Retour vers le Turfu : Le Podcast de la popculture, passé, présent et futur

Retour vers le Turfu : Le Podcast de la popculture, passé, présent et futur

Par Koreana_ Blog créé le 27/05/10 Mis à jour le 07/12/16 à 18h49

Le Podcast de la "Pop Culture" passé,présent et futur Animé par Koreana_ (Luc le Gonidec) & Pezzo (Maxime Pezzoni). Dispo sur Itunes/Soundcloud/Youtube

Ajouter aux favoris

Édito

 

 

 

 


 

 

Archives

Favoris

Signaler
Rubrique cinéma (Cinéma)

Par les scénaristes de 500 Jours ensemble de quoi attirer du monde en salle et a contrario en décevoir des masses. Oui le cadre romantique y est, mais l'ambiance en est tout autre. Oublié les vannes mignonnes, oubliées les deux comparses Deschanel et Gordon-levitt, bienvenue le roller-coaster d'émotion viscérale à vous retourner le coeur et tuer toute bonne humeur que vous aviez avant de franchir la porte de la salle de ciné. Dois-je vous parler du plot de cinq lignes qui vous fait berner d'illusion sur ce qui ça se passer ? Non je passe mon tour, The Spectacular now a des choses à montrés plutôt qu'à être raconté. Vous avez peut être déjà lu plusieurs critiques insistant sur sa sincérité qui sonne juste et évitant tout les écueils poncifs qu'Hollywood à offert à la génération Y. Bordel, oui, le film retranscrit parfaitement le mal-être adolescent actuel. Pourtant, le postulat de base et le rôle que joue l'alcool aurait pu parfaitement tourner dans un simili-american Pie.

Sauf que l'alcool est un thème récurrent qu'on retrouve dans les deux autres films de Ponsoldt, mais pourtant le fond du film ne s'y attarde pas longuement à cette partie de "l'adolescence et l'alcool", le film reste dans le cadre de beaucoup de comédie romantique tout en se dégageant des superflus comiques et en se centralisant sur la crise identitaire et la recherche du "moi" plutôt que la prochaine culotte à baisser et les évolutions de relation entre sexes opposés justes et qui touchent dans le mille.

Pourtant, j'étais près à me sortir du film par les quelques longueurs que parsèment le film, des scènes creuses qui nous larguent de cette oeuvre et qui diluent fortement le rythme, j'étais à deux doigts de descendre mon avis positif de quelques grades, mais finalement, je suis resté accroché, le film propose ce que beaucoup de teen-movie ont évités de traiter, par flemme ou par manque de talent, comprenez bien qu'on est loin des standards des rom com un peu nian nian ou de la comédie qui valorise la connerie adolescente. Le héros traverse une crise d'identité qui est grandement mise en avant par ses relations étroites avec son ex, sa mère et même sa nouvelle petite copine Aimee et les retrouvailles avec son père alcoolique et borderline qui préfère lui aussi vivre le moment tout en rejetant le passé et le futur, un homme qui ne peut évoluer et rester dans une relation stable. La peur de l'engagement, la confiance en soi, la découverte de son "moi" sont les sujets traités dans cette comédie dramatique servie par un excellent casting, du personnage secondaire aux deux rôles-titres on est submergé par de l'authenticité en barre.

Plus touchant sur le faîtes que je me suis moi-même complètement identifié aux troubles du personnage principal, ayant eu moi-même des différents problèmes familiaux et identitaires autrefois le film me touche d'autant plus. Comme quoi, on le dira jamais assez, mais le cinéma reste toujours une affaire de ressentie. Strangelove, un de mes excellents éclaireurs à écrit "on ressent une palette d'émotion allant de la joie à la tristesse", You Godamn Right ! Les 20 dernières minutes sont une illustration parfaite de ce qu'il avance. La fin est d'une vérité cinglante, elle conclut parfaitement cette aventure émotionnelle de 90 minutes. Tout le long du film on sent tout de même malgré le bonheur partagé avec les personnages, une ambiance pesante comme un drame. Loin de m'avoir tiré une larme et fait pisser sur un violon, le film touche dans le mille, droit dans le coeur en vous faisant ressentir des émotions viscérales, profondes que seul Ponsoldt à réussi à faire depuis un moment.

Au fond le film de Jonh hugues à porter ses petits, à l'instar de The Breakfast club, The Spectacular Now traite des relations entre jeunes de façon juste et en appuyant sur le problème de la crise identitaire de notre génération "Y", loin des bullshit de l'adolescent con qui est valorisé par le nombre de bières qu'il boit, le dernier Ponsoldt porté par un casting de jeunots prometteur couvre un drame touchant et débordant de sincérité, à voir et rentré bien dans votre petit carnet le nom du réalisateur (James Ponsoldt) qui pour une fois à réussi à être distribué en France et des deux acteurs (Shailene Woodley et Miles Teller) qui jouent le couple teenage le plus vraisemblable et touchant depuis une vingtaine d'années.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires