Le point de vue d'un revendeur

Par Canisquare Blog créé le 10/05/12

Ajouter aux favoris
Signaler
C'est quoi un jeu vidéo?

Après un premier jet confus je dois bien l'admettre, je vais tenter d'éclaircir le point le plus sensible de mon secteur qu'est le prix. Ça va parler de prix de ventes, d'achats, de taxes et de porte clefs offerts mais pas besoin de sortir les manuels d'économie je vais tenter d'être pédagogue.

ps311

Bouh le vilain commerçant qui tue les pauvres créateur de jeux. (Source JV.com et je confirme)

 

 


- Mise en situation

 

 

Si vous avez lu le premier article vous avez compris qu'il faut déjà acheter ces jeux chez un grossiste car en effet les petits magasins n'ont pas de force de distribution assez importantes pour bosser directement avec les éditeurs. En France il y a 3 grossistes réellement important

  • INNELEC Multimedia : 145 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2009

  • Sodifa : 50 millions d'euros en 2005

  • DEM France : Négligeable jusqu'à aujourd'hui leur rachat du 2ème grossiste français DEG Multimedia avec INNELEC leur permet d'occuper une place non négligeable auprès des grandes surfaces.

D'autres grossistes « Low Cost » existent mais leur service quasi inexistant n'en font que des roues de secours. La Belgique est aussi un moyen facile de récupérer des jeux moins cher ou en avance, voire de casser les exclus de la concurrence (Les collectors exclu FNAC ou Micromania, les consoles de couleurs...) mais l'absence de service est aussi un frein à une gestion intelligente du stock.

Car oui le service est le nerf de la guerre, les clients sont des moutons affamés voulant absolument avoir le dernier call of duty un jour avant la date écrite sur l'affiche, une arme en plus en pré-commandant 6 mois en avance et les prix toujours les plus bas possible. Les fournisseurs offrent donc la possibilité de renvoyer les invendus et de vous rembourser la différence si un jeu baisse de prix. Malheureusement tous les éditeurs ne jouent pas le jeu et certains magasins vaillant, regrettent encore d'avoir acheter du PES 2012. D'ailleurs les Wii music dans le bac de solde du Auchan ne sont pas là par hasard.

wiimusic_wii_visuel019

Bah quoi? C'est séduisant pourtant.

 

 

 


- Etude du prix

 

 

Pour ce qui est de l'aspect prix il faut savoir qu'un jeu à 70€ prix de vente conseillé ne coûte pas la même chose suivant que ce soit Rockstar ou EA. En effet en plus de vous foutre des passes à la con dans les jeux ils se permettent d'être les plus cher du marché (même si Sony ne s'en sort pas mal non plus).

Prenons deux exemples concret Max Payne 3 version PS3 et Mass Effect 3 PS3 :

MP            ME

  • INNELEC :  50,75€        60,63€

  • SODIFA :    49€             55,2€

  • AMAZON : 49,69€        55€

(Tous les prix sont exprimés en TTC)

Ce constat nous amène donc tout naturellement au point central de l'article : Pourquoi vous magasin de Jeux vidéo êtes vous plus cher que Internet, Auchan, Carrefour et j'en passe ?

 

- La folie de la Grande Distribution

Car oui ce n'est pas une surprise si j'achète mon jeu 60€ et que je le revend 55 je ne peux pas gagner d'argent. Évidemment les volumes d'achats plus important d'une enseigne comme Amazon leur offrent des possibilités de rabais supplémentaire, mais malgré tout leur marge se compte sur les doigts d'une main.

Mais ils s'en foutent car pour eux le jeu vidéo n'est qu'un produit d'appel une sorte de cloche d'église appelant les consommateurs à venir acheter les derniers yaourts à la mode ou le dernier livre de vampires au moeurs étrange.

 

garde-champetre3

Pour l'achat du nouveau Pokémon Une boite de Vania à moitié prix !

 

Ils nous restent alors une arme :

- L'occasion

Détesté des éditeurs, malmené par les magasins novices (Coucou la FNAC qui reprend les jeux plus cher qu'elle ne les vends) l'occasion est la véritable source de revenu des revendeurs traditionnels. Tout le monde s'y met : Auchan, la FNAC, Virgin même Amazon ! Et pour le coup les prix sont bien moins intéressant que par rapport aux magasins classiques. (6€25 de reprise pour mario kart Wii chez Amazon... Sérieusement?)

Je lis beaucoup de choses sur l'occasion malheureusement la plupart du temps incomplètes voire malhonnête (et très souvent venant d'ancien vendeur). Soit il est vrai que parfois les prix soit exagéré mais la plupart du temps la marge du magasin n'est pas si délirante. Combien de jeu repris 20€ affiché à 50 vont partir à ce prix ? Combien de bouse infâme sont destinés à croupir dans le bas d'une étagère ? Tout ceci représente un risque financier qui n'est pas négligeable mais surtout en premier lieu vient le couperet : la TVA.

Quand vous revendez un jeu disons 30€ et que le magasin le revend 50€, l'état vient choper 20% de la petite affaire donc 10€ ; sauf que comme vous n'êtes pas un professionnel les 20€ de rachat ne sont pas assujetti à la TVA et le magasin ne récupère que 10€ dans l'histoire. Évidemment c'est 20% ne sont valable que pour les magasins Français excluant donc Amazon de l'histoire (qui je vous le rappel on un taux de TVA pouvant être réduit jusqu'à 3%)

 

Je vois que je n'est que survolé le sujet et j'approfondirais plus tard plus en détail la bataille des pré-commandes qui fait rage et la façon dont les magasins sont considérés par les éditeurs. (Un indice chez vous)

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
C'est quoi un jeu vidéo?

Une rapide introduction pour expliquer mes motivations ne serait pas de trop. A force de lire des conneries sur mon propre boulot, parfois raconté par mes propres confrères, l'idée me trotte d'exposer ma vérité sur le passionnant métier qui est de vendre des call of duty à des enfants de 15 ans. Le podcast récent bourré d'imprécision et de contre vérité m'a incité à franchir le pas. J'essaierai d'être le plus exhaustif possible avec ma petite expérience (De smicard à Micromania, au gérant de magasin indépendant) tout en étant le plus intéressant possible.

Et comment bien commencer cet article que par remettre à plat le bordel qu'est la situation du JV en France ?

Pour vous, clients, il y a trois grands secteurs :

  • Le magasin spécialisé : Micromania, Game (enfin plus pour longtemps) et les indépendants.
  • Le magasin multimédia (FNAC, Virgin, Amazon, Boulanger...)
  • Et enfin la Grande Distribution (Auchan, Carrefour, Leclerc...)

Au niveau des parts de marché (approximatives) on estime que les premiers en occupent entre 30 et 40% et que les deux autres sont à peu près au même niveau. Je reviendrai sans doute plus tard sur la façon dont les différentes enseignes sodomise votre loisir préféré (mais avec le sourire!).


Je vous propose d'attaquer directement par ce qui me touche le plus à l'heure actuel : Le magasin de quartier.

En tant qu'indépendant vous êtes un peu le petit poucet du logiciel vidéo-ludique : celui dont on aimerait bien se débarrasser en le lâchant au milieu du bois avec ses frères consanguins. Autant vous dire que la situation n'est pas gagné d'avance. D'abord en tant que magasin il faut se procurer les jeux. Évidemment les mettre sous la veste au Monoprix du coin de rue n'est pas une solution viable dans le temps et l'achat chez un grossiste se révélera vite indispensable (même si certains magasins du boulevard Voltaire vous prouveront le contraire.)

Seulement voilà, à moins de s'appeler M. Micromania, pas mal de portes vous seront directement fermé. La plupart des éditeurs vous demanderont en effet un minimum de Chiffre d'Affaire annuel (un million d'euros en général) ainsi que des minimum de commandes inimaginable pour travailler avec eux. Ils ne vous reste plus donc que la solution Grossiste ; et c'est là que le folklore commence.

Car oui, malgré leur part de marché importantes (INNELEC MULTIMEDIA 1er grossiste Français représente environ 10% du marché), les éditeurs n'aiment pas vraiment les grossistes et à moins d'avoir de très bonnes relations avec vos différents commerciaux, les grossistes n'aiment pas vraiment non plus les indépendants. Mais bon c'est une rentrée d'argent donc on va leur vendre les trois PES qui traînent au fond de la boite.

 

Exemple récent :

 

02_codbo2_plvs_simu_book-e1335970537917

Ce superbe totem call of duty présent dans tous les magasins du pays dont le grossiste au 10% de part de marché n'a même pas entendu parler ou encore les 800 collectors Diablo 3 attribué sur 4000 commandes passé.


Et oui, une fois votre commande (ou pré-commande pour les plus futés d'entre vous) passée maintenant il ne faut pas que s'abatte sur vous la douloureuse sentence du : « On a été coupé » . Cette simple phrase, me donnant encore à l'écriture de ce texte des frissons d'angoisse, veut implicitement dire que sur les trente jeux que tu a commandé il y a trois mois, estime toi chanceux si tu en récupère cinq.

Car les éditeurs aujourd'hui, paranoïaque à l'idée de se retrouver avec un stock sur les bras, préfèrent charcuter les commandes de leur clients et faire la répartition de leur jeu avec une roue géante et une bimbo sillonnée.


tf100Les grands pontes de Micromania, Game et la Fnac en pleine répartition du prochain Assassin's Creed.


Et ce n'est pas les 70 Tiger woods PGA Tour PS3 qu'a reçu mon fournisseur sur les 2000 qu'il a commandé qui me diront le contraire.

C'est fini pour ce premier jet déconstruis, j'essaierai de revenir plus en détail sur les prix de ventes/achats de jeux et la grande bataille du « Qui fera passer cassera le plus les prix mais on s'en fout on vends du jambon ?»

N'hésitez pas à donner vos impressions et vos critiques sur la forme et le fond, merci !

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Archives