Signaler
(Jeu vidéo)

« Il était une fois, une jolie contrée

Aux vallées scintillantes et aux pics enneigés.

La nuit, des châteaux en ruines

Prenaient vie sous les feux d’albâtre

De la lune montante et des astres

Sur ce lieu, régnait une reine de lumière

Belle et radieuse comme l’aurore,

Flânant dans son palais, solitaire.

Puis une nuit, d’elle, il n’y eut plus trace. »

Véritable conte de fée vidéoludique au charme poétique et mystique, Child of Light vous offre une épopée qui vous entraîne dans une quête épique au coeur d’un monde couleur pastel dans lequel l’émotion vous surprendra plus d’une fois au détour d’une aquarelle…L’histoire de ce poème signé Ubisoft Montréal vous offre un voyage semblable à une poésie, qu’on « jouerait » au lieu de la lire…Nous voici à Lémuria, contrée enchanteresse où la lumière et l’ombre se jouent des tours,  où les rois et des reines gouvernent, où les fées et les monstres se querellent et où une petite-fille fragile et courageuse à la fois, va partir à la conquête du bonheur….

  

Jolie petite histoire

Et cette belle histoire commence un peu comme se termine les contes de Grimm. Une princesse meurt.  La petite princesse  en question s’appelle Aurora. Très aimé de son papa, un duc d’Autriche, elle vit dans l’amour et la paix. Un soir, alors que ses parents sont au théâtre, elle meurt, laissant le duc sombrer dans un chagrin sans fin… Peu après, nous retrouvons notre héroïne, bien vivante, dans le monde Lémuria. Elle s’y réveille, persuadée qu’elle est en train de faire un cauchemar…Très vite, elle va faire la rencontre d’une petite luciole malicieuse, Igniculus, qui va lui être d’une aide très précieuse lors de sa quête…En effet, c’est une enfant de lumière et elle doit récupérer la lune, le soleil et les étoiles, ces trois sources de lumière céleste, volées par la reine noire…

Child-of-Light-640x362

Oui c’est une très belle histoire, digne des plus jolis contes de fées ! Patrick Plourde, directeur créatif du jeu n’a pas peur de dire qu’il voulait quelque chose de différent. Et en effet, Child of light est différent à bien des égards : son scénario enfantin et sombre à la fois, son décor plein de douceur et de poésie, ses protagonistes touchants et  fragiles, bref, ce jeu est une magnifique peinture animée qui ouvre une fenêtre sur un monde féerique. Ce monde féerique, je le disais plus haut, c’est Lémuria. Ce royaume qui vivait dans la paix a été pervertit par la reine noire. Notre petite princesse va devoir combattre les monstres qui y vivent désormais et affronter tous ses  mystères…Les décors sont une explosion d’aquarelle qui nous transporte dans un tableau de toute beauté ! Les environnements, temples, villages, jardins, offrent une sublime palette de couleurs et d’ambiances et l’atmosphère qui règne dans le jeu est extraordinaire. Cette dernière doit beaucoup à la partie musicale du jeu qui est tout bonnement grandiose ! Les mélodies, signées Coeur de pirate, accompagnent les différents moments du jeu avec  efficacité et enchantement. Les phases de combats, pour ne citer qu’elles, prennent une ampleur phénoménale grâce à la musique qui vous prend aux tripes et vous fout presque les larmes aux yeux…

Une princesse qui sait se défendre !

Le premier charme du jeu est sans conteste la personnalité fragile et pleine de fraîcheur de la petite Aurora. Belle, douce, frêle, elle va pourtant faire preuve d’un courage exemplaire, armée d’une simple épée beaucoup trop lourde pour elle…Adorable, lorsqu’elle gagne un combat, qu’elle brandit cette dernière et qu’elle en perd l’équilibre. Elle ne sera d’ailleurs pas toute seule pendant son aventure puisque d’autres personnages la rejoindront, notamment un arlequin ou encore un enchanteur…Ces derniers manquent singulièrement de charisme mais le tout colle parfaitement à l’univers. Notre petite princesse récoltera vite le pouvoir de voler et l’aventure prendra alors une dimension différente et aérienne. D’ une simple pression sur X, empruntez les voies du ciel et laissez-vous saisir par ce vent de liberté magique ! C’est fantastique de se déplacer dans les airs à l’intérieur de cet étonnant décor. Celui-ci me fait beaucoup penser a Shadow of The Colossus ou encore ICO.

child_of_light_screen_16

En termes de système de combat, nous voici dans du Final Fantasy ! Les attaques sont au tour à tour et permettent à deux membres de la team de prendre part à l’affrontement avec un, deux ou trois ennemis. Une jauge en bas de l’écran indique les temps d’action : découpée en deux parties, attente et exécution,  elle permet au joueur de voir les icônes des personnages avancer comme sur un frise et de savoir à quel moment ces derniers pourront sélectionner leurs attaques et les mettre à exécution. Très subtil comme système car certains ennemis ou alliés avancent plus ou moins vite sur cette jauge, selon leurs statistiques : il faut donc prévoir sa parade, se protéger, attaquer etc…avant qu’ils n’arrivent à la fin de la jauge d’exécution, moment où l’on peut lancer l’attaque. A noter d’ailleurs que certaines attaques mettent plus de temps à se charger. Il faut donc faire attention à ne pas être interrompu pendant ce temps de chargement car votre personnage se fait alors recaler dans les tours d’action et c’est vraiment très énervant :D

Une luciole éclairée

Et c’est là que notre Igniculus est vraiment opé ! En effet, grâce à son pouvoir lumineux, elle va pouvoir ralentir la vitesse de déplacement des ennemis sur la jauge de combat en les aveuglant. A savoir qu’elle-même a une jauge de lumière qu’il faudra alors surveiller pour éviter de se retrouver à sec. Cela-dit, cette dernière se recharge automatiquement et assez vite.

2

Mais notre petite luciole a plus d’un tour dans son sac et elle se montre un binôme exemplaire au fil du jeu ! Outre son pouvoir de rendre un peu d’énergie à  vos personnages en émettant sa lumière sur eux (pratique lors des affrontements car cela vous évite d’utiliser un tour d’action pour vous soigner) elle éclairera votre chemin en permanence et vous permettra surtout de résoudre des énigmes. En effet, grâce à la lumière qu’elle dégage, elle va pouvoir interagir avec divers éléments de votre environnement ; par exemple, lors de certaines énigmes, il faut projeter des ombres dans le décor à l’aide de sa luminosité. Il faudra alors placer celles-ci au bon endroit afin d’ouvrir des portes ou de débloquer des mécanismes. Il faut savoir que, tout comme votre second dans l’excellent Puppeteer, Igniculus se contrôle avec le stick droit (ou par un second joueur) et peut se déplacer librement pour dénicher des trésors cachés et des passages secrets ou encore récolter des voeux : ces derniers sont des orbes qui poussent comme des fleurs sur Lémuria et qu’on récupère tout simplement en les touchant. Elles rechargent la jauge de lumière d’Igniculus et rendent des PM et des PV à Aurora. Sachez d’ailleurs que la luciole peut aussi en récupérer pendant les combats, histoire de vous redoper sans utiliser un tour d’action.

ss_38a89565412b4a729fc92d8417b25cdd1e841d61.1920x1080

Enfin, de la même manière que lors les combats, elle peut aveugler les ennemis que vous croiserez sur votre chemin afin qu’Aurora puisse, soit les éviter, soit les prendre par surprise en les contournant et en les attaquant par derrière.

Des pierres vraiment précieuses !

Comme dans tout RPG qui se respecte vous récupérerez des points de capacité et des objets à la fin de chaque combat : il faudra alors les utiliser à bon escient pour faire évoluer vos personnages sur un arbre de compétences relativement similaire aux sphèriers de FF. Mais il sera également possible d’améliorer vos armes ou plutôt de les renforcer en les associant avec des Oculis, des pierres précieuses, que vous retrouverez sur votre chemin. Ces pierres peuvent également être fusionnées afin de créer d’autres pierres plus puissantes. Une fois associées à vos différentes armes d’attaque ou de défense, elles leur apporteront plus de puissance… En bref, Child of light est un diamant pur, une invitation au voyage, un retour poétique à l’enfance et au rêve…Enfin, sachez que le jeu vous offrira 10 à 12 heures de magie si vous avez une âme d’observateur et si vous vous laissez aller à la contemplation, chose aisée dans cette petite perle vidéoludique. Alors si vous souhaitez vous décrocher totalement de la réalité et prendre une vraie bouffée d’oxygène, tentez l’aventure, ouvrez ce merveilleux conte de fée…et partez à la recherche du bonheur ;)

Child of Light (1)    



Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

puffmagicd
Signaler
puffmagicd
très beau test, si un jour tu le permets je le mettrais bien en avant sur mon site pour les 13-17 de ma région :)
GuerrierDuSilence
Signaler
GuerrierDuSilence
Joli test merci!

Le Blog de Carole Quintaine

Par Carole Quintaine Blog créé le 05/01/14 Mis à jour le 22/07/15 à 11h21

Salut à tous,

Je partagerai ici, mes coups de coeur et impressions sur ma passion du jeu vidéo et du Japon.

A bientôt !

Ajouter aux favoris

Édito

Vous pouvez aussi me suivre sur www.carolequintaine.com

 

Archives

Favoris