Premium
Parallaxe : Humeurs et réflexions

Parallaxe : Humeurs et réflexions

Par Dopamine Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 27/06/17 à 19h32

Ajouter aux favoris

Catégorie : Critiques Jeux

Signaler
Critiques Jeux


Blog Game Over

Cette critique est la retranscription de celle parue sur le Blog Rue89 Game Over. Vous pouvez le consulter dans son contexte original ici.

Il a déjà participé à moult Jeux olympiques, il a pratiqué des dizaines de sports différents et pourtant, le plombier le plus connu du jeu vidéo garde sa petite bedaine. C'est aujourd'hui au tour de la dernière née des portables Nintendo d'accueillir son jeu de tennis. Sobrement intitulé Mario Tennis Open cet opus remplira son office, sans plus.


Le réalisme cède la place au fun

La formule du tennis avec les héros de la saga des jeux Mario fonctionne maintenant depuis de longues années. Depuis la NES et la Gameboy même. On retrouve donc sans surprise une bonne partie des personnages connus avec des caractéristiques spécifiques et logiques.

Mario est équilibré, Peach plutôt technique, Yoshi rapide et Bowser fait la brute de puissance. Une douzaine de personnages sont sélectionnables (seize en tout) avant que d'autres soient débloqués au fil des victoires. Les avatars Mii peuvent également incarner le joueur.

 
Même son de cloche en ce qui concerne les environnements (huit en tout). Tous inspirés des univers ludiques du plombier, avec cependant des spécificités moins marquées que d'habitude. Pas de pièges dans tous les sens, mais des vitesses de balle et des hauteurs de rebonds variables en fonction du revêtement. Comme dans la réalité en somme.

Le jeu propose une classique progression en tournois, qui ne seront qu'une formalité pour les quatre premiers. L'affaire se corse cependant rapidement pour offrir un challenge digne de ce nom et exploiter au mieux les principes du jeu.

Ces derniers, simples, peuvent mettre les réflexes et les nerfs du joueur à rude épreuve. Il s'agira classiquement d'armer sa frappe le plus longtemps possible afin d'asséner de violentes attaques pour déborder l'adversaire. Mais il faudra aussi jouer avec les effets (coupé, lifté ou à plat) pour espérer remporter les matchs. En fonction du coup du joueur adverse, il faudra répondre avec discernement.

Un cercle se forme sur le terrain pour matérialiser la position idéale de frappe. Sa couleur va déterminer le type de réponse adéquate à porter. Si toutes les conditions sont réunies, le coup est parfait et les chances de marquer le point sont accrues.

Les échanges prennent donc la forme d'une joute d'effets divers modulés par les temps d'armement des frappes. Le côté spectaculaire est renforcé par des artifices lumineux et des trajectoires improbables. Le maître mot ici, n'est pas le réalisme, mais le fun. Il est d'ailleurs très rare de mettre une balle en dehors du court ou dans le filet.

 

Des minijeux originaux

Outre les rencontres classiques, Mario Tennis Open propose de varier les plaisirs avec des minijeux qui serviront à engranger des pièces afin d'améliorer l'équipement. On retiendra en particulier un mur de tennis qui voit défiler les niveaux de Super Mario premier du nom (les trois premiers seulement). Les pièces font office de compte à rebours et il faut en amasser un maximum afin de terminer chaque niveau.


Avec les pièces les personnages sont personalisables (Nintendo)

Les autres épreuves sont moins originales mais permettent néanmoins lorsqu'elles sont réussies à haut niveau de débloquer de nouveaux personnages.

Entre deux parties classiques il fait bon prendre un peu l'air avec ces petits jeux. Il sont de tout manière presque indispensables puisqu'en améliorant le matériel, les performances du personnage sont accrues. On peut ainsi renforcer la puissance, la vitesse, la technique ou essayer de rester complet.

 

Meilleur avec des amis

Grâce à une connexion sans fil directe, via point d'accès personnel ou spotpass vous pourrez également mesurer vos talents face au reste du monde. Via liste d'amis ou au hasard. Ce sont des parties jusqu'à quatre joueurs (simples et doubles) qui sont proposées.

A l'heure ou cette critique est écrite, il manque encore du monde sur le réseau mondial. Difficile donc de juger de la qualité de ce mode.

Le Streetpass activé doit aussi ajouter un peu de piment aux rencontres fortuites entre propriétaires de 3DS avec échanges de cadeaux, même en mode passif.

Loin d'être indispensable, Mario Open Tennis comble cependant un vide dans la ludothèque 3DS en proposant de sympathiques moments, surtout s'il vous est possible de jouer avec des adversaires humains (en connexion directe).

Voir aussi

Jeux : 
Mario Tennis Open
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

  
Signaler
Critiques Jeux

Darksiders est un jeu qui est sorti il y a plus de deux ans, mais s'il faut choisir son moment pour y (re)jouer, c'est maintenant. Tout simplement parce que son second opus va sortir très bientôt que que sans tintamarre et fracas le premier épisode avait été une excellente surprise. Même s'il n'est peut être pas indispensable d'y jouer pour suivre une trame scénaristique (je ne sais pas s'il y aura un quelconque lien) ce jeu est tellement surprenant que vous pouvez y aller les yeux fermés.

On s'attend tout d'abord à être devant un beat'em all tout à fait classique, quoi que très bien foutu. Mais au fur et à mesure que Guerre (le cavalier que vous dirigez) avance, c'est une véritable histoire qui se développe et un personnage qui se reconstruit avec de nouvelles capacités. Je vous laisse découvir tout cela en images. Vivement Darksiders deux et trois et quatre. Car si les cavaliers sont quatre, et que THQ nous en édite autant, je signe des deux mains.


Darksiders Gameplay et test par Dopamine67
Version Youtube, cliquez ici

Voir aussi

Jeux : 
Darksiders, Darksiders II
Sociétés : 
THQ
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Critiques Jeux


Disponible depuis quelques jours sur les plateformes de téléchargement en version démo, Spec Ops est un TPS qui va devoir se faire une place au soleil après la sortie d'un poids lourd du segment j'ai nommé Ghost Recon. Il ne faut pas jurer de la cartouche avant de l'avoir tirée, mais attendu les premières images et qualités du bébé d'Ubi Soft, Spec Ops risque d'avoir du mal. Pour le soleil, il pourra toujours se contenter de celui de Dubaï...


Spec Ops The Line Gameplay Demo par Dopamine67
Version Youtube Cliquez ici

 

Voir aussi

Jeux : 
Spec Ops : The Line
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Critiques Jeux

C'est sous les conseils enthousiastes de Kaminos que j'ai décidé de commander Nine Hours, Nine Persons, Nine Doors. Un jeu hors du commun, certes mais qui m'a aussi déçu par ses mécanismes archaïques.


Un scénario digne des plus grands maîtres

999 est un jeu dans le plus pur style visual novel. Les deux écrans de la DS sont ainsi mis à contribution de manière intelligente. Sur l'écran du haut les dialogues entre les personnages (avc leurs images et quelques attitudes animées), sur celui du bas tous les textes « off » et les choix du protagoniste principal. Du texte il y en a à profusion et dans la langue de Shakespear (adapté du japonnais).

C'est d'ailleurs la grand force du jeu. Si l'écriture et le style sont simples, le ou plutôt les scénarios sont complexes et révèlent une intrigue alambiquée et passionnante. Mêlant faits réels, légendes et théories scientifiques éprouvées ou non, cette histoire entraîne irrémédiablement le joueur dans un environnement angoissant et claustrophobe.

Un histoire qui commence comme un épisode de la légendaire quatrième dimension ou un film de Hitchcock. Junpei se réveil dans ce qui semble être une cabine de bateau. Alors qu'il peine à reprendre ses esprits, le hublot se brise et laisse pénétrer des litres d'eau. C'est parti, il faut trouver une manière de s'évader de ce piège mortel ! Il ne tardera pas à découvrir qu'il n'est pas le seul à avoir été piégé...

Des mécanismes archaïques

C'est ici que l'écran du bas exprime pleinement les capacités tactiles de la DS. On joue à 999 à la manière d'un point and clic classique, la souris étant aisément remplacée par le stylet. Chaque zone d'enquête est figurée par une demi douzaine d'écrans fixes sur lesquels il faudra pointer les endroits clefs. Ouvrir cette boîte pour y découvrir une carte qui elle même donnera accès à un autre élément révélant un indice capital pour résoudre l'énigme et avancer dans l'intrigue. Ce classique système de poupées russes s'appliquera tout au long du jeu qui se décompose en phases de réflexions avec le message « Seek a way out » entrecoupées de longues phases de dialogues qui développent l'intrigue.

Les énigmes font appel à la logique et tournent évidement souvent autour du chiffre neuf. Elles sont plus relevées que la majeur partie des jeux aventure / réflexion que l'on a l'habitude de pratiquer. Surtout pour ceux qui ont laissé loin dernière eux les maths. Elles sont cependant toujours cohérentes et donc accessibles.

Tout au long du jeu, il faudra faire des choix. Tant sur le plan des dialogues que sur les portes qui seront ouvertes. En fonction de ces choix, le scénario se développera d'une façon différente et on en apprendra un peu plus sur le passé de certains personnages. Tous bénéficient de personalités intéressantes et d'un background touffu. C'est là une autre grande force du jeu ; on a tellement envie d'en apprendre plus sur certains personnages qui génèrent forcément de la méfiance, qu'on va chercher à découvrir le plus de chemins possibles.

Car 999 n'a pas une mais six fins distinctes. Grosso modo trois fins positives et trois négatives. L'ennui, c'est qu'il faut à chaque fois recommencer une aventure complète pour parcourir toutes les branches de cet arbre scénaristique. Personnellement, après avoir terminé le jeu quatre fois j'en ai eu marre de revoir une cinquième fois la même chose. Un appui vers la droite de la croix directionnelle accélère les dialogues, mais de les zape pas complètement... Peut être y reviendrais-je après une pause pour découvrir les deux salles d'énigmes que je n'ai pas encore résolu.

C'est à mon avis le plus gros écueil de 999. Cet archaïsme dans le système d'évolution du scénario risque d'amener à l'abandon plus d'un joueur. Il passerait ainsi à côté d'une partie d'une histoire magistrale et passionnante. Il n'en reste pas moins que l'expérience est à tenter si on a la chance de posséder une DS. D'autant plus que le jeu est maintenant disponible à petit prix.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Critiques Jeux

Voici le début d'une critique publiée dans le journal pour lequel je pige. Vous comprendrez qu'il n'est pas possible que j'en reproduise l'intégralité. Vous pouvez le retrouver en entier et dans son contexte original ici. Oui, la mise en page est pourrie, c'est normal et on prie pour que cela change un jour...


Série devenue culte aux yeux d'une frange d'amateurs de beat'em up, Ninja Gaiden se devait de réussir le pari de rassembler aussi bien les fans hardcore (les jeux sont réputés très difficiles) que le grand public afin d'assurer un succès économique substantiel. Atypique à plusieurs égards, Ninja Gaiden 3 fait honneur à l'équipe qui l'a développé : La team Ninja.

Ryo Hayabusa coule des jours tranquilles dans son village. Mais le célèbre Ninja est rapidement dérangé par son gouvernement pour se rendre à Londres sur une prise d'otages. Les malfaiteurs ont expressément demandé que ce soit lui et personne d'autre qui leur soit livré. Il ne lui en fallait pas plus pour dégainer le Katana et faire couler des hectolitres de sang.

Lire le test complet

Voir aussi

Jeux : 
Ninja Gaiden 3
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Critiques Jeux

Je n'ai pas joué au premier épisode, aussi me suis-je rabattu sur les critiques publiées une fois que j'avais terminé ce numéro 2. J'y ai trouvé un seul défaut majeur commun ; le côté répétitif de l'action. On se promène en effet tout le temps d'un point A à un point B sans le sentiment de liberté relatif à un GTA IV par exemple. Pourquoi GTA ? Parce que Prototype est un jeu d'action "what the fuck" (hop, je transforme l'expression en genre) à monde ouvert, mais à scénario linéaire. Une ballade dirigiste donc, mais quelle ballade ! Le sentiment de puissance et les évolutions donnent envie d'exploiter un gameplay à la fois simple et assez profond pour mettre à l'épreuve les réflexes et le sens tactique du joueur. Mais assez parlé, vous retrouverez bientôt la version écrite de la critique sur Rue89. En attendant, voici la vidéo.


Prototype 2 Test et Gameplay par Dopamine67

Version Youtube, cliquez ici

Voir aussi

Jeux : 
Prototype 2
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Critiques Jeux

Un peu de teasing pour une fois. Demain matin à partir de neuf heure, vous pourrez sans doute lire le test de Gameblog concernant Prototype 2. Au même moment, je vous propose le pendant vidéo avec un quart d'heure en compagnie non d'Alex Mercer, mais de son probable Némésis (pas de spoil non plus :) ).

Je dois dire que j'ai été plutôt agréablement surpris par ce jeu. Je n'ai pas joué au premier épisode ni à son concurrent principal (InFamous 2) et ne pourrais donc pas les comparer. La petite promo en amont était sympa et j'ai reçu plusieurs kits qui correspondent aux trois zones existant dans le jeu. L'image ci-dessus vous en donne une petite idée.

Rendez-vous demain donc ! ;)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Critiques Jeux

C'est un peu un OVNI. D'abord parce que ça vole et ensuite parce qu'un simulateur de combat aérien à vocation réaliste sur console c'est une rareté. Il y a bien eu une adaptation d'IL-2 Sturmovik (Birds of Prey), mais elle commencer à dater. Birds of Steel semble en tout cas en reprendre le moteur avec les gens de Gaijin qui étaient également à l'origne du simulateur référence sur PC. Celui-ci n'a rien à voir, mais il propose des choses intéressantes. Pour peu que l'on soit vraiment fan des vieilles ailes et prêt à passer outre certains défauts...


Birds of Steel Test et Gameplay par Dopamine67

Version Youtube, cliquez ici

Voir aussi

Jeux : 
Birds of Steel
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Critiques Jeux

Je suis tombé dessus un peu par hasard. En féru d'histoire de la seconde guerre mondiale, j'ai donc téléchargé la démo de Sniper Elite V2.  Je n'ai pas joué au premier et il me semble qu'il est passé plutôt inaperçu ou se soit fait défoncer lors des tests. Je dois dire que j'ai passé un bon moment avec cette démo que je vous propose de découvrir avec cette petite vidéo. Un jeu à suivre, même s'il ne fera clairement pas partie des indispensables.



Sniper Elite V2 Gameplay de la démo par Dopamine67

Version Youtube, cliquez ici

Voir aussi

Jeux : 
Sniper Elite V2
Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Critiques Jeux

Après la vidéo sur l'aventure solo, voici le mode multi de Blades of Time. Un jeu que je trouve toujours aussi sympa à cause de son prix lui aussi sympa. A noter qu'il n'y a aucun pass en ligne pour ce mode multi.


Blades of Time Test et Gameplay Multijoueurs par Dopamine67

Version Youtube cliquez ici

Voir aussi

Jeux : 
Blades of Time
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

La parallaxe est l'incidence du changement de position de l'observateur sur l'observation d'un objet. En d'autres termes, la parallaxe est l'impact (ou l'effet) de changement de position de l'observateur sur un objet observé. 

 

Quoi de plus approprié pour vous parler de jeux vidéo que de titrer ce Blog Parallaxe ?

 

Pour ceux qui commencent à être des vieux clous du jeu vidéo (je ne suis pas aussi décrépi qu'AHL tout de même), la parallaxe c'était aussi le fait d'afficher plusieurs scrollings à des vitesses différentes dans le décor de fond d'un jeu. Cela donnait une impression de mouvement, de vitesse et surtout de profondeur. On s'extasiait devant le nombre de scrollings parallaxes qu'il pouvait y avoir (vive Thunderforce et autres shootings mythiques).

 

En ce moment

High Score pour le Pixel Museum
Le premier musée du Jeu Vidéo
La Switch Hackée plusieurs fois


Mes vidéos sur Dailymotion

 

Mes vidéos sur Youtube

 Sur Twitter

Archives

Favoris