L'antre d'Etrigane

L'antre d'Etrigane

Par Etrigane Blog créé le 16/08/10 Mis à jour le 08/09/10 à 08h12

Ajouter aux favoris
Signaler
Critique des jeux

------------------------------------------------------
Un petit oldie, rien de tel^^
------------------------------------------------------

J'aime de temps à autres parler d'un jeu un peu vieillot. Cela me rappelle de bons souvenirs, et certains de ces jeux méritent encore d'être dévouverts, plusieurs années plus tard.

Nexus, the Jupiter Incident, est un jeu développé par Mithis. Ca ne vous dit peut-être rien mais Mithis résonne doucement aux oreilles des vieux cons dans mon genre, car il s'agit là des développeurs d'Imperium Galactica. Je ne compte plus le nombre d'heures que j'ai pu passer sur Imperium Galactica II, un jeu de S-F 4X qui à l'époque avait pris le parti de s'essayer à la 3D là où les ténors du genre (comme Master of Orion) en restaient à la 2D. Avec Nexus, Mithis a pris tout le monde de court en sortant un jeu qui n'est en aucun cas un 4X, alors que tout le monde attendait de pied ferme Imperium Galactica III.


Tout le monde attendait Imperium Galactica III, mais Mithis aime prendre des risques, alors voici....Nexus !

----------------------------------------------------------------------------
Regarde mon jeu tout vieux comme il est beau
----------------------------------------------------------------------------

Nexus est sorti en 2004, ce n'est donc pas un jeu si vieux que cela, et cela se ressent quand on y joue, car il est encore très, très beau. Le moteur du jeu était particulièrement réussi, le spectacle des planètes, du vide spatial, des étoiles, est encore aujourd'hui un régal pour les yeux, de même que la taille et le design des vaisseaux spatiaux. Le jeu a bénéficié d'un soin évident sur le plan visuel, et je le porte encore, six ans plus tard, en très haute estime.


Eh ben moi, les gars, six ans plus tard, je trouve ça toujours aussi beau...

Le jeu n'était pas prévu à l'époque pour les écrans larges, mais cela se bidouille je ne sais plus comment, on peut rentrer sa propre résolution dans je ne sais plus quel fichier "config" du jeu. Le résultat est simplement magnifique, le jeu n'a pas pris une ride.

Les batailles spatiales sont très spectaculaires, et il faut voir se déplacer les vaisseaux pour comprendre le plaisir insensé que procure ce jeu. Les mouvements des vaisseaux sont réalistes, on sent la poussée des moteurs quand on ordonne au vaisseau d'avancer, et il faut attendre que le mouvement dépasse une force d'inertie assez importante dans l'espace. Cela amène un grand réalisme dans le jeu, et le résultat est assez fascinant. J'essaie de vous dégoter une vidéo sur le net, ne bougez pas.


Majesté et lenteur des combats, nous sommes ici dans une forme de réalisme inspiré que j'adore.

Rien qu'en préparant ce test, j'ai envie de relancer une partie, c'est vous dire...

---------------------------------------------------------------------------------
Lenteur, réflexion et sens tactique : l'anti-starcraft, quoi^^
---------------------------------------------------------------------------------
Nexus n'est pas un jeu speed, loin de là. Les vaisseaux bougent lentement, on réflechit à ce qu'on fait. Contrairement à beaucoup de jeux, il n'y a pas de construction de base, pas de création d'unités. Nous sommes ici loin des standards du STR et loin aussi du jeu 4X. Mithis nous a pondu autre chose.
Il s'agit plutôt de suivre un briefing de mission, puis nous avons un certain nombre de vaisseaux mis à notre disposition que l'on customise dans des écrans de jeu prévus à cet effet. Lasers, missiles, protections, chasseurs...le choix ne manque pas et il faut bien réfléchir à l'escouade que l'on va mettre sur pieds. Une erreur grossière dans l'quipement des vaisseaux, et vous pouvez être sûrs que la bataille qui s'amorce derrière débouchera sur un game over !


et voilà l'écran de customisation des vaisseaux. Cette étape intervient dans le briefing de mission. N'ayez pas peur, cela n'est pas aussi complexe que ça en l'air, je dirai même que cela contribue fortement au plaisir de ce jeu.

Nous nous retrouvons donc avec un jeu de stratégie sans fabrication de base ni d'armée, il s'agit bien de gérer une escouade au mieux, que l'on va optimiser en vue de missions dans lesquelles il ne faut escompter aucun renfort ! J'adore ce principe, que l'on retrouve finalement, d'une certaine manière, dans Dawn of War II (du moins, dans sa campagne solo) ou le vénérable et excellent Ground Control, qui proposait le même genre de principe. Ca change clairement de ce qu'on trouve habituellement, et c'est une bonne chose.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Et en plus, le scénario est en béton ? Mais il gagne à être (re)connu ce jeu !!!
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Oui, vous avez bien lu. Le pire, c'est que la campagne du jeu est carrément pa-ssio-nante, et je pèse mes mots. Surprenant, inventif, contenant de vrais morceaux de bravoure, le scénario du jeu est un autre gros point fort pour ce jeu. Vous êtes le fils d'un célèbre commandant de flotte disparu dans des conditions inexpliquées, et vous êtes vous mêmes une légende. Vous allez vous retrouver embarqué dans une histoire qui trempe sa plume directement dans ce que la littérature S-F a offert de meilleur ces dernières années, et on finit par dévorer les missions les unes après les autres pour découvrir la suite. Je n'en dirai pas plus pour ne rien spoiler !
L'histoire est divisée en six chapitres pour une trentaine de missions au total. C'est beaucoup, d'autant plus que les missions peuvent être parfois assez corsées et prendre du temps. Il y a donc de quoi s'occuper pendant un long moment, rien qu'avec la campagne du jeu. Entre chaque mission vous avez un briefing aussitôt accompagné de la customisation de vos vaisseaux pour faire face à ce qui vous attend. Soyez bien attentif au briefing car c'est souvent lui qui vous permet d'anticiper sur ce qui vous attend et de vous équiper en conséquence. Bonheur.


Ecran de briefing, avec des flèches partout et les militaires qui vous causent pour tout mettre au clair. J'aime^^.

Le jeu comprenait un mode multijoueur qui n'est évidemment plus utilisé désormais. Il y a des mods qui ont été développés et qui viennent sauver la communauté du néant, car il n'y a plus grand chose à se mettre sous la dent une fois la campagne terminée. Le mieux reste sans doute le mod Skirmisher, qui permet de palier un manque du jeu en créant des batailles Skirmish générées aléatoirement, ce qui apporte l'indispensable  à ce jeu : des batailles générées aléatoirement qui décuplent sa durée de vie.

Oh là que j'aime ce jeu. Il n'est pas forcémment très connu. D'ailleurs je comptais écrire un test de joueur sur gameblog et j'ai constaté que le jeu n'étant pas dans la base de donnée du site, je ne peux tout simplement pas le faire. Alors j'utilise mon blog pour en parler. Si jamais vous cherchez un jeu de space -opera tactique, réaliste et passionnant, doté d'un scénaio hors norme, ne cherchez pas plus loin, le paradis est là juste à votre portée. Quant à moi, je crois bien que je vais replonger dedans...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Un vieux briscard du jeu vidéo se décide à déballer les placards pour proposer les tests de quelques 400 jeux. A cela s'ajouteront des billets d'humeur, des commentaires sur l'actualité du jeu vidéo. Bienvenus =)

Archives

Favoris