A napper sur tes pommes de terre.

Par Cancoillotte Blog créé le 30/11/10 Mis à jour le 07/11/12 à 13h44

Bienvenue!
Découvrez le blog du Gamer Franc-Comtois pure souche. Retrouvez des test, chroniques, news, critiques, et autres babioles sur les sujets que j'aime. N'hésitez pas à me laisser des commentaires pour me faire partager vos impressions.
Bonne lecture...

Ajouter aux favoris

Catégorie : Tentative de philosophie

Signaler
Tentative de philosophie

Le multijoueur, nouveau noyau central du jeu vidéo?


Cela ne vous a sans doute pas échappé, mais il semble que le multijoueur, à première vue, joue un rôle de plus en plus important dans notre monde vidéoludique actuel.

Mais qu'est-ce que le multijoueur dans le domaine vidéoludique, au juste? Tout ce qui consiste à ne pas jouer seul. On peut mesurer et comparer ses compétences avec un autre joueur, ou même plusieurs. Pourtant, très tôt, dès l'existence du jeu vidéo, le multijoueur s'est exprimé. Le plaisir de jouer avec d'autres joueurs plutôt que face à une intelligence artificielle ne date pas d'hier. Dans les faits, il suffit de brancher une manette dans le second port, et que le meilleur gagne!

Vous en conviendrez, le jeu vidéo est également un plaisir solitaire, qui peut tout à fait se déguster dans son coin, en tentant de battre son meilleur score, par exemple. Bien des jeux vidéos, vieux ou récents, nous ont montrés que ça peut être un plaisir un tantinet égoïste. De part l'absence de multijoueur, certains jeux nous offrent en contrepartie une découverte intéressante de l'oeuvre. Certains jeux se débrouillent tellement bien dans le domaine, qu'on se demande de quelle manière on pourrait "inviter" des joueurs. De ce fait, on peut considérer le multijoueur comme un accessoire.

Et la tendance, en ce moment, c'est les jeux qui nous offrent à la fois une expérience en solo gratifiante et un mode multijoueur qui permet de jouer avec des amis ou des inconnus. Citons deux exemples connus: Assassin's Creed et Uncharted, deux jeux qui semblent ancré dans une aventure pure et dure en solitaire, mais qui proposent, dans les épisodes suivant, un mode multijoueur. Mais est-ce qu'une telle offre est nécessaire, alors que profiter seul de l'expérience de jeu peut s'avérer suffisant?

Quand un parle de multijoueur, c'est plutôt au pluriel qu'au singulier. Les uns disent qu'il faut se regrouper autour d'une même console et se fendre la poire en jouant à Mario Kart, d'autres diront que c'est faire une aventure avec ses compagnons d'aventure dans WoW, et d'autres enfin diront que c'est fragger avec des gens qu'on connait à peine dans Counter Strike. Mais tant qu'on est plusieurs...

C'est à force de regrouper les joueurs et d'ouvrir un peu plus ses portes, que le multijoueur est en "phase 2". Ce qui avait tendance à être un accessoire à l'époque, est devenu parfaitement ancré dans l'univers du jeu vidéo. De plus en plus souvent, les jeux s'envisagent en multijoueur. Mettez Super Mario Bros (celui sur NES) devant un miroir, et vous verrez Little Big Planet, jeu de plateforme moderne qui permet de traverser les niveaux avec quelques congénères. Oh, tiens, Mario a lui aussi succombé au charme du multijoueur (dans les jeux de plateforme): New Super Mario Bros Wii. Qui aurait pensé à une époque qu'on puisse jouer en simultané à un Mario Bros?

Les exemples de jeu qui tolèrent le multijoueur est de plus en plus important. On s'imagine mal désormais acheter un jeu qui ne permet pas de s'amuser avec des amis en ligne ou jouer ensemble devant sa télé. C'est particulièrement vrai en ce qui concerne la next-gen (PS3 et Xbox 360), un peu moins en ce qui concerne la Wii.

En fait, nous n'avons pas affaire à une "multijoueurisation" du jeu vidéo, mais à une totale remise en cause, permise par les nouveaux moyens de jouer et la quasi omniprésence du jeu en ligne. Les développeurs restent conscient que le jeu vidéo est une expérience qui peut se faire seul. Bien qu'on ai l'impression que c'est incontournable, le multijoueur n'a rien d'une nécessité. Ce n'est plus un accessoire, mais une offre. Pas étonnant donc que certains développeurs succombent et nous offrent des jeux spécialement adaptés à l'approche en multijoueur.

Mais pour les égoïstes, pas de panique! De nos jours, il demeure des jeux qui se dégustent seul (si si!), qui nous proposent d'affronter son meilleur adversaire. Ce n'est pas l'ordinateur. C'est nous même! Si jouer seul dans son coin a l'air d'un truc old school, on ne peut pas négliger cet aspect du jeu vidéo. C'est même une base fondamentale! Pour preuve, les FPS modernes, tellement axés sur le multijoueur, s'entêtent à nous proposer un mode solo certes court et pas forcément intéressant. Pourquoi ne pas rendre les FPS strictement multijoueur, alors? Parce qu'il est difficile, pour ne pas dire impossible, de ne pas avoir une expérience de jeu en solitaire.

 

Rassurons nous, le multijoueur, dans le sens premier du terme, n'est plus un accessoire, mais une offre. Il donne le sentiment d'être omniprésent dans le monde vidéoludique actuel, mais il n'arrive pas à se débarrasser d'un des principaux fondements du jeu vidéo: sa découverte. Même si de plus en plus de jeux permettent de découvrir un jeu avec un groupe, on ne peut pas oublier l'expérience de jeu en solitaire. Le fait que certains éditeurs négligent un peu trop cet aspect du jeu vidéo, ça, c'est une autre histoire.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Tentative de philosophie

Le jeu vidéo est-il devenu un produit de luxe?

 

C'est une impression qui n'échappera à personne: quand on est un amateur de jeu vidéo, il est nécessaire de faire des dépenses. Que ce soit l'achat de la console, des jeux, des manettes, des DLC... le sentiment de se faire "pomper" du fric semble de plus en plus présent.

Dans les faits, c'est vrai. Il y a une époque, jouer au jeu vidéo, c'était avoir une console, deux manettes, une télé, et quelques cartouches pour s'amuser. Mais maintenant, ça va beaucoup plus loin. On prétend que les jeux sur console de salon sont devenus plus chers, les consoles aussi, les manettes aussi, j'en passe et des meilleures. C'est tout à fait vrai si on prend en compte les facteurs temporels et technologiques (entendez par là: plus c'est récent, plus c'est high-tech, donc plus c'est cher, sauf si vous attendez qu'on baisse les prix). Cela va de pair avec ce qu'on appelle la "crise", période durant laquelle tout est plus cher. Le consommateur, dont l'amateur de jeu vidéo fait naturellement partie, peut avoir tendance à surveiller ses dépenses.

Mais le lien entre la crise et l'univers du jeu vidéo est imaginaire. La vraie question qu'il faut se poser, c'est: est-ce que le jeu vidéo a toujours été un luxe?

Prenons un exemple simple: la Neo Geo. La console de SNK s'est forgée comme réputation d'être assez inacessible, lorsqu'elle était disponible en magasin, à cause de son prix très élevé selon les standards de l'époque, sans parler du prix des jeux. Mais ce "surcoût" était justifié par le fait qu'il y ai "l'arcade à la maison" et nous dispense de beaucoup de piécettes à insérer dans une borne de Metal Slug.

D'autres consoles tel que les Playstation 2 et 3 (lors du début du commercialisation des consoles) avaient la réputation d'être chères. Mais selon une politique cher à Sony, les consoles évoluent, et au passage les prix baissent. Dans ces circonstances, le jeu vidéo n'est pas ce qu'on appelle un luxe. On peut également parler de "la valeur des choses" qui est une variable en constante évolution.

Mais reste un problème majeur: au final, est-ce que le fait de jouer est devenu un luxe?

Etant donné les éléments cités plus haut, nous avons tendance à dire que oui, jouer est devenu un luxe. En terme d'investissement, à une époque où une autre, il fallait lâcher du pognon où jouer le fils à papa pour exaucer ses voeux de gamer les plus cher. Toutes les générations de joueurs ont vécu ce problème.

Mais d'un autre côté, ce n'est plus un luxe, dans la mesure où la perception du jeu évolue. Plus orienté sur le large public, il concerne tout le monde, des plus jeunes aux plus vieux, et n'est plus l'affaire de vrais gamers comme il y a environ vingt ans. C'est finalement le point positif des choses: si tout le monde y met du sien, c'est la preuve que le jeu vidéo est accessible dans tout les sens du terme: on ne se rend plus compte du fait qu'un pad sans fil est hors de prix, parce que beaucoup de choses qui nous entourent ont plus de valeur. On se moque de payer un abonnement au Xbox Live parce qu'en retour on peut jouer face à des milliers d'autres joueurs. On se moque des DLC hors de prix parce qu'il y aura toujours des pigeons pour les acheter (Activision, est-tu là?). On se moque de devoir payer les instruments livrés avec Rock Band. Etc...

Les joueurs se moquent de ça, et pourtant on ne peut pas s'empêcher de s'en plaindre.

 

Bref, ce qui aurait été considéré comme un luxe il y a un certain temps, a tendance à devenir un luxe... transparent.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Blog inactif depuis quelques mois... je tiens à m'excuser de cette désertification.

Archives

Favoris