Premium
Signaler
Articles

 

Ca n'a pas toujours été aussi évident, mais désormais, dans le jeu vidéo comme dans le reste, j'achète les oeuvres d'artistes ou du producteurs que je soutiens. Je fais ainsi le choix très personnel d'acheter un jeu non plus seulement en terme de prix ou d'intérêt, mais en fonction de son développeur et du contexte très particulier dans lequel il est paru. Ça ne veut pas dire que j'exclus toutes les productions d'un développeur donné, mais c'est un paramètre qui rentre définitivement en ligne de compte.

Bien sûr la majorité des acheteurs ne s'embarrassent pas de tels critères. Le jeu vidéo revêt en fait des importances bien différentes, peut-être plus encore maintenant qu'apparaissent de nouvelles façons de jouer : passe-temps, divertissement, simple produit, objet de collection ou de culte, comme autant de point de vue et d'avis. Et de tous les publics possibles, les passionnés, ou les joueurs les plus engagés, auront certainement à coeur de transposer leur engagement et leur passion autrement qu'en jouant.

Illustration : en novembre, l'entretien de Joystiq.com avec un Bobby Kotick a priori honnête, loin de faire des émules, suscita une vague de suspicion. C'est que le président de Activision a la réputation de ne pas aimer les jeux vidéo et d'être avant tout un homme d'affaire, des choses assez mal vues par les passionnés. Parmi les commentaires, un lecteur - MDizzy - écrivait : « Comme souvent la solution est simple : si tu n'aimes pas la manière dont l'industrie fonctionne, vote avec ton dollar ». C'est sur ce principe que je souhaiterais revenir.

Comme dit plus tôt, il est question d'engagement, et cet engagement peut devenir une forme de militantisme, aussi exagéré que puisse paraître le terme. Il ne s'agit bien sûr pas d'aller militer, pancarte en main, devant les bureaux de Activision (encore que ?), mais bien de rendre concrètement cet engagement, chacun à son niveau. Il s'avère que la manière la plus accessible et la plus concrète de militer est aussi la plus banale : l'achat. En faisant l'acquisition d'un jeu (neuf ou de manière à rétribuer les concepteurs), on soutient financièrement son développeur tout en donnant sa voix pour ce que l'on supporte : un créateur, une idée, un concept. Aussi contestés qu'ont pu être les nombreuses itérations de jeux musicaux, de jeux de fitness, et globalement, les opérations bassement mercantiles autour du jeu occasionnel, les gens qui les ont acheté - et ce quelque soit les raisons - les ont adopté, inscrivant leur continuité dans l'agenda des sorties.

Plus tôt dans l'année une lettre envoyée par des épouses aux responsables du studio Rockstar San Diego - en charge du développement de Red Dead Redemption - faisait connaitre les conditions de travail de leur mari au sein de l'entreprise. Suite à quoi certains sites titrèrent « Faut-il acheter Red Dead Redemption ? », soulevant par là-même une problématique très pertinente : acheter un jeu ne revient-il pas à accepter tacitement la manière dont il a été développé ? Ne faudrait-il pas s'abstenir dès qu'on soupçonne de mauvaises conditions de travail pour montrer qu'on ne soutient pas qu'une société puisse exploiter ses salariés ?

On n'est d'ailleurs pas sans connaître les rumeurs autour des sociétés japonaises de jeu vidéo. En mars, un sondage évoquait les salaires d'un programmeur moyen au sein d'entre-elles, à l'occasion duquel l'un d'eux annonçait gagner 1 500$ pour 256 heures de travail par mois. Bien sûr l'importance de l'entreprise et ce que l'on peut considérer comme acceptable varient selon les sensibilités culturelles, mais on est déjà très largement dans l'excès, et c'est le genre de choses qu'il est difficile d'ignorer.

Plus récemment encore, je questionnais la décision de CD Projekt d'engager des sociétés pour poursuivre les téléchargeurs illicites. J'évoquais d'ailleurs, en fin d'article, ne pas vouloir acheter The Witcher 2 pour ces raisons, et il appartient à chacun de déterminer où la limite se situe, et comment l'exprimer.

Qu'il s'agisse ou non de jeux vidéo, faire entendre sa voix demeure primordial pour questionner les excès ou relayer les bonnes initiatives. Nombre de nos articles ont d'ailleurs eu à coeur de revenir sur certains sujets polémiques, qu'il s'agisse des DRM ou de la dématérialisation. Il convient simplement de ne pas céder à la facilité d'être perpétuellement insatisfait - voire intolérant - et de valoriser le jeu vidéo pour ce qu'il est : un médium jeune, fédérateur et passionnant.

Par Memento

 

Ajouter à mes favoris Commenter (29)

Commentaires

B!gBossFF
Signaler
B!gBossFF
Un excellent article, qui résume d'ailleurs fort bien ma pensée. Si ,nous subissons aujourd'hui, joueurs comme développeurs, des injustices dans le domaine des jeux vidéo, c'est avant tout parce que nous ne faisons rien pour les combattre. NOUS sommes responsables de cette situations, et NOUS avons les moyens de combattre.

Pour soutenir les "petits jeux", la solution est simple : les acheter. C'est a la portée de tout le monde. Du moins, de ceux qui ont un portefeuille pas trop vide. Mais bon... il y a aussi des portefeuilles vides, consécutivement a l'achat d'un FF XIII ou d'un CoD. Eux aussi ont les moyens d'agir, en consommant différemment.

Maintenant, une telle action n'a pas d'influence sur les gros éditeurs. Très clairement. Mais cela ne veut pas dire qu'aucune action ne soit possible. C'est juste que contrairement a ce que pourrait laisser penser cet article, le militantisme, ce n'est pas toujours quelque chose de... propre.

Les despotes a la Bobby Kottick, on ne les combat pas la fleur au fusil. Il faut prendre les armes pour l'affaiblir. Et c'est ainsi que si le joueur n'a pas d'armes de destruction massive pour les vaincre rapidement, il lui reste tout de même la possibilité d'entrer en guérilla. Soit en faisant de la propagande sur les forums et blogs, soit en... piratant. Oui. Une des stratégies les plus efficaces en guérilla, c'est de couper les voies de communication de l'ennemi, pour empêcher son approvisionnement. En piratant leurs jeux massivement, a long terme, vous les mettrez a genoux ! Quand au jeux des petits développeurs... arrêtez de les pirater, par pitié ! Car ce sont eux qui souffrent de cette pratique, et pas les gros éditeurs. Qui ne souhaitent d'ailleurs qu'une seule chose pour ces derniers : combattre le piratage sur leurs terres, mais favoriser le piratage chez les petits éditeurs, afin de mettre a genoux, la concurrence... la rébellion en fait.
Steve Zissou
Signaler
Steve Zissou
kixo,
je ne prétexte rien du tout, je pose une question simple. Est-ce que notre amis bobo développeur pseudo révolutionnaire applique ses revendications de privilégié à son propre mode de consommation ? S'agissant de ses vêtements, et autres objets du quotidien ?

J'en doute fortement ;)

Bref cet article est d'une bêtise et d'une indécence absolument insupportable.
GameB
Signaler
GameB
http://www.lafauteal.../post/De-droite
Gorgoth
Signaler
Gorgoth
A ce propos CkoS_so, est on bien sûr, comme l'assènent certaines personnes bien connues sur ce site, que les gens qui râlent sont forcément ceux qui achètent l'objet de leur courroux ? Non, parce que les gens qui l'ouvrent demeurent nettement minoritaires dans ce médium. Et personnellement, quand un truc me fait râler, je boyc... pardon, je n'achète pas (le boycott n'étant pas vraiment légal en France).
CkoS_so
Signaler
CkoS_so
Tres bon sujet je trouve et tres bien traiter de plus. Quand on voit les joueurs crier au scandale lors de l'annonce des map multi de Call Of et ses meme map se vendrent comme des petits pains.
ACR
Signaler
ACR
Y'a pas à dire, les articles CS que ce soit dans le blog ou sur le site c'est toujours passionnant ! Très bon article que je soutiens même si comme ça a été dit à notre niveau ne pas acheter un jeu qui se vend par palettes ça ne change finalement pas grand chose mais l'idée est là !
EsKa
Signaler
EsKa
Sujet intéressant en effet. Comme l'ont dit plusieurs personnes, nous, développeurs, ne sommes certainement pas les plus à plaindre (oh que non), il existe bien pire conditions de travail. Mais il est vrai que parfois (souvent) les éditeurs ou les dirigeants des studios jouent sur le fait que "vous travaillez dans votre passion" ou bien encore "c'est un honneur pour vous de travailler sur ce projet" pour bien souvent justifier de transformer les employés en de purs esclaves/nolifes...

Ce n'est pas une généralité, mais c'est quand même bien répandu dans l'industrie. Ceci étant principalement du aux deadlines intenables. Et puis, vous avez cité tous quelques jeux qui ont eu droit à une polémique, mais j'en connais un paquet d'autres qui n'ont pas eu cette lumière sur leurs conditions de développement déplorables, que ce soit de grands titres AAA ou de petits titres XBLA.

Comme le disait notamment TriGgeR, il serait certainement plus judicieux de supporter les produits que l'on aime, ce serait plus juste et plus facile également.

Les conditions et les contraintes de travail du développement de jeu vidéo sont les mêmes que n'importe quelle industrie basée sur des projets (cinéma, tv, pub, etc...) et ne sont pas pire que les autres.

Ah oui, un dernier mot, si vous voulez supporter un développeur particulier (quel qu'il soit, indé ou pas), achetez son jeu neuf, au moins il aura un pourcentage car sur l'occasion les développeurs ne touchent absolument rien ;). L'éditeur non plus d'ailleurs.
Gorgoth
Signaler
Gorgoth
Baelheit : le téléchargement n'est pas du vol (où tu soustrais quelque chose à quelqu'un, qui du coup ne peut plus en avoir la jouissance), mais de la contrefaçon (violation des droits d'auteur). C'est très différent, mais c'est tout aussi illégal.

Triger : bah c'est ce que je disais plus haut :P
onix4man
Signaler
onix4man
très bien dit ça TriGger :) +1
TriGgeR
Signaler
TriGgeR
Le hic, c'est que ces jeux que le joueur militant ne va pas acheter, ce sont ces mêmes jeux issus de licences essorées jusqu'à la moelle qui se vendront par millions de toute façon. Je n'ai pas acheté de Call of Duty depuis le 4 (inclus), ça n'a pas empêcher Activision d'en sortir 3 autres depuis.

Même si je suis convaincu qu'il faut ne pas acheter un jeu (ou une console, j'en parlais notamment sur un topic concernant la 3DS et son prix) lorsqu'on est en désaccord avec le développeur/éditeur/fabricant, je pense que c'est surtout acheter un produit pour montrer son support qui est significatif.

Parce qu'à mon avis, 15¤ dans la poche d'un développeur indépendant pèsent bien plus lourd que 70¤ en moins dans celle d'un géant de l'édition.
Baelheit
Signaler
Baelheit
Responsabiliser l'acheteur est primordial. Ceci dit tu vas trop loin sur The Witcher 2, après tout le piratage a quelque chose d'immoral, même si on peut dire qu'on télécharge illégalement pour essayer le jeu, et l'acheter ou pas ensuite, ça reste une forme de vol, même provisoire. Les personnes qui font ça sont de plus marginales, les joueurs PC ont en grande partie pour habitude de télécharger illégalement sans rien payer ensuite.
Vito Corleone
Signaler
Vito Corleone
Sujet ô combien intéressant. Les acheteurs ont leur part de responsabilité quant à la voie qu'emprunte l'industrie. Il ne faut pas pour autant négliger le rôle de l'industrie en elle-même. Les dirigeants des sociétés ont également leur propre vision du marché (Bobby Kotic par exemple) et ne suivent pas seulement les tendances pour décider de ce que sera l'avenir du média. La meilleure façon de prévoir l'avenir est de l'inventer, n'est-ce pas ?

De toute façon, acheter est déjà un renoncement au militantisme. :marx:
OmegaBahamut
Signaler
OmegaBahamut
Parfaitement d'accord avec cet article, je n'ai pas acheté RDR à cause de ça et je favorise toujours ceux qui prennent des risques. U3 par exemple je ne l'achèterai pas car ça sent le GOW à plein nez (même game design sur X épisode).

J'avais des possibilités de travailler dans l'industrie du jeu vidéo mais 8000¤ en moins par an sans parler de l'absence de mutuelle, chèques restaurant, précarité de l'emploi, etc. Le choix a était vite fait. Si je dois développer des jeux, ça sera en indé et en faisant les jeux que j'ai envie de faire plutôt que travailler comme une machine pour rien et pour aucun fun.
Symptome
Signaler
Symptome
Je sens bien que c'est un passionné qui s'exprime, mais je trouve cet article vraiment peu pertinent, car comme ça a été déjà dit, c'est bien la même chose dans tous les secteurs, "métiers passions" ou pas d'ailleurs.
Je ne pense pas que les développeurs de jeu soient la catégorie de salariés la plus à plaindre, donc je ne pense pas trouver plus intelligent à dire que ce qu'a dit Isaeris "défendre l'éthique d'un mec qui ne défend pas la sienne, ça me parait exagéré."
Mikaveli
Signaler
Mikaveli
J'appelle cela les sensible gamers pour les démarquer des coregamers (en général plus conservateurs et collectionneurs). Je rappelle que sensible en anglais veux dire réfléchi et non pas sensible. C'est vrai que joueur réfléchi est une expression qui peut paraître un petit peu prétentieuse mais je n'en ai nullement l'intention.

Perso, ça fait plus d'une décennie que mes achats vidéoludiques sont extrêmement réfléchis. Je privilégie les productions originales et audacieuses au detriment des suites à répétitions et genres de jeux éculés à souhait. Il m'arrive même de boycotter des constructeurs ou éditeurs en raison de leur politique globale. C'est le cas actuellement de Nintendo que je boycotte pour des raisons objectives et qui n'ont rien à voir avec la haine collective actuelle à cause de la Wii. Je n'expose pas ces raisons pour éviter que le fil de discussion ne dérive vers d'autres bords, c'est tout.
isaeris
Signaler
isaeris
Ah mais je sais bien et je ne défends pas ces patrons de boite mais si beaucoup d'employés acceptent ces conditions, c'est peut-être à eux de se demander jusqu'où ils peuvent aller, non? Et il n'y a pas besoin d'aller si loin pour trouver des cas, le travail en grande structure, on est vite un pion (à de rares exceptions près).
kixo
Signaler
kixo
justement isaeris le probleme de ces professions c'est bien le fait que ce soit des "métiers passions", crois moi c'est un argument qui permet beaucoup d'abus qui ne sont pas acceptables.
le fait que les développeurs aiment leur métier n'est pas une raison pour ne pas les rémunérer a leur juste valeur, surtout avec l'exemple de red dead redemption qui a du dégager de sacré bénéfices
isaeris
Signaler
isaeris
Je suis aussi pour l'axe: surveiller ce qu'on achète, genre quand j'achète neuf Muramasa ou Limbo je me dis en effet que j'aide le studio, même à un pourcentage infime, à continuer de produire d'autres jeux de qualité.
Après le consommateur qui achète un jeu de fitness trop cher par rapport à ce qu'il a réellement du couter (hors marketing bien sûr) il s'en fiche qu'on lui en refasse acheter 4 derrière.

Je suis d'accord que regarder sa consommation s'applique à une philosophie de vie; ne pas envoyer à la casse une voiture qui roule bien sous pretexte qu'on a flashé sur le dernier modèle par exemple... acheter via commerce équitable son riz, ses vêtements etc etc...Chacun fait selon ce qu'il pense être le mieux pour vivre dans ce monde.

Mais concernant les employés d'une boite de jeux vidéo... je ne vois pas en quoi le consommateur doit s'en inquiéter plus que l'employé en question, le secteur du jeu vidéo attire des employés passionnés qui acceptent des conditions limites par passion, car ce n'est pas le cas de toutes les boites de jeux vidéo, pourquoi ne pars t'il pas, le secteur est en plein boom...
(loin d'être le cas de tous les secteurs)
Il n'est pas tenu à ce genre de travail (le divertissement) comme s'il n'existait rien d'autre, des structures moins importantes, par exemple, ou plus respectueuses.
Je ne me fais que peu de soucis pour un mec qui a écrit "rockstar san diego: red dead redemption" dans son CV, libre à lui s'il s'en plaint, d'avoir le courage de demander mieux ou de partir, défendre l'éthique d'un mec qui ne défend pas la sienne, ça me parait exagéré. :/
onix4man
Signaler
onix4man
@ Steve Zissou : c'est pas parce que c'est moins pire que c'est vraiment mieux, si?
La meilleure approche c'est d'essayer de faire gaffe à tout ou à défaut de faire gaffe de temps en temps, c'est déjà un début.
Perso j'essaye (parce que je peux me le permettre c'est toujours la même histoire) d'acheter mes jeux neufs pour payer les mecs qui l'ont développé et dans mes courses quelques trucs équitables ou bio. Ca me donne surement meilleure conscience mais je pense aussi qu'il y a une prise de conscience, lente mais en marche. Ca commence toujours par soi-même, ce qui n'est pas étonnant dans nos contrées individualistes, parce que le Bio, dans le fond c'est plus pour sa santé à soi (on imagine) mais en attendant, le résultat est là : les rayons bio s'étoffent et prennent de plus en plus de place dans les grande surface (pas encore aussi grand que le double rayon pour les croquettes certes, mais il y a 10, c'était zéro..) et derrière cet "épanouissement" il y a tout le reste qui en bénéficie (écologie, producteurs etc..)
Ou pas.. :)
tortugenial
Signaler
tortugenial
Bonne réflexions, et j'ai moi même ce genre de réflexion quand j'achète les jeux.
Pour ces raisons j'achéte en priorité les jeux qui sortent de l'ordinaire et qui prennent des risques (sin and punishement, mad world, bayonetta, heavy rain, no more heroes ...) et par conséquent j'ai une pile de jeux encore sous blister qui attendent d'être essayer :)
kixo
Signaler
kixo
c'est bien steve zissou, je vois que tu restes égal a toi meme...
je ne vois pas pourquoi il faudrait dénigrer les abus qu'il peut y avoir dans une profession comme celle de développeur sous prétexte qu'il y a bien pire...
Gorgoth
Signaler
Gorgoth
Je suis très proche de ce genre de "militantisme à billets", Memento, en revanche, plus réaliste (ou moins naïf, sans être aucunement péjoratif), je doute de son efficacité sur le marché du jeu vidéo dans sa globalité (et je ne parle même pas du "marché capitaliste" tout court).

Je m'explique.

Si nous autres, hardcores gamers/passionnés/militants/je_sais_pas_quoi, nous décidons de soutenir un petit jeu indé' plein de passion et d'idée, genre Minecraft (que j'ai acheté malgré l'état catastrophique de mes finances, mais passons), nous auront assez de poids financier pour faire durer l'aventure, et peut-être avoir d'autre productions du même acabit. C'est très bien.

Maintenant, prenons le dernier Call of Duty comme exemple (ou ses grands frères des années HD, qu'à l'image de Red Dead Redemption, je ne possède pas). C'est de la grosse machinerie, du genre broyage cérébral publicitaire et matraquage marketing "t'es dans l'coup qu'si tu l'as". Presque du Hollywood, mais vidéoludique en somme. Dans un tel cas, si les joueurs que j'ai listé précédemment décident, mettons, qu'ils ne veulent pas de ce genre de "glorification de la guerre" et qu'ils n'achètent pas le fameux CoD, et bien ils sont tellement noyés au sein de la masse que du coup, une telle action "militante à billets" n'aurait aucune incidence, ou presque. Et nous aurions quand-même le énième épisode pour l'année suivante, qui lorgnerait encore plus vers les mêmes messages et mécaniques en raison du succès "historique" de son prédécesseur. En gros, ce genre de militantisme ne sert à rien contre les poids lourds, à part à représenter la majorité du marché-cible, ce qui n'est définitivement plus le cas des passionnés.

Du coup, même si j'adhère personnellement à l'idée, je considère que l'argument de l'achat militant, surtout celui que l'on balance à une tierce personne qui n'aime pas quelque chose que tout le monde a approuvé de par son succès, n'est qu'une excuse, une façade, qui permet de donner bonne conscience à celui qui l'assène aux dits mécontents et de tenter de faire croire à ces derniers que non, donner son opinion ne sert à rien, et que seul l'achat que tu effectues compte. Tais-toi et consomme.

Mais n'est-il pas déjà trop tard pour cela aussi ?
fan2jeux
Signaler
fan2jeux
Je bascule de plus en plus dans cette manière de penser
Steve Zissou
Signaler
Steve Zissou
Ridicule cet article.

Les pauvres malheureux développeurs, je me demande ce que l'auteur de cet article porte comme vêtements, s'est-il assuré des conditions de travail des ouvriers chinois ou autres qui ont fabriquer ses habits et autres objets du quotidien MDR

La question de la condition de travail des dev parait bien ridicule en comparaison. Tout le monde s'en branle d'ailleurs, et à raison.
Bernard
Signaler
Bernard
Prendre du recul sur notre statut de consommateur et chercher a lui donner davantage d'épaisseur est toujours une attitude intéressante mais, a mon sens il faut se méfier d'un engagement qui pourrait être déplacé en plus de dégrader notre expérience de joueur.
Je vois deux axes dans cet article : se responsabiliser comme client d'un produit de consommation comme un autre et se responsabiliser par rapport a la manière dont les éditeurs traitent leurs clients. Autant le second objectif est louable, autant le premier pourrait être inutile, voir néfaste.

Je vois mal les joueurs, même les plus passionnés, essayer d'avoir accès aux fiches de salaire de chaque travailleur d'une entreprise et boycotter les jeux qui semblent le fruit d'un travail de programmeurs exploités. Un peu comme le commerce équitable quand on achète son café en fait....
A mon avis, faire peser le poids des conditions de travail sur les épaules du consommateur est une manière d'apaiser sa conscience sans pour autant apporter la moindre solution. Celui qui est payé une misère pour produire du café ou un jeu vidéo ne trouvera pas une meilleure place si le produit n'est pas vendu. Par contre, mettre en lumière des excès de certaines entreprises (comme Rockstar apparemment) peut venir entacher la réputation d'un éditeur.

Bref, ça serait vraiment dommage de se passer de Red Dead Redemption parce qu'on a entendu dire qu'un employé était sous payé ; par contre être révolté par les propos du responsable d'Activision et se jurer de ne jamais acheter leurs produits (moi ça me va, je ne joue pas aux fps) me parait justifié.
Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris