Le Blog de fan2jeux

Par fan2jeux Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 01/01/16 à 22h58

le blog d'un amoureux du jeux vidéo et danse urbaine

Ajouter aux favoris
Signaler
(Jeu vidéo)

Bonjour à tous amis joueurs.

Nous y sommes, nous entrons dans l'année 2016 et vient le temps de faire un petit bilan de l'année 2015 avec mon petit exercice d'un top par machine. Top que j'avais commencé en 2008 soit 6ans déjà...

Je dois vous dire que j'avais idée de ce top à l'époque car je voulais montrer que l'on pouvait s'éclater sur toutes les consoles dans une époque où tout le monde prônait sa machine comme référence absolue.
Mais aujourd'hui, je suis en train de me demander si ce type de top a vraiment un intérêt.

Car depuis cette nouvelle génération de console, les exclu se font de plus en plus rare, le pc acquiert de plus en plus de jeux, les consoles ressemblent d'ailleurs de plus en plus à des pc et tout semble se lisser vers un media unique.
De ce fait, il m'apparait que les identités propres à chaque console s'effacent petit à petit pour une identité unique.
Heureusement, il existe encore quelques fonctionnalités propres à chaque console ce qui justifie encore ce top. Néanmoins je pense faire un top plus généraliste plus tard.

Bon, 2015
Une année chargée en jeux pour ma part, j'ai joué pas mal cette année, surtout en fin d'année comme d'habitude.

Comme toujours je me restreint à un jeu par machine.


allez c'est parti!!!



3DS: The legend of Zelda, A link between world



Cette année, j'ai pu me procurer une 3ds pour moi tout seul. Il fallait attendre le bon moment et c'est la sortie de la new 3ds qui m'a fait décider de son achat. Et malgré ça, cette console était restée dans son carton assez longtemps car sa ludothèque ne m'attire pas et son store pas assez fournie.

Mais Zelda: a link between world a réussi à faire tourner cette console à plein régime. Ça fait vraiment longtemps que je n'ai pas joué à un aussi bon zelda.
Les nouvelles idées de jeux sont géniales, l'ambiance cool, les donjons sont tous originaux et excellents.
Et la 3d.... vraiment superbe, elle est presque indispensable pour certains puzzles.

Et les musiques de cet opus m'ont agréablement surpris

J'y reviendrais plus longuement dans un test mais j'ai vraiment A DO RE ce zelda. J'ai pas autant kiffé un zelda depuis minish cap.

Tous ceux qui possède une 3ds doivent avoir ce jeu dans sa logithèque.



PSvita: Hotline miami 2



L'année 2015 est étrange pour la vita. En cette fin d'année, elle ne me sert plus, ça n'a pas été le cas du début d'année où elle a tourné à plein régime. Cette console est définitivement la console des jeux retro et des jeux indé.
Et c'est essentiellement sur cette console où j'ai joué à hotline miami 2.

Si le premier avait mis une claque, celui-là te caresse doucement la joue avant de t'en mettre deux belles.
Le jeu est encore plus jouissif, plus nerveux, plus long.
Le concept a été cette fois ci poussé jusqu'au bout.

Et l'OST, les amis, l'ost

Je ne pensais pas qu'ils feraient mieux et pourtant si.
L'ost fait partie intégrante du gameplay, la parfaite combinaison entre le jeu et la musique. Tout ce cocktail nous donne une sensation hypnotique géniale.




Xbox 360: pas joué à la 360 cette année



Cette année 2015 a été pire que 2014 pour ma xbox360.
C'est simple, je n'ai pas pris le temps d'y jouer bien qu'il me reste encore quelques jeux à finir dessus





PS3: Metal gear solid: Peace walker



L'année 2015 a été morose pour ma ps3, il semble que la transition a finalement opéré chez moi. Elle n'a pas beaucoup chauffé.
Sauf pour deux jeux: celui que je fais en ce moment yakuza 5 et metal gear peace walker.

Comme je n'ai pas fini yakuza 5, il est tout naturel que mgs peace walker prenne le top.
C'est un jeu que j'avais commencé il y a quelques temps mais qui avait été mis en pause à la suite d'un boss trop dur ( pupa).
Mais la venue prochaine de mgsV m'a permis de me repencher plus sérieusement sur ce jeu où j'ai pu finalement surmonter mon blocage.

J'ai finalement trouvé un des metal gear les plus complets et le plus innovant. J'ai été aussi agréablement surpris par son histoire et par sa durée de vie.
A tel point que ça répercute mon avis sur mgsV. C'est simple, le véritable mgs5, c'est peace walker.

Cet épisode est ultra important pour tous les fans de la saga. Je conseille à tous ceux qui n'ont pas fait mgsV de faire cet opus avant afin de comprendre toutes les allusions par la suite.






Wii: Donkey kong country return



Jeu que je n'avais pas terminé à l'époque, 2015 a été l'année de finir ce jeu. La wii m'a servi qu'à ça cette année.

Je ne vais pas aller par quatre chemins, ce jeu est l'un des meilleurs jeu de plateforme de la génération précédente.
Ce jeu explose à mes yeux même les new super mario bros.

Tout est bon, tout est maitrisé. Chaque niveau propose un début, un milieu, une fin.
Le gameplay est riche et varié. Le jeu est drôle.
Un jeu proche de la perfection.

Rien à dire, je m'incline complétement devant





PC: Evoland 2



Le PC.... le PC
2015 est une année où steam a été pas mal utilisé. Je commence de plus en plus à m'habituer à jouer dessus et je commence de plus en plus à kiffer. C'est dingue.

Il devient claire que cette plateforme commence à prendre de la place dans mon petit échiquier de gamer.

Et j'ai joué à des jeux qui m'ont vraiment plu comme Her story, undertale, stanley parabole.

Mais la véritable claque sur pc c'est Evoland 2.

Bon dieu ce jeu....
Ce jeu..

Qu'est-ce que j'ai kiffé. J'ai eu la banane tout le long de ma partie.

Le jeu m'a parlé, il y a eu un dialogue.
Chaque séquence nostalgique du jeu a fait mouche.
Une vraie perle.

Verdict: Oui

Portez ce jeu sur console svp




PS4: Assassin's creed Syndicate



Et nous terminons avec la ps4 où l'année 2015 a été sa consécration.
Voilà ça y est, j'ai tourné la page, je joue à la current gen maintenant et j'ai essentiellement joué à la ps4 cette année.
Elle a tourné quasiment tous les jours, c'est devenu un rituel du soir après le boulot.
Un petit coup de ps4 pour voir les dernières vidéo youtube, le store quel jeu ps+, aller sur internet, voir les streams...
J'ai pris le pli.

J'ai surtout joué à des jeux indépendants comme shovel knight, tembo, isacc, ethan carter, et j'en passe.

Mais finalement, je retiens assassin's creed syndicate.

Pourquoi? Me direz-vous, alors que j'ai désapprouvé unity.

Ben tout simplement parce c'est un jeu qui a fait le taff au final. Après un début médiocre qui donne envie d'envoyer le jeu en orbite, le jeu au final est plus sympathque qu'il n'y parait.
Les séquences sont finalement mieux organisés que unity. A chaque séquence, son histoire et sa cible.
Mention spécial au personnage d'Evie, qui est un bon personnage. Jacob n'est finalement que son faire valoir.
Un bon épisode d'attente j'ai envie de dire.




J'y aie pensé:

life is strange, monsterbag, shovel knight, isaac, tembo, mortal kombat X, undertale, her story





mes mauvais souvenirs:

Metal gear solid V: the phantom pain


C'est un excellent jeu d'infiltration mais c'est un très mauvais metal gear.
Une pale copie de peace walker version next gen avec une histoire intéressante en moins.

De plus, il est évident que le jeu n'est pas fini. Cela peut se comprendre avec les conditions que l'on connait entre konami et kojima, mais si je devais juger tel qu'il est: C'est une grosse déception.

 

Bonne année à tous

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Bonsoir à tous amis joueurs,

J'ai quelque chose à vous demander concernant metal gear solid V:

Dans les séquences du patient secret de la mother base, nous récupérons une cassette à la fin de chaque séquence. Pendant la dernière scène révelation, snake trouve une dernière cassette avec le dernier discours de ce patient.


Et dans la dernière phrase, il est dit:

"Say: Peace"

 
Alors, moi, en ayant fait P.T, autre jeu de kojima, où pour finir le jeu, il fallait utiliser le micro pour déclencher la fin, j'ai immediatement pris mon casque micro et j'ai dit: "peace" au tout bout de champs.

Je voulais savoir: Est ce que vous avez essayer ce truc?

Y a rien qui se déclenche le mot: Peace?
Parce que je trouve ça gros.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Jeu vidéo)

Bonjour à tous amis joueurs,

 

Les années passent et ne se ressemblent pas,  ainsi les attentes sur la licence assassin’s creed l’année dernière sont différentes de celle que j’ai en cette année 2015.

En 2014, j’ai écrit des articles sur la saga, lu des beaucoup post de forum et élaborer des hypothèses sur le futur de la saga. J’étais à fond dessus.

Aujourd’hui, l’E3 2015 approchant à grand pas, nous savons tous qu’un nouvel opus : AC Syndicate sera présenté et honnêtement je ne l’attends pas plus ça. Et pourtant, je suis un gros fan de la saga Assassin’s creed depuis le tout premier.

Pourquoi donc ? Parce qu’en ce noël 2014 sont sortis deux AC canoniques : AC rogue et AC unity.

Si je vous aie déjà fait part de mon avis sur Rogue où je l’ai trouvé classique, digne d’un spin off, mes attentes ont été portées sur AC unity.

 

 

 

 

Ce jeu avait un attrait particulier puisque le sujet de cet opus est porté sur la révolution française, une époque me tenant à c½ur et bien peu traité dans un jeu vidéo. Cette époque avait été teaser dès AC2 en analysant bien les dossiers secrets. La révolution américaine ayant été traitée dans AC3, l’invitation de Lafayette faite à Connor pour venir à Paris, avait déclenché une grosse attente parmi les fans de la saga.

 

 

Et pour bien affirmer les choses, les dossiers secrets d’AC4 proposent bien une liste de plusieurs époques à exploiter dont celle de la révolution française.

 

 

 

Pour ma part, j’étais super excité car les révolutions Historiques rentrent parfaitement dans l’esprit des Assassins. En effet, dans la mythologie du jeu, les assassins et les templiers ont une vision différente de la liberté. Si les templiers disent que le contrôle sur les populations permet la liberté, celle des assassins prônent le libre arbitre. Leur bataille idéologique à travers toute l’Histoire peut se résumer à ça.

 

Il est donc clair qu’une époque comme la révolution française où un peuple se libère d’une monarchie est un sujet idéal pour un jeu comme Assassin’s creed. Tous les fantasmes d’une bataille secrète entre assassins et templiers ont été à l’honneur. En plus, c’est Paris à l’honneur donc…

 

Voilà pourquoi, dès la fin de AC3, les fans ont attendu AC unity,  AC4 : black flag ne faisant office que d’épisode d’attente. (Bien que Black flag s’est avéré être une bonne surprise au final).

Unity était censé être un épisode apportant son lot de nouveautés que ce soit aussi bien qu’en fond qu’à la forme, puisqu’il est le premier épisode next gen de la saga.

Et bien, après avoir fini ce jeu et ses dlc, au-delà de ces polémiques sur la forme que je trouve secondaire, je dois vous dire que j’en suis ressorti avec un profond malaise  et d’une grosse crainte sur l’avenir de la saga. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

 

 

Les bons points

 

Commençons par les choses que j’ai appréciées :

Juste après avoir vu le twist final de AC Rogue, j’ai immédiatement mis en route Assassin’s creed Unity et le premier choc est là.

 

 

 

Au-delà de tout ce qui avait été dit, j’ai trouvé Unity incroyablement beau. Ma première baffe graphique de cette génération de console, c’est Unity qui me l’a apporté.

Contrôler Arno dans le château de Versailles, avec une musique de plus en plus digne du cinéma m’a fait décrocher la mâchoire.

 

Et si c’est que Versailles…

Paris est extrêmement bien fait. Les monuments d’époque sont là, attachés à chaque fois d’une documentation à consulter. Le jeu affiche des foules impressionnantes et on a un grand sentiment d’immersion. De ce point de vue-là, AC Unity est le digne héritier des opus comme Brotherhood ou Révélation, à savoir un jeu avec une seule ville comme aire de jeu et le Paris de ce jeu grouille de vie.

Avec un bémol, excusable, c’est absence de chevaux. Ça fait quand même tâche quand on sait que le Paris de la révolution était très bruyante justement. Mais bon, je chipote.

 

 

D’un point de vue level design, Unity s’apparente encore plus à un classique open world avec des missions principales qui se débloquent au fur et à mesure de la progression, des coffres à ouvrir, des babioles à aller chercher, et des missions annexe.

Parlons en des missions annexe : J’en dénombre quatre type, inédites pour la série.

Les récits parisiens, les missions théâtre et mission de club qui s’apparentent aux missions vol et assassinat des précédents opus. Très classique.

Les missions enquêtes : où il faut résoudre des meurtres et accuser la bonne personne, ceci est une bonne surprise

Les missions coop, j’y reviens plus tard.

Les missions failles : des missions de parcours.

Ce qui fait de quoi jouer et augmente considérablement la durée de vie, ça c’est un bon point mais ce qui est encore plus appréciable c’est que chaque mission est là aussi agrémenter d’une documentation lié à un fait, une personne ou un lieu rattaché au Paris de la révolution française.

C’est là où je me rends compte du boulot de documentation des développeurs, qui est très appréciable.

Par exemple : Il est génial d’enquêter sur la mort de Marat, de connaitre toute les petites histoires qui pimentaient la vie parisienne ou même de voir la bastille du moyen-âge autrement qu’une prison.

 

 

 

En fait, s’il y a un point positif à retenir, c’est que Assassin’s unity est un véritable hommage à Paris dans son ensemble. Je n’ai jamais vu un tel traitement pour une ville dans un jeu vidéo à ce jour. Ça m’impressionne à chaque fois que j’y joue.

Assassin’s creed Unity ne traite pas de la révolution française dans son ensemble mais de Paris sous la révolution française.

 

 

 

 

Les combats.

J’ai trouvé les duels beaucoup plus dur et donc plus réaliste. Il y a véritablement un aspect punitif qui nous pousse à éviter les combats. Il est très difficile de survivre à plus de 5 gardes.

Les missions assassinat de cibles principales sont pas mal non plus, car elle nous propose justement plusieurs démarches pour aborder l’assassinat. En discrétion, en mode bourrin. Ces missions nous offre des libertés et c’est une chose que j’aimerais revoir aussi.

 

 

L’autre point apprécié est les missions coop. Véritable nouveauté du jeu.

 

 

Je ne suis pas jeu en coop, ni même jeu en ligne mais Unity a réussi à le faire. Si le gameplay classique d’un assassin m’est appréciable, il est encore plus à plusieurs. Franchement, c’est le pied de s’entraider entre joueurs. De plus, certaines missions nous proposent plusieurs objectifs en même temps ce qui nous oblige à nous séparer pour que chacun s’occupe d’un objectif. Nous avons une bonne symbiose entre le solo et le coop. C’est le pied quand tu t’occupes d’une cible sur une aile d’un bâtiment tout en sachant que ton partenaire s’occupe de l’autre aile.

Le Coop est vraiment la chose online que j’aimerais retrouver dans les opus suivants. De plus, ces missions sont assez importantes car elle couvre quelques évènements majeurs de la révolution française comme l’exécution de Danton.

 

Ce dernier point est important car il me permet de faire une transition toute trouvé sur mes déceptions. Car si ces missions coop couvrent des évènements important de la révolution française, le fait qu’elles sont implémentées dans des missions annexes, les évènements majeurs historiques traités deviennent elles aussi annexe à l’histoire principale.

Et c’est là le gros point négatif pour un fan de Assassin’s creed comme moi : C’est le fond, et plus précisément le traitement de la révolution française, l’histoire d’Arno et l’histoire d’Assasin’s creed

 

 

Les mauvais points

 

Comme dit plus haut, l’aire de jeu s’apparente à un open world classique et dès le début, mis à part les missions principales, quasiment toutes les missions sont disponible dès le début du jeu et pour un jeu qui se veut historique ça l’a fout un peu mal.

Pourquoi ? Tout simplement car il est nécessaire de suivre un ordre chronologique dans un jeu historique, un ordre qui n’est pas respecté.

Mention spécial aux missions coop justement. Car nous pouvons passer de l’exécution de Danton avant de passer par la marche des femmes en 1789 et enchainer une mission en 1800 avec napoléon.

C’est le grand foutoir en matière de cohérence Historique d’une part, mais aussi avec l’histoire d’Arno. Je me suis senti complétement perdu dans ce mélimélo.

L’aire de jeu ne permet non plus pas une grande liberté dans le traitement de la révolution française. Car Ubisoft a choisi de ne pas modifier sa map au cours de sa partie, ce qui explique finalement la courte période que couvre le jeu sur la révolution française.

En effet, nous commençons la partie à Paris juste après la prise de la Bastille et se termine à la fin de la terreur, aucun changement de comportement des Parisiens en fonction des évènements, ni de map.

Je trouve ça illogique.

 

L’époque de la révolution française est une époque riche en évènements, c’est une période active et non passive. Si, à mon sens, assassin creed 3 avait réussi à nous faire vivre les évènements majeurs de la révolution Américaine avec la quête personnelle de Connor, celui d’Ac U nous fait passer complètement à côté.

Quel dommage d’avoir raté l’opportunité de nous faire vivre les grands moments de la révolution.

Et pourtant, ça partant bien, car dès le début, Arno avait une mission pendant les états généraux. Quel pied, c’était d’assister au discours de Louis XVI en fond pendant qu’Arno se faufilait.

 

 

Mais passer cela, les pubs ont été mensongères. Nous n’allons pas vivre de plein fouet la révolution française, non.

Nous n’allons pas vivre la terreur, tant promise. Non.

Les aventures d’Arno et Elise nous font passer à côté de ça. Et d’ailleurs, la majeure partie du jeu se situe entre la prise de la Bastille et l’exécution de Louis XVI. Passé cela, le règne de la terreur est complétement zappé par un bond temporel et spatial avant de jouer les dernières missions.

Ce qui découle que nous nous ne sentons pas du tout concerner par la révolution française en elle-même, alors que tout le monde a acheté le jeu pour ça.

Le traitement des personnages Historique comme Danton ou Robespierre est mauvais. Ok, il y a des collaborations secrète chez les assassins et les templiers pour l’un et l’autre. Mais en aucun cas, le traitement de ces personnages a été élaboré, on a juste des fiches.

Assassin’s creed 3 n’avait pas fait l’impasse lui

 

Et pourtant, il y avait tout ce qu’il fallait bordel

Mirabeau étant le mentor des Assassins, Arno aurait très bien pu l’accompagner dans l’assemblée nationale, mettant en valeur les débats des députés.

Nous aurons pu saisir l’importance des personnages importants comme Robespierre, qui aurait donné plus d’épaisseur au personnage.

Les aventures d’Arno auraient pu être dans le c½ur de cette époque.

 

Parlons en tiens de l’histoire d’Arno et Elise.

 

Personnellement, j’ai trouvé le personnage vide. Il parait que ça devait être un personnage cultivé, drôle… Je n’ai pas vu ça. Le personnage m’est encore plus creux que Ezio de Assassin’s creed 2 et encore plus inexpressif que Connor.

(Si vous aimez Arno et que vous n’aimez pas Connor, expliquez-moi.)

L’histoire d’une quête de vengeance, une quête pour retrouver l’assassin de son beau-père est assez classique je trouve.

Alors je ne vais pas dire que tout est nul.

Car j’ai trouvé les motivations du grand méchant excellentes au final et assez futé d’ailleurs.  Ce personnage est d’ailleurs le seul à avoir un peu plus d’épaisseur.

SPOILER Car provoquer la révolution française dans le seul but de se venger de la monarchie, responsable de l’exécution de Jacques de Molay est même génialissime. SPOILER

C’est d’ailleurs la seule mission du jeu que j’ai adoré, celle de l’exécution de Louis XVI, suivie des explications de ce templier. L’ambiance y était géniale. Mais malheureusement, cette scène arrive en fin de jeu.

C’est dingue, cette séquence aurait pu être le début du jeu. Parce entre temps, on ne fait rien de plus. On enquête, on enquête.

 

C’est incroyable ce gâchis franchement, car ce jeu pouvait justement mettre en doute les fondements des idéaux des assassins.

Comme je l’ai dit plus haut, les templiers prônent le contrôle sur les populations pour la paix et les assassins le libre arbitre. Depuis le début de la série, il est vu que les templiers sont dans le faux, il aurait été génial de mettre la terreur au centre d’une réflexion.

Est-ce qu’un excès de liberté et de libre arbitre ne provoquerait pas cette terreur, est qu’un contrôle n’est finalement pas une mauvaise chose ?

Cet épisode de la révolution française pouvait mettre les assassins dans une grosse impasse et une remise en question.

D’ailleurs le bad guy, en avait un peu parlé, mais très en surface.

 

Quel gâchis.

 

Quant à la métahistoire, ben.

 

On est censé suivre les aventures d’Arno pour tenter de localiser les restes d’un sage pour le trouver avant les templiers. Et on se rend compte au final que son crane est au fond de la crypte avec pleins d’autre cranes et ossements humains, autant chercher une aiguille dans une meule de foin. Donc c’est bon, circulez y a rien à voir, on a rien fait.

Foutage de gueule !!!

 

Et en ce qui concerne la forme, je vous ai parlé des bons côtés, mais parlons de la maniabilité. Alors, c’est sympa de faciliter les déplacements avec les parcours ascendant, normaux et descendants. Mais cette aide se révèle au final encore plus handicapant qu’avant. Combien de fois j’ai pesté que je vois qu’Arno me résiste et ne fais pas du tout ce que je lui demande, surtout quand je veux qu’il reste discret, qu’il se cache et qu’il bute sur quelque chose, me dévoilant aux gardes et me faisant rater la mission comme une merde. Je préfère largement le gameplay de Assassin’s creed revelation.

 

 

Quel gâchis. Oui c’est le mot

Quel gâchis, quand je voie ce travail fait sur Paris et tous ces à cotés. Quand je voie ce travail documentaire sur les récits parisiens, les missions failles, ce jeu est une déclaration d’amour à Paris

Quel dommage de voir ceci dispersé et dissous dans diverses missions (de plus en plus répétitive au fur et à mesure de la progression) dans une sorte de fourretout qui dissous complétement le fond du jeu.

Quel gâchis de voir cette époque si mal traitée, dans un souci de vouloir rendre le jeu plus grand public afin de ne pas rendre les choses compliqués qu’elle le sont déjà.

Car Ubisoft a voulu voir les choses en grands : plus de foules, plus de missions annexe, coop, mission compagnion app, mission initiate. Les développeurs se sont retrouvés complément perdus et piégé par les propres ambitions.

Quel gâchis de voir l’histoire d’Arno si classique et incohérente. (Arno est encore Assassin en 1800, pourquoi ?)

C’est comme si plusieurs équipes faisaient chacun un truc dans leur coin sans jamais communiquer entre eux pour rendre le tout cohérent.

 

Quel gâchis de nous pondre une métahistoire inexistante. J’avais lus qu’Ubisoft avait entendu les personnes clamant que la métahistoire était inutile et qu’il voulait la rendre accessoire.

Sauf que cette société n’a pas vu que les fans acharnés du jeu, jouaient justement pour cette histoire, car maintenant que ubi a écouté les râleurs. Où sont-ils ces gens ? Ils râlent encore, avec les fans maintenant pour rétablir une meta.

A l’heure des séries à succès comportant plusieurs saisons ( breaking bad, the walking dead…), il est judicieux justement de cimenter les épisodes entre eux avec une métahistoire, surtout si les jeux sortent annuellement.

 

A L’avenir ?

 

Au final, Assassin creed Unity  se devait être comme l’un des meilleurs de la saga et il m’a refroidie. Le seul élément qui pouvait me faire revenir immédiatement chaque année était le choix de l’époque mais aussi la métahistoire. Mais aujourd’hui, elle est morte.

Le prochain opus, AC syndicate peut être intéressant et il sera mieux qu’unity. La période n’est pas aussi mouvementée que celle des révolutions et laisse libre court à ubi de faire des histoires sans contraintes. Il sera mieux car le moteur sera plus maitrisé.

Mais mon attente a considérablement baissé, et je pense y jouer mais bien après d’autres titres.

J’attends tout de même, le maintien de la coop (Edit : c’est mort) et le retour des missions failles sur Londres.

Tout n’est pas encore fini, AC ne m’a pas encore perdu mais il va devoir tout reprouvé aujourd’hui.

 

Merci de m'avoir lu

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
(BD-Manga-Comics)

Bonjour à tous amis joueurs, et bonjour à tous aux fans de manga

 

Vous n'imaginez pas le nombre d'articles déjà prêt dans ma tête qui ne demande qu'à être couché sur le papier. Mais le temps, les impératifs et l'envie m'en empêche. Il suffit d'un déclic pour me décider à prendre mon clavier, à cliquer sur ajouter un nouvel article et à commencer à écrire.

 

Aujourd'hui, j'ai envie de vous part d'un ressentie qui me trotte depuis un certain temps et pour cela, il faut que je vous explique mon parcours de lecteur de manga.

 

L’animation japonaise

Je suis de la génération 80, et comme beaucoup de personnes de mon entourage et de mon âge, je n’avais pas une ribambelle de chaines tv spécialisées comme aujourd’hui. A l’époque, nous en avions 6 (et encore ça dépendais des régions) et nous n'avions pas internet.

Ma culture en bande dessinée a commencé avec les productions franco-belges:

Astérix pour ne citer que lui (the best),

Mais aussi tintin, Gaston Lagaffe, les productions de Franck Margerin comme Lucien ou Manu, Les productions de Gotlib ainsi qu'une bonne partie des éditions Dupuis comme Spirou, Soda, les tuniques bleues....

En parallèle à ça, télévision proposaient un programme pour les enfants et dont des dessins animés étaient proposées. Et parmi ces dessins animés, il y avait quelques productions japonaises.

C'est la chaine Antenne 2 qui m’a fait découvrir la japamination par Astro le petit Robot

 

 

Véritable coup de c½ur, il était hors de question d'en louper un seul sous peine d'une véritable crise que seul un petit enfant de maternelle comme moi pouvait faire. A cette époque, pas de tv replay, pas de téléchargement, pas même de magnétoscope chez moi, quand c'était loupé, c'était loupé. Vous n'imaginez pas quand les parents vous privent de télé pile poil à l'heure du rendez-vous.

Il faut aussi dire qu'à cet âge, la provenance des dessins animés n'était le principal cadet de mes soucis.

Puis vient la 5, avec Olive et Tom.

Ce manga où tout le monde tentait de faire le tir de l'aigle à la cour de récré.

 

Il y a eu donc quelques mangas par ci, par là où il fallait connaitre par c½ur le programme des chaines pour se faire un véritable programme pour voir un goldorack, albator, galaxy express 999. Bien entendu, ces dessins animés n'étaient disponibles qu'à une certaine heure et souvent le weekend end. Il ne fallait pas abuser sous peine de se faire privé de tv par les parents.

 Il a fallu attendre le club Dorothée pour véritablement voir de mes yeux l'animation japonaise explosé et surtout, voir ces dessins animés comme de l'animation japonaise en tant que tel.

Le club Dorothée proposaient des mangas comme les chevaliers du zodiaque, Juliette je t'aime, Ken le survivant, dragon ball. Et cette émission est devenu ultra populaire.


 

A tel point que les médias commençaient à pointer du doigt la japanimation, en négatif. Les « japoniaiserie » comme ils aiment le dire.

Il y avait une réelle incompréhension entre les adultes qui voyait rouge dès que c'était japonais et nous qui aimions ça. Les épisodes des chevaliers du zodiaque devenaient un sujet de discussion courant dans les cours d'école.

Combien de fois, je débattais sur: Seiya vs Shiryu, qui est le meilleur?

Vous n’imaginez pas le choc lorsque shiryu se sacrifie contre le capricorne, un drame national.

Et ô combien, les discussions autours de dragon ball z ont été faites. Le nombre de dessins que nous avons tous tenté de reproduire.

Les magazines de jeu vidéo étant plus clément que la presse généraliste, de nombreuses infos nous parvenaient de plus en plus. Des jeux vidéo dragon ball z sortaient, des dessins inédits étaient publiés. Une véritable culture du manga commençait à naitre.

 

 

La découverte du manga

A l'époque du club Dorothée, le manga papier était une méconnaissance pour moi. J'étais très loin d'imaginer que mes dessins animés préféré étaient tirés une ½uvre dessiné à la base.

Il a fallu attendre le dernier tiers de l'époque Dorothée pour que je puisse connaitre les mangas.

 

Et c'est par la série la plus populaire que le manga est introduit:

Dragon ball, de Akira Toriyama.