ZeSavage's Blog

ZeSavage's Blog

Par Conk3r Blog créé le 27/02/13 Mis à jour le 31/01/15 à 13h05

Voila un blog sans aucune prétention, je parlerai de tout de ce que j'apprécie en général, c'est à dire de jeu vidéo bien entendu, mais aussi de manga, de musique (plutôt du métal en fait) ... bref mes passions ! J'espère juste que vous passerez un bon moment ici !
Ah, j'oubliais, Yui FTW !!!

Ajouter aux favoris
Signaler
Nouveaux achats (Geekerie)

 

        Bonsoir à toutes et à tous ! Ça faisait une éternité que je n'avais pas posté d'article résumant la quantité non négligeable de bordel video-ludique que j'ai pu amasser ces derniers mois. D'ailleurs, cette rubrique du blog n'a pas été alimentée depuis le mois de Juin. Acte ô combien impardonnable je sais. Vu qu'avoir du temps libre est de plus en plus compliqué à cause de mes études, j'ai préféré allumer la Playstation plutôt que rédiger des articles. Vous ne m'en voudrez pas. Et vous n'avez pas intérêt à le faire de toute façon. Non mais.

Bref, tout ça pour dire qu'il y a pas mal de jeux à présenter aujourd'hui, et que c'est pour cette raison que mes dernières acquisitions hors Jeux Vidéo, telles que les CDs, Mangas & autres bizarreries, feront l'objet d'un futur article. Sinon, cela risquerait d'être trop long à rédiger mais aussi à lire. Et sachant que je suis une grosse pute à like, faire deux posts séparés m'arrange grandement. Mais ne dévions pas du sujet initial, et concentrons-nous plutôt sur les jeux  fraîchement acquis !

 

 

Killer 7 [GameCube] : Un OVNI. Tout simplement. Premier jeu de Suda 51 à fouler le sol européen, Killer 7 transcende les codes du Jeu Vidéo à chaque seconde. Pour faire simple, vous incarnez un tueur à gage schizophrène ainsi que ses 7 autres personnalités, sur un fond de conflit géopolitique opposant le Japon aux USA. Possèdant un gameplay déroutant au possible, une patte artistique de folie et surtout une ambiance génialement malsaine, Killer 7 est une expérience à tenter au moins une fois dans sa vie de joueur.

Muramasa : The Demon Blade [Wii] : La première chose qui frappe quand on lance Muramasa, c'est sa réalisation en 2D tout simplement magnifique. Si on m'avait dit qu'un jour la Wii me mettrait une claque graphique ... Le gameplay est quant à lui assez classique mais efficace : on se retrouve avec un beat'em all maniable avec un zeste de RPG. En effet, vous aurez durant votre quête la possibilité d'engrenger des points de compétences afin de d'acquérir plus d'une centaine de sabres. Chacun d'eux possède une attaque spéciale spécifique, qui s'avérera très utile face aux différents ennemis.

The House of the Dead : Overkill [Wii] : Si vous êtes né comme moi avant la moitié des années 90, il y a de fortes chances que vous ayez déjà joué à un House of The Dead sur borne d'arcade ou sur console Sega. Après une longue traversée du désert, la franchise renaît de ses cendres en 2009 avec la sortie de cet épisode Overkill complètement barré, possèdant un scénario de série Z, des dialogues tellement poétique qui ferait passer South Park pour une émission de TFou et surtout une ambiance kitsch à souhait ! 

 

 

Professeur Layton et le Destin Perdu [Nintendo DS] : Bien qu'ayant auparavant plus ou moins joué aux deux premiers Layton, c'est la première fois que j'achète un opus de cette saga. Disons que je me suis un peu lassé de réquisitionner les cartouches à ma petite cousine. Sisi la famille, aight. Cette troisième aventure de notre détective portatif préféré ne change en rien la formule des précédents épisodes ... et on ne va pas s'en plaindre tellement la mécanique est bien huilée.

Flower, Sun & Rain [Nintendo DS] : Pour vous dire la vérité, j'ai pris ce jeu uniquement à cause du nom de son créateur : Suda 51. Oui encore lui. Non pas que je sois un fanboy du gonze, mais ses productions ont le don d'attirer ma curiosité. Vous incarnez Mondo, un détective bloqué sur un île nommée LostPass, théâtre de mystérieux évènements. Basé sur la résolution d'énigmes, FSR est un pur produit Grasshopper : complètement décalé et qui ne plaira sûrement pas à tout le monde.

 

 

 

Quake 64 [Nintendo 64] : Du bon vieux FPS comme on en fait plus ! Ayant rapidement acquis une certaine notoriété sur PC, Quake s'est logiquement vu adapté sur de nombreuses consoles, dont la N64. Possédant moins de niveaux ainsi qu'une résolution moindre, ce portage ne s'est pas fait sans sacrifices. Mais le gameplay est toujours aussi nerveux et la jouabilité est étonnamment loin d'être mauvaise. Par contre, la difficulté pourra en rebuter plus d'un ... et faire plaisir aux autres.

Donkey Kong 64 [Nintendo 64] : Après avoir réalisé trois excellents épisodes de Donkey Kong Country sur Super Nintendo, Rare a tenté réaliser une maneuvre pour le moins complexe : adapter un très bon jeu 2D en un très bon jeu 3D. Non, ne me regardes pas comme ça Bubsy. Et sans surprise, le studio anglais nous ressort une fois de plus une perle vidéo-ludique. La grosse nouveauté est que l'on peut dorénavant diriger 5 personnages différents, chacun ayant leurs propres spécificités. Servi par des graphismes de toute bôôôté, d'une jouabilité au poil ainsi que d'une durée de vie conséquente, DK 64 est un must-have de la console.

 

 

Tony Hawk's Proskateboarding [Nintendo 64] : Un nom qui rapellera sûrement des souvenirs à tout les gamers nés dans les années 90 ! Unique en son genre lors de sa sortie en 1999, ce tout premier Tony Hawk ProSkater incarnait le parfait mélange entre simulation et fun. Ce portage sur Nintendo 64 est un peu plus joli mais aussi plus fluide que la version Playstation, et réussi l'exploit de conserver la même OST, regroupant des titres de Suicidal Tendencies, Primus, Dead Kennedys ... Du gros son dans cette petit cartouche !

Extreme G [Nintendo 64] : Sorti en tout début de vie de la console, Extreme-G avait fait sensation à l'époque grâce à sa fluidité ainsi qu'à sa vitesse plus qu'appréciable. Il reprend quelques éléments de Wipeout, notamment le système d'armement de votre moto. Pour y avoir joué une petite heure, la maniabilité m'est apparue un peu trop rigide et ses graphismes ont tout de même assez mal vieilli. Le jeu est loin d'être mauvais pour autant, mais il ne tient pas la route face à F-Zero X ou même à Wipeout 64.

 

 

inFamous 2 [Playstation 3] : Après avoir fini à 100 % le premier inFamous il y a quelques années, je me suis enfin décidé à acheter sa suite ! Reprenant directement là où s'était arrêté le précédent épisode, on retrouve avec plaisir ce bon vieux Cole McGrath, qui va devoir une nouvelle fois utiliser ces super-pouvoirs pour arriver à ses fins. Beaucoup de capacités sont à débloquer et la gestion de votre Karma est bien mieux intégrée que dans le premier épisode. Seul le scénario me parait un peu moins poussé qu'auparavant.

Naruto Ultimate Ninja Storm 2 [Playstation 3] : J'imagine qu'il n'y a plus besoin de présenter le plus célèbre des ninjas blondinets. Après avoir sorti un premier Ultimate Storm très convaincant sur PS3, CyberConnect 2 remet le couvert avec ce deuxième volet qui surpasse son aînée dans tous les domaines. Plus beau et offrant bien plus de contenu, le jeu implémente surtout pour la première fois dans la série le jeu Online. On pourra juste lui reprocher un gameplay peu trop "simpliste".

 

 

Yakuza 4 [Playstation 3] :  S'il y a bien une série que j'affectionne tout particulièrement depuis quelques années, c'est bien celle des Yakuza. Offrant un parfait mix entre Action/Aventure et Beat'em all, les différents épisodes de cette saga ont sû s'imposer comme des valeurs sûres. L'une des grosses nouveautés de ce Yakuza 4 est l'implémentation de 3 nouveaux personnages jouables, afin d'étoffer et diversifier le scénario du jeu. Il ne reste plus qu'à trouver du temps libre pour y jouer à fond !

Yakuza Dead Souls [Playstation 3] : Il n'y a pas si longtemps, les zombies étaient revenus à la mode, touchant tout les médias possibles : série TV, jeux, cinéma ... Cela a pu donner de très bons jeux (Red Dead Redemption : Undead Nightmare) et d'autres un peu moins bon. Comme ce Yakuza Dead Souls notamment. Nous sommes en face d'un TPS sans grande originalité, qui n'est sauvé que par son univers et ses personnages. Mélanger Yakuza et Zombies était tout sauf une bonné idée.

 

 

Pursuite Force : Extreme Justice [Playstation Portable] : Exclusif à la portable de Sony, ce deuxième épisode de Pursuite Force nous vous laissera pas une seule minute de répit. Alternant avec brio les phases en véhicules et à pied (sous forme de TPS), ce défouloir numérique possède comme originalité de nous laisser l'opportunité de sauter à n'importe quelle moment de votre voiture pour prendre le volant d'une autre ! Un très bon jeu d'action à posséder si vous avez encore une PSP.

Oddworld : Munch Oddysee [Xbox] : Après deux magnifiques épisodes sur Playstation 1, le série revient sur le devant de la scène lors de la sortie de la première Xbox. Les deux plus gros changements opérés sont certainement le passage à la 3D et l'ajout d'un tout nouveau personnage : Munch. Celui-ci peut envoyer des décharges électriques mais en contrepartie il avancera moins vite qu'Abe. Les deux personnages sont switchables à volonté. Bien que la jouabilité ne soit pas assez précise, l'univers et surtout l'humour des OddWorld restent ici intacts. 

Project Zero [Xbox] : Lorsqu'on parle de Survival Horror, on pense directement à deux titres : Resident Evil et Silent Hill. Mais il ne faudrait pas non plus oublier la série de Project Zero (ou Fatal Frame) qui est selon moi bien plus flippante. Car ici vous n'avez aucun flingue pour vous défendre, non, vous n'êtes qu'une frêle demoiselle ne possèdant qu'un appareil photo capable "d'emprisonner" les esprits. Servi par une réalisation léchée et surtout une ambiance maitrisée, Project Zero devrait vous faire sursauter de nombreuses fois.

 

 

Gears of War 2 Edition Limitée [Xbox 360] : Véritable concentré de muscles, de guns et de virilité,  la saga de Cliff Bleszinski truste parmi les meilleurs moyens de se défouler sans trop réfléchir. Sans réfléchir du tout même. Ce deuxième épisode reste dans la lignée du premier , tout en améliorant la formule en général. Plus beau, plus long, plus bourrin, ce Gears of War 2 est pour beaucoup le meilleur de la saga.

Killer is Dead Edition Limitée [Xbox 360] : OUI JE SAIS. ENCORE DU SUDA 51. Mais je voulais voir de quoi il en retournait, sachant qu'il était bien parti pour être la suite spirituelle de Killer 7 : le style graphique, la présence du mot "Killer" ... Et bien, sachez que ce n'est pas du tout le cas. On se retrouve avec un Beat'em All complètement barré mais à la qualité très inégale. Assez chiant au début, le jeu ne devient vraiment bon que dans la dernière moitié du jeu, une fois que vous aurez assez upgradé Mondo, le personnage princpal. Et que dire des missions Gigolos qui sont ... clairement dispensables. Reste une difficulté qui pourra faire plaisir aux acharnés du pad.

Deux EX [PC] : Connu comme étant l'un des meilleurs jeux de tout les temps, j'ai réussi à trouver un exemplaire de l'antique Deus Ex premier du nom, pour la modique somme d'un euro. Sans trop réfléchir à la compatiblité avec Windows 7, malin comme je suis. Quelques patchs plus tard, le jeu tourne sans aucun problème ... reste plus qu'à trouver le temps d'y jouer ! Vu comment est continuellement acclamé le bébé de Warren Spector, j'espère ne pas être deçu ...

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Sélections Musicales (Musique)

         

    Bonsoir à toutes et à tous ! Nous sommes en Décembre, à quelques jours de Noël et s'il vous arrive des fois de sortir de votre tanière, vous aurez peut-être remarqué qu'on se les caille sévère dehors. Et c'est pourquoi je vous propose ce soir de revenir sur un groupe mythique qui va sûrement vous réchauffer par son énergie et sa folie. L'année dernière, j'avais déjà rédigé un article sur le tout premier album de KoRn, un des disques fondateurs du Nu-Metal. Parlons à présent de leurs "petits-frères spirituels" : Slipknot !

 

 

Si comme moi vous êtes né à l'aube des années 90, il y a de fortes chances que vous ayez déjà écouté (pas forcément de votre plein gré) Slipknot durant vos années collèges/lycée. C'est grâce à mes cousins, alors friand de Nu-Metal, que j'ai pu découvrir le groupe. Mon premier contact avec le groupe fut ... compliqué on va dire. Bien plus qu'avec KoRn. Il faut dire que j'étais à ce moment-là en plein dans ma période Gorillaz ... Mais à force de se repasser quelques uns de leurs morceaux, on commence à s'y faire et même à prendre goût à ce festival de bourrinage instrumental et vocal !

Mais revenons un peu sur l'histoire de cette bande de psychopathes masqués. Formé en 1995, à Des Moines (Iowa), Slipknot sort sa toute première démo Mate.Feed.Kill.Repeat durant Halloween 1996. Le groupe jouait à cette époque dans un style radicalement différent d'aujourd'hui. En effet, il s'agissait de Metal Expérimental, mixant du Heavy Metal avec quelques touches de Funk, Rap et Jazz ! Le line-up aussi n'était pas le même, le poste de chanteur étant alors assuré par un certain Anders Colsefni. En effet, Corey Taylor ne sera intégré dans Slipknot que quelques mois plus tard, d'abord pour épauler, puis pour remplacer Anders.

 

 

C'est en 1999 que Slipknot se décide à sortir son tout premier album éponyme avec Ross Robinson au commande, le bonhomme ayant auparavant fait un travail remarquable avec KoRn. Il en résulte un son vraiment particulier, très brut et rageur, vraiment plaisant à écouter. Rappelons tout de même que Slipknot possède comme spécificité de posséder neufs membres : Deux guitaristes, un batteur, un bassiste, deux percussionnistes, un chanteur sans oublier deux DJs. Arriver à mettre de l'ordre dans cette cohue musicale n'a pas dû être chose aisée !

Slipknot se démarque tout de suite de la concurrence par son agressivité musicale, ça joue vite et fort. Très fort même. Les deux guitares bien sous-accordées de Mick Thomson et Jim Root enchaînent les gros riffs, accompagnées par la basse peut-être un peu trop discrète de Paul Gray. La partie percussion, assurée par l'excellent Joey Jordison, ainsi que par les deux autres tarés que sont Clown et Chris, est l'un des piliers de l'album grâce à sa puissance et sa complexité. Corey Taylor s'en sort très bien au chant, pouvant aisément alterner entre screams, chants clairs et même quelques parties rap. Et n'oublions pas Sid et 133Hz, respectivement aux platines et aux samples, donnant un cachet "Indu'" à l'album, bien sympathique.

 

Premier titre de l'album, (SIC) fait parti des classiques de Slipknot, au même titre que Blind pour KoRn. Mélangeant brillamment riffs efficaces, rythme effréné et chant ultra énergique, cette chanson est un peu le condensé de ce que peut offrir de mieux le groupe. Sans parler de ses quelques passages d'anthologie tels que "Here comes the pain !" ou encore "You can't kill me cause I'm already inside you", qui font de (SIC) le réveil idéal des lendemains de soirées.

 

C'est probablement la deuxième chanson que préfère sur ce premier album ! Un des gros points forts de Wait & Bleed est sans conteste l'alternance entre les chants clairs et ceux nettement plus metal, que nous offre Corey Taylor. Il y a vraiment une sorte d'ambiance ... crade qui ressort de ce titre, surtout lors du refrain. Le clip retranscrit d'ailleurs très bien ce sentiment, avec ces petites poupées glauques tout droit sorti d'un cauchemar.

 

Passons à une chanson qui restée longtemps méconnue du grand public. En effet, Purity n'est apparue que sur les toutes premières éditions de 1999 ainsi que sur la réédition de 2009 du premier album, à cause d'une sombre histoire de droit ... Ce qui est vraiment dommage car il s'agit tout simplement de la meilleure chanson du disque ! Aussi malsaine que Wait & Bleed, avec un tempo plus lent, des guitares plus puissantes et un refrain mémorable, Purity est clairement une réussite.

 

On finit cet article en "douceur" avec la démentielle Spit It Out, qui retranscrit de manière assez fidèle la folie du groupe. Probablement le titre le plus Nu-Metal de l'album, la chanson sort du lot par sa partie instrumentale déroutante, le côté assez rap du chant ... et surtout par le dernier tiers de la chanson qui est PUTAIN DE SURPUISSANT. S'il y a bien un morceau du groupe que j'aurai aimé voir en live, c'est bien celui-ci !

 

Avec ce premier album, Slikpnot donnera un bon gros coup de pied au cul à la scene Metal, qui s'était un peu endormie sur ses lauriers à la fin des années 90. On a souvent comparé à tort le groupe à KoRn, Limp Bizkit et autres Deftones à cause de leur image Nu-Metal, bien que leurs influences soient plus proches du Heavy, du Thrash voire même du Black Metal. Il est juste dommage que Slipknot fût rapidement catégorisé comme "groupe pour pré-adolescents", car leurs concerts étaient loin d'être une cour de récréation.

Car oui, bien que ce CD soit une franche réussite en général, Slipknot se savourait à l'époque surtout en live, où ils assuraient très souvent le spectacle. Avoir neufs tarés sur la même scène n'a forcement pas le même effet qu'un concert d'André Rieu, vous l'aurez deviné. On se souviendra surtout des mythiques Suicide-Jump de Sid ! Pour leur album suivant, le cultissimeIowa, Slipknot utilisera la même recette que précédemment, en encore plus violent, mieux produit ... bref en plus Slipknot en somme ! Mais je reviendrai dessus un autre jour sûrement.

 

 

C'est tout pour ce soir les gens, j'essaierai de poster d'autres articles durant la fin du mois de Décembre si j'ai un peu de temps. On se quitte sur ces belles paroles de Surfacing, qui définissent de fort belle manière la philosophie générale de Slipknot : 

 

Fuck it all ! Fuck this world ! Fuck everything that you stand for !

 

Stay (sic) ...

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

     
Signaler
Nouveaux achats (Jeu vidéo)

         

       Mon dieu, un mois que je n'avais pas du tout mis à jour le blog ... 'Va vraiment falloir que je m'y remette sérieusement ! Si je reprends la plume ce soir, c'est pour vous parler d'un projet Kickstarter, débuté il y a seulement quelques jours et qui pourrait sûrement en intéresser plus d'un ici : la traduction officielle (en anglais) d'un des chefs d'oeuvres vidéoludiques du studio japonais Key : Clannad ! Si vous connaissez déjà la franchise, ce qu'est un Visual Novel et que vous vous démerdez en anglais, allez de suite sur le Kickstarter de la Sekai Project ICI. Sinon pour les autres, une petite séance de rattrapage s'impose !

 

 

Plus connu sous nos latitudes grâce à son excellente adaptation en animé par le studio Kyoto Animation (Haruhi, Lucky Star, K-On ...), Clannad est en fait à la base un jeu vidéo ... un Visual Novel pour être plus précis. Pour ceux n'ayant jamais entendu ce terme, il désigne un genre de jeu assez particulier et très populaire au Japon, uniquement basé sur le texte et non sur le gameplay. En gros, il s'agit d'un roman interactif où vous devrez cliquer pour avancer dans les dialogues (très souvent doublés) accompagnés d'artworks et d'un fond musical. La plupart du temps, des choix seront à effectuer à certains moments et pourront directement influencer la fin du jeu. Si vous avez du mal à vous imaginer tout ceci, voici une petite vidéo d'un autre titre de Key, Little Busters, afin de vous montrer comment tout cela fonctionne.

 

    

 Quelques captures d'écran de la FanTrad.

 

Clannad vous met dans la peau du jeune Okazaki Tomoya, un étudiant japonais au tempérament sulfureux et plutôt je-m'en-foutiste. Son meilleur ami, Sunohara, ne vaut guère mieux vu sa capacité à se mettre dans des situations invraisemblables à force de vouloir se battre avec n'importe qui. Menant alors une vie assez monotone au point de détester sa ville natale, Tomoya fera la rencontre fortuite de la charmate mais frêle Nagisa, avec qui il se liera d'amitié par la suite.

Il fera la connaissance d'autres protagonistes, notamment féminins, au fur et à mesure de l'avancée du scénario. Le jeu est en fait décomposé en deux parties : School Life, qui se concentre sur les années lycées des personnages, d'une manière assez classique mais non moins efficace, puis After Story, qui est probablement LA raison de la renommée du jeu (et accessoirement de l'animé). Mais je ne vous en dirai pas plus !

 

Présentation des 5 personnages principaux (en dehors de Tomoya). Cliquez pour agrandir !

 

Sorti pour la première fois sur PC le 28 Mai 2004, Clannad a connu de nombreux portages sur consoles : PlayStation 2, PSP, Xbox 360, PlayStation 3, Playstation Vita et même sur de nombreux téléphones portables ! Malheureusement, aucune de ses versions n'est sortie des frontières nippones. Vous pourrez bien entendu trouver très facilement sur Internet des fantrads (anglaise et même française), c'est à dire des traductions effectuées par des fans, et cela sans débourser un seul denier.

Sauf que, outre le fait que ce soit loin d'être légal, la traduction peut s'avérer facilement bancale quand le travail est bâclé. En effet, plus que dans n'importe quelle langue, la mal-compréhension d'un kanji japonais peut complètement changer le sens d'une phrase ! Sans parler du fait que certains softs peuvent prendre plusieurs années à être traduits ...

Et c'est là que rentre en jeu la Sekai Project ! Petite start-up basée à Los Angeles, la Sekai Project s'est faite connaître pour avoir traduit officiellement de nombreux Visual Novel en anglais, certains étant même disponibles sur Steam. Forcément, les jeux sont maintenant payants mais les traductions sont ici de qualité. Et c'est un peu un acte militant, comme dirait notre grand gourou à lunettes transpirant la passion à tout va ...

 

 

La Sekai Project avait déjà traduit pour Key le très court mais non moins excellent Planetarian (que je vous recommande chaudement), et au vu du succès de ce dernier sur Steam, il était presque normal que les deux entreprises retravaillent de nouveau ensemble. Annoncé officiellement il y a de cela quelques mois, le KickStarter pour la traduction de Clannad a été lancé il n'y a même pas une semaine avec comme but principal de récolter la somme conséquente de 140.000 dollars ! Et ... comment dire ... C'est déjà un putain de succès ! En effet, rien que la première journée a permis d'atteindre plus de 150.000 $ ! 

  

  Statut du projet au 15 Novembre 2014.

 

Comme dans toute campagne KickStarter, vous pourrez bénéficier de récompenses suivant le montant de votre don. Pour pré-commander la version Steam (donc dématérialisée) de Clannad, il vous faudra débourser pas moins de 40 dollars. Si par contre, vous désirez recevoir la version physique du jeu, en tout point identique à la First Print japonaise, cela vous coûtera 50 dollars. 

Sachez par contre que vous ne pourrez commander cette dernière version seulement durant la campagne KickStarter, donc c'est maintenant ou jamais ! Bien sûr, rien ne vous empêche de dépenser plus afin d'avoir de plus grandes récompenses. Voici un récapitulatif de ces dernières :

 

 

À noter qu'il faudra rajouter 10 dollars de frais de ports pour les version physiques, ce qui donne au final un prix équivalent aux version dématérialisées, avec le même contenu. Et n'oubliez pas de faire la conversion dollar <-> euro pour vraiment vous donner une idée du prix, 50 dollars équivalent 40 euros par exemple ... Pour ma part, j'ai été assez rapide pour me prendre la version Early Bird, limitée à seulement 250 exemplaires. Quant à savoir ce qu'il y a en plus par rapport à la version normale, je n'en sais strictement rien. MAIS JE M'EN FOUS, J'AI LA VERSION LIMITÉE ! Un système d'Add-Ons a aussi été mis en place afin de "personnaliser" votre Pack de récompenses.

D'ailleurs, comme dit plus haut, l'ensemble des versions physiques reprendront le contenu de la First Print, à savoir : un fanbook de 80 pages, un CD reprenant des réarrangements de l'OST ... et le jeu, obviously. À noter que la Sekai Project travaille sur la version Full-Voice du jeu, bien plus complète que la version originale : tous les personnages sont doublés (sauf Tomoya, le protagoniste principal), et de nombreux rajouts ont été faits au niveau du contenu. Par contre, le doublage restera en japonais.

Enfin, suivant le montant final récolté, les scénarios additionnels des versions PS3/PSVita pourront être rajoutés, on parle aussi de porter les jeux sur consoles. 50 % des recettes de cette campagne seront investi dans le doublage (il faut payer les licenses ...), la création des boites et goodies ainsi qu'une partie des frais de port, 40 % iront dans la traduction et l'édition, tandis que les 10 % restant seront pour KickStarter.

 

La version First Print Japonaise, bien classe quand même ! 

 

Bon, je pense vous avoir présenté globalement et de manière assez complète ce projet qui m'a vraiment hypé. Ah oui, par contre il faudra être patient : les livraisons sont prévues pour Octobre 2015 ! Mais vu la quantité de travail à effectuer au niveau de la traduction (Il y a juste 1.35 millions de caractères à traduire, easy ...), ce n'est pas si long que ça. Si cela vous intéresse, vous pouvez donc participer à cette campagne KickStarter en cliquant ICI !

Par contre si vous voulez seulement découvrir l'excellente adaption en animé de Clannd, je vous redirige vers la très bonne critique de l'ami Onink ! Si vous avez des questions ou des remarques, n'hésitez pas à les poster en commentaires, les retours sont toujours les bienvenus !

 

See you, Space Cowboys !

Voir aussi

Jeux : 
Clannad
Plateformes : 
PC
Sociétés : 
Key
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Vidéothèque (Jeu vidéo)

 

 

Bonjour à tous et bienvenue dans le coin vidéo de Game One !

 

  • Vous trouverez sur ce post, qui sera souvent mis à jour, à peu près toutes les vidéos trouvables de la chaîne sur le net, sachant que de nombreux fans ont eu l'excellente idée d'enregistrer les émissions sur VHS. 
  • Néanmoins, les Level One arriveront plus tard et sur un autre post sachant qu'il y en a beaucoup, la majeure partie datant de l'époque Marcus.
  • Les vidéos sont classées par nom d'émission pour que le post soit agréable à lire ET facile à utiliser. Lorsqu'il y aura des mises à jour, je mettrai un [NEW] à côté des nouvelles vidéos.
  • Si des liens sont morts, merci de le signaler en commentaire, j'ai toutes les vidéos sur mon DD, je les remettrai en ligne.
  • Enfin, comme je l'ai dit plus haut, je mettrai l'article à jour des fois donc pour l'instant c'est inutile de me proposer des vidéos SAUF si elles viennent de votre collection personnelle, là je suis preneur ! Je n'ai pas mis toutes les vidéos dont je connais l'existance, mais je pense que vous avez déjà de quoi faire avec ce que je vous ai mis !
  • Aussi je cherche le musique d'un clip qu'il passait à l'époque : c'était un jeu d'avion qui, après recherches, pourrait être Crimsons Skies. La musique quant à elle était bien rock.

 

48 Heures avec Arnaud Saint Martin [ 1 ; 2 ; 3 ; 4

48 Heures avec Pierre Esteve [ 1 ; 2 ; 3 ; 4

 

 Les Demo-Makers [NEW] 

 

1080° Snowboarding 

Angel Mix

Bio Hazard : Code Veronica

Burnout 3 : Takedown 

CastleVania + Silver + Test Blairwitch 3  

Compil' Dreamcast

Crash Bandicoot Mix 

Da PS2 Mix [NEW] 

Dead Or Alive

Devil May Cry

F-Zero X

Final Fantasy VII 

Final Fantasy VIII

Final Fantasy IX 

 Ghosts In The Shell 

Girls Mix

Gungrave 

Ico

Marvel Super Heroes vs Street Fighter [NEW] 

Metal Gear Solid [NEW] 

Mr. Bones

Namie Amuro

Oddworld Abe's Odyssey

Phantasy Star Online

Quake III Arena [NEW] 

Rival School

Riven

Silent Hill 2

Skies Of Arcadia

Sonic CD

Soul Calibur

Stuntman 

The Bouncer

Valkyrie Profile 

Zelda : Majora's Mask 

Zelda : Ocarina Of Time 

Zombie Revenge

Zone Of The Enders : The Second Runner 

 

Avant-dernier Dawa 

Bande-Annonce (Mai 2001) [NEW] 

Confessionnal [ 1 ; 2 ; 3 ]

Coulisses de l'émission [ 1 ; 2 ]

Didou Dance

Dawa 1

Dawa 2 [ Part 1 ; Part 2 ]

Dawa Academy

En attendant Dawa

La Cuillète

Présentation de l'émission sur C+

Vous aimez Jean Pascal ?

 


30 ans d'Arcade

Game Music 

L'Histoire du Fighting Game [NEW] 

L'histoire des Shoot'em Up

La Saga Miyamoto

Reportage sur la sortie de la GBA au Japon

Reportage sur Final Fantasy XII 

 

Ghost In The Shell : The Game [NEW] 

Les Jeux de Stratégie [NEW] 

 

 

Game One Arena sur Mario Kart Double Dash 

 

 

Astuces Goldeneye : 007 

Astuces Rainbow 6 

Astuces Red Neck Rampage Rides Again 

Astuces Zelda : Ocarina Of Time 

Best-Of de 1998 

Preview de plusieurs jeux

Preview de R-Type Delta 

Reportage sur la Dreamcast [ 1 ; 2

Test d'Half-Life 

Test de Super Pang Collection, Bomberman World et F1 World GP 

Test de Wild 9 

 


Alain Chabat et les Pokémons

Au revoir Marc !

Best Of (2004) [ Part 1 ; Part 2 ]

Blague de Julie

E3 2002 

E3 2005 Conférence de Sony [NEW]

Extrait Collectionneur Resident Evil 2

Extrait de 2000

Extrait Décembre de 2000

Game Zone de 2001

Game Zone de Décembre 2001 [ Part 1 ; Part 2 ; Part 3 ]

Rediffs (2001) + Bonus [ Part 1 ; Part 2 ; Part 3 ; Part 4 ; Part 5 ]

Game Zone de 2003

Jêrome, fan de Game One

Julien C teste Resident Evil 4

Les Clones de Doom [NEW]

Making Of du premier générique

Marcus se rase en Direct

Passage du groupe Romanesque

Preview Guitars Freaks 3rd Mix

Preview Half-Life Playstation 2 [NEW]

Reportage Akihabara [NEW]

Reportage France Five

Retour sur l'histoire de Nintendo 

Rubrique Web de Septembre 2000 + Pubs

Spéciale E3 2004 [ 17/05 Matin - 17/05 Soir - 18/05 Matin - 18/05 Soir - 19/05 Matin - 19/05 Soir - 20/05 Matin - 20/05 Soir - 21/05 Matin - 21/05 Soir - 24/05 Matin - 24/05 Soir - 27/05 Soir - 28/05 Matin -28/05 Soir - 29/05 Matin - 30/05 Matin - 30/05 Soir - 31/05 Soir[NEW]

Spéciale PC Engine  [ Part 1 ; Part 2 ]

Spéciale Shoot'em Up [ Part 1 ; Part 2 ]

Spéciale Slient Hill 2

Sortie de la Playstation 2 en France 

Test d'accessoires avec Juliette et Bertrand 

 Test Import BioHazard (Resident Evil GC) 

Test Metal Gear Sold 2 : Substance [NEW]

Test Power Rangers N64 [NEW]

Test Red Faction [NEW]

Test Quake III Arena [NEW]

 


Extrait Spécial Japon

Finale Mario Kart Super Circuit (GBA)

L'histoire des consoles [ Part 1 ; Part 2 ; Part 3 ; Part 4 ; Part 5 ]

Spécial Phantasy Star Online

 


Démos de l'Atari ST

Emission avec Speedball 2, Vendetta, Double Dragon 

Emission n°44 avec Super Mario Bros, Sonic 

Interview Croisé de Jean et Alex [NEW]

Making Of : Saisie des Jeux [NEW]

 

      Soirée Nadia & le secret de l'eau bleue :

Nuit 1 [ 1 ; 2 ; 3 ; 4 ]

Nuit 2 [ 1 ; 2 ; 3 ; 4 ]

Nuit 3 [ 1 ; 2 ; 3 ; 4 ]

Nuit 4 [ 1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5 ]

{ Remise des liens prochainement, désolé }

 

 

Série limitée de 2001

 


Extrait de la dernière émission (avec Arnaud et Marcus) 

Les héroïnes en général

Les héros au Japon

Tart'Up de 2000

Teaser [NEW]

 

 News + Dossier Colin Mc Rae 

 

Pilote

@Game One 1

 

Autres

Bande-Annonce Edgar : le Cambrioleur-Voleur [NEW]

Bande-Annonce Game One (Avec voix anglaise)

Bande-Annonce Game One 1998 - 2002

Bande-Annonce Game Zone 1

Bande-Annonce Game Zone 2

Bande-Annonce Game Zone & Tart'Up

Bande-Annonce Les Incontournables de l'été

Bande-Annonce Mémoire Vive 

Bande-Annonce News Express [NEW]

Bande-Annonce Robotech [NEW]

Bande-Annonce Rentrée 2001

Bande-Annonce Rentrée Game Zone 2001

Exclu mondiale d'Avril 2000 : la Nintendo Dolphin

Film amateur

Générique : Game Zone (2) ; Sound Test ; 

Jingle Surprise Goldorak [NEW]

Les Incontournables de l'été : Sonic [+ Bétiser]

Marcus Présente les News d'Alex [NEW]

MicroFilm : Court-Métrage Counter Strike [NEW]

Premières minutes de la chaîne

Présentation de la chaîne sur C+

Présentation Level One sur C+

Pitch sur C+ [NEW]

Pub

Pub & Bande-Annonce

Pub Dawa

 

Ajouter à mes favoris Commenter (21)

Signaler
Ma p'tite collection (Musique)

       

       Bonsoir à toutes et à tous, aujourd'hui je vais vous présenter une autre des quelques collections que je possède : mes vinyles 33 et 45 tours ! On pourra d'ailleurs remarquer que ce support est dernièrement revenu à la mode, ce qui est un paradoxe quand on connait l'état de l'industrie du disque ... Mais laissons de côté les problèmes économiques pour plutôt nous concentrer sur ces vieilleries dont les hispters raffolent aujourd'hui.

 

 

Certains se poseront vraisemblablement des questions quant à l'utilité de collectionner ces reliques technologiques d'un autre temps, à l'ère du numérique. Surtout qu'aujourd'hui, de plus en plus d'artistes proposent leurs morceaux en .FLAC, un format audio sans aucune perte de qualité (contrairement au .MP3) . Premièrement, l'objet lui-même. Une pochette de vinyle, ça a juste de la gueule, quoi. C'est bien plus grand et souvent mieux imprimé, ce qui donne en général de bien plus belles couvertures. Il suffit de penser à celles d'Iron Maiden, comme par exemple PowerSlave et surtout Somewhere in Time qui sont remplies de références. Bonne chance pour voir ces détails sur les versions CD !

Quant au son, il est bien meilleur sur de nombreux points : aucune compression, échantillonnage plus important, spectre sonore plus large ... Encore faut-il que la platine soit de bonne qualité et surtout que le vinyle soit bien entretenu ! Mais il y a déjà moyen d'entendre quelques différences avec un matos de base, notamment au niveau des aïgus. Personellement j'utilise chez moi une platine très moyenne couplée avec ma chaîne hi-fi histoire d'ajouter un peu de basse, et le résultat est déjà pas mal. Mais rien à voir avec du haut de gamme comme j'ai pu tester chez ma grand-mère, où la qualité du son est largement un cran au-dessus ! Mais bon, je ne vais pas non plus vous vanter les mérites de ce support pendant deux heures, place aux photos, boudiou !

 

 

On trouve tout d'abord cet EP d'I'm The Man d'Anthrax, qui est d'ailleurs considérée comme un des tout premiers morceaux mélangeant Rap et Thrash Metal ! Quelques titres lives sont de la partie, ainsi qu'une excellente reprise de Sabbath Bloody Sabbath. On retrouve ensuite Exodus de Bob Marley & the Wailers, pas besoin de vous le présenter je pense, du bon Reggae à écouter en fin de soirée avec Marie-Jeanne ... Juste à côté, se trouve The Fire and The Wind du groupe Demoniac, qui couple ici avec succès Black Metal et Power Metal. Tout simplement un de mes albums préférés.

Pour l'anecdote, après le départ du chanteur, la formation changera de style et de nom pour jouer uniquement du Power sous le nom de DragonHeart puis de ... DragonForce ! Et en ce qui concerne la pochette, il s'agit tout simplement du guitariste en train de s'accoupler tout en buvant une bière et en faisant un doigt d'honneur. La Base. En dessous, on retrouve Pyromania de Def Leppard, du bon Heavy Metal à l'ancienne ! À ses côtés, dans un style radicalement différent, un petit EP de Fat Joe contenant plusieurs versions de What's Luv ? Honnêtement, je ne sais même plus pourquoi je l'ai acheté celui-là ...

 

 

Passons maintenant à ma partie KoRn ! Grand fan du quintet de Bakersfield, j'étais tombé il y a quelques années sur une personne mettant en vente toute sa collection de vinyle du groupe à petit prix : j'avais alors sauté sur l'occasion. Il s'agit en fait de 33 tours en édition assez limitée contenant plusieurs remixs (à la qualité assez variable) de leurs meilleurs chansons telles que Children of the KoRnGot The Life (le tout sur un magnifique vinyle vert transparent), Freak On A Leash (qui est excellent), Good God, A.D.I.D.A.S. et Here to Stay.

Les deux vinyles L.A.P.D. (l'E.P. éponyme ainsi que l'album Who's Laughing ?) font eux aussi partie de cette même partie (bien qu'ils furent achetés ailleurs). En effet, sous ces 4 initiales (signifiant Love And Peace Dude, puis plus tard Laughing As People Dies) se cache le tout premier groupe réunissant Munky (guitare), Fieldy (Basse), et D.Silviera (Batterie) qui formeront quelques années plus tard ... vous l'aurez devinez ... KoRn ! J'avais déjà écrit un post sur eux il y a quelques années sur mon ancien blog.

 

 

Probablement un des meilleurs albums de Thrash Metal sorti à ce jour, Rust In Peace de Megadeth fait clairement partie de mes 33 tours préférés. Aucune chanson à jeter, une énergie débordante, un Mustaine au meilleur de sa forme niveau chant et composition... bref une tuerie absolue. À côté se trouve Feel the Darkness de Poison Idea, un incontournable pour ceux aimant le Punk Hardcore, Pantera reprendra même une de leurs chansons !

Tout premier album de Racer X, Street Lethal est un petit bijou du Heavy Speed Metal mené le génial Paul Gilbert, un des meilleurs guitaristes des années 80/90. Si vous avez déjà joué à Brutal Legendcette chanson devrait sûrement vous parler ... Autre très bon album à écouter si vous aimez le Punk bien puissant, Jesus Meet The Stupids des Stupids, fait partie de ces L.P. qui n'ont malheureusement pas connu le succès qu'il méritait.

 

 

Nous arrivons maintenant à la dernière partie de cette collection. Loin d'être le plus connu ni le plus apprécié de ses albums, Marathon de Santana reste vraiment sympa à écouter même si ce n'est pas l'œuvre du siècle. On passe ensuite à deux monstres du Hard Rock : Van Halen I et Van Halen II ! Deux albums incroyablement bien composés à écouter d'urgence, même si vous n'êtes pas un habitué du genre !

Enfin pour finir cet article, mes quelques 45 tours ! Sûrement un des plus vieils objets que je possède, voici un bon vieux single du cultissime House of the Rising Sun des Animals, avec une progression d'accord que tout les guitaristes doivent bien connaître ! A ses côtés, plusieurs singles de KoRn en édition limitées (venant du même endroit que les 33 tours dont je vous parlais un peu plus haut) : Make Me Bad et Failling Away From . Il s'agit d'ailleurs de chansons que j'ai d'ailleurs vraiment affectionné durant mes années lycées mais j'y reviendrai une prochaine fois !

 

Voilà, j'espère que ce petit article vous aura plu ... blablabla ... n'hésitez pas à commenter et à liker l'article ... blablabla ... double Valérie Damidot dans vos darons ... blablbla ... Wesh.

 

ET N'OUBLIEZ PAS : LE SAVAGE'S BLOG N'EST PAS MORT MAIS IL NE LE SAIT PAS ENCORE !

 

SEE YOU SPACE COWBOY !

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Nawak (Humour)

 

Alors que je jouais à un bon vieux Donkey Kong 64, je découvris avec bonheur dans un des niveaux, une borne sur laquelle le tout premier jeu du gorille japonais était jouable ... Donkey Kong Arcade. Quelle fut ma surprise lorsque je tomba sur cette choquante, terrifiante mais aussi passionnante révélation :

 

 

 

 

 

 

 

 

Déjà qu'avec ses champignons pouvant non seulement multiplier notre taille mais aussi parler , la saga Mario laissait transparaitre une addiction évidente des Japonais pour certaines substances illicites. Mais alors là avec cet exemple tiré de Donkey Kong, il n'y a plus aucun doute sur la consommation de Big N en ce qui concerne les stupéfiants, invitant même le joueur à partager un bedo avec ses amis devant son écran de télévision.

D'ailleurs, peut-être que les notices d'époques nous ont tout simplement menti durant des décennies quant au véritable pitch du jeu. Et si Donkey Kong invitait en réalité notre plombier favori à s'en rouler une à l'abri des regards dans son arbre "perché" avec sa biatch ?

Et puis vous remarquerez que Nintendo contient la lettre de D ... comme David. David, qui est COMME PAR HASARD aussi le prénom de David Cage, créateur du mirifique Beyond Two Souls, le jeu de la drogue par excellence. Coïncidence ? Je ne pense pas ... A méditer, avec un bon spliff. Voire une Danette.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Sélections Musicales (Musique)

         Bonsoir à toi cher GameBlog ! L'article musical d'aujourd'hui est un peu spécial étant donné que je ne parlerai pas comme j'ai l'habitude de faire, d'une OST vidéoludique ou d'un album marquant. Non, cette fois-ci j'ai préféré aborder un style musical qui n'en est pas vraiment un à mon goût : le Mash-Up.

Pour ceux n'ayant jamais entendu ce terme, il s'agit de prendre deux musiques différentes pour n'en faire qu'une. Le plus souvent, pour ne pas dire tout le temps, on met la partie vocale de l'une sur l'instrumental de l'autre. Suivant les talents de la personne, le résultat peut-être vraiment excellent, dépassant des fois les musiques utilisées à la base 

C'est pourquoi j'ai décidé de vous proposer ce soir quatre mash-ups qui m'ont particulièrement plu dernièrement. Mais je ne vous ai pas mis n'importe quel mash-up non plus : seulement ceux en rapport avec deux de mes centres d'intérêt : les Jeux Vidéo et la Japanimation. Le tout couplé avec un style de musique assez éloigné : le Rap (ou Hip Hop, comme vous voulez). Allez, assez de blabla, place à la musique !

 

Animal Crossing x Ice Cube : Good Day for Cruis'n :

On commence cette petite sélection avec cette improbable rencontre entre K.K. Slider d'Animal Crossing et l'ex-NWA Ice Cube. Les musiques utilisées ici sont un remix de Cruis'n, avec les paroles de Today Was A Good Day. Le résultat final est vraiment excellent selon moi, le genre de musique ultra appaisante à écouter en fin de soirée. D'ailleurs, j'ai beaucoup pensé à Nujabes en écoutant ce morceau, notamment à cause de l'utilisation de la guitare bien jazzy !

 

 

Chuunibyou x Kendrick Lamar - Poolside Identity :

Contrairement aux autres morceaux de cette sélection, le morceau Rap de base a ici uniquement servi pour la partie instrumentale, les paroles venant tout droit d'un Opening d'Animé. On retrouve donc le générique de fin très J-Rock de Chuunibyou, Inside Identity ainsi que le hit de Kendrick Lamar Swimming Pool. Et bien que ces musiques soient radicalement différentes, ce mash-up est étonnamment très bon, avec un côté vraiment planant. Il faut aussi dire que les arrangements sont particulièrement réussis, surtout l'effet echo à certains moments !

 

 

Chrono Tigger x Jay-Z - An Encore in Time :

Il me semble que c'était l'ami PoulpyBlast qui avait parlé de 2 Melo, un artiste qui a déjà sorti deux albums de Mash-Ups mélangeant avec grâce Jeux Vidéo et Hip Hop, le premier étant consacré Chrono Trigger et Jay-Z (Chrono Jigga), l'autre à Castlevania et Nas (Nastlevania). Ce morceau tiré de son premier CD mélange la mélancolique 16-bits Corridors in Time et la très classe Encore. Et comme vous pouvez l'entendre, le morceau final est étonnamment très réussi. Là encore, les arrangements (notamment la guitare) permettent de magnifier le tout.

 

 

Clannad x Busta Rhymes - Dango My Nigga :

Pour finir en beauté ce petit article musical, voici un excellent Mash-Up entre l'Ending de ce magnifique animé qu'est Clannad, nommé Dango Kaizoku, et une chanson de Busta Rhymes ... dont je ne connais pas le nom. Au final, nous avons droit à une chanson vraiment jolie, là aussi avec un côté assez mélancolique. J'aime beaucoup le mélange entre les couplets de Busta et le refrain original de la chanson, chanté en c½ur. D'ailleurs ce morceau me fait légèrement pensé à My Block du regretté Tupac !

 

 (Celle-ci était pour toi Onink !)

 

 

Chaque like de cet article permettra d'envoyer un cookie à la fondation Bring Back Our Danette et Bring Back Our Biketto.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Automobile (Sport)

 

Un grand YO à toi, communauté de GameBlog ! Jusqu'à maintenant, l'automobile était un sujet dont j'ai très peu parlé sur le blog : seul un article était dédié à ce noble objet de notre vie quotidienne. C'est pourquoi ce soir je vous propose d'aborder cette énième passion que j'ai, en vous présentant une des plus incroyables voitures jamais imaginées.

Prenez tout d'abord un monospace. Vous savez, ces énormes parpaings sur roues possédant entre 7 et 9 places, indissociable des familles nombreuses. Dites-vous que des ingénieurs, un peu burnés il est vrai, ont eu la brillante idée de mettre un moteur de Formule 1 dans un de ces véhicules. Et ce mariage improbable va donner naissance à un des véhicules les plus mythiques des années 90, que les joueurs de Gran Turismo 2 doivent bien connaître : le Renault Espace F1 !

 

 

 

Mais commençons premièrement par présenter le véhicule de base, l'Espace. Tout commence lorsque Matra, une marque française s'ayant fait connaître pour ces voitures sportives, cherche un partenaire afin de produire en série son nouveau projet. Celui-ci, grandement inspiré des vans américains, ressemble à une camionnette dans laquelle on aurait aménagé plusieurs rangés de sièges. Il faut rappeler qu'à cette époque, les monospaces n'existaient pas encore, et que Matra était donc un pionnier sur ce marché qui explosera par la suite.

Tout d'abord présenté en 1979 chez Peugeot, le bébé de Matra ne convainc pas entièrement les dirigeants, plutôt concentrés sur le développement de leur futur sacré numéro : la 205. Puis ce sera ensuite au tour de Citroën de refuser la demande. C'est finalement Renault qui acceptera en 1982 de produire cet ambitieux engin, et qui rajoutera par la même occasion un des éléments indissociables de l'Espace : des sièges séparés démontables, voire pivotables en option. Malgré un début pour le moins compliqué en 1984 (seulement 6 exemplaires vendus le premier mois), l'Espace devient vite un succès dans nos contrées.

 

 En haut, les prototypes P18 pour Peugeot (à g.) et P23  (à d.) pour Renault. En bas, la version finale de l'Espace premier du nom.

 

Dès 1988, Matra réfléchit sérieusement à implémenter dans la gamme une version bien plus sportive. Equipé du V6 PRV (pour Peugeot Renault Volvo) et de deux turbos plus un compresseur (!), cet Espace développait plus de 300 cv ! Malheureusement, la direction de Renault ne donnera pas le feu vert pour construire ce monospace de course. Toutefois, cette configuration de moteur sera reprise quelques années plus tard sur la magnifique Safrane Bi-Turbo.

 

 

Mais revenons sur l'Espace F1. En plein milieu des années 90. Renault motorise alors l'écurie britannique de Formule 1 Williams, le moteur V10 du constructeur au losange faisant des merveilles durant les championnats mondiaux de 1992 et 1993. En 1994, afin de célébrer ces victoires en Formule 1 mais aussi la première décennie de l'Espace, la marque française décide de créer un prototype réunissant ces deux véhicules. Développé et réalisé en seulement quelques mois sur une base d'Espace II avec l'aide de Williams ainsi que de Matra, l'Espace F1 est présenté au Salon de Paris de 1994

 

 L'Espace F1 sur le stand Renault lors du Salon de Paris.

 

Une des plus impressionnantes spécificités de ce prototype est bien entendu son moteur. Strictement identique à celui équipant les Formule 1 Williams, ce monstrueux 10 cylindres produit pas moins de 800 chevaux et permet de dépasser les 300 km/h ! Cet Espace F1 peut ainsi atteindre les 200 km/h en moins de 7 secondes seulement.

Pour des raisons assez logiques de place et de performances, le moteur n'est plus placé à l'avant comme sur les modèles classiques, mais à l'arrière du véhicule en position centrale. Il est logé entre les deux sièges baquets arrières. Car oui il y a bel et bien 4 places, ce qui en fait le véhicule le plus adapté pour amener les gosses à l'école lorsque ceux-ci sont en retard !  Et il y a même de la place dans le coffre pour faire vos courses au passage !

 

  

À l'intérieur, l'intégralité des plastiques a été remplacé par de la fibre de carbone, matière beaucoup plus onéreuse mais aussi beaucoup plus légère. Des arceaux ont aussi été rajoutés afin de rigidifier la carrosserie (notamment pour les virages) mais aussi pour garantir un minimum de sécurité en cas d'accident ... ce qu'il vaut mieux éviter vu le prix que l'engin doit coûter !

 

 

Vous remarquerez qu'il y a toujours les commandes de chauffage ainsi que la boîte à gant !   

 

La boite de vitesse séquentielle à 6 rapports avec commande au volant provient directement d'une Formule 1 Williams, de même que le train arrière du véhicule. Quant au train avant, il a été spécialement conçu pour l'occasion. 

 

      

Côté esthétique, la voiture aborde une jolie teinte métallisée jaune et noir, couleur du département Sport de Renault. Le plus gros ajout extérieur par rapport au modèle de série est sans conteste l'énorme aileron arrière situé sur le toit du véhicule, servant à plaquer l'Espace F1 au sol lorsque celui atteindra des vitesses pas très catholiques.

La carrosserie, faite de fibre de carbone et de kevlar, a été profondément modifié afin d'améliorer non seulement l'aérodynamisme mais aussi le refroidissiment des organes importants du monstre, telle que le moteur ou les puissants freins en carbone. Des phares xénon prennent place à l'avant afin d'éclairer au mieux la piste une fois la nuit tombée.

 

 

 DAT ASS.

 

Seuls deux exemplaires furent produits : le premier, non-roulant, fut uniquement construit afin d'être exposé dans les salons et les expositions. Les photos que j'ai utilisées pour illustrer cet article montrent justement ce modèle-ci.

Quant au deuxième exemplaire, il est parfaitement fonctionnel et peut sans aucun souci faire cracher ses 800 chevaux sur le bitume des pistes. Il a notamment servi en tant que Safety-Car lors de certaines courses, d'où les deux gyrophares sur l'aileron. On remarquera quelques différences entre ces deux exemplaires, telles que les jantes, le volant et le pare-chocs avant.

 

    

Puis voici quelques images de l'Espace F1 dans le génialissime Gran Turismo 2 :

                    

 

Et pour finir cet article comme il se doit, voici deux vidéos de l'Espace F1 en pleine action ! Rah, mais écoutez-moi la sonorité de ce V10, j'en veux un comme ça !

Extrait de Turbo (M6)

  

Reportage par Nouxe Productions.

 

Renault a donc bel et bien réussi son pari de créer un véhicule mélangeant Monospace et Formule 1. Il en résulte une des voitures françaises les folles imaginées, aussi agréable à regarder qu'à entendre ... si vous appreciez un minimum les sports automobiles bien entendu. Si vous avez des questions sur cet Espace F1, n'hésitez pas à poser des questions en commentaires, j'essaierai d'y répondre dans la mesure du possible !

 

 

Voir aussi

Jeux : 
Gran Turismo 2
Ajouter à mes favoris Commenter (2)


Signaler
Sélections Musicales (Musique)

            Yo les gens ! Je viens de me rendre compte que ça faisait presque trois mois que je n'avais pas posté d'article musical sur le blog. Je vais de suite réparer cette cruelle erreur en vous parlant d'un groupe qui aura véritablement marqué mes jeunes années. La dernière fois, je vous avais déjà présenté le fabuleux Toxicity de System Of A Down, qui m'avait ouvert les portes du Metal. On va revenir encore plus en arrière dans ma chronologie personnelle avec le premier album d'un groupe virtuel tout droit venu d'Angleterre : Gorillaz !

 

 

Il y a de ça une dizaine d'années, un album avait retenu mon attention dans le Virgin Megastore du coin, notamment à cause de sa pochette que je trouvais tout simplement classe. Et oui, vous aurez deviné, malin que vous êtes, qu'il s'agissait du tout premier album de Gorillaz. Il n'y avait pourtant dessus que quatre personnages au look étrange dans un buggy aux couleurs militaires, le tout accompagné du logo du groupe écrit à la bombe. Rien d'incroyable donc, mais je me souviens que ce dessin m'avait marqué. Il possédait notamment un morceau que j'adorais écouter à la radio : Clint Eastwood, pour autant je ... enfin mes parents ne me l'ont pas acheté à ce moment-là, je ne sais plus du tout pourquoi.

Quelque temps (années ?) plus tard, je tombe sur un clip de MTV que je trouve génial : c'était Feel Good Inc de Gorillaz, tiré de leur deuxième album. J'ai dû en reparler avec mes vieux à ce moment-là, étant donné que le jour de mon anniversaire de cette même année, on m'offrit un coffret regroupant les deux albums du groupe. Une bonne occasion de déguster auditivement leur première galette dont je vais à présent vous parler !

Donc Gorillaz, kézako ? Il s'agit en fait d'un groupe virtuel crée de toute pièce par Damon Albarn (le chanteur de Blur, grand rival d'Oasis à l'époque), Jamie Hewlett (créateur du célèbre comic Tank Girl) ainsi que Dan the Automator (un producteur d'Hip-Hop). D'autres musiciens complèteront la formation, comme Miho Hatori (Guitare et Chant), Junior Dan (Basse) ou Cass Brown (Batterie). Et je ne parle même pas des artistes prestigieux ayant collaboré avec le groupe le temps d'une ou deux chansons. Spécificité que l'on retrouvera sur leurs CDs suivants.

Un des points forts de cet album est sans conteste la diversité musicale que nous offre Gorillaz en moins d'une petite heure d'écoute. On retrouvera pêle-mêle des chansons typées Hip-Hop, Rock, Brit-Pop, Electronique, voire même Latino. En ce qui concerne le chant, Damon Albarn nous montre tout son talent en s'adaptant à ces différents styles musicaux, toujours avec ce timbre de voix si particulier et si agréable. Véritable projet mélangeant les genres musicaux, ce premier disque de Gorillaz est un petit bohneur à écouter pour peu que l'on soit un minimum ouvert musicalement. Passons sans plus tarder aux quatre morceaux que j'ai le plus apprécié dessus !

 

On commence tout d'abord par LA chanson culte de l'album : Clint Eastwood, qui est "accessoirement" le morceau le plus connu du groupe. Un de ses gros points forts est le parfait mélange entre les couplets rap de Del the Funky Homosapien et le refrain très brit-pop de Damon Albarn, que tout le monde a dû chantonner au moins une fois. Pour les curieux se demandant le rapport entre le morceau et le célèbre acteur/réalisateur américain, il faut savoir que le refrain fait directement référence à une des répliques du film Le Bon, la Brute et le Truand. De plus, les sonorités jouées au mélodica font énormément penser aux films Western Spaghetti ... dont Clint Eastwood est une figure emblématique.

 

Passons ensuite à Latin Simone, un morceau qui tranche radicalement avec le reste de l'album. Ici, nous avons droit à quelques accords de guitare dans un style typiquement cubain, accompagnés de quelques cuivres. D'ailleurs, le chanteur n'est autre qu'Ibrahim Ferrer, un des membres du célèbre Buena Vista Social Club. Je ne saurai pas vraiment le décrire mais cette chanson distille une ambiance que je trouve vraiment spéciale, exotique. À noter qu'il existe une version chantée par Damon Albarn, elle aussi sublime.

      

 

Le morceau suivant est assez spécial car il s'agit d'un remix du déjà très bon 19-2000. Et franchement rien à redire, cette version Soulchild Remix concoctée par Damien Mendis et Stuart Bradbury, est encore meilleure que l'originale avec son rythme plus rapide et son instrumentation plus fournie. Un vrai tube en puissance, Get the cool shoeshine comme dirait la p'tite Noodles ! Et puis ce clip de folie, quoi ! D'ailleurs, il existait un mini-jeu permettant de conduire la "Geep" du groupe sur la même route du clip, assez amusant, avec 19-2000 en fond sonore bien entendu.

 

Dernière chanson de cette sélection, M1A1 est probablement le deuxième morceau que j'ai le plus écoutée de cet album, derrière Clint Eastwood. Et si je ne dis pas de connerie, ça doit être la première chanson de rock que j'ai vraiment adoré. Rien que l'intro était géniale, avec sa reprise du début de Day of the Dead. "Hello, is there anybody there ?". On entendait derrière une guitare gagnant de la prestance au fur et à mesure, jusqu'au vrai commencement du morceau ultra-pêchu. Quant à la fin, elle tout bonnement magistrale, avec ces quelques notes à la guitare vraiment démentes !

 

Raaah, mais quel album mes amis ! Honnêtement, je pense que c'est grâce à ce CD que j'ai pu m'intéresser aux groupes de musique en général. Il a dû aussi m'ouvrir un peu plus musicalement car tous les styles y passent : Hip-Hop, Rock, Pop, Electro ... Et toujours avec la même qualité. Pour moi, ce premier Gorillaz est définitivement culte, voilà c'est dit.

Je me rappelle aussi du DVD que le groupe avait sorti peu après, nommé Phase 1 : Celebrity Takedown, reprenant tous les clips, lives, dessins animés, jeux sur le groupe... le tout avec une interface nous permettant de se balader dans le Kong Studio complètement dingue des anglais, imaginé par Albarn et Hewlett. D'ailleurs, il faut aussi savoir que les sites internet du groupe ont toujours été fabuleux, reprenant le même système que ce DVD mais en 20 fois plus fourni en possibilité, ce qui nous permet de nous plonger dans l'univers vraiment dérangé et décalé de Gorillaz.

Quatre ans après la sortie de cet album, en 2005 donc, Damon Albarn remet le couvert avec Demon Days. Multipliant une nouvelle fois les collaborations prestigieuses (De La Soul, Denis Hopper, Neneh Cherry... ), ce nouvel album reste dans la lignée du précédent tout en étant radicalement différent. La qualité est la même, et les tubes sont encore plus nombreux. Mais ça, j'en parlerai un autre jour !

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Édito

 

 

 

Jeux du moment :

     

 

 

 

 Yakuza 4 : Kuro Edition (Playstation 3)

 

 

 

 

Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 2 (Playstation 3)

 

 

 

 

 

 True Crime : Streets of Los Angeles (GameCube)

 

 

 

Can't Fucking Wait !

 

29 MAI ! AIGHT MAGGLE !

 

 

 

Jeux finis en 2013 :


Assassin's Creed ; Batman Arkham Asylum ; Burnout 2 : Point of Impact ; Burnout : Revenge ; Canis Canem Edit ; Devil May Cry ; Final Fantasy X ; Kaido Racer 2 ; L.A. Noire ; Little Busters ; Max Payne ; Mirror's Edge ; Ninja Gaiden ; Soul Reaver : Legacy Of Kain ; Okami ; Psychonauts ; Race Driver Grid ; Racing Evoluzione ; Sleeping Dogs ; Sword & Sworcery EP ; Tokyo Highway Challenge 2 ; Uncharted 2 ; Viewtiful Joe ; XIII ; Yakuza 1 ; Yakuza 2 ;

 

Jeux finis en 2014 :

 

Blinx : the Time Sweeper ; Braquage à l'Italienne ; Donkey Kong 64 ; Flat Out : Head On ; Flower, Run ans Sun, Jak II ; Gears of  War 2 ; Halo 2 ; House of the Dead : Overkill ; Killer 7 ; Metal Gear Solid : Peace Walker ; Muramasa : The Demon Blade ; Obscure ; Planetarian - The Eeverie of a Little Llanet  ; Professeur Layton et le Destin Perdu ;  Red Dead Redemption ; To The Moon (+ Holiday Episode) ; Wipout Pure ; Yakuza 3 ; 

 

Jeux finis en 2015 :

inFamous 2 ; Pursuite Force : Extreme Justice ;

 

 

 

 

Dans l'autoradio :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Animés en cours :

 

  

 

  

 

 

 

 

Animés Finis en 2013 :

Another ; Boku wa Tomodachi Ga Sukunai Next ; Clannad  ; Clannad After Story ; DanganRoppa ; Fairy Tail ; Inital D 5th Stage ;  Hataraku Maou-sama ; Little Busters ; Neon Genesis Evangelion (+ Death & Rebirth et The End) ; Oreimo Saison 2 ; Puella Magi Madoka Magica ; Sakurasou no Pet na Kanojo ; Shingeki No Kyojin ; Sword Art Online ; Wolf's Rain

 

 

Animés Finis en 2014 :

Air ; Copellion ; Cowboy Bebop ; Evangelion 1.11, 2.22 et 3.33 ;  Excel Sega ; Fuli Culi ; Ghost in the Shell ; Hellsing ; Hellsing Ultimate ; Initial D Final Stage ; Jojo's Bizarre Adventures ; Kanon 2006 ; Kiki la Petite Sorcière ; Kill la Kill ; Le Chateau dans le Ciel ; Nisekoi ; Porco Rosso ; Psycho Pass ; School Days ; Toaru Kagaku no Railgun S ; Toaru Majutsu no Index 

 

Animés Finis en 2015 :

CowBoy Bebop : The Movie ; Psycho Pass 2 ; Toaru Kagaku no Railgun ; Toaru Majutsu no Index II ;

 

 

 (Cette magnifique image est tirée du meilleur post du monde)

                                                                        

                                                                        

(D'ailleurs ne manquez pas le deuxième meilleur post au monde !)

 

 

Archives

Favoris