Parenthèses

Parenthèses

Par Cinemax Blog créé le 22/05/11 Mis à jour le 23/04/16 à 11h31

Le blog a déménagé : https://cinemadepigalle.wordpress.com/

Ajouter aux favoris

Catégorie : J'ai fini et j'ai des choses à dire

Signaler
J'ai fini et j'ai des choses à dire

 

19/20 ; 4,5/5 ; 8/10 ; 9,2/10... Eh bien, on pourra dire que ce Dishonored aura fait l'unanimité sur les sites spécialisés de jeux vidéo.

Dishonored, vous savez c'est ce jeu développé par Arkane Studios soit disant héritier de Thief et de Deus Ex. Et moi, l'année dernière j'ai plus qu'adoré Deus Ex Human Revolution, alors quand on me dit que le gameplay de Dishonored n'est pas si éloigné, forcément je me jette dessus.

Peut être qu'à cause de toutes ces critiques élogieuses, j'en attendais trop... Une chose est certaine cependant Dishonored ne m'a pas convaincu. Tout en restant un bon jeu, il est tout de même très surestimé.

 

Alors je pourrais m'arrêter là, juste en disant que Dishonored m'a déçu sans expliquer pourquoi mais alors des gens crieraient : « Quoi ?! Mais j'ai besoin de savoir pourquoi ce génie n'a pas aimé ?! », D'autres : « Pff, d'façon il n'a pas aimé Dishonored, il a rien compris à la vie ! », Et enfin d'autres diraient : « Tiens...je me suis trompé de blog, c'est pas du tout là où je voulais aller. »

Mais non, rassurez vous, je vais vous expliquer mes raisons ! Alors prenez un bon pain au chocolat à tremper dans la Worcestershire sauce et écoutez attentivement les enfants !

 

Déjà, Dishonored ça se passe dans un monde spécial mélangeant Angleterre de l'époque Victorienne à un univers futuriste. Certains appellent ça Steampunk mais moi je n'aime pas utiliser des mots que je ne comprends pas.

La ville où se déroule l'action s'appelle Dunwall, mais à Dunwall une maladie très similaire à la peste sévit, d'où le fait qu'à Dunwall, il a beaucoup de rats. Mais à Dunwall il y a aussi une bonne Impératrice (dans le sens où elle fait preuve de bonté, hein) et sa gentille fille, cette première cherche évidemment à éradiquer la peste. Sauf que voilà, l'Impératrice se fait assassiner, sa fille enlever, et c'est le garde du corps qui est accusé...Le garde du corps, c'est le joueur : Corvo.

Et c'est ainsi que Corvo va s'enfuir de prison pour venger l'Impératrice, déjouer les divers complots qui se trament dans la ville et accessoirement restaurer son honneur. Tout ça, sans prononcer un seul mot !

 

On est en 2012 les gars ! Faites un effort ! Et puis arrêtez avec votre excuse « c'est pour que le joueur s'identifie plus facilement ». FAUX ! Je me suis profondément identifié à Adam Jensen de Deus Ex Human Revolution et pourtant il parlait (et quelle voix en Anglais !).

Le seul jeu qui a réussi à ne pas faire parler son héros sans que cela gêne c'est Bioshock et c'était justifié par l'histoire !

Et voilà le résultat, l'histoire de Dishonored n'est pas mauvaise grâce aux quelques rebondissements présents mais peu original et fade, en partie à cause de la non personnalité de Corvo.

A côté de ça, il faut être honnête, l'univers est bon, travaillé et surtout original. Sauf que voilà, à cause de cette histoire décevante, on a un petit sentiment qu'il n'est pas assez exploité. Dommage...

 

Une histoire décevante, ça arrive et heureusement ça n'empêche pas un jeu d'être bon. Non, le point le plus important de Dishonored c'est son gameplay, et là encore sur la forme c'est réussi mais dans le fond il y a certains aspects gênants.

Déjà le titre se joue à la première personne et propose un « gameplay ouvert », c'est-à-dire qu'il y a plusieurs chemins et moyens d'accéder à ses objectifs. Pour vous donner un exemple concret, Corvo est un assassin et en tant que tel, on lui donnera plusieurs cibles à tuer, sauf que le jeu nous offrira toujours la possibilité d'éviter l'assassinat justement. Il faut être attentif aux discussions et faire les quêtes annexes et c'est possible.

Sauf que sur ce point là justement, le joueur est très guidé. Il aura souvent le choix entre deux chemins, la voie de l'assassinat classique ou la voie non létale. Le fait de ne pas à avoir à agir instinctivement casse encore un peu plus le sentiment d'immersion.

Ce choix arrivera souvent en fin de missions. Une grosse partie du jeu consiste à traverser les différents quartiers de la ville remplie de gardes afin d'atteindre notre objectif et cette partie là est très réussie ! Il y a véritablement plein de chemins (les égouts, les toits,...) et on ne se sent jamais bloqué. Mieux, le joueur aura souvent l'impression de prendre le meilleur chemin alors que tous se valent plus ou moins. Quand aux ennemis, il est tout à fait possible de tous les assommer, les éviter où les tuer.

Quand vous traverserez la ville vous pourrez aussi trouver des runes ou des charmes d'os. Les premiers servent à acheter ou à améliorer des pouvoirs tandis que les seconds offrent des bonus divers quand on s'en équipe (amélioration de la jauge de santé, étouffement plus rapides,...).

Revenons aux pouvoirs. Il faut savoir qu'il y en a peu et que selon votre mode de d'action (furtif ou bourrin), vous obtiendrez très rapidement les pouvoirs qui vous semble les plus nécessaires. Du coup, au bout de seulement quelques heures de jeu, la chasse aux runes devient un peu secondaire.

Autre point qui peut être gênant, Dishonored a beau être un jeu à gameplay ouvert ce n'est pas pour autant un jeu à monde ouvert. Le jeu se déroule en missions (que l'on peut rejouer), dans ces missions on trouve une succession de quartiers à traverser (coupés par des temps de chargement) et hormis la petite île où se trouve notre quartier général (où il n'y a rien à faire), on ne se balade jamais.

Une simple petite ville comme l'avait fait Deus Ex Human Revolution aurait suffit, un hub où l'on peut écouter les habitants, se balader librement pour justement profiter de l'ambiance de Dunwall.

 

Le vrai point fort de Dishonored, heureusement, c'est sa patte graphique. Il s'agit du même moteur graphique que celui de Bioshock, de ce fait, on pourrait penser qu'il est dépassé, et en fait dans la technique, oui, il l'est un peu. Mais la direction artistique du jeu donne véritablement un coup de fraicheur au monde du jeu vidéo.

C'est beau, c'est original, c'est soigné et c'est un véritable plaisir de regarder les environnements.

On a aussi droit à des musiques soignés très discrètes, mais participant bien à l'ambiance du titre, ainsi que des doublages français d'excellentes factures (sauf pour Corvo du coup...).

Enfin la durée de vie de Dishonored est très honnête. Tout dépend du joueur en fait, s'il veut récupérer tous les objets et lire tous les extraits de livre, il en aura facilement pour 15 à 20 heures pour terminer l'aventure, tandis qu'un joueur plus rapide le finira en une dizaine d'heures.

 

Vous l'aurez compris, Dishonored est un très bon jeu, mais il est loin d'être parfait à cause d'un scénario perfectible, l'absence de monde ouvert et le manque de personnalité du héros. A mes yeux, c'est une expérience bien moins marquante que Deus Ex Human Revolution pour ne citer que lui. Bien sur il reste très plaisant à parcourir mais de là à dire que c'est le jeu de l'année, non (parce que c'est Borderlands 2).

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
J'ai fini et j'ai des choses à dire

 

Et me revoilà après cette petite absnece, bien déterminé à écrire, écrire et encore écrire (oui, vous aussi, vous m'avez manqué).

J'ai tout de même deux petites choses à dire avant d'aborder le sujet principal de cet article :

Tout d'abord, oui, j'ai écris « absnece » au lieu de « absence », Word me le signale aussi délicatement en le soulignant, mais je fais ce que je veux ! C'est mon blog, mon article et si je veux écrire « absnece » j'écris « abscnece » ! OK ?!

Voila ça c'est dit, ensuite j'aimerais aussi signaler que comme l'a dit très récemment mon ami Kaminos (en fait je le connais pas, et lui non plus, mais j'aime m'inventer des vies), cette année 2012 aura été un très bon cru pour le jeu vidéo et encore ce n'est pas fini !

Entre Mass Effect 3, les jeux Vita (Rayman Origins, Uncharted, Gravity Rush), le bouleversant Walking Dead, le très contesté Max Payne 3, la bonne surprise Sleeping Dogs, le très attendu Dishonored, et j'en passe et des meilleurs ! (Je vais avoir du boulot pour remplir le « Voir aussi »)

Enfin bref, c'est une très bonne année et c'est loin d'être fini avec cette fin d'année (merde, deux fois « année » dans la même phrase).

En fait, quand je dis « j'en passe et des meilleurs », il y en a un que j'ai volontairement oublié et qui est le meilleur ! Vous vous en doutez (parce que le nom du jeu est surement dans le titre de cet article, donc vous n'avez aucun mérite), il s'agit de Borderlands 2 !

 

Et oui après 42h de jeu (c'est peu), au niveau 32 (sur 50), avec mon assassin Zero, j'ai enfin buté le Beau Jack. Ce n'est pas du spoil, c'est un peu comme de dire qu'à la fin de Super Mario Bros, Mario tue Bowser.

Alors oui 42 heures de jeu ce n'est pas énorme mais étant donné qu'il me reste un peu moins d'une dizaine de quêtes annexes, je pense atteindre les 50 heures assez facilement. Et encore, j'ai bien l'intention de continuer après, surtout que je n'ai pas joué au multi joueur (si, si je vous jure).

Ceci dit ces 42 heures je ne les ai absolument pas sentis passer dans Borderlands 2, pas un moment d'ennui, pas une seule envie d'arrêter et c'est pour cela que Borderlands 2 est génial !

Autant le premier m'avait un peu saoulé, toujours les mêmes environnements, les mêmes ennemis, sentiment de solitude, quêtes annexes pas forcément très variées, autant ce deuxième épisode m'a accroché du début à la fin !

 

Déjà, le premier point où Borderlands 2 fait mieux que son ainé c'est qu'il a une histoire ! Cinq ans après les évènements du premier, le Beau Jack est devenu maître du monde avec sa société de robots tueurs, Hyperion. Tout Pandore lui appartient... Tout Pandore ? Non ! Une ville peuplée d'irréductibles chasseurs de l'Arche résiste encore et toujours à l'envahisseur : Sanctuary !

Et c'est là que notre personnage intervient, lui aussi étant un Chasseur de l'Arche. On arrive sur Pandore et très vite on rejoint la rébellion mené par Roland, le soldat du premier épisode et aidé de ses anciens compagnons.

Alors voila, c'est ça l'histoire. Alors vous me direz ce n'est pas extraordinaire, non mais c'est le minimum syndical : un univers cohérent, des personnages déjantés, un méchant charismatique !

Et puis surtout c'est drôle ! Borderlands 2 est véritablement à mourir de rire, de par ses dialogues mais aussi de part ses quêtes ! Entre la quête où il faut assister à l'anniversaire du Clap Trap et celle où le Beau Jack nous demande de nous suicider, on rit tout le temps.

Cependant il y a aussi des moments d'émotions, des rebondissements où l'on aura peut-être un petit pincement au coeur.

 

Bon pour le gameplay, c'est compliqué, parce que celui du premier était déjà riche, je n'ai pas envie de vous réexpliquer en quoi il consistait : un FPS mélangeait à des éléments de jeu de rôle avec une quantité astronomique d'armes à récupérer.

Ici, la recette est la même, pas d'énormes innovations en vue et franchement tant mieux ! Au niveau du gameplay, Borderlands 2 c'est Borderlands 1 perfectionné.

Par exemple, on peut maintenant répartir ses points de compétences dans trois branches différentes au lieu de une auparavant. Maintenant la difficulté a été rééquilibrée de façon à ce qu'on ne se sente jamais trop en difficulté ou pas assez. Les quêtes secondaires sont plus intéressantes, les ennemis plus variés, le jeu nous oblige à utiliser différents types d'armes, etc.... (oui je bâcle et alors).

A savoir aussi qu'il y a un système de défi à remplir (un peu comme des succès) et que quand on les remplis on peut choisir des améliorations qui s'appliqueront à tous nos personnages. C'est pas grand-chose, encore une fois, mais c'est sympathique.

 

Graphiquement, je trouve le jeu très beau, ça ne nous éclate pas la rétine mais ça reste très correct. On a notamment le cycle jour/nuit qui changera beaucoup l'ambiance du jeu dans certaines missions.

Cependant, il y a toujours cet effet de flou lorsqu'on ouvre des coffres ou quand on arrive dans une nouvelle zone, c'est dommage.

Ah aussi, il ne faut pas oublier de parler de la bande son ! Les musiques collent parfaitement à l'ambiance du jeu mais je regrette qu'il n'y ai pas de thème principal. Par contre (et là je m'énerve), le fait qu'on ne puisse pas choisir de jouer en vostfr a beau être dommage ça n'enlève rien à la qualité de la vf.

Ca m'énerve de lire que la vf pue à côté de la vo, parce que c'est faux ! Il y a eu un travail remarquable sur les doublages français et on ne le dit pas assez !

 

Voila ! Nous sommes dimanche matin et j'ai dis ce que je pensais de Borderlands 2. Si vous voulez un petit résumé, Borderlands 2 c'est génial parce que :

-Le gameplay a été perfectionné

-Il y a de beaux environnements quand même

-50h de jeu minimum !

- Clap Trap ! Et le Beau Jack !

-Les doublages !

Et j'ai beau avoir reçu Dishonored et chialé devant l'épisode 4 de The Walking Dead hier, là tout de suite la seule chose que j'ai envie de faire c'est de retourner sur Pandore et de défourailler du Skag ! En gros pour l'instant Borderlands 2 c'est un peu mon jeu de l'année !

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
J'ai fini et j'ai des choses à dire

 

Beaucoup de choses à dire, beaucoup trop ? Je ne sais pas, j'improvise un peu ce que j'écris alors on verra si ça fait 4 pages ou 4 lignes.

Alors Darksiders 2, déjà c'est la suite de Darksiders 1 (non ?!), vous savez ce jeu sorti (euh attendez je vais vérifier l'année j'ai un doute) en 2010 qui nous permettait d'incarner le cavalier de l'apocalypse War accusé d'avoir provoqué l'apocalypse (tout de suite on en fait un drame) et donc étant obligé de laver son honneur en retrouvant les vrais coupables (les mayas).

Pour rappel, et sans spoiler en plus, la fin du 1 était complètement épique et laisser présager du très bon pour la suite au niveau de l'histoire (ok, maintenant on spoile !) : on voyait tout de même arriver les trois autres cavaliers de l'apocalypse sous forme de météorites pour aider War dans sa quête !

Et bien en fait, non... Les développeurs ont décidé de nous faire jouer un autre cavalier : Death (et ça c'est cool) mais dans une histoire parallèle à celle du premier (et ça c'est pas cool).

Pour résumer, Death veut restaurer l'honneur de son frère, on lui demande alors de ressusciter l'humanité (je suis sur que cette proposition était une blague, mais Death, lui, l'a prise au sérieux). Et pour restaurer l'humanité, on voyagera dans quatre mondes distincts où l'on obéira aveuglement aux personnes que l'on croise, ces personnes n'ayant souvent aucun rapport avec notre objectif principal. Je ne vous parle pas non plus de la fin complètement expédié et de son boss ridicule.

Truffé d'incohérences et ennuyante, le scénario est vraiment le gros point faible du jeu. En plus de ça, Death a beau avoir la classe physiquement (si, si) il prononce trois phrases sur les vingt heures de jeu et a l'air de se faire chier comme un rat mort dans son aventure.

 

 

Bon sachez le, on a dépassé le stade des quatre lignes ! Yeah !

Bon même si les premières heures de jeu sont une succession de déception (allez voir un de mes articles précédent...auto-pub), le reste fait plaisir à voir. Il y a beaucoup de quêtes secondaires très sympa et qui dure sur le long terme (récupérer les pages du livre des morts qui donnent accès à des salles remplis de trésors par exemple).

Après au niveau de la quête principale, le gameplay est assez bien fait pour toujours nous motiver à continuer malgré le scénario mauvais.

Et parlons-en du gameplay ! Death a une palette de mouvement super agréable à utiliser ! Ok pas de double saut c'est frustrant, hormis ça les courses sur les murs (pompé sur Prince of Persia 2008) sont une très bonne idée, l'ajout de l'inventaire (même si surprenant au début) marche finalement plutôt bien et surtout les combats sont devenus très énergiques, rapides et jouissif avec beaucoup de combos différents à utiliser (notamment grâce au fait de pouvoir utiliser deux armes en même temps).

De plus, là ou dans Darksiders 1 il n'y avait que cinq donjons, il y en a ici a peu près une dizaine ! C'est bien mais forcément il y a une baisse de rythme dans le deuxième monde étant donné que tous les donjons de ce dernier se ressemblent. Mais en règle générale, ils sont agréables à parcourir et ont un level design bien propre à la série.

De plus, parles de quatre mondes différents à parcourir dans le jeu, en réalité les deux derniers sont beaucoup plus petits (le dernier n'a d'ailleurs qu'un donjon très court à parcourir...frustrant).

 

 

Et on a passé le stade de la page Word ! Wouhou !       

Il me reste plein de choses à dire sur le jeu au niveau du gameplay, mais bon c'est aussi à vous de les découvrir, moi je dis ce que j'en pense.

Du coup je peux quand même parler des graphismes, joli, avec des décors très originaux ! Malheureusement ils manquent de finesse au niveau des textures, de plus l'optimisation n'est pas des plus géniales sur PC.

A coté de ça la durée de vie est plus qu'honnete étant donné qu'on fini l'aventure principale en un peu plus de vingt heures sans compter les quêtes secondaires à finir, l'arène et le labyrinthe. Ces quêtes peuvent être compléter ou rejouer grâce au mode New Game +. Et moi j'aime bien quand les jeux nous mettent un mode new game +.

Ah et il faut aussi que je parle de la bande son ! Ok, en français les doublages sont moyens, mais les musiques sont justes géniales et épiques ! Vraiment Jesper Kyd a encore fait un fantastique boulot sur ce jeu !

 

Allez moi je m'arrête là, je vais chercher des screens pour illustrer tout ça et je résume en gros : Darksiders 2 est un excellent jeu, excellent mais pas parfait à cause de son histoire vraiment mauvaise, sa fin bâclée sur tous les points, et une petite baisse de rythme vers la moitié du jeu. Mais ça n'empêche pas de passer de très bons moments dans cet univers mélangeant les genres avec brio et on espère que Darksiders 3 fera encore mieux !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
J'ai fini et j'ai des choses à dire

Puisque j'ai décidé d'alimenter mon blog, voici un avis totalement non-préparé sur Metal Gear Solid 2, qui est le premier épisode de la saga auquel j'ai joué.

Ah et les images ne viennent malheureusement pas de moi.

Il y a une semaine je me suis pris le jeu Metal Gear Solid HD Collection sur PS Vita, où MGS HD Collection pour les intimes (ne me demandez pas ce que l'abréviation MGS veut dire, je n'ai jamais su...). En fait n'ayant ni de Xbox 360 (ou 3-60) ni de PS3 j'ai pris cette version Vita par défaut (d'ailleurs, il aurait surement fallu appeler la console la « Vita Playstation » et non l'inverse, ça aurait donné une jolie phrase).

 Pour en revenir à cette version, c'est la même que la version console mais en différente, puisqu'il n'y a pas le jeu Peace Walker dans la cartouche, c'est surement dû au fait qu'on peut le trouver sur le PSN (ou le SEN, pour le coup je ne sais vraiment pas ce que ça veut dire) pour 20 euros en version PSP, soit pas retouché et donc forcement moins jojo.

Bon bref, voila que je lance MGS 2 en me disant logiquement je vais faire le 2 avant le 3 (même si le menu me propose plutôt l'inverse, sacré farceur va). Je lance le jeu (ce qui veut dire que j'y joue, ne prenez pas le mot « lancer » au sens littéral). Puis, après 20 min de cinématiques, je joue à peu près 25 min, le temps d'assimiler les contrôles et d'aller à mes différents objectifs, et après ça encore 30 min de cinématique... Fin de la première partie.

A ce stade, je comprenais assez bien l'histoire, puis est apparu Revolver Ocelot (ou Shalakalaskashaska comme il le dit lui-même), puis ce même personnage se fait ensuite appeler Liquid par Solid Snake, mais il parle en fait à son bras...

Et là je me suis dis deux choses : « Cinemax, mon grand,... » (en réalité je ne m'appelle pas Cinemax, c'est bien un pseudo, je vous rassure quand je me parle, je m'appelle par mon prénom). Donc, « Cinemax, mon grand... » (« mon grand » c'est affectif, normalement je pense être de taille moyenne, ni trop grand, ni trop petit). Bref, « Cinemax, mon grand, il va falloir que tu fasses 2 choses avant de continuer à jouer (j'ai failli mettre « jouer » entre guillemets, mais bon c'est un peu provocateur). Tout d'abord il va falloir aller lire l'histoire du premier Metal Gear Solid, parce que sinon tu vas être largué (même si à l'heure où je me disais cela j'étais déjà largué en fait). Et ensuite il va falloir t'habituer à voir plus de cinématique que de temps de jeu. Effectivement 30 min de gameplay est un temps inférieur à 1h de cinématiques. Là je vais aller à la ligne, parce que sinon ça va faire un trop gros paragraphe.

Ah et je vais faire une petite sauvegarde de ce que j'écris, pour l'occasion je vais me créer un nouveau dossier que je vais appeler « tests PS Vita ». Par contre j'hésite à mettre ce que j'écris dedans, parce que c'est pas vraiment un test... Non je vais juste appeler le dossier « PS Vita », comme ça je n'aurais pas de dilemme intérieur.

J'en viens maintenant au premier défaut qui me saute au yeux, et c'est pas au niveau du gameplay ni des cinématiques. A mes yeux (je ne sais pas faire le « à » en majuscule, si quelqu'un pouvait m'éclairer), les HD Collections sont censés faire découvrir ou redécouvrir des jeux à un nouveau public (moi). Il est donc étrange que ce MGS HD Collection ne comprenne pas Metal Gear Solid premier du nom, mais il est encore plus étrange qu'il n'y ait aucun résumé de cet épisode alors que MGS 2 : Sons of Liberty (hop je viens de placer le titre subtilement) fait clairement office de suite directe au premier épisode puisque tout le long du jeu, on nous reparle souvent des évènements passés ! (Et là je suis en mode pas content).

Après ça je ne sais plus trop ce que je voulais dire... Je peux dire qu'après avoir lu les évènements de Metal Gear Solid 1, l'histoire du 2 est compréhensible et même accrocheuse. J'ai fini le jeu en 2 jours (ça en fait des 2) parce que l'histoire était prenante et les personnages charismatiques (même Raiden avec ses figures Olympiques pouvant être exécuté en tenue moulante ou tout simplement nu). Au passage, en allant assez vite (sans avoir passé de cinématiques je vous rassure) j'ai du passer 12h (encore un 2, là, à côté du 1) sur le titre. Ce qui est une durée de vie plutôt honnête.

Là où je suis très mitigé c'est sur toute la fin... On a l'impression que Kojima a balancé tout ce qui lui passait par la tête sur la fin. Le jeu s'adresse directement au joueur un peu à la manière de Bioshock (même si MGS 2 a été fait avant, je sais), puis pose des questions sur la condition humaine, sur la théorie du complot,... Ca passe par la découverte des Patriotes qui contrôleraient en fait toute la ville (ou le monde), par Solidus Snake qui veut trouver et tuer ces Patriotes, par la trahison plus que sentie de Ocelot envers Solidus,... Du coup on s'y perd un peu.

Les thèmes abordés sont intéressants et font réfléchir, je ne reproche pas ça au jeu. Ce que je lui reproche (pfiou ça fait longtemps que mes parenthèses ne sont pas intervenus), c'est que tout ces thèmes arrivent pendant les 90 dernières minutes de jeu, un peu comme un cheveu sur la soupe (j'aime bien cette expression, parce que moi, de toute façon, j'aime pas la soupe, ni les cheveux).

Voila, Voila... j'ai dis tout ce que j'avais à dire sur la fin. Après le jeu en lui-même est bon, les mécaniques de jeux sont sympas, même s'il y en a trop qu'on n'utilise pas ou peu. Les graphismes sont vraiment beau sur Vita, dommage que les décors ne soient pas assez variés.

 

Au final, avant de jouer à Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty, il faut juste savoir à quoi s'attendre quand on veut découvrir la saga, selon moi, les Metal Gear Solid sont quasiment des films interactifs. Quand on sait ça, c'est un vrai plaisir de jouer/regarder.

 

Pour finir, on peut dire que MGS 2 est un jeu paradoxal parce que :

-C'est beau sur Vita... mais les décors sont peu nombreux.

-Le gameplay est riche... mais on n'a pas l'occasion d'en profiter.

-Les thèmes abordés sont interessants... mais ne sont pas bien répartis dans le jeu, juste à la fin.

-Les musiques sont très bonnes... mais l'IA est stupide (Ok, pour ce dernier, ça n'a aucun rapport, mais il fallait que je place ces deux points).

 

 PS : Oh j'ai failli oublier, il y a peu j'ai commencé le 3. Et c'est seulement en commençant que j'ai compris que le 3 racontait les origines de la série (oui, voir que MGS 2 se déroulait en 2009 alors que le 3 se déroulait en 1964 ne m'avait pas choqué dans le menu). Du coup, j'ai compris le menu de cette HD Collection n'était pas un sacré farceur mais avait classé les jeux chronologiquement par rapport à l'histoire.

Ajouter à mes favoris Commenter (17)

Édito

 

C'est gentil de passer mais je ne poste plus rien ici. Pour continuer l'aventure, c'est par ici :https://cinemadepigalle.wordpress.com/

 Une ouverture de parenthèse ça donne ça : "(" ... (Du coup on dirait un smiley étrange).

Parenthèse, c'est un mot de (attendez je compte) 10 lettres au singulier, soit un mot difficile à placer au scrabble (mais qui peut rapporter gros en mot compte triple).

Parenthèses c'est aussi le titre de mon blog. Pourquoi ? Pourquoi pas (sacré raison).

A la base je voulais écrire tout ça dans la description...mais je n'ai pas eu assez de place. Heureusement que l'édito est là. Même si il est dit : "N'Hésitez pas à le modifier régulièrement !"...Ah....ça par contre je garantie pas.

Maintenant je n'ai plus rien à dire ici (ni dans les parenthèses) donc je vais finir l'édito par une mise en abîme que moi seul (et moi) comprend.

Une fermeture de parenthèse ça donne ça : ")"

 

 

Jeux finis en 2014 :

Duck Tales Remastered (PC)

Deadly Premonition (360)

Castlevania Lords of Shadow (360)

Castlevania Mirror of Fate (360)

The Walking Dead : All That Remains (PC)

The Wolf Among Us : Faith (360)

Castlevania Symphony of the Night (360)

Castlevania Lords of Shadow 2 (360)

Game Dev Tycoon (PC)

The Walking Dead : A House Divided (PC)

Dark Souls 2 (360)

Metal Gear Solid V Ground Zeroes (360)

Dark Souls (360)

The Wolf Among Us : Smoke and Mirrors (PC)

The Wolf Among Us : A Crooked Mile (PC)

Super Meat Boy (360)

Fable II (360)

Bound By Flame (PC)

Star Wars le Pouvoir de la Force (PC)

The Walking Dead : In Harm's Ways (PC)

Persona 4 Golden (Vita)

Hotline Miami (Vita)

Game of Thrones (PC)

Portal (PC)

Risk of Rain (PC)

Injustice : Gods Among Us (PC)

The Wolf Among Us : In Sheep's Clothing (PC)

Dark Souls (Encore) (PC)

The Wolf Among Us : Cry Wolf (PC)

Dark Souls II (Encore) (PC)

Watch Dogs (PC)

Dead Space 3 (PC)

 

Jeux finis en 2013 :

Gears of War (360)

Halo Reach (360)

Gears of War 2 (360)

Halo 4 (360)

Resident Evil 6 (360)

The Witcher 2 (360)

Silent Hill Downpour (360)

Tomb Raider (360)

Final Fantasy XIII (360)

Far Cry 3 (360)

Bioshock Infinite (360)

Asura's Wrath (360)

Mass Effect (360)

Mass Effect 2 (360)

Mass Effect 3 (360)

Injustice Gods Among Us (360)

Red Dead Redemption (360)

Alice Madness Returns (360)

The Legend of Zelda Skyward Sword (Wii)

State of Decay (360)

Call of Juarez Gunslinger (360) 

Dragon's Dogma (360)

Metal Gear Solid 3 : Snake Eater (Vita)

Antichamber (PC)

Metal Gear Solid Peace Walker (360)

Gears of War 3 (360)

Metal Gear Rising (360)

Deadpool (PC)

Save the Date (PC)

Dark Souls (360)

Saints Row IV (360)

Grand Theft Auto V (360)

The Stanley Parable (PC)

Batman Arkham Origins (360)

Assassin's Creed IV Black Flag (360)

Papo & Yo (PC)

Virtue's Last Reward (Vita)

 

Jeux finis en 2012 :

Assassin’s Creed Revelations (PC)

 LA Noire (PC)

Le Seigneur des Aneaux la Guerre du Nord (PC)

Rayman Origins (Vita)

Virtua Tennis 4 (Vita)

Mass Effect 3 (PC)

Uncharted Golden Abyss (Vita)

Alan Wake (PC)

Max Payne 3 (PC)

Tales of Monkey Island (PC)

The Darkness 2 (PC)

Orcs must Die 2! (PC)

The Witcher 2 (PC)

Darksiders (PC)

Darksiders 2 (PC)

Sleeping Dogs (PC)

Spec Ops The Line (PC)

The Amazing Spider-man (PC)

Borderlands 2 (PC)

Le testament de Sherlock Holmes (PC)

Dishonored (PC)

Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty (Vita)

To the moon (PC)

Assassin’s Creed 3 Liberation (Vita)

The Walking Dead (PC)

Assassin’s Creed 3 (PC)

Psychonauts (PC)

Hitman Absolution (PC)

Dead Rising 2 (PC)

Sonic and All Stars racing Transformed (Vita)

 

 

Un grand merci à Dan pour ses superbes photoshoperies !

Archives

Favoris