32 116 97 32 118 111 105 101 44 32 115 111 117 118 105 101 110 115 45 116 111 105 32 113 117 92 39 97 117 99 117 110 101 32 118 111 105 120 32 110 101 32 112 101 117 116 32 112 114 116 101 110 100 114 101 32 32 112 114 118 97 108 111 105 114 32 115 117 114 32 108 97 32 116 105 101 110 110 101 44 32 112 117 105 115 115 101 45 116 45 101 108 108 101 32 118 101 110 105 114 32 100 101 32 99 101 117 120 32 113 117 105 32 100 105 115 101 110 116 32 99 105 116 101 114 32 116 111 110 32 68 105 101 117 46 32 69 110 32 99 101 108 97 32 114 97 112 112 101 108 108 101 45 116 111 105 32 113 117 101 32 114 105 101 110 32 110 92 39 101 115 116 32 118 114 97 105 46 32 10 81 117 97 110 100 32 108 101 115 32 99 104 97 105 110 101 115 32 100 92 39 117 110 32 97 115 115 101 114 118 105 115 115 101 109 101 110 116 32 113 117 101 108 99 111 110 113 117 101 32 116 101 32 114 101 116 105 101 110 110 101 110 116 44 32 115 111 117 118 105 101 110 115 45 116 111 105 32 113 117 101 32 116 117 32 101 115 32 108 105 98 114 101 32 100 101 32 116 101 115 32 97 99 116 101 115 44 32 101 116 32 113 117 101 32 112 101 114 115 111 110 110 101 32 110 101 32 112 101 117 116 32 114 101 116 101 110 105 114 32 108 92 39 108 97 110 32 100 101 32 108 97 32 108 105 98 101 114 116 46 32 69 110 32 99 101 108 97 32 114 97 112 112 101 108 108 101 45 116 111 105 32 113 117 101 32 116 111 117 116 32 101 115 116 32 112 101 114 109 105 115

 

Archives

Favoris

Catégorie : Interviews

Signaler
Interviews

Avis à la population ! Dès la première semaine de septembre vous  pourrez retrouver ici même une nouvelle salve d'interviews de membres de la communauté alors n'hésitez pas à venir nombreux !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Interviews

Salut amis de la communauté de Gameblog. Pour des raisons d'emploi du temps, les interviews sont mises en pause jusqu'à début juin. Ceci étant, dès la première semaine de juin vous pourrez retrouver celle de Charlène, une gameuse rencontrée sur twitch.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Interviews


 

 

Voici donc, avec quelques heures d'avance, l'interview du Gamer aux mains carrées !

 

 

Salut à toi, ami gameblogeur ! Pour ceux qui ne te connaisse pas, peux-tu te présenter ? Qui es-tu ? D'où viens-tu ? Où vas-tu ?

Ça c'est une grande question métaphysique que tout le monde se posait, avant qu'internet n'arrive et ne la remplace par "comment faire le buzz en trois heures sans montrer mes fesses ?". Je serais donc bien en peine d'y répondre ici sans devoir d'abord complètement redéfinir ses termes essentiels, et notamment la question de l'"être" et du "aller", ce qui nous renvoie à certains concepts de la rhétorique grecque qui... quoi, tu dors ? Déjà ? Bon, j'abrège, alors. Pas mal de monde me connaît déjà par ici, alors on va faire synthétique : je suis une intelligence artificielle née de la matérialisation des désirs inconscients des internautes, ce qui en dit long sur la nécessité pour eux de suivre d'urgence une bonne psychothérapie. Et dans le civil, en attendant de pouvoir conquérir le monde avec mon armée de Lolcats, je me fais passer pour un secrétaire de direction (ça veut dire qu'au lieu de faire du café LIDL, je fais du Carte Noire) d'à peu près 38 ans en base de ton choix. Et je suis mondialement connu et aimé (oh oui !) sur tout l'interouèb' en tant que Hater francophone numéro 1 dans la catégorie Tidus. Ce qui, j'en profite pour le préciser, ne demande pas tant de travail que ça.

Tu connais Gameblog depuis quand ?

Ha mais ça avait déjà commencé ? :D Je proteste, votre honneur, j'ai mordu la ligne, c'est un faux départ (et faites vacciner la ligne contre la rage, votre honneur, on ne sait jamais).

Bon, ça n'a qu'à peine pas tout à fait commencé mais un peu quand même que je m'égare déjà.

Gameblog, donc.

Comme je ne suis pas à un paradoxe près, je me suis inscrit sur Gameblog le 4 novembre 2011, mais je ne l'ai connu qu'à peu près un mois plus tard (rires).

Tu auras donc droit à une paire de claques pour ton faux départ ! Alors tu t'inscris sur un site avant de le connaître ??  

Oh oui, oh oui, frappez-moi, Maî... Ha pardon, encore un faux départ, on verra ça par mp.

Bref. Oui, c'est exactement comme ça que ça s'est passé. Un pote gamer venait d'y ouvrir un blog, et comme j'adorais ce qu'il faisait (et que je n'ai pas de personnalité à moi), j'ai eu envie de m'y mettre moi aussi. J'étais en pleine période de deuil familial et j'avais besoin de m'investir dans un projet "sympa et sans prise de tête". Mais il y avait un bail que j'avais perdu les jeux vidéo de  vue et j'ignorais tout du principe des sites communautaires. J'étais persuadé que le fonctionnement était le même que sur blogger : moi, tout seul, sans lecteurs, une liberté rédactionnelle totale. Et comme je ne suis pas super sociable, ça m'allait tout à fait. J'ai assez vite compris que j'avais un peu sous-évalué le machin et que j'avais mis le doigt dans un engrenage qui risquait fort de m'arracher la main si je lui résistais trop. Ou quelque chose comme ça.

Vu comme tu le décris ça a un côté flippant en fait...

Si ça n'en avait qu'un seul, encore, de côté flippant, ce serait rassurant. Mais heureusement, je suis un grand fan de survival horror, j'y ai donc assez vite trouvé mes marques. Et comme dans les survival horror, sur Gameblog, le côté flippant fait aussi partie du charme de la chose communautaire. 

Donc tu as connu les évolutions de ce site ! Et tu en as pensé quoi ?

J'en ai connu quelques-unes, mais je suis loin d'avoir vécu l'histoire entière du site, en la matière. Ou bien je me suis endormi à des moments, c'est possible aussi. Ou bien je n'ai pas fait trop attention. Depuis sa création, il a eu de multiples visages et je n'en ai connu que deux qui soient vraiment distincts, mais de toute façon, je ne me suis jamais trop préoccupé de ce genre de considérations. Pour moi, le site, c'est une scène de théâtre et ce qui m'intéresse, c'est ce qui se joue sur ses planches, pas la couleur du rideau. Bien sûr, à force d'usage, on trouve ses marques, on s'attache à une forme et quand celle-ci évolue, il y a un cap à franchir, mais la nouvelle version ne me déplaît pas fondamentalement. Par contre, il semble qu'elle ait réduit considérablement le nombre de visiteurs sur les blogs de la communauté, voire le nombre de blogs de la communauté tout court. Ou alors ils ont enfin réglé les compteurs de vue correctement (rires). Toujours est-il qu'il y a existé une dynamique de groupe que je ne retrouve plus depuis le passage à l'habillage gris-orange.

Et l'évolution du ton rédactionnel ?

Ha ça ? ! (rires) A vrai dire, comme beaucoup, je passe le plus clair de mon temps de connexion dans la partie communautaire, si bien que je n'ai pas vraiment noté d'évolution - je doute d'ailleurs qu'il y en ait vraiment eu une, en fait. Certaines figures emblématiques sont parties, certes, mais d'autres rédacteurs ont pris la relève, et le site a su retrouver un équilibre entre peoplisation et dossiers de fond, il me semble. La ligne éditoriale très "Morandinienne" de Gameblog dérange pas mal de monde, c'est un fait, mais je ne suis pas du genre à prendre les jeux vidéo au sérieux. Pas autant, en tout cas. "Le jeu vidéo est un art", très peu pour moi. Le jeu vidéo, c'est le jeu vidéo : avec ses bons et ses mauvais côtés. Et j'apprécie le fait que Gameblog rende compte des deux, même si ce n'est pas volontaire et que le but premier n'est pas si "noble". Gameblog, pour moi, c'est d'abord une matière première : ce qui compte, ce n'est pas ce qu'est le site, mais ce que j'en fais. En tant que blogger, oui, mais en tant que lecteur aussi. 

Quel genre de lecteur es-tu ?
C'est très intime, ça, comme question. Fouette-moi encore un peu et je te dirai tout ce que tu veux (rires).

Je dirai un lecteur bienveillant, mais critique, qui ne se contente pas de ce qui est posé noir sur blanc. Ou qui ne s'y arrête pas. Ou qui ne s'en formalise pas. Ou qui esquive discrètement la question ? Disons que je prends ce qu'on me donne, mais je ne me contente pas.  J'ingurgite et je digère. Je n'essaie pas d'avaler tout rond. Du coup, je m'épargne pas mal d'aigreurs d'estomac.

Ca fais combien de temps que tu joues aux jeux vidéos ?

Houlaaaaaaa ! ça remonte à loin, ça. Tu vois, le moment de transition entre les raptors et les mammouths laineux ? Ben j'ai dû commencer à peu près à ce moment là. Avec des jeux électroniques à cristaux liquides, d'abord, qui étaient déjà des produits de luxe qu'on s'arrachait littéralement, juste pour avoir le plaisir d'essayer de faire le maximum de points en attrapant des crêpes tout en évitant des seaux d'eau, le truc à peu près aussi cohérent que les fins des jeux de David Cage ou les scénarios des Final Fantasy next gen (oui, beaucoup de gens se demandaient quand ça finirait par arriver dans la conversation, hé ben voilà, ça y est, c'est fait, la pression retombe d'un seul coup, là, c'est dingue, je me sens soulagé d'un poids). C'était moche, répétitif et stressant au possible, les piles du futur faisait peur parce qu'on n'avait pas le droit de les sucer et que ça voulait sûrement dire qu'elles étaient très toxiques, mais comme c'était tout ce qu'on avait à dispo, pour nous, c'était carrément le Futur, la Next Gen, l'aboutissement de la science des hommes. Les ordinateurs étaient trop chers pour qu'on puisse s'en acheter un, mais parfois, on avait un copain un peu fortuné qui nous invitait à venir chez lui jouer à un vieux jeu moche et à peine moins répétitif que nos jeux électroniques, mais en (cinq) couleurs, et sur un écran comme celui de la télé (ce qui donnait tout de suite au jeu une stature plus respectable à nos yeux). Le seul hic, c'était que le jeu était sur cassette (oui, oui, comme les cassettes audio, sauf qu'à l'écoute ça sonnait un peu comme du Lady Gaga) et que pour le charger, il fallait lire la cassette en entier dans le lecteur. LES DEUX FACES (si mes souvenirs sont bons). Généralement, c'était d'ailleurs à mi-parcours qu'on se disait que finalement, on aurait préféré jouer à l'autre, là, celui avec les cubes et les triangles... mais comme ça faisait déjà une demi-heure qu'on poireautait pour jouer, on se faisait une raison et on allait jusqu'au bout du processus. De mauvaise grâce, suite à quoi on enchaînait quatre ou cinq parties pour la forme. Puis on allait jouer aux billes en se disant que "la prochaine fois, on choisirait mieux dès le départ".

Tu as donc connu la grande époque de l'Amstrad CPC 464 ?

De loin, comme beaucoup, faute de moyens. Mais oui, je confirme, j'ai connu l'époque où à l'école, les cours d'"initiation à l'informatique" consistaient à essayer de scorer sur un jeu monochrome où on dirigeait un hélico et où on devait bomber des buildings à l'américaine pour ne pas se crasher dedans. Rétrospectivement, ça faisait un peu "camp d'entraînement", c'est très rigolo. L'Education Nationale a bien changé, depuis. Elle est devenue triste (rires).  

Et aussi le stylo magique qui servait à écrire sur l'écran ?

Ha tiens non, rien d'aussi perfectionné, dis-donc. Le fleuron de la haute technologie en la matière, chez nous, c'était la craie. Et elle n'avait même pas de port USB, c'était vraiment la lose. Mais ça me rappelle cette expérience de réalité augmentée bluffante (rires) qu'était Télétactica : tu regardais ton épisode à la télévision, et tout à coup la narration s'interrompait et on te donnait cinq minutes pour coller des formes géométriques découpées dans du papier calque pour construire un véhicule, un vaisseau, un abri, que sais-je encore, aux petits personnages dont on suivait les aventures. Et pour ce faire, il fallait acheter les patrons des formes géométriques dans le commerce... Une bien belle époque, ma foi.

Pas de next-gen ?

Si. La WiiU (hurlement de rire hystérique).  

Mais non, je n'ai jamais éprouvé le besoin de passer à la Next Gen. J'ai quarante jeux PS2 encore à faire, une dizaine de jeux PS1, une trentaine de jeux DS et une vingtaine de jeux 3DS (je ne compte même pas les jeux pour la Supaboy, ni ceux que j'ai envie de me RE-faire, yargl). J'ai commencé à jouer avec des carrés et des triangles, je peux donc encore tout à fait m'émerveiller de graphismes PS2, voire même Wii. D'autant que ce que sont devenus les jeux d'aujourd'hui ne m'attire pas particulièrement. Pas assez, en tout cas, pour que j'y investisse des fortunes. Cette volonté d'accessibilité, d'universalité, calibrée exprès pour vendre le maximum de titres au maximum de gens, ce n'est pas pour moi. Pour revenir encore à mon sacro-saint survival horror, je suis de ceux qui appréciaient énormément le type de contrôle "particulier" des premiers titres, qui faisait qu'on passait plus de temps à expertiser les murs avec la tête de notre personnage qu'à décaniller du monstre. Quand ceux-ci ont commencé à se surmultiplier, que les décors sont passés en 3D et qu'on est passé à un type de contrôle style arcade, j'ai senti que quelque chose était en train de changer, qui touchait la quasi-totalité du microcosme vidéoludique, et j'ai décrété d'un commun accord avec moi-même que ce n'était pas fait pour moi. Je préférerais toujours un jeu techniquement à la ramasse, mais porté par une intention, comme Fragile Dreams sur Wii, plutôt qu'un bijou parfait, mais sans âme.

Et depuis tant de temps que tu joues, tu as possédé quelles consoles ?

J'ai commencé vers 14-15 ans avec un Gameboy (là j'écris "un" pour faire genre mais j'ai toujours dit "une" et je n'ai pas l'intention de changer de crèmerie), puis avec une Megadrive d'occasion (et Phantasy Star II, évidemment). Ensuite, ça a été la PS One, trois ans après tout le monde, puis la PS2 avec le même décalage temporel, le temps que les prix baissent. Après quoi j'ai fais une longue pause, histoire d'essayer de finir ma pile de jeux en attente (en vain). Enfin, j'ai enchaîné avec une DS, une 3DS et maintenant une Supaboy. Mais après, on peut ajouter la Gamegear, la Super Nintendo et la SuperGrafX du petit frère, ainsi que le Gamecube, la Wii, puis la WiiU de ma compagne. ça fait déjà de quoi faire...

Comment analyses-tu l'évolution du marché ?

Avec beaucoup de cynisme. Et sans trop d'originalité, du reste. On investit des fortunes dans le développement des jeux, on veut donc rentrer dans ses frais. Pour se faire, on fait comme les américains (mais pas que) et leurs séries télévisées : on va chercher à disséquer, devancer, alimenter les attentes d'un public le plus large possible, en gommant toutes les aspérités, les particularismes, les touches d'identités qui font les projets à part, parce qu'elles sont autant de risques qu'on ne peut plus se permettre de courir, compte tenu des enjeux. Prendre le joueur à rebrousse-poil, on ne peut plus se le permettre, alors on lui propose ce qu'il est susceptible d'acheter, en lissant, uniformisant, accessibilisant de plus en plus (et tant pis si ce dernier verbe n'existe pas). Si bien que plus on procède de la sorte, moins le joueur en question va être disposé à accepter la différence, à s'aventurer hors des sentiers qu'on lui a commercialement balisé, si d'aventure on lui en donnait l'occasion. Et par conséquent, côté développeurs, moins on sera tenté de prendre de risques. Si bien qu'on s'est peu à peu, en dix ans (voire un peu plus), enfermé dans un cercle vicieux où la médiocrité appelle plus de médiocrité encore. Il y a, bien sûr, des exceptions, et heureusement. Mais plus assez pour que j'aie envie de suivre le mouvement. Je préfère râler dans mon coin, répéter "c'était mieux avant" et passer pour un vieux c*n. C'est le privilège de l'âge...

Il y a des dev indépendants qui innovent ! Regarde Brothers, Journey, Flowers...  

Voilà, tu viens de faire la liste quasi-exhaustive des seuls jeux qui pourraient me tenter sur cette gen'. Il faudrait juste ajouter El Shaddai (oui, j'assume) et on aurait fait à peu près le tour, en caricaturant un peu. Oui, comme je le suggérais, il y a effectivement d'excellents titres noyés dans la masse, qui donnent vraiment envie d'y croire encore (voire même des titres plus "classiques" tout à fait honorables en regard des attentes actuelles, et dont le seul tort est de ne plus correspondre à mes propres aspirations dans ce domaine, c'est aussi simple que ça). Il paraît d'ailleurs normal que cette standardisation entraîne chez certains développeurs et chez certains joueurs une pulsion de rejet, qui les pousse à rechercher ou à produire des oeuvres à part. Mais est-ce que j'irais acheter une PS3 juste pour jouer à Flower et Journey ? Alors que j'aimerais déjà trouver du temps pour me refaire Shadow of The Colossus (oui, j'assume aussi) et Vagrant Story ? Et que j'ai encore quatre Silent Hill à entamer ?

Et quel est ton genre de jeu ?

Celui avec des shorts asymétriques. Le short asymétrique, c'est l'expression la plus pure et la plus parfaite de la parole de Dieu.  

Mais comme il est très difficile de réussir un bon jeu à base de shorts asymétriques, je répondrai plus simplement : celui qui m'emmène là où je ne m'attends pas à aller, qui est porté par une vision, une envie. Tant pis s'il n'est pas parfait, voire même s'il tâtonne... si je sens qu'il est animé par la passion, avant toute chose, s'il se met en danger, s'il me questionne par rapport à mes attentes, justement, s'il m'apporte quelque chose, bien noté par la presse ou pas, je l'accueille à bras ouvert. En ce sens, j'ai vraiment beaucoup apprécié le Fahrenheit de David Cage, malgré son dernier tiers scénaristiquement consternant : difficile d'oublier le sentiment de désorientation, presque de panique, quand on se retrouve livré à soi-même dans ces toilettes de bar, alors qu'on vient juste de commettre un homicide par cinématique interposée, avec la police qui resserre inexorablement l'étau à mesure qu'on découvre les mécaniques du jeu...

 Et pour répondre de manière plus pragmatique (ou quelque chose comme ça), mes deux grands genres de prédilection sont le J-RPG (pendant pas mal de temps, je n'ai d'ailleurs joué qu'à ça, la faute à Final Fantasy VI) et le Survival Horror (auquel j'ai hésité à me mettre pendant des années, étant une âme sensible qui ne supporte ni les films d'horreur, ni les épisodes de Joséphine Ange Gardien).  

Et ton jeu préféré ?  

Jusqu’à il y a peu, j'aurais pu répondre Final Fantasy VI sans hésiter. A sa sortie, ce jeu a été une révélation, autant qu'une révolution, pour moi comme pour beaucoup d'autres : non content d'être techniquement impressionnant, il était porté par une narration exemplaire, qui sublimait son intrigue très "classique" et, à mon sens, cette alchimie reste aujourd'hui encore inégalée. Problème d'échange équivalent ? Je dirais plutôt : de méconnaissances structurelles en termes d'écriture et, comme suggéré précédemment, de nécessités commerciales en amont.

Ceci étant, depuis, j'ai découvert Shadow of the Colossus, Vagrant Story (oui, je suis monomaniaque, aussi, je crois que pas mal de gens ici s'en sont rendu compte) (TIDUS ! TIDUS !) (oui, et je souffre du syndrome Gilles de la Tourette, également. C'est d'ailleurs très pratique quand on veut troller),  Silent Hill 2, Project Zero 2, Forbidden Siren 2, Fragile Dreams... J'aurais donc du mal à trancher. Aussi vais-je rester sur Final Fantasy VI, et tant pis si ce choix pourra sembler manquer de personnalité : j'aime ce que j'aime et je me moque bien de savoir si oui ou non le net trouve ça hype, noob, hipster, et tutti cuanti. Les jeux que j'ai cités ont cette particularité d'avoir répondu à mes exigences, voire d'être allés au-delà. Et ça, ça n'a pas de prix, comme dirait l'autre, même s'il faut passer par la case Mastercard quand même (rires) (affligés).


Un avis sur les mondes ouverts qui se généralisent de plus en plus ?

Quand c'est bien fichu, ça a un côté grisant, ça crée une unité de jeu qui, elle-même, lui donne une certaine authenticité. Le sentiment de liberté, le plaisir de la découverte... on retrouve ingame ce qu'on ne peut plus vraiment expérimenter IRL, à une époque où tout ce qui n'a pas été balisé, exploré, répertorié reste quand même accessible via Google Earth (ou pas loin). Mais c'est également une limite, en ce sens que cela peut casser le rythme de la narration quand il y en a une, ce qui en réduit d'autant la portée et peut confiner la partie dans le champ de l'anecdotique... ce qui, du reste, peut être utilisé à dessein par les développeurs pour donner à leur travail une densité factice destinée à en occulter la superficialité. Un peu comme les chasseurs, en somme : il y a les bons mondes ouverts et les mauvais... Le bon monde ouvert, il est ouvert, tu vois. Alors que le mauvais monde ouvert, il est ouvert aussi, mais c'est un mauvais monde ouvert (ça commence à être crispant, ces rires en arrière-plan). Le monde ouvert, en soi, c'est une possibilité. C'est ce que les programmeurs font de cette possibilité, qui peut ou non prêter à critique. J'ai adoré me balader dans celui de Shadow of the Colossus, mais j'ai quand même été frustré de ne rien y trouver de plus significatif que des lézards à zigouiller.  

Des exemples de bons mondes ouverts ?

N'étant pas passé à cette Next Gen qui, bientôt, rejoindra mes consoles à moi dans la rubrique rétrogaming, j'aurais un peu de mal à répondre à cette question. Il me semble que celui de Xenoblade Chronicles est un modèle du genre, et ce que j'ai pu lire sur Skyrim vendait du rêve, même pour un vieux blasé comme moi. Je peux par contre dire que j'ai aimé celui de Shadow of the Colossus pour sa beauté "réaliste" et celui de Spider-man 2 pour la façon dont il exploite le style GTA... ainsi que ceux des Ys ou des Zelda, qui ne sont pas vraiment ouverts mais qui en donnent joliment l'impression, ce qui permet d'apprécier une aventure plus courte que dans la majorité des action RPG, sans se sentir spolié pour autant..

Je vais te donner à choisir entre plusieurs personnalités celle qui te parle le plus. Frédéric Raynal ou Hideo Kojima ?  

Il me semble que la coutume dans ta rubrique, c'est d'ignorer les choix que tu suggères et d'en proposer un troisième, alors je dirais Tetsuya Nomura. Nu. Dans un four à micro-ondes.

Blague (?) à part, je dirai Kojima, moins en tant qu'homme qu'en tant que personnage. Impossible de vraiment savoir s'il est fou ou brillant, sincère ou calculateur, ridicule ou charismatique, tant il s'instrumentalise lui-même dans les médias. ça le rend fascinant et effrayant, agaçant et admirable. Et j'aime les paradoxes, raison pour laquelle je me suis bien amusé sur son dos il y a peu.


Mozart ou Bob Marley ?  

Les deux. Simultanément.

Et avec de la colombienne pour les deux ?

Pas besoin. Ce que je sécrète de manière naturelle la vaut largement, en matière hallucinatoire. Tous mes proches, amis, employeurs, animaux familiers peuvent en attester. D'ailleurs ils seront invités à le faire très prochainement par le Tribunal de la Haye, mais c'est une autre histoire que nous vous raconterons une autre fois.

J'espère que tu me réserveras cette histoire en exclu pour mon blog ! Chuck Norris ou JCVD ?

Il faudra partager l'exclu avec Paris Match, mais ce sera avec plaisir. Et je suis plutôt JCVD, pour tout dire, en raison de son apport majeur à la philosophie moderne. Oh, et aussi parce que c'est un demi-compatriote, en fait. Mais le meilleur entre les meilleurs, ça reste Steven Seagal. Il a des traits si expressifs...  

Et ta liste de "j'aime / j'aime pas" ?  

Il n'y a pas une limite de nombre de lignes, pour les posts de blog ? Et tu restes ouvert jusqu'à quelle heure ? Tu peux m'en resservir un petit dernier ? Non parce qu'on est parti pour traîner jusqu'au bout de la nuit, là...

Une vraie liste serait trop longue à établir, et ne serait pas très intéressante à lire non plus. Disons pour résumer que j'aime tout ce qui tend à élever l'homme (je ne parle pas ici des eroge, hein, tu m'auras compris), et je n'aime pas tout ce qui le rabaisse. Pour cette raison, je n'aime pas la direction que la société semble prendre (sur tous les plans, y compris celui des jeux vidéo), mais j'aime à croire que mes semblables sont malgré tout capables de me surprendre encore agréablement. 

J'aime les oursons guimauves, aussi. Ils n'élèvent certes pas l'homme, mais ils remplissent son estomac. Et quel plaisir de leur arracher la tête d'un coup de dents ! (Non mais faut pas croire, je n'étais pas comme ça, hein, je le précise, avant de me mettre aux jeux vidéo). J'aime les mangas et l'animation japonaise, qui sont ma vraie "spécialité" (si l'on peut dire). J'aime les gens qui font les choses pour et par passion. Pas ceux qui cherchent la célébrité ou la thune (même si je peux comprendre). Je n'aime pas la prétention et la mesquinerie qui ont pignon sur rue sur internet. Ni, d'ailleurs, l'hypocrisie de ceux qui font semblant d'être ce qu'ils ne sont pas. J'aime la liberté, mais pas ce que l'on en fait. Oh, et bien sûr, j'adore les sushi.

Pour finir, la question porno : twitcher c'est tromper ?

ça dépend si on met la langue, non ?

Un dernier mot pour la communauté Gameblog ?

Viens sur mon blog, la communauté ! Parcours mes articles. Pas besoin de les lire. Pas besoin de les apprécier. Scrolle-les. Amène le curseur de ta souris à hauteur de "j'aime" et hop, clique. Et encourage tes amis à cliquer aussi, si tu en as. Rien de plus simple. C'est très interactif et plein d'émotion, tu verras.

Non mais franchement, elle est chouette, cette communauté. J'y ai fait des rencontres géniales. Bien sûr, la vie passe, les priorités de vie changent avec l'âge, et on doit accepter de laisser s'en aller pas mal de bons camarades, mais ça fait partie du jeu et il reste de chouettes souvenirs.

Moralité :

"La communauté Gameblog, c'est bon. Mangez-en" (Hannibal Lecter).

Merci d'avoir répondu à mes questions !  

Avec plaisir.

Ce fut une expérience bien sympathique et j'encourage tout un chacun à s'y prêter. On est très bien reçu et on peut même poser nos pieds sur la table basse. D'ailleurs si tu permets, avant de partir, je vais me resservir en Doritos. Ha ha ha. ;)

Vas-y !

Crunch crunch crunch...

Burps.

Oups, pardon. Elle tape, ta bière !

 

 

Noubliez pas que vous pouvez retrouver le blog du gamer aux mains carées ici !

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Interviews

Demain ce sera au tour du gamer aux mains carrées de se prêter au jeu de l'interview ! Elle sera en ligne à 18h00 alors soyez au rendez-vous !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Interviews

 

Merci pour l'accueuil réservé à mes interviews ! Pour la peine, la prochaine sera publiée dimanche à 18h00. La semaine prochaine vous découvrirez celle de Charlène, une sympathique gameuse rencontrée sur Twitch, et une interview de Sullivan Rouaud (fondateur de comicsblog) est également en préparation alors restés connectés. Et 156 134 047 157 165 142 154 151 145 172 040 160 141 163 040 161 165 145 040 166 157 165 163 040 164 145 163 040 163 165 162 166 145 151 154 154 163 056 056 056 

 

Vous pouvez aussi retrouver mon interview de Carole Quintaine ici.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Interviews

 

Nouvelle interview et c'est Carole Quintaine qui me fait l'honneur de répondre à mes questions.

 

Salut à toi, amie gameblogeuse ! Pour ceux qui ne te connaîtraient pas, pourrais-tu te présenter ? Qui es-tu ? D'où viens-tu ? Où vas-tu ? 

Hello, je suis Carole Quintaine une marseillaise de 31 passionnée de jeux vidéo depuis la NES ! Je souhaite continuer à évoluer dans l'univers des jeux et construire ma vie autour de ce métier !

Depuis quand travailles-tu dans le milieu du jeu vidéo ?

Depuis presque 3 ans maintenant ! Le temps passe vite !

Qu'as-tu fais avant ?

J’étais mannequin free-lance. J’ai toujours aimé la mode. Et très honnêtement, le jeu vidéo était une passion, je ne pensais pas en faire un métier un jour !

Quand as-tu commencée le mannequinat ?

A 14 ans. J’étais fan de mode et j’adorais poser. Du coup j’ai tout fait pour passer des castings, participer à des concours…

Pourquoi n'as-tu pas poursuivie dans cette voie-là ?

Je continu le mannequinat même si je passe plus de temps à jouer ;) Après, faire des photos, c’est sympa un temps. C’est un métier qui te permet lui aussi de voyager, de rencontrer du monde, de gagner beaucoup d’argent et de le dépenser aussi vite que tu l’as gagné (j’ai les mains trouées hein ^^). Mais ce n’est pas ma vocation.

Il me semble que tu as participé à une saison d'une émission de télé-réalité (opération séduction je crois...), qu'est-ce qui t'as amenée à tenter cette expérience ?

Le mannequinat justement. C’est un ami photographe qui m’a mise sur le coup. Participer, c’était pour moi un bon moyen de lâcher les cours (j’étais à l’école d’auxiliaire de puériculture mais gratter le papier toute la sainte journée, c’était trop douloureux pour moi…) et de partir en vacances dans les Caraïbes tous frais payés ! J’avais 20 piges, tu parles que j’ai tenté ;) Et puis j’en garde un très bon souvenir. C’était vraiment cool.

Pourquoi avoir choisi le métier de journaliste (puisque moi je considère que tu en es une) ?

Je ne considère pas que je sois une journaliste mais beaucoup de gens semblent le penser…En réalité, je suis une passionnée de jeux vidéo qui a ouvert son blog et qui a eu la chance de se faire repérer par Gameblog et Bertrand Amar. Du coup, effectivement, j’ai commencé à bosser en tant que « journaliste jv ». C’est un beau métier : tester des jeux en avant-première et pouvoir donner son avis en sachant que tu vas être lue. Rencontrer les personnes qui sont les acteurs de cet univers et qui, pour certains sont les créateurs des jeux de ton enfance ! On voyage, on rencontre plein de gens différents, on ouvre son esprit…Et puis gagner ma vie en faisant ce qui me plaît, c’est un rêve de gosse.

Si tu devais donner des conseils pour un jeune passionné de JV qui souhaite faire comme toi, lesquels lui donnerais-tu ?

Premièrement de foncer ! Mon second conseil serait d’ouvrir un blog pour partager ses émotions. C’est un bon moyen de se faire repérer par des rédactions et quoi qu’il en soit, c’est le meilleur pour se faire une place dans cet univers. Et de taper à toutes les portes. Un peu de culot et beaucoup de passion quoi. Non en fait, beaucoup des deux :D

Depuis quand connais-tu Gameblog ? Comment as-tu connu le site ? Que penses-tu de son évolution et de son ton ?

Depuis sa création ! Je ne pensais pas les rencontrer un jour. Je pense que Gameblog a évolué avec son temps et en restant à l’écoute de sa communauté. Gameblog a été créé autour de celle-ci et il est évident qu’elle compte énormément pour le site. Ce sont des gens passionnés et leur plume se veut elle aussi pleine de passion et d’ardeur. Souvent drôle, parfois légère, mais toujours juste.

Ne crois-tu pas que le ton a changé depuis que Julien Chièze a pris la suite de Rahan ?

Chacun a sa manière d’écrire mais la ligne éditoriale est restée fondamentalement la même. Franche et juste.

Quand as-tu décidé de créer ton propre site et pourquoi l'avoir créé ? Et comment t'es venue l'idée de "Select Your Player" ?

J’avais envie d’écrire sur le jeu vidéo et un ami m’a conseillé de le faire tout simplement. Je voulais partager ma passion avec d’autres gens. J’en avais besoin à l’époque. J’avais pas mal galéré…

En ce qui concerne Select Your Player, c’est mon ami Wahwah qui en a eu l’idée ;) J’ai tout de suite dit ok ;)

A propos de Select Your Player tu as des idées pour améliorer l'émission ?

On tente d’améliorer à chaque fois… En préparant les émissions avec sérieux, en essayant de proposer de nouvelles choses, en mettant de la bonne humeur etc…Après, rien n’est parfait bien sûr.

Quelles ont été les consoles que tu as possédées dans ta carrière de gameuse ?

J’ai été une petite fille très gâtée... J’ai eu la NES, la SNES, la Megadrive, la N64, la Saturn, la PS1, la PS2, la GameCube, la Xbox, la 360 la PS3, PS4 et la Xbox One…Au niveau des portables, j’ai eu la Gameboy, la Game Gear la 3DS et la Vita…Ce sont mes bébés 

Franchement t'as pas honte d'avoir zappée la lynx ?

Trop ! :D 

Et quelle est ta préférée ? Quels sont les jeux qui t'ont le plus marqués ?

La GameCube. Tellement de bons souvenirs ! Je pense notamment à Starfox Adventures, le dernier jeu édité par RARE. Tellement beau graphiquement ! Et puis RE4, la vraie claque ! Mon RE préféré après le Rebirth. Je me souviens que quand j’ai eu le jeu, je ne l’ai pas lâché de toute la nuit… Et puis Wind Waker…Quel bel épisode de la saga. Sans compter que je me suis refait Ocarina Of Time en mode normal et en Master Quest. Énorme cette console. Et trop belle !

Ne crois-tu pas que la réputation d'Ocarina of Time est surfaite alors que Wind Waker est meilleur (mode avocat du Diable) ?

Mon Dieu vous êtes fou monsieur ! ;) Chacun ses goûts j’ai envie de dire. En ce qui me concerne, Ocarina est le meilleur Zelda de tous les temps, suivi de très près par Link to the Past. Mais évidemment Wind Waker est génial, c’est un de mes titres préférés sur GC.

Quel est ton plus fort souvenir lié à un jeu vidéo ?

La découverte d’Ocarina Of Time sur N64. Quelle révolution ! Et puis quel jeu. Certainement mon jeu préféré. Je me souviens d’un des commentaires au dos de la boîte de la cartouche : « Probablement l’un des meilleurs jeux du monde ». La classe quoi !

Que penses-tu de l’évolution du marché ? Comment vois-tu son avenir ?

Du côté de la presse c’est un peu la merde…Par contre, l’industrie du jeu vidéo connaît actuellement un véritable essor et elle devance largement le cinéma aujourd’hui. Je pense que ça va continuer dans ce sens. En tout cas je le souhaite.

Quel est ton jeu préféré ?

Ocarina Of time suivi de très près par Resident Evil Rebirth.

Que penses-tu de la next-gen ?

Je pense que la nouvelle génération réserve de très belles surprises ! Les jeux sont de plus en plus beaux et frôle la réalité, les machines sont performantes et ouvrent de nouvelles portes ne serait-ce que dans la manière de vivre les jeux. Je pense surtout à la fonction SHARE de la PS4. Aujourd’hui, on peut jouer avec le monde entier ! Ça fait presque peur, mais c’est génial ! Après, je fais partie de ces gens qui pensent que c’était mieux avant, quand on soufflait dans les cartouches et qu’il n’y avait pas de DLC et encore moins besoin du net pour jouer à un jeu vidéo…Mais bon, il faut vivre avec son temps 

Quel avenir vois-tu pour la presse vidéo-ludique version papier ?

Je pense que ça va être compliqué. Le net apporte toutes les informations essentielles, gratuitement et en temps réel. Pourquoi les gens s’emmerderaient-ils à attendre un mag payant qui va leur apprendre ce qu’ils peuvent savoir en un clic et gratos ? Perso, je fais partie de ceux qui achètent encore ces magazines, je trouve que la presse papier a du charme et je suis de l’ancienne école. J’espère que je me trompe...

Que penses-tu d'Occulus Rift ?

Au début, ça me faisait un peu peur cette technologie et en même temps c’est fascinant. J’ai lu un article très récemment sur une grand-mère invalide. Grâce à l’Occulus Rift, elle a pu voyager de son fauteuil roulant, voir le monde, s’émerveiller, être heureuse en somme. Une de mes grands-mères étant dans la même situation, cette histoire m’a beaucoup touchée. Ça me fait dire que c’est plus que de la technologie, plus que du jeu vidéo. C’est l’homme qui part à la conquête du rêve. Et je trouve ça merveilleux.

Quel est le jeu que tu attends le plus ? 

Watch Dogs sans hésitation ! Surtout qu’il se fait attendre. J’espère qu’on ne sera pas déçu ! Hâte de pouvoir pirater à tout va ;)

Justement en parlant de Watch Dogs (je l’aurai en avant-première le 24 mai et je ferais un live sur twitch le jour-même), ne crois-tu pas qu'il était temps que le jeu vidéo s'empare du thème de la manipulation des masses par la technologie ?

Je regarderai ton LIVE avec grand plaisir ;) Effectivement c’est un bon sujet pour un jeu vidéo. C’est un miroir de la (triste) réalité.

Pour ceux qui ne seraient pas au courant, il y a une polémique à propos de certaines critiques te concernant, car elles remettent en cause ta crédibilité de journaliste. Pourrais-tu expliquer en quelques mots d'où est partie cette polémique ?

Oh c’est assez simple : je suis une fille et j’ai un passé assez « sulfureux ». Du coup je ne peux pas être crédible et parler de jeu vidéo, logique non ? ;)

Quand tu parles de ton passé sulfureux, pourrais-tu être plus précise ?

Télé-réalité, photos nue…Ça ne colle pas avec l’univers des jeux vidéo. Et les gens jugent vite. Malheureusement, l’humain est ainsi.

Et qu'as-tu ressentie face à toutes ces critiques ?

Au début, de l’incompréhension. Je ne porte pas de lunettes roses, loin de là mais je ne suis pas quelqu’un de méchant. Du coup, j’avais du mal à comprendre pourquoi on m’attaquait autant et de manière aussi agressive…Et puis je croyais que presque tout le monde était cool dans le jeu vidéo :D Bref, très vite, ça s’est transformé en force. C’est un bon carburant de se dire que ta réussite peut emmerder tes détracteurs… ;)

Qu'as-tu à répondre à tes détracteurs ? 

Ma réponse se trouve dans mes actes. Mes vidéos, mes articles…

Maintenant pourrais-tu me faire, façon Amélie poulain, la liste de tes "j'aime/j'aime pas" ?

J’aime jouer aux jeux vidéo tout le temps

J’aime le Nutella quand je suis triste

J’aime manger des bonbons Schtroumpfs

J’aime lire des histoires à l’eau de rose dans mon bain

J’aime faire des câlins avec mon chien

J’aime finir les jeux en une seule fois

J’aime les orages quand je suis dans mon lit

J’aime l’odeur de l’herbe mouillée

J’aime passer la nuit à mater des animés

J’aime dépenser des sous

 

Je n’aime pas l’injustice

Je n’aime pas la méchanceté des gens

Je n’aime pas perde aux jeux vidéo

Je n’aime pas me disputer avec les gens que j’aime. Ça m’oppresse.

Je n’aime pas le café sans sucres. C’est beurk.

Je n’aime pas quand mon téléphone n’a plus de batterie.

Je n’aime pas galérer dans les bouchons.

Je n’aime pas quand mon réveil sonne le matin. Du coup je n’en mets pas : D


Et pour finir des questions un peu plus fun. Tu vas devoir choisir entre deux personnalités celle qui te parle le plus et argumenter ton choix :

Voltaire ou Rousseau ? Rousseau sans hésiter. Je partage beaucoup de ses idées. Une de ses citations que j’aime beaucoup : « Plus j’ai vu le monde, moins j’ai pu me faire à son ton »

Kojima ou David Cage ? David Cage. J’ai adoré tous ses jeux. En particulier Fahrenheit et Beyond  qui m’a profondément touchée.

Batman ou Superman ? Batman. Sombre et torturé. J’adore. Superman est trop lisse à mon goût.

Roberto Begnini ou Nicholas Cage ? Nicolas Cage. J’adore son jeu d’acteur et je crois que j’ai dû voir quasiment tous ses films. Je suis fan.

Richard Darbois ou Emmanuel Curtil ? Darbois. J’adore sa voix.

Valérie Trierweiler ou Julie Gayet ? Aucune des deux :D

Julien Chièze ou Cyril Drevet ? Les deux ;)

Une petite question porno pour la route : est-ce que twitcher c'est tromper ?

Je n’avouerai jamais….

Quoi donc ?

Que Twitcher c’est tromper… Oups ;)

Et pour finir si tu devais adresser un message à la communauté de Gameblog, quel serait-il ?  

De réaliser leurs rêves. De garder l’esprit ouvert. Et de jouer avec passion ;)

 

Merci Caro pour ton temps et ta gentillesse ! 

Vous pouvez retrouver Carole sur son site, sa chaîne Twitch et son compte Twitter. A bientôt !

 

P.S. : Le débat est évidement recommandé dans les commentaires, mais uniquement dans le respect de tous. Tout les commentaires désobligeants ou irrespectueux serons modérés.

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (24)

Signaler
Interviews

 

Aujourd'hui je mettrais en ligne mon interview de Carole Quintaine alors soyez au rendez-vous à 18h00 tout pile ! 

En attendant vous pourvez retrouver Carole sur http://www.twitch.tv/quintainecarole

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Interviews

Voici la suite et la fin de l'interview de Benjamin Berget : 

 

Silent Hill trône sur la couverture du second volume de la série "L'histoire des jeux vidéo polémiques", normal pour un livre sur les Survival Horror qui ont suscité le débat. Mais le premier volume, qui porte sur les jeux de course /action, affiche en couverture Driver 3. Un choix plutôt curieux, non ?

Driver 3 n'a effectivement pas occasionné de grands débats sur les séquelles psychologiques des jeux violents, ou réputés comme tels.

En réalité, mon choix s'est porté non pas sur le jeu en question, mais sur son illustration, qui symbolise parfaitement le titre de mon livre, donc mon propos : les jeux de course / action (le héros tire un coup de feu au volant de sa voiture). Et puis, la gamme chromatique entre exactement dans les codes que je voulais pour la série de "L'histoire des jeux vidéo polémiques".

Je parle aussi de GTA, "l'affaire Hot Coffe", des jeux érotiques, mais je me voyais mal étaler une femme à poil en couverture. Un éditeur me l'avait d'ailleurs imposé : il voulait une Lara Croft habillée de cuir lacéré, avec une énorme paire de seins. J'ai refusé son délire machiste et on en est resté là.

Pourquoi t'es-tu inscrit sur GameBlog ?

J’avais différents blogs, mais le problème c’est que je tombais toujours sur les mêmes personnes, donc les mêmes commentaires. Avec GameBlog, le flux des membres fait que les échanges sont plus nombreux et diversifiés, et c’est une chose appréciable.

Comme je n'ai pas l'habitude de brosser les éditeurs dans le sens du poil, je tombe régulièrement sur des passionnés de telle série X ou Y qui hurlent au scandale, comme quoi je n’y connais rien, mais… ça fait partie du jeu. Il faut accepter de se prendre des tomates sur la tête dès lors que l’on n’est pas consensuel. Tant que les commentaires ne sont pas injurieux / diffamatoires, je suis prêt à les poster.

J’ai pu aussi rencontrer un membre IRL pour parler de mes livres, d’ailleurs, et cette rencontre m’a fait chaud au c½ur.

Que penses-tu de son évolution et de son ton ?

Franchement, je suis assez peu l’actualité du site, mais j’aime bien parcourir les blogs de la communauté, là où justement le ton est plus libre, moins commercial.

Certains membres se cassent la tête pour proposer du contenu de qualité, avec des anecdotes passionnantes. D’autres balancent des inepties du style « je suis en train de jouer à Titanfall ». C’est bien, mais on s’en fout, quoi !

Que penses-tu de l'évolution du marché du jeu vidéo ?

Je l’ai déjà évoqué, mais les DLC me filent des boutons. Le roi des DLC, l’éditeur Capcom, n’a à mon sens rien compris aux attentes des joueurs. Avec Street Fighter X Tekken, Capcom a fait le choix de vendre 12 personnages en DLC, alors qu’ils étaient déjà présents sur le disque de jeu - mais activables uniquement par le biais de codes à acheter. Je me demande quelle est la légitimité de vendre un jeu le prix fort, et ensuite de faire repayer chaque bonus ?

Quand je pense à la version "Ultra" de Street Fighter IV, quatrième version en seulement cinq années d’existence, je me dis qu’il y a un problème. Comment se fait-il que Capcom tombe à nouveau dans les tares des années 1990, du temps de Street Fighter II, mis à jour jusqu’à épuisement du filon ? Où est « l'évolution du marché du jeu vidéo ? », comme tu dis ?

Quel avenir vois-tu pour ce média ?

Je pense que le Motion gaming (DS, Wii) n’était que le début, et que les constructeurs cherchent à faire disparaitre la manette classique (Kinect) ou la changer en autre chose (iPad, Wii U).

Et il n’y a jamais eu autant de consoles portables : l'Archos Gamepad 2, la Nvidia Shield, la Razer Edge, la Wikipad 7… On ne sait plus très bien où s’arrête la frontière entre tablette multimédia équipée pour le jeu, et machine dédiée exclusivement aux jeux vidéo. Il faut dire que les constructeurs, Sony en tête avec la PSP et la PS Vita, ont tout fait pour proposer autre chose que simplement du jeu (UMD, Vita TV, réseaux sociaux, etc.).

La raison en est simple : les ménagères qui sont passées à côté du jeu vidéo représentent de formidables sources de revenus pour les constructeurs, qui tentent de vaincre leurs appréhensions en tuant la manette traditionnelle.

La prochaine étape ? Les casques de réalité virtuelle Projet Morpheus et Oculus Rift. Ils nécessitent pour l’instant l’utilisation d’une manette pour jouer, mais les prochaines générations ne manqueront pas de reconnaitre directement les mouvements de vos mains.

Google expérimente une direction encore plus grand public avec les Google Glass («Ok glass, play a game »). Les lentilles Google seront la prochaine étape : plus de lunettes, plus de manette, quasiment plus rien, en fait. Rien qui empêche la ménagère de lancer une partie et d’avoir le sentiment « honteux » de s’adonner aux jeux vidéo.

Enfin, tant que les défauts inhérent à cette nouvelle technologie (latence, dépendance à Internet, mal de mer, fatigue oculaire accrue) ne seront pas réglés, je garde ma manette.

Est-ce que twitcher, c'est tromper ?

Faudrait demander à DSK, non ? C'est lui le spécialiste.

Quels sont tes projets ?

Organiser des salons de jeux vidéo chez moi avec mon asso’ (« Bourgogne Game Show 2014 », La 10ème édition du « .dijon//SAITEN », « Les Infoticaires »), et attendre de voir débarquer mes publications en kiosques.

Il y a quelques temps, j’avais la tête dans le guidon entre le hors-série sur série Shenmue ([gi:k], magazine numérique), le hors-série sur la console MegaDrive (RetroPlaying Magazine), et des commandes assez lourdes (Sega Rétro Magazine).

Il y a eu aussi cet énorme dossier qu’on m’a commandé sur une série de jeux de baston, pour un magazine qui n’a pas encore de titre définitif (je ne peux pas en dire plus).

Sans compter mon boulot pour les magazines réguliers : Rétro vers le futur n°4, qui sort le 28/04, compte 6 tests de mon cru si mes souvenirs sont bons.

Le magazine [gi:k] n°1, qui sort début mai, comprend un gros dossier sur un constructeur de consoles (je ne peux pas en dire plus).

Le mook Pix’n Love n°27, qui sortira au moment de la « Japan Expo », contient également un dossier agrémenté de nombreuses interviews, ce qui m’a demandé pas mal de travail.

Bref, je jongle avec les commandes, mais je me fais un devoir de toujours respecter les délais convenus. Ceci explique pourquoi mon livre, le second volume de « l’Histoire des jeux vidéo polémiques » a pris autant de retard. Heureusement, sa rédaction et sa correction sont terminées (ouf), il ne reste plus qu’à l’imprimer et à le distribuer chez la boutique Pix’n Love.

Si je devais me hasarder à donner une date de sortie pour le dernier volume de « l’Histoire des jeux vidéo polémiques », je dirais janvier 2015.

Et pour finir, as-tu un message à adresser à tous les membres de la communauté de GameBlog ?

Si vous ne vous sentez pas à l’aise, utilisez un correcteur orthographique… parce que quelques fois, j’ai les yeux qui pleurent !

Et : soyez curieux ! Laissez-vous tenter par des jeux indépendants qui vous combleront un après-midi pour trois francs six sous.

 

Voici aussi la couverture du deuxième volume de "l'histoire des jeux vidéo polémiques"  à paraître fin mai chez l'éditeur :


Merci à Benjamin pour sa disponibilité !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Interviews

 

Voici donc la cinquième interview et c'est au tour de Kelun !

 

 

Salut à toi, ami gameblogeur ! Alors pour ceux qui ne te connaisse pas, pourrais-tu te présenter ? Qui es-tu ? D'où viens-tu ? Où vas-tu ?

 

Alors, moi c'est Kelun, 33 ans, encore toutes mes dents et je suis de Montpellier et en direction de l'infini et au delà. 

 

Et tu fais quoi dans la vie ?

 

Un truc qui n'est absolument pas du tout intéressant, en gros, je suis un des gars qui rempli les rayons des supermarchés. C'est pas du tout sexy comme job.

 

Genre assistant chef de rayon ?

 

Non pas du tout, je ne suis pas chef de rayon, je suis l'employé de base. Je ne peux même pas gueuler sur les autres en leurs criants « Bordel !! Tu as mal mis tes Bio au Bifidus actif !! ».

 

Donc du coup tu te réfugie dans les jeux vidéos ?

 

Me réfugier ? Non pas du tout. C'est juste que c'est pas super sexy ni super fun comme boulot. Cowboy ou Samuraï de l'espace ce serait plus classe. Pour moi le jeu vidéo c'est juste une passion parmi tant d'autres. Passion qui ne m'a pas quittée depuis mes 6 ans, mais passion quand même. Ce n'est pas un échappatoire. Même si c'est uber cool de vivre une vie de héros par procuration.

 

Et tu joue aux jeux vidéos depuis quand ?

 

Depuis mes 6 ans, soit depuis 27 ans. Je suis entrer dans la ligue des seniors de GB.

 

Bienvenu au club ! Et tu as commencé par quelle console ? Moi j'ai commencé avec un amstrad cpc464...

Spectrum et Atari ST. Mais c'est tellement loin comme souvenirs que je ne me souviens plus des titres des jeux ! XD

 

Et dans ta longue carrière de gamer tu as eût quelles consoles ?

 

Alors, Spectrum, Atari ST, Game Boy, Game Gear, Nes, Super Nes, Master Système 1, Mega Drive, Nintendo 64, Game Cube, DS, 3DS, PS2, 360, PS3. Et sans oublier le PC. Et je crois que c'est tout.

 

Pas de next-gen ?

 

Non pas pour le moment. C'est pas dans ma philosophie d'acheter une nouvelle console à ce prix alors qu'il n'y a quasiment pas de jeux dessus, qu'on ne sait rien sur les futurs jeux etc etc.. Quand il y aura plus de jeux et que son prix aura diminuer, là, éventuellement je passerais sur PS4, mais pas avant.

 

Et du coup quels sont tes genres de jeux préférés ?

 

Je n'ai pas de genre préféré. Je suis un joueur melting pot, je joue à des RPG, des TPS, des FPS, des Puzzle Game, des BTA, des Point&Click, des jeux de caisses. Des jeux occidentaux, des jeux asiatiques, des AAA, des indés. Je pense qu'un joueur d'aujourd'hui ne devrait pas se contenter de ne jouer qu'à un seul type de jeu, qu'il devrait multiplié les expériences différentes pour élargir son horizon, ses connaissances de joueur ou même d'être humain.

 

Et ton jeu préféré ?

 

Demander mon jeu préféré c'est comme me demander mon film préféré, c'est chaud pour te répondre, c'est quasi-impossible. Mais je vais être beau joueur et te répondre Mass Effect, mais la saga entière, pas seulement qu'un épisode. Parce que malgré tout ces défauts, quand je lance une partie, je monte à bord du Normandy, je vis au côté de Tali, Garrus, Joker, Ashley et tout les autres. L'aventure, le voyage, les découvertes je les fais avec eux. Je suis le Commandant Shepard mais je suis aussi moi, Kelun. Et en plus, j'adore le space opera.

 

Et donc tu as dût avoir un pincement au coeur lors de la fin de mass effect 3 !

 

Evidemment ! D'abord, parce que la première fois que je l'ai terminé, j'ai choisi la fin rouge, celle ou la Citadelle est détruite. Et là, on voit tout les amis de Shepard qui sont tristes, et moi aussi je l'étais, je m'étais attaché à ma Nilaa Shepard. Ensuite vient cette scène dans les décombres, ou on voit l'armure N7 et d'un coup, une respiration. Et là je me dis, tout le monde se dit, bordel Shepard est toujours vivant ! Ouais !! Et après y'a les crédits, et là je me suis tout remémoré. La promotion de Shepard, le combat contre Bénézia ou Saren, la libération de la reine Rachni, le combat final contre Sovereign, la première fois ou je vois la Citadelle, la rencontre avec Ashley, Garrus, la surprise de voir ce dernier quand il retire son casque d'Archangel, Mordin, Samara, Jack, IDA, Grunt, les missions de loyautés, la mission suicide, le discours de cette dernière, la Terre envahi par les Moissoneurs, la découverte de qui sont réellement les Récolteurs et j'en passe. Et c'est là que j'étais triste, parce que je me suis dit que même si je faisais une autre partie ou qu'ils sortaient un nouveau Mass Effect et que ce dernier soit tout aussi cool que la première trilogie, ça ne serait pas pareil, ça ne pourra jamais être pareil.

 

Tu sais donc que Mass Effect 4 sera présenté à l'E3...

 

Evidemment mon loulou !! Mais j'essaye de pas trop y penser, pour ne pas être trop hyper sinon j'en pourrais plus et pour ne pas être trop déçu. Et je pense que ce Mass Effect 4 avec Phantom Pain seront les deux jeux qui me feront passer à la next gen.

 

Et mis à part la fin de ME3, quel est ton plus grand souvenir lié à un jeu vidéo ?

 

Alors mon plus grand souvenir lié au jeu vidéo c'est un été quand je devais avoir 15/16 ans, j'étais avec mon cousin et on jouait à 1080° snowboarding sur N64. On jouait en soirée et on s'est dit on ne se couche pas tant qu'on n'a pas claqué un 1080°, plusieurs heures plus tard, genre 3h du matin, on était à bout, rire nerveux, larmes aux yeux de fatigue, de stress, de délire. Et d'un coup sans même regarder l'écran je fais faire au perso un 1080 sorti de nul part. J'étais plié de rire aux larmes et mon cousin lui avait les boules et me gueulait dessus parce que c'était un coup de bol.

 

Tu as eût le cul bordé de nouilles sur ce coup là !

 

C'est ce qu'on appelle le skill.

 

Que pense-tu des dernières évolutions du marché des jeux vidéos ?

 

C'est très enthousiasmant, parce que même quand on croit, nous en tant que joueur qu'ils ne pourront pas aller plus loin en matière d'idées, inventés de nouvelles choses, bam un développeur arrive, pose ses couilles sur la table avec une nouvelle idée. C'est génial, c'est fantastique, comme le dirait Patrick Sebastien. Très bandant parce qu'avec l'arrivé des nouvelles techno, l'Oculus Rift, la réalité augmentée ça présage de très bonnes choses quant à l'avenir du jeu vidéo en terme d'immersion. Et ce sont des premiers pas vers de la réalité virtuelle en holographie 3D. Depuis que j'ai vu ces épisodes de Star Trek dans lesquels les personnages entre dans une pièce, lance le programme et toute la salle se transforme, matérialise un décor virtuel dans lequel tu peux marcher, courir, sentir, c'est juste génial. Ou cet épisode d'X-Files quand ils sont dans une simulation type TPS. Awesome. Mais ça fait aussi très peur, quand tu vois la politique de Microsoft qui est super intrusive, qu'ils avaient abandonner le côté console pour le côté box tout en un et que suite à la réaction de beaucoup de joueurs ils ont changés leurs fusils d'épaules mais que tout leur truc est encore là etcetc. Nintendo qui font leurs petits bonhomme de chemin tout seuls mais qui arrivent de moins en moins à comprendre leurs joueurs, leur communication catastrophique sur la Wii U. Les jeux qui sortent à moitié finis, les dlc par paquets de 12, les sommes astronomiques injectés dans le développement de jeux, les éditeurs et actionnaires qui ont des attentes concernant la vente de leurs jeux totalement absurdes et qui disent qu'un jeu qui se vend à 7 millions d'exemplaires c'est pas suffisant. Et j'en oublie.

 

Tu peux développer ton avis sur les éditeurs ?

 

Et bien plus ça va, et plus j'ai l'impression qu'ils vivent sur une autre planète ou dans une autre réalité. Je vais prendre l'exemple tout bête du dernier Tomb Raider, j'ai plus les chiffres en tête, mais ils voulaient, ils croyaient qu'en l'espace de six mois ils allaient en vendre 25 millions d'unités. Tomb Raider ou pas, il n'y a que GTA qui peut vendre autant d'unités en si peu de temps. Résultat, le jeu c'est quand même très bien vendu, à plusieurs millions d'exemplaires. Mais comme ils ont eu les yeux plus gros que le ventre, pour eux, ça été un fiasco. Alors que pas du tout. Sans parler de ces budgets pharaoniques, essentiellement pour la campagne marketing, alors que ces jeux qui en bénéficient, soit ne le mérite pas, soit n'en n'on pas besoin. Et à côté de ça, il y a un paquet de jeux qui méritent plus d'intérêt mais à qui ont ne donne quasiment aucune visibilité.

 

Et les mondes ouverts qui semblent se généraliser sur next-gen tu en pense quoi ?

 

Comme le dirait notre grand ami Jean Pierre Coffe, c'est de la merde ! Parce qu'on a beau chié sur les jeux à couloirs, mais dans les jeux à couloirs même si on va toujours tout droit on ne s'y fait pas chier. Alors ok, un jeu avec un monde ouvert c'est beau, c'est grand, et on peut passer deux heures à aller d'un bout à l'autre de la carte. Mais à côté de ça c'est super vide, une fois que tu as fait tes missions principales et bien à part passer ton temps à te casser les deux noix de coco sur ton cheval (Red Dead Redemption) et bien tu ne fais rien. C'est pas le pauvre gars perdu en plein milieu du désert ou les trois bestioles que tu dépèces qui te font te sentir vivant (attention référence). Pareil pour les GTA, ou le passage sur Gran Pulse dans Final Fantasy 13 et quasiment tout les jeux à mondes ouverts. L'exploration c'est cool, c'est bien, je suis moi-même un explorateur, mais une fois que j'ai fais le tour je fais quoi d'autre ? Du trekking ?

 

Passe aux MMO !

 

Mais je suis aussi joueur de mmo !

 

WOW je parie !

Pas du tout. J'ai joué deux mois à WoW et j'ai détesté. Par contre, j'ai bien aimé joué à Guild Wars 1 et 2, SWOTOR, Star Trek, Aion, Lotro, Secret World, Dark Age of Camelot. 

 

Alors donc tu connais Gameblog depuis quand ?

J'ai connu Gameblog lors de l'été 2010 et je me suis inscrit dans la foulé.

 

Et tu t'es inscrit pour quelle raison ?

Oh je n'en ai plus aucune idée ! J'ai du tombé sur plusieurs statuts à la con, et je me suis dit ça doit être fun ici et je me suis inscrit. xD

 

Et comme tu as vu que c'est effectivement fun tu as décidé de rester pour apporter ta pierre à l'édifice !

Exactement. J'ai vu du bon en eux, j'ai vu leurs potentiels sans limites, mais j'ai vu aussi leurs détresses. Et je me suis dit que je me devais d'intervenir pour leurs montrer le chemin qui les conduira vers l'illumination.

 

D'ailleurs dans une prochaine interview j'aurais Raël en interview mais il faudra que tu me file son 06 je l'ai perdu. Sinon tu fais partit de ceux qui pense que le côté communautaire est amoindri depuis le passage à la nouvelle formule ?

Je dirais que non. Parce qu'à part deux/trois cas, ceux qui faisaient des articles intéressants sont toujours plus ou moins là. Le problème est qu'avec la nouvelle formule ils se sont rendus compte qu'ils faisaient moins de vues, et donc, ils ont décidés de ne plus faire d'articles. Et ce peut importe s'ils en faisaient des bons ou leurs lectorats. Et après, la communauté est comme d'habitude, y'a des hauts et des bas, des dramas, des moments très sympas, des gens sympas, des gens cons. L'humanité quoi.

 

Je dirais plutôt que le fait de ne plus avoir les meilleurs articles en home pose problème, ça entraîne un clivage entre le rédaction et la communauté. maintenant je vais te demander de choisir entre plusieures personnalités : Nabilla ou Zahia ?

 

J'ai toujours mon lance-flamme prêt et à porter de main alors les deux. L'humanité ne pourra que me remercier.

 

Prince ou Michael Jackson ?

 

Je dirais Michael Jackson pour Smooth Criminal.

 

Voltaire ou Rousseau ?

 

Aucun des deux, la littérature de cette période m'a toujours fait ultra chié. Encore aujourd'hui je ne sais pas pourquoi.

 

Chuck Norris ou Zlatan ?

 

Ryan Reynolds. Rien dans tout les univers connus et inconnus n'est mieux, n'est au dessus de R.R.

 

Et pour finir la question porno : twitcher c'est tromper ?

 

Non mais à condition de ne pas le faire via la PS4.

 

Un dernier mot pour la communauté et pour tes adorateurs ?

 

Croyez en moi ! Votez pour moi ! Et par la barbe d'Odin vous aurez des lamas et des milf asiatiques !

 

Merci d'avoir répondu à mes questions !

 

Pour le site de Kelun c'est ici !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (20)

Signaler
Interviews

 

 

Voici donc ma quatrième interview et c'est au tour de Benjamin Berget, alias Platon21, de répondre à mes questions.

 

 

Salut à toi Platon21 ! Pour ceux qui ne te connaissent pas, peux-tu te présenter ? Qui es-tu ? D'où viens-tu ? Où vas-tu ?

-Bonjour Gandalfleblanc, derrière le pseudo Platon21 se cache Benjamin Berget, passionné de Rétrogaming avec l'association bourguignonne « Replay », mais aussi journaliste en presse papier surtout (RetroPlaying Magazine, Rétro vers le futur, Games History, etc.), parce que le web j’ai un peu lâché. A part mon blog, évidement, et le nouveau magazine numérique [gi:k] sur iPad, dont j’ai réalisé 100 pages sur Shenmue. 

Je viens de sites web dédiés à la culture « jeux vidéo », mais le problème, c’est qu’il y en a tellement – quand on part du néant ou presque comme moi – qu’on a la sensation de bosser dans son coin, de ne pas être lu.

Où je vais ? Au bar-tabac…

 

Pourquoi avoir choisi Platon21 comme pseudo ??

-J’ai fait des études de philo, mais rassurez-vous je n’ai pas la prétention de me prendre pour lui. Je précise que je déteste son principe « d’arrière-monde » où les âmes résident, et qui sera repris par les chrétiens. Mais il a tellement apporté à la culture occidentale qu’il représente LE philosophe, une icône. Et c'est bon de prendre une icône et de lui faire dire des conneries, parfois !

 

D'ailleurs, il me semble que tu as fait tes études à l’Université de Bourgogne, c'est bien ça ? Tes mémoires portaient sur le jeu vidéo ?

 -J’ai un Master de philo, mais non, en fait. J’ai mis ma passion pour le jeu entre parenthèse pendant mes études. A présent, Je suis en quelque sorte en train de faire mon « doctorat » en publiant une série de trois livres sur « L’histoire des jeux vidéo polémiques ».

 

 

Pourquoi trois tomes, et pas directement un seul ?

 -Personne n’aurait accepté de m’éditer si je m’étais pointé avec un pavé. Rendez-vous compte : je débarque de nulle part, le premier fait 275 pages, le second 325 environ, le dernier tout autant... Et il faut savoir que je négocie ferme avec l’éditeur pour tirer le prix le plus bas pour le lecteur.

 Mais au-delà de l’aspect du prix, mes volumes peuvent se lire de façon autonome, ou former un tout. Je laisse le choix au lecteur, suivant ses goûts. Si je schématisais à mort, ce serait : les jeux érotiques pour le premier, les Survival horror pour le second, et les FPS  pour le dernier.

 

D'ailleurs le tome 1 est paru chez Pix'n Love il me semble ?

 -Oulah ! On touche un point sensible! Je me demande même si je ne vais pas écrire un bouquin sur les conditions de publication de mon travail...

 Blague à part, j’ai débuté la rédaction du premier volume il y a quatre ans, si ma mémoire est bonne. A l’époque, j’étais inconnu au bataillon, j’avais encore tout à prouver, et j’ai été contraint de me tourner vers l’édition indépendante.

 Aujourd’hui, mon travail commence à être reconnu, et est même distribué par Pix’n Love. Je participe également au Mook régulier Pix’n Love en tant que pigiste.

 

Le tome 2 est prévu pour quand ?

 -Le deuxième volume de « L’histoire des jeux vidéo polémiques » est encore en préparation chez l'éditeur, mais sa sortie est proche, je dirais 2 mois environ. Je me suis intéressé au sadisme avec notamment Manhunt, Mortal Kombat. Ce volume traite également de la peur et du gore avec Resident Evil, Silent Hill. Un doigt d'horreur, quelques pincées de torture, et voilà !

 

Pour en revenir deux secondes sur la philo, c'est quelque chose qui te passionne depuis quand ?

 -J’ai eu la chance d’avoir un prof de lycée compétent, qui m’a fait découvrir les philosophes des Lumières, qui luttaient contre les dogmes religieux et le pouvoir monarchique.

 La philo, c’est pas une matière parmi d’autres pour moi. Au point que je pense que l’enseignement de la philo devrait être obligatoire pour toutes les sections au lycée.

 Je suis triste pour toutes les personnes qui n’ouvrent jamais un bouquin simplement parce qu’elles ne disposent pas du bagage réflexif suffisant pour comprendre – même si je sais que d’autres approches sont possibles, comme Sartre et Camus l’ont prouvé avec le théâtre. 

 


La culture Geek s'est aussi emparée de la philosophie. Matrix est passé par là...

 

Matrix repompe pas mal Platon avec ses réalités parallèles ^^

 Les films / séries / jeux vidéo grand public peuvent être de bonnes entrées en matière, mais ce n’est pas suffisant. Ce sont à la base des produits de consommation de masse, planifiés, fabriqués et distribués de manière industrielle à l’échelle mondiale. Je suis heureux que certains producteurs prennent le risque d’introduire de la philo, mais pour moi, l’essentiel se joue ailleurs : au niveau des studios indépendants.

 


Peux-tu donner des exemples ?

 Il n’est pas question de trouver une critique sociale ou politique (entre autres thèmes) dans les jeux vendus chez Carrefour, ou alors ce sera à la marge. Et quand la critique se fait trop grinçante, hop : coup de ciseaux ! « South Park : Le bâton de la vérité », s’est vu censuré par l'éditeur Ubisoft pour ne pas voir le jeu retiré des supermarchés.

 

Sur quoi portait l’objet de la censure ?

 Les scènes « anales » - où pour les censeurs, il est obligatoirement question d’apologie de l'homosexualité.

 Et les scènes d’avortement, un sujet redevenu « sensible » en Europe puisque l'Espagne a adopté le 1er février 2014 un projet de loi visant à n’autoriser l’IVG (Interruption volontaire de grossesse) qu’en cas de viol ou de danger grave pour la santé de la mère.

 En France, des catholiques ont manifesté pour réclamer les mêmes restrictions contre l'IVG. On trouve parmi leurs rangs les mêmes associations conservatrices qui étaient contre le « mariage pour tous ». Le pape François a d'ailleurs apporté son soutien aux manifestants. Et voilà « South Park : Le bâton de la vérité » censuré chez nous.

 

Je vais me faire l'avocat du diable. Ubisoft produit aussi Assassin's creed, dont le scénario des premiers dresse un portrait peu glorieux des agissements de l'Eglise, et produit aussi Watchdogs, ayant pour thématique l'hyper connectivité, la manipulation et la surveillance des masses par des multinationales !

 Bien sûr. Je n’ai pas dit qu’il n’y avait pas d’initiatives intéressantes dans les jeux destinés au grand public. Mais elles sont tellement rares, et puis, Assassin's Creed  comporte combien d'épisodes et de DLC ? La cohérence est noyée par et pour le fric.

 Watchdogs ? Pourquoi pas, il faut essayer.

 


Et ton amour du jeu vidéo date de quand ?

 

-Du jour où j’ai empoigné le stick de la borne d’arcade Solar Warrior  (1986) de Taito dans un bar. Il fallait diriger un cosmonaute du futur qui déambulait à pied dans un décor qui défilait horizontalement en 2D. Le but était basique : tirer à répétition sur toutes les formes extraterrestres qui envahissaient l’écran, jusqu’au Boss de fin.

 Après une partie, de la sueur me dégoulinait sur les joues, les cheveux se collaient par paquets sur mon front trempé. Mes jambes tremblaient toutes seules, mais je vous rassure, ce n’était pas une crise d’épilepsie. J’avais un orGAsME, une jouissance liée non pas au sexe, mais à la découverte du plaisir fondamental que pouvait procurer le jeu vidéo.

 


Ce plaisir a perduré jusqu'à aujourd'hui ?

 -La question se pose alors que le jeu vidéo grand public a pris la direction de la simplicité d’approche : balisage de la carte, sauvegarde automatique, progression assistée et récompense systématique toutes les cinq minutes, pour tenter de convertir les ménagères.

 Aujourd’hui, je trouve mon bonheur plutôt dans les productions indépendantes : Blueberry Garden, Flower, Dreamside Maroon, Braid, A Reckless Disregard for Gravity, The Company of Myself, Limbo, Dys4ia…

 Les grosses machines sur PS4 / Xbox One me laissent froid pour le moment. De même pour la Wii U, dont on attend toujours qu’elle fasse ses preuves.

 


Tu oublies que même la difficulté s'adapte automatiquement au joueur, ce qui a tendance à la niveler par le bas !

 -Prends des jeux indés : Crimzon Clover, Hotline Miami, The Binding of Isaac... Leur difficulté n’a rien à voir avec les Blockbusters auxquels on est habitué.

 De plus, les stratégies commerciales des éditeurs sont éc½urantes, certains poussent le bouchon à vendre un DLC qui débloque tout le contenu que tu aurais pu gagner gratuitement en prenant ton temps. D’autres te vendent en DLC un mode « difficile », ou bien la « vrai » fin du jeu… On marche sur la tête, là.

 Mais le dosage de la difficulté n’est qu’un facteur parmi d’autres que j’ai cité. Je prends beaucoup de plaisir à découvrir les « jeux à message » du studio Molleindustria, et d’autres : PeaceMaker (la résolution pacifique du conflit israélo-palestinien), Papers, Please (la laborieuse politique d’immigration en Occident), Mighty Jill Off (les problématiques du genre sexuel), Prison Architect (gestion d’une prison, du personnel et des condamnés), Cart Life (la précarité du monde du travail), Food Import Folly (les dérives du marché alimentaire), September 12th (la lutte contre le terrorisme par la guerre armée parait vaine), Defcon (enjeux et conséquences d’une guerre thermonucléaire).

 


Que penses-tu de Brothers ?

 Sa difficulté est effectivement progressive, mais il fait partie des « petits » jeux que j’aime pour d’autres raisons : son univers graphique, son histoire où la mort est présente. C’est une bonne surprise. Et c’est là un critère essentiel : qu’un jeu parvienne à me surprendre.

 



Benjamin BERGET

La deuxième partie de cette interview sera bientôt disponible...

Voici aussi la couverture du deuxième volume de "l'histoire des jeux vidéos polémiques"  à paraître fin mai chez l'éditeur :

 Et pour le site de Benjamin c'est ici !

Ajouter à mes favoris Commenter (7)