Premium
Signaler
Critiques

Dans un futur incertain, le monde voit l'apocalypse pointer le bout de son nez. L'Antarctique est recouvert d'une insondable matière noire qui ne cesse de s'étendre et seules quelques images mystérieuses ont pu être récupérées. Qu'à cela ne tienne, le gouvernement envoie une équipe d'experts, dont vous faîtes partie, pour étudier le phénomène baptisé « Schwarzwelt » et trouver une solution pour s'en débarrasser avant qu'il ne recouvre le globe, provoquant la mort de l'humanité. Rien que ça.

Strange Journey se trouve à la croisée de deux chemins. Côté face, le désir d'émancipation est palpable : l'action quitte Tokyo et ses quartiers pour partir au Pôle Sud. Le casting revêt en outre un manteau pluriethnique : de la russe Zelenin à l'américain tendance hispanique Jimenez, les Japonais ne sont plus au coeur du récit. Ainsi, l'identification du joueur s'ouvre sur le monde, une ambition revendiquée par les créateurs. Oubliez également la personnalisation totale de votre avatar : suite à un petit quizz, vous serez redirigé sur un profil type qui augmentera automatiquement certaines capacités à chaque passage de niveau. Encore plus étonnant, votre alignement (law/neutral/chaos) est visible à tout moment du voyage (d'habitude, il reste caché jusqu'au dernier donjon).

Côté pile, alors que l'on aurait pu craindre une perte d'identité de part l'ouverture à l'Occident, le jeu se paye un trip rétro, revenant aux sources de l'époque SNES, le Dungeon-RPG pur et dur en vue à la première personne. Des couloirs sans fin, des pièges tous les trois pas, des couloirs encore, de la route il va falloir en parcourir pour découvrir l'allure du boss final. Une expédition semée d'embûches vous attend : cases empoisonnées, téléporteurs, trous dans le sol, portes cachées, murs invisibles, parcours dans le noir total, on imagine aisément les sourires sadiques des concepteurs en train de tracer des étages plus labyrinthiques les uns que les autres. Fort heureusement, la carte se dessine d'elle-même au fil de vos pas, sur l'écran inférieur de la DS. Indispensable pour ne pas finir pas s'arracher les cheveux.

Le système de combat reprend les principes connus de la saga : un bestiaire hétéroclite et fascinant à embrigader pour gonfler son équipe, des joutes au tour par tour nécessitant l'exploitation des faiblesses de vos ennemis et bien évidemment la fusion, un ingrédient indispensable sachant joindre l'utile à l'agréable. Aux rayons des nouveautés, les Press Turn sont remplacés par un système de co-op : à chaque déficience touchée, les compagnons du même alignement effectuent une attaque supplémentaire. Autant dire que se promener en groupe uni vers un objectif similaire s'avère pratique. On peut aussi noter la grande place que prend l'analyse des adversaires, tous futurs alliés potentiels. Plusieurs stades s'offrent au joueur, de l'impossibilité de voir la véritable apparence du démon à la connaissance complète, la jauge se remplissant en accumulant les affrontements. L'intérêt majeur, outre survivre avec plus d'aisance, est de pouvoir récupérer les sources de vos camarades. Sources utilisables pendant les fusions pour offrir des skills à un autre démon. Tactique oblige, les choix seront parfois délicats : garder une source puissante pour plus tard, pour son favori, pour tout de suite ?

Toujours muni de votre combinaison Demonica, vous serez de plus capables de repérer des démons cachés (souvent plus fort que la moyenne environnante), des incontournables passages secrets et surtout des « Forma ». Une fois ramenés à votre base (le tank Red Sprite), ces objets divers et variés vous permettront de composer de nouveaux équipements. Les Forma les plus difficiles à obtenir sont bien entendu ceux détenus par les boss, vous octroyant la possibilité d'améliorer les techniques de recherche de votre Demonica. Ainsi, une fois acquis, il sera utile de revenir explorer les donjons précédents, afin d'accéder à certains corridors obstrués auparavant.

Le jeu commence plutôt fort point de vue du scénario, une longue présentation d'une heure vous expose les faits et introduit les membres de l'équipage. Les donjons se révèlent audacieux, voire originaux, ils créent un suspens quant à leur apparence (un succès déjà atteint dans Persona 4). On se demande rapidement quels secrets peuvent bien cacher l'IA Arthur, le vénérable Mastema, l'innocent Bugaboo ? Est-ce que les représentants des alignements Loi/Chaos sauront vous convaincre par leurs nuances ? Sauf qu'il faut malheureusement bien avouer que le jeu peine à maintenir le cap. La première moitié passée, les décors redeviennent plus classiques et les surprises / révélations espérés répondent aux abonnés absents. Malgré de nombreuses phases narratives (surtout pour un D-RPG), les personnages secondaires ne passionnent guère. La carotte « nouveaux démons / tronche du prochain boss » et l'ambiance oppressante marchent suffisamment pour maintenir l'intérêt, toutefois on aurait souhaité un peu plus de folie pour un épisode considéré par beaucoup comme un palliatif de SMT4. Les habitués de la série resteront sans doute un peu sur leur faim, Strange Journey ne cherchant pas vraiment à aller plus loin que ses prédécesseurs.

Qui dit Megaten dit habituellement difficulté au rendez-vous ! Avec un minimum d'attention, vous ne devriez pas mourir toutes les deux minutes, attention cependant à certains boss qui auront vite fait de vous remettre à votre place. Telle une communion sacré, le jeu met à votre disposition une structure d'échange de démons. Oui, vous pourrez filer votre protégé favori et customisé à la planète entière sur le web. Le système reste assez rébarbatif, se basant sur des codes longs comme le bras à rentrer dans votre Compendium. Si votre niveau et votre fortune le permettent, vous pourrez invoquer les fruits de multiples fusions et de litres de sueur d' internautes inconnus pour vous donner un coup de pouce.

Qu'on ne s'y trompe pas, si Strange Journey n'innove peut-être pas suffisamment, il reste un RPG plus que solide, se basant sur un système qui a déjà fait ses preuves. Long (40 heures minimum) et exigeant, on regrettera simplement que l'exploration des vices de l'humanité cède sa place à une croisade plutôt entendue (voire répétitive) pour un Megaten. Atlus prendra-t-il en compte une console de salon next-gen pour sa prochaine annonce ? D'ici Persona 5 et Shin Megami Tensei 4, Strange Journey vous permettra de patienter, la portable en main.


Mololo

 www.consolesyndrome.com

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris